Filtrer les éléments par date : lundi, 10 juillet 2017

D’importants accords de financement de projets structurants dans les secteurs du tourisme, des transports, de l’énergie, du pétrole et du gaz, ont été signés hier, jeudi, à Dakar, entre Amadou Ba, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan et Louise J Cord, directrice des opérations de la Banque mondiale.

Quatre conventions  de financement de projets structurants d’environ 300 milliards de francs CFA entre le gouvernement du Sénégal et la Banque mondiale, ont été paraphées hier, jeudi, à Dakar, entre Amadou Ba, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan et Louise J Cord, directrice des opérations de la Banque mondiale (Bm). Ces conventions de financement sont relatives au secteur du tourisme, du transport routier, à l’assistance technique Pétrole / Gaz, et à l’extension du réseau électrique de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs).

Pour le projet de développement du tourisme, il est estimé à 45 milliards 786 millions de franc CFA. Celui du projet pilote de système de bus rapide (Brt) devant desservir Guédiawaye/Dakar en construction sur une nouvelle voirie, est chiffré à 184 milliards 258 millions de francs CFA. Celui relatif à l’appui aux négociations des projets gaziers et au renforcement des capacités institutionnelles, se chiffre à 16 milliards 732 millions de franc CFA et enfin 60 milliards 20 millions de franc CFA, celui lié au renforcement et à l’extension du réseau électrique de l’Omvs. Ceci fera dire au ministre de l’Economie que la Banque mondiale (Bm) a doublé ses engagements financiers, au sortir de la rencontre du groupe consultatif de Paris les 24 et 25 février 2014, passant ainsi de 500 milliards de franc CFA à 1000 milliards de franc CFA. «Cette volonté des plus hautes autorités de la Bm d’accompagner la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (Pse) transparait clairement à travers le choix des secteurs qui bénéficient de ces financements», a soutenu Amadou Ba.

Toutefois, de préciser: «Les ressources mobilisées…sont destinées prioritairement aux secteurs vitaux de notre économie à savoir les infrastructures, de l’énergie, des hydrocarbures, de l’agriculture, de la santé et de l’éducation».

Auparavent, Louise J Cord, directrice des opérations de la Bm, a laissé entendre: «Pour attendre le statut d’un pays a revenu moyen et réduire la pauvreté, il faudra soutenir cette bonne performance pour plusieurs années de suite et même avec des taux de croissance qui doivent être supérieurs à 7%». A cela, poursuit-il, «la réforme du foncier dans les zones rurales, l’élargissement du capital privé dans la Senelec, la mise en œuvre de la décision de privatiser la Sonacos, la poursuite des réformes déjà engagées les secteurs de l’énergie et des télécommunications…»

Le ministre des transports Mansour Elimane Kane s’est réjoui du pilotage du dossier et surtout de la diligence dont a fait montre les services de la Bm pour soutenir les études de faisabilité en parfaite collaboration avec ses services.

SudOnline

Publié dans Economie

Pendant la campagne pour les législative du 30 juillet prochain est interdite l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse, de la radio diffusion et de la télévision. Par conséquent, le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA) en appelle à l’esprit de responsabilité de tous les médias (audiovisuels, presse écrite et  presse en ligne),  pour le strict respect des dispositions du Code électoral applicables en période de campagne électorale.

Après un mois de précampagne, place à la pêche aux suffrages des Sénégalais, aussi bien à l’intérieur du pays que la diaspora. La campagne électorale pour les élections législatives du 30 juillet prochain a démarré officiellement avant-hier, dimanche 9 juillet 2017 à  00 heure, et prend fin le vendredi 28 juillet 2017 à  minuit, informe un communiqué de presse du Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA).

Durant cette période, conformément à sa mission de veiller au respect des règles du Code électoral relatives à la couverture médiatique des élections, le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel en appelle à l’esprit de responsabilité de tous les médias : audiovisuels,  presse écrite et  presse enligne,  pour le strict respect des dispositions du Code électoral applicables en période de campagne électorale.

Le régulateur rappelle que pendant la campagne électorale est interdite l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse, de la radio diffusion et de la télévision (article L. 61 du Code électoral). Aussi les médias publics et privés qui traitent de la campagne sont-ils tenus au respect rigoureux des règles d’équité et d’équilibre dans le traitement des activités des candidats ou listes de candidats (article L.61 dernier alinéa), insiste le CNRA.

BEAUCOUP DE PROPAGANDES IDENTIFIEES OU DEGUISEES DURANT LA PRECAMPAGNE

Auparavant, selon la même source, l’évaluation de la couverture médiatique de la période de précampagne, qui a pris fin le 8 juillet 2017 à minuit, a révélé de nombreuses violations de l’interdiction de propagande identifiée ou déguisée pendant les trente jours précédant l’ouverture officielle de la campagne électorale.

Les manquements ont souvent été constatés dans des émissions de divertissement et d’autres qui n’étaient  pas censées aborder les questions politiques. Ont également été nombreux pendant cette période,  les publireportages, revues de presse, émissions de plateaux, débats et diffusions d’évènements ou d’éléments de nature à favoriser des candidats ou des listes.

Au fur et à mesure que ces  transgressions ont été notées, le CNRA a adressé des mises en demeure et des observations aux médias fautifs, précise le document.

RFI

Publié dans Société

 

L'association HALAYE du 18 ème : des mamans du Sénégal, du Mali, de l'Algérie, de France, etc, au cœur de la cité et la souris dans la main : Le numérique à la portée de tous.

Le samedi 9/07/2017 rendez-vous à Paris 18 eme, la commune du sacré Cœur 2 eme site le plus visité après la Tour Eiffel , c'est là que l'association Halaye reçoit ses membres et invités pour faire un point sur l'année 2017.


Le rendez-vous était prévu à 16h. il a fait beau mais très très chaud.


Petit à petit nos mamans de différentes nationalités ( Mali, Algérie, Sénégal, France, etc) venaient certaines chargées de jus de bissap, etc .
Anna la maitresse de cérémonie et un bénévole s'affairent autour de la technique, la sono, etc.

On a commencé avec du retard , normal : nos mamans sont des cheffes de familles et c'est après qu'elles aient satisfait toutes leurs obligations qu'elles peuvent se diriger vers le lieu du Rendez-vous.
On était plus de 70.

Anna Mbengue nous souhaite la bienvenue dans sa belle robe majestueuse qui laissait entrevoir un dos en l'air. La responsable de l'organisation Afouseta NIMEGA toujours bien habillée et sereine avait pris place.
La présidente Anna nous dit que l'année a été intéressante avec plusieurs activités ; des collaborations, des cours d'informatiques donnés aux mamans, la prise en charge de réfugiés soudanais, l'assistance administrative, etc.

Anna sait tisser des relations et son association HALAYE basée dans la commune du Sacré Cœur a contracté avec d'autres partenaires et devient ainsi un centre de référence sur qui compter.
La ville de Paris, la CAF, l'IUT de Bobigny, certaines grandes écoles, etc, invitent l'association pour échanger et voguer ensemble pour mieux rendre les actions plus efficaces. L'union fait la force.

Un projet n'a pu avoir lieu, celui de conduire les familles au Sud pour échapper aux contraintes familiales et parisiennes. Le projet n'a pu être validé pour des raisons de protocole administratif et ce sera l'année prochaine qu'il aura lieu. Donner à souffler, prendre l'air, s'affranchir des obligations routinières tel était l'objet de ce projet de vacances en famille.
Anna continue son propos et rappelle l'objet de l'association ; HALAYE Association ; Le numérique à la portée de tous.

Le monde actuel entre dans une ère où il faut penser à la nature et faire des gestes écologiques et la dématérialisation entre dans ce cadre. C'est pourquoi entre autres l'association a jugé nécessaire d'initier les mamans, éducatrices, mères, parents et citoyennes à connaitre les rudiments des NTIC.

Les mamans vont bien sur Facebook, viber, WhatsApp, etc, et donc il sera facile d'apprendre l'informatique pour lutter contre cette précarité qui marginalise certaines couches de la société surtout issue de l'immigration.
Ces mamans sont parents d'enfants français, nés en France, il est bon de les initier aux nouvelles technologies pour elles-mêmes mais aussi pour être à la page, et gérer le contrôle parental, suivre la scolarité des enfants, le cahier de note et de scolarité en ligne, la caf, le sécurité sociale, etc.

Durant ces deux années ce sont plus 500 personnes qui ont pu profiter des actions prodiguées par l'association. Anna note que l'association se développe et touche des personnes venant du 19 et 20e arrondissement alors qu'elle était réservée aux mamans du 18 ème.


Le succès ne connait pas de limite mais Anna et sous la vigilance de Mme NIMEGA, sait se donner des limites pour mieux cerner et maîtriser ses actions programmées dans un cadre annuel circonscrit.

A l'occasion de cette rencontre bilan, Anna a sollicité un expert en finances Mr Abraham PATHE pour venir expliquer son idée en faveur des populations africaines qui envoient des fortunes dans le continent sans que l'Afrique en profite. L'idée de cet expert c'est de négocier avec les partenaires la possibilité de redonner une ristourne en vue d'alimenter un fonds qui pourra servir la mise en place de projets ici et ailleurs.

Plus on est nombreux plus on peut avoir une influence chez les opérateurs , les commerçants. Les achats groupés sont à la mode et on peut négocier des rabais et demander au partenaire de mettre à disposition un fonds de réserve financière. Au lieu de donner les frais d'envois par exemple à Western Union, Money Gram et autres, si les africains s'organisent pour négocier des prix et des ristournes, cet argent pourra être réinvesti dans les projets sans avoir à recourir aux banques etc. Finalement chaque achat sert son auteur et c'est au final le continent africain qui en profite. Une maman prend la parole pour dire qu'elle souhaite que chaque maman puisse aller à la Mecque.

Mr Cissoko reprend cet exemple à la volée pour dire par exemple que ce que l'expert veut mettre en place Anna et son association en collaborant au projet pourrait se servir de cette manne financière pour financer ce projet (aller à la Mecque) à hauteur d'un certain pourcentage, etc, et là toutes les mamans ont compris, et on a bien rigolé. Oui oui ça c'est bien c'est bien pour nous ;
Mr Cissoko continue en disant que pour acheter du riz moins cher plus on est nombreux plus on peut avoir de bon prix et les économies pourront servir d'autres projets.
Anna femme généreuse mais rigoureuse reprend le micro pour expliquer que la mission première de l'association c'est l'accès au numérique mais si des opportunités peuvent profiter à l'association sans la polluer, la perturber, elle soumettra l'idée au bureau.

Les mamans continuent d'arriver et on est obligé de faire une pause pour les laisser se saluer en Woloff, en anglais et khassonké, etc, oui les langues font partie de la formation la preuve quand Anna parle c'est Mme NIMEGA qui traduit pour une partie une partie de l'assistance.


C'est autour d'un bon repas que l'après-midi se continue avec la musique de sidiki.


Oui après une année laborieuse et avec un mois de ramadan éprouvant il fallait bien offrir à boire un coup, manger un bout et danser un peu. Chacune, habillée dans de beaux habits wax, basin, a dit à quel point l'association qui fête ses deux ans est une opportunité pour elles souvent laissées à la périphérie sans pouvoir agir et accompagner leurs enfants et se prendre en charge.

Anna avant de terminer la phase bilan, remercie la responsable de l'organisation Mme Afouseta NIMEGA une dame d'exception, Mr Abraham, Mr Pape Bakary CISSOKO qui accompagne et conseille l'association sur ses stratégies et actions d'éveil et de formation en direction des mamans de l'association. Mention spéciale à Mr Laurent LAUMANN soutien discret et éfficace de l'association.

Elle a salué vivement toutes ses mères de familles avides de connaissances pour mieux contrôler et comprendre l'outil numérique et soit vigilante face aux dérives qui menacent les enfants : la radicalisation, le décrochage scolaire ; la gestion de l'éducation de leurs enfants.


Une maman qui sait,c'est une maman qui met toutes les chances de son côté pour se prendre en main et accompagner sa famille dans le droit chemin de la réussite éducative.

Publié dans Société

Invité de l’émission Objection hier, dimanche 9 juillet, Moctar Bâ, expert-comptable et président de la Plateforme pour l’Environnement et la réappropriation du Littoral (Perl) a dénoncé le bradage du domaine maritime sénégalais en violation totale de la loi sur le domaine national.

Dans la foulée, il a qualifié la situation d’occupation actuelle du littoral de dramatique du fait de l’incapacité des hommes politiques à capitaliser les bonnes pratiques.

En effet, estimant que le «symbole le plus fort que Senghor a laissé à ses amis socialistes et aux Sénégalais, c’est sans doute le littoral et la montre», le président de la Plateforme pour l’Environnement et la réappropriation du Littoral a déploré le changement de la politique de protection du littoral sous le régime libéral de Me Abdoulaye Wade.

n président qui, selon lui, a adopté une politique totalement différente avec celle de Senghor qui disait à l’époque qu’on ne touche pas le littoral et chaque fois qu’il est question d’y construire quoi que ce soit, il buchait les plans comme on buche un devoir d’examen.

Poursuivant son propos, Moctar Bâ a également rappelé à l’actuel chef de l’État son engagement de mettre de l’ordre dans l’occupation de la côte sénégalaise.  

Sudonline

Publié dans Politique
Page 1 sur 2

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook