Contribution

Publié dans Contribution

Faut-il s’inquiéter du niveau d’endettement du Sénégal ? (Par Ibrahima Wade)

Nov 07, 2017 Hit: 124 Poster par 
Faut-il s’inquiéter du niveau d’endettement du Sénégal ? (Par Ibrahima Wade)

Suite à l’alerte du FMI sur le niveau d’endettement du Sénégal qui frôle la barre des 65% de son PIB, le ministère de l’Economie et des finances nous sort un communiqué pour nous tranquilliser en nous indiquant la notation de Moody’s comme preuve de la solidité de notre économie. A mon avis, il faut essayer d’expliquer de manière pédagogique à la population sénégalaise ce qui se cache derrière ces notations, sur le recours systèmantique à l’endettement par nos autorités et essayer de voir s’il faut s’inquiéter de cette tendance ou pas.

D’abord, il faut comprendre que ces notations attribuées par ces agences sont destinées aux investisseurs et ne constituent aucunement un marqueur de développement. L’attribution de ces notes correspond aux perspectives de remboursement et à la capacité de tenir ses engagements envers ses créanciers. La notation financière constitue pour un investisseur (privé, institutionnel ou Etat), un critère pour estimer le risque lié à ses investissements dans un pays donné.

D’ailleurs, tous les points sur lesquels Moody’s se base pour attribuer une note sont liés aux situations qui permettent à l’Etat de garder une certaine solvabilité pour rembourser ses dettes, et il n’est nullement fait référence dans ces notes d’un développement quelconque du pays.

Les quatre principaux critères de notation sont : la solidité économique, la solidité institutionnelle, la solidité fiscale et le risque événementiel.

La solidité économique du Sénégal est portée pour une grande partie par les activités des entreprises étrangères (françaises, chinoises, indiennes, turques, marocaines etc.) Ainsi, une grande partie de la croissance économique est captée par des étrangers. Donc le pays est économiquement solvable pour Moody’s, mais ce que l’histoire ne dit pas c’est que notre économie est organisée pour permettre à des entreprises étrangères de faire des affaires et de rapatrier 100% de leurs bénéfices nets, ce qui nous prive de capitaux pour un développement endogène.

La solidité institutionnelle est vérifiable sur le respect d’un Etat de droit, sur les comportements et la respectabilité des gouvernants, mais si on voit la facilité de reniement de la parole présidentielle, la confusion dans laquelle s’est installée notre justice, les comportements au niveau de l’Assemblée Nationale, il y a lieu de se demander si nous avons des Institutions solides.

La fiscalité de l’Etat, dépend essentiellement des facteurs de production, des activités économiques, de la consommation, des impôts divers etc. Cela veut dire, qu’il faut qu’il y ait une certaine activité économique pour générer une fiscalité positive pour l’Etat. Malheureusement, nous constatons chaque jour une dégradation du tissu économique, ce qui n’augure pas une bonne collecte fiscale pour l’Etat.

Lorsque Moody’s parle de risque événementiel, il pense à des événements qui peuvent menacer la stabilité d’un pays ; par exemple des guerres, des révoltes ou des émeutes. Même si ces genres de menaces ne sont pas imminentes pour le Sénégal, il y a lieu de penser qu’une certaine instabilité liée surtout à la gestion de l’affaire Khalifa Sall ou celle de Karim Wade peut pousser Moody’s à dégrader sa note.

Le ministère de l’Economie et des finances nous parle de la note attribuée au Sénégal comme étant une preuve du succès de sa politique économique et financière. La note du Sénégal, d’après le document que j’ai lu est de Ba3. Il faut comprendre ce que cette note signifie avant de tirer des conclusions hâtives. Dans sa classification, Moody’s a un rating de Ba qui est divisé en Ba1, Ba2 et Ba3. Donc dans cette catégorie, il y a le bon, le moins bon et le mauvais. La notation Ba signifie en anglais, « Non-investment grade,speculative » que l’on peut traduire simplement comme spéculatif, c’est-à-dire, une dette spéculative qui peut ainsi être attaquée par des spéculateurs. En plus ça concerne des emprunts long terme ce qui veut dire que ces dettes seraient payées par les générations futures. Le Sénégal est donc dans la zone dangereuse et c’est pour cela que le FMI a sonné l’alerte. Il faut savoir qu’après Ba qui signifie spéculatif, vient B qui veut très spéculatif et ensuite, Caa qui correspond à une situation risquée.

Eh bien, si le ministère de l’économie et des finances veut nous faire croire que tout va bien et en plus sa seule stratégie de levée de fonds vers le Sénégal est l’endettement, il est de notre devoir d’alerter la population que de l’austérité n’est pas à exclure car si nous continuons à s’endetter au-delà des 70% du PIB autorisé dans la zone CEDEAO, nous allons payer des taux d’intérêt plus élevés, ce qui va augmenter le service de la dette.

Certains disent que l’Etat s’endette pour faire des investissements, mais encore faudrait-il qu’il y ait un retour sur investissement car si nous prenons le cas de l’aéroport de DIAS dans lequel l’Etat s’est endetté et qu’aujourd’hui, on nous dit que c’est un grand groupe français qui a la concession du Duty free, alors que le bon sens serait de permettre à des privés sénégalais de l’exploiter afin que les retombées soient directement injectées dans l’économie sénégalaises au lieu de se volatiliser encore une fois vers l’étranger.

Je pense qu’il y a lieu de s’inquiéter du niveau d’endettement du Sénégal et il faudrait que les Sénégalais sachent que ces notations des agences internationales même très positives, ne mesurent pas notre niveau de développement, mais notre capacité à rembourser nos dettes. Si vous ramenez ça au niveau d’un père de famille qui s’endette pour construire sa maison, ce n'est pas parce qu’il rembourse son loyer qu’il y a toujours à manger à la maison. Et pour que la maison puisse être soldée et entrer dans le patrimoine familial, le papa doit pouvoir payer la totalité de l’emprunt.

Ibrahima Wade

Secrétaire général Un Autre Avenir

Lu 124 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook