Ex-libris

Publié dans Ex-libris

UNE VOIX S'EST TUE.Parlons. Le déclin d'une civilisation n'est pas une fatalité Christiane Charvet Bernard Études Psychanalytiques ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION PSYCHANALYSE, PSYCHIATRIE, PSYCHOLOGIE Que sont devenues l'école, la famille

Mai 18, 2017 Hit: 102 Écrit par 
UNE VOIX S'EST TUE.Parlons. Le déclin d'une civilisation n'est pas une fatalité Christiane Charvet Bernard  Études Psychanalytiques  ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION PSYCHANALYSE, PSYCHIATRIE, PSYCHOLOGIE Que sont devenues l'école, la famille

 

UNE VOIX S'EST TUE.Parlons. Le déclin d'une civilisation n'est pas une fatalité Christiane Charvet Bernard

Études Psychanalytiques


ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION PSYCHANALYSE, PSYCHIATRIE, PSYCHOLOGIE


Que sont devenues l'école, la famille et la religion ?

Quelle importance prend un discours scientifique et comptable, qui livre l'être humain aux lois du marché ?

Les attentats terroristes interrogent sur les failles d'une société incapable de contenir la pulsion de mort caractéristique de la barbarie. Sous l'égide d'un capitalisme sauvage, les liens sociaux se sont distendus et les idéaux se sont érodés. Ces effondrements successifs ont fait le lit d'un intégrisme religieux, offre funeste à laquelle une jeunesse désorientée n'aura pas de mal à adhérer. Mais l'être humain a de belles ressources, si tant est qu'il veuille les utiliser.


Peut-on faire taire la voix du vivant ? Que sont devenues les différentes instances qui constituent la culture d'une société : l'école, la famille, la religion ? Quelle importance prend un discours de la science qui, armé de chiffres, ne permet plus de prise de parole, chosifie l'être humain et le livre davantage encore aux lois du marché ?


Les attentats terroristes, la fulgurante montée d'un « islamisme radical » interrogent sur les failles d'une société incapable de contenir la pulsion de mort caractéristique de la barbarie. Sous l'égide d'un capitalisme sauvage qui a peu à peu remplacé la problématique de l'être par celle de l'avoir, celle du temps par l'immédiateté, les liens sociaux se sont distendus, les idéaux nécessaires à la construction de l'être humain se sont érodés, la métaphore paternelle – et de ce fait la loi capable de contenir le désordre pulsionnel – a perdu de son efficacité. Ces effondrements successifs ont fait le lit d'un intégrisme religieux, porteur de la promesse fallacieuse de donner sens à la vie par le franchissement de la mort, offre funeste à laquelle une jeunesse désorientée n'aura pas de mal à adhérer.
Pourtant, à la racine même d'une société, se niche l'art encore rebelle à se laisser vassaliser et force est de constater que face à ce déchaînement, l'être humain a de belles ressources pour y résister... à condition qu'il le veuille.


Christiane CHARVET BERNARD, psychologue clinicienne, psychanalyste, membre de l'Association de la Cause Freudienne, travaille depuis de nombreuses années avec diverses institutions pour la plupart dans le champ de l'enfance et de l'adolescence.
Cet ouvrage se nourrit de la diversité de ces expériences : centres médico-psychologiques et psycho-pédagogiques, hôpitaux, instituts thérapeutiques, prisons, entre autres.


En couverture : « Le rêve du Goanna » de Warren Williams, de la tribu Warlpiri. Cette civilisation aborigène d'Australie transmet sa culture sous forme de représentations graphiques sur sable, écorce, textile ou tatouages à ses descendants. C'est de cette manière qu'elle a fait valoir ses droits de propriété. Par le Nativ Act, en 1993, le gouvernement australien a accepté de rendre aux aborigènes les terres dont ils avaient été spoliés.

Lu 102 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

AUDIO

A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries