Filtrer les éléments par date : mercredi, 07 juin 2017

 

Sous la direction de Cahiers Africains
ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE AFRIQUE SUBSAHARIENNE République Démocratique du Congo

En 2016, le changement tant attendu n'a pas eu lieu. Kabila est resté au pouvoir. 2016 aura aussi été l'année de grandes difficultés politiques dont la Majorité présidentielle est encore loin de se remettre : les schismes qu'elle a connus et qui ont conduit au départ de grands ténors dans l'opposition politique. Plus grave encore, 2016 a vu s'effondrer certaines transformations économiques et sociales qui constituaient les principales réussites du Gouvernement, comme le déclin de la production dans le Copperbelt entraînant un ralentissement de la croissance.

L'année 2016 s'annonçait cruciale, non seulement parce que, conformément à la Constitution congolaise, elle devait sonner le glas de seize années de règne de Joseph Kabila, mais également parce qu'une large partie de l'opposition et de la société civile congolaise avait juré que le président devrait partir le 19 décembre 2016 au plus tard, au besoin de force. Rien ne s'est passé dans ce sens. Le changement tant attendu n'a pas eu lieu. Kabila est resté au pouvoir et continue à se renforcer des divisions qui existent au sein de l'opposition politique congolaise. Le temps a été le principal allié de la Majorité présidentielle ; il a été gagné notamment grâce aux dialogues politiques qui n'en finissaient plus. Il a ensuite suffi que la Cour constitutionnelle interprète l'article 70 de la Constitution : en cas de non-organisation d'élections, il appartiendrait au président de continuer à exercer le pouvoir.

Mais 2016 aura aussi été l'année de grandes difficultés politiques dont la Majorité présidentielle est encore très loin de se remettre aujourd'hui : il s'agit surtout des schismes qu'elle a connus et qui ont conduit au départ de certains de ses grands ténors dans l'opposition politique. Elle reste profondément affaiblie, même si, en fin d'année, on en parlait moins, les projecteurs se tournant plutôt vers l'opposition congolaise. Plus grave encore, 2016 a vu s'effondrer progressivement certaines transformations économiques et sociales qui constituaient les principales réussites du Gouvernement, comme nous le soulignions en 2015.

En effet, les fluctuations économiques en RDC, dont une des causes premières est le déclin de la production dans le Copperbelt, ont eu pour conséquence un ralentissement de la croissance. Si ces problèmes justifient la baisse des prévisions budgétaires, ils ont aussi des effets négatifs sur les avancées dans le domaine social, de même que sur le financement du processus électoral en cours.

Publié dans Ex-libris

L'attaquant de Leicester City Jamie Vardy a déclaré forfait pour les matches de l'Angleterre contre l’Écosse et la France en raison d'une blessure "mineure", a annoncé mercredi la fédération anglaise (FA).

Vardy, 30 ans, s'est blessé à l'entraînement mardi et manquera le match de qualification au Mondial-2018 contre l’Écosse samedi et la rencontre amicale face à la France mardi 13 juin au Stade de France.

"Jamie Vardy a quitté l'équipe d'Angleterre par précaution après avoir contracté une blessure mineure à l'entraînement hier (mardi)", a déclaré la FA dans un communiqué.

Il ne sera pas remplacé dans l'effectif.

Vardy a marqué six buts en 16 sélections avec l'Angleterre. En son absence, Harry Kane, Jermain Defoe et Marcus Rashford sont en lice pour une place de titulaire.

RFI

Publié dans Sport

Les fuites se multiplient dans la presse sur la prochaine réforme du code du travail. Après «Le Parisien» en début de semaine, c’est au tour du quotidien «Libération» de dévoiler des documents du ministère du Travail qui détaillent les pistes auxquelles le gouvernement réfléchit. Des documents bien plus inquiétants que la présentation livrée par le gouvernement hier, mardi, et qui proposent une vraie révolution libérale du droit du travail en France.

Ces documents posent une série de pistes de travail explosives comme notamment la négociation du contrat de travail et des motifs de licenciements, à l’échelle de l’entreprise.

C'est toujours au sein de l'entreprise, que pourraient être négociés, le niveau des indemnités légales de licenciements, la durée de la période d’essai ou bien encore le préavis. Des revendications de longue date du patronat. Le motif du recours au contrat court, sa durée et son renouvellement seraient aussi décidés au niveau de l'entreprise.

Enfin, les patrons auraient la main libre sur le seuil de déclenchement du PSE, le Plan de sauvegarde de l’emploi. Ce seuil est revu à la hausse. Ils auraient, ainsi, la possibilité de licencier un plus grand nombre de salariés pour motif économique tout en s’affranchissant des contraintes d’un PSE : obligation de reclassement, formation ou primes de départ volontaire.

« Pas de plan caché » assure la ministre du Travail

« Il n'y a pas de plan caché », et ces documents n’engagent en rien le gouvernement, a déclaré la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Sans attendre, le secrétaire général du syndicat Force Ouvrière Jean-Claude Mailly a dénoncé des pistes de travail « inacceptables », alors que Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT s'inquiétait d'un risque de parasitage des négociations. « Si le gouvernement veut travailler sur un certain nombre de pistes qui sont amenées dans certains journaux ces jours-ci, il faut qu'il arrête tout de suite, ça ne sert à rien de mener la réflexion car pour la CFDT, c'est non ! », a assuré ce mercredi Laurent Berger. La CGT a quand à elle déjà annoncé des mobilisations contre ce projet de réforme.

La concertation avec les partenaires sociaux doit reprendre vendredi plusieurs dizaines de réunions jusqu'au 21 juillet. Une autre série de rencontres suivra d'août à début septembre.

RFI

Publié dans International
mercredi, 07 juin 2017 17:06

Le Palu

Ce n’est pas la soif qui fait craindre le Ramadan à Tons, mais bien la faim. Il a ses habitudes alimentaires et son régime. Tout petit, il accompagnait son pater qui fut boy cuisinier de la résidence de l’ambassade du Royaume Unis. Le mot breakfast qu’aimait à prononcer la femme de l’ambassadeur sonnait à  l’oreille du  jeune Tons comme une douce chanson. Et, quand il voyait son père pousser le chariot du petit déjeuner de l’ambassadeur et de son épouse, il se disait quand: «Je serais grand, j’aurais une table tout aussi garnie, sinon plus fournie.»

Sur le chariot  du petit déj… étaient posés des pots de confiture   de kumquat, de nèfle, de kaki; une corbeille de fruits avec pommes, poires, oranges, en plus des jus: cerise, ananas, orange, tomate. La variété des pains: seigle, orge, avoine, maïs et sarrasin faisait clignoter l’œil du jeune Tons. Les œufs, le bacon et la marmelade couronnaient le tout.

Tons donc depuis son enfance vouait un culte au petit déjeuner, calé bien entendu, sur la maigreur de sa bourse et quand il découvrit le consommer sénégalais,  là alors ! Il se mit à jouer au nationaliste. Plus de pain,  maïs,  beignet dougoup, beignet farine, nopu peul, pastelles, kinkéliba, jus de bissap, de dakhar, de madde,  de bingueul ou de ditakh, selon la saison, omelettes et reste de repas de la veille.  Pour tout dire, les petits déj… de Tons sont «Tasonesques».

Avant le Ramadan Tons se dit qu’un bon paludisme le dispenserait du jeûne pour le plus grand bonheur de son petit déjeuner. Tous les soirs, il partait s’assoir sur le banc des moustiques, mais point de piqures, comme si les bestioles l’évitaient. Trois jours que cela dure. Quand il demanda à son ami rival, Modou Khabane, ce dernier, pris d’un fou rire, lui dit: «Bang bobu Yoo yi dagnoul woor goudy.» (1) Tons déménagea pour aller s’assoir sur le banc tout près de l’église se disant «Ouf ! fii yoo yi chretiens koor gui du sen affaire» (2)

1- Ici ce sont des moustiques musulmans qui jeunent la nuit

2 - Ouf ici au moins les moustiques sont des chrétiens, le jeûne n’est pas leur affaire.

Sudonline

Publié dans Société
Page 1 sur 2

AUDIO

La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries