Poésie

Déclaration d'amour d'un maure à Paris : « mes ailes étaient brûlées... »Mael AÏNINE NÉMA CHÉRIF

 

trouvé chez chezvlane.com  journal en ligne mauritanien dans la disapora

Jamais depuis la pacification, un maure de bonne famille du terroir n'avait fait une si attachante déclaration d'amour à la France et à la rencontre des cultures. Il s'appelle Mael Aïnine Nema Cherif qu'on ne présente plus dans le milieu de l'art en Mauritanie et désormais artiste à Paris entre le pinceau et la caméra.
J'ai transcrit fidèlement ses mots mais il faut les entendre, c'est le ton poétique qui est poignant surtout que j'apprends en lisant un article qui lui est consacré par le réalisateur Bastien Simon qu'il est actuellement sans papier.


http://lesgrandsvoisins.org/2016/09/06/mael-et-bastien-la-collaboration-dun-realisateur-et-dun-resident-artiste/


C'est étonnant car il a exposé en Mars dernier à Paris dans le 14ème en présence du maire puis à l'Unesco au pavillon mauritanien à Paris où on le voit s'exprimer devant la princesse Lalla Hasnaa
Nous avions parlé de sa résurrection à Paris sans rien connaître de sa situation administrative.
http://www.chezvlane.com/2016/05/sacre-mael-le-revenant-maure-jusquau.html
Cette déclaration d'amour à la France peut lui valoir en Mauritanie un lynchage médiatique sans précédent car l'heure ici est à la contre-pacification... Il faut être d'ici pour imaginer la mine de certains chauvins s'ils pouvaient voir et entendre en arabe, le chriv s'exprimer sans complexes.


A partir de 1min39s jusqu'à 4min20s, il s'exprime avant d'aller à la rencontre des autres...


« Mes ailes étaient brûlées en arrivant ici
A l'instar d'Icare j'ai trop approché le soleil du désert
Je me suis brûlé les ailes
On m'a enfermé dans les geôles du désert
Je me suis échappé par miracle de mes geôliers
Je suis ici en France
J'ai vécu ici 20 ans
J'ai fait mes études supérieures en France
Mon fils mon petit-fils sont nés ici français
Mon père était français
Je ne me vois pas ni immigré ni émigré
Mais intégré de chez intégré
Bel et bien français de droit
Puisque c'est le pays des droits de l'homme
Je suis un artiste acteur du rayonnement de la Francophonie
De la culture française
Ça c'est un acquis
Je suis en fait le vrai produit colonial
Ce qu'ont rêvé les organisateurs des colonies d'antan
C'est de produire des « indigènes » entre guillemets comme moi

Un poète un artiste un chérif mauritanien, un humoriste, un polymathe bourré de talent et de générosité. Sa famille lui manque il faut réagir. Je l'ai rencontré en compagnie de notre doyenne la collectionneuse franco sénégalaise de Gorée Marie Laure CROIZIER DE LACVIVIER.
J'en dirai plus sur cet homme bientôt....
Pape b CISSOKO

"*Ngalakh mon Ngalakh"* Auteur: *David Diouf* De la part d'un Ziguinchorois nostalgique sevré de Ngalakh...Poème

 

(Quand nous étions à Ziguinchor, au lycée Djignabo, nos amis-es nous offraient chez eux à Boudodi, Nema, Kadior, etc ce fameux met tellement bon. Merci pour ces moments à ne jamais oublier. Le dialogue inter-religieux a toujours été une réalité au Sénégal, préservons cette chose.." P B CISSOKO

Oeuvre: *Bruits de pilon* Proposé par l'ami Eric G FOADEY que je remercie comme passeur de mémoire

Ngalakh mon Ngalakh


Ngalakh des fiers haraankates dans les ruelles ancestrales
Ngalakh que prépare ma voisine Joséphine
Au bord de sa bassine lointaine
Je ne t'ai jamais goûté


Mais mes narines sont pleines de ton odeur à l'essence coco, vanille,banane,muscade ou fleur d'orange


Ton beau teint marron à travers les bassines répandues
Le teint de ton dégué
Le dégué renforcé au chocolat
Le chocolat de mes rêves
Mes rêves d'enfants.

Ngalakh dis-moi Ngalakh


Pourquoi chaque année après ton passage, les embouteillages sont sur les routes des toilettes?


Nos ventres grognant et tremblant aux fermentations


Qui disent oui aux chaises anglaises et turques ainsi que les maisons inhabitées ou en construction sur les routes imprévisibles de midi
....
C'est Ngalakh ton Ngalakh qui ,ayant été trop avalé, se venge, pousse
et repousse inopinément et obstinément pour se libérer.
Et dont les fruits (bananes coco ananas raisin)ont peu à peu
L'amère saveur de l'indigestion...

*PRESENCE SERERE.avril 2019* .

NB: En cas d'urgence prenez du jus citron et du ‹‹biskit››, ou si ça persiste appelez le SAMU

PS: laissez les fenêtres et volets ouverts

*EGOTRIP POÉTIQUE* Elaz Ndongo Thioye ou Sérigne Ndongo THIOYE Poète Slameur dorénavant à Paris

 

« Le monde est petit. On avait parlé de moi à ce brillant et jeune intellectuel promis à un bel avenir. Il me lance une invitation à laquelle sauvage que je suis ; .je ne réponds pas. Je protège mes relations et je ne me lie pas facilement. Le voici qui accompagne chez moi un ami du frère de mon épouse et dans la discussion je découvre qu'il écrit comme moi, puis me voici entrain de parler du Dr Ndongo ce poète. Que n'ai-je pas dit, le garçon interloqué me dit mais c'est de vous dont on m'a parlé (Fatou Sy de RUNGIS) et je vous ai envoyé une réponse sans réponse. Confus je demande pardon et lui demande de corriger cette trop grande prudence qui a failli me coûter une bonne relation. Voici une belle amitié naissante autour de l'écriture, la pensée et la belle plume. Ce garçon est à suivre, je le recommande »P B CISOKO

Depuis que le vers est devenu pervers
Je n'écris plus; la poésie, je la chante
J'enterre les règles dans le cimetière
De mon inspiration que la liberté hante.

Écoutez-moi chanter l'Amour et la Femme
Et les douces cacophonies de mon être
Écoutez-moi chanter le Divin et la beauté de l'Islam
Dans ce monde immonde où inonde le paraître.

Regardez-moi graver mon nom à l'Immortel
Écoutez- moi chanter les amis les plus fidèles
L'amour est si beau comme l'amitié est belle
La vie est un fade cadeau dont la mort est le sel.

La poésie est en agonie, elle souffre du « rimisme »
Le « poète » est son ennemi qui assassine son lyrisme.
Je lui redonne son charme et la vivifie à travers mes vers
J'essuie en douceur ses larmes, ma plume est lumière.

Poésie! À ton honneur, je composerai mille et un vers
Et peindrai dans le dos de la vie ta divine silhouette
Je chanterai fort tes éloges au-delà des mers
Quand un jour je ferai taire tes « ennemis poètes ».
Thioye

PS: Photo prise par une jeune blonde. No comment !
Sérigne Ndongo THIOYE Poète Slameur dorénavant à Paris

Césaire entendu par Dominique CHAILLET : J'habite une blessure sacrée-AC- Un monde où noirs et blancs se seraient mêlés-D Chaillet

 

Césaire entendu par Dominique CHAILLET : J'habite une blessure sacrée-AC- Un monde où noirs et blancs se seraient mêlés-D Chaillet


Bonsoir Pape,


Mon texte répond à la poésie d'Aimé Césaire: ''J'habite une blessure sacrée.........''etc.

Poème qui exprime toute la tristesse, tout le désespoir de son peuple, toute cette histoire abimée, toute la détresse de ces gens considérés pendant tant d'années comme du ''mobilier''... et dire que cette monstruosité continue encore du côté de la péninsule arabique...., et ailleurs.....


Bien sûr, vous pouvez publier, si cela peut apporter quelque chose à la liberté des hommes ou au fait de maintenir le devoir de mémoire, comme nous le faisons pour tous nos camarades morts au cours de nos guerres, auxquels on inclut bien sûr, ceux venus d'Afrique ou d'ailleurs.....(quel humanisme, quelle belle âme ! L'humain n'a pas de couleur)


Très amicalement D. Chaillet -Sous-Officier de la gendarmerie française à la retraite mais citoyen du monde.


La famille Chaillet est une «famille singulière», cette singularité est dans la simple générosité à soi et aux autres.


Lors d'un évènement malheureux je rencontre Mr Chaillet Dominique frère de feu mon père de cœur Benoit Chaillet rappelé à dieu le samedi 07/12/2018 et inhumé le samedi 15/12/2018. Nous étions dans la peine mais son frère nous aurait conseillé de continuer à vivre à débattre à échanger pour nous améliorer et essayer de diminuer les souffrances dans ce monde tout en appelant à l'amour et au respect de chacun dans sa différence.


J'avoue que chaque membre de cette famille a une parcelle de lumière qui vous surprend agréablement et vous étonne comme doit l'être le philosophe qui entend l'autre. Voici qu'il me parle de Césaire. Cet ex-gendarme qui a sillonné le monde s'arrête sur un poème de Césaire et ce texte l'a tellement marqué qu'il décide de lui répondre.


Dominique CHAILLET sous -officier dans la gendarmerie a sillonné le monde pour des raisons professionnelles mais aussi de loisirs Il a le goût des voyages et de la découverte et des échanges humains. Son village vient d'accueillir un couple de syrien chrétien et comme il parle un peu l'arabe ça aide. Il ajoutera une chose ç'eut été un musulman, c'est pareil puisque nous célébrons le même Dieu.

Pour Mr CHAILLET et en toute humilité : je ne fais que ce que l'Evangile nous apprend :

« C'est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. » Ephésiens 6:13« Le sort d'un homme sur la terre est celui d'un soldat« Job7:1


Cet homme de cœur D CHAILLET, ce citoyen du monde, ce soldat de dieu nous instruit par l'exemple et agit comme il croit bien faire.
Je ferai tout pour que le texte de D. CHAILLET soit reçu dans toutes les maisons Césaire, à Champigny sur Marne-94, à la Maison de la Négritude et des droits de l'homme de Champagney en haute Saône, etc.


Quand l'humanité en nous gronde il faut savoir tendre l'oreille mais aussi le cœur.
Merci à Mr CHAILLET et vous pouvez croire en ma sincérité en toute circonstance. P B CISSOKO

Bonjour Pape, comme prévu, je vous envoie mon poème, réponse à celui d'Aimé Césaire Dominique CHAILLET gendarme à la retraite Devecey/France

J'habite une blessure sacrée,

J'habite des ancêtres imaginaires,

J'habite un vouloir obscure,

j'habite un long silence............
j'habite une soif irrémédiable
j'habite un voyage de mille ans
j'habite une guerre de trois cent ans
j'habite un culte désaffecté
entre bulbe et caïeu j'habite l'espace inexploité
j'habite du basalte non une coulée
mais de la lave le mascaret
.Aimé. Césaire

Ce poème de Césaire interpelle notre ami  CHAILLET D et il dit ceci :  et on remarquera la symphonie, la symbiose des pensées. P B C

Enveloppé dans ma nuit tropicale,

Sous les bras étalés d'un manguier

Que les rayons de la lune ne peuvent traverser,

Je rêve..., je rêve d'un monde idéal,

Où, ni esclave, ni maître n'auraient jamais existé,

Un monde où noirs et blancs se seraient mêlés,

Au fil des temps, au fil des ans, au fil des jours,

Guidés seulement par la main, par le cœur, par
l'Amour...
Dominique. CHAILLET

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...

Video galleries

logotwitterFacebook

Copyright © 2019 ICHRONO. All Rights Reserved. Directeur de la publication: Jean-Yves Duval.
Email : contact@ichrono.info - Tel : +33625650505