Filtrer les éléments par date : lundi, 04 septembre 2017

L’équipe de France de football a été tenue en échec par celle du Luxembourg en éliminatoires de la Coupe du monde 2018 de football, ce 3 septembre 2017 à Toulouse. Malgré cette contre-performance, les Français restent en tête du groupe A. Mais les « Bleus » n’ont plus qu’un point d’avance sur la Suède.

L’équipe de France de football a frôlé la catastrophe ce 3 septembre 2017 à Toulouse. Elle a bien failli perdre la première place du groupe A, en éliminatoires de la Coupe du monde 2018, trois jours après l’avoir reprise à la Suède.

Il s'en est fallu de peu pour que la sélection luxembourgeoise ne gagne face à des « Bleus » très dominateurs durant cette rencontre. A la 79e minute, le milieu de terrain Gerson Rodrigues a ainsi tiré sur le poteau gauche de la cage gardée par Hugo Lloris. Le ballon n’a pas franchi la ligne mais un frisson a traversé les échines des Français…

Les Luxembourgeois se sont ensuite montrés plus entreprenants que des « Tricolores » visiblement rattrapés par la peur du couac.

Deux frappes sur la transversale

Des occasions de marquer, l’équipe de France en a pourtant également eu (beaucoup),avant ce tir de Gerson Rodrigues. En particulier un coup franc de l’attaquant Antoine Griezmann (40e) et un coup de tête du milieu de terrain Paul Pogba (77e). Mais à chaque fois, le ballon a heurté la transversale. Et le score est donc resté vierge.

Résultat, les Français devront défendre leur maigre avance comptable sur les Suédois, le 7 octobre en Bulgarie, puis le 10 octobre face à la Biélorussie. Avec la nécessité de gagner deux fois, sous peine de finir deuxièmes du groupe A et de devoir disputer de périlleux barrages d’accès à la Coupe du monde 2018…

Publié dans Sport

Les équipes du Sénégal et du Burkina Faso ont fait match nul 0-0, ce 2 septembre 2017 à Dakar. Les Burkinabè restent en tête du groupe D des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, juste devant les Sénégalais.

A trois journées de la fin des éliminatoires africaines pour la Coupe du monde 2018, aucune équipe ne se détache nettement au classement du groupe D. Le Burkina Faso reste certes en tête grâce à son match nul 0-0 au Sénégal. Mais ce score permet aux Sénégalais, désormais deuxièmes, ainsi qu’aux Sud-Africains et aux Cap-Verdiens, d’être toujours en course pour la qualification au Mondial en Russie.

Les Burkinabè auraient pu faire mieux, ce 2 septembre 2017 à Dakar, si le gardien de but adverse Khadim Ndiaye ne s’était pas interposé sur un coup franc puissant du milieu de terrain Alain Traoré (27e), sur un tir de l’ailier Préjuce Nakoulma (36e) et sur une frappe de l'attaquant Bertrand Traoré (72e).

Le Sénégalais Kalidou Koulibaly exclu

Les « Lions de la Téranga » ont également eu quelques occasions franches de marquer, à l’image de ce duel perdu par leur attaquant Moussa Sow face au gardien Hervé Koffi. Mais la sélection sénégalaise pouvait difficilement espérer mieux, surtout après l’expulsion de son défenseur Kalidou Koulibaly, pour un deuxième carton jaune (84e).

Les équipes du Burkina Faso et du Sénégal vont maintenant se retrouver ce 5 septembre à Ouagadougou, à l’occasion de la 4e journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018.

CLASSEMENT DU GROUPE D

1. Burkina Faso (5 points +2)

2. Sénégal (4 points +1)

3. Afrique du Sud (4 points 0)

4. Cap-Vert (3 points -3)

Publié dans Sport

Au Sénégal, le président Macky Sall appelle à un dialogue avec l'opposition. Les dernières législatives ont été très critiquées par une partie de la classe politique, le chef de l'Etat reconnait que des modifications doivent être apportées au système électoral sénégalais et que les « forces vives de la nation » doivent y réfléchir ensemble. Un appel à la concertation auquel une partie de l'opposition a répondu en posant au préalable plusieurs conditions.

La déclaration du chef de l'Etat a eu lieu après la prière de l'Aïd, samedi 2 septembre, et marque en quelque sorte la rentrée de la classe politique après plusieurs semaines de vacances pour le gouvernement.

Dans la grande mosquée de Dakar, le président sénégalais Macky Sall a salué tous les chefs religieux et coutumiers, mais également « les hommes politiques », avant de rentrer dans le vif du sujet : « Je reste ouvert au dialogue et je tends la main à la classe politique » . « Il est vrai qu'il a des moments de tension naturelle liée aux élections. Une fois cette compétition derrière nous, nous devons pouvoir évaluer le processus que nous venons de vivre », a analysé Macky Sall, qui répondait bien entendu aux critiques de l'opposition concernant l'organisation des dernières législatives.

Macky Sall a fait référence aux 47 listes qui se sont présentées et donc au très grand nombre de partis politiques. Eviter donc à l'avenir des situations de « confusion », et pour cela « discuter, échanger », « pour l'amélioration du système électoral sénégalais », c'est ce que souhaitent les autorités.

Ce dialogue, la deuxième force politique de la nouvelle l'Assemblée, le camp du Parti démocratique sénégalais (PDS), dit y être attaché. Le parti d'Abdoulaye Wade a cependant fait savoir qu'il n'acceptera de concertation que si plusieurs conditions sont acceptées par les autorités; notamment un « audit indépendant du fichier électoral », mais aussi la création d'un nouvel organe de supervision du processus électoral et la désignation « d'au moins un ou deux membres du Conseil constitutionnel par l'opposition ».

RFI

Publié dans Politique

La Cour suprême kényane a décidé d'annuler les dernières élections présidentielles, pour cause d’irrégularités. L’événement a un écho particulier en Gambie, où les dernières élections présidentielles ont elles aussi été mouvementées : en décembre dernier, le président sortant Yahya Jammeh, après 22 ans au pouvoir, a perdu le vote face à son concurrent Adama Barrow. Pour les acteurs du changement en Gambie, ces élections surprenantes sont le signe que la politique est à un tournant en Afrique.

Depuis l’annonce fracassante de la Cour suprême vendredi 1er septembre, de nombreux Gambiens ont l’œil rivé sur le Kenya, comme Marr Nyang, un jeune activiste impliqué dans plusieurs associations qui se sont battues pour le changement en Gambie.  Ce qui se passe au Kenya est pour lui le signe que les lignes sont en train de bouger en Afrique. « On voit une nouvelle Afrique en train d’émerger. La Gambie a été la première, et le Kenya suit le même chemin, analyse-t-il. Ce que la Cour suprême a fait au Kenya, c’est quelque chose dont les Africains devraient s’inspirer. Et je pense que lorsque la Gambie s’est lancée dans cette transition démocratique, cela a aussi ouvert l’esprit de nombreux Africains. »

Salieu Taal, le créateur du mouvement La Gambie a décidé, était lui aussi très enthousiaste, jusqu’à ce qu’il entende le président kényan critiquer les juges de la Cour suprême : « J’étais plus impressionné lorsqu’Uhuru Kenyatta a annoncé dans un premier temps qu’il respectait la décision, c’était un grand pas pour l’Afrique. Mais il est ensuite revenu sur ses mots et a déclaré que les juges ne respectaient pas la volonté du peuple. C’est vraiment dommage. »

Essa Njie est lui aussi activiste, et chargé de cours en sciences politiques à l’université. Et pour lui, les Gambiens peuvent à leur tour apprendre de l’exemple kényan. « Nos propres institutions ont besoin d’être renforcées. Et une fois que notre système judiciaire sera indépendant, ce sera possible que des élections qui se sont mal déroulées soient déclarées nulles, témoigne-t-il. Cela prouvera que nos institutions sont dynamiques et solides. »

Tous attendent le nouveau scrutin, dans moins de 60 jours, espérant qu’il se tienne dans le calme et la paix.

RFI

Publié dans Afrique
Page 1 sur 2

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries