Histoire Africaine
HISTOIRE AFRIQUE SUBSAHARIENNE Bénin

Après la conquête de Sahè par les soldats du Danhomè (Bénin actuel) en 1727, le roi Agaja nomme à la tête de Gléhoué un homme dont la fonction principale consiste à renseigner Agbomè, capitale du Danhomè, sur les moindres faits et gestes des Européens : il s'agit du Yovogan. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, ce haut fonctionnaire et ses successeurs joueront des rôles importants dans les domaines politique, diplomatique, judiciaire, économique et militaire de la province de Gléhoué.

Arthur Vido est historien. Il enseigne à l'université d'Abomey-Calavi (Bénin). Ses travaux portent essentiellement sur l'environnement, l'alimentation, la femme, la sexualité et les études biographiques

 

Harmattan Sénégal
ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATIONLITTÉRATURE AFRIQUE SUBSAHARIENNE Sénégal

Il s'agit d'une histoire qui se raconte aujourd'hui encore, pendant les veillées, au village, par les traditionnistes, gardiens de la mémoire collective des peuples dits sans civilisation écrite. L'histoire a lieu dans un espace bien déterminé. L'auteur y retrace les grands moments de ce terroir où, jadis, ont successivement régné les Baynounk, les Mandingues et les Peuls. Il met l'accent sur le règne de ces derniers qui a été facilité par l'arrivée du grand marabout haalpulaar : Ceerno Sayku Umaar Taal. La rencontre entre le Marabout et Moolo Egge, qui deviendra Alfaa Moolo, sur instruction de ce dernier, marque une étape importante dans l'histoire du Fuladu.

Mamadou Ndiaye est titulaire d'un doctorat PHD de l'Université d'Annamalai (Madras) en Inde. Depuis 1981, il a été chercheur au Centre de Linguistique Appliquée de Dakar (CLAD), puis Enseignant/ Chercheur au Département de Linguistique et Sciences du langage, à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l'Ucad. Professeur titulaire des Universités, aujourd'hui à la retraite, il a enseigné l'histoire de la linguistique, la comparaison génétique des langues et le pulaar. Il est auteur de plusieurs monographies, articles scientifiques et ouvrages collectifs sur les langues africaines.


Harmattan Côte-d'Ivoire
LITTÉRATURE ROMANS, NOUVELLES AFRIQUE SUBSAHARIENNE Côte d'Ivoire

Ce roman engagé fait non seulement le procès des dérives des pouvoirs africains, mais relate aussi et surtout la nébuleuse qui caractérise les différents Palais.

Il fait ressortir la complexité des dossiers dits d'Etat où se mêlent harmonieusement la saga des bourgeois à la misère du peuple abandonné.

Toutefois, au-delà des critiques, l'auteur montre aussi la valeur du vivre-ensemble des populations dans des cités africaines dénuées du maximum d'infrastructures.

La trahison des dieux, roman époustouflant et engagé fait non seulement le procès des dérives des pouvoirs africains, mais relate aussi et surtout la nébuleuse qui caractérise les différents Palais

. Il révèle le contraste entre les bons discours et la praxis des gouvernants quant à la gestion au quotidien des affaires publiques au profit des populations.

Il évalue les écarts des ''grilleurs d'arachide'', des pourfendeurs des Républiques et fait le constat du déni de responsabilité des élites.

Toutefois, au-delà des critiques reformulées, l'auteur montre aussi la valeur du vivre-ensemble des populations dans des cités africaines dénuées du maximum d'infrastructures.


Diaby Moustapha Ben Ismaïla est né le 01 janvier 1979 à Guitry (au nord d'Abidjan). Il a fait, à la fois, des études de management (Institut Supérieur de Management de Dakar au Sénégal) et de droit (Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l'Université Catholique l'Afrique de l'Ouest, UCAO, Abidjan). Actuellement Directeur des Ressources Humaines à l'Agence Ivoirienne de Gestion des Fréquences Radioélectriques (AIGF), il prépare un Executive Doctorate In Public affairs (Affaires publiques) à l'université Paris Dauphine.

 

 

Comment le Rwanda, pays d'Afrique centrale longtemps cité comme modèle de déceloppement, a pu en arriver à une des guerres civiles les plus meurtrières de notre époque, avec mise en oeuvre préméditée et systématique de massacres? C'est la question que se pose l'auteur dans ce livre destiné à un public non averti de sproblèmes sociopolitiques de la région des Grands Lacs. Pour cela, il remonte au-delà de la période coloniale et aborde la question des ethnies qui est si aprticulière au Rwanda.

Pierre Erny est né en 1933. Il a enseigné au Burkina faso, au Congo, au Zaïre et au Rwanda. Aujourd'hui à la retraite, il enseigna l'ethnologie à l'université de Strasbourg. Auteur de plusieurs ouvrages, il dirige la collection "Culture et Cosmologie" aux éditions L'Harmattan.

Page 7 sur 612

logotwitterFacebook