Filtrer les éléments par date : jeudi, 08 février 2018

 

Justement dans Le Monde, il est question de science et précisément de l'efficacité scientifique de la politique de Jean-Michel Blanquer !


Le ministre de l'Éducation mise beaucoup sur les neurosciences mais "sont-elles un bon outil pour l'école ?", demande le journal.
Un débat qui "agite" les spécialistes de la question depuis des semaines.


Côté "pour", Olivier Houdé, professeur de psychologie du développement, pour qui "les neurosciences sont une révolution pour l'éducation" : "grâce à l'imagerie cérébrale, aux IRM, dit-il, on peut comprendre comment les enfants apprennent à lire, écrire, et compter, c'est ça qui est intéressant pour l'école. Or en 2018, on éduque encore en aveugle, c'est-à-dire en ne nous intéressant qu'au rythmes scolaires, au nombre d'élèves par classe, et aux examens, sans tenir compte des mécanismes du cerveau : la science ne doit pas faire la classe, dit-il, mais il faut des allers-retours féconds du laboratoire à la classe".


Une position qualifiée de "scientisme non dénué de danger" par le philosophe Yves Charles Zarka...
"Cette méthode n'a rien de scientifique", ajoute le psychiatre Gérard Pommier, "il n'existe à ce jour aucune preuve ni génétique, ni neuro-développementale, ni héréditaire, des difficultés d'apprentissage, lance-t-il. En revanche, il existe des preuves surabondantes pour démontrer que les difficultés scolaires sont liées aux questions familiales et sociales".
Voilà, c'est spécialistes contre spécialistes, avec des arguments très justes dans chaque camp.


Et c'est à lire donc dans Le Monde.


is".

 


Enfin, retour à la science, avec cette interview dans Le Point du mathématicien Alain Connes.


"L'un des grands esprits mathématiques de notre temps, écrit Sophie Pujas, professeur au Collège de France, membre de l'académie nationale des sciences américaine, médaille Fields en 82, médaille d'or du CNRS en 2004 et auteur d'un roman d'aventure, "le Spectre d'Atacama", qui vient de paraitre chez Odile Jacob.
Une fiction dans laquelle il expose de manière ludique sa théorie : "la communication avec les extra-terrestre passe par les mathématiques".
"La vraie communication, ce n'est pas le langage verbal, explique Alain Connes, les maths sont un langage, le seul qui soit universel. Elles nous permettent d'expliquer les phénomènes physiques, de comprendre, de calculer les spectres des corps chimiques, et cette constatation n'est probablement pas le seul fait des terriens, elle existe surement ailleurs, dans d'autres civilisations, avec lesquelles les spectres seraient une manière de communiquer !".
Une hypothèse qui, faute d'avoir localisé des petits E.T. volontaires pour une expérimentation, est condamnée au stade de la théorie. Ce qui n'empêche pas, non pas d'y croire, mais au moins d'en débattre.


Par Marion LAGARDÈRE

Opposition farouche : la philo attaque la psycho P B CISSOKO


Yves Charles Zarka: « La neurologie cognitive relève d'un scientisme non dénué de dangers »


Dans une tribune au « Monde », le philosophe Yves Charles Zarka estime que les thèses de Stanislas Dehaene, président du nouveau conseil scientifique de l'éducation nationale, sur la science de la conscience, sont fausses et dangereuses.


LE MONDE |Par Yves Charles Zarka (Philosophe, professeur à l'université Paris-Descartes-Sorbonne)
« europe1 »


Justement dans Le Monde, il est question de science et précisément de l'efficacité scientifique de la politique de Jean-Michel Blanquer !
Le ministre de l'Éducation mise beaucoup sur les neurosciences mais "sont-elles un bon outil pour l'école ?", demande le journal.


Un débat qui "agite" les spécialistes de la question depuis des semaines.


Côté "pour", Olivier Houdé, professeur de psychologie du développement, pour qui "les neurosciences sont une révolution pour l'éducation" : "grâce à l'imagerie cérébrale, aux IRM, dit-il, on peut comprendre comment les enfants apprennent à lire, écrire, et compter, c'est ça qui est intéressant pour l'école. Or en 2018, on éduque encore en aveugle, c'est-à-dire en ne nous intéressant qu'au rythmes scolaires, au nombre d'élèves par classe, et aux examens, sans tenir compte des mécanismes du cerveau : la science ne doit pas faire la classe, dit-il, mais il faut des allers-retours féconds du laboratoire à la classe".
Une position qualifiée de "scientisme non dénué de danger" par le philosophe Yves Charles Zarka...


"Cette méthode n'a rien de scientifique", ajoute le psychiatre Gérard Pommier, "il n'existe à ce jour aucune preuve ni génétique, ni neuro-développementale, ni héréditaire, des difficultés d'apprentissage, lance-t-il. En revanche, il existe des preuves surabondantes pour démontrer que les difficultés scolaires sont liées aux questions familiales et sociales".


Voilà, c'est spécialistes contre spécialistes, avec des arguments très justes dans chaque camp.


Et c'est à lire donc dans Le Monde.    Lemonde.fr


[ Le ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a porté en début d'année sur les fonts baptismaux un nouvel organisme : le conseil scientifique de l'éducation nationale, dont il a confié la présidence à Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive au Collège de France. Objectif de ce scientifique : « Tenter de dégager des facteurs qui ont prouvé leur effet bénéfique sur l'apprentissage des enfants ». Même si les chercheurs en sciences cognitives n'occupent que six des vingt et un sièges dudit conseil, cette nouvelle orientation du ministère de l'éducation nationale suscite de vives polémiques. Tant les syndicats que des chercheurs renommés craignent que les sciences cognitives prennent le pas sur les sciences de l'éducation. Pour eux, enseigner est un art et non une science. De plus, les sciences cognitives sous-estimeraient l'influence de l'environnement social de l'élève dans ses performances. Au contraire, les partisans des neurosciences affirment que leurs thèses sont trop souvent caricaturées et qu'ils sont tout à fait conscients de cette influence.]


Tribune. La création par le ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, d'un conseil scientifique de l'éducation nationale et la nomination, très médiatisée, pour le présider, de Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive expérimentale au Collège de France, sont certainement pleines de bonnes intentions.
Je voudrais examiner deux thèses de Stanislas Dehaene, reprises dans un article du Monde du 10 janvier. La première consiste à affirmer qu'« enseigner est une science » ; la seconde que la démarche des neurosciences cognitives serait orientée par « l'idée d'agir pour l'éducation des jeunes, indépendamment de toute idéologie ».
La première est d'une prétention aussi exorbitante que fausse. Enseigner n'est pas une science, mais un art. Un art qui exige un sens des relations, de...


La suite dans le monde

Publié dans Société

LA LEÇON DE PHILOSOPHIE DE SOCRATE À EPICTÈTE par Jean Lombard
Lecture des Entretiens Jean Lombard Éducation et philosophie PHILOSOPHIE

" Croiser les pensées permet d'extirper une intelligence plus crédible : le métissage des idées philosophiques est fécond"P B Cissoko


Les Entretiens d'Epictète, notes de cours rédigées par un disciple, éclairent la problématique de la leçon et sa place dans la réflexion pédagogique antique et moderne. La leçon de philosophie a eu dès l'origine la particularité d'être à la fois une leçon comme une autre et une leçon qui ne ressemble à aucune autre. Les Entretiens montrent une évolution majeure de la leçon en tant qu'espace du discours à l'heure du stoïcisme héroïque : ils portent à des sommets les schémas hérités du socratisme fait pour interpeller et y ajoutent une fonction de subversion venue du cynisme.

Epictète fait ainsi de la leçon philosophique un modèle.

Jean Lombard, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. Inspecteur d'Académie, docteur d'Etat, a confronté dans une vingtaine d'ouvrages l'Antiquité et la modernité à partir des champs philosophiques de la politique, de la médecine et de l'éducation en Grèce ancienne.

Publié dans Ex-libris

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook