Filtrer les éléments par date : vendredi, 12 mai 2017

Il reste 149 places à prendre ; 149 circonscriptions par encore attribuées par le mouvement La République en marche pour les prochaines législatives, dont la date limite de dépôt des candidatures est fixée au 19 mai. L'équipe d'Emmanuel Macron se donne jusqu'à mercredi pour se décider. Elle laisse surtout le temps à plusieurs élus de droite pour les rejoindre.

Pour l'instant, ils n'ont aucun candidat du parti d’Emmanuel Macron face à eux ou face à leurs protégés. Bruno Le Maire, Thierry Solère, Franck Riester, Gilles Boyer, Benoist Apparu, Christian Estrosi ou encore Xavier Bertrand.

Certains sont des ténors de la formation Les Républicains, d'autres sont moins connus. Mais tous font partie de la droite modérée. Et la plupart ont proposé leurs coopération au nouveau président.

La stratégie d'Emmanuel Macron, c'est en quelque sorte de jeter un grand filet pour tenter de récupérer des poissons LR. Une façon de leur tendre la main en attendant la nomination éventuelle d'un Premier ministre de droite. Le nom d'Edouard Philippe, le maire du Havre, circule toujours.

Combien seront-ils à franchir le pas ? Trop tôt pour le dire. Chez un de ces élus dragués par le nouveau président, on explique avoir été « surpris » d'échapper à une concurrence Macron aux législatives.

Et on écarte le risque d'être associé à la majorité présidentielle : « S'ils n'ont mis personne face à nous, c'est qu'ils n'ont pas trouvé un candidat crédible. »

Chez Les Républicains, on minimise ces appels du pied macronistes. « Les électeurs n'attendent pas de nous qu'on se trahisse pour des places », met en garde le député Damien Abad.

Sudonline

Publié dans International

Le maire de Dakar, Khalifa Sall, sera finalement fixé sur son sort le 16 mai prochain. Pour cause, c’est à cette date que la Chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Dakar tranchera la requête en annulation des procédures engagées contre l’édile de la capitale sénégalaise, dans le cadre de l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Une affaire qui lui vaut une incarcération depuis le 07 mars dernier.

Mis en effet en détention depuis mars dernier pour détournement présumé de deniers publics dans le cadre de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, Khalifa Sall doit encore prendre son mal en patience avant de sortir de Rebeuss. 

Selon des informations concordantes de la presse, la requête en annulation introduite par ses avocats devant la Cour d’appel de Dakar ne donnera pas son verdict avant le 16 mai prochain. Ainsi en aurait décidé la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar après que ses conseils ainsi que ceux de ses coïnculpés ont jugé nécessaire de se battre pour obtenir l’annulation de la procédure.

Après un premier renvoi observé le jeudi 04 mai passé, les avocats de Khalifa Sall et cie devaient ainsi retourner devant la Chambre d’accusation hier, jeudi 11 mai. Alors que l’affaire aurait dû être plaidée voilà presque deux semaines, la défense avait sollicité de fait un renvoi au motif qu’elle voulait répondre aux écritures des conseils de l’Etat. En effet, les avocats du maire de Dakar et de ses coïnculpés avaient introduit devant la Cour d’appel une requête en annulation de la procédure pour cause de nullités relatives au réquisitoire du parquet. Ils avaient également soulevé une exception d’inconstitutionnalité liée au statut des Inspecteurs généraux d’Etat (IGE), plus particulièrement au rapport de l’lGE ayant conduit leurs clients en prison depuis le 7 mars dernier.

Épinglés par un rapport de l’Ige, Khalifa Sall et certains de ses collaborateurs à la municipalité de Dakar ont été inculpés pour les chefs d’association de détournement de deniers publics portant sur 1,8 milliards F CFA, d’escroquerie portant sur des deniers publics et placés sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt de Rebeuss. Depuis lors, ses conseils dont Me Ciré Clédor Ly bataillent ferme pour obtenir la liberté provisoire de leurs clients et les blanchir de toutes les accusations qui les ont menés en taule. 

Outre Khalifa Sall, il s’agit de Mbaye Touré, Directeur administratif et financier, de sa secrétaire Fatou Traoré, d’Amadou Mactar Diop qui siégeait à la commission de réception, de Yaya Bodian, chef du bureau budget et d’Ibrahima Yatma Diaw, chef de division finance et comptable. Quant aux deux anciens percepteurs municipaux Mamadou Oumar Bocoum et Ibrahima Touré, ils ont été eux placés sous contrôle judiciaire.

Sudonline

Publié dans Politique

L’opposition sénégalaise regroupée à travers la nouvelle coalition Mankoo Taxawu Senegaal ne compte décidément pas lâcher prise, dans sa dynamique de contestation  du régime en place. Aussi a-t-elle décidé hier, jeudi 11 mai, en réunion de la conférence des leaders de Taxawu Senegaal, d’organiser un grand rassemblement sur le Boulevard Général De Gaulle, vendredi 19 mai 2017.

Malick Gakou, le patron du Grand Parti et les leaders de la nouvelle coalition de l’opposition Mankoo Taxawu Senegaal qui cherchent à imposer vaille que vaille une cohabitation parlementaire dans la législature qui sortira des joutes du 30 juillet prochain, sonnent la charge contre le régime de Macky Sall.

Pour cause, après avoir porté sur les fonts baptismaux sa nouvelle plateforme qui entend parvenir à ses objectifs par le biais d’une liste unitaire de candidatures aux législatives, l’opposition a décidé de mettre davantage de pression sur le camp d’en face, en l’occurrence l’Apr et les partis alliés dans le cadre de la coalition présidentielle Bennoo Bokk Yaakaar.

Au sortir de sa conférence des leaders d’hier, jeudi 11 mai, Mankoo Taxawu Senegaal a opté ainsi pour l’organisation d’un grand rassemblement, le vendredi 19 mai 2017 , à 16 heures sur le Boulevard Général De Gaulle X Rue 25 à Dakar. Objectifs de la manifestation à laquelle sont conviées toutes les forces de l’opposition et de la société : « la libération des otages politiques; la défense des libertés ; la sauvegarde des ressources naturelles notamment pétrolières et contre la vie chère comme la rétention des cartes d’électeurs ».

La conférence des leaders de Mànkoo Taxawu Senegaal a également profité de sa réunion d’hier, à l’effet de poursuivre son travail de préparation des élections législatives du 30 juillet 2017, pour recadrer ses contempteurs. Pour le coordonnateur Malick Gakou et cie, «  le seul et unique objectif de cette coalition Mànkoo Taxawu Senegaal,  dans cette étape-ci,  est de faire barrage à la dictature debout du Président  Macky Sall  afin de libérer les énormes forces de changement que recèle le Sénégal, de réhabiliter notre Assemblée nationale et d’équilibrer les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire ».

Et d’indiquer dans la foulée : « Il suit de ce qui précède qu’il ne s’agit pas d’une alliance de partage de sièges de députés pour satisfaire des préoccupations personnelles,  mais de mutualiser les sacrifices nécessaires à la victoire sur les forces de régression en vue de la mise en œuvre de la plateforme du 4 mai 2017 au bénéfice exclusif du Peuple Sénégalais ». Pour rappel, Mànkoo Taxawu Senegaal regroupe des partis de l’opposition comme le Pds, Rewmi, Bokk Gis Gis, Aj, Fsd Bj, Ldr Yessal, Bess Du Niak etc.

Sudonline

Publié dans Politique

 

Hommage à Mr et Mme OLIVIER André de la Maison de la Négritude et des droits de l'Homme de Champagney. Pensons à eux en cette période de commémoration de l'abolition de l'esclavage.

Les amis de Joseph NDIAYE conservateur de la Maison des esclaves de Gorée sont aussi partis le rejoindre à hadès.

Champagney et l 'équipe de la Maison de la Négritude et des Droits de l'Homme a la tristesse de vous faire part du décès de
Monsieur André OLIVIER
Conservateur de la Maison de la Négritude
et des Droits de l'Homme de Champagney/France survenu le 20 juin 2015, à l'âge de 91 ans.
en l'église Saint-Laurent, à Champagney.

Madame Marie-Thérèse OLIVIER
et vous prie d'assister à ses obsèques qui auront lieu ce mardi 11 octobre 2016, à 14 h 30, en l'église de Champagney.

 

J'ai rencontré deux passionnés, deux humanistes.


C'est en lisant le journal L'Est Républicain que je découvre que Joseph Ndiaye le conservateur de la Maison des esclaves sera l'invité d'honneur d'une grande cérémonie sur l'esclavage dans un village reculé et austère du haut-Doubs. Il y fait très froid.

Je me dis ce n'est pas possible c'est où Pesmes.

C'était loin de Besançon et je n'avais pas de voiture ni le permis à l'époque.
Je fais le tour de mes amis et je tombe sur un couple d'amis amoureux du savoir et des questions interculturelles, le couple me dit pape on y va ensemble.
J'étais le seul noir dans cette marée de blancs. Je n'étais toujours pas convaincu que Joseph Ndiaye serait dans ce coin du monde, lui qui avait du mal à quitter Gorée malgré les belles opportunités offertes par les noirs américains.


Il arrive enfin accompagné d'un grand Monsieur Olivier le conservateur de la Maison de la Négritude et des droits de l'Homme de Champagney et Haute Saône.
Toues les écoles du coin étaient invitées pour assister à l'exposition, à l'animation culturelle inédite sur l'Afrique. Comme partout avec un grand nombre d'élèves le bruit n'est jamais loin. Mr Joseph Ndiaye parle et les gens discutent, alors que j'ai connu ce conservateur qui a fait pleurer les grands cde ce monde, quand il ouvrait la bouche c'était silence cimetière. Quand j'ai pris la parole je commence par dire au gens de Pesmes «vous ne savez pas qui vous recevez aujourd'hui. Et je présente à ma façon Joseph NDIAYE, il se lève pour venir me saluer et m'encourager dans mes études».

Et depuis je n'ai pas quitté Mr OLIVIER le conservateur, pendant 10 années où je donnais des cours complémentaires à l'IUFM de France Comte sur les cultures africaines, destinés au futurs enseignants qui recevront une diversité de nationalités dans leurs classes. Je passais la journée dans ce musée qui est le prototype de la maison des esclaves de Gorée.

Son ancien élève disait de lui « Je le vois et l'entends encore au guide-chant nous apprendre la Marseillaise et le Chant des Partisans, ce dernier plus proche à son cœur parce que, adolescent pendant l'Occupation, l'automne 1944 restera chez lui une plaie béante qui, paradoxalement, forgera son humanité ...
Les supplétifs des nazis – les Cosaques – assassineront son père en septembre 1944 (coupable d'intervenir au moment où ceux-ci violentaient des voisins). Étrangement, ou peut-être à cause de cela, André sera pacifiste et non-violent.
L'orphelin, victime de la guerre, ne crut qu'au dialogue entre les hommes, à la paix, à la tolérance et au progrès. Ces vertus, il les porta à bout de bras, jeune instituteur, au sortir de la guerre nommé sur les hauts de Servance, à l'école des Grilloux.
Ce n'était déjà plus le temps des « hussards de la République » mais l'esprit n'en était pas très éloigné et c'est en missionnaire, dans des conditions spartiates, qu'il éduqua une population pleine de gentillesse et d'humanité. Cela lui allait si bien.

J'ai souhaité rendre ce simple hommage à ces deux hommes, ce couple qui a su captiver mes étudiants chaque fois que j'ai eu l'occasion de venir au Musée.

Moi j'étais conquis par leur sagesse, leur passion et leur éloquence.
Je les ai reçus à la radio-Sud de Besançon pour parler de cette maison exceptionnelle et unique. J'en ai parlé dans tous les sites qui m'avaient ouverts leurs pages pour encore diffuser et faire la publicité de ce haut de mémoire.
J'ai, avec ce couple, bataillé pour le rayonnement de cette maison de la Négritude et je ne suis pas peu fier.

A chaque fois que je venais à Champgney le couple se tiraillait gentiment pour me servir et c'est une grande marque de sympathie et au final il se répartissait le travail mais sans manquer de piétiner sur la partie de l'un ou l'autre.

Le vœu de Champagney expliqué et commenté par l'un ou l'autre est la partie que j'attendais le plus. La dimension philosophique et humaniste m'interpellait. Le ton, la respiration, l'accent mis sur les mots par Mr ou Mme Olivier était un plaisir à entendre et mes professeurs écoutaient religieusement les brillants orateurs malgré l'âge et la fatigue.
Je voudrai encore remercier le couple olivier, mes amis, de m'avoir reçu à leur table avec, s'il vous plait tout ce qu'il fallait pour qu'une table française soit à la hauteur. Même si je ne bois pas d'alcool, la vieille bouteille était là bien posée et présentée pour me dire bienvenu.
Je tenais à dire à leurs familles respectives combien j'ai aimé ce couple qui a toujours œuvré pour le dialogue des cultures, pour que triomphe l'esprit d'humanisme partout.


Mme OLIVIER était fière qu'un membre de sa famille ait apposé sa signature sur le cahier de doléances pour dire stop à l'esclavage.

Le musée est un lieu d'histoire chargé de mémoire à transmettre aux anciens mais aussi aux plus jeunes.
Le musée raconte aussi l'esclavage dans le 20 ème siècle pour dire que la bataille n'est pas terminée et qu'il faut se battre toujours pour les droits de l'homme.


Je vous offre le beau texte: le Voeu des habitants de Champagney

Vœu des paysans de Champagney au roi Louis XVI qui convoquait, en 1789, les Etats Généraux de Versailles:

- "Les habitants et communauté de Champagney ne peuvent penser aux maux que souffrent les nègres dans les colonies, sans avoir le cœur pénétré de la plus vive douleur, en se représentant leurs semblables, unis encore à eux par le double lien de la religion, être traités plus durement que ne le sont les bêtes de somme.

Ils ne peuvent se persuader qu'on puisse faire usage des productions des dites colonies si l'on faisait réflexion qu'elles ont été arrosées du sang de leurs semblables : ils craignent avec raison que les générations futures, plus éclairées et plus philosophes, n'accusent les Français de ce siècle d'avoir été anthropophages, ce qui contraste avec le nom de français et encore plus celui de chrétien.

C'est pourquoi, leur religion leur dicte de supplier très humblement Sa Majesté de concerter les moyens pour, faire des sujets utiles au royaume et à la patrie."

(Document B-4213 aux archives Départementales de la Haute-Saône à Vesoul)


En 1971, un enfant du pays, René Simonin, décédé en 1980, tira de l'oubli ce texte, le fit connaître et fonda autour de cet article 29 appelé « Vœu de Champagney » un mémorial, la "Maison des Droits de l'homme et de la Négritude".

Ce musée fut parrainé par Léopold Sédar Senghor, à l'époque président de la République du Sénégal.
Reposez bien en terre et veillez sur nos esprits pour que l'humanisme triomphe sur la barbarie


Pape CISSOKO

Publié dans International
Page 1 sur 2

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook