Filtrer les éléments par date : lundi, 12 juin 2017

Le président ivoirien Alassane Ouatarra ce dimanche 11 juin, le roi du Maroc Mohamed VI en milieu de semaine et Macky Sall ce lundi 12 juin : si l'actualité française se concentre sur les législatives, Emmanuel Macron engage lui ses relations avec différentes chefs d'Etat africains. Et c'était une volonté du président français qui souhaitait rencontrer son homologue sénégalais rapidement.

L'étape de Paris s'est ajoutée récemment pour Macky Sall. Ce rendez-vous, cette « prise de contact », comme l'appellent les deux parties, s'est greffée sur l'agenda du président sénégalais qui est actuellement en tournée en Europe. Paris est donc une escale entre Bruxelles et Berlin.

Visiblement, Emmanuel Macron, qui a pris ses fonctions il y a un mois, souhaitait que Macky Sall soit l'un des premiers chefs d'Etat africains salué car « le Sénégal est un partenaire privilégié » de la France, indique à Paris une source diplomatique. Les précédents présidents français ont tous salué, vanté la démocratie sénégalaise, Emmanuel Macron devrait visiblement faire la même chose. « Notre relation n'est pas nouvelle, cette rencontre est tout à fait normale », complète une source à la présidence sénégalaise.

Les deux chefs d'Etat ont d'ailleurs échangé dès la mi-mai, au téléphone et se sont visiblement accordés pour poursuivre la coopération bilatérale : la France reste le premier investisseur au Sénégal, la volonté de Dakar de créer l'Institut sénégalais du pétrole avec le soutien du groupe Total pourrait par exemple être évoquée. Les questions de sécurité devraient également être au menu de la rencontre; la France appuie en effet le Sénégal dans la formation de ses armées pour lutter contre le terrorisme.

RFI

Publié dans Politique

Le Sud-Africain Wayde van Niekerk a signé le samedi 10 juin à Kingston la meilleure performance mondiale de l'année sur 200 m avec un chrono de 19 sec 84/100e. Il s'agit d'un nouveau record personnel sur 200 m pour le champion olympique 2016 et détenteur du record du monde du 400 m. Van Niekerk s'est fixé pour objectif en 2017 de réussir le doublé 200/400 m aux Mondiaux de Londres en août prochain.

« Je n’ai jamais rien vu de pareil. C’est fou. Il les a massacrés. Il peut descendre sous les 43 secondes. J’avais essayé, mais sans succès. Au couloir 8, il a fait une course contre le temps, loin de James et Merritt. » Le légendaire Michael Johnson qui tenait depuis près de 17 ans le record du monde du 400 m en est resté bouche bée. Son record est tombé devant son nez de commentateur pour la BBC.

Premier athlète à battre le record du monde du 400 m en finale des JO

A Rio lors de l’été 2016, Wayde van Niekerk, 24 ans, claque un 43’’03, et efface le record du monde de l’Américain obtenu lors des Mondiaux de Séville. Ce tour de piste au Brésil restera dans la légende pour sa première médaille d’or olympique. Il est le premier athlète depuis Lee Evans en 1968 à Mexico à battre le record du monde du 400 m en finale des JO. Un authentique exploit pour un champion qui a explosé au plus haut niveau en 2015 avec un titre de champion du monde sur 400m à Pékin.

Quelques mois auparavant, le Sud-Africain était déjà entré dans l'histoire en signant un temps de 9'98 sur 100m au meeting de Bloemfontein. Il devenait ainsi le seul sprinter à courir le 100m en moins de 10 secondes, le 200m en moins de 20 secondes, et le 400m en moins de 44 secondes.

L’année 2016 restera comme une référence pour Wayde van Niekerk qui signe premier titre de champion d'Afrique en carrière sur le relais 4x100m devant son public à Durban. Toujours à Durban, Van Niekerk remporte son premier titre de champion d'Afrique en individuel sur 200m en dominant la finale. Van Niekerk est désigné porte-drapeau de la délégation sud-africaine pour les Jeux olympiques de Rio.

Coaché par une femme de 74 ans

Le week-end dernier, Wayde van Niekerk n’a évidemment pas pu voler la vedette à Usain Bolt lors du Racers Grand Prix de Kingston, pour la dernière sortie du sprinter jamaïcain devant son public. Mais Wayde van Niekerk a encore fait fort sur le 200m avec un nouveau record personnel en 19"84. Il obtient par la même occasion la meilleure performance mondiale de l’année sur la distance. Au Mondiaux de Londres en août prochain, il visera le doublé 200m-400m.

Le natif du Cap, né de deux parents qui pratiquaient le saut en hauteur, a été orienté sur le 400m par Anna-Sophia Botha, son entraîneur. Cette dernière souhaitait le protéger des pépins physiques, lui qui en a souvent connu. En octobre 2012, il intègre son groupe d’entraînement à l’université de Bloemfontein, où il étudie le marketing.

Depuis, la coach de 74 ans joue un rôle important dans sa carrière. « C’est une personne en qui j’ai la confiance la plus totale, racontait Wayde van Niekerk au Figaro. Au niveau de l’entraînement, elle sait parfaitement ce qu’elle fait. Je n’ai pas le moindre doute sur les plans qu’elle établit. Elle a des années et des années d’expérience. J’ai juste à écouter ce qu’elle me prodigue. » Anna-Sophia Botha, ancienne sprinteuse namibienne, a commencé sa carrière de coach en 1968 et s’est occupée notamment de Frankie Fredericks, champion du monde du 200 mètres 1993 et quadruple médaillé d'argent aux Jeux olympiques.

Usain Bolt comme modèle

Fan de football, Wayde van Niekerk, né prématuré et à qui les médecins prévoyaient le pire, a montré très tôt des dispositions pour le sprint. En 2010, il se classe 4e du 200m aux championnats du monde junior. Aujourd’hui, il avoue qu’il a encore du travail pour devenir la future grande star de l’athlétisme. Son modèle : Usain Bolt, le roi du sprint.

« Mon rêve est de parvenir à réaliser ce qu’il a réussi sur 100 m et 200 m, avoue-t-il. Il est une énorme source d’inspiration et de motivation pour m’améliorer, parce que je sais que c’est possible. Mon amour du sport fait que j’aime le 200m. Mon grand rêve, c’est de briller sur le 100 m et sur le 200m ».

Wayde van Niekerk qui avance avoir une relation d’amour-haine avec le 400m va désormais s’attacher à tenter d’abattre le mur des 43 secondes. « Avec tous ces dons, je suis béni et j’ai le ­désir d’aller au maximum de mes possibilités », lâche-t-il. Un nouveau record qui serait accueilli par certains avec enthousiasme et plein de suspicions par d’autres.

Rfi

Publié dans Sport

Les responsables de l’Alliance des forces de progrès (Afp) sont montés au créneau, ce samedi 10 juin, pour exprimer leur «désapprobation sans équivoque» des investitures dans les listes de la coalition BBY. Lors d’une conférence de presse, Alioune Badara Diouck, vice-président du comité électoral de l’Afp, a dénoncé la rupture de la chaîne de concertation, au moment de la phase finale.

Vingt-quatre heures après la publication des listes de candidats retenues pour les législatives du 30 juillet prochain, l’Alliance des forces de progrès (Afp) sonne la contestation dans les rangs de la coalition Benno Bokk Yaakaar (Bby). En conférence de presse organisée ce samedi 10 juin, le Comité électoral national de l’Alliance des forces de progrès a vivement exprimé sa «désapprobation, sans équivoque, par rapport aux résultats des investitures dans les listes de la Coalition BBY. Face aux journalistes, les camarades du président sortant de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, jugeant que ces investitures ne répondent pas aux principes d’équité et de transparence», ont  «condamné, avec la plus grande énergie», la procédure qui a abouti à la désignation des 165 personnalités retenues sur la liste de la coalition présidentielle.

Alioune Badara Diouck, vice-président du comité électoral de l’Afp, et compagnie qui se prononçaient pour la première fois sur cette question des investitures à l’issue d’une réunion d’évaluation ont indiqué avoir «relevé et déploré la rupture de la chaîne de concertation, au moment de la phase finale». «Il est difficilement compréhensible qu’un candidat, unanimement désigné par l’ensemble des composantes de Bby, comme par exemple à Malem Hodar en la personne du député sortant Cheikh Ndiaye, soit remplacé au dernier moment par un candidat d’un autre parti, décision qui n’a fait l’objet d’aucune consultation. Bien d’autres cas ont été identifiés», dénonce le porte-parole du jour du comité électoral de l’Afp.

«Le Comité électoral national regrette avec la plus grande fermeté le procédé utilisé, lors du dépôt des listes, avec une omerta organisée pour hypothéquer les intérêts d’un allié constant et crédible qui, dès le 10 mars 2014, a décidé, souverainement, de soutenir le président Macky Sall, si les données restaient en l’état», a ajouté encore Alioune Badara Diouck lors de cette rencontre avec les journalistes à la permanence nationale de l’Afp. Et de conclure : «Les instances compétentes poursuivront la réflexion engagée, à partir de ce jour, pour gérer cette situation avec la rigueur qui caractérise le Parti, en toutes circonstances».

Publié dans Politique

Le président de Bby a fait son choix dans la région de Kolda et tous les éléments investis sont de l’Apr. A Kolda département, Sana Kandé et Coumba Baldé auront la redoutable tâche de faire face à l’opposition. Aucun autre responsable du Fouladou ne figure sur la liste nationale de BBY. Chez les alliés, la déception est grande et la « gourmandise » de l’Apr est dénoncée hors micro. Mais le combat sera rude avec la coalition Gagnante conduite par Fabouly Gaye dans le département.

C’est au sein du parti même du président de la République que les réactions d’hostilité ont été les plus sévères et une des responsables, Mame Coumba Cissé, est allée jusqu’à geler toutes ses activités au sein de l’Apr. Les partisans de MameBoye Diao aussi ne sont pas contents. Ils ont sorti un communiqué pour demander à leur leader de venir discuter avec sa base. En attendant cette rencontre, toute activité politique est suspendue du côté de cette sensibilité. La base de Sanoussy Diakhité, DG Onfp, aussi est vite sortie de ses gonds pour dénoncer le choix de Bby. Des séances nocturnes sont organisées pour limiter les dégâts.

 Chez les alliés aussi, ca sent le soufre. Les camarades de Landing Savané ont pris une résolution pour demander le départ de leur formation de la coalition dans une rencontre tenue aussitôt après la publication des listes, a indiqué le chargé de communication de la section Aj koldoise. « Nous avons constaté avec regret qu’aucun membre de AJ/PADS/A ne figure sur la liste nationale ni sur une liste départementale. Donc, nous pensons qu’il est grand temps de quitter cette coalition pour que notre parti puisse prendre son destin en main », poursuit Sassoum Leye Kouyaté. Pis, « A Kolda, ce sont tous les alliés qui sont zappés » pour choisir « deux inconnus de l’Apr qui ne peuvent pas être soutenus par notre formation politique». Et M Kouyaté de poursuivre : « Nous disons non ! Nous allons nous démarquer dès maintenant. Nous allons combattre cette liste de Bennoo Bokk Yaakaar par tous les moyens».

Kolda département n’a eu droit qu’à deux représentants sur la liste départementale. Aucun responsable n’a été choisi sur la liste nationale. Macky Sall a oublié le Fouladou sur cette liste. Mamadou Malado Diallo, un des  premiers responsables apéristes, reconnait une petite déception mais plaide pour l’unité autour de la liste. « Il faut comprendre le président. Il est difficile de faire un choix. Nous sommes tous méritants. Il faudra se battre pour gagner et poursuivre à gérer le pays. D’autres choses vont arriver ».

CHERIF LEHEIB AIDARA ZAPPE

 Parmi les oubliés, on note les alliés les plus remarqués sur le terrain de l’animation politique au Fouladou dont le mouvement Bamtaare Senegal du chef religieux Cherif Leheib Aidara. Nombreux sont ceux qui le voyait sur les listes au vu du travail abattu  pour soutenir le président. Les responsables venues nombreuses chez lui à l’annonce des listes ont été vite calmées par le chef religieux. Il a même tenu à ce que des prières soient faites pour le chef de l’Etat, à l’occasion de la conférence religieuse des femmes de Bamtaaré tenue ce dimanche. Cherif Aidara réitère ainsi son soutien sans condition au président Sall et on apport durant la campagne sera déterminant pour la liste BBY au foulaodu mais aussi dans le Balantacounda.

WATTU SENEGAAL DERRIERE FABOULY GAYE

Le choix du patron de l’Apr est tombé pour Kolda département sur Sana Kandé, un géomètre militant des premières heures de l’Apr, ainsi que Madame Coumba Baldé, agent de développement qui a travaillé plusieurs années au sein des ONG. Ce couple aura la lourde tâche de faire face à la liste Gagnante conduite par Fabouly Gaye. Difficile de faire un pronostic entre ces deux listes. Pour cette coalition gagnante, l’absence de Koldois dans la liste nationale a fait jaser. Mais l’espoir de gagner le département a vite aidé à calmer les ardeurs. Rares sont ceux qui doutent dans ce camp de la victoire.

MEDINA YERO FOULAH : MOUSSA SABALY CONTRE AMADOU BALDE

Le même duel va avoir lieu dans le département de Médina Yéro Foulah. Le choix le plus contesté du patron de Bby est celui sur la personne du président du Conseil départemental Moussa Sabaly, par ailleurs conseiller économique et social. Le patron des cotonculteurs est fortement contesté par les partisans du maire de Pata Aliou Baldé, autre militant de l’Apr qui a eu à rempiler à la tête de sa municipalité sans battre campagne. Un accord avait été trouvé dans ce département par les différents responsables pour lui permettre de diriger la liste. Un accord très vite dénoncé par Sabaly qui au finish a été choisi. Mais la clé de la victoire du Bby dépend, selon les différents observateurs de l’engagement de Aliou Baldé, maire de Pata, très populaire dans le Sofagnama et le Jimara. Bby a ici aussi comme adversaire de taille Amadou Baldé de la coalition gagnante. Ancien maire de Médina Yéro Foulah, Amadou Baldé risque de faire regretter au président Macky Sall son choix. Au sein de la coalition gagnante cependant, les partisans de Mamadou Diop Decroix de Aj/Pads avaient dénoncé leur mise à l’écart. Mais les responsables ont sitôt clamé les ardeurs  des partisans.

A côté de ces listes favorites, on retrouve celle de Dental Sénégal Actions patriotiques conduite par le secrétaire général de la Crande muraille verte Mamadou Seydi, la seule tête de liste nationale originaire du Fouladou. Un allié qui a vite compris qu’avec l’Apr, Il faut souvent cultiver sa petite parcelle. Sa liste est présente dans 12 départements du pays. D’autres listes sont également présentes au Fouladou. Notamment, celle dirigée par Khalifa Sall avec comme tête de liste Aliou Touré de Rewmi, la coalition de l’ancien Premier ministre A Mbaye conduite par Abdoulaye Thiam Diawara ainsi que les écologistes qui vont être dirigées par Dicory Baldé.

Sudonline

Publié dans Politique
Page 1 sur 2

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook