International

Publié dans International

COLLOQUE INTERNATIONAL-ÉDOUARD GLISSANT et Le Discours antillais : la source et le delta-25-28 AVRIL 2019) – Paris – Cambridge – Fort-de-France – Pointe-à-Pitre d'avril à novembre 2019

Avr 18, 2019
COLLOQUE INTERNATIONAL-ÉDOUARD GLISSANT et Le Discours antillais : la source et le delta-25-28 AVRIL 2019) – Paris – Cambridge – Fort-de-France – Pointe-à-Pitre d'avril à novembre 2019

 

«Certes Glissant est très brillant avec un travail de concepts audacieux mais qui ne me satisfait pas à cause de la fondation qui n'est pas construite. La notion de tout-monde est un fourre-tout qui a séduit le Pr S B DIAGNE mais pas moi. Le «métissage de Glissant » et la création artificielle ne peuvent engendrer chez l'homme qu'inquiétude et désarroi. Les racines sont nourricières. Je continue à le lire pour mieux cerner sa philosophie très dense il faut l'avouer. P B CISSOKO


Le tout premier colloque international mené par le Centre d'études Édouard Glissant sera consacré à l'essai à ce jour le plus lu, le plus traduit et le plus étudié par le monde au sein de l'œuvre conceptuelle d'Édouard Glissant : Le Discours antillais paru au Seuil en 1981. Il s'agira d'un colloque en quatre sessions menées à Paris, Cambridge, Fort-de-France, Pointe à Pitre et Stanford, dessinant un rhizome international de lecture glissantienne.

- ARGUMENTAIRE DU COLLOQUE DE PARIS (25-28 AVRIL 2019) -

C'est à ce mouvement que s'est identifiée cette pensée, tout au long des développements souvent imprévisibles de l'œuvre. Comment comprendre par exemple, au gré de ce mouvement, ce moment de l'« antillanité », au regard de la créolisation portée avec davantage d'intensité au tournant des années quatre-vingt-dix ? C'est l'une des nombreuses questions qu'engagent les nécessaires relectures du Discours antillais, que le colloque s'efforcera de susciter, selon plusieurs axes :

- Méthodes et regard critique : Comment appréhender aujourd'hui l'énonciation même du Discours antillais, de la pratique revendiquée d'une pluridisciplinarité ouverte à celle d'une transversalité active (en particulier le dialogue des sciences humaines avec le champ littéraire) ? Comment envisager aujourd'hui cette démarche qui mêle sociologie, anthropologie, psychologie et discours littéraire ? On envisagera dans cette optique tant les fondements des méthodes croisées dont Édouard Glissant fait usage que leur devenir dans l'œuvre. À la faveur d'une démarche comparatiste, on mettra aussi en lumière les liens du Discours avec le contexte intellectuel de sa publication.

- Antillanité et créolisation : On a souvent insisté sur la notion d'antillanité dans l'essai de 1981. Cependant, comment envisager l'articulation d'une quête identitaire avec le processus de créolisation, nécessairement en devenir et déjouant l'ancrage ? Le Discours antillais marque-t-il de ce point de vue un moment de nature à être dépassé, ou fonde-t-il le contre-modèle initial du tout-monde ? En envisageant le devenir de la pensée glissantienne, on réexaminera la place du Discours.

- L'énoncé d'une poétique, l'intention d'une politique : Le Discours antillais fait émerger une parole hors champ. Il articule une parole-paysage nouée aux enjeux d'une conscience politique nouvelle, que nous entendons aujourd'hui. Il s'agira par nos travaux de rendre vivante cette double présence.

- Le Discours antillais dans l'œuvre : L'essai marque l'un des sommets de la réflexion théorique, chez un écrivain qui toujours a avoué sa prédilection pour le dialogue entre les genres littéraires, et chez qui la jonction entre pensée et création est cruciale. Comment envisager dès lors l'insertion du Discours et de sa matière dans les romans, la poésie et le théâtre ? Comment articuler le contenu idéologique du Discours avec le reste de l'œuvre sans procéder à des complexifications artificielles ?

De manière générale, on se gardera d'envisager Le Discours antillais séparément du reste de l'œuvre d'Édouard Glissant, qu'il s'agisse des développements spéculatifs ultérieurs ou d'une vision du monde au sens large qui n'a cessé de ménager d'intenses et nombreuses ramifications. Il sera question de proposer une relecture de l'essai dans l'assise de l'œuvre laissée par l'écrivain, et d'en interroger la pertinence en regard du monde actuel.

La fortune critique qu'a connu et que connaît encore Le Discours antillais quant à la réception de l'œuvre conceptuelle d'Édouard Glissant doit certainement beaucoup à l'allure exhaustive de l'étude, tout entière placée dans son inspiration comme dans son ambition intellectuelle, sous l'épigraphe de Frantz Fanon : « une tâche colossale que l'inventaire du réel ». Or, c'est aussi cet aspect qui a étonné lors de la publication de l'ouvrage en 1981 au Seuil : il faut croire que cette ambition d'embrasser le réel de la société antillaise a également dérouté quant à la liberté de sa méthode, cette « hardiesse méthodologique » dont se revendique alors celui qui a déjà une œuvre littéraire derrière lui. Ce double effet dit en lui-même une fascination et un étonnement qui n'a pas cessé depuis la publication, dépassant les classifications. Ce paradoxe d'une réception critique dit certainement aussi la difficulté à percevoir correctement la place de l'ouvrage dans la réflexion d'Édouard Glissant, dont on a pu constater ultérieurement qu'elle ne pouvait s'apprécier qu'au gré du paradigme du mouvement.

COMITÉ SCIENTIFIQUE ET ORGANISATEUR (par ordre alphabétique) :


Exposition, durant le colloque de Paris : « Le Discours antillais d'Édouard Glissant : traces et paysages » Paris, FMSH, du 23 avril au 7 mai. Exposition conçue par Ruedi Baur. Une réinterprétation typographique du Discours antillais d'Édouard Glissant.


VERNISSAGE DE L'EXPOSITION : jeudi 25 avril, 18h 


Loïc Céry (Institut du Tout-Monde)
Première session : Paris, FMSH, Maison de l'Amérique latine, du 25 au 28 avril 2019
Laura Carvigan-Cassin (Université des Antilles, pôle Guadeloupe)
Jean-Pierre Dozon (vice-président de la FMSH)
François Vitrani (Maison de l'Amérique latine / ITM)

- INSTITUTIONS ORGANISATRICES : Centre international d'études Édouard Glissant de l'Institut du Tout-Monde ; Université de Cambridge (Magdalene College) ; Université des Antilles, pôles Martinique et Guadeloupe.

- INSTITUTIONS PARTENAIRES : Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH) ; Maison de l'Amérique latine ; Université Paris III Sorbonne Nouvelle ; Institut national d'histoire de l'art (INHA).
Troisième session : Université des Antilles (Martinique, Guadeloupe), 5-6 novembre 2019

Deuxième session : Université de Cambridge (Magdalene College), 15 juin 2019

Jean-Pierre Sainton (Université des Antilles, pôle Martinique)

Corinne Mencé-Caster (Université Paris-Sorbonne)

Raphaël Lauro (Vassar-Wesleyan Program in Paris)

Sylvie Glissant (Institut du Tout-Monde)
Hugues Azérad (Université de Cambridge, Magdalene College)
Dominique Aurélia (Université des Antilles, pôle Martinique)
FMSH et Maison de l'Amérique latine, Paris du 25 au 28 avril 2019
Université de Cambridge (Magdalene College), Royaume-Uni 15 juin 2019
Université des Antilles (Martinique, Guadeloupe) 5-6 novembre 2019

Paris - Cambridge - Fort-de-France - Pointe-à-Pitre
d'avril à novembre 2019


COLLOQUE INTERNATIONAL en trois sessions organisé par le Centre international d'études Édouard Glissant de l'Institut du Tout-Monde,
l'Université de Cambridge (Magdalene College), Royaume-Uni,
l'Université des Antilles (Martinique, Guadeloupe).
Avec la FMSH et la Maison de l'Amérique latine.
DIFFUSION DE L'ŒUVRE ET DE LA PENSÉE D'ÉDOUARD GLISSANT RECHERCHE GLISSANTIENNE
CENTRE INTERNATIONAL D'ÉTUDES
Édouard Glissant
ÉDOUARD GLISSANT et Le Discours
antillais : la source et le delta

PREMIER COLLOQUE DU CENTRE INTERNATIONAL D'ÉTUDES ÉDOUARD GLISSANT

Exposition | Du 25 avril au 7 mai 2019


Du 25 avril au 7 mai, la FMSH accueille l'exposition Traces et paysages conçue par Ruedi Baur. Cette expostion propose une réinterprétation typographique de l'essai d'Edouard Glissant, Le Discours Antillais.
En parrallèle de cette exposition, le Centre international d'études Édouard Glissant de l'Institut du Tout-Monde organise un colloque international, Édouard Glissant et Le Discours antillais : la source et le delta, du jeudi 25 avril au dimanche 28 avril.


La fortune critique qu'a connu et que connaît encore Le Discours antillais quant à la réception de l'œuvre conceptuelle d'Édouard Glissant doit certainement beaucoup à l'allure exhaustive de l'étude. Or, c'est aussi cet aspect qui a étonné lors de la publication de l'ouvrage en 1981 au Seuil : il faut croire que cette ambition d'embrasser le réel de la société antillaise a également dérouté quant à la liberté de sa méthode, cette "hardiesse méthodologique" dont se revendique alors celui qui a déjà une œuvre littéraire derrière lui. Ce double effet dit en lui-même une fascination et un étonnement qui n'a pas cessé depuis la publication, dépassant les classifications. Ce paradoxe d'une réception critique dit certainement aussi la difficulté à percevoir correctement la place de l'ouvrage dans la réflexion d'Édouard Glissant, dont on a pu constater ultérieurement qu'elle ne pouvait s'apprécier qu'au gré du paradigme du mouvement.

PROGRAMME


JEUDI 25 AVRIL – Fondation Maison des Sciences de l'Homme (54 Bld. Raspail, 75007 Paris)


MATIN


- 10h : Ouverture officielle du colloque
▪ Mot de bienvenue de Jean-Pierre Dozon, vice-président de la FMSH ▪ Conférence inaugurale par Jacques Coursil, linguiste, musicien, prix Édouard Glissant 2017 ▪ Introduction au colloque par Sylvie Glissant, directrice de l'Institut du Tout-Monde ▪ Introduction aux séances de travail par Loïc Céry (ITM, CIEEG) : « Émergences et postérités du Discours antillais : le multiple et le singulier »
- 11h30-12h30 : Le Divers et la pensée du monde (1). Président de séance : Jacques Coursil
▪ Buata Malela (Université de Mayotte), « Le Discours antillais et le questionnement de la responsabilité face à l'Autre » ▪ Serge Domi (Université des Antilles), «Le D iscours antillais , ouvè chimen lorizon, une introduction féconde de la dimension archipel dans la pensée du monde »


APRÈS-MIDI


- 14h-14h45 : Le Divers et la pensée du monde (2)
▪ Ana Kiffer (Université catholique de Rio de Janeiro), « Liaisons-déliaisons, notes autour d'une lecture politique de la Poétique de la Relation au Brésil d'aujourd'hui » ▪ Serge Palin (anthropologue, écrivain), « Le Di scours antillais : le regard de l'autre »
- 15h-16h30 : Littérature et énonciation. Présidente de séance : Sylvie Glissant
▪ Elena Pessini (Université de Parme), « Tracées littéraires dans Le Discours antillais » ▪ Axel Arthéron (Université des Antilles), « Approche d'une pensée et d'une pratique du théâtre chez Édouard Glissant :
Le Discours antillais » ▪ Raphaël Lauro (Vassar-Wesleyan Program in Paris), « Sur la méthode du Discours » ▪ Loïc Céry (ITM, CIEEG) : « Le Discours et son double : narrativité et représentation dans La Case du commandeur »
- 16h45-18h : Contributions du CERC (Centre d'études et de recherches comparatistes), Paris III Sorbonne-Nouvelle, sous la direction de Tiphaine Samoyault

▪ Tumba Shango-Lokoho, « Le Discours antillais et l'Afrique » ▪ Tiphaine Samoyault / Ludivine Bouton-Kelly, « Le Discours antillais et la traduction » ▪ Table ronde des doctorants : Penser et dire le monde dans Le Discours antillais
-18h : Vernissage de l'exposition « Le Discours antillais d'Édouard Glissant : traces et paysages»


VENDREDI 26 AVRIL – Fondation Maison des Sciences de l'Homme (54 Bld. Raspail, 75007 Paris)


MATIN


- 9h-12h : Langue, langage, transmission. Président de séance : Elena Pessini
▪ Olivier Douville (Université Paris-Diderot), « Le délire verbal : un dé-parler vrai » ▪ Bernadette Desorbay (Université Humboldt de Berlin), « La parabase dans l'œuvre d'Édouard Glissant : le discours et son trouble » ▪ Christian Uwe (Université du Minnesota), « Sur deux poétiques : le Même et le Divers » ▪ Beate Thill (Traductrice d'Édouard Glissant, Allemagne), « Le créole en allemand. La traduction du Discours antillais et la réception de l´œuvre d´Edouard Glissant en Allemagne » ▪ Aminesh Rai (Alliance française de Pondichéry), « Le discours pondichérien » ▪ Takayuki Nakamura (Waseda University, Tokyo), « La traduction d'Édouard Glissant en japonais et la réception du Discours antillais au Japon »


APRÈS-MIDI


- 14h-16h : Perspectives philosophiques. Président de séance : Axel Arthéron
▪ Niklas Plaetzer (Sciences Po, Paris), « La tradition du discontinu : Édouard Glissant contre la philosophie de l'Histoire » ▪ Jean-Pol Madou (Université de Savoie), « Édouard Glissant lecteur de Deleuze, Heidegger et Derrida. La question de la trace et de la différence. » ▪ Lynda Nawel-Tebbani (Université de Lorraine), « Le Discours antillais et l'héritage phénoménologique : Édouard Glissant lecteur et commentateur d'Husserl » ▪ Javier Burdman (Université Goethe de Francfort), « Communication in the Archipelago : Glissant and Lyotard »
- 16h30-17h30 : Les archives Édouard Glissant à la Bibliothèque nationale de France, Trésor national – Présentation par Laurence Le Bras, Conservatrice au département des manuscrits de la BnF et Guillaume Delaunay, Chargé de collections au service des manuscrits modernes et contemporains à la BnF.
- 17h30-18h30 : TABLE RONDE – Les diffractions du Discours : pluridisciplinarités et visions du réel
***
SAMEDI 27 AVRIL – Maison de l'Amérique latine (217 Boulevard Saint-Germain, 75007 Paris)


MATIN


- 9h : Mot de bienvenue de François Vitrani, directeur de la Maison de l'Amérique latine et président de l'Institut du Tout-Monde.
- 9h15-12h : Antillanité, créolisation, pensée de la Caraïbe. Président de séance : Loïc Céry
▪ Corinne Mencé-Caster (Sorbonne Université), « Le Discours antillais comme matrice d'un lexique de la "proto-créolisation" ? » ▪ Juliette Éloi-Blézès (Académie de Martinique), « L'IME, l'atelier du Discours antillais » ▪ Caroline Soukaï (Sorbonne Université), « Le Discours antillais : pour une exégèse fondatrice des littératures antillaises » ▪ Ewa Grotowska-Delin (Univ. des Antilles), « Le Discours antillais et ses multiples ramifications » ▪ Yves Chemla (IUT Paris), « Lecture de Gouverneur de la rosée de Jacques Roumain à l'aune du D iscours antillais d'Édouard Glissant » ▪ Dominique Aurélia / Laura Carvigan-Cassin (Université des Antilles), Présentation de la session antillaise du colloque, 5-6 novembre 2019.


APRÈS-MIDI


- 14h-16h : Discours poétiques, visions politiques et culturelles. Prés. de séance : Corinne Mencé-Caster
▪ Sam Coombes (Université d'Édimbourg), « Opacité et ouverture : Le Discours antillais et les multiplicités du monde »
▪ Zahia Rahmani (INHA, Institut national d'histoire de l'art), « Désarrimer l'identité : Reflet de la pensée archipélique sur le désert » ▪ Gilles Verpraet (Université Paris Nanterre), « Le Discours antillais et la subjectivation culturelle » ▪ Pierre Carpentier (Organisation guyanaise des droits humains), « Le Discours antillais , manifeste anticolonialiste et poétique de la nation Martinique. Un rapprochement guyanais. »


- 16h30-18h : TABLE RONDE – Édouard Glissant, engagements et présences du Discours antillais


***
DIMANCHE 28 AVRIL – Maison de l'Amérique latine (217 Boulevard Saint-Germain, 75007 Paris)


MATIN


- 10h-12h : Focales esthétiques. Présidente de séance : Tiphaine Samoyault
▪ Jacques Leenhardt (EHESS), « Le Discours antillais ou la méthode de l'art » ▪ Sylvie Glissant (ITM), « Les esquisses d'un discours » ▪ Federica Matta, « Les Voyages des Imaginaires »


APRÈS-MIDI


- 14h-17h : Regards sur Le Discours antillais


▪ Patrick Chamoiseau ▪ Manthia Diawara (Université de New York) ▪ Mireille Delmas-Marty (Académie des Sciences morales et politiques), « Le Discours antillais , un récit d'anticipation sur les mondes possibles » ▪ Jacques Coursil
9 ▪ Edwy Plenel (Mediapart) ▪ Marie-José Mondzain (CNRS) ▪ Anne Querrien (Revue Chimères )

- 17h-17h30 : Conclusions du colloque / Présentation de la session de Cambridge (15 juin 2019), par Sylvie Glissant, Loïc Céry (ITM) et Hugues Azérad (Université de Cambridge, Magdalene College)
- 18h-19h : Lectures poétiques par Jacques Coursil
Inauguration le jeudi 25 avril à 18h


Du jeudi 25 avril au mardi 7 mai


Entrée libre du lundi au vendredi de 8h à 20h
Grand hall
FMSH | 54, boulevard Raspail, Paris 6

logotwitterFacebook