Filtrer les éléments par date : lundi, 04 décembre 2017

"Une personne entière de dimension internationale sans clichés. Une personne "robuste" qui sait où elle met les pieds et quand et comment marcher où elle se trouve. Vous me direz comment elle fait ?

 Simplement, elle écoute, observe, analyse, confronte, elle sort de son cercle,  disons qu'elle émigre de ses certitudes et armée de tous ces apports elle avance. Entourée de brillants universitaires de dimension internationale dont Rachid BENNEGADI psychiatre, Marie jo BOURDIN apprend vite et assimile bien pour transmettre efficacement ce qu'elle sait. Elle est toujours en quête de savoirs pluriels, la preuve insaisissable, toujours entre deux avions". Pape B CISSOKO

voici son propos lors de cette belle rencontre à ndar du sénégal

« MOLAADE » de Sembène Ousmane : un regard psycho anthropologique sur l'excision ? par Marie Jo BOURDIN du Centre Médico Psychologique Françoise Minkowska /Paris 17

Dakar, 18 nov 2017 (APS) - Un colloque international en hommage à l'écrivain-cinéaste Sembène Ousmane s'ouvre, jeudi à 15h au Complexe Magic Land, sur le thème : "Littérature, cinéma et presse : lectures du legs pluriel de Sembène Ousmane" a appris l'APS

En cette journée internationale des violences faites aux femmes, je voudrais tout d'abord remercier les organisateurs, le comité scientifique et sa Présidente Madame André Marie Diagne Bonané pour m'avoir fait l'honneur d'être invitée pour rendre hommage à Sembène Ousmane et pour ce qui me concerne parler de son film « Moolaade ».
Permettez-moi des remerciements tous particuliers à deux amis : Alpha Amadou Sy mon ami de longue date qui m'a poussée à écrire et m'a fait l'honneur de préfacer mon premier ouvrage sur l'excision et un autre ami Buuba Diop qui m'a encouragée et apportée tout son soutien pour mon intervention/ témoignage d'aujourd'hui.


En effet pourquoi une psy dans ce colloque dans un milieu littéraire, philosophique et cinématographique ?

Et pourquoi ce point d'interrogation dans le titre de mon intervention, Je vais tenter de vous y apporter une réponse. D'une part je travaille depuis plus de 35 ans sur le thème et je co-dirige à Paris un Centre Médico Psychologique pour migrants et réfugiés de toutes les migrations internationales (nous recevons environ 1800 patients/an qui viennent du monde entier). Et, sur le registre de la clinique j'apporte un soutien psychologique socio-thérapeutique à des femmes victimes de mariages forcés (avec viol conjugal) et/ou victimes d'excision.


Par ailleurs j'ai la responsabilité du Pôle Formation et je forme des professionnels de la santé, du social au sens large sur ce thème. Enfin à L'université Paris Descartes ou nous avons un DU santé Maladie Soins et Compétence Culturelle, j'anime un cours et un TD sur le sujet. Alors la professionnelles en santé mentale que je suis utilise « Moolaade » comme précieux support à des fins pédagogiques mais aussi on le verra thérapeutique.

Le cours du DU s'intitule comme aujourd'hui « Aspect psycho anthropologique de l'excision mais sans point d'interrogation. Alors pourquoi ce point d'interrogation : J'y viens. C'est le fruit d'une longue conversation avec Sembène Ousmane. ce grand homme que nous célébrons depuis 3 jours (et je me rends compte après tout ce que j'ai entendu dans les témoignages du premier jour combien que j'ai eu de la chance !)


Il s'est intéressé à mon travail, m'a beaucoup questionnée et m'a dit je le cite « tu fais ce que tu veux avec ce film, tu t'en sers autant que tu veux mais je t'en prie n'en fait pas un film exclusivement sur la liberté de la femme, la libération de la femme »


Message je dois le dire que je respecte à la lettre lorsque je le présente toujours avec beaucoup d'émotion aux professionnels, aux étudiants ou lors de débats que j'anime autour de ce film et je demande toujours de le voir avec un œil d'apprenti anthropologue car dans ce film il y a tout : le village, les relations de séniorité (des ainés envers les cadets), les relations entre hommes et femmes, celles entre les co-épouses, le clin d'œil caricatural de l'immigré et enfin l'excision à bannir » .
Nous devions nous rencontrer à Dakar malheureusement il nous a quitté avant notre rencontre et pour moi c'est toujours un grand regret.
Mais avant de partir il a eu le temps de me faire accorder par le producteur une autorisation de diffusion de Moolade.


Voilà peut-être un long préambule mais qui me paraissait indispensable pour expliquer ma présence à cette belle manifestation en hommage à Sembène Ousmane, ce grand homme visionnaire, en retenant la question fondamentale qui traverse son œuvre de cinéaste-écrivain et d'une grande actualité « comment construire ensemble un monde meilleur pour tous ?


Et Moolade ce terme qui signifie en puulaar protection, droit d'asile prend dans le contexte actuel et au-delà de l'excision toute sa signification avec des parcours d'exil complètement fracassés de migrants.


Marie Jo BOURDIN a des ressources :
J'exerce depuis plus de 30 ans au centre Françoise Minkowska, centre médico psychosocial qui reçoit des personnes migrantes et réfugiées (adultes et enfants) d'Ile d France.Parmi mes différentes activités j'assure en autre dans le cadre des consultations de psychiatrie transculturelle l'accompagnement psycho social de femmes victimes de mutilations génitales féminines

Directrice adjointe
Centre Françoise MINKOWSKA
1981 – Aujourd'hui (36 ans)Région de Paris, France
Directrice adjointe au centre Médico Psychologique Françoise Minkowska
Responsable du Pôle Formation
Responsable de l'unité de Médiation, Accueil et Orientation
Enseignante à l'université Paris Descartes dans le cadre du Diplôme Universitaire "Santé, maladie, soins médiations et cultures" co organisé avec le centre Françoise Minkowska


Publications


• Ouvrage : "Les blanches ne sont pas frigides. Traumatisme-Excision-Normes de la sexualité". Préface Boris CYRULNIK ed Panafrika

 Marie-Jo BOURDIN  Ouvrage : "L'excision, une coutûme à l'épreuve de la loi" mai 2005


Les blancs ont dit : c'est pas bon pour les filles mais pourquoi ? Parole d'une condamnée à trois ans de prison En rendant la pratique de l'excision passible de la cour d'assises, la France a choisi la voie de la répression. Or les procès qui se voulaient exemplaires n'ont pas empêché que la pratique perdure. Non que le message ne soit pas passé : les Africains savent que la France rejette l'excision, mais ils ne comprennent pas pourquoi, et voient souvent dans ces procès un rejet global de leur culture. Cet ouvrage explore les relations entre culture et sexualité et aborde l'excision comme un ordre symbolique d'initiation.... L'excision n'existe pas seulement en Afrique mais aussi en Asie, au Yemen et même chez certains peuples indiens d'Amazonie... La condamnation de l'excision en France serait-elle un néo-colonialisme culturel ? L'auteur, par l'étude et la transcription des débats aux Assises montre que l'on ne peut venir à bout d'une coutume par l'application mécanique d'une loi mais bien par un processus de sensibilisation dans la durée, voie choisie par d'autres pays comme la Suède, l'Angleterre ou la Suisse et bien sûr par de nombreux acteurs des pays africains. Sembène Ousmane par son film " Moolaade " et ce livre nous montrent que l'excision reste un sujet d'actualité et une pratique très répandue. Marie-Jo Bourdin, assistante sociale au centre Médico-Psycho-Social Françoise Minkowska (Afrique Noire), coordinatrice du pôle formation, a réalisé ce travail de recherche au sein de l'Université de Paris XII.
Auteur(s) :

Publié dans International

Le ministre des infrastructures, du développement, non moins coordonnateur de l’Alliance pour la République (Apr) dans le département de Podor, Abdoulaye Daouda Diallo a fait, le dimanche 3 décembre, une forte mobilisation pour lancer le mouvement Horizon 2019, dans sa localité. Toutefois, la grande manifestation a été écourtée dans la confusion la plus totale, avec des responsables qui ne parvenaient pas à prononcer leur discours, à cause d’un désordre indescriptible. Un manquement que le ministre a pourtant minimisé.

La scène était indescriptible hier, dimanche 3 décembre, dans le département de Podor, plus précisément dans la commune de Méry. Des jeunes surexcités, impossibles de les faire revenir à la raison. Des pancartes qui servaient d’armes pour se bagarrer. Des griots, chanteurs et animateurs, qui n’arrêtent pas leur animation, en dépit des injonctions et demandes du micro central. Une estrade envahie par des militants et autres responsables déterminés à se faire entendre. Tel était le décor lors du lancement du mouvement Horizon 2019, initié par le ministre des Infrastructures, non moins coordonnateur départemental de l’Alliance pour la République (Apr) de Podor, Abdoulaye Daouda Diallo.

En effet, les différents orateurs n’ont même pas pu tenir leur discours. Même l’initiateur de cette grande mobilisation s’est résigné tout simplement à dire «merci pour la mobilisation». Pis, la manifestation a été écourtée pour manque de sécurité à cause des empoignades entre militants de responsables politiques différents qui avaient fini de transformer l’enceinte de la rencontre en ring.

Pourtant, la rencontre était prometteuse, avant l’arrivée du ministre, vers 17h55. Le terrain de la commune de Méry, qui servait de lieu pour abriter la manifestation avait refusé du monde. En provenance des 4 arrondissements, des 22 communes que compte le département de Podor, les militants et autres sympathisants ont sonné la grande mobilisation.

Habillés en blanc, tous étaient vêtus à l’effigie de leur responsable politique. Pancartes, banderoles, affiches et danses meublaient le décor. L’ambiance ressemblait à celle d’un meeting en pleine campagne électorale où les militants et sympathisants se rivalisaient de visibilité. Députés, Directeurs généraux, maires du département, bref, la quasi-totalité a répondu présents à la grande mobilisation du parti présidentielle dans le Fouta. C’est vers 17h55mn que le ministre Abdoulaye Daouda Diallo, accompagné d’une forte délégation composée entre autres du ministre d’Etat, Mbaye Ndiaye, du Directeur de l’école du parti, Maël Thiam, du Directeur général de l’Apix, non moins maire de Aéré Lao, Mountaga Sy, du maire de la commune de Méry, Abou Bacary Sow, etc., est arrivé sur les lieux dans l’hystérie la plus totale. Hélas, en l’absence des forces de l’ordre, empirée par la présence désordonnée des gros bras, la manifestation s’est terminée en queue de poisson, car, il était impossible de tenir un discours dans ce désordre.

Toutefois, le ministre Abdoulaye Daouda Diallo à tant soit peu minimisé l’incident, qui a failli tourner au vinaigre. Pour lui, dans une aussi grande manifestation, l’importance est d’assurer la sécurité des personnes qui ont effectué le déplacement. Ne déplorant aucun blessé lors de la rencontre, il s’est satisfait de la bonne tenue de la rencontre. Expliquant le désordre noté, il a fait savoir que les militants étaient pressés de voir leurs responsables politiques. Ce qui expliquerait leur forte volonté de monter sur le podium, créant ainsi une confusion totale qui a obligé les organisateurs à mettre un terme au meeting.

LANCEMENT DU SLOGAN PODOR HORIZON 2019 DANS LE DEPARTEMENT : Abdoulaye Daouda Diallo se félicite de «l’unité et de la mobilisation»

Le ministre des Infrastructures, Abdoulaye Daouda Diallo s’est félicité de la forte mobilisation et de l’unité des responsables et militants dans la localité. Jugeant insuffisants les 74% obtenus lors des législatives dernières, l’ancien ministre de l’Intérieur a fait cas de la nécessité de la massification du parti présidentiel dans le département, non sans annoncer le ralliement d’Amadou Kane Diallo, responsable politique du Parti démocratique sénégalais (Pds) à Ndioum.

«Nous venons, ce soir (hier, ndlr), de vivre des moments exceptionnels en terme d’unité et de mobilisation dans le département de Podor», dixit le ministre des Infrastructures, non moins coordonnateur de l’Alliance pour la République (Apr) à Podor, Abdoulaye Daouda Diallo. En effet, au terme du meeting organisé dans la commune de Méry hier, dimanche 3 décembre, dans le cadre du lancement du slogan “Podor Horizon 2019“, destiné à faire réélire le chef de l’Etat Macky Sall, dès le premier tour à la présidentielle de 2019, le maire de la commune de Bokky Dialloubi a exprimé toute sa satisfaction pour la forte mobilisation des responsables et militants du département, mais surtout pour l’unité notée. De l’avis du ministre, cette mobilisation «jamais vue dans les anales de la vie politique du Fouta prouve à suffisance que le département de Podor a encore des ressources sur lesquelles le président Macky Sall peut compter». D’ailleurs, il estime que le slogan choisi, notamment “Podor Horizon 2019“ est «fédérateur» et marque ainsi le démarrage des activités pour la victoire au soir de la présidentielle de 2019.

Abondant dans le même sens, le ministre d’Etat, Directeur des Structures de l’Apr, Mbaye Ndiaye a estimé que le seul slogan qui vaille c’est la réélection du président Macky Sall dès le premier tour en 2019. Sur ce fait, il trouve que tous les militants et responsables doivent se tenir la main. Donc, pour lui, «la démonstration de force, réalisée dans l’unité, comme nous l’avons constaté à Podor, est un exemple». Il n’a pas manqué de tacler toute l’opposition qu’il considère comme “Samba Sétané“. Pour lui, il y a lieu d’éviter “Samba Sétané», «celui là qui a échoué dans le passé, qui échoue aujourd’hui et qui n’a aucune perspective pour le Sénégal». Donc, il pense qu’à l’image de Podor, qui selon lui a évité “Samba Sétané“, les 65% obtenus lors de la présidentielle de 2012 seront largement dépassés.

Revenant sur l’objet de la rencontre qui a enregistré la présence des 22 communes que compte le département, Abdoulaye Daouda Diallo a expliqué que l’idée était de lancer la campagne pour la réélection du Président de l’Apr. Pour lui, le département de Podor va servir de «cobaye» pour les autres départements de la région, mais aussi de tout le Sénégal. Il a en outre promis la poursuite des activités jusqu’au soir du premier tour, jour de réélection du président Macky Sall.

Amadou Kane Diallo transhume vers l’APR

Dans la foulée, l’ancien ministre de l’Intérieur a fait une révélation de taille, lors de son face à face avec les journalistes. En effet, Abdoulaye Daouda Diallo a révélé une «grosse prise» du camp présidentielle dans la commune de Ndioum. Ainsi, dans le cadre de la massification du parti dans le Fouta, le ministre a annoncé le ralliement du responsable politique du Parti démocratique sénégalais (Pds) à Ndioum, Amadou Kane Diallo. Pour lui, le score obtenu lors des législatives dernières, à savoir les 74% dans le département, est insuffisant. Donc, il a indiqué que dans les prochains jours, une grande manifestation sera organisée dans la commune de Ndioum pour accueillir le nouveau venu.

Sudonline

Publié dans Politique

L’intégration prochaine du Maroc au sein de la Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) n’agrée pas le Professeur Moustapha Kassé. Invité de l’émission dominicale de la première radio privée du Sénégal (Sud FM, Sen Radio), l’ancien doyen de la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG) et non moins, doyen honoraire, a alerté les pays membres de la CEDEAO sur la dangerosité de l’entrée du Maroc dans cet espace communautaire de 15 membres.

L’entrée prochaine du Royaume chérifien de Maroc dans la Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) va «handicaper» les économies des États membres de cette communauté. La déclaration est du professeur agrégé d’économie et doyen honoraire de la Faculté des sciences économiques et de gestion (Faseg) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Moustapha Kassé.

Invité de l’émission Objection de la radio Sud FM (privée) hier, dimanche 03 décembre, l’ancien doyen de la Faseg de Dakar, Professeur Moustapha Kassé a indiqué, au sujet de la candidature du Royaume chérifien dans la Cedeao, que le Maroc, avec son Produit intérieur brut (Pib) estimé à 100 milliards, va causer «un énorme handicap» aux 15 États de la Cedeao au niveau macro-économique.

«Le Pib du Maroc est la somme des Pib de la Côte d’ivoire, du Sénégal, du Ghana à la fois. Mais, le plus important, c’est la manière dont le Maroc est géré ; la place octroyée à ses entreprises ; les taux de financements ; les politiques sectorielles. Si vous interrogez individuellement ces différents points, vous verrez que le Sénégal ne gagne rien dans l’entrée du Maroc dans l’espace CEDEAO. Pis, nous perdons même», a prévenu l’ancien doyen de la Faseg.

Pour rappel, le Maroc a déposé sa candidature pour une adhésion à la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Lors d’une sortie médiatique, le président de la commission de la Cedeao a souligné que dans sa demande d’adhésion à la Cedeao, le Roi Mohammed VI s’est dit prêt à abandonner le Dirham (monnaie du Maroc) lorsque la communauté économique aura sa monnaie unique.

S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture du 13ème Conseil présidentiel de l’investissement, à Dakar, le chef d’Etat, Macky Sall a annoncé que la question de l’adhésion du Maroc à la Cedeao sera débattue le 16 décembre prochaine à Lomé lors du prochain sommet de la communauté régionale.

Il faut également souligner que cette candidature du Maroc ne fait pas l’unanimité au sein des 15 États membres. En effet, si des pays comme le Sénégal et la Cote d’ivoire semblent soutenir ce projet, tel n’est pas le cas pour la première puissance économique africaine, le Nigéria. Redoutant un envahissement des produits européens sur le marché ouest africain avec l’adhésion du Maroc, le secteur privé de la République fédérale du Nigéria (plus grand marché ouest-africain) met la pression sur son gouvernement pour barrer la route à l’entrée du Maroc.

Pour rappel, les 15 pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo, Cap-Vert), prévoient de lancer une monnaie unique en 2020, selon un rapport de l’organisation, qui retrace la stratégie globale d’adoption de ladite monnaie.

Une telle initiative avait déjà émergé en 2000, au sein des pays de la Zone monétaire ouest-africaine (ZMAO : Ghana, Gambie, Nigeria, Guinée et Sierra Leone), à la suite de la Déclaration d’Accra et de l’Accord de Bamako. Ces pays représentaient une population de 190 millions d’habitants et un Pib de 375 milliards de dollars en 2008, selon le site adiac-congo.com que nous avons visité.

SudOnline

Publié dans Economie

Le ministre français de l'Agriculture a confirmé ce dimanche 3 décembre dans le JDD l'objectif de 50% de bio dans les cantines d'ici à 2022. C'est l'une des mesures phares présentées par Stéphane Travert à l'issue de la seconde édition des états généraux de l'alimentation.

L'objectif emblématique des 50% de produit bio et locaux dans les cantines, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, sera donc prochainement inscrit dans la loi, et mis en place progressivement à l'horizon 2022. Le gouvernement veut également explorer d'autres pistes.

Lors de ces états généraux, Stéphane Travert a notamment promis de tout faire pour parvenir à indexer les prix de l'alimentaire sur les coûts de production des agriculteurs.

Pour le ministre de l'Agriculture interviewé par le Journal du dimanche, cela permettrait d'atteindre trois objectifs prioritaires : la souveraineté alimentaire, la recherche d'une alimentation bonne pour la santé et faire de l'alimentation un vecteur de cohésion sociale.

Pour y parvenir, le gouvernement entend donc mettre l'accent sur l'éducation des plus jeunes, mais aussi renforcer les contrôles sanitaires.

Le ministre souhaite enfin permettre aux cantines de donner aux associations leurs surplus, comme le fait déjà la grande distribution.

En revanche, la proposition du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot d'un repas végétarien par semaine dans les cantines scolaires n'a pas été retenue.

Publié dans International
Page 1 sur 2

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook