La cannelle contre l'obésité ? par Estelle B.


La cannelle est une épice déjà réputée pour différentes vertus thérapeutiques, antibactériennes, antispasmodiques et neuro-protectrices. De récentes données chez le rat semblent montrer son intérêt à la fois pour lutter contre l'obésité et pour préserver la santé du système cardiovasculaire. Santé Sur le Net vous dévoile ces résultats surprenants.

Cannelle et santé


La cannelle est une épice, obtenue à partir de l'écorce du Cannelier de Ceylan. Connue depuis l'Antiquité, elle est essentiellement produite au Sri Lanka, aux Seychelles et à Madagascar. Le plus souvent, elle est utilisée sous forme de poudre pour la préparation de desserts, par exemple le pain d'épice ou les spéculos.
A savoir ! En aromathérapie, l'huile essentielle de cannelle est utilisée pour ses propriétés anti-infectieuses (en particulier contre les diarrhées et les cystites) et stimulantes contre la fatigue.


De nombreuses études ont déjà mis en avant les bénéfices santé de la cannelle, grâce à ses propriétés antibactériennes, antispasmodiques (contre les ballonnements et les troubles digestifs) et neuro-protectrices (prévention du déclin cognitif et de la maladie d'Alzheimer). En 2003, une étude pakistanaise s'était déjà penchée sur les effets de la cannelle sur le système digestif. Elle avait notamment mis en évidence que l'épice pouvait diminuer la glycémie, mais aussi les taux sanguins de cholestérol et de triglycérides (classe de lipides), tout en calmant les ballonnements.
Très récemment, des chercheurs turcs ont étudié un lien entre cette épice, l'obésité et la santé cardiovasculaire. La cannelle ferait baisser le taux de lipides (graisses) ! Des résultats présentés lors du dernier Congrès de la Société Américaine de Cardiologie.

De la cannelle contre les graisses


Dans cette étude, deux groupes de rats ont été nourris pendant 12 semaines avec une alimentation très enrichie en graisses. L'un des deux groupes a bénéficié d'un complément alimentaire à base d'un extrait de cannelle.


Tout au long de l'étude, les rats supplémentés en cannelle présentent plusieurs différences importantes par rapport à l'autre groupe :


• Un poids plus faible ;
• Un ventre moins proéminent ;
• Une baisse des substances impliquées dans le stockage des graisses ;
• Un taux supérieur de substances anti-oxydantes et anti-inflammatoires ;
• De meilleurs taux sanguins d'insuline (principale hormone de régulation de la glycémie), de glucose et de lipides.
Selon les auteurs, ces effets positifs pourraient découler des propriétés anti-inflammatoires de la cannelle, notamment grâce aux polyphénols contenus dans l'extrait utilisé.
La cannelle un remède contre l'obésité !


La cannelle pourrait ainsi réduire la graisse abdominale, phénomène fréquemment observé dans l'obésité, mais aussi contribuer à préserver la santé cardiovasculaire, en agissant directement sur plusieurs facteurs de risque. En effet, des taux sanguins élevés de cholestérol, de triglycérides et de glucose, ainsi que l'obésité et l'inflammation constituent des facteurs de risque cardiovasculaire importants.


Des études complémentaires sont désormais nécessaires pour déterminer si ces résultats sont transposables chez l'Homme. Si tel est le cas, introduire régulièrement de la cannelle dans l'alimentation pourrait permettre de limiter la prise de poids et de préserver le cœur, particulièrement dans le cas d'une alimentation riche en graisses. De nouveaux avantages à porter au crédit de cette épice !
Estelle B.

Pharmacienne Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

 

On en parle sereinement celui qui ne veut pas d'un débat serein passe sa route.

L'Afrique n'est pas pauvre, elle est appauvrie.

L'Afrique souffre de politiciens verreux et malhonnêtes.

L'Afrique a besoin de mutations sérieuses, de renouveau....

Force au peuple souverain, éduqué et prêt à s'investir...

L'Afrique souffre de citoyens sourds et aveuglés par le temporel.


Je ne connais pas Sonko. J'ai eu à m'exprimer sur l'affaire qui l'opposait à l'ETAT. De quoi s'agissait-il ?
Ce haut fonctionnaire a dénoncé des attitudes qui heurtaient son éthique bien que lié à l'ETAT son employeur. Le droit de réserve était interrogé et moi j'ai convoqué l'éthique.
Pour ma part Mr SONKO était un lanceur d'alerte donc un serviteur du peuple face à des géants insoucieux de comment va le pays et le peuple.
Ayant tenu sa langue depuis longtemps au nom de cette réserve, ayant vu ce qu'il a vu et compris, je me suis dit qu'il a dû en interne dénoncer les manœuvres. Et personne n'a pensé qu'il pouvait allait outre si on continue à ignorer ses interrogations etc.
Un honnête homme si soumis à son serviteur ne peut tergiverser longtemps quand il voit le pays se fourvoyait dans des nébuleuses alors que les concitoyens sombrent dans la misère.
Pour ma part les lanceurs d'alerte en Afrique sont des sentinelles au même titre que la société civile et il faut les protéger. C'est ainsi que j'ai défendu du point de vue éthique Mr SONKO en disant qu'il avait raison de casser la machine et de sortir de son droit de réserve pour balancer tout ce qu'il sait.
La seule erreur est méthodologique, il aurait pu quitter le navire pour ensuite balancer. Qui ne fait pas d'erreur, montrez-le moi.
En raison de tout ce que je viens de dire, et en ayant écouté et lu les uns et les autres, on dira que Mr SONKO est un honnête homme, un homme de parole et de conviction, un technocrate, compétent.
Il aurait les qualités requises pour briguer la magistrature suprême comme Macron.
Macronite ou Sonkonite

A présent en lisant la panoplie de mouvements politiques constitues de divers organes politiques dont on ne connaît pas bien le programme s'il existe, pour l'instant j'extirpe Sonko du lot, mais comme beaucoup j'attends de lire le programme et j'ai des questions à poser aux citoyens pour voir clair

Ceux qui ne peuvent répondre calmement passent leurs routes, ici il est question d'argumenter, ou d'apporter des réponses qui puissent éclairer le choix des uns et des autres.
Une discussion apaisée est souhaitée ici.
Mes interrogations ; les voici
Mr SONKO pointe son doigt ou ses doigts toujours est-ce une façon de donner de l'emphase ou de menacer ou encore de prendre dieu en témoin ?

On a dit dieu, quand on observe Mr SONKO, on soupçonne un homme de foi, (sa barbe, son point noir sur le front, etc) quels rapports entre sa foi et l'exercice démocratique ?


Ne pourrait-il pas profiter de la démocratie pour gagner et ainsi exercer une loi coranique la chaaria ? ( l'art de la dissimulation en politique et dans le terrorisme-La Taqiya ou "l'art de la dissimulation" prisée par les terroristes ...).
On a parlé de certaines personnalités qui suivent Mr SONKO, mais que fait-il de la parité, et pense-t'il faire 50 % de la société civile et 50% d'hommes politiques d'expérience de tout bord mais propres.


Le peuple sénégalais souffre de plusieurs maux : les accidents de la route, les violences faites aux femmes et aux enfants, les enfants abandonnés ou talibés, les mauvaises constructions, la police filou, l'exemplarité dans les services de l'Etat, le foncier, la justice, la formation, l'environnement, la protection des poumons verts comme la réserve de Bandia, etc ; l'éducation et la formation, la santé, les routes, les richesses naturelles du pays et leurs gestions, la natalité et la gestion des populations, les handicapés ( albinos, et autres), la gestion des contenus des médias, le xessal, l'entreprenariat, la sécurité, les urgences, les transports collectifs pour accéder vite à son travail, la gestion rigoureuse des établissements organismes prisés dans tous les secteurs, le contrôle de la mauvaise publicité dans les radios, tv, etc, la luttes contre les faux médicaments, les campagnes de santé préventive ( sel, sucre, sport, etc), la propagande religieuse, l'immigration clandestine, la promotion du patrimoine culturel et du tourisme, les canalisations et évacuations des eaux, , l'élevage, l'agriculture, et l'immigration, la création des emplois dans des secteurs abandonnés ou innovants, les cantines scolaires, la pauvreté, etc

Chers concitoyens voici ce que nous devons demander à SONKO mais aussi aux autres candidats de la société civile.


Le Sénégal a besoin de nouveauté, comme au Bénin, en France, une refonte, un séisme politique, et le vote doit être audacieux pour virer tous ses politiques englués dans des habitudes illicites.

Il faut refondre les mentalités et la politique, il faut renouveler comme en France l'échiquier politique, attention la vague arrive et si le peuple sait refuser les dividendes pour choisir un candidat honnête et sain une nouvelle ère s'ouvrirea et tous ensemble nous écrirons les belles pages de l'Afrique et du Sénégal.

 

LE MAL SÉNÉGALAIS-Un demi-siècle de lacunes politiques-Mamadou Diop du Sénégal

Points de vue

DÉVELOPPEMENT SCIENCES POLITIQUES AFRIQUE SUBSAHARIENNE Sénégal


Dans les échanges avec des jeunes, on entend très souvent dire en wolof "Senegal du dem" (le Sénégal n'avancera pas). Cet aveu traduit le niveau de découragement de la jeunesse vis-à-vis de la classe dirigeante du Sénégal. Beaucoup d'hommes politiques sénégalais inspirent arrogance, indécence, malhonnêteté, démagogie, déni à cette jeunesse. Il convient d'agir et de faire en sorte que la donne change afin de promouvoir une vie politique de développement endogène.
En effet, beaucoup d'hommes politiques sénégalais inspirent arrogance, indécence, malhonnêteté, démagogie, déni à cette jeunesse. Aucun sens donné à ce que Montesquieu appelle« la vertu politique ».

Face à ce fait, il convient d'agir et de faire en sorte que la donne change. Il faut remettre la vertu et le sens des responsabilités au centre du débat et de l'action politiques.
Aux hommes et aux femmes vertueux, honnêtes et compétents de se mêler autrement de l'action politique afin de promouvoir une vraie politique de développement endogène.

Mamadou DIOP est linguiste de formation. Il est diplômé de l'Université Gaston Berger de St-Louis et de l'Université Bordeaux Montaigne. Il a publié en 2014 sa première nouvelle, Rahma, l'école d'une vie, aux éditions L'Harmattan. Citoyen engagé, il est très impliqué dans les questions de développement, de démocratie et de solidarité internationale.

In senenews on pourra lire ceci

Paru en mai 2017 aux éditions L'Harmattan, Le mal Sénégal, un demi-siècle de lacunes politiques est un essai publié par Mamadou DIOP, jeune sénégalais chargé du Service de développement de la vie étudiante et associative de l'Université Bordeaux Montaigne.


Cet ouvrage présente une série d'analyses sur un Sénégal dont la vie étatique fait face un certain nombre de tares. En effet considéré comme un symbole de démocratie en Afrique, le Sénégal n'en demeure pas moins qu'un Etat pris en otage par sa classe politique qui peine, depuis un demi-siècle, à répondre convenablement aux défis sociaux, économiques et culturels auxquels sont confrontées les populations. En deux parties (i- Le Sénégal ou l'Etat pris en otage politique ; ii- Pour une profonde réforme de l'Ecole sénégalaise), l'auteur analyse des facteurs gangrénant la marche politico-social du Sénégal vers une réelle émergence.


Chroniqueur également sur SeneNews, M. DIOP est linguiste est diplômé en Sciences du langage de l'Université Gaston Berger de St-Louis et de l'Université Bordeaux Montaigne. Il a publié en 2014 sa première nouvelle, avec le même éditeur. Citoyen engagé, il est très impliqué dans les questions de de jeunesse et éducation, de développement, de démocratie et de solidarité internationale.

 kadia lingery..et autres jeunes africains veulent se lancer et vivre de leurs passions.  

Attention, en France à cause de la foi certains veulent être leurs propres patrons pour prier aux heures indiquées, ce qui est incompatble avec la qualité d'employé, mais les déconvenus, les échecs font légion. Il faut bien rêfléchir et faire son sondage, son busness plan, avant de se lancer.Oser. Pape CISSOKO


De trader à traiteur, de chercheur à boulanger...De plus en plus de cadres, pas totalement épanouis dans leur travail, se tournent vers des professions plus manuelles.
Tout plaquer. Passer de la banque à la restauration, des ressources humaines à la fromagerie. Selon un sondage Odoxa paru mercredi, les Français seraient de plus en plus tentés par la reconversion professionnelle. Les diplômés seraient nombreux à quitter leur emploi du bureau pour l'artisanat, le petit commerce et la restauration. Le journaliste Jean-Laurent Cassely s'est intéressé au phénomène et livre une enquête publiée sous le nom La révolte des premiers de la classe (métiers à la con, quête de sens et reconversions urbaines). Il était l'invité de l'émission C'est arrivé demain pour expliquer cette tendance.


"Ils fuient" un certain monde professionnel. L'ampleur du sujet est difficilement quantifiable. Le journaliste estime qu'"1% des jeunes diplômés sont concernés". Sans compter ceux qui y pensent mais n'osent pas franchir le pas. Par ailleurs, selon lui, un quart des nouveaux créateurs d'entreprises artisanales sont des diplômés du supérieur. "Ils fuient un monde professionnel dans lequel on ne peut plus faire grand-chose. Il y a tellement de règles, de process, de bureaucratie dans ces entreprises que les gens se plaignent de passer plus de temps à mesurer ce qu'ils font qu'à vraiment faire quelque chose", analyse Jean-Laurent Cassely.


Quête de sens. "Ce sont des gens - chercheur, trader, journaliste - qui ont en commun de manipuler de l'information et des symboles plus que de la matière et de ne pas voir vraiment la production ni le client final. Ils ont une sorte de crise d'abstraction." Ce manque de concret les fait aller vers une "quête de sens". Conclusion, on va les retrouver dans "la restauration, l'épicerie, la boulangerie de quartier". De manière pratique, la reconversion se fait selon deux profils, explique Jean-Laurent Cassely : "Il y a des gens qui veulent devenir technicien, producteur. Ils vont passer un CAP, se former, ça va être long et difficile. D'autres vont plutôt être des gestionnaires, des créateurs de petites entreprises liés à ces métiers. Ils vont transposer ce qu'ils ont appris ailleurs."


Nouveau prestige. Ces reconvertis sont aussi prêts à gagner moins d'argent en contrepartie de la sensation de "travail accompli" et de la contemplation de la belle ouvrage. Ils gagnent aussi un "prestige social un peu nouveau. Dans une population où le diplôme s'est banalisé, faire des tartes, être traiteur, c'est intéressant et détonant."

Europe1

Page 7 sur 420

AUDIO

A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries