Filtrer les éléments par date : mardi, 09 mai 2017

 

Recherche de noyé : un nouveau sonar pour la brigade fluviale de Noyon comment ça se passe au Sénégal-des secours négatifs


Vivre et mourir au Sénégal. Il est vrai que nos côtes sont longues et attrayantes malgré les risques et le manque de moyens pour les sécuriser.
Les enfants, les parents veulent profiter de la fraîcheur et prennent souvent comme partout d'ailleurs à travers le monde des lieux frais, à la différence les pays développés ont des moyens pour sauver les noyés ce qui n'est pas le cas des pays africains et sénégalais.
Les pompiers arrivent tard, l'alerte est donné avec du retard ce qui complique encore plus les interventions sans parler de l'absence de carburant.
Pour lutter contre ces noyades il faut prévenir, aller dans les écoles en parler, initier aux premiers gestes, mettre à dispositions des usagers des points d'appels –secours urgence-ou confier un portable au chef de quartier qui saura alerter les secours. Il faut inscrire dans les cours de séances d'initiation à la natation- il faut construire des piscines. il faut il faut que les habitats soient viables et retiennent les citoyens qui veulent retrouver en bord de mer ou dans l'eau la fraîcheur qui manque.


Les pompiers doivent faire avec les hommes-sauveteurs grenouilles des inspections des eaux pour baliser ou corriger des plans d'eau dangereux voire mortels.
Les collectivités locales doivent former et employer des sauveteurs et cela créerait des emplois. ( Le gouvernement du Sénégal veut salarié les imams, les chefs de quartier sont rémunérés, pourquoi pas des jeunes sauveteurs).
De nouvelles technologies se développent ici et là mais nos pays se moquent de la vie de nos concitoyens et c'est dommage. Il est vrai que les gens doivent être plus conscients et conséquents en respectant les interdictions sur les panneaux.
Je salue la presse sénégalaise qui parle de ce sujet des noyades mais il faut continuer à sensibiliser, la répétition un jour marque les consciences et nous évitera les noyades mortelles. P B CISSOKO


Elles sont nombreuses, en banlieue dakaroise, ces plages qui sont interdites de baignade. Et pourtant, des jeunes qui sont oisifs le temps des vacances bravent l'interdit préfectoral et affrontent la houle qui est souvent dangereuse. Résultats des courses, plusieurs noyades. Rien que la première quinzaine du mois en cours, plus de 8 victimes ont été enregistrées sur les berges de Gadaye, Malibu, Malika, entre autres. Enquête a fait le tour de certaines pages et elles sont toujours fréquentées.


Mes parents ne sont pas au courant"


Puisqu'il n'a pas les moyens de se rendre sur une plage autorisée, le potache préfère tromper la vigilance de ses parents et se payer quelques heures à Malibu. "C'est évident que mes parents ne sont pas au courant que je me baigne ici. Je parviens à venir ici sans soucis, car je maitrise leur emploi du temps et je sais à quelle heure ils vont demander de mes nouvelles ou après moi. Avant cette heure, je serai à la maison", souligne l'adolescent avec malice.
Un autre jeune de son âge s'invite au débat. "Grand, nous sommes en vacances, il faut qu'on s'amuse. Nos parents ne nous emmènent pas à la plage. S'ils le faisaient, on allait jamais fréquenter les plages dites interdites. Je suis conscient que c'est un risque, mais que faire ? Vu que nous aimons trop la mer et nous sommes en vacances", lance le collégien Omar Ka. Un autre vacancier, qui suit la discussion depuis un moment, s'en mêle. "Je viens ici, tous les soirs. Mais pas pour me baigner, juste pour passer du bon temps, car mon père m'interdit de me baigner ici. Et pour rien au monde, je ne vais braver l'interdiction de mes parents. Mes amis ne savent pas ce qu'ils avancent. Et, c'est vraiment risquer de se baigner trop jeune dans une mer, en plus qui est interdite", souligne le futur candidat au BFEM.in seneweb


La brigade fluviale de Noyon utilise depuis six mois un sonar similaire à celui embarqué sur les chalutiers. Démonstration sur l'Oise, lors de la recherche d'un noyé. Sujet à paraître dans l'édition de l'Oise du 17 août 2012.
leparisien.fr

Important si vous allez en mer, que cela soit pour vous baigner, surfer, naviguer,... La houle mérite une petite définition ; ce qu'il faut surtout savoir, c'est comment elle se forme et comment la prévoir avec les moyens du bord.

Définition de la houle


La houle est un ensemble de vagues enclenchées sur des dizaines voire des centaines de kilomètre . Elle est définie par sa direction ( Est, Ouest, ... ) et sa hauteur ( 1 mètre, 2 mètres, ... ).
Mécanisme de formation


Voici comment se forme la houle :
La houle se forme au milieu de l'océan ou de la mer ( cela paraît logique... ) ; il faut pour cela un conflit de masses d'air ( cela arrive très souvent au milieu de l'océan ) pour qu'il y ait formation d'une dépression et donc générant des rafales de vent au niveau de l'eau : la houle est formée .
Si le vent souffle localement, un ensemble de vagues ( mer du vent ) peut se former à l'endroit même où le vent souffle .

Reste à savoir la taille de la houle ; elle dépend de la profondeur de l'eau ; plus le sol s'enfonce dans l'eau, plus la houle aura une chance d'être grande .
C'est ce qui se passe dans le Sud-Ouest de la France ou l'eau s'enfonce très rapidement et donne une houle atteignant parfois les 4 mètres !!!!

Voici comment nous mesurons la houle grâce à l'échelle de Douglas créée par le vice amiral anglais Percy Douglas en 1917 :
Prévision de la houle
La prévision de la houle n'est pas difficile si vous êtes en bord de mer ; il vous suffit d'avoir un baromètre, une girouette et un anémomètre ; plus le vent est fort, plus la houle sera grande ( en Méditerranée, la houle excède rarement les 3 mètres à cause de la faible profondeur de l'eau à certains endroits ) ; c'est comme ça que l'échelle de Beaufort est né .

Prenons un exemple : le vent souffle à plus de 60 km / h ce qui équivaut sur l'échelle de Beaufort par des vagues de 3 à 4 mètres dans la journée .

Vous pouvez aussi vous amuser à calculer l'énergie des vagues ( notée E ) : c'est une énergie mécanique composée d'énergie potentielle ( déformation de la surface de l'eau ) et d'énergie cinétique ( particules d'eau ) .
D'où
E = ( 1 / 8 )pgH²
p : masse volumique de l'eau.
g : intensité du champ de pesanteur.
H : hauteur des vagues.
NB : la houle ne se déplace pas forcément aussi vite que la perturbation, il peut arriver que la mer "soit en colère" bien après la passage de la perturbation ( quelques heures après ) .

Remarque : la houle se déplace en moyenne à une vitesse de 30 km / h . Ainsi quand on voit une perturbation sur l'Atlantique ; après avoir déterminé la vitesse probable du vent dans la perturbation, on peut déterminer le jour auquel la houle issue de cette perturbation arrivera..

Les hommes grenouilles –des sauveteurs aguerris


Plongeurs ou sauveteurs de surface, ils constituent les forces nautiques du SDIS 68. L'unité de secours nautiques du Haut-Rhin intervient pour toutes les opérations en rivière, canal, lac, plan d'eau naturel ou artificiel, nécessitant des moyens et une technicité particuliers.
L'unité secours nautiques départementale est dirigée par un conseiller technique départemental, placé sous l'autorité du directeur départemental des services d'incendie et de secours du Haut-Rhin. Un médecin référent du Service de santé et de secours médical, spécialiste de la plongée est mis à la disposition de l'unité.
Devenir sauveteur aquatique ou plongeur n'est pas donné à tout le monde : outre l'aptitude médicale spécifique au milieu aquatique, de grandes qualités athlétiques et de nageur sont requises. Ainsi, avant même d'accéder à la préformation de base, il faudra montrer être capable de nager 100 mètres en moins de deux minutes ou encore réussir un solide exercice de sauvetage avec palmes: une nage d'approche de 100 mètres, récupérer un mannequin à une profondeur de 3 à 5 mètres et le tracter sur une distance de 50 mètres. Le tout en moins de 4 minutes !


Si le sauveteur aquatique ne peut s'immerger qu'à 3 mètres de profondeur maximum, en apnée, le plongeur scaphandrier autonome léger peut aller jusqu'à 40 mètres de profondeur. Et pour rester apte aux opérations, un plongeur devra avoir effectué dans l'année précédente au moins 20 plongées dont 6 minimum pendant un stage de recyclage de 5 jours en mer.


Noyade : Le site de référence sur les noyades

"Évitez la noyade avec nos conseils! Chaque année, 500 personnes meurent par noyade. Le respect des consignes de sécurité et de la réglementation sont donc indispensables pour que le nombre des accidents diminue (20 000 par an).

Les noyés sont souvent de bons nageurs qui ont surestimé leurs capacités ou n'ont pas tenu compte de la force des courants. La noyade est provoquée par l'irruption d'eau dans les voies aériennes entraîne une privation d'oxygène, en particulier, au niveau du cerveau et du coeur. En l'absence de traitement, elle entraîne rapidement la mort.

Pour éviter la noyade suivez nos conseils de préventions et les gestes qui sauvent... Bonne baignade !
Noyade définition: Le saviez-vous?

Noyade: selon le Larousse Médical, la noyade est une asphyxie due à l'immersion dans l'eau.
Une noyade est le plus souvent provoquée par la pénétration brutale d'eau, en quantité abondante, dans les voies respiratoires du sujet. Cependant, elle peut aussi être due à un arrêt cardiaque survenu au contact de l'eau, entraînant une perte de connaissance ; ce phénomène, appelé hydrocution, s'observe surtout lorsque l'eau est froide ou après une exposition à la chaleur ou un exercice physique.

On dénombre chaque année en France 20 000 noyades accidentelles qui sont responsables de plus de 500 décès. La noyade est responsable d'environ 140 000 décès par an dans le monde. Paradoxalement, les victimes sont souvent de bons nageurs qui ont surestimé leurs capacités ou n'ont pas tenu compte de la force des courants ; la noyade en piscine menace surtout les jeunes enfants.

Il existe 3 états successifs de mort par noyade:
- Mort apparente : plus de ventilation, tension artérielle faible. Grave
- Mort clinique : fibrillation et arrêt cardiaque. Très grave, irréversible si > 3 minutes.
- Mort réelle : arrêt cardiaque depuis plusieurs minutes. Abaissement température centrale. Anoxie du tronc cérébral. Irréversible.
- Remarque : S'il n'y a pas inondation, ce n'est pas une noyade mais une hydrocution.
Noyades: Les différentes étapes de la noyade

Lors d'une noyade la victime passe par 4 stades de gravité croissante en fonction de l'importance de l'eau inhalée : aucune (aquastress), modérément (petit hypoxique, gène respiratoire), ou plus (grand hypoxique et anoxique, somnolence et coma).


• La 1re phase appelée aquastress : l'eau n'a pénétré que dans les voies aériennes supérieures : le sujet a «bu la tasse». La victime panique, a des gestes désordonnés, et fait ce qu'on appelle « le bouchon » : s'enfoncer dans l'eau puis remonter successivement. La ventilation et la conscience sont normales, mais il est anxieux, épuisé et il a froid.
• La 2e phase, appelée petite hypoxie : une petite quantité d'eau a été inhalée au niveau des poumons. La victime commence à être épuisée, elle est toujours à la surface de l'eau, toujours consciente mais elle a déjà inhalé ou bu plusieurs fois de l'eau. La conscience et la circulation sont normales, mais il existe une gêne à la ventilation. Le sujet tousse, est très anxieux, épuisé et il a froid.
• La 3e phase, appelée grande hypoxie : la victime ne se maintient plus à la surface, elle est complètement épuisée, le pouls rapide et la ventilation fortement perturbée. Elle a déjà inhalé beaucoup d'eau et elle est de moins en moins consciente. Le noyé a une coloration bleutée des extrémités (cyanose). La quantité d'eau avalée est importante, ce qui provoque une diarrhée et aggrave l'hypothermie, risquant de provoquer des troubles du rythme cardiaque.
• La 4e phase, appelée anoxie : la noyade dure depuis plusieurs minutes. La victime n'est plus consciente, la respiration et le pouls sont très faibles ou absents. Le noyé est en état de «mort apparente».

Les victimes ne passent pas forcément par toutes ces étapes, dans des cas extrêmes d'hydrocution, d'arrêt cardiaque ou autre, l'inconscience, l'absence de respiration et de circulation sont immédiates.


Noyades: Les causes de noyade les plus fréquentes
Cause de noyade 1: Noyade avec eau avalée ou inhalée
C'est la plus grande part des noyades ; la victime peut avaler de 2 à 5 litres d'eau et de sel qui, dans l'estomac et l'intestin, ce qui provoquent les symptômes suivant: diarrhée importante, passage d'eau dans le sang, risque de régurgitation.
En cas de noyade avec eau inhalée, l'eau empêche les échanges gazeux de s'effectuer.
Cause de noyade 2: La submersion primitive ou noyade primaire
C'est la noyade proprement dite ou noyade primitive. C'est la cause habituelle à laquelle sont exposés aussi bien :
- le nageur expérimenté submergé par épuisement,
- le non nageur submergé par incapacité technique après chute accidentelle ou volontaire dans l'eau profonde.

Le noyé est "bleu" cyanosé. La noyade est provoquée par:
- Maladresse, fatigue, essoufflement, panique, déficience du matériel en plongé.
- Manque de technicité du noyé ou de l'intervenant.
- Agitation en surface (au secours).
- Apnée réflexe en submersion due au CO2, panique.
- Inspiration d'eau.
- Arrêt respiratoire ou cardiaque.
Cause de noyade 3: La syncope primitive ou « hydrocution » avec noyade secondaire
Elle frappe en particulier le nageur confirmé qui coule à pic sans signe avant-coureur ou précédée d'une courte alarme (paresthésies, crampes musculaires, sensation de membres lourds, céphalée brutale en générale occipitale, sensation d'angoisse).

Le noyé est "blanc" pâle. Elle est précédée d'une perte de connaissance dans l'eau. La syncope procède de mécanismes divers:
• d'une immersion brutale dans l'eau froide : syncope thermo-différentielle ou hydrocution.
• d'un choc traumatique: traumatisme crânien au moment de la mise à l'eau.
• d'une douleur violente : choc allergique, piqûre ou morsure d'un animal.
• d'une inhibition émotive: c'est la noyade par « panique », même dans l'eau peu profonde.
• d'une perte de conscience.
• d'un arrêt respiratoire et bradycardie.
• d'une inhalation d'eau.
• du «rendez-vous syncopal» lors de la plongée en apnée.
• du tractage en surface d'un accidenté inconscient dont les voies aériennes sont restées immergées !
Noyade: Les conséquences physiologiques pour le noyé
Complications immédiates : cérébrales et cardiaques
• Au niveau du cerveau : la perte de conscience au bout de 30 secondes et les lésions deviennent irréversibles au bout de 3 minutes environ, ce délai pouvant être augmenté dans l'eau froide.
• Au niveau du coeur : la privation d'O2 entraîne des troubles du rythme et un arrêt cardio-circulatoire.
Complications retardées : pulmonaires
• La pénétration de l'eau au niveau des alvéoles entraîne des lésions de la membrane alvéolo-capillaire :
c'est l'oedème pulmonaire lésionnel, responsable d'une altération des échanges gazeux. Parfois un spasme se produit au niveau du larynx et l'eau ne pénètre pas : on parle de «noyade à poumons secs».
• Par ailleurs, une grande quantité d'eau est toujours présente au niveau de l'estomac. Elle peut être régurgitée et pénétrer dans les voies aériennes lors des manoeuvres de réanimation, ce qui va aggraver la situation.
Noyade piscine: Profitez de votre piscine en toute tranquillité

Chaque année, malgré l'obligation d'équiper les piscines d'un dispositif de sécurité, de jeunes enfants se noient. La vigilance des adultes reste indispensable pour éviter les accidents.

Équipez votre piscine (enterrée ou semienterrée) d'un dispositif de sécurité.La loi prévoit 4 dispositifs :
• Les barrières, abris de piscine ou couvertures : ils empêchent physiquement l'accès au bassin et sont particulièrement adaptés aux jeunes enfants, à condition de les refermer ou de les réinstaller après la baignade.
Les alarmes sonores : elles peuvent informer de la chute d'un enfant dans l'eau (alarmes d'immersion) ou de l'approche d'un enfant du bassin (alarmes périmétriques), mais n'empêchent pas la noyade.
ATTENTION ! Ces dispositifs ne remplacent pas la surveillance active et permanente des enfants par un adulte.

Pensez à poser à côté de la piscine une perche, une bouée et un téléphone pour alerter les secours le plus rapidement possible.
Après la baignade, pensez à sortir tous les objets flottants, jouets, bouées, objets et à remettre en place le dispositif de sécurité.
Si vous avez une piscine ''en kit'' (qui n'est pas enterrée dans le sol), retirez l'échelle après la baignade pour en condamner l'accès.
Noyade et sauvetage: Conduite à tenir en cas noyade (premiers secours)

Dans tous les cas de sauvetage: aller très vite!

Un noyé secouru dans la première minute a 95% de s'en sortir, seulement 25% après 6 mn, et 3% après 8 minutes. En cas de noyade avec entrée d'eau dans les poumons, l'oedème aigu du poumon est systématique. La surveillance en milieu hospitalier à postériori est donc indispensable, même si l'accidenté semble avoir complètement récupéré.


Voici les gestes de premiers secours qui rassurent et qui sauvent en cas de noyade:


• Protéger: Aidez le noyé à sortir de l'eau.
• Allonger le noyé et couvrez-le pour qu'il se réchauffe.
• Bilan : Faire un premier bilan des fonctions vitales : conscience, respiration, circulation
• Si le malaise du noyé persiste, appelez les maîtres nageurs sauveteurs ou le (15) SAMU.
• Si le noyé perd connaissance et il respire, mettez-le sur le côté, en position latérale de sécurité, en attendant les secours et surveillez-le.
• Si le noyé ne respire plus, effectuez les manoeuvres de réanimation cardio-pulmonaire : bouche-à-bouche et massage cardiaque.
• Attention ! ne pratiquez ces gestes que si vous êtes formé aux techniques de secours.
Que font les secouristes en cas de noyade (premiers soins):


Voici les gestes professionnels du secouriste qui sauvent le noyé:
1. Contrôle des signes vitaux et premiers gestes de réanimation (Airway, ventilation, circulation)
2. Voie veineuse
3. Oxygénothérapie
4. Immobilisation du rachis cervical
5. Lutte contre l'hypothermie
6. Transport à l'hôpital

Le secouriste doit atteindre la victime le plus rapidement possible, préférentiellement à l'aide d'un objet flottant en minimisant les risques pour sa vie et celle de la victime. Toute victime doit être prise en charge comme ayant une lésion rachidienne potentielle, ces lésions étant particulièrement fréquentes lors des noyades secondaires à des plongeons. Les victimes sont extraites de l'eau en position horizontale, en décubitus dorsal, en respectant l'axe tête-cou-tronc et en stabilisant la tête en position neutre. Les manœuvres de réanimation respiratoire, notamment la luxation des mâchoires, ne doivent en aucun cas mobiliser le rachis cervical. Elles sont débutées le plus précocement possible, sur l'eau, alors que les manœuvres de réanimation cardiaque sont entreprises à terre, sur un plan dur.
L'assistance ventilatoire par du bouche à bouche est la première manœuvre de réanimation à effectuer. Il peut être difficile de maintenir la tête de la victime hors de l'eau et de pratiquer le bouche-à-bouche. Le bouche-à-nez est alors une alternative. L'emploi d'un insufflateur par une personne entraînée est possible. En fait, les manœuvres de réanimation respiratoire ne diffèrent pas de celles pratiquées chez tout patient traumatisé en ACR.


Il n'est pas nécessaire, voire potentiellement dangereux d'aspirer l'eau des poumons. L'aspiration ne permet de retirer qu'une quantité minime de liquide et risque de provoquer une contraction abdominale à l'origine de la régurgitation du contenu gastrique. La manœuvre de Heimlich ne doit pas être réalisée systématiquement. Elle retarde la mise en œuvre d'une réanimation respiratoire efficace. Elle est indiquée en absence de preuve évidente de noyade, si les secouristes suspectent un corps étranger obstruant les voies aériennes. Des compressions thoraciques sont préférables à la pratique de l'authentique manœuvre de Heimlich.
• Massage cardiaque: Dès que la victime est retirée de l'eau, il est nécessaire de rechercher des signes en faveur d'une activité circulatoire. Les pouls peuvent être difficiles à percevoir chez un quasi-noyé hypotherme. En l'absence de pouls, le massage cardiaque est débuté sur un plan dur. Si une fibrillation ventriculaire est détectée, un choc électrique externe est nécessaire. En cas d'hypothermie sévère (<30°C), la défibrillation est difficile, voire impossible. Il faut alors ne réaliser qu'au maximum trois tentatives de défibrillation.


• Réanimation: Les victimes de submersion présentant une détresse ventilatoire nécessitent une intubation trachéale immédiate et l'instauration d'une ventilation mécanique. Ces victimes, même celles nécessitant peu de manœuvres de réanimation et retrouvant leur conscience sur le site de l'accident, doivent être conduites dans un service d'urgence dans un véhicule spécialisé, avec un monitorage et de l'oxygène. Selon les circonstances, une injection de glucosé à 30% (après la réalisation d'une glycémie capillaire) et de naloxone peut être justifiée.
Noyade et hydrocution: Noyade et hydrocution sont deux choses différentes!

L'hydrocution est une syncope thermo différentielle qui survient souvent après une exposition prolongée au soleil. La température de la peau augmente et les capillaires cutanés s'ouvrent pour favoriser l'évacuation de chaleur en excès sous forme de sueur. Une immersion brutale provoque la fermeture de ces capillaires sous l'effet du refroidissement de la peau et une brusque augmentation de la masse sanguine qui afflue au niveau du coeur. Un mécanisme réflexe entraîne une diminution de la fréquence cardiaque et, donc, une baisse de l'apport en O2 au niveau du cerveau, ce qui provoque une syncope et la noyade.

Il y a une différence entre une noyade par hydrocution où la victime coule aussitôt et celle par immersion où, en règle générale, il y a résistance. Dans le premier cas, l'eau ne pénètre pas dans les poumons, au contraire, dans le second, c'est la cause de la noyade. Si la première est brutale et immédiate, la seconde peut réclamer plusieurs minutes.


Prévention de l'hydrocution:
• ne jamais s'immerger brutalement, surtout après une exposition au soleil ou un repas copieux et arrosé.
• s'immerger, au contraire, de façon lente, en se mouillant préalablement la nuque, la poitrine et l'abdomen.
Les signaux d'alarme de l'hydrocution:
• sensation de chaleur à la face interne des cuisses, sur le ventre ou les bras avec apparition de rougeurs ou de démangeaisons ;
• sensation anormale, plus ou moins brutale, de fatigue extrême, de malaise général ou d'eau glacée ;
• vertiges, bourdonnements d'oreilles, douleurs brusques au front ou à la nuque ;
• troubles oculaires : vue brouillée, mouches lumineuses, voile noir ;
• douleurs abdominales, crampes musculaires ou douleurs des genoux, des coudes.

Il existe toujours au moins une dizaine de secondes entre le premier signal d'alarme et la syncope, ce qui permet au nageur averti de sortir de l'eau ou tout au moins de se rapprocher e la rive et d'appeler au secours.
Noyade accident: Les causes de noyades en fonction du lieu de baignade

Voici les résultats de l'enquête de noyade selon le lieu (piscine privée, piscine publique, cours d'eau, plan d'eau, mer, autre lieu) et en fonction des conditions de la noyade (accidentelle, intentionnelle).


Noyades accidentelles en piscine


Le manque de surveillance et les malaises cardiaques ont été identifiés comme des facteurs de risque significatifs de mortalité par noyade accidentelle en piscine. Une surveillance permanente et rapprochée des jeunes enfants par un adulte responsable pourrait prévenir la survenue d'un certain nombre de décès en piscine.
Noyades accidentelles en eau douce
Un âge supérieur à 65 ans, le sexe masculin et les malaises sont apparus comme des facteurs de risque significatifs de mortalité par noyade accidentelle en eau douce. Une information du public sur les dangers de la baignade dans ces lieux naturels, par une signalisation, et une sensibilisation sur les risques de chocs thermiques permettrait de réduire le nombre de noyades mortelles en eau douce.


Noyades accidentelles en mer


Un âge supérieur à 45 ans, une zone de baignade non surveillée, la pratique de l'apnée et les malaises cardiaques ont été identifiés comme des facteurs de risque significatifs de mortalité par noyade accidentelle en mer. La prévention des décès par noyade en mer devrait être orientée à l'attention des personnes d'âge mûr afin qu'elles soient davantage attentives à leur condition physique. Eviter de se baigner sur des plages non surveillées permettrait d'éviter la survenue d'un certain nombre de décès en mer.


Noyade accident: Pronostiques de survie à la noyade

Un noyé secouru dans la première minute a 95% de s'en sortir, seulement 25% après 6 mn, et 3% après 8 minutes. La mortalité globale des patients victimes d'une submersion varie de 10 à 24%. La durée de submersion maximale compatible avec des possibilités de ressuscitation se situe entre 7 et 10 minutes pour les noyades compte tenu du fait que l'arrêt circulatoire survient entre la 3° et 4° minute de la submersion et que les lésions cérébrales sont irréversibles à la suite d'un arrêt circulatoire de 3 à 4 minutes.


Ces délais maximaux sont abaissés à 4 minutes en cas d'hydrocution.

Les chances de survie sont fonction de la durée de l'arrêt respiratoires: :
- de 95% pour un arrêt respiratoire de 1 minute,
- de 90% pour un arrêt respiratoire de 2 minutes,
- de 75% pour un arrêt respiratoire de 3 minutes,
- de 50% pour un arrêt respiratoire de 4 minutes,
- de 25% pour un arrêt respiratoire de 5 minutes,
- de 1% pour un arrêt respiratoire de 6 minutes,
- de 0% pour un arrêt respiratoire de 12 minutes.

Cependant l'hypothermie résultant d'une noyade en eau très froide est susceptibled'augmenter les délais de survie : quelques observations de survie après des submersions de10 à 30 minutes ont été signalées.
Noyade accident: la baignade en eau douce est plus dangereuse qu'en eau salée!

En cas de noyade, l'eau douce est plus dangereuse que l'eau salée. La noyade en eau douce est trois fois plus mortelle que la noyade en eau de mer. Voici les explications. Les noyades peuvent être classifiées en fonction de l'eau : eau douce ou eau de mer. Le liquide va toujours du milieu le moins concentré vers le milieu le plus concentré par osmose. Voici la concentration en sels :
Eau douce : 0 g/l (certaines piscines sont salées à 9 g/l). Sang : 9 g/l. Eau de mer : 30 à 35 g/l

Noyade en eau douce : l'eau passe des poumons vers le sang ; augmentation de la masse sanguine, septicémie, désamorçage du coeur, fibrillation cardiaque.

Noyade en eau de mer : le plasma sanguin passe dans les poumons ; sang plus épais, oedème pulmonaire, baisse de la tension artérielle (jamais de fibrillation).
Noyades: Les facteurs de risques de la noyade
Hydrocution et noyade
En France, on compte chaque année 500 hydrocutions. L'hydrocution est une syncope (arrêt de la respiration) qui entraîne une perte de connaissance. Bien souvent cette syncope est provoquée par une trop grande différence de température entre la peau et l'eau ou par la suppression brutale de la pesanteur du corps lorsqu'il est plongé dans l'eau.
Les traumatismes liés aux plongeons et noyade
Les plongeons seraient à l'origine d'une noyade sur cinq dans certains départements.
Le soleil, la chaleur et l'alimentation et noyade
Chaque année, de nombreuses interventions ont lieu à la suite d'insolations. Par ailleurs, l'exposition excessive au soleil accélère le vieillissement de la peau et joue un rôle essentiel dans l'apparition des cancers cutanés dont la fréquence est en progression constante chez des patients de plus en plus jeunes. La déshydratation touche plus particulièrement les nourrissons et les enfants dont les besoins en eau sont supérieurs aux adultes.
Les vacances sont souvent une période pendant laquelle les habitudes alimentaires sont quelque peu modifiées ; il est recommandé d'avoir une alimentation adaptée et de veiller aux bonnes conditions de conservation des aliments, d'éviter la baignade dans les deux heures qui suivent la prise d'un repas (risque d'hydrocution).
Brûlures, allergies et noyade


Le contact avec des animaux venimeux (vives, rascasses, méduses...) peuvent provoquer des douleurs violentes par piqûres ou brûlures, des démangeaisons ou des rougeurs qui peuvent causer une noyade.


Noyades: Les circonstances de noyades selon l'âge

Les circonstances de survenue des noyades accidentelles sont différentes selon l'âge : chez les moins de 13 ans, ne pas savoir nager, le manque de surveillance et une chute ont été les circonstances les plus fréquentes. Chez les 13- 24 ans, la noyade est le plus souvent survenue en raison d'une pathologie (malaise, hydrocution, épilepsie), d'un épuisement, des courants, ou dans une zone de baignade interdite. Chez les personnes âgées de 25 à 44 ans, une pathologie (malaise, hydrocution), une consommation d'alcool, et un épuisement ont été le plus souvent à l'origine de la noyade. Et chez les plus de 45 ans, près de la moitié des noyades se sont produites à cause d'un problème de santé (malaise, malaise cardiaque).
Noyades: Les principaux lieux de noyades accidentelles

Les noyades accidentelles surviennent dans tous les lieux de baignade : 48,5% en mer (560 noyades dont 160 décès), 14,9% en piscine privée (172 noyades dont 52 décès), 13,5% en plan d'eau (156 dont 93 décès), 13,3% en cours d'eau (153 dont 105 décès) 5,7% en piscine publique ou privée d'accès payant (66 dont 5 décès) et 4,1% dans les autres lieux (47 dont 20 décès). Bien que les noyades en cours d'eau et en plans d'eau aient été moins fréquentes qu'en mer, elles ont été particulièrement meurtrières, 69% et 60% respectivement ont été suivies de décès.

Les caractéristiques démographiques et les circonstances de survenue ont été différentes selon le lieu de survenue : les noyades en piscine privée et dans les autres lieux, tels que les baignoires, se sont produites le plus souvent chez des enfants de moins de 6 ans, parce qu'ils ne savaient pas nager ou par manque de surveillance. En piscine publique ou privée d'accès payant, les deux tiers des noyades ont concerné les moins de 20 ans pour lesquels les circonstances les plus fréquentes ont été une pathologie, ne pas savoir nager et une conduite à risque. En cours d'eau, les deux tiers des noyades se sont produits chez des liées le plus souvent à une chute et à un lieu de baignade interdite. En plan d'eau, la moitié des victimes étaient des personnes de moins de 25 ans pour lesquelles un problème de santé (malaise, hydrocution) et ne pas savoir nager était principalement en cause. En mer, les noyades se sont produites le plus souvent chez des adultes de plus de 45 ans pour lesquels les circonstances les plus fréquentes ont été un problème de santé, un épuisement et les courants.
Noyade enfant: Prévention des accidents de noyade des enfants

En piscine privée, le nombre de noyades accidentelles d'enfants de moins de 6 ans est important chaque année: en moyenne 84 noyades dont 25 décès. La moitié des noyades d'enfants de cet âge sont survenues en piscine privée. Afin de réduire le nombre de ces noyades, la loi du 3 janvier 2003 a rendu obligatoire l'installation d'un dispositif de sécurité normalisé autour des piscines privées à partir de 2004. Même en présence d'un dispositif de sécurité autour de la piscine, des accidents sont survenus. Il est donc important que ces dispositifs soient conformes aux normes mais aussi qu'une surveillance permanente et rapprochée des jeunes enfants soit exercée par un adulte responsable.


Noyade enfant: Précautions à prendre pour éviter la noyade des enfants

De nombreux travaux ont montré en France et à l'étranger, qu'un certain nombre de noyades d'enfants pourraient être évitées, particulièrement en piscine privée. Les campagnes de prévention des noyades d'enfants en piscine insistent sur la prévention tels que l'apprentissage de la nage dès l'âge de 6 ans, l'équipement des enfants de brassards et la mise en place de dispositifs de sécurité efficaces pour les piscines privées afin d'éviter la survenue des accidents de noyade.
Prévention de la noyade chez l'enfant
• Entrez de manière progressive dans l'eau, particulièrement lorsque l'eau est froide et que vous vous êtes exposé au soleil.
• Evitez les expositions au soleil trop prolongées.
Drapeaux de baignade
• Les enfants doivent toujours respecter les consignes signalées par les drapeaux de baignade, elles sont émises par des professionnels du secourisme.

Noyade en France: des chiffres de noyades qui font peurs!

Les enquêtes de noyade en France sont réalisées annuellement sur tout le territoire français, au cours de l'été. Elles portent sur toutes les noyades suivies d'une hospitalisation ou d'un décès, ayant nécessité un recours à des secours organisés.

On constate une augmentation importante du nombre de noyades accidentelles en France et de décès, dans tous les groupes d'âge, mais plus forte chez les personnes les plus âgées. Elle a été observée quelque soit le lieu, mais particulièrement en plan d'eau, en piscine privée et en mer. Les conditions météorologiques particulièrement chaudes de l'été dans certaines régions ont probablement entraîné une augmentation du nombre de baignade par rapport à l'été précédent, en particulier dans des lieux non surveillés et ainsi provoqué une augmentation du risque de noyade.

L'augmentation du nombre de piscines privées en France (environ +50 000 chaque année) et l'absence de campagne d'envergure de prévention des noyades ont pu contribuer à cette augmentation des noyades. Des conseils de prévention, tels qu'entrer progressivement dans l'eau, surtout après une exposition au soleil et se rafraîchir souvent, pourraient permettre d'éviter la survenue de chocs thermiques et de malaises lors d'une baignade, particulièrement lorsqu'il fait très chaud.

L'année dernière, les noyades se sont réparties en :
- 1 154 noyades accidentelles (77%) ;
- 168 noyades intentionnelles (suicides ou agressions) (11%) ;
- 182 noyades d'origine inconnue (12%).

Parmi ces noyades, 661 ont été suivies de décès (soit 44% du total). Ces décès se sont répartis en :
- 435 décès par noyade accidentelle (66%) ;
- 115 décès par noyade intentionnelle (17%) ;
- 111 décès par noyade d'origine inconnue (17%).

La répartition par lieu de noyade a été la suivante l'année dernière: 172 en piscine privée (dont 52 décès), 66 en piscine publique ou privée d'accès payant (dont 5 décès), 153 en cours d'eau (dont 105 décès), 156 en plan d'eau (dont 93 décès), 560 en mer (dont 160 décès) et 47 dans les autres lieux (dont 20 décès).

Les caractéristiques démographiques des victimes et les circonstances de noyade ont été très différentes selon le lieu : 49 % des noyades en piscine privée et 61% des noyades dans les autres lieux, tels que les baignoires, se sont produites chez des enfants de moins de 6 ans, le plus souvent parce qu'ils ne savaient pas nager et par manque de surveillance. En piscine publique ou privée d'accès payant, 65% des noyés avaient moins de 20 ans pour lesquels les circonstances les plus fréquentes ont été une pathologie, ne pas savoir nager et une conduite à risque. En cours d'eau, 68% des noyades se sont produites chez des adultes (20-64 ans) liées le plus souvent à une chute et à un lieu de baignade interdite. En plan d'eau, la moitié des victimes étaient des personnes de moins de 25 ans pour lesquelles un problème de santé (malaise, hydrocution) et ne pas savoir nager était principalement en cause. En mer, 59% des noyades se sont produites chez des adultes de plus de 45 ans pour lesquels les circonstances les plus fréquentes ont été un problème de santé, un épuisement et les courants. Parmi les victimes, 54% étaient des résidents habituels du département où a eu lieu la noyade, 39% étaient des touristes français et 7% des touristes étrangers.
Noyade en France: toutes les causes de noyades accidentelles

Parmi les 604 noyades accidentelles renseignées l'année dernière en France, 52% sont survenues dans une zone de baignade surveillée et 48% dans une zone non surveillée. L'âge moyen des victimes de noyade accidentelle est de 3 ans en piscine privée familiale, de 11 ans en piscine privée collective, de 13 ans en piscine privée publique ou privée payante, de 38 ans en cours d'eau, de 25 ans en plan d'eau, de 51 ans en mer et de 1 an dans les autres lieux (baignoire, bassin...).
Principales activités pratiquées et circonstances de survenue de noyade accidentelle
La baignade est l'activité la plus fréquemment pratiquée lors de la survenue de noyade accidentelle (83%).


Les circonstances de survenue ont été différentes selon l'âge.


Chez les moins de 13 ans: ne pas savoir nager (48%), le manque de surveillance (35%) et une chute (34%) ont été les circonstances les plus fréquentes. Chez les 13-24 ans, la noyade est survenue en raison d'une pathologie (32%), d'un épuisement (24%), des courants (23%) ou dans une zone de baignade interdite (14%). Chez les 25 à 44 ans, une pathologie (40%), une consommation d'alcool (21%) et un épuisement (15%) ont été le plus souvent à l'origine de la noyade. Et chez les plus de 45 ans, une proportion importante de noyades se sont produites à cause d'un problème de santé (malaise, malaise cardiaque ou autre, 64%).
Principales activités pratiquées et circonstances de survenue de décès par noyade accidentelle
La baignade est l'activité la plus fréquemment pratiquée lors de la survenue de décès par noyade accidentelle (64%).
Les circonstances de survenue de ces décès ont été différentes selon l'âge.


Chez les moins de 12 ans, un manque de surveillance (59%) et ne pas savoir nager(56%) ont été les circonstances les plus fréquemment indiquées. Le manque de surveillance était plus fréquent pour les noyades suivies d'un décès (52% versus 20%).Chez les 13-24 ans, le décès par noyade est survenu en raison d'une pathologie(43%), dans une zone de baignade interdite (20%) ou du fait des courants (17%).Diverses circonstances ont été plus fréquemment indiquées en cas de décès : la mention d'une pathologie (61% versus 26%), d'une hydrocution (100%versus 34%) ou d'un malaise (57% versus 34%, le fait de s'être baigné en zone interdite (65% versus 34%).Chez les 25-44 ans, une pathologie (39%), une consommation d'alcool (18%) et une baignade dans une zone interdite (17%) ont été le plus souvent à l'origine des décès par noyade. Une hydrocution (88% versus 34%) et une zone de baignade interdite (68% versus 32%) ont été plus souvent mentionnées lorsque la noyade était suivie d'un décès.Chez les plus de 45 ans, une proportion importante de décès se sont produits à cause d'un problème de santé (malaise ou autre, 68%). Une pathologie (48% versus38%), un malaise cardiaque (76% versus 37%), une hydrocution(81% versus 39%) le fait de se baigner en zone interdite (71% versus 41%) ont été plus souvent mentionnées pour les noyades suivies d'un décès.

ce qui vaut ailleurs peut nous servir pour éviter les noyades et prendre exemple pour sauver des vies

Publié dans Contribution

 

EMMANUEL MACRON-NOUVEAU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE-BIOGRAPHIE-GALA


Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, est le fils d'un couple de médecins. Son père est neurologue, sa mère pédiatre, et tous deux sont profes-seurs au CHU d'Amiens. Aîné de la fratrie, il a un frère et une soeur, il passe une grande partie de son enfance chez sa grand-mère adorée, directrice de collège élevée par des parents illettrés. Il suit sa scolarité chez les Jésuites de la Providence à Amiens. Elève brillant – il est lauréat du Concours général de français à 16 ans – il se passionne également pour la musique et décroche le troi-sième Prix de piano du Conservatoire d'Amiens. En terminale, il arrive au lycée Henri-IV à Paris. Diplômé de Sciences Po Paris, il entame ensuite un cursus universitaire à Nanterre. En 1999, il est assis¬tant du philo¬sophe Paul Ricoeur et participe à la rédac¬tion de l'un de ses derniers ouvrages, La mémoire, l'histoire, l'oubli publié aux éditions du Seuil en 2000. Après une maîtrise de philosophie sur Machiavel, il rédige son mémoire de DEA sur l'Intérêt général, lecture et principes de la philosophie du droit de Hegel.


En 2002, il se dirige vers la haute fonction publique et intègre l'ENA promotion Léopold Sédar Senghor – d'où il sort diplômé en 2004. Il débute sa carrière à l'Inspection des Finances, d'abord inspecteur adjoint en avril 2004, il devient inspecteur des Finances en octobre 2005.

En juin 2007, il est chargé de mission auprès du chef de service de l'Inspection générale des finances.

En 2008, changement de cap, la banque Rothschild l'engage à l'âge de 30 ans.

Son ascension au sein de la banque d'affaires est fulgurante, il en devient associé-gérant en décembre 2010.


En mai 2012, il accepte la proposition de François Hollande, rencontré en 2007 lors d'un dîner chez Jacques Attali, de rejoindre l'Elysée en tant que secrétaire général adjoint de la prési-dence. Le 26 août 2014, il est nommé Ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique dans le deuxième gouvernement de Manuel Valls. Le 30 août 2016, Emmanuel Macron annonce sa démission du gouvernement. Quelques semaines plus tard, le 16 novembre, il annonce officiellement sa candidature à l'élection présidentielle 2017. Le 23 avril 2017, lors du premier tour de l'élection présidentielle, il arrive en tête des suffrages avec 24 % des voix.


Côté vie privée, Emmanuel Macron est marié depuis octobre 2007 à Brigitte Trogneux, professeur de français de vingt-quatre ans son aînée, rencontrée en classe de première au lycée La Providence d'Amiens lors d'un atelier théâtre. Son épouse a trois enfants nés d'une précédente union.
Sciencepo.fr


Emmanuel Macron, ses années d'étudiant à Sciences Po Paris


"Un étudiant tchèque en échange universitaire qui n'a pas vu un coiffeur depuis des décennies" : c'est ainsi qu'Emmanuel Macron apparaît pour la première fois à Sciences Po à Marc Ferraci, un autre étudiant fraîchement admis, qui va devenir son plus proche ami, et qui sera son témoin de mariage quelques années plus tard - l'occasion de rappeler cette anecdote capillaire dans son discours. Portrait des années d'étudiant du plus jeune président de la Ve République.

Rédigé par leral.net

Emmanuel Macron a 21 ans quand il entre à Sciences Po. Après trois années de prépa littéraire au lycée Henri IV, soldées par deux échecs au concours d'entrée à l'École Normale Supérieure, il serait entré à Sciences Po pour "panser ses plaies", voire "avec un certain esprit de revanche"¹. C'est en tout cas un candidat "qui inspire confiance et sympathie" et une "personnalité enthousiaste et vivante" que recommandent ses professeurs de khâgne dans son dossier de candidature pour la rue Saint-Guillaume. Avec en tête un projet d'avenir encore ouvert à toutes les possibilités, plus ou moins porté vers une carrière dans l'enseignement supérieur "peut-être à l'étranger", qui lui fait choisir la section "Internationale" (l'une des quatre encore à vigueur à l'époque).

"Service public" et philosophie politique

Bien souvent expédiée en une ligne coincée entre son parcours de khâgneux au Quartier Latin et ses années de jeune énarque, son passage à Sciences Po constitue pourtant une période plus décisive qu'il n'y paraît. À commencer par le choix d'une carrière publique: à l'entrée en 3e année - la scolarité n'en comptait alors que trois - il change de section pour rejoindre la section "Service public". Une troisième - et dernière- année qu'il effectuera en deux ans, pour pouvoir mener à bien en parallèle ses études de philosophie à l'Université de Nanterre, où il obtient une maîtrise puis un DEA. Deux trajectoires parallèles: ses mémoires sont dédiés à des penseurs politiques : Machiavel et Hegel. Pour compléter l'agenda de ce jeune homme occupé, c'est au même moment qu'il devient l'assistant éditorial de Paul Ricoeur pour son ouvrage La mémoire, l'histoire, l'oubli paru en 2000 au Seuil.

"Facilités évidentes"

Tout cela ne l'empêche pas d'être un brillant étudiant qui ne cesse de progresser. Signe que le choix de la section "Service public" était le bon, ou que la répartition des cours sur deux années lui permet de mieux concilier tous ses engagements universitaires ? L'année de son diplôme, il obtient en tout cas la meilleure note de sa conférence en "Économie approfondie", "Enjeux politiques" et " Finance publique"... "Élève brillant", "doté d'une pensée originale et construite" et d'une "grande maturité" : l'appréciation de son professeur de "Protection sociale" - qui note "sa culture évidente du sujet" - donne le ton : la plupart des commentaires sont élogieux. Ses professeurs soulignent notamment ses "facilités évidentes à l'expression orale, tant sur le fond que sur la forme". La pratique du théâtre depuis ses années de lycée, complétée par les stages au cours Florent, est appréciée à sa juste valeur dans ce temple de l'éloquence qu'est Sciences Po.

Des rencontres qui comptent

L'étudiant Macron aime visiblement parler, mais pas monologuer. "C'était le meilleur étudiant de ma conférence, se souvient Ali Baddou, qui fut l'un de ses enseignants, mais je me souviens surtout qu'il adorait poser des questions, dialoguer". Même souvenir du côté des appariteurs de Sciences Po (responsables de l'accueil des étudiants) : "il était proche de nous et venait tout le temps pour discuter". Son professeur, l'historien François Dosse - qui l'a présenté à Paul Ricœur - souligne "sa capacité de faire la synthèse entre les différents enseignements et de les remobiliser"¹ et "une animation constante des débats dans le groupe, d'un niveau toujours excellent".

Avec son professeur Jean-Marc Borello, la conversation démarrée à Sciences Po, se poursuit depuis dix-sept ans : cet entrepreneur de l'économie sociale (groupe SOS, 15000 salariés) est aujourd'hui l'un des piliers du mouvement En marche ! De même qu'avec son condisciple Aurélien Lechevallier, avec qui il prépara l'ENA, et qui le conseille aujourd'hui pour les affaires internationales; ou Benjamin Griveaux (diplômé en 1999), aujourd'hui porte-parole d'En Marche. Sans oublier son proche ami, l'économiste Marc Ferraci, qui le conseille aujourd'hui sur l'économie.

Des liens et des amitiés qui durent davantage que son attirance passagère pour le mouvement chevènementiste: après avoir participé en 1998 à une université d'été du Mouvement des Citoyens à Perpignan, il effectue en 2000 un stage au cabinet de George Sarre, maire du XIè arrondissement et proche de Jean-Pierre Chevènement. "L'aventure s'arrêtera là", note Nicolas Prissette dans l'ouvrage qu'il consacre à Emmanuel Macron².

"Élégance morale" et "esprit très convivial"

Sa relation avec Sciences Po, en revanche, n'a jamais subi de coup d'arrêt. À peine diplômé de l'ENA, et "alors que les autres membres de l'Inspection Générale des Finances retournent traditionnellement donner des cours d'économie dans les hautes écoles de la République, lui choisit d'enseigner la culture générale à Sciences Po", note François-Xavier Bourmaud³.

Quelques années plus tard, Emmanuel Macron se montrera tout aussi prodigue de ses talents d'orateur pour ses cadets: invité d'honneur de la cérémonie de diplômation en 2015 (à revoir ci-dessous), il revient trois fois en 2016, pour le Gala des étudiants, un colloque de l'École des affaires internationales, un débat sur l'Europe, et...le pot de départ en retraite d'un appariteur avec qui il s'était lié d'amitié.

Avant que l'expérience ne vienne parfaire sa maîtrise de la rhétorique, il arrivait durant ses études à Sciences Po que son enthousiasme et sa facilité à écrire le rende un peu bavard: en témoignent les "trop long" qui émaillent quelques copies... Autre (petit) défaut de l'étudiant exemplaire, "une tendance à être trop certain", relève un de ses professeurs, "contrebalancée par un esprit très convivial"...Mais c'est probablement l'appréciation de ce grand professeur de Sciences Po en histoire et droit des États qui anticipe le mieux le potentiel du jeune Macron, un "étudiant exceptionnel à tous égards". "Beaucoup d'intelligence et d'élégance morale, résume-t-il. Une vraie générosité. Des qualités intellectuelles hors du commun". Titre de cet enseignement où l'étudiant excelle : "L'État en France et sa réforme"...

sciencespo.fr et http://www.leral.net/Emmanuel

Publié dans International

 

DELEUZE, PHILOSOPHE DES MULTIPLICITÉS / Sous la direction de Franck Jedrzejewski et Jean-Clet Martin

Ouverture Philosophique -PHILOSOPHIE

Le recueil de textes présentés ici reprend l'hommage organisé pour le vingtième annivesaire de sa mort, le 4 novembre 2015 au Lycée Henri IV. Ils témoignent de l'effort toujours renouvelé des philosophes pour saisir la pensée deleuzienne. Rassemblés dans cet ouvrage, ils offrent une contribution, majeure aux études deleuziennes.


Le recueil de textes présentés ici reprend l'hommage à Deleuze organisé dans la cadre du Collège International de Philosophie pour le vingtième anniversaire de sa mort, le 4 novembre 2015 au Lycée Henri IV. Ils témoignent de l'effort toujours renouvelé des philosophes pour saisir la pensée deleuzienne dans le divers de ses concepts et de leurs enchaînements rhizomatiques, d'une cartographie toujours à relancer.

Parce qu'ils nous parlent du désir, des luttes, de l'intensité et de la guerre, ils n'ont de cesse d'interroger le présent, l'absolue contingence des choses, les plans d'immanence et l'infini des possibles. Emportés par le chassé-croisé de l'empirisme et du transcendantal, de la formule et du diagramme, de la connaissance et de la vie, ces textes, par-delà leur manière de traiter de l'événement et de la différence, des lieux où s'effondrent les fausses assurances, portent, au plus haut point, l'originalité d'une pensée toujours en devenir.

Rassemblés dans cet ouvrage, ils offrent une contribution majeure aux études deleuziennes.

Jean-Clet Martin a été Directeur de programme au Collège international de philosophie, auteur de nombreux ouvrages sur Deleuze, Derrida, Foucault ainsi que sur l'époque contemporaine.

Franck Jedrzejewski est Directeur de programme au Collège international de philosophie. Il a publié une quinzaine d'ouvrages et mène des recherches transdisciplinaires entre musique, mathématiques et philosophie. Il enseigne à l'Université de Paris-Saclay.

Publié dans Ex-libris

AUDIO

La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries