International

Tuer pour vivre-Enfants et box thaï par François-Michel MAUGIS – La Réunion

 

Tuer pour vivre par François-Michel MAUGIS – La Réunion

Le Thaïlandais Anucha est mort à 13 ans, tout simplement car son adversaire pauvre n'avait d'autre moyen pour gagner sa vie, que de gagner, contre son ami, ce combat de boxe Thaï.
Et ce drame lamentable n'est que la partie émergée du drame mondial d'une pauvreté et d'une misère que, ni nos économistes, ni nos politiques, ni les institutions internationales dont c'est la charge, ni même nos remarquables ONG, sont capables d'enrayer.

Certains analystes prétendent même que, malgré le fantastique progrès des sciences, des techniques économiques, sociales, financières, le nombre de pauvres augmente. Alors, oui, continuons de construire des sous-marins et des porte-avions nucléaires, continuons à construire des fusées pour aller dans la Lune ou ailleurs et glorifions nous de notre génie, de notre puissance. Mais cela ne me satisfait pas.

Et vous ?

Rappelons-nous, si nous avons un peu de cœur, d'Anucha TASAKO dont l'ultime discrétion et pudeur fût de mourir sous un pseudonyme : Sore WILAITHONG. Quant à son ami meurtrier Nitirkon SONDE, ne nous contentons pas de le sortir de la misère mais faisons tout pour construire un monde plus équitable, plus juste et plus humain. Et nous, Français, faisons rayonner bien davantage notre belle devise : «Liberté, égalité, fraternité ».

Ayons honte de préparer la guerre et encore plus honte de la faire. N'oublions pas non plus que le nerf de la guerre est précisément cette misère que l'organisation actuelle du Monde continue d'entretenir. Il faut arrêter et ne pas se contenter de penser qu'il faudrait peut-être changer de paradigme.

François-Michel MAUGIS – La Réunion
Économiste, écrivain et philosophe.
http://www.assee.fr

«Sale Grosse», «Noire Qui Pue » !pas l’ascenseur ; Mama Sabine ! a eu le tort d’être obèse et son chef lui a fait vivre un calvaire mortel

 

«Sale Grosse», «Noire Qui Pue » !pas l'ascenseur ; Mama Sabine ! a eu le tort d'être obèse et son chef lui a fait vivre un calvaire mortel

Disons Stop au harcèlement et ne soyons pas complice en nous taisant.
Il faut dire stop au harceleur .

[France - Harcèlement Raciste ] ?La justice nous dira.

Silence assourdissant sur la mort d'une employée antillaise de la mairie de Paris harcelée et humiliée retrouvée morte sur son lieu de travail !

«Sale Grosse», «Noire Qui Pue » !


Tel est un extrait du florilèges d'humiliations racistes et négrophobes dont était régulièrement victime Sabine Vorin, une techniciene de surface âgée de 59 ans originaire des Antilles.
Employée de la mairie du 20ème arrondissement de Paris elle était plus précisément ratachée à la Direction de l'Immobilier, de la Logistique et des Transports (la DILT).
Harcelée, humiliée, victime de racisme et d'insultes negrophobes notament par son Directeur Général des Service, elle est décédée dans des conditions atroces sur son lieu de travail, son décès a été déclaré à 18h45, le 17 septembre 2018.

La malheureuse a été retrouvée morte, seule, dans les toilettes de la bibliothèque municipale Couronnes-Naguib Mahfouz, rue des Couronnes, en face du parc de Belleville dans le 20ème arrondissement de Paris.
Son corps a moitié dévêtu a été retrouvé grâce à une étudiante passant par là qui intriguée par de l'eau sortant par les portes de l'enceinte de la Bibliothèque à pousser la porte à 18h25 le lundi 17 septembre. C'est là que la jeune étudiante a découvert la victime, allongée à terre, partiellement dévêtue, selon la police :
«La victime, en culotte, était dans le vestiaire, sans doute en train de se changer. Il y avait ses affaires pliées sur une chaise et une blouse de travail pendu au portemanteau. ».


Une enquête a été ouverte et autopsie a été ordonnée sur instruction d'un magistrat du parquet suite aux premiers constats médicaux concluant a un arrêt cardio respiratoire.

Juste avant Sabine Vorin travaillait dans l'enceinte de la Mairie de ce même arrondissement, son changement d'affectation de lieu de travail à la Bibliothèque serait dû à son responsable direct consécutivement aux persécutions dont elle était l'objet afin d'échapper "aux remarques racistes, sexistes et grossophobes, proférées par le Directeur Général des Services de la Mairie". Sabine Vorin faisait partie de ceux que l'on nomme les employés isolés.

Ce 17 septembre cela a été la mort au bout pour Sabine Vorin.
Certains de ses collègues évoquent sa mémoire avec affection « c'était la mama antillaise dans toute sa générosité » qui faisait consciencieusement son travail.

(pourqoui ne rien dire, ne rien faire ?) 

Elle subissait des humiliations répétées par son DGS qui selon des collègues à elle a un problème avec les personnes racisées car il aurait dit à propos du recrutement du personnel « je vais blanchir la mairie ».
Ce dernier aurait pris tout particulièrement en grippe Sabine Vorin, il allait jusqu'a entres autres lui refuser l'accès à l'ascenseur quand lui même le prenait en lui lançant, devant l'un de ses collègues et en présence d'un adjoint :

« Vous, vous ne montez pas, l'ascenseur risque de tomber ».


Femme afro descendante et en surpoids tout ce qu'il détesterait, il en aurait fait son souffre douleur.
Ce qui n'a pas géné son outrecuidance à faire l'affront d'assister à ses obsèques qui ont eu lieu au Père Lachaise devant la consternation des collègues de Sabine au courant de la situation.

Mama Sabine Vorin est décédée dans des conditions terribles et dans un silence atroce sur les conditions de travail qu'elle a subi durant toutes ces années.
Car si les syndicats CGT et SUPAP-FSU, le syndicat unitaire des personnels des administrations parisiennes tirent sonnette d'alarme pour dénoncer la difficulté de la solitude des agents isolés, et notamment des femmes de ménage, en revanche concernant le harcelèment et les humiliations racistes dont était victime la défunte c'est la frilolisité.


Un silence insupportable, qui ne plaide pas pour les victimes de harcèlement et de racisme sur leur lieu de travail !

En dehors d'un article léger du Parisien qui ne cite même pas son nom, les médias ont été comme souvent aux abonnés abscents, tout comme les organisations féministes et les organisations de défense des droits humains qu'ont contactés quelques uns de ses collègues qui sont encore sous le choc de son décès.

C'est après avoir eu récement connaissance de ces faits douloureux que la Ligue de Défense Noire Africaine s'est rendue ce matin à la mairie du 20ème pour avoir une explication.
Ayant ainsi jeté le pavé dans la mare l'affaire n'en restera pas là car la Ligue de Défense Noire Africaine dorénavant réclame Justice Pour Mama Sabine !

#LdnaWebMédia

Sommet des droits de l’Homme à Paris: portraits de trois défenseurs

Le Sommet Mondial des Défenseurs des droits de l’Homme a réuni à Paris les 29, 30 et 31 octobre plus de 150 défenseurs de 105 pays, pour faire le point après la Déclaration qui avait été adoptée en 1998. Le constat est amer : en 2017, au moins 312 défenseurs ont été assassinés, en toute impunité. Ce Sommet a pour but d’échanger sur les stratégies de protection, et de réorganiser le travail pour faire avancer les droits humains auprès des gouvernements, des entreprises et des populations, alors que les Etats se replient sur eux-mêmes.

Bochra Belhaj Hmida lutte pour la liberté des Tunisiens

Bochra Belhaj Hmida est députée en Tunisie, avocate et présidente de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (Colibe) qui a rendu son rapport en juin dernier : ses propositions pour améliorer les libertés et les droits des Tunisiens ont provoqué la colère de certaines franges de la population, au point de dénigrer et de menacer la députée ainsi que d’autres membres de la Commission.

Au Mexique, Gustavo Castro contre l'impunité des crimes contre les défenseurs des droits de l'Homme

Gustavo Castro est mexicain, de l’organisation pour la défense de l’environnement Otros Mundos dans l’Etat du Chiapas. Il travaillait aussi en Amérique Centrale et se trouvait chez Berta Cáceres de l’ONG COPIN, qui luttait contre la construction d’un barrage, lorsque des tueurs l’ont assassinée le 2 mars 2016. Seul témoin de cet assassinat, Gustavo Castro est depuis empêché de témoigner par les autorités honduriennes et se bat contre l’impunité des crimes contre les défenseurs des droits de l’Homme.

Sally Bilaly Sow permet aux Guinéens de demander des comptes aux autorités

Sally Bilaly Sow, blogueur guinéen, a lancé « Villageois 2.0 », une plateforme citoyenne virtuelle pour permettre aux jeunes de s’exprimer et de demander des comptes aux autorités sur la gestion de l’argent public. Cet espace permet aussi de vérifier des fausses informations qui circulent sur des événements.

Journées dédiées à Cheikh Anta Diop,  homme de science et homme politique africain : Colloque et animation-Film-Université de Evry Val d'Essonne-France-

 

Venez nombreux Une première dans une Université Française. Gratuit 

 

Journées dédiées à Cheikh Anta Diop, homme de science et homme politique africain 

Exposition "Cheikh Anta Diop, l'homme et l'œuvre "

Film documentaire "Kemtiyu – Séex Anta - Cheikh Anta"

Colloque "L'Homme et ses migrations depuis la haute préhistoire"

Université d'Évry / Paris-Saclay 6, 7 et 8 novembre 2018

Contexte

L'universitaire Cheikh Anta Diop est une figure intellectuelle internationale majeure dont les travaux ont renversé un grand nombre d'idées reçues sur l'Afrique et l'humanité en général. L'Université d'Évry a pris l'initiative d'organiser, dans le cadre académique, trois journées, les 6, 7 et 8 novembre 2018, dédiées à ce penseur et homme d'action africain, afin de mieux le faire connaître ainsi que son œuvre, de revisiter quelques-unes des grandes thématiques de son travail pluridisciplinaire sous l'éclairage des données actuelles de la paléoanthropologie, de l'archéologie, de la linguistique, de la génétique, de la connaissance historique.

Ces journées ont également pour vocation d'une part d'enrichir les actions de coopération scientifique liant l'Université d'Évry et ses partenaires scientifiques africains et d'autre part de faire connaître des productions de savoirs issues de chercheurs du Sud.

Mardi 6 novembre 2018

17h : Vernissage de l'Exposition "Cheikh Anta Diop, l'homme et l'œuvre" proposée par le Dr Cheikh M'Backé DIOP, Association KHEPERA

Mercredi 7 novembre 2018

15h-16h35 : Projection du film documentaire « KEMTIYU, Séex Anta-Cheikh Anta »,
long métrage (1h34) réalisé en 2016 par William Ousmane MBAYE et Laurence ATTALI, relatant la vie de Cheikh Anta DIOP.

Présentation : «"Homme Universel", "Contemporain Capital", "Le Géant du Savoir", "Le Dernier Pharaon"... titrent les journaux sénégalais au lendemain de sa mort, le 7 février 1986. Trente ans plus tard, KEMTIYU dresse le portrait de ce savant précurseur hors du commun, insatiable de sciences et de connaissances, mais aussi homme politique intègre et éclairé. Cheikh Anta DIOP a été de son vivant vénéré par certains, décrié par d'autres, et méconnu par le plus grand nombre. Le film raconte le combat d'un homme qui passera toute son existence en quête de vérité et de justice, afin de redonner à l'Afrique une conscience historique et une dignité. »

Ce documentaire a obtenu une dizaine de distinctions dont le Premier prix de la compétition officielle des films documentaires du prestigieux FESPACO de Ouagadougou au Burkina Faso, en 2017.

Jeudi 8 novembre : Colloque scientifique

8h45 - Accueil des participants

9h - Patrick CURMI, Président de l'Université d'Evry, Médecin, DR INSERM
Discours de bienvenue, ouverture du colloque.

9h10-10h - Dr Cheikh M'Backé DIOP, Pdt de l'Association KHEPERA, collaborateur de la revue d'égyptologie et des civilisations africaines, ANKH. Auteur d'une biographie sur Cheikh Anta Diop.

« Recherche historique et approche méthodologique dans l'œuvre de Cheikh Anta Diop : contexte et lignes de force »

10h-10h50 - Pr Dominique GRIMAUD-HERVÉ, Anthropologue, Muséum national d'histoire naturelle, Paris. Auteure de plusieurs ouvrages sur la préhistoire et les origines de l'homme.

« Les origines de l'humanité, approche paléoanthropologique : évolution et migrations depuis Toumaï à l'humanité actuelle »

10h50-11h10 : Pause

11h10-12h20 - Pr Théophile OBENGA, Philosophe, linguiste, égyptologue et historien congolais. Ancien ministre de la République du Congo Brazzaville. Il est l'auteur de nombreux ouvrages en relation avec les travaux de Cheikh Anta Diop ; il a enseigné en Afrique et aux USA ; il codirige la revue d'égyptologie et des civilisations africaines, ANKH.

« Linguistique historique africaine : parenté linguistique de l'égyptien ancien et des langues subsahariennes modernes »

12h30-14h : Déjeuner

14h-14h50 : Dr Denis PIERRON, Docteur en anthropologie moléculaire, CR CNRS, UMR5288 – Anthropologie Moléculaire et Imagerie de Synthèse. Il participe notamment à un projet de recherche pluridisciplinaire novateur sur le peuplement de Madagascar.

« L'homme et ses migrations, regard de la génomique »

14h50-16h50 : Pr Aboubacry Moussa LAM, historien, égyptologue, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal. Il a écrit plusieurs ouvrages en relation avec les travaux de Cheikh Anta Diop en français et en langue Pulaar ; il codirige la revue d'égyptologie et des civilisations africaines, ANKH.

« Tradition orale et migrations de la vallée du Nil à la côte atlantique »

16h50-17h00 : Clôture par Patrick CURMI et Abdoul Hameth BA.

Organisateurs

• Abdoul Hameth BA, Maître de conférences HDR, spécialiste en géographie du développement des territoires, migrations internationales, coopération décentralisée
• Cheikh M'Backé DIOP, Dr, enseignant, Pdt de l'Association KHEPERA
• Nicolas HATZFELD, Professeur d'histoire, chercheur spécialisé en histoire contemporaine, Directeur du site Evry de l'IDHES, VP recherche, Université d'Evry
• Dr Adrien DIOP, Présence Africaine, Paris.

Comité de patronage (certaines personnalités sous réserve)

• Patrick Curmi, Président de l'Université d'Evry
• Son Excellence Bassirou SÈNE, Ambassadeur du Sénégal en France
• Son Excellence Abdou SOURANG, Représentant permanent du Sénégal auprès de l'Unesco
• Pr Mary Teuw Niane, Ministre de l'enseignement supérieur du Sénégal
• Pr Ibrahima THIOUB, Recteur de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal
• Moustapha Mamba GUIRASSY, Président de l'Institut Africain de Management, Dakar, Sénégal
• Francis CHOUAT, Maire d'Évry et Président de la Communauté d'Agglomération Grand Paris Sud

Remerciements


Vincent Vigneron, VP Relations internationales, Université d'Évry,
Marion HETZEL, Ingénieure projet, DRRI, Université d'Évry,
Stéphanie CARDON, Direction de la Communication, Université d'Évry,
Armelle LOTTON, Bibliothèque Universitaire, Université d'Évry.
Association.......

logotwitterFacebook