Filtrer les éléments par date : dimanche, 03 juin 2018

*Tombouctou* extrait de "when we ruled", de Robin WalkerVille - la plus riche du monde-# Le saviez vous ? #

Merci à Marie-Thérese BLANC

A'u 14ème siècle, la ville de Tombouctou était 5 fois plus grande que Londres?

Et même qu'elle était alors la ville la plus riche du monde?

Près de 200 ans avant Colomb, des marins Maliens débarquent en Amérique !!!

La ville malienne de Tombouctou avait une population de 115 000 personnes au 14ème siècle - cinq fois plus peuplée que la Londres médiévale.

National Geographic a récemment décrit Tombouctou comme le « Paris » du monde médiéval, en raison de sa culture intellectuelle. Selon le professeur Henry Louis Gates, 25 000 universitaires y ont étudié.

"Beaucoup de vieilles familles d'Afrique de l'Ouest ont des collections de bibliothèques privées qui remontent à des centaines d'années. Les villes mauritaniennes de Chinguetti et Oudane ont un total de 3450 livres médiévaux écrits à la main. Il y aurait 6000 autres livres dans la ville de Oualata. Certains remontent au 8ème siècle après JC. Il y a un peu plus de 11 000 livres dans des collections privées au Niger.

Enfin, à Tombouctou, au Mali, il y a environ 700 000 livres survivants. Ils sont écrits en Mande, Suqi, Peul, Sudani. Le contenu des manuscrits concerne les mathématiques, la médecine, la poésie, le droit et l'astronomie. Ce travail représente la toute première encyclopédie, au 14ème siècle, bien avant que les Européens n'en aient l'idée plus tard, au 18ème siècle...

Une collection de mille six cents livres était considérée comme une petite bibliothèque pour un Érudit de l'Afrique de l'Ouest au 16ème siècle. Le Professeur Ahmed Baba de Tombouctou annonçait avoir la plus petite bibliothèque de tous ses amis - il ne disposait que de 1 600 volumes.

Concernant ces vieux manuscrits, Michael Palin, dans sa série télévisée « autour du Sahara », a déclaré que l'imam de Tombouctou « dispose d'une collection de textes scientifiques qui montrent clairement les planètes en orbite autour du soleil ». Elles datent des plusieurs centaines d'années. . . Preuve palpable de ce que les érudits de Tombouctou en savaient beaucoup plus que leurs homologues Européens.

Au XVe siècle à Tombouctou les mathématiciens connaissaient la rotation des planètes, connaissaient les détails de l'éclipse, ils savaient des choses qu'il a fallu attendre près de 200 ans pour savoir en Europe, à l'avènement de Galillée et Copernic.

L'ancienne capitale malienne de Niani avait un bâtiment au 14ème siècle appelé la salle d'audience. Il était un surmonté d'un dôme, orné d'arabesques de couleurs vives. Les fenêtres de l'étage supérieur étaient faites de bois et encadrées d'argent; celles des étages inférieur étaient faites de bois et encadrées d'or.

Les Marins maliens sont arrivés en Amérique en 1311, 181 années avant Christophe Colomb. Un savant égyptien, Ibn Fadl Al-Umari, a évoqué ce fait, autour de 1342. Dans le dixième chapitre de son livre, il y a un compte rendu de deux grands voyages maritimes commandés par le prédécesseur de Mansa Musa, un roi qui hérita du trône malien 1312. Les auteurs modernes l'identifient comme Mansa Abubakari II. »

Ces événements se déroulent à une période où l'Europe en tant que continent était plongé dans l'âge des ténèbres, ravagée par la peste et la famine, ses habitants s'entretuant pour des raisons religieuses et ethniques

Témoins de la grandeur de l'empire du Mali sont venus de toutes parts au monde. Sergio Domian, un amateur d'art et architecte italien, a écrit ce qui suit à propos de cette période: "C'est ainsi qu'ont été jetées les bases d'une civilisation urbaine. Au faîte de sa puissance, le Mali avait au moins 400 villes, et l'intérieur du delta du Niger était très densément peuplée"

extrait de "when we ruled", de Robin Walker

Publié dans Afrique

 

Va où l'humanité te porte par Raphaël PITTI Un médecin exemplaire

« Septembre 2012. Dans ma voiture pour me rendre à la polyclinique de Nancy où j'exerce, je tourne le bouton de l'autoradio et je n'imagine pas que ce geste va changer ma vie. Sur France Culture, un médecin franco-syrien raconte avec émotion les bombardements, les combats de rue, la guérilla entre les différentes factions et les tortures exercées par le régime de Bachar el-Assad sur les civils syriens et les professionnels de santé. Je ressens au fond de ma chair chacun de ses mots et j'entends son appel à l'aide.


J'ai été médecin militaire sur des zones de combat. Aller soigner là-bas s'impose comme une évidence. Soigner mais aussi témoigner, dénoncer ce qui me révolte : voilà ce qui me porte depuis toujours. C'est surtout une manière de dire non à l'indifférence, à la cécité ambiante devant le malheur des autres, à l'inertie face à la tragédie. Seule l'action vaut engagement, même si cela s'accompagne d'une prise de risque. Et me voici embarqué pour un étonnant voyage... »


Raphaël Pitti raconte l'urgence qui le porte à soigner et à s'engager auprès de ses confrères en Syrie. Au fil des pages, il évoque son enfance à Oran pendant la guerre d'Algérie, sa vocation, ses missions en Afrique ou chez lui à Metz, porté par sa foi qui le pousse vers le soulagement de la souffrance de l'autre.

Un témoignage inspirant, un éloge de l'espérance.


https://www.tallandier.com/livre-9791021028470.



 


En septembre 2012, en route vers la clinique de Nancy où il dirige le service de réanimation, Raphaël Pitti entend sur France Culture le témoignage d'un médecin franco-syrien qui évoque les bombardements des hôpitaux par le régime de Bachar al-Assad. « Ça m'a interpellé, confie ce pied-noir natif d'Oran. On ne tue pas un médecin parce qu'il soigne. » Premier agrégé de médecine d'urgence en France, en 1996, rompu à l'exercice, il contacte ce confrère en détresse et propose son aide. « Il m'a dit qu'il ne pouvait pas assurer ma sécurité sur place, mais je l'ai mis devant le fait accompli », raconte Raphaël Pitti.


Quelques jours plus tard, le docteur arrive à l'hôpital, à 45 kilomètres d'Alep. Après une première nuit passée à soigner des blessés, il constate que les équipes médicales locales sont dépassées. « Ils ne faisaient pas la distinction entre les urgences relatives, les urgences absolues et les blessés qu'il faut malheureusement laisser mourir », se souvient Raphaël Pitti, qui prend alors la décision de les former. Pendant près de cinq ans, il consacre ses vacances, soit plus de vingt séjours clandestins en Syrie, à enseigner ses techniques à des médecins venus de tout le pays, qui répandent ensuite ce précieux savoir. 


Il s'engage aussi au Bangladesh


Dans Va où l'humanité te porte, cet infatigable optimiste raconte sa belle aventure, évoque sa foi chrétienne et n'oublie pas ses autres engagements, auprès des Rohingyas, exilés au Bangladesh, où il s'est rendu à l'automne, et des migrants en France. Ancien soutien d'Emmanuel Macron pendant la campagne, il a fini par rendre sa Légion d'honneur en décembre, déçu par la politique migratoire du gouvernement.

Publié dans Ex-libris

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Video galleries

logotwitterFacebook