Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"
Filtrer les éléments par date : dimanche, 01 avril 2018

« Il est interdit d'interdire » : une erreur de Mai 68 ROGER-POL DROIT–les echos

Fabien Clairefond pour Les Echos


La célébration des 50 ans de Mai 68 s'annonce bruyante et convenue. Il est néanmoins bon de revenir sur l'une de ses formules emblématiques, révélatrice de l'ambiguïté du mouvement.

"il est interdit d'interdire"

Phrase emblématique de l'esprit de 1968, scandée ou écrite sur les murs.

Locution-phrase, lancée par l'humoriste Jean Yanne et reprise par un inconnu. Elle fut écrite sur les murs de la Sorbonne, lors des événements de mai 1968. C'est un procédé autoréférentiel très employé depuis.

Des livres, bien sûr, mais aussi des dossiers, des numéros spéciaux, des débats télévisés, des commémorations de toute nature... les 50 ans de Mai 1968 vont donner lieu à une effervescence déjà partout programmée. Aucune vraie nouveauté attendue : tout et son contraire a déjà été dit et redit, depuis un demi-siècle, sur cette révolution imaginaire.


Son bilan est loin d'être nul, certes, mais il est pour le moins contrasté. Illusions, archaïsmes et fantasmes ont coexisté dans cette pseudo-vraie fête, avec des enthousiasmes réels et de singulières nouveautés.

Les témoins survivants se chamaillent encore, interminablement, style « anciens combattants ». Quant aux historiens, sociologues et analystes de toute obédience, ils poursuivent, eux aussi, leurs bilans divergents. Je ne rêve pas de mettre un terme à ces querelles sans fin, qui intéressent de moins en moins.
Je souhaite simplement rappeler un symptôme de l'ambiguïté de Mai 1968, une de ses formules emblématiques : « Il est interdit d'interdire ». Longtemps, ce fut une des phrases marquantes de ce moment, avec notamment « Sous les pavés, la plage » ou « Soyez réalistes, demandez l'impossible ».


' Interdit d'interdire' fut, à l'origine, une boutade de l'humoriste Jean Yanne.


« Interdit d'interdire » fut, à l'origine, une boutade de l'humoriste Jean Yanne. Très vite, cette maxime s'est vue élevée au rang de règle unique - abolissant, par définition, toutes les autres. Au premier abord, ce fut jugé fort sympathique, libératoire, euphorisant. Et pourtant, si on réfléchit deux secondes, c'est tout à fait inhumain, et, si l'on ose dire, carrément indéfendable. Voici pourquoi.


Au premier abord, la formule est séduisante. Pour la simple raison que les interdictions ne sont jamais attirantes ni agréables. Dès lors, proclamer qu'il est interdit d'interdire sonne comme une déclaration de liberté totale :

où ce qui était entraves et limites se trouve désormais hors jeu !

Fini les contraintes, les oppressions, les convenances. Adieu les bienséances absurdes, les conventions arbitraires.

Bonjour la grande effervescence des désirs, des jouissances énergumènes. Vive l'infinie spontanéité des corps, des rêves et des jouissances.

Tous les carcans disparaissent... par magie. Si plus rien n'est interdit, on a l'impression que la vie, soudain, est plus intense, plus heureuse et plus libre. On peut marcher sur les pelouses, dessiner sur les murs, se dénuder à loisir.


• Les effets pervers de la joyeuse utopie de 68


Malgré tout, pareil sentiment se révèle vite n'être qu'une duperie. Du moins si on prend au sérieux l'aspect radical et universel de cette formule. Encore faut-il, pour éviter les malentendus, ajouter quelques précisions et précautions. Moins de contraintes, voilà généralement une bonne chose.

Envoyer balader éducations rigides, moeurs puritaines, répressions tatillonnes est utile et bienfaisant, en tout cas le plus souvent.


Diminuer les interdits, c'est augmenter les libertés - personne ne le conteste.

Mais ce n'est pas cela que dit l'impératif en question, qui ne préconise pas de diminuer les interdits mais qui décrète leur complète annulation.

Il ne suggère pas d'être souple dans leur application, mais bien de les éradiquer. Bref, il décide que tous les interdits sont frappés d'interdiction.


S'il devenait interdit d'interdire le meurtre, l'inceste, le harcèlement, les violences, les injures et les tortures... alors le monde ne serait plus humain.


Or, pareille universalité, si on envisageait un instant qu'elle se mît réellement en oeuvre, déboucherait aussitôt sur une barbarie destructrice. S'il devenait interdit d'interdire le meurtre, l'inceste, le harcèlement, les violences, les coups arbitraires, les injures, les humiliations et les tortures... alors le monde ne serait plus humain ni vivable. Il se transformerait inéluctablement en pur rapport de force, où ne survivraient que les plus durs, où ne domineraient que les plus cruels.


Ne rien interdire du tout, c'est en finir avec la loi, celle du droit aussi bien que celle de l'éthique. Or, il n'y a de monde humain, et de liberté possible, qu'en raison de quelques puissants interdits fondateurs.

Le rêve d'un monde absolument sans interdit n'a rien d'un paradis.

Ce serait un cauchemar, qui renverrait l'humanité au chaos et à la destruction.

Au triomphe des forts et à l'écrasement des faibles, donc au résultat exactement inverse à celui qu'un mouvement d'émancipation doit viser.


Toute l'ambiguïté de Mai 68 se résume peut-être là. Secouer de vieilles pesanteurs était fort utile, mais on fit, pour y parvenir, l'éloge inconsidéré de la transgression permanente et généralisée-ce qui était fort stupide et, à terme, fort dommageable.

Dire qu'il est interdit d'interdire... ce devrait être interdit !

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/idees-debats/.99

Publié dans Société

Le Paris Saint-Germain s’est imposé face à Monaco en finale de la Coupe de la Ligue ce samedi 31 mars à Bordeaux (3-0). Edinson Cavani, auteur d'un doublé et Angel Di Maria sont les deux buteurs parisiens. Le PSG remporte sa cinquième Coupe de la Ligue d'affilée.

Kylian Mbappé, passé à côté de la finale de la Coupe de la Ligue en 2017 avec Monaco (4-1), désormais dans l’autre camp, devait démontrer qu’il est, en l’absence de Neymar, un vrai leader offensif du Paris Saint-Germain.

Quelques jours après son premier doublé en Bleu face à la Russie en match amical, le jeune joueur parisien revient aux affaires du football hexagonal : pour marquer face à son ancienne maison, où il était plus décisif qu’avec le PSG. 

Efficace sur le côté droit et homme du match

Kylian Mbappé, qui effectue sa première accélération sur le couloir droit (2e), avant de placer un centre qui trouve Danijel Subasic, est à l’origine du penalty accordé aux Parisiens. Après une deuxième course, cette fois dans l’axe, Mbappé est fauché dans la surface monégasque après avoir déposé Yuri Tielemans, puis Jemersonest taclé par Kamil Glik. Sa vitesse et sa capacitéà éliminer ses adversaires lui permettaient de trouver le chemin des filets la saison dernière avec 15 buts en Ligue 1.

Sans être buteur, le natif de Bondy en banlieue parisienne, transféré de Monaco au PSG l’été dernier avec un prêt avec option d’achat à 180 millions d'euros bonus compris, est à l’origine de l’ouverture du score signé Edinson Cavani, très tôt en début de rencontre (8e).  Sur le deuxième but parisien, signé Angel Di Maria, c’est encore Mbappé qui est à la manœuvre en lançant l’Argentin côté droit (22e). Une ouverture lumineuse pour celui qui aura pesé lors des quarante-cinq premières minutes. Sur un centre de Cavani, Kylian Mbappé aurait pu ajouter le troisième but parisien en se jetant sur le ballon, mais il est un peu trop court (27e). En seconde période, Mbappé perd un tête-à-tête face à Danijel Subasic (58e). Il se rattrape en fin de rencontre avec une passe décisive sur le troisième but parisien et doublé de Cavani (85e).

« J’espère qu’il ne sera pas à son niveau, c’est encore le meilleur moyen de l’arrêter », avait plaisanté Leonardo Jardim, son ancien coach à Monaco. Mbappé, 19 ans, troisième meilleur buteur du club parisien derrière Edinson Cavaniet Neymar, aura largement pesé sur la rencontre en étant décisif sur les trois buts.

Joueur important de Monaco la saison dernière et demi-finaliste de Ligue des Champions, Mbappé, désigné homme du match, a fait le choix de quitter le Rocher pour passer un cap. Ce soir, il repart avec sa première Coupe de la Ligue en poche. De quoi effacer la désillusion de l’an dernier quand Monaco avait pris l’eau.

RFI

Publié dans Sport

En Gambie les élections locales se rapprochent. La campagne électorale a officiellement démarré la semaine dernière pour les scrutins qui se dérouleront les 12 avril et 12 mai prochains. En avril pour les conseillers locaux et en mai pour les maires. Le président Adama Barrow a dû quitter son parti, l'UDP, lors de son élection à la tête du pays pour devenir indépendant. Il ne fait donc officiellement pas campagne pour un parti mais un rassemblement organisé à Soma, au centre du pays, samedi 31 mars, avait néanmoins des airs de meeting politique. Reportage.

Au début, le thème du discours était la réconciliation, puis le président Adama Barrow se saisit de l'occasion pour célébrer le rôle des femmes en politique.

« Je veux commencer par féliciter toutes les femmes gambiennes ! Quand les citoyens ont décidé de s'allier pour montrer leur amour du pays, les femmes ont décidé de s'organiser et se mobiliser pour la paix et la réconciliation ».

En tout cas, ce n'est pas un meeting politique, martèle Foday Gassama, l'un des coordinateurs régionaux de l'UDP, le parti démocratique unifié. « L'équipe a décidé de venir ici aussi pour discuter avec les communautés, quelle que soit leur affiliation politique. Je crois vraiment que c'est une coïncidence, même si ça se déroule pendant la campagne, il n'y a aucune connexion ».

Pourtant, la couleur jaune de l'UDP est partout. Pour Madi, habitant de Soma, il s'agit de mobiliser les électeurs. « Lors des dernières élections législatives, le président était venu dans la région. C'est la même chose maintenant pour les élections locales. C'est lié, [c'est] pour que les gens soient concernés par les élections», nous explique t-il.

Et selon Augusta, le rassemblement pourrait influencer les votes : « Je pense que ce n'est pas innocent, pour que les gens s'intéressent à ces élections qui arrivent, et soient attirés pour voter. Quand on voit comment les gens se déplacent pour assister au rassemblement, ça montre qu'ils sont fiers de ce qui se passe, et au moment de voter, ils participeront dans ce sens ».

Il s'agira des premières élections locales depuis le départ de Yahya Jammeh, un test qui permettra de redessiner la carte politique de cette nouvelle Gambie.

RFI

Publié dans Afrique

« Deux modifications de la Constitution du Sénégal en deux ans : cela s’appelle du  tripatouillage constitutionnel. C’est une première au Sénégal. Refusons-le ! Refusons le Sénégal devenu république bananière. Refusons d’être la risée de l’Afrique  et du monde ! ». Voilà la sentence de l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, leader de l’Act, sur l’initiative du régime en place de valider le parrainage des candidatures à la présidentielle. Dans un communiqué en date d’hier, vendredi, Abdoul Mbaye et cie se sont portés-en-faux contre toute modification de la Charte fondamentale du Sénégal.

« Sous le couvert d’un souci de justice, ce qui est demandé aux candidats indépendants (article 29 de la Constitution) le serait aussi aux candidats de partis ou de coalitions de partis. Mais l’objectif de Macky Sall, de ses alliés et serviteurs zélés est ailleurs : chercher à éliminer des candidats dangereux pour lui, par la loi ou la modification de la loi, cette dernière serait-elle fondamentale », a dit le leader de l’Act. Et de poursuivre : « Nous connaissons bien cet homme; il est dans une démarche qui se renouvelle.

Par la réforme constitutionnelle de 2016, il a introduit l’article 25-1 (« L’exploitation et la gestion des ressources naturelles doivent se faire dans la transparence..») ; on sait par contre ce qui s’est passé avec Timis Corp et son frère ». Allant plus loin, il dira : « Son projet actuel est de renouveler une forfaiture testée à l’occasion des élections législatives : lui et son Premier ministre (spécialiste de la prostitution politique) ont reçu et acheté le désistement de candidats qui figuraient sur des listes de moins de 200 noms présentées par des partis de l’opposition. Ils feront de même pour les listes de 10 000 noms et à moindre frais ».

Dans la foulée, Abdoul Mbaye lancera un appel solennel : « Chefs religieux, personnalités d’influence, députés de tout bord, refusez cette spirale inquiétante amorcée par un Macky Sall aux abois. Parlez-lui afin qu’il retrouve la raison. Citoyens, multipliez les échanges avec les députés non membres de l’opposition, vos voisins ou connaissances. Que des délégations ne cessent de leur rendre visite pour leur rappeler qu’ils sont représentants du peuple, avant d’être ceux de partis. Ils sauront entendre raison et préférer cette fois l’intérêt du Sénégal à celui de leur chef ».

L’invite de l’ancien Premier ministre touchera aussi l’opposition et la société civile : « Partis regroupés au sein de l’Initiative pour des Elections Démocratiques (IED), tous partis politiques soucieux de justice et de paix, mouvements citoyens, soyons unis pour faire barrage à ce scandale qui fait suite aux nombreux autres qui l’ont précédé, en  particulier celui de la condamnation récente à 5 ans de prison du maire Khalifa Sall. Trop ; c’est trop ! Sénégalais, debout ! ».

Publié dans Politique
Page 1 sur 2

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Video galleries

logotwitterFacebook