Départ, c'est comprendre la Vie telle qu'elle est pour vivre la vie, penser l'Ailleurs, l'essentiel, la part, la patience et dire la vérité.

Pr. Lamine NDIAYE est Professeur titulaire UCAD Président du Réseau Ouest-africain des Collèges d'Écoles doctorales.

Départ, Partir, S'éteindre ; Dormir, DIRE AUTREMENT LA FAUCHEUSE.....QUI SURPREND TOUJOURS

« Mon promotionnaire le Pr Lamine NDIAYE responsable de l'Ecole doctorale à l'UCAD de Dakar est endeuillé depuis 11 mois. Voici que je commande des ouvrages à l'harmattan et je tombe sur un petit ouvrage qui rappelle le petit prince.

Le nom ne me frappe pas mais la graphie du titre oui l'esthétique ou la calligraphie des lettres m'intéresse. Puis comme je suis curieux je continue pour éventrer ce livre qui m'intrigue. Oui la lecture est agréable même si le sujet est difficile. Je pose le livre pour mieux l'interroger et je me demande c'est qui ce Lamine Ndiaye, j'espère que ce n'est pas le même, mon ami de Besançon qui m'a accueilli et avec qui j'ai fait philo alors que savant et intelligent, il était inscrit à un double DEUG philo Socio.

J'envoie un email (j'étais inquiet, je ne comprenais pas son texte ou du moins je sentais une angoisse ou une peine existentielle, un chagrin, une interpellation) à mon ami qui répond souvent tardivement (il reçoit beaucoup d'emails) mais curieusement je reçois une réponse et il me confirme que c'est bien lui l'auteur.

Lamine a souvent produit des ouvrages volumineux, qui témoignent de son érudition et du travail monumental qu'il abat à la suite de Louis Vincent Thomas et de Abdoulaye Bara DIOP, et voir un si petit livre me surprend de lui.
Eh oui, petit livre certes, mais un livre inquisiteur et interrogatif, spirituellement dense, philosophiquement inspiré.

Lamine est un polymathe, il est sobre mais garde en lui un savoir encyclopédique, les cultures traditionnelles couplées de façon cohérente avec les savoirs universels.
Mon ami a perdu son épouse voici plus de 11 mois et je lui dis pourquoi ne m'avoir rien dit. Mais Lamine n'aime pas déranger ses amis, mais quand une si grande peine nous surprend les amis sont des recours pour étancher la peine, il faut s'interdire de s'interdire de parler, de les informer. C'est le sens de l'amitié sans intérêt.

Pour l'accompagner dans cette douleur vive que je comprends à travers ses mots, ses pensées hautement inspirées, j'ai voulu écrire à ma façon pour rendre hommage à cette épouse partie si tôt et laissant mon ami un peu seul mais qui peut compter sur ses amis sa familles et ses étudiants et collègues » Toutes nos condoléances cher ami.   Pape B CISSOKO

Départ est une pensée « terre à terre » de la vie qui aide à mieux vivre.

Des départs s'autorisent... D'autres n'ont pas à être autorisés. C'est cela le sens de notre éternité qui doit gagner le match se jouant, au quotidien.

Dois-je me résigner à divorcer d'avec toi pour que ma vie soit perdante ? Pourquoi, mais pourquoi mon dieu, t'emploies-tu à mettre un trait sur notre amour incarné, pour nous tracer un parcours dont tu es sûre que le tissu sur lequel il repose peut se détraquer et se détricotera un jour, à l'heure qui échappe à notre vigilance

Tu es poussière et redeviendras poussière
Tu nous unis et tu nous désunis, tu ne nous préviens pas, tu nous mets en mal avec nos choix de vie, tu nous déshonores.


C'est en choisissant de naitre que j'ai signé mon passeport pour le voyage éternel


Un départ non accompagné, vécu seul


Une traversée, toujours inattendue, dont ceux et celles qui l'ont comprise, un matin, un soir, le jour, la nuit, au lit, au travail, en dormant, au réveil, riches, pauvres, contents, mécontents, en se mordant les dents désespérément, sereins, on ne sait pas, n'ont pas eu l'amabilité de nous conter leurs expériences de l'itinéraire

Pour vivre la vie   Que faire?


Il faut choisir entre vivre et périr


Meilleur choix ne peut être que vivre, et même de survivre, s'il faut, pour elle, pour toutes, pour tous, pour les autres, pour tout le monde

Sensible à ton sourire étincelant, qui m'a parlé ce jour ou la décision est venue de ne plus me parler que d'esprit à esprit, de conscience à conscience d'âme à âme

«La mort est un dialogues des intelligence invisibles et indicible

Penser l'Ailleurs

Je sens ton corps angélique dégager les parfums dont l'origine semble être plus céleste que terrestre

L'Essentiel

*Destin qui taraude les esprits sans raison, la crainte n'y a pas de place-La vie se résume à 3 choses hier aujourd'hui et demain
Ku anaane sa dono sa dewin naaw quiconque est jaloux envers sa progéniture meurt d'une mauvaise mort

La vie est un combat sans fin

La Part


Notre part la partie de la vie qui ne se refuse pas. C'est le départ dont nous ne décidons ni du jour no de l'heure

La patience

J'ai fouillé en âme et conscience, partout où il est bon de chercher.
Patience portez-moi, emportez-moi où vous voulez, telle une femme qui découvre l'homme de sa vie et, émue d'amour, cède à toute forme de propositions pour suivre, sans refus, l'âme sœur dont la beauté du corps et du cœur sidère.

Pitié à celui qui manque de patience..

.
Les patients dominent leur cœur, le monde, l'humanité ; la vie comme Job.
Patience maitre de toutes les vertus. Si je ne m'impatiente pas, la patience me montre la voie, selon l'adage wolof.
Par notre patience, nous traitons, avec soins nos humanités boiteuses, confonds-toi en moi...
La patience s'apprend avec le voisinage

Et de dire la vérité

Peut-on en tout liberté dire la vérité ?

Permets-moi de poser une dernière question à laquelle je veux que tu me donnes la réponse.
Pourquoi as-tu prie, un jour, le très haut, à qui tu t'es toujours confiée, de te rappeler à lui, bien avant moi, malgré la différence d'âge que tu semblais ignorer ?
Je sais que la mort ne connait pas l'âge

Mais je veux comprendre avant mon départ


TABLE

Comprendre la Vie telle qu'elle est...----------------------09
Pour vivre La vie...----------------------------------------------19
Penser l'Ailleurs...--------------------------------------------- -29
L'essentiel...---------------------------------------------------- -37
La part...---------------------------------------------------------- 51
La patience...---------------------------------------------------- 57
et dire la vérité.---------------------------------------------- 67


Bibliographie

PARENTÉ ET MORT CHEZ LES WOLOF
Traditions et modernité au Sénégal
Lamine Ndiaye

VIE ET MORT EN QUESTIONS
La quête de la paix des (sur)vivants
Lamine Ndiaye

MORT ET THÉRAPIE EN AFRIQUE
Enjeux, représentations et symboles
Lamine Ndiaye

Ritualité féminine de la mort en milieu Wolof du Sénégal
• La vie commence quand le trépas donnera ses droits et privilèges à la femme
• Lamine Ndiaye
• Dans Études sur la mort 2015/1 (n° 147), pages 181 à 191

 

La vague d'indignation internationale est à la hauteur de la méprise et de la grossièreté, être écrivain ou animateur n'autorise pas certains écarts". Pape B CISSOKO

Lors de l'émission de grande écoute « On n'est pas couché » coproduite (avec Catherine Barma) et animée par Laurent Ruquier, enregistrée au studio Gabriel le 30 mai 2019 et diffusée sur la chaîne publique France 2 le samedi 1er juin 2019, l'une des chroniqueuses de l'émission, la romancière Christine Angot, a implicitement accusé d'antisémitisme les descendants d'esclaves soucieux d'honorer la mémoire de leurs ancêtres en les accusant de provoquer une concurrence des mémoires). Par la suite, elle a tenu, à propos de l'esclavage et de la déportation des Africains, dans une séquence destinée à faire la promotion d'un ouvrage du journaliste Franz-Olivier Giesbert, des propos qui ont provoqué un énorme scandale :


« Les juifs, pendant la guerre, ça a bien été de les exterminer, c'est-à-dire de les tuer. Et ça introduit par exemple une différence fondamentale, alors que l'on veut confondre, avec par exemple l'esclavage, l'esclavage des noirs, envoyés aux États-Unis, etc, ou ailleurs... C'était exactement le contraire : l'idée c'était au contraire qu'ils soient en pleine forme...
[Franz-Olivier Giesbert (hochant la tête pour approuver) : Qu'ils soient en bonne santé, bien sûr !]
...qu'ils soient en bonne santé pour pouvoir...


[Franz-Olivier Giesbert : Travailler au maximum, ouais !]


... pour pouvoir les vendre et qu'ils soient commercialisables. Donc non, ce n'est pas vrai que les traumatismes sont les mêmes, que les souffrances infligées aux peuples sont les mêmes. »


Comme on le voit dans l'extrait de l'émission ci-dessous, l'invité, Franz-Olivier Giesbert, dont Christine Angot faisait la promotion du livre, approuve totalement, en hochant la tête, les propos tenus par la chroniqueuse sur l'esclavage. Bien plus, il lui sert de souffleur, comme si elle n'en disait pas assez.


Il convient de rappeler que Franz-Olivier Giesbert a été condamné en janvier 2014 pour « diffamation publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur nationalité chinoise », ce qui l'a conduit à démissionner de son poste de directeur de la publication de l'hebdomadaire Le Point.
L'animateur de l'émission, Laurent Ruquier, n'intervient pas.


L'émission ayant été préenregistrée, l'animateur-producteur a maintenu au montage la séquence problématique, qui a été approuvée par le diffuseur -France Télévisions- après visionnage.
Les propos de Christine Angot ont provoqué un torrent de réactions indignées, dont 1000 signalements au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).


L'un des signalements a été fait par Annick Girardin, ministre des Outre-mer.


Le 5 juin, l'association des amis du général Dumas, présidée par l'écrivain Claude Ribbe, qui organise la commémoration du 10 mai, depuis 2009 à Paris et depuis 2014 à Villers-Cotterêts (les deux manifestations étant placées, depuis 2018, sous le haut patronage du Président de la République) a transmis une plainte au Procureur de la République de Paris pour apologie du crime de réduction en esclavage (article 24 de la loi de 1881).


De son côté, Olivier Serva, député de la Guadeloupe et président de la délégation Outre-mer de l'Assemblée nationale, avait signalé les faits au parquet.
La cuisinière Babette de Rozières, conseillère régionale d'Ile-de-France, a exprimé sa vive réprobation le 5 juin sur TV5 Monde.
La présidente de France-Télévisions, Delphine Ernotte, n'a, pour sa part, pas réagi.


Dans un post mis en ligne le 6 juin, Claude Ribbe s'était étonné du silence et de l'inaction du président du GIP pour la mémoire de l'esclavage.
En réaction, Jean-Marc Ayrault a adressé le 7 juin une lettre ouverte à Delphine Ernotte la mettant directement en cause, de même que Laurent Ruquier puisqu'elle précise que les propos de Christine Angot n'auraient pas dû être diffusés.


De leur côté, Laurent Ruquier et Franz-Olivier Giesbert ont soutenu les propos de Christine Angot en déclarant que le tollé qu'ils ont provoqué n'était qu'une polémique « inutile » pour l'un, « lamentable » pour l'autre.


Laurent Ruquier a vainement tenté d'étouffer l'affaire et d'éviter tout dépôt de plainte en invitant, à l'émission diffusée le 8 juin, pour un « droit de réponse » réconciliateur, en présence de Christine Angot, Frédéric Régent, le président du comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage (CNMHE) nommé en 2016 par François Hollande , Serge Romana, qui – prônant une « mémoire apaisée »- se présente comme étant à l'initiative de la fondation « esclavage et réconciliation« , financée par des Békés de la Martinique représentant les principales familles qui furent esclavagistes et détiennent aujourd'hui de puissants leviers économiques et Dominique Sopo, président de SOS Racisme.
Cependant, des appels à boycotter l'émission ONPC (ne pas y participer et surtout ne plus la regarder) et à s'en tenir à une réponse judiciaire ont circulé sur les réseaux sociaux.
Comme on pouvait s'y attendre, la séquence – surtout destinée à donner un droit de réponse à Christine Angot et à tenter de faire jouer aux trois invités, un rôle complaisant de faire-valoir- a été diffusée en fin d'émission, à une heure de faible audience, et n'a rien changé à l'affaire.
Christine Angot, sous la pression, avait présenté des excuses le 4 juin, regrettant de n'avoir pas su « trouver les mots » pour se faire comprendre, sans pour autant remettre en question sa vision hiérarchique des souffrances et des crimes contre l'humanité.
L'appendice à l'émission du 8 juin n'était qu'une occasion de lui permettre de réitérer ses excuses précédentes.
« J'ai voulu rapprocher les deux crimes contre l'humanité que sont l'esclavage et la Shoah, tout en prenant soin de de spécifier la différence fondamentale de méthode dans la déshumanisation, d'un côté exterminer les personnes, de l'autre leur retirer leur humanité pour en faire des objets de commerce qu'on achète et qu'on vend. L'expression 'en bonne santé' était cependant absurde. Je suis bien consciente que de nombreux esclaves ont été tués et que le propriétaire exerçait sur eux un droit de vie et de mort. Indifférencier les souffrances infligées par ces crimes me paraît dangereux. L'indifférenciation pouvant conduire à l'indifférence. Je n'ai pas su trouver les mots. Je le regrette. Mon travail est de me faire comprendre. Je m'excuse d'y avoir échoué. Il me tenait à

coeur d'éloigner la concurrence victimaire dont certains jouent. «


– Christine Angot, communiqué de presse, 4 juin 2019.


Elle n'est pas revenue sur l'idée que l'esclavage, tel qu'il fut pratiqué à l'encontre des Africains, était « exactement le contraire » d'une mise à mort de masse.
Pourtant, les historiens estiment que pour un esclave arrivant aux colonies, cinq Africains trouvaient la mort an cours des opérations de traite et de déportation.
Les chiffres retenues pour la traite atlantique oscillant autour de 12 millions d'esclaves débarqués, on arrive à la conclusion que l'esclavage a fait plus de 30 millions de morts en Afrique sur le seul critère du racisme.


En outre, l'espérance de vie d'un esclave aux colonies était d'environ 5 ans, comme le rappelle Alexandre Dumas dans un texte particulièrement détaillé.
Si la finalité de l'esclavage n'était pas de tuer l'esclave sans le faire travailler, n'était-elle pas de le tuer au travail ?
Sans parler, lors de la tentative de rétablissement de l'esclavage par Napoléon, de l'extermination d'une partie de la population haïtienne en 1803-1804 – y compris par gazage – sous le seul critère de la couleur de peau.


Quoi qu'il en soit, il ne peut y avoir d'esclavage de masse visant une population donnée sans tuerie au moins collatérale de masse. En ce sens, l'esclavage visant les Africains est bien évidemment inséparable du génocide qui l'accompagna nécessairement.
En 2015, la chanteuse Joëlle Ursull avait fait à François Hollande les mêmes reproches que ceux qui ont été adressés en 2019 à Christine Angot. Mais comme l'intéressé était Président de la République, beaucoup de gens avaient fait semblant de ne pas avoir entendu. Certains membres du gouvernement avaient pris la défense du Président avec des arguments analogues à ceux de Christine Angot, ce qui démontre bien que le mal est prohttp://www.une-autre-histoire.org/laffaire-angot/fondément enraciné

La Guyane commémorait ce week-end l'abolition de l'esclavage du 10 juin 1848, en présence de Christiane Taubira, qui est revenue sur les récents propos tenus par Christine Angot, avec la verve qu'on lui connaît :*

« Je sais que vous avez été nombreux à être émus par des propos inqualifiables, qui ont été tenus récemment, sur une télévision publique [...] Moi je dis que nous avons là une circonstance intéressante, pour tester notre placidité, notre impavidité, notre aptitude à faire front, notre capacité à résister à ces inepties blessantes et injurieuses. Parce qu'il faut quand même un esprit sacrément tordu pour vouloir comparer les tragédies humaines entres elles. Il faut être particulièrement inculte pour penser que l'esclavage a pu être cela à n'importe quelle période et en particulier en cette longue période spécifique où l'esclavage a été organiquement lié à la traite, c'est-à-dire en clair au commerce d'êtres humains, à la vente et à l'achat de femmes, d'hommes, d'enfants, au point qu'il leur fallu inventer des théories raciales, racialistes et racistes, pour justifier leur commerce. Et montrer de la désinvolture, face à une réalité humaine aussi massive et aussi douloureuse, est une marque d'immaturité et l'attitude est obscène. Et puis quand même, il faut une dose extraordinaire d'imbécilité pour s'habiller, sortir de chez soi, passer au maquillage, entrer sur le plateau d'une télévision publique et déblatérer en proférant des énormités archaïques et odieuses, autant qu'elles sont invraisemblables. Vous voyez que nous n'avons pas à nous en faire, il y a des gens à qui nous n'avons rien à dire, parce qu'il n'y pas entre nous le minimum essentiel : la conviction de l'unité de l'espèce humaine, la certitude que dénier sa dignité à une seule personne au monde met en péril l'espèce toute entière. Nous n'avons rien à dire à des personnes qui ne savent pas qui nous sommes : survivants obstinés, résilients magnifiques, voilà ce que nous sommes. »

_(Source : FRANCE GUYANE, 11 juin 2019, er)_

La polémique ayant fait suite aux paroles de Christine Angot lors de l'émission « On n'est pas couché » ne retombe pas. C'est désormais au tour de l'ancien Premier ministre de déplorer le manque de réaction de France Télévision.


Jean-Marc Ayrault, président de la mission de préfiguration de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, a regretté vendredi que les propos polémiques de la romancière Christine Angot sur l'esclavage aient pu être diffusés dans l'émission « On n'est pas couché » sans être rectifiés.


Plusieurs représentants de l'Outre-mer avaient déjà saisi le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) en début de semaine.


Christine Angot a déclaré samedi dernier lors de l'émission diffusée sur France 2 que « le but avec les Juifs pendant la guerre, cela a bien été de les exterminer », alors que « avec l'esclavage des Noirs [...] L'idée c'était au contraire qu'ils soient en pleine forme, qu'ils soient en bonne santé, pour pouvoir les vendre et qu'ils soient commercialisables ».
Elle a ajouté que ce n'était « pas vrai que les traumatismes sont les mêmes, que les souffrances infligées aux peuples sont les mêmes ».
Souci d'exactitude


Dans un courrier à Delphine Ernotte, présidente du groupe France Télévision, Jean-Marc Ayrault s'est étonné « qu'aucune des personnes présentes sur le plateau n'ait jugé nécessaire de rectifier sur le champ de telles contre-vérités, et que, alors que l'émission n'était pas en direct, ce passage ait pu ensuite être diffusé en l'état ».
« Si l'on attend en toutes circonstances du service public le souci de l'exactitude dans l'évocation des faits historiques, cela est encore plus vrai lorsqu'il est question des pages les plus sombres de notre histoire », a-t-il ajouté.


Pour lui « hiérarchiser deux crimes contre l'humanité, reconnus et condamnés comme tels, n'a aucun sens et ne fait qu'alimenter cette + concurrence des mémoires + qu'il s'agissait pourtant de dénoncer ».


« Quant à l'évocation de la réalité de l'esclavage, elle est simplement aberrante », juge-t-il, voyant là « le signe de l'ignorance qui persiste dans notre pays sur ces pages de notre passé, y compris dans les milieux supposément les mieux informés ».


Les regrets d'Angot


De nombreux élus et personnalités, notamment d'outre-mer, se sont offusqués des propos de la romancière, qui a ensuite dit regretter « de ne pas avoir réussi » à se faire comprendre, de n'avoir « pas su trouver les mots », et « d'avoir blessé » par ses propos.
L'historien Claude Ribbe, président de l'association Les amis du général Dumas (né esclave et père d'Alexandre Dumas), a annoncé avoir déposé plainte contre X pour apologie du crime de réduction en esclavage.


La Fondation pour la mémoire de l'esclavage doit être installée « dans les tout prochains mois », dans l'hôtel de la Marine place de la Concorde, a promis Emmanuel Macron en mai dernier.


https://www.ouest-france.fr/medias/france-2/selon-ayrault-les-propos-polemiques-de-angot-sur-l-esclavage-n-auraient-pas-du-etre-diffuses-6387659

Christine Angot: ses propos sur l'esclavage n'auraient pas dû être diffusés selon Jean-Marc Ayraul
• Par Le TVMag.com AFP agence


L'ancien Premier ministre de François Hollande et actuel président de la mission de préfiguration de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage a regretté que les paroles de la chroniqueuse de l'émission On n'est pas couché n'aient pas été rectifiées au montage avant leur diffusion samedi dernier.


Jean-Marc Ayrault, président de la mission de préfiguration de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, a regretté vendredi que les propos polémiques de la romancière Christine Angot sur l'esclavage aient pu être diffusés dans l'émission On n'est pas couché sans être rectifiés.


La chroniqueuse a déclaré samedi dernier lors de l'émission diffusée sur France 2 que «le but avec les Juifs pendant la guerre, cela a bien été de les exterminer», alors qu'«avec l'esclavage des Noirs (...) L'idée c'était au contraire qu'ils soient en pleine forme, qu'ils soient en bonne santé, pour pouvoir les vendre et qu'ils soient commercialisables». Elle a ajouté que ce n'était «pas vrai que les traumatismes sont les mêmes, que les souffrances infligées aux peuples sont les mêmes».


» LIRE AUSSI - On n'est pas couché: trois raisons de ne pas regretter le duo Christine Angot-Charles Consigny


Dans un courrier à Delphine Ernotte, présidente du groupe France Télévision, dont l'AFP a eu copie, Jean-Marc Ayrault s'est étonné «qu'aucune des personnes présentes sur le plateau n'ait jugé nécessaire de rectifier sur le champ de telles contre-vérités, et que, alors que l'émission n'était pas en direct, ce passage ait pu ensuite être diffusé en l'état». «Si l'on attend en toutes circonstances du service public le souci de l'exactitude dans l'évocation des faits historiques, cela est encore plus vrai lorsqu'il est question des pages les plus sombres de notre histoire», a-t-il ajouté.
«Ignorance chez les mieux informés»


Pour lui «hiérarchiser deux crimes contre l'humanité, reconnus et condamnés comme tels, n'a aucun sens et ne fait qu'alimenter cette "concurrence des mémoires" qu'il s'agissait pourtant de dénoncer». «Quant à l'évocation de la réalité de l'esclavage, elle est simplement aberrante», juge-t-il, voyant là «le signe de l'ignorance qui persiste dans notre pays sur ces pages de notre passé, y compris dans les milieux supposément les mieux informés».


De nombreux élus et personnalités, notamment d'outre-mer, se sont offusqués des propos de la romancière, qui a ensuite dit regretter «de ne pas avoir réussi» à se faire comprendre, de n'avoir «pas su trouver les mots», et «d'avoir blessé» par ses propos.


L'historien Claude Ribbe, président de l'association Les amis du général Dumas (né esclave et père d'Alexandre Dumas), a annoncé avoir déposé plainte contre X pour apologie du crime de réduction en esclavage. La Fondation pour la mémoire de l'esclavage doit être installée «dans les tout prochains mois», dans l'hôtel de la Marine place de la Concorde, a promis Emmanuel Macron en mai dernier.

 

Ouverture Philosophique
ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATIONPHILOSOPHIE RELIGIONS

Il y a plus de 350 ans, Spinoza stupéfiait l'Europe par sa philosophie de la Nature révolutionnaire. Aujourd'hui, sa conception de l'homme, et du corps en particulier, est encore d'une brûlante actualité.

En effet, on assiste à une revalorisation du corps et à la nécessité d'une plus grande symbiose entre l'homme et la Nature. Pour Spinoza, l'âme s'étonne devant la complexité du corps. Qu'est-ce donc qu'un corps ?


Qui sait ce que peut un corps, son corps ? Jusqu'à quel point suis-je mon corps ?


Comment peut-on devenir libre et expérimenter le « salut » ?

Comment faire corps-société, si chaque corps cherche à augmenter sa propre puissance ?

Comment faire corps-société, si chaque corps cherche à augmenter sa propre puissance de penser, de sentir et d'agir?

Quelle est donc la vérité et l'épreuve du corps : soi-même, ou autrui, c'est-à-dire les autres corps?Comment mettre corps et âme d'accord dans leur corps à corps?

Connaissent-ils le même sort au bout de la vie ?


L'auteur propose de faire une immersion dans ce monde passionnant, en cherchant à connaître les origines de l'anthropologie de Spinoza (ses dettes à l'égard de l'Écriture, de Descartes et d'Aristote), ses originalités et ses limites.

L'auteur cherche ici à connaître les origines de l'anthropologie de Spinoza, ses originalités et ses limites.

Julius Brown Jr est originaire de l'île anglophone de la Dominique. Il est docteur en théologie et philosophe (Master). Après avoir exercé en tant que pasteur et professeur de philosophie, il est maintenant écrivain, conférencier et conseiller. Il a notamment publié Le Dévoilement final : le Dieu qui se révèle en se cachant ; À la Recherche de l'Amour ; Santé totale et salut.

jeudi, 13 juin 2019 11:33

MARGINAL. ROMAN Mour Seye

 

Ce roman est un véritable plaidoyer pour la réinsertion sociale et professionnelle des anciens détenus.

Harmattan Sénégal
LITTÉRATURE ROMANS, NOUVELLES AFRIQUE SUBSAHARIENNE Sénégal

Accusé de trafic de drogue, Djibril, jeune étudiant, est arrêté puis emprisonné pendant trois ans avant d'être relaxé.

À sa sortie de prison, il est rejeté par la société. Il fréquente quelque temps un gang avant de devenir assistant d'un maître coranique.

Son existence bascule et Djibril découvre d'autres réalités de la vie en marge de la société.

Une nuit, contre toute attente, Djibril disparait malgré lui et se retrouve dans la situation la plus extravagante et la plus sombre de sa vie. Fera-t-il le bon choix ?

Ce roman est un véritable plaidoyer pour la réinsertion sociale et professionnelle des anciens détenus.

Né en 1989 à Khombole (Thiès), Mour Sèye est professeur de Lettres. Slameur-parolier et chroniqueur politique à la radio Campusactu, il est membre du Cénacle des jeunes auteurs du Sénégal (CJAS). Poète-écrivain, Mour Sèye est aussi membre du Collectif Parlons poésie et a participé à l'anthologie poétique De Cris et d'encre parue en 2018.

Page 1 sur 612

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...

Video galleries

logotwitterFacebook