Filtrer les éléments par date : dimanche, 10 juin 2018

Pour la première fois, le Conseil de sécurité à l'ONU a sanctionné, jeudi, six chefs de réseaux de trafics d'êtres humains actifs en Libye. Des sanctions essentiellement dissuasives -gels des comptes bancaires et interdictions de voyager- mais qui s'appliquent immédiatement. Un arrêté du ministère français de l'Economie et des Finances a d'ailleurs annoncé leur mise en application ce vendredi 8 juin. Ces sanctions sont une première pour l'ONU, qui considère désormais le trafic d'êtres humains comme un crime international.

« Sur le plan de l’action des Nations unies et de leur compétence, on a franchi un pas, puisque c’est lONU qui décide de sanctions à l‘égard de personnes », explique Delphine Perrin, chercheur au LPED, le Laboratoire Population Environnement Développement de l'IRD, l'Institut de recherche pour le développement.

« Pour cela, il faut que le Conseil de sécurité ait reconnu une menace à la paix internationale et agir sur la base du chapitre 7. Ce qui n’avait jamais été fait pour le trafic de migrants, pointe la chercheur. Là, on a la confirmation que le trafic de migrants est considéré non seulement comme un crime – ce qui était déjà le cas depuis des protocoles adoptés en 2000 – mais comme un crime international, au même titre que le terrorisme et la piraterie. »

Delphine Perrin souligne qu’en trois ans, la situation a bien évolué. « En 2015, l’UE avait voulu faire reconnaître ce trafic de migrants comme une menace à la paix internationale et obtenir l’autorisation du Conseil de sécurité pour mener une opération militaire navale dans les eaux territoriales libyennes et lutter contre le trafic de migrants. Et cela lui avait été refusé. Donc on voit qu’il y a eu une évolution importante. Probablement liée à la diffusion de la vidéo de CNN de novembre 2017, montrant une vente aux enchères. »

Par RFI

Publié dans Afrique

Alors qu'ils menaient d'un petit but à Osijek contre les Croates, les Lions de la Téranga ont laissé à leurs adversaires les munitions dont ils avaient besoin pour recoller au score, puis remporter ce match amical (2-1) ce 8 juin. Avant leurs début dans la Coupe du monde 2018, les Sénégalais ont encore besoin de travailler sur leur concentration et sur leur réalisme.

Après le match nul contre le Luxembourg le 31 mai dernier (0-0), les joueurs du Sénégalais passaient un test d'un tout autre calibre ce vendredi 8 juin. A Osijek, les Mondialistes ont défié la Croatie, à l'extérieur donc. Et ils ont quitté le stade Gradski VRT sur une défaite (2-1).

Le joli but d'Ismaïla Sarr

Ce match aura été riche en enseignements, et pas seulement pour le Sénégal. Rappelons que la Croatie, lors de son premier match de la Coupe du monde 2018, affrontera le Nigeria dans le groupe D. Les Super Eagles ont sans doute été aussi attentifs à ce match de préparation.

De la première période, peu de choses sont à retenir, si ce n'est que face aux Lions de la Téranga, le sélectionneur croate Zlatko Dalic a aligné d'entrée une équipe séduisante avec Dejan Loren, Ivan Rakitic, Ivan Perisic, Luka Modric et Mario Mandzukic entre autres. Après 45 premières minutes sans grand relief, le match s'est emballé dès le début de la seconde période. Et ce sont les Sénégalais qui ont frappé les premiers.

Sur une très bon ballon par-dessus la défense en profondeur dans le dos de la défense croate, botté par Alfred Ndiaye, Ismaïla Sarr s'est illustré: un contrôle parfait et une reprise instantanée du gauche pour ouvrir le score. Le jeune milieu offensif (20 ans) n'a pas laissé passer l'occasion de mettre les siens sur les bons rails (48e).

Ismaïla Sarr a ouvert le score pour le Sénégal en amical contre la Croatie en match de préparation du Mondial 2018, le 8 juin.Antonio Bronic/Reuters

Les Lions sénégalais craquent avec un manque de chance

Piquée au vif, la Croatie a vite réagi et Andrej Kamaric a allumé une première mèche en tirant sur la barre transversale (53e).  L'attaquant a ensuite contraint Abdoulaye Diallo à une superbe parade (59e). La troisième occasion croate a été la bonne. C'est sur coup franc qu'Ivan Perisic a égalisé (63e). Pas de chance pour Diallo; le tir du joueur de l'Inte Milan a été dévié par son mur et l'a pris à contre-pied.

Le réveil des Croates a mis les Sénégalais à mal. Juste avant l'égalisation, Sadio Mané aurait pu faire le break, mais le feu follet de Liverpool n'a pu contrôler le cuir et s'ouvrir les portes d'un duel crucial. Après le but de Perisic, les joueurs d'Aliou Cissé ont laissé leurs adversaires prendre le contrôle du jeu et de la balle.

Erreur fatale de la défense

Et ce qui devait arriver arriva. Peu en réussite jusque-là, Kamaric a pu s'infiltrer dans la surface et tirer au but une première fois. Kalidou Koulibaly l'a contré, mais l'attentisme de la défense a offert à l'attaquant une deuxième opportunité de tirer. Cette fois, personne n'a pu empêcher le ballon d'aller au fond des filets (78e).

Le Sénégal a bien essayé de revenir en fin de match. Mais Mané a vu son coup franc terminé sa course sur le coin du but croate. Et dans le temps additionnel, Cheikh N'Doye a légèrement trop tardé pour frapper, permettant à Vedran Corluka de se jeter et de contrer son tir.

 

Faute de réalisme et de plus de rigueur en défense, les Lions de la Teranga ont raté le coche face à une bonne équipe croate, qui dispose d'un réservoir de qualité mais qui a dû être malmenée pour se remettre d'aplomb. Il reste quelques jours et un dernier match de préparation contre la Corée du Sud le 11 juin en Autriche pour que la sélection sénégalaise corrige ce qui doit l'être avant le début de la Coupe du monde en Russie (premier match contre la Pologne le 19 juin).

Antonio Bronic/Reuters

Publié dans Sport

La sélection tunisienne a longtemps accroché son homologue espagnole ce samedi 9 juin en amical. Ce n'est qu'en fin de rencontre que la Roja a trouvé la faille et marqué le seul but de ce dernier match de préparation au Mondial 2018 (1-0). Les Aigles de Carthage pourront regretter leurs occasions manquées.

Pas de victoire pour la Tunisie au terme de ses trois matches de préparation à la Coupe du monde 2018 (14 juin-15 juillet). Après les nuls face au Portugal (2-2 le 28 mai) et face à la Turquie (2-2 le 1er juin), les Aigles de Carthage se sont cette fois inclinés, ce samedi 9 juin, contre l'Espagne (1-0).

La Tunisie a craqué dans les cinq dernières minutes

A Krasnodar en Russie, les joueurs de Nabil Maaloul n'ont pas démérité. Au contraire, ils ont même sérieusement bousculé une sélection espagnole riche en talents mais étrangement hors du coup ce samedi soir. Dès la 12e minute, profitant d'une erreur de la défense espagnole, Ferjani Sassi a contraint David De Gea a une parade. Puis, Naïm Sliti a eu une superbe occasion, seul aux six mètres, mais sa reprise a manqué le cadre.

Si le sélectionneur Julen Lopetegui cherche encore qui aligner en attaque, la fin du match lui a peut-être donné de bons éléments de réponse. C'est le moment qu'ont choisi les entrants Diego Costa et Iago Aspas pour crucifier la Tunisie. Le premier a livré un excellent travail pour affoler la défense tunisienne et servir le second, dont la reprise puissante a pris Aymen Mathlouthi à contre-pied (84e) et offert la victoire aux siens.

L'Espagne est sûre de ses forces, mais elle devra quand même faire preuve de plus de sérieux lorsque la compétition commencera dans quelques jours, a fortiori dans le groupe B où elle fera face au Portugal, au Maroc et à l'Iran. La Tunisie n'est pas vraiment rassurée par ce résultat final. Mais avoir tenu la dragée haute à la Roja a peut-être donné confiance aux Tunisiens. Ils seraient bien avisés d'en faire usage face à l'Angleterre, leur premier adversaire du groupe G le 18 juin, avant la Belgique et le Panama.

Pierre-Philippe Marcou/AFP

Publié dans Sport

A Lyon, l'équipe de France a eu chaud ce samedi 9 juin en amical face aux Etats-Unis. Longtemps menés au score, les Bleus ont finalement trouvé les ressources pour renverser les Américains dans les dix dernières minutes grâce à Kylian Mbappé (1-1). Les vice-champions d'Europe n'ont pas rassuré.

Après les victoires contre l'Irlande (2-0) le 28 mai et contre l'Italie (3-1) le 1er juin, l'équipe de France voulait faire la passe de trois dans ses matches préparatoires au Mondial 2018 face aux Etats-Unis, ce samedi 9 juin. Il s'agissait de faire le plein de confiance avant de s'envoler pour la Russie. Le contrat n'est pas vraiment rempli. Face à une sélection jeune et pas qualifiée pour la Coupe du monde, les Bleus ont dû se contenter d'un match nul (1-1).

Les erreurs de Sidibé et Lloris plombent les Bleus

Il y avait pourtant de quoi être optimiste face à la domination tricolore en première période. Critiqué ces derniers temps et surtout depuis sa prestation ratée contre l'Italie, Paul Pogba s'est montré en jambes dans le premier acte. Le milieu de terrain a donné le ton d'entrée en envoyant un joli tir tendu sur le poteau après cinq minutes de jeu.

Mais la maîtrise n'est pas suffisante. Il faut aussi faire preuve d'efficacité. Malgré la bonne entente du trio offensif Mbappé-Giroud-Griezmann, les Bleus n'ont pas su concrétiser leurs occasions. Et ce qui leur pendait au nez arriva juste avant la pause.

Sur leur première occasion, les Américains ont trouvé la faille en profitant des largesses défensives françaises. Sur un centre a priori anodin, Djibril Sidibé a raté son contrôle et a glissé, laissant à Julian Green l'opportunité de frapper en pivot. Le tir de l'attaquant a trompé Hugo Lloris, pas non plus irréprochable sur le coup car le ballon est passé par un trou de souris dans son angle fermé au premier poteau.

 

Mbappé sauve les Bleus

La pause n'a pas permis aux Bleus de se remettre les idées à l'endroit. La seconde période est repartie sur les mêmes bases: une possession largement en faveur des Français, une domination territoriale nette mais une incapacité à concrétiser tout ça. Les nombreux changements n'ont pas changé grand chose. Il manquait de fraîcheur dans les rangs des hommes de Didier Deschamps.

Finalement, le salut est venu des pieds du prodige Kylian Mbappé. Bien servi par Benjamin Pavard - auteur d'une bonne entrée en jeu - l'attaquant de 19 ans a réussi à battre Zackary Steffen d'un tir sans contrôle dans la surface (79e). C'est son quatrième but sous le maillot des Bleus.

Kylian Mbappé a marqué son 4e but avec l'équipe de France face aux Etats-Unis à Lyon le 9 juin 2018Emmanuel Foudrot/Reuters

Il faudra être plus efficaces en Russie

Ragaillardie par cette égalisation, l'équipe de France a insisté dans les dernières minutes pour arracher la victoire. Mais Steffen a sorti de belles parades face aux derniers tirs dangereux de Nabil Fekir et Ousmane Dembélé. A l'arrivée, les vice-champions d'Europe doivent donc se contenter d'un match nul face à une nation non-qualifiée pour la Coupe du monde.

Au moins, il n'y a pas eu de casse (juste un choc a priori pour Giroud et un coup sans gravité pour Mbappé) et la France n'a pas concédé une défaite qui aurait fait des dégâts dans les têtes avant de s'envoler pour la Russie. Didier Deschamps et ses joueurs devront toutefois travailler leur efficacité dans la semaine qui s'ouvre. Le 16 juin, ils entrent pleinement dans le Mondial avec un premier match contre l'Australie.

 

 
Publié dans Sport
Page 1 sur 3

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook