Filtrer les éléments par date : vendredi, 04 août 2017


Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, le 26 mai 2017 à Taormina en Italie


afp.com - STEPHANE DE SAKUTIN


Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, s'est inquiété de la démographie galopante dans son pays, Etat très pauvre qui détient le plus fort taux de natalité au monde avec 7,6 enfants par femme.
"Au rythme actuel, la population de notre pays doublerait en moins de 18 ans et pourrait atteindre plus de 40 millions en 2035 et environ 75 millions en 2050. Le bon sens nous commande de réfléchir dès à présent à ces horizons", a prévenu le président mercredi soir dans un message à l'occasion du 57ème anniversaire de l'indépendance du Niger.
La croissance démographique du Niger est une des plus fortes au monde (3,9% par an), selon les statistiques officielles. Un niveau que ce pays, abonné aux sécheresses et aux crises de malnutrition, ne pourra pas supporter.


"Si nous n'arrivons pas à éduquer, former, soigner notre jeunesse et à lui offrir des opportunités d'emploi", elle "sera un handicap, pire, une menace (pour) la cohésion sociale et la prospérité", a mis en garde M. Issoufou.


"Il faudra agir dès maintenant", a-t-il lancé, expliquant que son gouvernement mise notamment sur "la fin des mariages et naissances précoces", "la scolarisation" et "la formation des jeunes filles" pour espérer infléchir la courbe démographique.


Les statistiques sur les unions forcées ou arrangées au Niger sont alarmantes : 30% des filles sont mariées avant l'âge de 15 ans et 75% avant 18 ans, selon le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Ces mariages interrompent généralement la scolarisation des filles.


Début mars, le président du Niger avait déjà exposé devant une délégation de l'ONU à Niamey le "véritable défi" que son pays doit relever pour assurer sa "transition démographique". "Si vous demandez aux femmes (nigériennes) le nombre d'enfants qu'elles désirent, elles disent: +en moyenne neuf+ et les hommes: +onze+", a relevé le président Issoufou.
Le Niger tente depuis des décennies de maîtriser sa fécondité galopante, provoquant la colère des islamistes radicaux, qui assimilent la contraception à "une oeuvre satanique de l'Occident". Les moeurs pro-natalistes, bien ancrées dans les mentalités, plombent également les efforts des autorités. Le taux national de contraception est seulement de 12%, selon le ministère de la Population.

Publié dans Afrique

La famille périclite au Canada, place aux célibataires

Le schéma traditionnel de la famille, avec parents et enfants sous un même toit, est dépassé au Canada où les personnes vivant seules forment dorénavant la part la plus importante des ménages, selon les données du dernier recensement publiées mercredi.    afp.com - GEOFF ROBINS


AFP © 2017 AFP


Le schéma traditionnel de la famille, avec parents et enfants sous un même toit, est dépassé au Canada où les personnes vivant seules forment dorénavant la part la plus importante des ménages, selon les données du dernier recensement publiées mercredi.


En quinze ans, la tendance s'est inversée, conséquence d'une plus grande indépendance économique et du vieillissement de la population.
"Les ménages formés d'une seule personne représentaient 28,2% de tous les ménages canadiens en 2016", a indiqué Statistique Canada, notant que cette proportion était même d'un tiers au Québec.
En 2001, la part des ménages d'une seule personne était d'un quart alors que les couples avec enfants comptaient encore pour 31,5%. Ces derniers ne comptent plus maintenant que pour 26,5% des 14,1 millions de foyers canadiens.


Selon les sociologues, cette évolution des modes de vie s'explique par "un certain nombre de facteurs sociaux, économiques et démographiques".
"La redistribution du revenu, les pensions de retraite et la présence accrue des femmes sur le marché du travail" ont permis à davantage de personnes d'être "indépendantes économiquement".
De plus, la part des personnes seules a également progressé avec des séparations ou des divorces plus nombreux, ou encore avec "le vieillissement de la population" en raison d'une espérance de vie plus élevée, selon Statistique Canada.


Depuis le début du nouveau millénaire, "le nombre de couples vivant sans enfant a augmenté" trois fois plus vite que ceux avec enfants, une tendance généralement plus marquée pour les populations vivant le long des côtes des océans Atlantique et Pacifique.


Si la proportion de couples vivant en union libre au Canada est moins élevée qu'en France ou dans les pays scandinaves, elle tend à augmenter rapidement.


"En 2016, plus du cinquième de l'ensemble des couples (21,3%) vivait en union libre, soit plus de trois fois la proportion enregistrée en 1981 (6,3%)", selon Statistique Canada.

Publié dans International

Canada : des réfugiés haïtiens fuient les Etats-Unis pour le Québec-radio canada


A Montréal, le stade olympique a été réquisitionné, ce mercredi 2 août, pour accueillir en urgence des réfugiés haïtiens. Ils fuient les État-Unis craignant d'être expulsés depuis l'arrivée de Donald Trump. Ils y avaient trouvé refuge après le séisme de 2010.
Si de nombreux réfugiés sont arrivés au Canada depuis l'arrivée à la Maison Blanche du président Donald Trump, leur nombre a subitement gonflé depuis un peu plus d'une semaine. Ces personnes sont majoritairement haïtiennes.

"C'est une crise sérieuse", car "le système n'est pas dimensionné pour faire face à une telle demande d'immigration", a confié Jean-Pierre Fortin, président du Syndicat des douanes et de l'immigration. "500 demandeurs d'asile ont traversé la frontière" sur la seule journée de mardi 1er août près du poste des douanes de Lacolle (sud du Québec) et, selon lui, 90% sont des Haïtiens.
Une protection temporaire aux États-Unis


La peur que leur Statut de protection temporaire (TPS) aux États-Unis soit révoqué, pousse les Haïtiens à franchir la frontière pour trouver refuge au Canada.
Ce TPS a été accordé à près de 60.000 Haïtiens après le séisme de 2010 et a été prolongé ce printemps de six mois par l'administration Trump, et devrait donc se terminer en fin d'année.

Le Québec et plus particulièrement Montréal abrite une des plus importantes communautés haïtiennes au monde. Avec la nouvelle politique migratoire américaine, le choix était vite fait pour ces Haïtiens en panique, a expliqué Guillaume André, directeur du centre communautaire multiethnique de Montréal-Nord.
Montréal "une ville sanctuaire"


Un premier bus est arrivé aux portes du stade olympique mercredi en milieu de journée. Environ 40 personnes, dont plusieurs enfants, en sont descendues avant de gagner sous bonne escorte l'intérieur du stade.

La ville de Montréal a annoncé mercredi la sécurisation "de lieux d'hébergement bien organisés et convenablement équipés qui pourraient accueillir les demandeurs d'asile au cours des prochains mois, pour la période d'hébergement dont ils ont besoin avant de se trouver un logement".

Cette situation est "encore une conséquence de la politique d'immigration de Donald Trump", a déploré le maire Denis Coderre en rappelant que Montréal est depuis février "une ville sanctuaire" pour les clandestins.


Ouverture du stade olympique


Hébergés jusqu'ici dans des résidences universitaires, des centres d'accueil ou des hôtels, les demandeurs d'asile sont maintenant si nombreux que l'ouverture du stade olympique, avec toutes les facilités sanitaires, a été trouvée.

"C'est une solution temporaire (...) car il faut trouver des logements et des écoles pour les enfants" à l'approche de la rentrée, a indiqué à l'AFP Marjorie Villefranche, directrice générale de la Maison d'Haïti à Montréal.

La vague d'arrivées d'Haïtiens rappelle à Mme Villefranche les "10 à 12.000 personnes qui avaient traversé la frontière" sur deux ou trois ans au tout début des années 2000.

En dépit des signaux, les autorités n'ont pas pris la mesure de l'afflux des réfugiés et, après une première vague au cours de l'hiver, leur nombre s'est envolé. Pour Denis Coderre, 2.500 réfugiés ont franchi en juillet la frontière terrestre au sud du Canada.


Des familles avec enfants


Le syndicat des douaniers avait "demandé l'embauche d'agents en novembre dès l'élection de Donald Trump" en prévision d'un afflux de réfugiés, a rappelé à l'AFP son président Jean-Pierre Fortin.

A Montréal, les nouveaux migrants peuvent compter sur la solidarité de la communauté haïtienne, véritable "famille élargie", selon Guillaume André. "Quand quelqu'un rentre, quand c'est un Haïtien, on n'a pas besoin de savoir si c'est un membre de la famille ou non, on va l'accueillir pour l'aider".

 

La Maison d'Haïti a collecté une quarantaine de poussettes, "mais en l'espace de deux semaines, tout est parti", a raconté Marjorie Villefranche car "les arrivants sont surtout des familles avec des enfants".

Publié dans International

 

Les festivals à ne pas manquer en séjour au Sénégal  Ismael Cabral Kambell-Jumia Travel I Afrique de l'ouest

Quels sont les festivals les plus populaires au Sénégal ? A quelles périodes se déroulent-elles ? Jumia travel, le leader Africain du voyage vous invite à faire un tour dans l'univers culturel du pays de la Teranga.

Il est bien connu des touristes que pour découvrir la culture de son pays d'accueil, rien de mieux que de prendre part à des événements culturelles majeurs du pays. Et sur ce plan, nombreux sont ceux qui vous dirons que le Sénégal est une terre de culture. Même s'il n'existe pas pour l'instant un agenda culturel, qui permettrait de mieux apprécier le large éventail des festivals qui ont lieu au pays de la « teranga », nous vous invitons à découvrir une sélection non exhaustive de ce qui se fait de mieux dans ce beau pays d'Afrique de l'Ouest.

Commençons notre sélection par la Biennale d'art contemporain de Dakar. Inévitablement le plus grand rendez-vous culturel au Sénégal, la Biennale aussi appelé Dak'Art, est la plus ancienne et l'une des principales manifestations d'art contemporain en Afrique. Institué en 1989 par l'Etat du Sénégal, ce festival dont la prochaine édition aura lieu du 3 Mai au 2 Juin 2018, rassemble les plus grands noms de l'art contemporain sénégalais, africains et d'ailleurs.

Si vous êtes un amoureux de la musique jazz, nous vous donnons rendez-vous au Festival de Saint-Louis, l'une des plus anciennes et belles villes du Sénégal. Fondé en 1993, le Festival International de Jazz de Saint Louis est aujourd'hui l'une des plus importantes manifestations internationales du jazz. Chaque année, Saint Louis devient le carrefour du Jazz, exposant son patrimoine architectural au reste du pays et du monde et accueillant les amoureux du jazz de toutes les générations.
Et si vous êtes un adepte de carnaval, Saint-Louis vous propose durant les fêtes de fin d'année, les Fanals. Un spectacle où les différents quartiers se surpassent en imagination et créativité. Coutume perpétuée au fil du temps, les fanals de Saint-Louis se déroulent chaque année, la dernière semaine de décembre sur la place Faidherbe et les rues adjacentes. Entre danses, percussions, défilé des Signares et de fanals, cette parade traditionnelle retrace l'histoire de la ville de Ndar.


La région historique du Fouta-Toro vous accueille également avec son Festival, dénommé : Festival à Sahel Ouvert. Créé en 2010 de la volonté d'artistes sénégalais et français d'apporter la culture au cœur des populations qui y ont le moins accès, en y associant des ONG spécialisées dans le développement. Dans une démarche unique en Afrique, le Festival A Sahel Ouvert privilégie l'ancrage rural et compte avant tout sur l'implication des populations locales. La prochaine édition qui aura lieu en Février 2018 à M'boumba une petite localité au nord du Sénégal, est en préparation.
Pour les amoureux de la mode, le Dakar Fashion Week est un rendez-vous exceptionnel. Grand rendez-vous de la mode africaine, la Fashion Week met sur orbite, la beauté des couleurs, le charme des coupes, l'originalité de la créativité, la diversité de la matière, avec le concours de stylistes d'ici et d'ailleurs


Aux côtés de ces quelques événements cités plus haut, s'ajoutent d'autres festivals tout aussi intéressants : Sur le plan traditionnelle, le Festival des vielles pirogues (Petite Côte), le Carnaval de Kafountine, le Festival de Foundioungue (Fesfou), La sortie du Kankourang, classé patrimoine mondial de l'Unesco et qui a lieu généralement en fin de la saison hivernale dans la région de la Casamance. Le Fesfop, le Festival international de folklore et de percussion de Louga.


Sur le plan musical, il y a entre autres : Banlieue Rythme, le Festival Blues du fleuve, le Festival Bargny sur-Mer, les 72 heures de Hip-Hop où Pionniers et crews de l'underground partagent le micro, pour des moments de retrouvailles, d'échanges et de réflexions au Centre culturel Blaise Senghor, le Festa 2H (l'un des événement majeur du Hip-hop au Sénégal). Pour les amoureux de la danse : le Battle National (Un événement fédérateur, et véritable plateforme d'expression pour les jeunes), le Festival Kayy Fecc....
Enfin pour les amateurs de cinéma, nous vous proposons quelques rendez-vous incontournables : Le Festival de cinéma Image et vie, le Festival du Sahel, Le Festival Joko, le Gorée Diaspora Festival, le Fetival Ribidion, le Festival national des arts et de la culture (Fesnac).


Vous avez donc le choix, et serons très heureux de vous apporter plus de précisions sur les périodes de ces rendez-vous. D'ici là, venez-nous rendre visite au pays de la « téranga ».
@Ismael Cabral Kambell

Publié dans Société
Page 1 sur 2

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook