Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

Ex-libris

Publié dans Ex-libris

Sarcelles Dakar de Insa Sané ( Franco-senegalais)

Déc 08, 2017
Sarcelles Dakar de Insa Sané ( Franco-senegalais)

 

Sarcelles Dakar de Insa Sané ( Franco-senegalais)


Merci à Marie-Therese LEBLANC de nous avoir soufflé cet ouvrage surprenant et riche ...Pape B CISSOKO


Djiraël habite Sarcelles. Il vit entre les copains, les fringues de marque et les histoires de filles. Avec sa mère et ses frères, il part en voyage dans son pays d'origine, le Sénégal. Il retrouve sa famille qui l'appelle le « Francenabé », la vie dure, la pauvreté. Peu à peu, on comprend que ce séjour a pour but l'enterrement du père de Djiraël, avec qui il était fâché. Les rituels, une conversation avec un vieil homme apaiseront le jeune homme. De retour en France, il ose dire son amour à Farah.

Roman initiatique entre modernité et tradition, adolescence et âge adulte, Sarcelles Dakar séduit avant tout par sa maîtrise littéraire. Le narrateur Djiraël raconte son périple en phrases courtes, émaillées de nombreux dialogues, avec un vocabulaire parlé et souvent du verlan. Le récit est interrompu par des « interludes », points de vue d'autres personnages, de courtes et poétiques fables africaines à la superbe langue, et surtout par le récit du vieux Kadiom. L'histoire de celui-ci - un amour impossible avec une femme qui hantait bizarrement les rêves de Djiraël-, ses qualités supposées de sage et de revenant de l'au-delà vont faire basculer le jeune homme. Non seulement il se sent réconcilié avec son père, mais, de retour à Sarcelles, il n'est plus aussi intéressé par le paraître devant les filles, et découvre le pouvoir de la sincérité.


Cette aventure personnelle finement amenée au fil des pages, sensible derrière le masque de la vantardise de son narrateur, se double d'une description vivante de deux lieux que tout semble opposer : la banlieue parisienne – cités, transports en commun et sorties avec les « meufs » –, le Sénégal – chaleur, pauvreté et taxis dans la brousse. Et toujours, le même sens de la débrouille (au mépris de la légalité), l'appétit de vivre de toute une génération qui navigue entre plusieurs pays. Le talent d'auteur d'Insa Sané éclate dans ce premier roman à ne pas manquer, complété d'extraits vidéo et audio du texte sur le site web de la collection (http://www.exprim-forum.com).
http://editions-sarbacane.com/
les critiques suggestives :
les mots clefs : roman initiatique chronique sociale roman social roman littérature jeunesse histoire littérature pour adolescents racisme immigration banlieue poetique pauvreté réaliste écrivain femme dakar changement de vie voyage initiatique adolescence afrique


Stellabloggeuse

Dans ce roman, Insa Sané nous emmène en voyage. Nous rencontrons Djiraël, jeune sarcellois d'une vingtaine d'années, qui traîne sa carcasse d'ennui en petites combines, et dont le plus grand plaisir est de collectionner les filles. Trois mois auparavant, le père de Djiraël est mort, et sa dépouille a été rapatriée au Sénégal. La mère de Djiraël décide donc d'aller lui rendre un dernier hommage.


Djiraël n'est pas enchanté par ce voyage, mais il découvre cependant peu à peu ce pays où il est né, qui lui est peu familier. Insa Sané entraîne son héros et le lecteur dans un voyage initiatique qui lui fait parcourir une partie du Sénégal, pour se réconcilier avec son passé, ses origines.
C'est un roman très agréable à lire, dont l'action se déroule de manière très naturelle. On est immédiatement « dedans » : le personnage est touchant, on veut aller jusqu'au bout de l'aventure avec lui.


Il nous fait réfléchir également, et nous éclaire sur la vie d'un jeune immigré dans les cités parisiennes. Ici, il est vu comme un étranger. Mais surtout, Djiraël subit les pressions de sa famille, qui veut qu'il réussisse à tout prix, qu'il saisisse sa chance. Mais il vit également les mêmes choses que tous les jeunes hommes de son âge : les incompréhensions entre garçons et filles, traitées avec beaucoup d'humour, où la difficulté d'exprimer ses sentiments (en famille comme en amour).
En Afrique, Djiraël est vu comme un privilégié, un « Francenabé ». Ses cousins n'hésitent pas à réquisitionner ses vêtements de marque ! Djiraël découvre une toute autre misère que celle des cités : « Je voyais des mômes qui n'avaient plus l'air d'être de enfants, alors je me suis dit qu'ici les enfants devaient naître vieux. Ça m'a foutu les boules. »


A la manière d'un conteur africain, Insa Sané nous apprend à mieux connaître le Sénégal. Il évoque l'incompréhension des sénégalais enrôlés dans la Première Guerre Mondiale, inconscients d'avoir une patrie nommée « la France ». Mais surtout, il restitue l'importance de la magie, qui imprègne la vie quotidienne, et qui rendra à Djiraël un peu d'espoir, de foi.


Je n'ai plus grand-chose à ajouter, à part souligner une nouvelle fois la belle écriture de cet auteur, tantôt « brut de décoffrage » et naturelle, tantôt poétique et envoûtante. Rythmée, quoi qu'il arrive. Parfois lyrique, comme dans cet extrait où il compare la vie humaine à une vague :
« Nourrie d'abondance, la vague ondule,fluide, diffuse et presque insouciante. Elle flâne, joyeuse, innocente et turbulente ; le ciel l'embrasse de ses lèvres bleues. [...] Les chatouilles de la brise lui soutirent un éclat de rire. Elle monte et elle descend. C'est l'âge espiègle où l'aube brille de mille promesses. »
Je vous laisse sur ces bons mots, en vous invitant à découvrir de toute urgence cet auteur humain, réaliste, drôle et sensible (oui, rien que ça !).


Lien : HTTP://ROMANS-ENTRE-DEUX-MON..

Ars legendi, un peu de littérature dans ce monde de brutes !
Sarcelles Dakar, d'Insa Sané


Djiraël vit à Sarcelles avec sa mère, ses deux frères et sa petite sœur. Son morne quotidien est rythmé par les séances de drague, les contrôles de police, les combines foireuses dans lesquelles l'entraînent ses amis, notamment Youba, avec qui il traîne la plupart du temps. Malgré sa relation avec Alexandra, sa copine « officielle », il n'a d'yeux que pour Farah, la seule fille avec laquelle il se sente vraiment bien, même s'il n'arrive pas à le lui dire. Mais elle est arabe et il est noir, et dans la cité, ça ne se fait pas. Comble de malchance, il doit se rendre au Sénégal avec toute sa famille, pour se recueillir sur la tombe de son père, mort depuis trois mois et dont la dépouille a été rapatriée dans son pays d'origine. Pour Djiraël, ce voyage ne rime à rien : de son vivant, son père n'a jamais su lui témoigner la moindre affection, et le jeune homme le lui rendait bien. Face à la détermination de sa mère, il finit par céder et arrive à Dakar. Aussitôt, il est surnommé "le Francenabé". Lui qui se fait régulièrement traiter d'étranger en France n'est pas non plus à sa place dans ce pays qui semble ne pas vouloir de lui. Pourtant, au fil des jours et des rencontres, Djiraël va découvrir le moyen de renouer avec ses origines... et avec son père.

Il y a des livres qui donnent, d'emblée, un mauvais pressentiment. Avec son titre en forme de challenge sportif et sa couverture criarde, celui-ci en fait partie. Les premières pages, très marquées par l'aspect "banlieue", avec verlan, petite délinquance et pauvreté, font craindre le pire. Et pourtant, dès l'arrivée de Djiraël au Sénégal, le roman change de dimension. Adieu la chronique sociale, bonjour le lyrisme, la sagesse proverbiale et les contes africains. Avec une sensibilité insoupçonné, l'auteur nous entraîne dans un univers extraordinaire, où les esprits et les hommes vivent en harmonie, où l'amour est l'enjeu d'une quête aux multiples épreuves, où les rites et les croyances ancestrales donnent son sens au temps qui passe. À travers un roman initiatique parfaitement maîtrisé, l'auteur entraîne Djiraël sur le chemin de la connaissance de soi, de l'apaisement et de la sagesse. Au fil des pages, le héros se dévoile, perd ses certitudes et oublie son orgueil, pour accepter d'apprendre à regarder, d'apprendre à aimer et à comprendre.

Lorsqu'il revient à Sarcelles, lui qui ne se sent chez lui nulle part, c'est un jeune homme transformé, apaisé et prêt à tous les sacrifices par amour. Avec un style qui rappelle par moments les plus belles pages de Laurent Gaudé, Insa Sané a un talent exceptionnel pour raconter l'Afrique, mais sa façon de présenter les banlieues est également appréciable : loin des clichés et des stéréotypes, l'auteur présente des "quartiers" sans fioriture, où règnent la débrouille, l'optimisme et l'envie de s'en sortir. En bref, un road-trip passionnant, aux accents poétiques, où l'écriture se transforme et gagne en profondeur à mesure que le héros mûrit, même si certaines maladresses pointent encore çà et là, notamment dans la construction des personnages, parfois trop rapidement esquissés, ou dans la mise en place de l'intrigue, assez simpliste et manquant relativement d'originalité. La preuve que le talent littéraire se trouve partout, et qu'il va désormais falloir compter avec les nouvelles voix de la banlieue, venues proposer un souffle nouveau à un monde littéraire trop sclérosé et sûr de lui.


http://ars-legendi.over-blog.com/

Sarcelles Dakar
Titre : Sarcelles Dakar
Auteur : Insa Sané
Editeur : Sarbacane
Pour ados en quête

Djiraël est Sénégalais et vit à Sarcelles. Véritable tombeur, accro des combines foireuses, il n'a aucune envie d'aller au Sénégal avec toute la famille. Surtout que tout le monde voit ça comme l'occasion pour lui de se réconcilier avec son père.
Mais le Sénégal lui réserve plus d'une surprise.

Spontanément je n'aurai jamais lu un tel roman. Mais il fait parti de la sélection que je vais proposer à mes jeunes ados du club lecture à la rentrée et j'essaye de tout lire avant de leur en parler. Du coup pas le choix, il fallait bien si plonger.

Premier constat : si mon résumé ressemble à celui de la quatrième de la couverture et semble ne rien dire, c'est que plus d'une surprise attend le lecteur, surprises appréciables, nous entraînant vers la quête identitaire mais aussi les rites d'initiation, sans jamais tomber dans le mystique, sans jamais éclaircir tout le mystère.

Deuxième constat : l'auteur a une écriture de folie. Je dois dire que si je ne cotoyais pas ma soeur, je n'aurai jamais réussi à comprendre la moitié des dialogues. On est dans un français hyper actuel qui parlera plus aux ados qu'à leurs parents. La narration étant à la première personne, il en est tout le temps un peu ainsi. Mais pourtant dès que l'on sort des dialogues, une véritable poésie se dégage et l'auteur a définitivement une magnifique voix.
Et c'est cette voix qui m'a portée jusqu'à la fin du roman alors que le héros est à des milliers de vie de moi et qu'il faut probablement être jeune pour pouvoir le comprendre. Être jeune et vivre dans une grande ville ou en banlieue. Ou alors être jeune et être coincé entre deux cultures.

Je n'en dirais pas plus sur l'histoire qui rapidement a eu moins d'intérêt pour moi que la façon dont elle est racontée. Question de génération probablement et les quelques avis laissés sur le site de Ricochet me laissent à penser que les ados s'y retrouveront bien plus que moi. C'est pourtant une histoire qui relit deux mondes, qui donne une vision très actuelle de l'Afrique (même si je ne connais du Sénégal que mes cours d'histoire, certaines choses sont proches du Togo que j'ai visité) et qui désacralise certaines idées que l'on peut s'en faire. J'ai ainsi adoré la scène de la pause toilette lors du voyage en bus !

Pour ceux qui accrochent totalement avec cette lecture, sachez que l'auteur a écrit d'autres romans se situant tous dans le même quartier et permettant de retrouver certains personnages.
http://histoire-de-lectures.over-blog.com/

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Video galleries

logotwitterFacebook