Le coin de Pape CISSOKO

Pour gouverner, "il faut de l'expérience" et "refuser les aventures individuelles" ; on naît avec la possibilité de faire : qu'en est-il au Sénégal

 

Pour gouverner, "il faut de l'expérience" et "refuser les aventures individuelles" ; on naît avec la possibilité de faire : qu'en est-il au Sénégal


Un pays doit vivre dans la vérité il faut bien communiquer et se dire la vérité sans se nuire. Mais quand on couvre le pays dans la pénombre, le faux et le simulacre ou la dissimulation le peuple peut être amené à supposer et créer des idées fausses ou vraies : un homme politique est un citoyen public, sa vie est collée à son statut et donc rien ne doit être caché.

Et quand on dit la vérité on est plus respecté.
Le pays va mal. Les divisions sont là.

La société civile, les locaux et la diaspora se lèvent et se disent. Ne soyons pas sourds et aveugles. Les faits sont là et on veut nous tromper avec des stratégies bien huilées.


Pénurie d'eau, délestage électrique, des écoles poubelles ; le provisoire qui dure, la crise de l'éducation, l'insécurité grandissante, les violences de toutes sortes, la pauvreté, la haine sur les visages et en face le luxe fruit du vol, les biens mal acquis, les 8/8, l'aéroport ; le nouveau train RER, l'autoroute, etc .
Dakar est en chantier sans plan , sans évacuation, sans bonnes canalisations d'eau, .

Ouf ça ne va pas et qui peut nous démontrer le contraire sera très fort. Nous avons des images nettes.


Nous constatons une pluralité de partis politiques qui au final ne servent que Macky. Plus nombreux sont les partis politiques plus facile sera la victoire de Macky. Que faire il faut s'organiser efficacement et choisir le mieux placé et lui coller un contrat avec le peuple et l'armée.

Oui oui si le candidat du peuple ne respecte pas le contrat l'armée devra prendre le pouvoir.
Nous avons des divergences c'est normal mais nous voulons tous une chose bouter dehors Macky et son équipe qui ont fait du tort aux pays.

Il y a de plus en plus de riches quand le peuple a soif, a faim et à peine à joindre les deux bouts.

Un monde paradoxal qui exacerbe les violences et les frustrations.

Unissons nos forces pour élire un candidat par défaut et aidons-le à gagner.


Si nous ne le faisons pas nous aurons encore Macky sur notre dos.


Notre pays regorge de citoyens de qualité exceptionnelle. Certains sont au pays et on ne les entend pas mais ils sont prêts à se donner pour sauver ce pays , d'autres sont à travers le monde dans les hautes institutions internationales et je suis convaincu qu'ils voudront contribuer au redressement et à l'essor du pays.


Chacun peut citer un nom pour faire partie de ce gouvernement Ethique qui réunira les concitoyens et travaillera pour le peuple .


Ce gouvernement sera épaulé par l'ensemble des concitoyens sans distinction de statut , d'ethnie , de religion ou d'autres spécificités qui ne n'honorent pas la République Une et Indivisible.

Pour un mandat unique et mettre le président et son équipe au travail pour changer le pays et améliorer les choses. Cf le livre de feu Ibrahima SOW -Appel à la révolution politique et civique au Sénégal- Un seul mandat et zéro parti politique pour le président de la république.

Le mandat unique c'est la garantie que la conscience du politique sera tournée vers le succès la réussite de sa mission et il n'aura pas en tête d'être en campagne électorale comme on le voit chaque jour au Sénégal.

Macky Sall qui se renie chaque jour nous disait au début de son mandat ; la Patrie d'abord et le Parti après, mais que voit-on ?
Le parti d'abord, les partisans ensuite et les autres après.

Soyons vigilants et allons vers et dans le pays pour discuter avec le peuple qui est souvent trompés avec des stratagèmes du ventre ; la pauvreté est une palie qui gangrène l'esprit des pays en développement. Avec la pauvreté on tient le pays par des dons sporadiques et cibles à des moments précis Apres le manque d'eau et d'électricité on vous donne l'eau des pompes on vous donne de l'électricité, des panneaux solaires, on vous donne ce qui va vous soulager illico et vous vous dites c'est lui qui me comprend en résolvant mon souci.


Pourquoi vous laisser dans cette situation pour enfin corriger la faute ?

Pire que Lynch Macky et son équipe ont bien lu Machiavel et les autres théoriciens du pouvoir qui vous aliènent sans que vous vous voyez venir .

J'ai recensé ici des idées, des pensées qui pourront aiguiser notre prise de conscience et renforcer nos opinions et actions.

La géopolitique est un art et il faut être outillé pour comprendre. Un homme politique doit avoir de la vertu , une morale et une éthique sans parler de la conscience à bien servir. L'expérience dont on parle souvent pour réduire certains est un faux problème un gouvernement est une équipe entouré de hauts fonctionnaires capables de guider et de dicter des conseils des orientation. Ils sont dans un système qui sera travailler de façon à l'adapter.

C'est comme la constitution , les hommes passent et les lois demeurent tout comme les institutions. N'ayons pas peut de l'avenir nous sommes intelligents et conscients des enjeux , ensemble nous réussirons.
Nos divergences devront nous conduire au dépassement pour les intégrer et en faire une belle somme : élire un président juste et de bonne conscience.

J'ai voulu vous donner ici le cas de hommes politiques novices, de concepts importants pour faire un Homme d'Etat ou homme politique juste

Le président américain élu Donald Trump, novice en politique, a consulté jeudi à New York l'une des figures de la diplomatie du XXe siècle, Henry Kissinger.
L'ancien secrétaire d'Etat est réputé pour avoir piloté la diplomatie américaine durant la guerre froide avec l'URSS. Il a orchestré le processus de rapprochement des Etats-Unis avec la Chine au début des années 1970 et conclu les accords de paix de Paris qui ont mis fin à l'engagement américain au Vietnam et pour lesquels il s'est vu décerner en 1973 le prix Nobel de la paix avec le chef du parti communiste nord-vietnamien Le Duc Tho.
Allemand juif né en 1923, il avait émigré aux Etats-Unis en 1938 pour échapper aux nazis et fut naturalisé Américain en 1943.
Préférence pour Clinton
Agé aujourd'hui de 93 ans, il demeure un expert respecté et souvent consulté aux Etats-Unis et à l'étranger. "J'ai un immense respect pour le docteur Kissinger et j'ai été sensible au fait qu'il a partagé ses idées avec moi", a déclaré le futur 45e président des Etats-Unis.
Henry Kissinger n'avait pourtant pas parié sur Donald Trump à la Maison Blanche. Il avait exprimé sa préférence pour la démocrate Hillary Clinton.
Le Premier ministre s'exprimait peu de temps après l'annonce de la candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle 2017.
Il faut "une expérience qui a été éprouvée par le temps" pour gouverner et "refuser les aventures individuelles", a déclaré mercredi Manuel Valls peu après l'annonce de candidature de son ancien ministre Emmanuel Macron à la présidentielle.
"Il faut de la force et non pas de la légèreté." Dans un discours à l'université de Cergy-Pontoise en banlieue parisienne, le Premier ministre a plaidé pour une "nation éducative", plaçant l'éducation au cœur du "projet pour la France" dans un nouveau gage à la gauche après d'autres récentes inflexions de son discours. "Pour porter cette responsabilité, il faut - j'ose le dire devant vous - une éducation à la conduite du pouvoir, à la responsabilité, un sens de l'Etat. Il faut de l'expérience, une expérience qui a été éprouvée par le temps", a-t-il lancé. "Il faut de la force et non pas de la légèreté."
Selon le chef du gouvernement, qui n'a pas nommé Emmanuel Macron qui venait de d'annoncer sa candidature dans une autre ville de banlieue parisienne, à Bobigny, "l'exercice du pouvoir" implique d'"avoir le sens de l'intérêt général, le sens du collectif", de "refuser les aventures individuelles". Avant son discours, interrogé par des journalistes sur la candidature Macron, il avait seulement lancé : "Rien ne m'affecte".europe1
I) Le sentiment immédiat de notre liberté : la théorie du libre arbitre
a) Tout homme se juge spontanément libre
Dans le langage courant, la liberté renvoie au pouvoir que possède tout homme de n'obéir qu'à lui-même, qu'à sa propre volonté, et d'agir uniquement en fonction de ses désirs, indépendamment de toute contrainte ou de toute pression extérieure.
Tout homme se sent donc spontanément libre, tout simplement parce qu'il se croit capable de faire des choix de petite ou de grande importance, de prendre des décisions, de petite ou de grande ampleur.
Autrement dit, tout homme, lorsqu'il porte un regard réflexif sur lui-même, se juge spontanément libre, c'est-à-dire en mesure d'agir simplement en fonction de sa volonté.
La plupart des philosophes qui se sont prononcés en faveur de la liberté humaine, en faveur de l'existence du libre arbitre, ont accordé une grande valeur à l'expérience intime, immédiate que nous aurions, selon eux, de notre liberté : « La liberté de notre volonté, écrit Descartes (Principes de la Philosophie, I, art.39), se connaît sans preuve par la seule expérience que nous en avons ».
Il faut donc savoir plaire pour bien gouverner...
Dans le
couple dirigeant, il faut au moins que l'un des deux bénéficie d'une certaine
capacité de séduction. Ce qui n'est
pas le cas de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, leur profil politique est
identique. François
Mitterrand pouvait se permettre de produire cet adage, car le président ne
parlait pas de lui-même, mais d'Edith Cresson, sa Première ministre. La phrase de
François Mitterrand a tout juste 22 ans aujourd'hui, elle d'octobre 1991. La France plongeait
La conscience en philosophie
Dans l'Antiquité, la conscience n'existait pas : seul le "noos", l'esprit connaissant, avait une valeur. C'est la modernité philosophique qui a donné au sujet une conscience. Descartes l'a posée comme le socle de la connaissance car la conscience a résisté au doute méthodique, elle peut donc servir de fondement sur lequel s'édifierait l'ensemble du savoir (cf. La Métaphysique de Descartes). Kant, Hegel, ou encore Sartre reprennent à leur compte cet acquis de la philosophie moderne.
Définitions générales du concept de conscience :
– Du latin conscientia : connaissance partagée avec un autre
– Sens psychologique : connaissance, intuition ou sentiment qu'un sujet possède de lui-même, de se états et de ses actes
– Sens moral : capacité de formuler des jugements moraux, sur le bien et le mal
Machiavel : A la recherche du chef d'Etat idéal
La question du rapport entre pouvoir, Etat, politique et morale est au cœur de la pensée de Machiavel: qu'est-ce qu'un bon chef d'état ? Quelles qualités font un bon politique ? Comment doit-il gérer la vie politique ?
Pour ne pas redécouvrir la lune, jetons un coup d'oeil sur le penseur qui a fondé la philosophie politique moderne : Machiavel. Dans son célèbre texte Le Prince, le florentin, qui a passé sa vie au plus près du pouvoir auprès de César Borgia à qui s'adresse Le Prince, tente un portrait-robot du gouvernant.
D'emblée, Machiavel réfute toute conception morale du pouvoir : le chef de l'état ne doit pas obéir à une morale fixe, mais s'adapter aux circonstances, ce qu'il appelle la fortune ("fortuna", en latin, signifie la chance, le destin). En dissociant la morale du pouvoir, il ne dit pourtant pas que le chef de l'état doive être immoral, mais qu'il peut s'affranchir de la morale si c'est nécessaire. C'est ce qu'aujourd'hui on appellerait le pragmatisme, ou le primat de la fin sur les moyens. Autrement dit, le chef de l'état doit maîtriser et faire foin de toute idéalisme qui le contraindrait à moraliser sa politique. La morale de Machiavel n'est donc pas un formalisme éthique (comme chez kant par exemple), mais plutôt une invention permanente de celui qui la pratique : la morale machiavélienne est immanente, et non transcendante.
Kant s'opposera à cette conception du pouvoir, en plaçant les intentions au-dessus des résultats. A la différence, pour Machiavel, l'action politique ne peut être jugé que sur sa réalité et non sur ses potentialités ou les intentions qui la fondent. Machiavel définit le champ politique comme le lieu d'affrontement du destin (fortuna) et de la volonté (virtu). Le chef d'Etat doit incarner cette volonté de dépassement de la nécessité, le dépassement des contraintes naturelles ou conjoncturelles.
Un personnage en vue :
Avant tout, le chef de l'état est un personnage public, il est sans cesse "en vue"(d'autant plus dans nos démocraties médiatiques, ou "médiacratie"). C'est pour cette raison qu'il doit maîtriser son image : il doit donc paraître posséder des qualités qu'il ne détient pas forcément. Ses défauts seront cachés au public pour ne pas le déstabiliser. On voit à quel point ceci est moderne. Aujourd'hui, ce sont les conseillers en communication ("spin doctors") qui gèrent l'image des hommes politiques via des méthodes telles que l'analyse des sondages ou le media training, en tentant de les faire apparaître sous leur meilleur jour. Parce qu'il est en permanence sous le regard des autres, le politique de Machiavel doit dissimiler ses défauts et feindre des qualités qu'il ne détient pas.
Machiavel et la maîtrise de la vie politique :
Le chef de l'état doit également mettre sous contrôle ses opposants. Machiavel prône à leur égard une politique de fermeté. La dissidence doit être endiguée car elle est la racine de la révolte. Or, selon Machiavel, cela va de soi, le chef de l'état n'a qu'un seul but : la conservation du pouvoir. En un mot : la fin, là aussi, justifie les moyens. Si le politique est menacé par ses opposants, il ne doit pas s'empêcher de les emprisonner.
Ainsi, le trait dominant du "bon" chef de l'état, c'est la "VIRTU", c'est-à-dire le contrôle, la maîtrise : de soi (l'image), de l'avenir (le destin), de ses opposants (la vie politique). Cette politique de contrôle est, de nos jours, appelée RealPolitik.
C'est loin du cynisme auquel Machiavel est souvent réduit ...
https://la-philosophie.com/machiavel-pouvoir-
Jimmy Morales et son épouse lors de la cérémonie d'investiture. Photo AFP
Le Guatemala tourne définitivement la page. Jimmy Morales, acteur comique novice en politique, a été officiellement investi jeudi président de ce pays d'Amérique centrale rongé par la violence et la corruption et dont la population a choisi de tourner le dos à la classe politique traditionnelle.
La lutte contre la corruption : priorité de Morales Au Guatemala,
Le nouveau président s'est engagé à mener "dès le premier jour" une "lutte frontale" contre la corruption, à œuvrer à l'éradication de la faim dans le pays et à améliorer le système éducatif. "On m'a dit que cela était impossible, qu'il faudrait un miracle", a poursuivi M. Morales, "et, moi, je crois aux miracles".
L'humoriste, comédien et animateur de télévision de 46 ans, a été élu haut la main le 25 octobre face à l'ex-Première dame Sandra Torres, 60 ans. Outre une croisade contre la corruption, son défi majeur durant ces quatre prochaines années sera de combattre la violence qui règne dans ce pays de 16 millions d'habitants, où l'on a dénombré 6000 meurtres en 2015.
Aucune expérience politique
Large sourire et charisme naturel, celui qui avait incarné au cinéma le rôle d'un cowboy naïf sur le point de devenir président par accident, avait été la grande surprise de ces élections, profitant du vaste mouvement d'exaspération populaire. Avant de connaître la célébrité, le nouveau président assure qu'il a commencé comme vendeur de bananes et de vêtements usés sur les marchés de la capitale. Il a également fait des étude d'administration d'entreprises, de communication et de théologie.
Son absence d'expérience politique avait été perçue par ses partisans comme un gage d'honnêteté. En 2011, il avait simplement été candidat à la mairie de Mixco, ville des faubourgs de la capitale, arrivant en troisième position.

Thomas Mesnier. (
Parmi les messages de félicitations reçus le soir du dimanche 18 juin, un lui a particulièrement fait plaisir. "Félicitations Thomas pour cette élection", lui a écrit le président, lui demandant aussi de poursuivre le travail engagé. "Une belle marque de reconnaissance de l'engagement que j'ai pris avec lui et pour lui", explique, très fier, le député. Il a remarqué que dès le premier soir, "dans le regard des gens", la mue s'était opérée. "On n'est plus dans la peau du candidat : les gens regardent leur député, avec tout ce que cela implique. J'ai senti le poids des responsabilités sur mes épaules."
Dès le lendemain de son élection, il s'est précipité à Paris pour accomplir les formalités administratives et commencer à recruter ses assistants parlementaires. C'est en entrant dans l'Hémicycle pour la photo officielle qu'il a "vraiment pris conscience" de sa nouvelle vie. "C'est une mission tellement belle." Ce 20 juin, assis dans la salle des pas perdus, il a encore les yeux brillants et des trémolos dans la voix. "J'ai eu l'impression d'entrer dans le cœur battant de la démocratie, là où tout s'est joué et où tout se jouera. C'était vraiment une immense émotion."
Nouveau venu en politique, il a été marqué, pendant la campagne des législatives, par "la fracture entre les citoyens et les élus. Je me prenais des réflexions comme 'vous voulez juste la place'." Sa priorité de député est donc de "retisser du lien : le travail de député, c'est un pied à Paris, un dans la circo". Pour ce faire, il a déjà prévenu son employeur, l'hôpital d'Angoulême, qu'il quittait son poste. "Urgentiste, ça se fait à plein temps. Cela n'aurait pas de sens de continuer un jour par semaine. Je ne serai pas député toute ma vie, il y aura une période de réadaptation au travail."
Un président se fait aider par des technocrates


Lucas Papademos, nouveau Premier ministre de la Grèce, a prêté serment le 11 novembre. En Italie, Silvio Berlusconi est remplacé par l'ancien commissaire européen Mario Monti. Ces deux hommes ont été présentés comme des «technocrates» dans des grands journaux. Mais c'est quoi, un technocrate?
C'est un expert et pas un homme politique. Les technocrates fondent leurs décisions sur des informations précises plutôt qu'en fonction de l'opinion publique. C'est pourquoi on fait souvent appel à eux durant les périodes difficiles (comme, par exemple, avec la crise de la dette en Europe).
Le terme de technocrate vient du mot grec tekhne, ce qui veut dire habileté ou art, et un expert dans des domaines comme l'économie pourrait donc être tout autant qualifié de «technocrate» qu'un expert en robotique. Tant Papademos que Monti sont titulaires de diplômes en économie et ont tenu des postes dans des institutions gouvernementales
« Hauts fonctionnaires », vers un nouveau visage ?
Ils sont quelques milliers en France
, travaillent dans des contrées lointaines, pour les grands corps de la Fonction publique[1] ou les organisations internationales les plus renommées[2], ce sont...les « hauts fonctionnaires [3]». S'ils suscitent l'admiration, c'est aussi un groupe régulièrement critiqué pour son élitisme, sa « politisation »[4], renvoyant l'image d'hommes (en majorité) occupant des postes prestigieux, aux salaires (très) confortables. Toutefois, avec entres autres, les actuelles obligations de diversité et celles de parité de demain[5 ]les choses ne seraient-elles pas en train d'évoluer pour ces fonctionnaires à part ?

Penser le Sénégal pour le Panser : un pays à la dérive qu'il faut sauver ensemble.

Penser le Sénégal pour le panser : un pays à la dérive qu'il faut sauver ensemble.

Penser le Sénégal par une redéfinition du rôle de l'intellectuel critique et constructif.

Titre de l'œuvre : Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences ( 1637 ) => Idée qu'il faut bien une méthode pour conduire sa raison et par la suite rechercher efficacement les vérités ()

Passions, imagination, intuition, illusion => Vont à l'encontre de la raison, la méthode permet de gérer la raison à partir d'elle-même et s'opposer à ces éléments.
Essentiel chez Descartes = Clarté, ordre, méthode, plus encore que la vérité elle-même.

« Nous vivons dans une société de trop plein : peur de rater quelque chose, peur de la pauvreté, peur de la destruction, peur du déchet nous conduisent à construire toujours plus, quand les bases s'effondrent, à détruire les friches et les terres cultivables, en pensant simplement construire, et finalement certains pensent que l'évolution de nos sociétés est une fatalité, qui nous privera pourtant toujours plus de notre pouvoir de décision et de notre capacité d'avoir un métier et de travailler ».


Descartes devait répondre à un prêtre assez malveillant et de mauvaise foi, Descartes utilise dans les 7es réponses aux objections faites à son ouvrage une parabole, une sorte de pièce de théâtre mettant en scène un architecte, et un maçon qui cherche à se faire valoir en se croyant très malin, en bref un mauvais maçon qui terminera selon Descartes chez les fous.

Cette parabole a un intérêt concernant l'œuvre de Descartes, mais il me semble qu'elle nous parle aussi à tous par sa force symbolique concernant le travail que nous avons à faire sur nous-mêmes et concernant la nécessité parfois de véritables révolutions dans le monde, quand en particulier le trop-plein de la production en vue de la consommation peut conduire à la destruction de la vie sur terre. En cette année 2017 Descartes commence (p.504 de l'édition GF de 2011) en disant qu'il s'est souvent inspiré du comportement des architectes. Pourquoi un philosophe se sent-il tellement inspiré par le métier des architectes ?


C'est qu'il ne faut pas confondre l'architecture avec une simple construction.
On dit souvent : « Sois constructif », ou « Fais des remarques constructives.


Que constate Descartes en observant les architectes ?


Ceux-ci, « pour élever de solides édifices aux lieux où le roc, l'argile et la terre ferme sont couverts de sable, creusent tout d'abord de profondes fosses, et rejettent de là non seulement le sable mais tout ce qui se trouve appuyé sur lui, ou ce qui y est mêlé, afin de poser par après leurs fondements sur la terre ferme. »
Les architectes sont aussi des destructeurs, et quand ils construisent c'est avec un projet qui peut passer par une première phase où il faut creuser la terre et déblayer des matériaux. Et plus l'édifice prévu sera haut, plus il est à prévoir que le trou sera profond.


A la lumière de ce que pense Descartes que pouvons-nous dire du SENEGAL ?


Notre pays est rempli d'intellectuels, d'hommes de savoirs mais hélas pas de politiques pragmatiques efficaces avec une vision cohérente et constructive.
Les intellectuels sont inféodés et au lieu de conseiller de façon pragmatique ils restent dans la flatterie et la défense du système. Pendant qu'ils profitent, le peuple souffre.
Comme je l'ai toujours dit il ne suffit pas de regarder loin, il faut juste faire un petit tour pour regarder, observer et comprendre les murs sociaux qui façonnent notre pays nos sociétés.


Depuis un moment le pays est englué dans des crises que l'Etat tente de panser avec du sparadrap mais cela ne suffit pas tel un mauvais maçon qui essaye de colmater un édifice instable prêt à s'effondre.


Il faut diagnostiquer, faire un état des lieux et proposer.


Mais proposer à qui ? Nos hommes politiques ne savent plus écouter, ils ne savent qu'applaudir les incohérences pour préserver leurs acquis et pourtant il me semble que le Président Macky SALL dans une sortie remarquée avait duit à ses conseillers d'arrêter de lui parler de ce qui va mais plutôt de ce qui ne va pas
Pour remettre un pays sur ses pieds il faut du bon sens et du pragmatisme et pour moi Descartes nous ouvre les yeux avec sa prétention de Penser le Vrai absolu grâce à sa méthode. Certes une prétention mais qui peut cacher certains aspects positifs.

Si le pays est comme un bâtiment.

« La démarche première pour construire un édifice, si l'on veut vraiment qu'il soit solide, est de ne pas le construire flottant sur du sable, à moins qu'on ait l'intention...de faire un bateau, comme Noé se préparant au déluge. Donc il faut d'abord, pour construire, détruire, et creuser de façon à pouvoir fonder, nous disent les vrais et bons architectes. »
Notre pays devra revoir la sécurité, lutter contre les indisciplines dans tous les secteurs. Les forces de l'ordre doivent considérer citoyens comme des partenaires qu'ils doivent protéger et non tuer. Qu'est-ce qu'une police qui tire sur son peuple ? Quand la police tire et tue il faut comprendre que le pays est entré dans une instabilité criarde et il faut trouver des solutions idoines pour y remédier.


L'éducation la formation sont des leviers de développement pourquoi ne rien faire pour. Pourquoi laisser pourrir une crise pour ensuite donner des carottes.
Le Sénégal veut plus briller en construisant des universités, des institutions, des (Aéroport- autoroute) infrastructures pour paraître. Non tout ce qui est fait doit avoir un contenu bon pour le pays.


Ce pays est assis sur des maux qu'il faut nommer ; la condition des enfants de la rue ; des talibés, l'insécurité, l'indiscipline, les écoles de brousse, la violence, les biens mal acquis, l'éducation et la formation en crises absolues. Ajoutons un domaine souvent oublié l'environnement, l'écologie. On pense que l'Afrique sera le poumon vert du monde mais si on ne fait pas attention, si nos actions manquent de moralité et d'éthique nous n'y parviendrons pas. Et ce sera pire.


Déjà la santé de la population à cause de la pollution non maitrisée crée des maladies respiratoires comme l'asthme ; le laxisme autour du trafic des médicaments illicites et dangereux (xessal, faux médicaments, médicament périmés ou interdit).


Combien de fois j'entends ici et là l'absence de professionnalisme dans certain corps dédiés à venir en aide à la population (médecins, corps médical, municipalités fonction publiques etc.).


Le mauvais citoyen et le mauvais homme politique regardent les choses se faire sans tenir la barque pour lui intimer une direction....


On oublie que le citoyen est acteur. L'homme politique peut impulser une dynamique et qu'en est–il ?


Nada et pourtant des concitoyens rencontrés sur les réseaux sociaux ne cessent d'alerter, de proposer en vain. Au moins le peuple les entend et ces concitoyens ne sont pas dans l'attitude stérile du spectateur ce qui nuit beaucoup et conduit certain à une certaine acceptation de l'état des choses.

Non non on peut bousculer le quotidien et penser l'avenir.


Par honnêteté intellectuelle je me dois de citer ces concitoyens pour que vous alliez relire leurs articles et pensées qui vont dans le bon sens ; Cécile THIAKANE, Abdou NDUKKUR ( gros travail de fonds), Sakku XAM XAM, Amadou Demba DIALLO, Mariama BAAmadou T NIANE ( écologie, environnement et éthique) ? Ndack Kane, l'association qui lutte contre les indisciplines, la société civile avec Moriba CISSOKHO, Chérif salif SY ; Ibrahima MBODJI qui vient de contribuer dans le secteur médical à Thies, Mohadi DIALLO, Khadim NDIAYE, Mouhamadou Moustapha DIOP, Amadou Sylla de SOS Casamance et beaucoup d'autres.


Le citoyen se promène dans le monde et gagne en expérience. Il découvre des choses enrichissantes (RWANDA-KIGALI) mais cela ne lui permet pas d'éclaircir les choses, il devra faire le tri pour prendre ce qui peut convenir à son pays. Pas de transfert abusif mais tout transfert doit être adaptée et nécessaire....
Le Citoyen ainsi préparé entre dans un cercle de tolérance ( Cf – Montaigne ), il renonce à ces préjugés et prend conscience de certaines choses, ce qui lui permet de se forger des bases et de comprendre comment avancer dans sa quête de la clarté et de la vérité pour reconstruire son pays avec tous les citoyens mus par la Patrie unique et indivisible.


Que veut le peuple ?


Il veut simplement jouir des richesses du pays, il veut apporter son génie, sa force, son enthousiasme à la construction du pays constitués des sénégalais différents et mus par le bien commun.
Le peuple veut arrêter les usurpations des biens publics et mettre tout le monde au travail, à la construction du pays sur des valeurs éthiques.
Il veut que le pays comme l'architecte visionne avec un plan bien pensé la clé de voute, la pierre :
« L'architecte a enfin trouvé la pierre ou le gros rocher qui servira à arrimer solidement l'édifice futur. La pierre cachée est justement ce pour quoi on a creusé dans un premier temps, en détruisant ce qui existait en surface. Nous avons eu peur justement de devenir aveugles, de ne plus jamais voir la lumière. Mais c'est la lumière intérieure que nous sommes ainsi conduits à chercher : celle sur laquelle nous pourrons tabler, comme on dit. »

Notre leader, notre président avec son équipe comme l'architecte doivent examiner les matériaux qu'il faudra utiliser pour construire l'édifice nouveau.
Pour cela il faut une bonne théorie, et une bonne société. Le véritable maçon, le véritable architecte, sait récupérer la pierre que l'homme vulgaire croit devoir rejeter définitivement, et avec ces pierres-là l'architecte fait un nouvel édifice inouï de beauté et d'ampleur et de force.
L'architecte et son mandataire doivent s'harmoniser, parler s'écouter pour se comprendre et agir de concert, le Président, son équipe et le peuple ne doivent pas être divisés sur l'essentiel.


L'accomplissement d'un projet appelle le Tout et n'exclut personne. La surdité politique est la plaie qui ravage les Etats africains.


La diaspora, le bon sens, la société civile ont une expertise à considérer, mais les considérer comme des inutilités est l'erreur à ne pas faire.


Que faire ? Pour refondre ce pays, construire sur du roc ?


Le défaut de notre pays c'est que chaque citoyen s'improvise spécialiste et cela est dangereux et voyez au niveau des constructions, les immeubles s'effondre et la mort s'en suit. Il faut pour être spécialisé ; pour exercer certaines fonctions. Il faut aussi reconnaître que la spécialisation de chacun n'est pas possible, il est des gens qui se mobiliseront en esprit et d'autre par la force, chacun apportera ses compétences et ses moyens pour construire ensemble les fondations de ce pays qui doit réussir.


Les temps passés on a vu les Etats africains jouer avec la constitution et ce n'est pas juste. Comment torpiller la constitution pour vouloir pérenniser le pouvoir ou faire en sorte que la progéniture hérite du pouvoir : dévolution du pouvoir. Le monde ou toute construction a besoin d'être pensée puis exécutée selon des règles et procédures.
Comme l'architecte pour réussir un projet hérité d'une nébuleuse bancale et mal faite :


« Il vaut mieux tout casser, tout mettre à la poubelle, et tout reconstruire à neuf, pour obtenir quelque chose de solide »


Une méthode organisée est nécessaire, indispensable à la construction d'un Etat, d'un gouvernement actif, efficace, juste, solide, qui ne doit pas résulter du mélange des bricolages anciens, il nous faut penser à un plan général... Tout doit être pensé sérieusement et logiquement, que ce soit en politique, ou dans la vie

« Le monde va changer de base, nous ne sommes rien, soyons tout. » Chaque pays a ses spécificités sur lesquelles il faut se poser se baser pour pouvoir construire. On ne peut pas vivre dans la dépendance perpétuelle et les approximations ou éventualités.


Il y va du respect attendu et c'est pourquoi Donald TRUMP ne s'y trompe pas il se moque de l'Afrique, il n'attend rien de ce continent.


Nos ressources sont là et malgré cela nous ne contribuons qu'à un faible pourcentage des échanges mondiaux. Notre poids est de plume alors que nous sommes paradoxalement riches. On sait tous pourquoi, la détérioration des termes de l'échange, le manque de vision, la conservation du pouvoir et le l'absence de transparence dans les gestions des biens publics. Nous nous agrippons à nos coutumes, nos habitudes, alors que le monde innove, prend des risques écoute ses talents L'Afrique tue, vit dans la nébuleuse et ne cherche pas à révolutionner les mentalités.


Le Sénégal s'enlise dans la frustration, la violence, chacun veut guider ce pays, chacun veut être entraîneur à la place du chef.
La modestie et l'humilité doivent guider nos actions. Accepter l'esprit critique, ne pas occulter le débat constructif.


Tout peut être soumis à la sagacité des citoyens pourvu que cela nous fasse comprendre pour progresser.

Nous devons lutter contre l'assistanat et la fatalité et nous inscrire dans l'action, le sens de l'effort.


Il est temps que la jeunesse prenne le pouvoir, il est temps de secouer le cocotier et d'aller changer les opinions politiques en expliquant clairement la situation de ce beau pays qui s'égare et divise les populations traditionnellement si sont solidaires.


Il est temps de changer ce pays avec de nouvelles personnes et une éthique. Tout est possible aux acteurs qui veulent changer l'ordre des choses.
Organisés, unis, pragmatiques le Sénégal peut gagner la pole position et faire que tous les citoyens œuvrent ensemble.

Parcours d'un penseur libre et indépendant TRANCHE DE VIE du sage ! Pap Ndoye dit-Abdoulaye Ndoye de St-Louis du Sénégal

 

Parcours d'un penseur libre et indépendant TRANCHE DE VIE du sage ! Pap Ndoye dit- Abdoulaye Ndoyede St- Louis du Sénégal.

Il nous gratifie de sa générosité en échangeant avec nous sans apriori et sur des sujets délicats. L'homme s'est construit pratiquement seul à force de résilience et d'abnégation. Une vie ou du moins une trajectoire non droite comme pour beaucoup. Ce parcours semé d'embuches forge le caractère et comme un destin, destin qui ne manque pas de donner un libre arbitre à m'homme.
De qui vais-je parler ?
De pap NDOYE sur FB, Abdoulaye NDOYE de Léona ST-LOUIS. Un parcours existentiel mouvementé faites de ruptures, d'arrêts qui invitent à la pensée active, lisez et retrouvez-vous,tel un livre ouvert qui nous fait voir un autre nous-même. P B C

Abdoulaye Ndoye, 61 ans et à la retraite professionnelle depuis 1 an déjà.
Il a gravi tous les échelons accessibles dans son métier. Et voici ce qu'il dit «
Cela n'était pas évident, car je n'y étais point prédestiné.
Mais j'ai dû beaucoup travailler pour que notre bon Dieu me gratifie de sa providence.
J'ai eu donc beaucoup de chance dans la Vie. Mais j'ai dû la provoquer pour qu'elle s'offre à moi. 


"Chez Pap la foi guide tout et lui faire dire ceci « Ainsi j'ai eu l'occasion de comprendre que l'homme jouissait de son libre arbitre pour donner des orientations à son existence ».


Pap Parle beaucoup de ce libre arbitre comme une liberté que Dieu donne laisse à l'individu mais au final c'est le tout puissant qui décide.


« Feu mon Père fut un ancien combattant de la guerre 39/45.
Il était très strict et m'a mis dans toutes les conditions de réussite scolaire.
Malheureusement, mon esprit n'était jamais concentré sur les études.Je n'étais pas suffisamment intelligent et éveillé pour comprendre les enseignements dispensés à l'école. »


Ne vous y prenez pas Pap est de cette classe, de gens très critique avec lui-même, qu'est-ce qu'être intelligent ? Est-ce réussir à ses examens ? Ce n'est pas si sûr et si l'institution était inadaptée à notre doyen.
Seul l'approche systémique pourrait nous le dire, mais le temps est passé de rechercher cela d'autant qu'à cet instant nous avons un homme expérimenté, cultivé, rigoureux et qui nous livre sans ambages ses connaissances.


Son parcours scolaire est ainsi déroulé « J'ai été inscrit au CI à 6 ans, alors que c'était 7 ou 8 pour les autres.
J'étais ainsi à l'école de Bopp à Dakar, ou je partageais la classe avec le Ministre d'État Cheikh T.Gadio et l'Ambassadeur Amadou Diop en poste en Belgique.
Suis donc passé du Ci au CM2 sans jamais savoir comment, j'étais médiocre en Tout.
Je passais mon temps dans des rêveries imprécises et improductives.
Je voyais tout le temps Père à l'école discuter avec mon maître.
Il m'inscrivit au concours du Prytanée militaire de Saint Louis, et en salle d'examen le gendarme surveillant ne se gênait point pour me demander d'écrire ceci ou cela sur ma copie »


Il est dur avec lui–même comment peut-il nous faire admettre qu'il n'était pas bon,

Hélas, je n'avais pas le niveau. Lâche-t-il.

Père devenu malade, en fin d'année 1969, me confia à mon oncle maternel. Oui l (oncle dans notre socio-culture joue un rôle important dans l'éducation et la transmission.

« Je me retrouvais ainsi dans la maison familiale à Ndar, avec cousins, cousines, tante, oncles et grands-parents maternels.
Là je commençais à prendre goût à la vie: j'étais enfin LIBRE de faire tout ce que je voulais sans aucune crainte.
Je venais de comprendre l'étouffement dont je souffrais dans la maison paternel.
Père était trop strict, c'était l'école française, coranique et la maison.
Je n'ai jamais pu supporter cet enfermement pendant que tous mes amis de quartier étaient tout le temps dans la rue.


C'en était trop pour moi, et j'en voulais à Papa.
Enfin j'étais libre, une fois à Ndar.
Contre l'autorité il s'exprime ;;;;;

J'avais plus cette autorité qui m'impose une conduite qui m'était insupportable.
Je suis le seul garçon d'une fratrie composée de 5 sœurs et moi-même.
Toutefois, il y avait cela de bien, dans l'éducation paternelle:
-je ne connaissais pas la faim,
-chez grand -ère, il fallait être présent aux heures de manger, sinon....c'est la faim.
Donc, la raison de mon ventre pris rapidement le dessus.
La discipline héritée de Papa était restée dans mon subconscient.
Et je pouvais la convoquer à mon secours, à tout moment. » Cette éducation austère était un palliatif une roue de secours qui servait de soupape pour réfléchir avant d'agir....
Papp continue à nous parler de sa vie, ses rencontres...

Je me suis fait ainsi de nouveaux amis de quartier à Ndar. Un quartier qui compte de grandes sommités de la médecine et de la philosophie de l'Ucad, (Professeurs Agrégés Seydina I. L.Seye, Lamine Sow, Pr Djibril Samb...).
Ceux-là sont nos aînés de notre génération.
Mais, je me suis vite rendu compte que les jeux pour lesquels je me rebellais chez Papa, n'étaient pas réellement ce qui me manquait à Dakar:-c'est la Liberté de décider pour moi, dont je souffrais.
Ainsi, je partageais tous les jeux avec mes nouveaux amis:
- de la nage au fleuve toute la journée-au football et autres distractions.
Nous avions tous, presque le même âge.
Mais le Gab entre mes amis saint-louisiens, dakarois et moi-même, c'est la double culture CITADINE dont j'ai bénéficié.
J'avais acquis la possibilité de comparer les modes de vie « aiguiser son esprit critique, penser par soi-même » :
-entre deux villes différentes, le fleuve et la mer accessible; ailleurs inexistant. Ce n'était pas donc les mêmes loisirs juvéniles.
-l'éducation reçue dans une famille originelle (papa, maman, frères et soeurs).
Alors très tôt, je saisis ces différences et comprit que désormais, je ne pouvais compter que sur moi-même. ' Il s'est construit à force)
Cependant, j'étais aidé par mon oncle qui n'hésitait pas pour me remettre sur les rails.
Comme d'un refrain il ne cessait de me rappeler et me terroriser en même temps par ces termes:
-.
Ah un hic mais aussi un rappel. La pesanteur sociale a plombé beaucoup de gens. En vous chargeant dès l'enfance vous pouvez avoir peur d'affronter l'existence, c'est peut-être ce qui expliquerait les difficultés à l'école chez beaucoup de garçons. Une enquête systémique aurait pu nous aider à comprendre, mais ;;;;; etc.

Ainsi, à chaque fois que j'étais en phase avec ce rappel, j'en mourrai.
L'avenir était très sombre pour moi et j'avais le devoir de m'en sortir pour soutenir ma famille.
C'était comme si, sans moi, cette famille devait sombrer.
Personne n'avait le droit de me charger ainsi, alors que j'étais très jeune (12 ans).
Cette situation est bien connue au Sénégal et en Afrique et cela nous fait comprendre les origines de la misogynie.

Donc j'avais échoué à mes examens d'entrée en 6ème et CEPE à Dakar.
A Saint Louis, mon oncle m'inscrivit dans l'école ou il enseignait, École Eaux Claires.
J'y repris la classe CM2 (1970) avec beaucoup plus de succès qu'à Dakar.
En fin d'année, je décroche mon CEPE sans l'entrée en 6ème que je n'ai pu avoir que l'année suivante.
J'ai donc doublé 2 fois la classe de Cm2; 3 années pour une même classe!
C'était ahurissant et médiocre, mais il fallait le faire, car c'est à l'issue de ce périple, que mes idées sont devenues précises en Tout.
Les chemins des destins ne sont pas toujours droits.... Redoubler n'est pas en soi un échec c'est mieux se préparer, assimiler pour continuer

Comme je devais faire la 6ème secondaire (1972) à la prochaine ouverture, déjà pendant ces vacances scolaires, je parlais l'Anglais que j'avais appris tout seul.
Au Ceg de Sor, je suivis alors normalement les cours jusqu'en classe de 4eme secondaire.
Toutefois, chaque vacance scolaire, je me débrouillais pour aller à Dakar voir maman et soeurs, Papa étant décédé depuis 1970.
Le voyage se faisait par train et je me dirigeais seul, en veillant:
-sur ma valise, pour éviter qu'elle ne soit volée,
-sur la gare de descente de Colobane pour ne pas aller jusqu'à la grande gare par ce qu'il fallait marcher jusqu'à la maison.
Le voyage construit

En début d'année de 3ème je fus renvoyé de l'école pour conduite subversive. (Qui peut imaginer ça chez notre sage qui nous enseigne le calme et la tempérance)
Mon niveau mental dépassait de loin celui de mes amis de même âge à Dakar comme à Saint Louis.
Et je commençais à m'ennuyer en leur compagnie. (Un jeune atypique par sa précocité)

C'est ainsi que je ne m'accompagnais plus qu'occasionnellement avec Eux.
Je me forçais à lier amitié avec de Grandes Personnes plus âgées, le plus jeune de celles-là pouvant être mon Aîné de plus de 15 années.
Malheureusement, ou heureusement, je me retrouvais ainsi introduit dans le milieu pas moral.
Mais j'ai toujours considéré cela, comme un passage expérimental qui ne devait durer toute ma vie.
Et je ne l'ai jamais fait par plaisir, plutôt avec beaucoup de dégoût, mais il fallait y aller jusqu'au bout pour voir et plus apprendre.
Je venais d'avoir entre 17 et 19 ans.
Mais je n'ai jamais pu oublier que je n'avais pas Droit à l'Échec, beaucoup plus maintenant que Papa ne vit plus.
Donc, je vaquais avec les plus grands que moi, j'avais toujours en Conscience que ce n'était qu'un apprentissage de la Vie, que cela ne pouvait durer, que tôt ou tard il faudra que je me fasse une vie plus saine.
Le milieu ou je me défonçais le plus, c'était celui avec des Militaires qui avaient loué une maison près de chez grand-mère.
J'y étais adopté par un des leurs, qui, très influent, y imposait ma présence malgré mon jeune âge.
C'est ainsi que j'étais initié à cette vie de «clochard».
Mais malgré mon renvoi de l'école, je me suis laborieusement débrouillé pour décrocher mon BEPC, le Seul Diplôme que j'ai pu avoir de ma vie scolaire.
Papa voulait que je sois un Brillant Cadre, j'étais devenu une Loque Humaine avec (trop dur avec lui-même, c'est le fort des forts):
-comme Seul repère: les paroles de mon cher oncle,
-comme seuls habits, 2 pantalons, 3 chemises toujours sales et mal odorants, une paire de sandales noués avec du fil de fer.
(Le Président Abdou Diouf, lors d'un reportage nous disait peut-être il y avait sa paire de chaussure rafistolée dans cette décharge)
Cette misère est aussi connue et beaucoup se reconnaîtront dans cette figure.

Je ne pouvais être orienté en classe de seconde par ce que j'étais admis à l'examen après oral de contrôle.
Alors l'oncle m'inscrivit pour reprendre la 3ème, pour pouvoir passer en classe supérieure avec une bonne moyenne.
C'était trop tard et j'avais plus la motivation pour continuer, avec le train de vie que j'avais.
La vie professionnelle commence

A ce moment précis, un de mes oncles décéda et son Frère syndicaliste s'arrangeait pour que je le remplace à son poste.
Je suis embauché à 20 ans, dans une grande Société d'État où j'accomplis une carrière de 40 années successives.
J'étais affecté au Service du Personnel et de la Solde.
J'ai eu la chance d'y trouver des Vieux/doyens qui étaient en fin de carrière.
Ils m'apprirent les rudiments du Job, et disparaissaient pour des mois.
J'étais toujours presque seul à m'occuper de la rédaction de tous les actes administratifs de la gestion des ressources humaines.
Je devais me prendre en charge pour assumer.
J'ai commencé par chercher, lire et apprendre Seul toute la législation du Travail, par les Textes, Décrets et Lois disponibles.
Mes amis qui avaient la chance de continuer leurs études jusqu'en Maitrise, pour certains, m'ont trouvé en fonction depuis déjà des années.
Et j'ai eu le privilège d'instruire leur dossier d'embauche.
Ce qu'ils ont étudié pendant de si longues années, j'avais l'avantage de le pratiquer avant eux, en partant des détails à l'essentiel de ce qui se faisait en la matière.
Malheureusement j'ai sombré et mon état était précaire.
Notre médecin d'entreprise me recommanda de consulter.
Mais un de mes oncle me proposa son ami médecin. Nous avons commencé par une audition, à travers laquelle je lui assurai qu'il ne pouvait me guérir par ce que mon problème était d'ordre psycho socio-économique.
Il me dit qu'on pouvait essayer.
Après Audition ou je faisais part de mes préoccupations, c'était ensuite pour le traitement externe et enfin l'internement pendant 2 mois.
J'ai toujours été conscient de ce qui se passait autour de moi. La charge, le poids que l'on posait sur cette jeunesse qui n'a pas fini de croître ;;;;
Mais il me fallait prouver au monde entier que je n'étais pas inadapté.
Alors bien qu'étant suivi médicalement, je continuais à entretenir le même train de vie qu'avant par des sorties régulières.
Et ce jusqu'au jour où plus que mal en point, je me résolus à comprendre que je n'avais en fait, rien à prouver à qui que ce soit; sinon qu'à moi-même: .
C'est ainsi que j'ai pu me relever au bout de 2 mois pour demander au staff de l'hôpital réuni de me libérer par ce que j'étais ok de ce qui avait motivé mon internement.
Tous les médecins, étonnés; furent contre cette idée alors que j'avais déjà une avance sur eux et leur traitement.


Je refusais la dépendance médicale.


Ils étaient obligés de me libérer au vu de mon insistance.
Ils n'étaient pas tous d'accord.
Mais j'ai imposé ma volonté de sortir et d'arrêter tout médicament, ce qui n'est pas d'usage en la matière.
Tous les patients doivent suivre un traitement à domicile ou le sevrage des médicaments s'opère progressivement suite à de multiples RV médicaux.
Le traitement s'effectue en termes de tranquillisant et relaxant.
Personnellement, j'ai décidé de changer de vie. -cigarettes et cola,
-thé et café, piment et tout repas assaisonné. (Sevrage et hygiène de vie)
Je devais me reconstruire définitivement une autre PERSONNALITÉ.
J'ai compris que je ne pouvais être Responsable que de mes Actes. La priorité c'est d'abord MOI-MEME.
Il s'agit de Ma Vie, et il m'appartenait de décider et de prendre ou donner un sens à ma vie. C'était en 1981, je venais d'avoir 24 ans quand je devais me fabriquer une Nouvelle Apparence de forme de Vie.
Hélas, j'étais endetté et sous la complicité de mon DG qui s'inquiétait de mon état de déchéance, je dus rester chez maman à Dakar 6 mois en convalescence.
C'était donc l'occasion de payer toutes mes dettes par des procurations émises.
Pour rappel, je gagnais tout juste un salaire de CFA 24 000, ainsi réparti:
-10 000 à maman et grand-mère,
-4 000 à petites soeurs élèves,
-3 500 paiement eaux et électricité grand-mère.
Que peut-on faire avec 6 500 CFA, pendant que mes amis Maitrisards gagnaient déjà 180 000 CFA.
Vous pouvez mesurer la misère dans laquelle j'ai vécu, et il fallait survivre.
8 mois après, je rejoins mon poste de travail, ou l'environnement avait totalement changé avec de nouvelles recrues.
Il me fallait me réhabiliter, ce que j'ai fait en allant à l'hôpital.
Il fallait aussi se réinsérer vite ou retomber dans les chaos.
Mais le milieu m'était hostile pour quelqu'un qui sortait fraîchement d'un centre de santé.


Les gens ne voulaient plus de moi dans leur société.


C'est alors que  j'ai commencé à jouer un Jeu d'intelligence avec beaucoup de prouesse alors, avec mon Dg, mon Daf et le Médecin d'entreprise.

Un pur jeu de Victimisation digne des grands politiciens!
On me taille sur mesures des Postes, car je me considérais d'un niveau intellectuel et professionnel qui me permettait d'occuper tout Emploi Administratif.
Quelle prétention de ma part!
C'est ainsi que je partis:
-de simple Commis à Commis d'administration,
-d'Agent Administratif, d'Agent Administratif Caissier à Contrôleur Vérificateur,
-de Chef de Section Administration à Chef de Service Convention des Financements Extérieurs (en charge du suivi financier de centaines de Milliards sous forme de Projets de Développement).
Mais pour la mise en oeuvre de tout ce parcours, je devais sortir de Saint Louis pour la campagne, pour 18 années de conditions de vie défavorables et difficiles.
Ross Bethio!


Aujourd'hui j'ai le sentiment d'être une personne libre socialement.


Je oui, Réussir SA Vie ou Réussir Dans La Vie, une grande nuance!
Du bas de l'échelle, j'ai gravi tous les échelons de ma Vie sociale et professionnelle.
En fin de carrière, j'ai redistribué à mes enfants tout un patrimoine immobilier, intelligemment gagné et accumulé depuis mes 24 ans.
C'est à ma retraite en Janvier 2017 que j'ai soldé le Prêt bancaire de ma dernière acquisition.
Alhamdoulilah, je vis d'une toute petite pension, HEUREUX, avec une Épouse qui m'a fait 3 filles depuis 1982.
Alhamdoulilah!
Les seuls loisirs de ma vie, restent cependant, les séries Telenovelas ou la compréhension est simple.
Avec des films de ce genre, nous apprenons à maîtriser nos émotions.
Ce sont nos scènes de vie racontées en images.
Et cela démontre comment l'intelligence humaine peut être mise en valeur à travers des interprétations de personnages dynamiques.
Les informations radiophoniques nous permettent également d'être à niveau sur les événements locaux et mondiaux.
La quête mystique

Par ailleurs, nous soutenons que <l'on naÎt="" philosophe,="" mais="" que="" l'on="" apprend="" À="" philosopher="">.


Cette thèse nous a conduits d'abord, à la négation et à la remise en question de tous les enseignements sociétaux reçus du système social. (La révolte, la remise en question)

Nous avons commencé avec le nihilisme divin, comme tous jeunes d'une certaine formation spirituelle.' Nier pour découvrir)
Nous sommes allés rechercher les preuves palpables de l'Existence de Dieu, auprès de toutes personnes symbolisant l'autorité religieuse.
Hélas, personne n'était en mesure de nous apporter des réponses satisfaisantes.
Alors nous comprimes que la résolution des problèmes divins ne se trouvait pas nécessairement dans la religion.
Des lors, nous étions alors convaincus que Dieu ne pouvait pas être plus loin de nous-mêmes.
Il est effectivement en nous, dans notre corps et Esprit. Il est bien Existant en Nous.
Et c'est cette Croyance qui a fini par Apaiser notre Âme dans notre corps périssable.
Nous avons finalement appris que l'Âme ne meurt pas (Cf. PLATON), elle demeure à jamais le Seul Compagnon du Bon Dieu devant l'éternité.
Alhamdoulilah!!!


D'autres parts, en matière livresque, nous avons juste lu:
-les Misérables de Victor Hugo,
-Madame Bovary de Gustave Flaubert,
-Paul Loup Pulitzer et -2 ou 3 autres dont la lecture n'a jamais pu être achevée.


En définitive, nous n'avons subi l'influence d'aucun Auteur, Penseur, Philosophe ou autre illustre personnalité intellectuelle.


Tout ce que nous produisons est simplement original.


Un pur produit de nos propres réflexions.


Très jeune, nous avons toujours ressenti le besoin de communiquer ce que nous détenons spirituellement.
Toute notre vie, avons recherché à transmettre et partager notre Savoir.
Mais c'est la forme du véhicule de ce partage qui nous avait jusque-là, handicapés.
Aujourd'hui à 61 ans; nous y sommes arrivés, Seul.
Nous savons communiquer par l'écriture toutes nos sensations.
Nous nous sommes recherchés et finalement, nous sommes retrouvés.
Seul le travail et la détermination paient!
Alhamdoulilah!!! Gloire à ALLAH!!!!
Notre ami a ses idée propres sur le  LIBRE ARBITRE

Juste dire, que pour glorifier notre Bon Dieu, qui a décidé de nous créer Humain, nous devrions le mériter par un meilleur exercice de notre LIBRE ARBITRE.
En effet Allah nous permet de Réfléchir et de faire des choix dans le Bon Sens ou le Mauvais.
Effectivement, Dieu Avertit de sanctionner toutes nos Actions, en Bien comme en Mal.
Toutefois, comme il nous a doués de Raison, je ne crois pas qu'il admettra que l'on se réfugia dans la fatalité du Destin pour justifier tous nos Actes.
L'homme se voit ainsi Prédestiné à n'accomplir que des bienfaits utiles à sa postérité.
L'homme peut bien donner de belles ou vilaines orientations à sa propre vie, par ses simples choix.
C'est donc après l'accomplissement final de telles orientations, que nous dirons .
Le Destin c'est la Destin-ation fin-ale, l'aboutissant de toute chose!
Le résultat de nos Actes et Inter-actes!
Cependant, Dieu décide seul, de notre Naissance et de notre Mort.
Et entre ces deux événements, il nous a Prédestinés à la Vie, en nous dotant de bon Sens, notre Raison.
C'est cette Raison qui fait la différence, en nous permettant de faire progresser notre simple Survie Biologique vers une véritable Existence Humaine.
Ainsi nous jouissons tous, de la faculté de discernement du Bien et du Mal.
Des lors, c'est notre LIBRE ARBITRE qui est le Juge de notre Conscience.


Sur la foi Pap nous dit ceci sur le créateur-ALLAH!


Et Dieu créa son Univers qu'il peupla de Ses Mondes à espèces uniques reproductibles!
Il est bien sûr le Seul à pouvoir Créer à partir d'un Néant Absolu.
C'est bien Lui, le Créateur de tout ce qui est VIE.
Hé oui, nul autre que Lui, ne sait Créer cette AME qui donne VIE.
Oui, tout confirme qu'il est l'Omniscient et l'Omnipotent!
Alors à LUI, l'ESSENCE de toute Science et de toute Puissance!
Et toute l'ingéniosité de l'homme ne s'appliquera que sur la Procréation.
Hé oui pendant tout son règne terrestre, l'homme ne saura que Transformer ce que Dieu a déjà Créé, lui-même inclus!
L'homme invente à partir de son imagination portée sur lui-même et son environnement!
Il est Matière, Dieu LUI, est Immatériel!
Et il est certain que, de cette Matière, dans laquelle IL a insufflé une Âme, IL en ôtera toute Vie!
De ce cadavre, il ne restera que des OS anonymes!
Mais chacune de leur ÂME demeurera distincte dans le souvenir des Vivants.
Seul, Dieu notre Créateur, pouvait Réussir cette si parfaite oeuvre qui est cet Être Humain, qu'IL a fait Matière et Esprit.
L'une périssable, et l'autre impérissable, le Tout en UN!
Nous disons humblement: Gloire à ALLAH!


Et il ajoute cette pensée forte qui peut être discutée : » Ce qui est certain, c'est qu'il n'y a aucun hasard dans le système universel, tout y est justement paramétré ».
Au total, nous retiendrons un parcours sinueux qui est l'apanage des grands. Il y a des gens qui ont une vie toute tracée et rectiligne c'est tant mieux. Notre ami Pap NDOY est un personnage qui nous apprend beaucoup sur sa vie qui ressemblerait à la vie de beaucoup avec des nuances prêtes.
Mais la force interne cette force vitale qui est en lui telle une lumière qui lui indique le chemin à suivre et qui aboutira quelque part d'attendu.
Ici dans face book notre ami nous fait partager ses idées sur sa fois, il ne fait que glorifier le Dieu créateur et c'est son droit. Sa façon de faire intéresse et conforte certains et tant mieux. Le partage est une générosité qui ne quitte pas cet esprit fertile et lucide.
Notre frère et doyen Pap dans sa façon de s'exprimer dans son écriture incite sans le dire certains à se calmer et à engager un débat apaisé.
Notre bonhomme aime la philosophie même si paradoxalement il n'a pas beaucoup lu, oui on peut faire abstraction des grands auteurs et penser par soi. Bien souvent quand je le lis je retrouve des concepts développés par certains grands auteurs.
La vie est semée d'embuche et Dieu nous a donné des outils pour les intégrer et les dépasser, notre ami Pap est de ces gens qui se sont forgés et construits tout seul et- c'est en cela qu'il est un modèle. J'apprécie beaucoup un autre aspect de Pap c'est quand il parle de ses enfants de sa femme, de la famille.
En Afrique on ne montre pas qu'on aime sa femme ses enfants tout est caché mais Pap dans un texte nous exprime cette facette de lui et j'ai apprécié. Mais je me suis dit que c'est aussi le charme des St Louisiens ou je me trompe c'est notre Pap NDOTY qui est comme ça.
Regard sur la femme /éloge

• Le mariage ne pourra jamais enlever aux époux leur individualité.
• Chacun d'eux, devra vivre sa propre vie du ménage en tenant compte de l'autre et de ce qui les unit.
• Quand l'un ne se préoccupe que des jouissances de sa personne, l'autre s'en trouve lésé, et blessé dans son âme; s'il est gagné par la frustration, alors là, les relations se déséquilibrent.
• Dans un couple, c'est donnant, recevant, et vis versa, en temps normal.
• En cas de carence manifeste d'un des époux à bien assumer son statut conjugal, en raison d'un formatage socio culturel très coincé, l'autre devra développer une stratégie pour maintenir l'équilibre

• En vérité pour un bon équilibre durable dans nos ménages, nous devons avoir l'intelligence d'aménager un espace légitime pour nos bonnes dames qui savent mieux faire certaines choses, que nous qui nous réclamons Chefs de famille.
Il est donc temps que chacun reste à sa place, car un ménage se fait à deux!
C'est notre orgueil et notre fierté mal fondée qui cassent la belle harmonie de nos ménages.
Nos enfants nous regardent, nous copient inconsciemment et vont nous juger!

-un système social qui ne permet pas à la femme de demander la main d'un homme pour mariage.
-la position naturelle de l'acte sexuelle disposant aussi que l'Homme se couche sur la femme et entre en elle.

Mais Dieu à doté cette dernière d'une PUISSANCE exceptionnelle nourrie par une SENSUALITÉ IRRÉSISTIBLE: aucun homme ne pouvant se passer de cette océan de plaisir; et cela, toutes les femmes en sont convaincues.
C'est leur arme fatale sur l'homme.
Alors ménageons-nous mutuellement dans un respect réciproque, pour le bonheur de tous, et pour une famille équilibrée.

Par ce que aussi, la femme est problématique, capricieuse et difficile à supporter dans son ( une idée que je ne partage pas mais que j'ai souvent entendu hélas).


Djigueine khamoul loudoul louko neikhe, donc c'est avec beaucoup de tacts et d'intelligence qu'il faut les .
Le coran nous demande d'essayer de nous rapprocher du comportement de notre prophète, mais seulement, tout le monde n'en a pas les capacités et aptitudes.
Le ménage se fait à deux dans la compréhension et la tolérance mutuelle.
Mais si l'on fixe tout aux prescriptions religieuses, personne ne saura être à niveau, par ce que c'est le meilleur qui est requis à ce niveau de perfection.
Dites-moi, qu'elle épouse SATISFAIT intégralement aux besoins de son mari?
De la tolérance alors!
La religion unit les liens du mariage, mais cela aussi peut se faire devant le Maire ou traditionnellement.
Donc, c'est un Jeu dans lequel chaque acteur doit jouer sa partition, c'est d'abord un lien de responsabilité, de devoirs et d'obligations réciproques guidés par la Raison et le Bon Sens; surtout des liens de complémentarité dans ce qui arrange la survie du couple.
La poursuite des intérêts du ménage, c'est cela l'objectif à atteindre à tous prix de concessions mutuelles.
Élevons nous alors au dessus des religions pour jour nous gérer en HUMAINS ADULTES, car la religion unit mais c'est le tribunal qui désunit, PENSONS -Y!

D'où que la domination physique ou spirituelle de l'homme en général n'est pas discutable.
Cependant qu'il y ait des exceptions de femmes leaders, cela se limite à la vie publique ou ce sont les capacités intellectuelles qui font leur loi.
Mais la religion, elle, gère nos Vies privées à l'intérieur des ménages.
En fin, les couples seront ce qu'ils sont tant qu'ils ne seront pas régis par la seule HAUTE VÉRITÉ DIVINE et loin des clivages de GENRE

Seuls ceux qui doivent rester en couple, le resteront, par ce que compatibles.
Alors cessons de situer les responsabilités d'un seul côté Homme ou Femme, on est tous responsables de nos échecs.
Personnellement je ne cesse de m'effacer, de m'éclipser, de me faire petit, d'avaler des couleuvres pour avancer et donner beaucoup plus de chances de survie à mon couple. (C'est une hauteur de vue et une intelligence qui manque a beaucoup, il faut agir à froid pour éviter le conflit, c'est un acte noble et non de faiblesse)

Aujourd'hui, je n'en regrette rien de mes attitudes, par ce qu'il s'est agit de jouer ma part de partition, que j'ai si bien jouer au point de vivre épanoui et détaché des turbulences socio-économiques, culturelles et familiales.
Alhamdoulilah, maa shaa Allah, pour ÊTRE GRAND IL FAUT APPRENDRE À ÊTRE PETIT, car il s'agit de sa propre vie à manager dans une UNION DOUBLE (mariage) OU MULTIPLE (société)!
Faisons l'effort individuel et Dieu s'occupe de tout ce qui nous dépasse physiquement et psychologiquement!


Lors d'un sujet brûlant sur le refus opposé par certaines femmes à participer à la gestion de la famille notre sage Pap Ndoy a joué le modérateur entre Salimata et Bakary et il dit «
Mon Professeur Bakary Gueye, je crois que chacun agit en fonction des valeurs qui fondent sa mentalité.
-Salimata Fall, yaw tamitte!!!
Il est vrai que le niveau de contribution des femmes africaines à la charge du ménage est diversement appréciée.
Déjà les activités ménagères souffrent d'une sous évaluation des maris qui ne les considèrent pas comme job.
Alors qu'il s'agit bien d'un travail physique et mental très épuisant.
La préparation des repas, l'entretien de la maison et des enfants, et surtout les exigences du mari ; tout cela devrait être évalué en terme de salaires.
Et on oublie souvent que, même très fatiguée par tout ce job à feu continue, elle doit encore apprendre à SOURIRE, à cacher son besoin d'affection et d'assistance matérielle que le mari ou les enfants n'arrivent pas à satisfaire.

Nos femmes sont fragilisées par toute cette charge socioculturelle et économique qui fait d'elles une sorte d'ESCLAVE qui n'a qu'un seul Devoir : celui d'obéir, de travailler, de donner du Plaisir, même quand elle est morte de fièvre, et enfin de porter des grossesses tout en continuant à satisfaire le besoin des autres.
Elle est une sorte de mécanique infatigable et insignifiante.

Professeur Bakary Gueye, c'est vrai que le problème est autre dans un ménage de salariés.
Nos sociétés ont effectivement ce problème de gestion matérielle de nos ménages; toutes les dépenses se trouvent naturellement à la charge du mari chef de famille.
Je considère cette façon de voir les choses un peu rétrograde.
Le ménage doit être le lieu de SOLIDARITÉ par excellence.
En réponse à notre amie il dit ; »

Oui Mariama Sarr, un rapport de complicité, d'entre aide et de générosité mutuelle!
Le ménage c'est la poursuite d'objectifs qui enrichissent en bienfaits bénéfiques surtout à la descendance qui observe et copie
Nous sommes leur premier modèle.

Professeur Bakary Gueye, la question est tellement simple que je n'irai pas chercher solution loin d'un ménage dans lequel j'ai participé à l'édification: le mien
En effet, je totalise 36 années de vie commune.
Aujourd'hui j'ai 61 ans.
J'ai eu l'avantage de comprendre que le problème majeur des couples c'est:
- quand et comment faire du SEXE,
--la gestion des charges matérielles et financières du foyer (la hiérarchisation des dépenses).
J'ai aussi compris qu'un de nos blocages c'était, notre mentalité d'Assister et de dépendance.


Au vu de ce décor compliqué, il fallait agir avec Raison et bon Sens.
Rien ne vaut la Paix en soi et au tour de soi!

D'abord jouer franc jeu en exhibant Revenu avec bulletin de Salaire sur la Table.


« Une pratique inconnue et révolutionnaire au Sénégal : Pap NDOY est en avance sur sa société- le budget vivre en fonction de ses moyens, dire ou exposer la vérité –Une femme
qui comprend sait mieux aider qu'une femme qui se fait des idées »
« Il y a longtemps le caricaturiste du Soleil Samba Fall montrait un petit mari planton de son état pour faire plaisir à sa femme dirianké revenir à la maison avec le plus gros mouton de tabaski du quartier. Ce mouton était largement au dessus de ses moyens, il fallait émerveiller son épouse quitte à s'endetter et survivre après ».P B C

Ensuite à la dame d'inventorier les besoins du ménage en fonction des moyens disponibles.
Après marchandage, un budget est arrêté d'un commun accord avec mes seuls revenus.
Et je n'ai d'exigence que pour ce que pour ce qui arrange la communauté familiale.

Pour tout le reste, c'est du <mougnalanter, et="" soutoura="">.
Pourquoi imposer à nos bonnes dames de contribuer, si cela débouche sur des conflits.
Nous convoquons l'islam sur des débats; alors que nous n'observons pas toutes ses prescriptions.
Nous en faisons ce que l'on en peut et qui nous arrange.

Le ménage ce n'est pas la guerre, ce doit être une recherche de bonne cohabitation.
C'est l'occasion de se diriger mutuellement avec intelligence.

Il s'agit plus de rééduquer SEXUELLEMENT les Grandes Personnes que nos enfants!
Combien sommes-nous à comprendre que l'acte sexuel est tout d'abord un Acte de générosité et d'abandon de soi pour le plaisir de son partenaire!

Combien de Grandes Dames restent non épanouies toute leur Vie à cause d'un mari qui ne se soucie que de son plaisir presque volé!
N'est ce pas une autre forme de violence!
Avant qu'elle ne profite de l'acte, l'homme est déjà !

Il faut apprendre à cultiver le contrôle de Ses Sens, avec le DJIHAD NAFS.
Il faut aussi apprendre à arriver à un niveau de perception qui ne nous fait Voir , qu'en ce qui est licite pour nous, toutes les autres n'étant que de simples Humains habillées et autrement présentées.
Des lors rien ne devrait nous divertir au point de nous faire agir INSTINCTIVEMENT, mais plutôt AVEC RAISON.
Il y'a tellement de choses dans cette vie qui sont plus Passionnantes que le Sexe.
Il nous faut de la mesure en tout!

Oui, à la condition que cette personne détienne des aptitudes capables d'une telle prouesse!
Dans un compagnonnage que l'on souhaite sincère et durable, il faudra, à chaque fois que de besoin, que le plus performant des acteurs s'oublie pour mettre l'autre à l'aise et à niveau.
C'est cela l'équilibre!

N'est ce pas cela la complémentarité ? Qu'il plaise à notre bon Dieu d'insuffler à nos pauvres Âmes l'indulgence et la tolérance, pour qu'enfin nous soyons libérés de l'égocentrisme; ce vice qui, en tout, met en évidence notre EGO! A méditer, l'homme à travers son parcours tel Cheikh Amidou Kane dans l'Aventure Ambiguë nous dresse le portrait de ce jeune homme surdoué et qui subissait les colère de son maître qui manifestait autrement son affection ;;;


Dans les idées de Pap on notera ici beaucoup de connivences accidentelles, lui qui n'a pas une grande culture livresque, ce qui ne lui a pas empêché de penser comme beaucoup de nos grands auteurs
Une somme de sagesse à lire et à méditer sur soi, le monde et ses mutations. Nous saluerons ici notre ami Pap qui a voulu nous partager sa vie, son épouse sa partenaire fidèle qui le met dans un état d'ataraxie nécessaire à la pensée et à la vie bonne et ses merveilleuses filles qui le protègent comme elles peuvent.
Grand merci à Pap, dresser ce parcours n'a pas été facile, que prendre que laisser ;
nous avons choisi de ne pas réduire la pensée de cet homme singulier, ce penseur libre et autonome qui nous gratifie chaque fois qu'il le peut de sa sagacité et de sa générosité.


Notre grand Professeur et savant le Pr Djibril Samb ne dit-il pas de Pap Ndoy que c'est un philosophe.
Et j'ajoute qu'il n'est pas un historien de la philosophie mais un philosophe comme Socrate, Kocc, Ndamal gossas, etc .


Nous espérons qu'il pourra faire de sa belle vie de son existence singulière et exemplaire un ouvrage pour la postérité.


Merci de la part ichrono.info
Saint Louis, ndar 2018

Pap Ndoy penseur libre et indépendant

à suivre sur FB et ichrono.info

Ces Femmes de l&#039;ombre, Personnes à respecter. 8 mars chaque jour en mode lumière.

 

Ces Femmes de l'ombre, Personnes à respecter. 8 mars chaque jour en mode lumière.

Le 8 mars est une journée de la femme certes et on parle de droit, d'égalité, etc, mais j'ai envie de parler de ces femmes en difficultés parce qu'elles ont enfants des enfants différents.
Ces mères ces femmes femmes vivent des moments difficiles.


Aujourd'hui telle une «chienne» qui protège ses chiots elles doivent se préparer 24/24 pour défendre leurs enfants des prédateurs et délinquants qui pratiquent les sacrifices humains dans certains pays africains.
Dans d'autres temps on aurait dit qu'elles sont des sorcières. Et les enfants dans tout ça ?


La vie n'est pas tranquille pour ces femmes et c'est pourquoi en ce jour m'a pensée va vers tout le genre féminin mais surtout à celles qui n'ont rien choisi et doivent assurer et assumer le don du ciel.
A Compiègne j'ai à l'occasion d'une conférence sur l'albinisme parlé de ce sujet oublié, ces femmes de l'ombre comme toutes ces vaillantes femmes du monde qui ont en commun le genre et qui souffrent de la misogynie.
Ces femmes qui mettent au monde des enfants différents ont le droit de vivre, d'être entendues, écoutées et aidées dans leur quotidien.
Enfants sans jambes ni bras, enfants albinos, bref enfants nés avec un handicap n'enlève en rien à l'humanité qui est en eux alors c'est à la société de les protéger et donner les moyens à ces femmes seules dans la solitude sourde du monde qui va et vient sans se soucier du différent, l'autre.
Cette société qui veut grâce aux outils de la médecine et des biggs data ou autres nous plonger dans un monde génétiquement modifié ou la perfection est recherchée.
Les violences faites aux femmes mais aussi aux plus fragiles enfants et vieillards en RDC Zaire : on ne doit pas les oublier.
Ces femmes qui meurent en accouchant, ces femmes qui ne vont pas à l'école et qui doivent chercher de l'eau loin très loin.
Ces femmes violées en Inde alors qu'elles vont faire leurs besoins
Ces femmes qui sont battues parce que femmes...
Ces femmes mutulées parce que la tradition le veut....
Ces femmes, ces jeunes filles mariées à l'enfance (mariages précoces). Ces femmes du Niger qui sentent mauvais « Aujourd'hui en Afrique, dans certains états d'Asie du Sud et au Moyen-Orient, environ trois millions de femmes sont touchées par un traumatisme qui les condamne à passer leur vie seules, exclues de la société. Pourtant, cette infirmité qu'elles pensent définitive est curable. Voici une cause sur laquelle on communique peu. Entendez-vous souvent parler de fistules génitales ? Sans hésiter, la réponse est non.
La fistule génitale est une ouverture anormale entre, d'une part, le vagin et, d'autre part, la vessie ou le rectum, parfois les deux. La conséquence de cet orifice est l'écoulement par le vagin, sans aucun contrôle, d'urine et de matières fécales. Pour les femmes concernées, les conséquences de cette incontinence sont nombreuses et tragiques : abandon du mari et de la famille, exclusion de la société, impossibilité de travailler. La plupart de ces femmes, pensant qu'il n'existe pas de remède à ce mal finissent par se laisser mourir. »
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/fistules-genitales-
Grace à l'éducation et à notre humanité nous devons comprendre que si la perfection était de ce monde on ne serait pas là et par conséquent nous devons nous respecter nous supporter et surtout aider ceux qui souffrent dans le silence des maisons ou la solitude de l'existence vogue inlassablement.
Voilà ce que ce je voulais apporter et dire en ce grand jour de la fête des femmes à travers le monde.P.B.C

Deux histoires pour donner à réfléchir et à agir pour changer nos regards et nos pensées

La sombre histoire de Jeanine in L'est Républicain Samedi 02/08/1997


Née la peau blanche, Jeanine est devenue noire après un traitement médicamenteux administré il y a vingt ans.
Cette mère de famille du Maine et Loire-FRANCE veut comprendre.

Jeanine GUERRIOU, 45 ans est noire. Pas blanc cassé. Mais noire, à la limite de l'ébène. Avec sa mésaventure, sans doute unique dans les annales médicales, elle se retrouve un peu marron, c'est-à-dire avec la personnalité d'une femme élevée dans la peau et la culture d'une Angevine modeste, et blanche donc, avant de glisser vers une apparence symétrique, plus sombrer, plus incompréhensible. » Au début, les gens du village me regardaient comme une bête de foire, une curiosité... »
Au Moyen âge, elle aurait incarné les mauvais démons, terrifié les manants aux croyances versatiles. La métamorphose s'est faire en douceur, insidieuse.


Quelques mois après l'accouchement de ma seconde fille en 1978, mes règles ne revenaient pas. Un médecin généraliste m'a conseillé d'aller voir un spécialiste dans une clinique de Lille, une ville où mon mari militaire de carrière était en garnison. Ce professeur m'a simplement prescrit des gélules d'op DDD. La pharmacienne m'a indiqué que ces médicaments n'étaient pas en vente libre. J'ai donc dû ^passer par la pharmacie centrale de l'HOPITAL DU VAR DE Grace à Paris »
Régulièrement, elle reçoit donc des boîtes cartonnées. Ce ravitaillement contient 500 cachets. « Je devais en prendre jusqu'à 22 par jour. >Peu à peu j'ai commencé à foncer. Même après l'arrêt du traitement.


L'inverse de Mickael JACKSON


Jeanine revient dans son village natal, à Seiche sur loir à 20 kms d'Angers dans le Maine et Loire.
« Les 1 ers mois, je n'osais pas sortir. Imaginez... » confie-t 'elle en montrant une photo d'elle en noir et blanc style année 60, où elle est résolument pâle.


Pensant des années, elle est quasiment restée cloîtrée dans son coquet pavillon, élevant péniblement ses deux filles avec un évident courage. « Mon mari m'a quitté. Cela ne devait pas être facile à admettre pour lui. Je suis restée sans ressource, mais on s'en est plutôt bien sorti.


Delphine et Sandrine ont tout de même suivi un cursus et trouvé de petits jobs »Bien entendu, je n'aurai je n'aurai pas eu les moyens de payer de grandes études» glisse Jeanine sans larmoyer.

Elle a juste assumé cette surréaliste mutation, irriguant ses larmes de l'intérieur, voyant sa peau brunir inexorablement à une époque où la presse évoquait Michael Mickael Jackson et ses millions de dollars dépensés pour blanchir.


Le plus souvent elle recevait ses plus proches amis, les plus comprréhensibles, le splus tolérants, les moins voyeurs.


Pas un vidéo gag


« Voici peu de temps, nous avons fêté les cinquante ans de mariage de mes parents. On a fait une belle photo de famille. Le fiancé d'origine africaine d'une cousine, m'a demandé si j'étais depuis longtemps dans la famille et si je n'avais pas de difficulté pour compte tenu de ma couleur... »


Pas facile de trouver les mots pour traduire ce destin.


Les anecdotes suffisent. Cruelles, « A la plage, une femme m'a intimé de retourner dans mon pays. Quand je lui ai raconté mon histoire, elle était très gênée ».


Les tabous et les moqueries s'enchevêtrent. »

A chaque fois je sens un malaise, les gens chuchotent. A Seiches-sur-Treilles justement, elle a rencontré par l'intermédiaire d'une amie un je jeune avocat Me Tapé TOHO. Ce jeune juriste avait fait ses études à Nancy, où il vient de s'inscrire au barreau. « Il a été très touché par mon histoire. Il va m'aider à connaître la vérité, savoir ce qu'il m'est arrivé. Peut –être ai-je servi de cobaye sans le savoir. Si c'est le cas, c'est honteux.
L'avocat a travaillé presque deux ans sur ce dossier avant de tenter un référé à Saumur contre la clinique.
La famille a gagné le 1 er round.. Le magistrat a ordonné une expertise. Jeanine espère secrètement et exorcise cette déclinaison charnelle du dilemme philosophique « je est un autre » par une anecdote : au tribunal, le juge m'a demandé de l'assurer qu'il ne s'agit pas d'un vidé-gag »
Par Alain DUSART

Soundjata Keita, l'enfant-lion, l'enfant-roi, c'est l'histoire d'un héros pas comme les autres... Au clair pays de la Savane, naît un prince, fils du buffle, fils du lion. Les présages disent qu'il sera roi, mais un roi qui ne marche pas, personne n'a jamais vu ça !

Dans sa course folle vers sa destinée, il nous fait vivre bien des mystères : rencontre les neuf sorcières envoyées par sa belle-mère jalouse, la première épouse de son père et affronte les fétiches du terrible roi sorcier, Soumahoro Kanté ! Un spectacle où se dessinent, à travers chants, théâtre et danse, les artifices d'une légende africaine sur une toile universelle. Un voyage, une rencontre qui, au-delà du folklore, nous entraine dans un univers où l'Orient et l'Occident s'interpellent pour faire revivre du fond des âges un mythe ou un hommage. Un souffle venu d'ailleurs, qui parle d'autrefois, au royaume du Mandingue, le sacrifice est roi.


Femmes de l'ombre : Nana Triban, la main du destin de Soundiata


(MFI) Le Mali est un haut-lieu de l'Histoire. Ses griots ont chanté ses épopées et nous ont transmis les événements qui ont concouru à la gloire de ce qui fut un grand empire. Nous connaissons ainsi les noms de rois du Manding et, parmi eux, celui de Naré Maghan qui fut le père de Dankaran Touman et de Nana Triban, nés de sa première femme, de Soundiata Keïta né de la deuxième, et de Manding Bakary né de la troisième épouse. De tous les enfants royaux, le personnage de Nana Triban, sœur du héros, dont le rôle fut pourtant crucial, a été moins souvent étudié.


Tout commence à Niani, la capitale du royaume. Sassouma Bérété, première épouse du roi a mis au monde un fils, Dankaran Touman, et une fille Nana Triban. Un soir, alors que Dankaran est venu s'asseoir aux côtés de son père sous un fromager qui étend son ombre apaisante, un maître-chasseur étranger s'avance, s'incline devant le roi et dépose devant lui un gigot de la biche qu'il vient de tuer.

L'entourage apprécie le geste et rappelle au roi que les chasseurs de cette région pratiquent l'art divinatoire et que l'étranger pourrait bien utiliser son savoir pour prédire l'avenir du royaume. Les cauris parlent, ils annoncent au roi par la bouche du chasseur que l'héritier du trône n'est pas né, qu'il lui faut pour cela épouser une femme-buffle, une femme laide et bossue. « C'est elle, dit-il, qui mettra au monde le futur conquérant, l'héritier qui fera la grandeur du royaume ». Le roi n'oubliera pas cette prédiction, il épousera Sogolon Kedjou et lui donnera l'enfant que le Manding attend.

Petit estropié, futur conquérant

Mystère du destin ! Le petit Soundiata se traîne à terre, ses jambes ne le portent pas. Comment pourrait-il devenir le conquérant annoncé ? A la mort de Naré Maghan, désignés par le Conseil des Sages, le jeune Dankara Touman prend la tête du Manding et Sassouma Bérété devient régente.

Sogolon humiliée, Sogolon objet de moqueries, Sogolon qui pleure... Comment un fils peut-il supporter cette vision ?

Un beau jour, l'enfant infirme, pour l'amour de sa mère, s'empare d'une barre de fer, se redresse sur ses jambes et commence à faire trembler son entourage. Sogolon a senti le danger. Il faut fuir Niani où la vie de son fils est désormais menacée. Profitant de l'obscurité de la nuit, elle part, emmenant avec elle Soundiata et son demi-frère Manding Bakary qui restera toujours son plus fidèle ami. Le roi du Mema, un ancien allié de Naré Maghan accueillera les exilés qui passeront plusieurs années dans cette cour amie.

Nana Triban, bien que fille soumise à sa mère, ne l'a pas suivi dans sa haine. Elle a de l'affection pour ce petit frère estropié. Elle a eu pitié de lui lorsqu'il se traînait à terre, elle l'a admiré lorsqu'il s'est relevé, elle ignore encore ce que sera son destin.


http://www1.rfi.fr/fichiers/MFI/CultureSociete/

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Video galleries

logotwitterFacebook