Le coin de Pape CISSOKO

Nos candidats à la présidentielle 2019 au Sénégal et la nécessité de la création d'un corps social sénégalais : répondez au peuple

Nov 02, 2018
Nos candidats à la présidentielle 2019 au Sénégal et la nécessité de la création d'un corps social sénégalais : répondez au peuple

Nos candidats à la présidentielle 2019 au Sénégal et la nécessité de la création d'un corps social sénégalais : répondez au peuple


Pour un débat télévisé de tous les candidats au Sénégal. Mettez les gants.


Tout le monde s'agite. Les partisans gigotent et louent leurs héros.
Le pays est en effervescence, les citoyens d'ici et de là-bas se mobilisent.
La presse et les réseaux sociaux s'activent pour informer, montrer, etc.
Les forces de l'ordre sont sous pression, L'armée tend l'oreille.


L'Etat bafouille et se montre plus violent, il arrête, démit, emprisonne : et le sage chinois de dire que ": 'quand l'empereur est agité, le peuple est malade'.


Oui notre peuple, notre pays est malade et qu'on ne vienne pas me dire que tout va bien.


Ce n'est pas ces grands travaux, ces milliards dont on parle, qui font l'Etat normal d'un pays. Un pays qui va bien c'est un pays où les citoyens travaillent, se soignent, et ont une conscience citoyenne et patriotique qui dépasse les contingences religieuse ou ethnique etc.
Je constate que Macky Sall qui avait promis le changement, la patrie avant le parti a échoué et tout s'écroule avec sa politique. Qu'on ne vienne pas me dire de regarder l'Aéroport de Diamniadio ; le Sénégal est un pays de Nos candidats et la nécessité de la création d'un corps social sénégalais

Tout le monde s'agite. Les partisans gigotent et louent leurs héros.
Le pays est en effervescence, les citoyens d'ici et de là-bas se mobilisent.
La presse et les réseaux sociaux s'activent pour informer, montrer, etc.
Les forces de l'ordre sont sous pression, L'armée tend l'oreille.


L'Etat bafouille et se montre plus violent, il arrête, démit, emprisonne : et le sage chinois de dire que ": 'quand l'empereur est agité, le peuple est malade'.


Oui notre peuple, notre pays est malade et qu'on ne vienne pas me dire que tout va bien.


Ce n'est pas ces grands travaux, ces milliards dont on parle, qui font l'Etat normal d'un ^pays. Un pays qui va bien c'est un pays où les citoyens travaillent, se soignent, et ont une conscience citoyenne et patriotique qui dépasse les contingences religieuse ou ethnique etc.
Je constate que Macky Sall qui avait promis le changement, la patrie avant le parti a échoué et tout s'écroule avec sa politique. Qu'on ne vienne pas me dire de regarder l'Aéroport de Diamniadio ; le Sénégal est un pays de 210000 kms et de plus 15000000 d'habitants avec plusieurs peuples régions etc.
Le Sénégal comme dit Elgas dans "des Dieux et des hommes" il y a au Sénégal des murs sociaux, la cohésion sociale qu'on connaissait a changé de camp ou disparu, il nous faut un projet national inclusif et c'est possible d'envisager ce vivre ensemble que Monseigneur Thiandoume, le khalife des Tidiane Mame Maodo SY le mouride.


L'Etat travaille pour le bien commun, le vivre ensemble, la solidarité vertueuse et une démocratie féconde.


Il faut que notre pays et l'Etat mesure l'ampleur de la déliquescence sociale et de la perte des valeurs et la dégradation du service public.
Il faut des actions correctrices urgentes pour redonner du cœur, de la motivation aux citoyens ,condition du développement socio- économique sain.
Nous devrons bannir certaines pratiques qui plombe notre émancipations nos libertés : la magie, les fausses religions, les coutumes et cultures néfastes.
Il faut au Sénégal du Réalisme politique et saluons ici feu le Pr Ibrahima Sall qui nous invitait à la Révolution politique avec le concept de mandat unique.
Le citoyen sénégalais n'est pas un vrai citoyen tant sa liberté est inféodée dans des systèmes qui l'enferment et le guident. Ce poids il faut s'en désaliéner et s'émanciper sans tordre le cou à l'Essentiel.


Rappelons des faits ; l'importance du droit de vote. Ce n'est pas les élections qui garantissent automatiquement de la qualité démocratique. Celle-ci est reconnue quand la volonté du peuple à travers le suffrage universel est respecté. Il faut penser l'alternance et limiter les nombres de mandats comme dans les grandes démocraties.
A quoi sert l'alternance démocratique sinon de de nous démontrer la pluralité des intérêts et des opinions au sein des populations. Le peuple conscient et conséquent empêchera ainsi la monopolisation du pouvoir par un parti.
Il faut faire attention à l'idée que le pouvoir Corrompt et le pouvoir Absolu Corrompt absolument et il faut à tout prix éviter ces dérives.
Lors des élections chacun a le droit d'être candidat mais une pléthore de candidatures folkloriques est l'apanage des pays africains et cela ne sert que le parti au pouvoir. Plus candidats sont nombreux plus l'électorat est dispersé alors que ceux du pouvoir est plus motivé et discipliné et va aux urnes. Il faut voir avec le FN en France, quand les gens s'abstiennent ses partisans vieux ou malades, qu'il pleuve ou qu'il neige, cela ne les empêchera pas d'aller faire ce devoir citoyen : voter.
Le droit d'être candidat nous engage aussi à une certaine liberté de conscience ; liberté de culte sans que cela perturbe son choix individuel et l'ordre public.
Le citoyen attend une sécurité maximale de la part de l'Etat, il doit pouvoir circuler sur l'ensemble du territoire sans encombre ni besoin de forces occultes.
Bref les droits linguistiques, à la nationalité, la liberté de pensée sont des droits à promouvoir.
Les médias sont les gardiens de l'intérêt général car ils doivent permettre que chaque opinion puisse s'exprimer librement sur les affaires publiques. Ils relaient les informations pour réduire la précarité de l'information.


En ces temps de pré campagne ou tout le monde s'agite je / nous demanderons aux candidats ce qu'ils comptent apporter au pays.
Que feront-ils de mieux que les autres, quels s sont leurs projets sur divers sujets qui inquiètent les concitoyens.
Toutes les questions doivent être posées pour qu'il n'y ait pas de méprise :


Vous êtes candidats quels sont vos projets pour changer le système éducatif sénégalais qui vacille ?


-La formation des enseignants, les abris provisoires, la scolarisation des filles, le contenu des cours, les moyens des enseignants, le numérique à l'école. Avec la mondialisation nos élèves ne doivent pas être victime de la précarisation numérique.


Lors de la visite de Macron dans une école le Président Sall et le ministre de l'éducation nationale ont été pris en flagrant délit de maquillage de la vérité. Etc
-La sécurité et la justice. L'indépendance de la justice est un Bien absolu et aucune compromission ne doit être possible. Un pays qui est victime d'une justice orientée ou aux ordres engendre la violence et le sentiment d'injustice. Ce sentiment plonge les uns et les autres dans un abandon voire une démission ou dans un fatalisme alors que la justice doit être rendu par des hommes juste.


Trop de violence, sur les routes, autoroutes, dans les familles, violence faite aux femmes, aux enfants, abus sexuels, viol, pédophilie, etc , les daïras ; les sentiments d'immunité créent ce désordre.


N'oublions pas la violence des cols blancs.


L'économie ; un pays au sous-sol riche, une jeunesse nombreuse et capable de tenir la route.
Il faut corriger les statistiques sinon on ne peut rien programmer. Si les données sont fausses les résultats seront faux.
Il y a des pans de l'économie sénégalaise qui sont en périphérie alors qu'ils pourraient générer du travail donc des emplois.
Les moyens de transports sont à privilégier, la voie maritime, la voie des airs et la route.
L'agriculture au Sénégal est un secteur sous-estimé alors que les fruits pourrissent. Il y a tant de choses à faire dans ce domaine, il y a potentiellement tant d'emplois à pourvoir, il faudrait en parallèle former les gens pour plus d'efficacité. Attention aux produits chimiques qu'on nous offre, ce sont des cadeaux empoisonnés quand certains pensent que les produits africains sont en général tous sains et bio.


Les handicapés, les maladies rares la prévention sont des réalités à considérer.


Je suis ravi de savoir qu'il y a des écoles agricoles à Bignona et ailleurs qui assurent des formations de qualité.


-Le genre, la femme n'est pas une chose, c'est une personne comme chiffre absolu.

Elle doit être respectée. La natalité doit être un sujet à débattre, on ne doit plus faire des enfants qu'on lâcherait dans la rue. Faire un enfant est un projet et exige une certaine responsabilité.


La santé, ah un sujet difficile, mais si les pays pauvres ne comprennent pas que la prévention est le meilleur rempart ils n'auront rien compris.
Nous consommons tout ce qui vient d'ailleurs sans savoir les contenus.
Nous mettons sur nos peaux des produits toxiques et l'Eta n'a aucun contrôle sur les produits illicites. La médecine parallèle, les pharmacies des parterres, les charlatans jouent avec la santé des citoyens, il faut réglementer ces secteurs.


Que peut-on faire contre les magiciens, les faux marabouts qui plongent le pays dans une psychologie de destruction. La diaspora et les locaux sont pris dans cette crainte du mauvais sort. Il faut cultiver le travail et mettre un terme à ces gens qu'on paye pour « empêcher » les autres d'évoluer ou de réussir. Pourquoi ne pas applaudir celui qui par son mérité a réussi. Nous devons cultiver pour transformer le psychisme du sénégalais pour qu'il se mette au travaille, refuse la paresse, la main tendue et l'assistanat.


Au Sénégal rien ne se fait sans chercher la bénédiction ou les prières des marabouts. Je n'ai rien contre mais on doit pouvoir se désaliéner et être libre pour décider de sa vie sans porter atteinte à celle du concitoyen. Il faut lutter contre ces mentalités.


Le pays doit pouvoir éduquer le citoyen à la vertu pour mieux agir. Dans le Wird Tidjiane et autres on voit des règles de direction pour bien se conduire.
La laïcité, la liberté de pensée, l'homosexualité, l'invasion des religions dans l'espace public, la polygamie, le terrorisme, le radicalisme sont des sujets à aborder.
Les pays pauvres jouent avec les biens publics, il faut une justice au-dessus de tout pour empêcher les pots-de-vin, la corruption, la concussion, le trafic d'influence, le clientélisme, le népotisme et l'enrichissement illicite.


Ces maux entravent le développement des pays surtout pauvres. On entend parler des milliards mais on voit des politiques qui deviennent riches et certains disent que le moyens de s'enrichir au Sénégal c'est de faire de la politique.


La justice doit protéger tous les citoyens.


Nos pays sont remplis de gens éduqués, nos grands frères avaient fait des choses dans le pays pourquoi abandonner certaines voies.
Les peuples africains peuvent puiser dans la Charte du mandé de1222 venue 7 ans après le Magna Carta de 1215 des anglais et antérieur à la déclaration des droits de l'homme de 1789. L'Afrique a des sources intéressantes et on se demande pourquoi elle peine à avancer. Au contraire elle régresse comme si la notion de progrès nous était étrangère.
L'environnement, l'écologie, l'érosion, l'hygiène, nos amis Cécile Thiakane, Amadou Tidiane Niane et d'autres nous parlent souvent de ces sujets qui ne sont pas respectés dans nos pays alors que ce sont des faits importants.
Sur la sécurité routière aussi l'association qui lutte contre l'indiscipline nous montre chaque jour des faits inimaginables. Il faut éduquer et réprimer. Il faut des campagnes de communication pour éveiller les consciences et empêcher les dérives.
La pauvreté extrême conduit au défaitisme et engendre des comportements déviants qui choquent. Les jeunes au lieu de travailler préfèrent le suicide dans les eaux de la méditerranée. L'herbe n'est pas toujours plus verte ailleurs.

A nos chers candidats, le continent a un taux d'ensoleillement important quelle politique de l'énergie solaire, sachant que le seul coût sera dans l'investissement et l'entretien.
Il faut contrôler le contenu des télévisions la publicité on brade l'argent on incite à tout on fait la publicité de produits toxique on incite au xessal qui est un problème de santé public et un phénomène d'aliénation mentale.
Les mœurs sont en retraites et on voit de tout au nom de la liberté, liberté oui mais la retenue aussi est vertu.


Le Tourisme, la position géographique, la langue, et les nombreux sites sont une manne pour l'économie et l'emploi au Sénégal.


Je reviens à la formation Pourquoi cultiver l'enseignement supérieur important mais que faire des formations courtes et qualifiantes : la formation professionnelle est un secteur porteur.


On arrive à nos relations avec le monde.


Depuis les indépendances l'Afrique est toujours sous colonisation fine et les occidentaux profitent pour nous extorquer nos biens qui nous reviennent plus chers une fois manufacturées.


Pourquoi ne pas revoir notre coopération, la diriger vers d'autres pays émergents tout en se méfiant de la Chine. Les relations sud/sud sont à prioriser, la création d'un marché inter africain est une opportunité à recréer.


La diaspora est source de biens comment l'impliquer dans le système du pays d'origine ?


Le Sénégal est devenu un chantier ouvert avec une indiscipline notoire chacun construit sans respecter les normes et conséquence les accidents sont légion, que proposez-vous,
Trop de litiges fonciers et d'd'impunité il y a lieu de revoir cette situation qui perturbe beaucoup l'équilibre des familles.
Dans la santé j'ai parlé de la prévention la santé publique, le diagnostic prénatal.

L'urbanisation a ses exigences, l'adresse, les rues, les boites postales, l'électrification, que comptez-vous faire ? La notion d'adresse c'est savoir qui est où c'est un recensement efficace pour comprendre et sécuriser le pays. Cette sécurité a été faire aussi au sujet des numéros de téléphones.
A présent pour avoir un numéro de téléphone il faut donner ses coordonnées.
Le climat, l'environnement, le réchauffement climatique, il faut y penser.


On pense à tort que l'Afrique avec ses grandes superficies sera le centre du monde hélas à ce rythme non, nous ne faisons que reproduire ce que les occidentaux rejettent, nous singeons sans vergogne et sans conscience éthique.


Nous terminerons en faisant appel à Kant pour qui le devoir est un phare et la vie selon lui ne vaut d'être vécue que si elle s'efforce de faire le bien. Il me plaît ici de convoquer un auteur méconnu du grand public, Ivan ILLICH qui mène une critique radicale du monde moderne qui asservit les individus, détruit les communautés et ruine l'environnement. Il en appelle aune société conviviale dans laquelle chacun puisse vivre de manière à la fois frugale, libre et joyeuse.
Un autre penseur Peter Singer né en 1946 nous invite à diminuer la souffrance dans le monde avec une idée toute : limiter le superflu.


Le pays occidentaux peuvent empêcher les morts de maladies qui ne tuent plus en occident en limitant les dépenses pour les biens non nécessaires (gadgets, habits onéreux, voiture de luxe, etc.) Il faut développer la philanthropie, donner le surplus d'argent aux associations.


Le Sénégal est un pays à ne jamais diviser, le vivre ensemble est une philosophie, il ne faut jamais au nom de la politique faire autrement, c'est aussi aux citoyens d'être le garant de cette spécificité.


Pourquoi ne pas réunir les candidats sérieux pour un débat télévisé, ce serait une première et les maques tomberont il me semble.


Tous différents mais tous pour une patrie qui nous unit : le Sénégal émergeant.


Pour un Sénégal debout il faut une autre manière de conduire sa vie et la politique.

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook