Très profonde « Lettre ouverte au monde musulman » du philosophe musulman Abdennour Bidar par pasteur Gaspard


« Tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée ? Question : vivre l'instant présent et être heureux ? »


Abdennour Bidar est normalien, philosophe et musulman. Il a produit et présenté tout au long de l'été sur France Inter une émission intitulée « France-Islam questions croisées ». Il est l'auteur de 5 livres de philosophie de la religion et de nombreux articles.


Cette lettre ouverte au monde musulman fait suite aux événements des jours passés, notamment l'assassinat de Hervé Gourdel. De nombreux musulmans ont manifesté leur indignation nécessaire et salutaire (en France et dans le monde, avec le mouvement #NotInMyName – « pas en mon nom »). Au delà de cette dénonciation indispensable, Abdennour Bidar pense qu'il faut aller plus en profondeur, et entrer dans une autocritique de l'Islam comme religion et civilisation dans ce moment de transition cruciale de sa longue histoire. Pour le meilleur de l'Islam.
Dans un esprit de fraternité entre croyants de bonne volonté, c'est avec joie que nous pouvons lire ce texte, découvrir un autre visage de l'Islam, et peut-être prendre nous aussi quelque chose de cette sagesse qui consiste à vouloir se réformer pour être plus fidèle.


Lettre ouverte au monde musulman


Cher monde musulman, je suis un de tes fils éloignés qui te regarde du dehors et de loin – de ce pays de France où tant de tes enfants vivent aujourd'hui. Je te regarde avec mes yeux sévères de philosophe nourri depuis son enfance par le taçawwuf (soufisme) et par la pensée occidentale. Je te regarde donc à partir de ma position de barzakh, d'isthme entre les deux mers de l'Orient et de l'Occident !

Et qu'est-ce que je vois ? Qu'est-ce que je vois mieux que d'autres sans doute parce que justement je te regarde de loin, avec le recul de la distance ? Je te vois toi, dans un état de misère et de souffrance qui me rend infiniment triste, mais qui rend encore plus sévère mon jugement de philosophe ! Car je te vois en train d'enfanter un monstre qui prétend se nommer Etat islamique et auquel certains préfèrent donner un nom de démon : DAESH. Mais le pire est que je te vois te perdre – perdre ton temps et ton honneur – dans le refus de reconnaître que ce monstre est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine.


Que dis-tu en effet face à ce monstre ? Tu cries « Ce n'est pas moi ! », « Ce n'est pas l'islam ! ». Tu refuses que les crimes de ce monstre soient commis en ton nom (hashtag #NotInMyName). Tu t'insurges que le monstre usurpe ton identité, et bien sûr tu as raison de le faire. Il est indispensable qu'à la face du monde tu proclames ainsi, haut et fort, que l'islam dénonce la barbarie. Mais c'est tout à fait insuffisant ! Car tu te réfugies dans le réflexe de l'autodéfense sans assumer aussi et surtout la responsabilité de l'autocritique. Tu te contentes de t'indigner alors que ce moment aurait été une occasion historique de te remettre en question ! Et tu accuses au lieu de prendre ta propre responsabilité : « Arrêtez, vous les occidentaux, et vous tous les ennemis de l'islam de nous associer à ce monstre ! Le terrorisme ce n'est pas l'islam, le vrai islam, le bon islam qui ne veut pas dire la guerre mais la paix ! »


J'entends ce cri de révolte qui monte en toi, ô mon cher monde musulman, et je le comprends. Oui tu as raison, comme chacune des autres grandes inspirations sacrées du monde l'islam a créé tout au long de son histoire de la Beauté, de la Justice, du Sens, du Bien, et il a puissamment éclairé l'être humain sur le chemin du mystère de l'existence... Je me bats ici en Occident, dans chacun de mes livres, pour que cette sagesse de l'islam et de toutes les religions ne soit pas oubliée ni méprisée ! Mais de ma position lointaine je vois aussi autre chose que tu ne sais pas voir... Et cela m'inspire une question – LA grande question : pourquoi ce monstre t'a-t-il volé ton visage ? Pourquoi ce monstre ignoble a-t-il choisi ton visage et pas un autre ? C'est qu'en réalité derrière ce monstre se cache un immense problème, que tu ne sembles pas prêt à regarder en face. Il faudra bien pourtant que tu finisses par en avoir le courage.


Ce problème est celui des racines du mal. D'où viennent les crimes de ce soi-disant « Etat islamique » ? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c'est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre – et il en surgira autant d'autres monstres pires encore que celui-ci tant que tu tarderas à admettre ta maladie, pour attaquer enfin cette racine du mal !


Même les intellectuels occidentaux ont de la difficulté à le voir : pour la plupart ils ont tellement oublié ce qu'est la puissance de la religion – en bien et en mal, sur la vie et sur la mort – qu'ils me disent « Non le problème du monde musulman n'est pas l'islam, pas la religion, mais la politique, l'histoire, l'économie, etc.». Ils ne se souviennent plus du tout que la religion peut être le cœur de réacteur d'une civilisation humaine ! Et que l'avenir de l'humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité tout entière ! Saurons-nous tous nous rassembler, à l'échelle de la planète, pour affronter ce défi fondamental ? La nature spirituelle de l'homme a horreur du vide, et si elle ne trouve rien de nouveau pour le remplir elle le fera demain avec des religions toujours plus inadaptées au présent – et qui comme l'islam actuellement se mettront alors à produire des monstres.
Je vois en toi, ô monde musulman, des forces immenses prêtes à se lever pour contribuer à cet effort mondial de trouver une vie spirituelle pour le XXIème siècle ! Malgré la gravité de ta maladie, il y a en toi une multitude extraordinaire de femmes et d'hommes qui sont prêts à réformer l'islam, à réinventer son génie au-delà de ses formes historiques et à participer ainsi au renouvellement complet du rapport que l'humanité entretenait jusque là avec ses dieux ! C'est à tous ceux-là, musulmans et non musulmans qui rêvent ensemble de révolution spirituelle, que je me suis adressé dans mes ouvrages ! Pour leur donner, avec mes mots de philosophe, confiance en ce qu'entrevoit leur espérance !


Mais ces musulmanes et ces musulmans qui regardent vers l'avenir ne sont pas encore assez nombreux ni leur parole assez puissante. Tous ceux là, dont je salue la lucidité et le courage, ont parfaitement vu que c'est l'état général de maladie profonde du monde musulman qui explique la naissance des monstres terroristes aux noms de Al Qaida, Al Nostra, AQMI ou « Etat Islamique ». Ils ont bien compris que ce ne sont là que les symptômes les plus visibles sur un immense corps malade, dont les maladies chroniques sont les suivantes : impuissance à instituer des démocraties durables dans lesquelles est reconnue comme droit moral et politique la liberté de conscience vis-à-vis des dogmes de la religion; difficultés chroniques à améliorer la condition des femmes dans le sens de l'égalité, de la responsabilité et de la liberté; impuissance à séparer suffisamment le pouvoir politique de son contrôle par l'autorité de la religion; incapacité à instituer un respect, une tolérance et une véritable reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses.


Tout cela serait-il donc la faute de l'Occident ? Combien de temps précieux vas-tu perdre encore, ô cher monde musulman, avec cette accusation stupide à laquelle toi-même tu ne crois plus, et derrière laquelle tu te caches pour continuer à te mentir à toi-même ?


Depuis le XVIIIe siècle en particulier, il est temps de te l'avouer, tu as été incapable de répondre au défi de l'Occident.

Soit tu t'es réfugié de façon infantile et mortifère dans le passé, avec la régression obscurantiste du wahhabisme qui continue de faire des ravages presque partout à l'intérieur de tes frontières – un wahhabisme que tu répands à partir de tes lieux saints de l'Arabie Saoudite comme un cancer qui partirait de ton cœur lui-même ! Soit tu as suivi le pire de cet Occident, en produisant comme lui des nationalismes et un modernisme qui est une caricature de modernité – je veux parler notamment de ce développement technologique sans cohérence avec leur archaïsme religieux qui fait de tes « élites » richissimes du Golfe seulement des victimes consentantes de la maladie mondiale qu'est le culte du dieu argent.


Qu'as-tu d'admirable aujourd'hui, mon ami ?

Qu'est-ce qui en toi reste digne de susciter le respect des autres peuples et civilisations de la Terre ?

Où sont tes sages, et as-tu encore une sagesse à proposer au monde ? Où sont tes grands hommes ?

Qui sont tes Mandela, qui sont tes Gandhi, qui sont tes Aung San Suu Kyi ?

Où sont tes grands penseurs dont les livres devraient être lus dans le monde entier comme au temps où les mathématiciens et les philosophes arabes ou persans faisaient référence de l'Inde à l'Espagne ? En réalité tu es devenu si faible derrière la certitude que tu affiches toujours au sujet de toi-même... Tu ne sais plus du tout qui tu es ni où tu veux aller, et cela te rend aussi malheureux qu'agressif... Tu t'obstines à ne pas écouter ceux qui t'appellent à changer en te libérant enfin de la domination que tu as offerte à la religion sur la vie toute entière.
Tu as choisi de considérer que Mohammed était prophète et roi. Tu as choisi de définir l'islam comme religion politique, sociale, morale, devant régner comme un tyran aussi bien sur l'Etat que sur la vie civile, aussi bien dans la rue et dans la maison qu'à l'intérieur même de chaque conscience.

Tu as choisi de croire et d'imposer que l'islam veut dire soumission alors que le Coran lui-même proclame qu'« Il n'y a pas de contrainte en religion » (La ikraha fi Dîn).

Tu as fait de son Appel à la liberté l'empire de la contrainte ! Comment une civilisation peut-elle trahir à ce point son propre texte sacré ?


De nombreuses voix que tu ne veux pas entendre s'élèvent aujourd'hui dans la Oumma pour dénoncer ce tabou d'une religion autoritaire et indiscutable... Au point que trop de croyants ont tellement intériorisé une culture de la soumission à la tradition et aux « maîtres de religion » (imams, muftis, shouyoukhs, etc.) qu'ils ne comprennent même pas qu'on leur parle de liberté spirituelle, ni qu'on leur parle de choix personnel vis-à-vis des « piliers » de l'islam. Tout cela constitue pour eux une « ligne rouge » si sacrée qu'ils n'osent pas donner à leur propre conscience le droit de le remette en question ! Et il y a tant de familles où cette confusion entre spiritualité et servitude est incrustée dans les esprits dès le plus jeune âge, et où l'éducation spirituelle est d'une telle pauvreté que tout ce qui concerne la religion reste quelque chose qui ne se discute pas !


Or cela de toute évidence n'est pas imposé par le terrorisme de quelques troupes de fous fanatiques embarqués par l'Etat islamique. Non ce problème là est infiniment plus profond ! Mais qui veut l'entendre ? Silence là-dessus dans le monde musulman, et dans les médias occidentaux on n'entend plus que tous ces spécialistes du terrorisme qui aggravent jour après jour la myopie générale ! Il ne faut donc pas que tu t'illusionnes, ô mon ami, en faisant croire que quand on en aura fini avec le terrorisme islamiste l'islam aura réglé ses problèmes ! Car tout ce que je viens d'évoquer – une religion tyrannique, dogmatique, littéraliste, formaliste, machiste, conservatrice, régressive – est trop souvent l'islam ordinaire, l'islam quotidien, qui souffre et fait souffrir trop de consciences, l'islam du passé dépassé, l'islam déformé par tous ceux qui l'instrumentalisent politiquement, l'islam qui finit encore et toujours par étouffer les Printemps arabes et la voix de toutes ses jeunesses qui demandent autre chose. Quand donc vas-tu faire enfin cette révolution qui dans les sociétés et les consciences fera rimer définitivement spiritualité et liberté ?


Bien sûr dans ton immense territoire il y a des îlots de liberté spirituelle : des familles qui transmettent un islam de tolérance, de choix personnel, d'approfondissement spirituel ; des lieux où l'islam donne encore le meilleur de lui-même, une culture du partage, de l'honneur, de la recherche du savoir, et une spiritualité en quête de ce lieu sacré où l'être humain et la réalité ultime qu'on appelle Allâh se rencontrent. Il y a en Terre d'islam, et partout dans les communautés musulmanes du monde, des consciences fortes et libres. Mais elles restent condamnées à vivre leur liberté sans reconnaissance d'un véritable droit, à leurs risques et périls face au contrôle communautaire ou même parfois face à la police religieuse. Jamais pour l'instant le droit de dire « Je choisis mon islam », « J'ai mon propre rapport à l'islam » n'a été reconnu par « l'islam officiel » des dignitaires. Ceux-là au contraire s'acharnent à imposer que « La doctrine de l'islam est unique » et que « L'obéissance aux piliers de l'islam est la seule voie droite » (sirâtou-l-moustaqîm).


Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l'une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l'un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés tout entières une violence insoutenable. Elle enferme toujours trop de tes filles et tous tes fils dans la cage d'un Bien et d'un Mal, d'un licite (halâl) et d'un illicite (harâm) que personne ne choisit mais que tout le monde subit. Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées tu associes encore la religion et la violence – contre les femmes, les « mauvais croyants », les minorités chrétiennes ou autres, les penseurs et les esprits libres, les rebelles – de sorte que cette religion et cette violence finissent par se confondre, chez les plus déséquilibrés et les plus fragiles de tes fils, dans la monstruosité du jihad !


Alors ne fais plus semblant de t'étonner, je t'en prie, que des démons tels que le soi-disant Etat islamique t'aient pris ton visage ! Les monstres et les démons ne volent que les visages qui sont déjà déformés par trop de grimaces ! Et si tu veux savoir comment ne plus enfanter de tels monstres, je vais te le dire. C'est simple et très difficile à la fois. Il faut que tu commences par réformer toute l'éducation que tu donnes à tes enfants, dans chacune de tes écoles, chacun de tes lieux de savoir et de pouvoir. Que tu les réformes pour les diriger selon des principes universels (même si tu n'es pas le seul à les transgresser ou à persister dans leur ignorance) : la liberté de conscience, la démocratie, la tolérance et le droit de cité pour toute la diversité des visions du monde et des croyances, l'égalité des sexes et l'émancipation des femmes de toute tutelle masculine, la réflexion et la culture critique du religieux dans les universités, la littérature, les médias. Tu ne peux plus reculer, tu ne peux plus faire moins que tout cela !

C'est le seul moyen pour toi de ne plus enfanter de tels monstres, et si tu ne le fais pas tu seras bientôt dévasté par leur puissance de destruction.
Cher monde musulman... Je ne suis qu'un philosophe, et comme d'habitude certains diront que le philosophe est un hérétique. Je ne cherche pourtant qu'à faire resplendir à nouveau la lumière – c'est le nom que tu m'as donné qui me le commande, Abdennour, « Serviteur de la Lumière ». Je n'aurais pas été si sévère dans cette lettre si je ne croyais pas en toi. Comme on dit en français, « Qui aime bien châtie bien ». Et au contraire tous ceux qui aujourd'hui ne sont pas assez sévères avec toi – qui veulent faire de toi une victime – tous ceux-là en réalité ne te rendent pas service ! Je crois en toi, je crois en ta contribution à faire demain de notre planète un univers à la fois plus humain et plus spirituel ! Salâm, que la paix soit sur toi.


http://blog.oratoiredulouvre.fr/2014/10/tres-profonde-lettre-ouverte-au-monde-musulman-


Abdennour Bidar, né le 13 janvier 1971 à Clermont-Ferrand, est un philosophe, essayiste et haut fonctionnaire français. Il est connu pour sa théorie de la modernité en islam. Agrégé de philosophie, normalien issu de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, docteur en philosophie, il a consacré sa thèse de doctorat au développement d'une « pédagogie de l'individuation » ou du « devenir-sujet » à partir de la pensée du philosophe musulman indien Mohamed Iqbal, notamment de son ouvrage. Après plusieurs essais consacrés à la philosophie de la religion, notamment à partir d'études sur l'islam, il publie en 2014 une Histoire de l'humanisme en Occident./wikipedia

 

Parler aux enfants noirs du racisme : 8 suggestions judicieuses sur la manière de faire 

1° N'ayez pas peur d'en parler :

Lorsque nous évitons de parler de racisme à nos enfants, nous ne le faisons pas pour les protéger, nous le faisons pour nous protéger en évitant les choses qui nous mettent mal à l'aise. Ne laissez pas vos enfants être confronté au racisme dans les rues. Les racistes / suprématistes blancs tuent nos enfants tous les jours, donc l'idée que parler de racisme "traumatisera les enfants noirs" n'a absolument aucun sens si l'on considère les conséquences de leur incompréhension.

2° Soyez honnête au sujet du racisme/Suprématie Blanche:

Il ne faut jamais adoucir (ou falsifier) vos discussions sur le racisme / la suprématie blanche avec des inepties du genre "la couleur n'a aucune importance", "tout le monde est pareil", "il n'y a pas de couleur pour aimer", "certains Noirs sont trop racistes" ou n'importe quelle non-sens "politiquement correct" qui signifie que le locuteur ne dit pas la vérité sur le racisme. Les preuves parlent d'elle-mêmes. Cela implique que les parents aient la meilleure compréhension possible de la façon dont le racisme / la suprématie blanche fonctionne.

3° Commencez avec le meilleur moyen de communication:

Beaucoup de jeunes (et d'adultes d'ailleurs) ne s'intéressent pas aux livres sur l'Histoire des Noirs (bien qu'il existe quelques exceptions), mais ils pourraient regarder un film ou une vidéo. Il faut les inciter en organisant une soirée TV / Film / pizzas, avec un débat avant, pendant et / ou après le film.

4° Recherchez des Moments propices d'enseignements:

Regarder et discuter des événements récents ou articles de presse peut donner aux enfants plus de perspicacité à propos de ce qu'ils voient dans leur monde. Ils sont susceptibles de voir avec leurs propres yeux et d'en parler avec leurs amis. La mort de Trayvon Martin, l'acquittement de George Zimmerman et d'autres incidents très médiatisés comme la mort de Mike Brown sont de bonnes possibilités d'enseignements.

5° Expliquez comment l'industrie du divertissement perpétue le racisme:

L'idéal serait de réduire considérablement ou d'éliminer la télévision, les films et la musique pop dans votre maison, mais cela peut être irréaliste pour beaucoup de gens. Par conséquent, ce que nous pouvons faire est d'au moins surveiller ce que les enfants regardent et écoutent et discuter des nombreuses façons dont le racisme / la suprématie blanche est propagée à travers ces médias. Par exemple, dites honnêtement pourquoi les hommes noirs sont incités à porter des robes dans les films, pourquoi les plus célèbres artistes noires ont la peau claire, portent des tissages et des cheveux blonds, pourquoi les acteurs noirs ne sont pas représentés aimant ou faisant l'amour à des femmes noires dans les films et les publicités télévisées et pourquoi les Noirs sont souvent représentés s'agitant, se battant, manquant de respect et se rabaissant les uns les autres à la télévision.

6°Parlez de votre propre expérience du racisme:

Votre propre expérience personnelle avec le racisme peut être un matériel pédagogique efficace pour que vos enfants en tirent des leçons. Dites-leur la vérité sur ce que vous avez vécu, comment cela vous a affecté, comment cela vous a blesser, et leur permettre de voir que vous avez survécu à cela. Partagez les stratégies que vous avez utilisé pour essayer de résoudre vos problèmes.

7° Restez calme:

De plus, il est très important de ne pas aller dans une diatribe de jurons en parlant de ce ​​sujet. Il suffit de laisser les faits parler d'eux-mêmes. Cela vous aidera à apprendre à contrôler leurs émotions, à rester logique, à avoir du sang-froid et lorsqu'ils seront confrontés au racisme.

8° Apprenez à vos enfants à s'aimer eux-mêmes ainsi que leur race:

Des études récentes centrées sur le développement de la petite enfance ont constaté que les enfants afro-américains élevés dans une perspective de fierté, d'information et d'examen objectif de leur race, sont non seulement plus stables émotionnellement que leurs homologues "colorblind" [ceux pour qui la couleur n'a plus d'importance, NDLR] mais sont également plus susceptibles de de mieux réussir à l'école.

Enseignez-leur que le racisme n'est pas une réflexion sur les Noirs ou sur notre humanité; c'est une réflexion sur l'inhumanité des gens qui le pratiquent. Les Noirs ont été esclaves, mais beaucoup n'ont pas accepter les mauvais traitements et se sont levés pour eux-mêmes.

Source : http://atlantablackstar.com/

Les bienfaits des graines de Moringa ou Nébéday au Sénégal
by Sarah


Au Sénégal les médecins l'ajoutent dans les ordonnances pour renforcer le système immunitaire des enfants et pour lutter contre les carences.


 1 A propos des graines de Moringa
 1.1 La plante de Moringa
 1.2 Les nutriments de la plante de Moringa
 2 Les bienfaits des graines de Moringa
 2.1 Pression artérielle
 2.2 Taux de sucre dans le sang
 2.3 Les graines de Moringa sont riches en fibres
 2.4 Cholestérol
 2.5 Une peau plus belle
 2.6 Les graines de Moringa et la perte de poids
 2.7 Cancer
 2.8 Anti-Inflammatoire
 2.9 Les graines de Moringa améliorent la vue
 2.10 Système Immunitaire
 2.11 Dents et Os
 2.12 Les graines de Moringa encouragent la poussée des cheveux
 2.13 Le traitement de l'eau
 3 Comment utiliser les graines de Moringa
 3.1 Quelles quantités dois-je utiliser?
 4 Précautions à prendre pour consommer des graines de Moringa
 5 Note finale

                                                                                                                         A propos des graines de Moringa


Les graines de Moringa sont récoltées chaque année en Asie subtropicale et en Afrique. Elles sont trés appréciées pour leur forte valeur nutritionnelle, tout comme la plante elle-même.
Les graines de Moringa sont riches en vitamines et en minéraux dont le corps a besoin pour survivre. C'est cela qui prodigue aux graines ses qualités anioxydantes, anti-inflammatoires ainsi que contre le cholestérol.


En plus de ces bienfait « généraux », les graines de Moringa et leur forte valeur en vitamines nous prodiguent plus de vertus que les sources de nutriments vers lesquelles nous nous tournons habituellement:


 Les graines de Moringa ont plus de vitamine C que les oranges;
 Quatre fois plus de vitamine A que les carottes;
 Quatre fois plus de Calcium qu'un verre de lait;
 Trois fois plus de Potassium qu'une banane
 Et deux fois plus de protéines qu'un yaourt.


Au vu de ces résultats frappant, ce n'est pas une surprise de voir que les graines de Moringa sont devenues un super-aliment bien connu autour du globe. Ces vitamines sont essentielles pour permettre au corps de combattre les radicaux libres ( espèce chimique (atome ou molécule) qui possède un électron célibataire c'est-à-dire non apparié. Cette caractéristique le rend instable et lui procure une grande réactivité vis-à-vis des molécules environnantes. Un radical libre se stabilise au détriment de la molécule voisine qui devient à son tour un radical libre et ainsi de suite) et lutter contre l'oxydation.
La graine elle-même a une apparence particulière. Conçues de façon évolutive avec des ailes grises, les graines sont portées par le vent sur des terres fertiles afin qu'elles puissent se développer dans un endroit éloigné de l'arbre parent.


Elles ont une forme circulaire et sont plutôt grandes pour des graines. Elles se trouvent dans des gousses vertes semblables à des haricots verts.
Ces gousses peuvent atteindre une taille impressionnante et détenir jusqu'à des dizaines de graines. Durant les mois de reproduction, les arbres de Moringa produisent des centaines, voire des millier de gousses. Malgré le fait que les graines ne puissent êtres récoltées qu'une fois par ans, leur forte valeur en nutriment vaut la peine qu'on attende pour elles.


La plante de Moringa


La plante de Moringa_ aussi connue sous le nom « d'Arbre de Vie » a été une importante source de nourriture pour les cultures indigènes depuis des milliers d'années. Riche en nutriments et en minéraux, la plante fournit les acides aminés dont le corps a besoin pour devenir plus fort. Ces nutriments importants sont également présents dans le quinoa et les viandes, mais en moindres quantités.
Cette plante a toujours été utilisée dans les pratiques Ayurveda issues de l'Inde antique pour soigner et apporter de l'énergie. Elle traite également les problèmes de sommeil, de cheveux et de peau. De plus, elle permet de soigner pas moins de trois cent maladies.
Le Moringa est cultivé en Asie du sud et dans les tropiques, de plus sa croissance est rapide. Il peut être cultivé sur un sol dur ou dans de mauvaises conditions météorologiques sans aucun problème_ ce qui en fait une source de nourriture idéale pour les pays du Tiers Monde. Il peut être récolté à tout moment de l'année et fait office d'un véritable enrichissement nutritionnel dans des pays comme le Malawi et le Sénégal.


Les nutriments de la plante de Moringa
Afin de constater la richesse de la plante et de ses graines, il vous suffit de vérifier sa valeur nutritionnelle:
 8.53mg de Glucides
 2.1mg de Protéine
 3.2mg de fibres alimentaires
 0 de Cholestérol
 0.62mg de Niacine
 30mg de Calcium
 45mg de Magnésium
 50mg de Phosphore
 461mg de Potassium


Comme vous pouvez le voir, cette plante n'est pas avare en bienfaits!
Les bienfaits des graines de Moringa
Chaque parti de la plante de Moringa possède ses propres bienfaits. Que vous usiez les feuilles, les fleurs, les racines ou les graines, chacune aidera votre corps d'une manière différente.
Voici quelques un des bienfaits des graines de Moringa :
Pression artérielle
Les graines de Moringa permettent d'abaisser la tension artérielle. L'hypertension artérielle est un problème auquel le monde occidental doit faire de plus en plus face de par la montée du niveau d'obésité. L'hypertension peut causer de sérieux problèmes cardiovasculaires comment des attaques cardiaques ou des AVC. Moringa seeds .
Afin de réduire naturellement la tension artérielle, il est conseillé de faire de l'exercice régulièrement et de mener un mode de vie sain. Toutefois, pour les personnes ayant déjà atteint un stade critique, l'exercice peut être prohibé, et les médicaments seront la seule solution.
Des études préliminaires montrent que le Moringa et ses graines peuvent réduire la tension artérielle; toutefois d'autres recherches sont toujours en cours afin de totalement confirmer ces thèses. Les résultats actuels prouvent que les graines de Moringa éliminent les lipides oxydés et protège les tissus cardiaques des dommages. N'hésitez pas à consulter votre médecin avant de commencer la prise de Moringa afin d'équilibrer la tension artérielle.


Taux de sucre dans le sang


En plus de réduire la pression artérielle, les graines de Moringa permettent également de réduire le taux de sucre dans le sang.
Les graines, riches en zinc, aident le corps à réguler la sécrétion d'insuline. Quand celle-ci se stabilise, le taux de sucre dans le sens se trouve également régulé.
Malgré le fait que les études n'aient été jusque ici uniquement effectuées sur des rats de laboratoire, cette découverte pourrait encourager la prévention et la prise en charge thérapeutique de personnes touchées par des troubles tels que le diabète.


Les graines de Moringa sont riches en fibres


Comme écrit plus haut, les graines de Moringa sont riches en fibres. Les fibres travaillent « main dans la main » avec le corps pour maintenir un système digestif en bonne santé. Elle sont également importante pour le système cardiovasculaire. Les fibres présentes dans les graines de Moringa permettent de déplacer la nourriture dans le système digestif et de distribuer les nutriments dans tout le corps.
Cholestérol
Sans aucune présence de cholestérol dans les graines, le Moringa est connu pour inverser les effets d'un fort taux de cholestérol. Le fort taux de cholestérol dans le sang est lié au développement de maladies cardiaques. Dans la médecine antique Thaïlandaise, le Moringa est classé en tant que cardiotonique qui contrôle et améliore la façon dont le cœur se contracte.
Le Moringa produit des acides gras mono-saturés appelés acides oléiques. L'acide oléique (également présent dans l'huile d'olive) possède de nombreux bienfaits pour notre santé et prévient les caillots dans le sang ou les maladies cardiovasculaires. Si vous cherchez à améliorer votre régime alimentaire, remplacez les graisses animales saturées par du Moringa pour maintenir un bas niveau de cholestérol.


Une peau plus belle


Les huiles sont extraites à partir des graines afin de créer de nombreux produits cosmétiques. Les huiles contiennent jusqu'à trente antioxydants et un surplus de vitamine A qui en fait le choix idéal en ce qui concerne les produits pour la peau.
La vitamine A raffermit la peau, lui donnant un aspect rajeunit, et combat contre les signes de vieillissement et de stress. Cela est rendu possible en favorisant la formation de collagène entre les cellules de la peau.
Les huiles grasses qui sont également connues sous le nom « d'huile de Ben » forment 40% des graines. Elles sont incolores, inodores et possèdent une saveur douce. La peau absorbe les huiles sans qu'il y ai saturation à la surface de la peau_ tout en recevant toutes les qualités nutritives que l'huile a à offrir. L'huile fonctionne en tant qu'hydratant et que nettoyant antiseptique qui débarrasse de l'acné, des boutons et points noirs.


Pour l'utiliser sur le visage, il suffit d'appliquer quelques gouttes sur la peau et masser, tout comme avec n'importe quelle crème hydratante ou huile de massage.
Les graines de Moringa et la perte de poids
« L'huile de Ben » extraite des graines de Moringa décompose les graisses animales saturées dans le corps et travaille avec le système digestif pour éliminer les graisses dont le corps n'a pas besoin. Ainsi, l'huile réduit les graisses du ventre.
Cancer
D'après certains scientifiques, les qualités anti-cancérigènes que possède le Moringa peut accélérer la mort des cellules cancéreuses et empêcher leur développement et leur prolifération. Des chercheurs pense que consommer des graines de Moringa pendant trois semaines consécutifs peut effectivement entraver et prévenir le cancer du colon.


Anti-Inflammatoire


La plante de Moringa est bien connu pour être un anti-inflammatoire naturel; et les graines le sont également. Les graines de Moringa peuvent réduire la douleur et stimuler la santé de nos articulations. Les articulations sont fortifiées grâce aux acides aminés et aux protéines présents dans la graine, et ceci permet de redonner aux personnes souffrant d'arthrite un peu d'indépendance.
Les graines de Moringa améliorent la vue
La vitamine A renforce le système immunitaire et répare la membrane muqueuse. Grâce à cela, les graines de Moringa permettent de maintenir un bonne vue.


Système Immunitaire


Nous sommes tous au courant des qualités impressionnantes de la vitamine C. Les graines de Moringa ont un fort taux de vitamine C, ce en fait une solution idéale pour stimuler le système immunitaire. Ces vitamines servent à combattre les radicaux libres et les agents infectieux.
L'énorme apport en nutriments que prodigue la consommation de la plante de Moringa stimule le système immunitaire et aide à soigner les ecchymoses, les coupures, les brûlures et les blessures mineures plus rapidement.


Dents et Os


Riche en zinc, en calcium et en d'autres minéraux. , les graines de Moringa assurent un bien-être général. D'autres minéraux se trouvent dans les graines, comme par exemple le fer qui réduit et prévient les symptômes d'anémie. Le calcium maintient des dents et des os forts. Le zinc est également connu pour faciliter la spermatogenèse (le processus de production du sperme chez l'homme).
Les graines de Moringa encouragent la poussée des cheveux


Tout en veillant sur notre corps en interne, les graines de Moringa peuvent également prodiguer des bienfaits aux cheveux. La vitamine C présente dans les graine peut encourager et améliorer la circulation du sang dans le cuir chevelu pour aider les follicules pileux à se développer et à se fortifier. Cela résulte en une chevelure plus saine.
Le zinc et la vitamine A favorisent également la pousse du cheveu. Tout en nourrissant le tissu capillaire et en réparant les cellules, les zinc maintient les glandes sébacées (glandes présentes dans la peau, annexées au poils, sécrétant le sébum qui limite le dessèchement de la peau, joue un rôle bactéricide et lubrifie le poil) écartées afin que les follicules puissent absorber autant de nutriments que possible.
Les huiles extraites des graines peuvent être utilisées comme shampoing_ afin d'apaiser les cuirs chevelu qui démangent et de se débarrasser des pellicules.

Le traitement de l'eau


Les graines de Moringa, ainsi que leur huile, sont actuellement testées pour traiter l'eau sale. Cela pourrait permettre aux habitants des pays du Tiers Monde de bénéficier d'eau potable et propre beaucoup plus facilement. Cela faciliterai également la lutte contre les maladies liées à l'eau, très présentes dans ces zones.
Les graines de Moringa possèdent de nombreux autres bienfaits, comme par exemple en ce qui concerne la perte de poids, la constipation ou l'insomnie. Assurez-vous de prendre conseils auprès de votre médecin afin de savoir dans quelles mesures la consommation de Moringa peut vous être bénéfique.


Comment utiliser les graines de Moringa

Les graines sont plutôt uniques de par leur apparence; avec des « ailes » d'un blanc grisâtre les entourant. Toutefois, tout comme d'autres graines, les graines de Moringa peuvent être mangées tout comme des noix et ajoutées aux céréales. Quand elles sont mélangées aux graines de chanvre, les graines de Moringa vous fournissent un stimulant d'énergie.
Autrement, si vous avez la possibilité de vous procurer des graines de Moringa fraîches, vous pouvez les servir bouillies en accompagnement, tout comme des petits pois. Elles peuvent également êtres cuites à la vapeur ou rôties pour des sauces ou ragoûts.
D'autres suggèrent que les graines peuvent être explosées tout comme du maïs soufflé.


Quelles quantités dois-je utiliser?


Jusqu'ici, le Moringa est relativement nouveau pour le monde occidental. De ce fait, aucun niveaux stricts de dosage n'a été établi. Si vous avez peur de consommer trop ou pas assez de graines de Moringa, demandez conseil à votre vendeur ou à un nutritionniste.
D'après les recherches effectuées en laboratoire, la dose « idéale » actuelle semble être de 150 à 200 mg par kg. Voici ci-dessous des estimations approximatives des dosages selon le poids :


 65 kg – 1600-2200 mg
 90kg – 2100-2900 mg
 110 kg – 2700 -3600 mg


Le Moringa devrait être consommé sans modération. Les données ci-dessus sont les dosages maximum. Avant d'atteindre ces niveaux, essayez de petites doses car chaque personne réagit différemment.
Si vous ressentez des effets secondaires ou dont vous n'aviez pas connaissances dus à la consommation de Moringa, mettez y un terme immédiatement et consultez votre médecin généraliste.
Précautions à prendre pour consommer des graines de Moringa


Tout comme n'importe quel autre complément ou médicament, il y a quelques précautions à prendre en considération avant d'utiliser les graines de Moringa pour son bénéfice personnel.
Malgré le fait que ce complément soit entièrement naturel, il peut tout de même y avoir des complications ou des effets secondaires; il est donc préférable de prendre connaissance des quelques précautions à prendre avant de commencer n'importe quel traitement.


 Ne pas consommer en ayant l'estomac vide


Il n'est pas conseillé de consommer des graines de Moringa tout en ayant l'estomac vide, cela pouvant entraîner des vomissements.


 Peler les graines avant de consommer


Certaines personnes suggèrent que garder la peau autour des graines et les laver dans de l'eau salée peut être bénéfique pour la perte de poids ou une désintoxication.
Toutefois, nous ne vous conseillons pas de manger les graines avec la peau.


 Ne pas consommer de graines si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.


Si consommer des feuilles ou de la poudre de Moringa en étant enceinte est sans danger, les graines ont un taux très élevé en fibres et en vitamines, et il n'est pas conseillé d'en consommer durant la grossesse.
En revanche, les graines de Moringa sont très efficace pour améliorer la libido et maintenir les cellules reproductives. Cela peut aider si vous cherchez à concevoir.
Note finale
Il est facile de voir comme la plante de Moringa et ses feuilles peuvent être bénéfiques pour le corps humain. De plus elle prévient les maladies, soigne et améliore la santé, c'est vraiment un des meilleurs super-aliments existants.
Avec cette capacité à prodiguer des soins naturels et des compléments alimentaires, tout en améliorant les conditions de vie dans le Tiers Monde, cette plante n'a vraiment aucun inconvénient.
Il existe un bon nombre de recettes en ligne qui intègrent les feuilles et les graines de Moringa, il y a donc de nombreuses façon de bénéficier des vertus des graines de Moringa.


https://www.moringasiam.com/fr/

Ne jamais laisser tomber ses méddicments prescrits par le médecin. Ces plantes sont des alicaments. P BC

 

Sur internet, vous sachant surveillé, vous n'êtes plus vous-même : le refroidissement social.
Tijman Shep, critique hollandais des technologies, appelle cela le "refroidissement social".


Emilie Brouze

Avez-vous déjà hésité à cliquer sur un lien ou une vidéo, en vous disant que vos agissements d'internaute sont enregistrés et pourront un jour se retourner contre vous ?
Si oui, vos réticences pourraient s'inscrire dans ce que Tijman Shep, critique hollandais des technologies, appelle le "refroidissement social" (ou "social cooling"), une notion qu'il détaille sur son site.


Si vous vous savez épié, vous allez sans doute changer votre comportement. Devant une caméra, vous ne dites pas à voix haute tout ce qui vous passe par la tête mais vous filtrez ce qui est acceptable ou pas de formuler.


On commence à observer la même chose sur internet, développe Tijman Shep : les internautes sont de plus en plus conscients que leurs agissements sont transformés en données qui pourraient, à terme, leur porter préjudice.

Alors pour leur bonne réputation numérique, ils s'autocensurent, se conforment, restent prudents. Ce sont les effets secondaires d'une société qui baigne dans le big data.


Obsession de la notation


Une théorie aux airs de "Nosedive" ou "Chute libre" en français, le premier épisode de la saison 3 de "Black Mirror". Les personnages qui évoluent dans un monde pastel passent leur temps à se noter de 0 à 5 sur leur téléphone et à surveiller constamment leur nombre d'étoiles. Lacie en fait une obsession et s'évertue à être charmante, douce et souriante pour plaire et ainsi améliorer sa note qui lui permettra de décrocher les avantages qui vont avec (l'appartement rêvé).
Parce que la chute a de graves conséquences, les relations sociales dans ce monde régi par la notation sonnent fausses, superficielles.
Lacie observe envieuse Naomi, une amie d'enfance, qui se répand sur les réseaux sociaux avec son insolent 4,6/5. Quand elle lui propose d'être sa demoiselle d'honneur, la jeune femme, interprétée par Bryce Dallas Howard, y voit l'occasion rêvée d'exploser sa note en déclamant le discours parfait devant un parterre d'invités bien notés. Jusqu'au faux pas... Et à la dégringolade sociale (moins de trois étoiles sur cinq).
Sur le site communautaire Reddit, où est consacré une discussion au "refroidissement social", un internaute écrit éviter d'utiliser Gmail ou Facebook Messenger, "car sinon, quand j'écris quelque chose, j'ai en tête ce que l'algorithme en retiendra".


Données perso


"Les gens commencent à comprendre que leur 'réputation numérique' peut restreindre leurs opportunités", expose Tijman Shep.
Les données brutes extraites des comportements numériques des internautes sont analysées et transformées par les "data-brokers" (courtier de données), qui monnaient ces "données dérivées".


Les "données dérivées" sont construites à partir des "likes", des historiques de navigation et d'achat ou encore des commentaires. Elles vont permettre aux sociétés de calculer et déduire qu'untel ou unetelle aime le bricolage, les romans d'aventure, attend ou veut un enfant, a des problèmes psychologiques, suit un régime, est extravertie, gentille, sympa, plutôt de droite, juive, catho, etc.


Des renseignements personnels utiles pour cibler les internautes/consommateurs.


En 2015, des chercheurs avaient montré que les femmes sont moins enclines à recevoir sur Google des publicités pour des emplois de service très bien payés. L'algorithme semblait privilégier les hommes pour ces annonces.


Autre exemple : le big data est utilisé par certaines sociétés de crédit pour évaluer la solvabilité des demandeurs.


Réchauffement climatique


Comme dans "Black Mirror", Tijman Shep explique que les internautes conscients de ce que leurs données pourraient laisser à penser d'eux vont changer leurs comportements pour ne pas être évalués négativement.


Le "refroidissement social" décrit les impacts négatifs à long terme
• une culture du conformisme (avec l'autocensure) ;
• une culture d'évitement du risque ;
• une rigidité sociale accrue (qui limite notre capacité et volonté à lutter contre l'injustice).
Le critique interroge : allons-nous devenir plus raisonnable, moins humain ? Des points de vue minoritaires vont-ils encore pouvoir émerger dans cette économie de la réputation ?
Tijman Shep dessine un parallèle avec le réchauffement climatique. Tout comme la pollution l'était, le refroidissement social est invisible, subtile. Complexe. Et la prise de conscience lente.

"Lorsque les algorithmes jugent tout ce que nous faisons, nous devons protéger le droit à l'erreur", lit-on sur SocialCooling.fr.

"Tout est mémorisé par le 'big data', le droit à ce que nos erreurs puissent être oubliées est nécessaire."

"Effet d'intimidation"


Mais le "refroidissement social" n'est pas un concept si nouveau.
Les révélations sur la NSA d'Edward Snowden, en 2013, marquent le début d'une prise de conscience sur la surveillance de masse. Plusieurs chercheurs ont étudié les effets d'intimidation qui en ont découlé.


On parle en anglais du "chilling effect" : lorsqu'un individu hésite ou refuse d'exercer sa liberté d'expression par peur des sanctions légales possibles.
Jon Penney, chercheur associé au Citizen Lab de l'université de Toronto, a ainsi étudié la consultation de 48 articles de la version anglophone de Wikipédia contenant des termes relatifs au terrorisme. Il constatait une chute de la consultation de ces articles dans les deux mois qui ont suivi les premières révélations de Snowden, rapportait "Libération".


Des chercheurs ont enregistré une diminution des requêtes Google portant sur des mots-clés dits sensibles dans les mois qui ont suivi les révélations de 2013.
Signe des temps : l'autocensure gagne sur les réseaux sociaux


La chercheuse américaine Elizabeth Stoycheff avait interrogé 255 individus via une enquête en ligne, au cours de laquelle on leur demandait de réagir à un article clivant. Il était rappelé à une partie des participants que leurs agissements pouvaient être potentiellement surveillés par la NSA :
"Pour la majorité des participants, la probabilité d'exprimer son opinion dans un climat hostile diminuait significativement lorsqu'un rappel de la surveillance du gouvernement avait été lu."


La chercheuse concluait que les programmes de surveillance en ligne renforcent l'opinion dominante et non l'expression des voix minoritaires. "Il est difficile de protéger et d'étendre les droits des populations vulnérables quand leur point de vue ne se fait entendre nulle part", expliquait-elle au "Washington Post".
"La démocratie a besoin de diversité intellectuelle pour s'épanouir et l'autocensure l'assèche."
A noter que l'autocensure d'opinions minoritaires peut aussi s'expliquer par la peur de se retrouver isolé : c'est la "spirale du silence".


Pire que les codes sociaux ?


Fin juin, notre collègue Xavier de La Porte traitait du concept de "refroidissement social" dans sa chronique matinale sur France-Culture. Il interrogeait :
"Pourquoi cela serait-il pire que d'obéir aux codes sociaux de l'environnement que nous habitons dans la vie physique ?

Après tout, il n'y a pas que la vie en réseau qui exige de nous une forme d'auto-contrôle sur ce que nous disons ou faisons ?

Est-ce pire de répondre à ces exigences à cause des algorithmes que sous la pression de la morale, la religion ou tout simplement la bienséance ?

Et même – soyons un peu de mauvaise foi –, est-ce que cela nous ferait tant de mal un peu de retenue ?Et si, au fond, les algorithmes se transformaient en une sorte de surmoi automatique et extérieur, serait-ce bien grave ?"


Emilie Brouze


http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20170724.OBS2496/sur-internet-vous-sachant-surveilles-vous-n-etes-plus-vous-meme.html#

Page 6 sur 431

AUDIO

La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries