International

Publié dans International

-Cent ans après la Grande Guerre, que faisons-nous de cet héritage ? Association Solidarité internationale de Vitry sur Seine France

Mar 01, 2019
-Cent ans après la Grande Guerre, que faisons-nous de cet héritage ? Association Solidarité internationale de Vitry sur Seine France

 

La Caravane de la mémoire - Les tirailleurs dits sénégalais 39 affiches


Exposition et table ronde


Table ronde avec les auteurs et avec comme modérateur Pape B CISSOKO-Philosophe
Mardi 26 février à 18h
Bref compte-rendu

Merci au slameur-poête antillais Félicien JERENT venu nous donner une contribution magistrale sur les non-dits de l'histoire. Merci à Rachida KABBOURI une brillante  intellectuelle qui nous a parlé de l'identité et du devoir de mémoire et selon elle  pour l'essentiel pour l'africain n'est pas dans la réparation mais le Respect....et tant d'autres participants 


Accompagné d'une projection, cette rencontre avec les auteurs donnera à réfléchir sur le regard que nous portons les uns et les autres, pour un Meilleur Vivre Ensemble.
Remerciements le centre culturel de Vitry-sur-Seine qui a tout fait pour le succès de ce projet inédit .


A la table Catherine LAHAYE et Eric FOUS et après Gilbert LAHAYE nous rejoindra.

 

J'avais la redoutable mission de modérer ce débat qui pouvait déraper à tout moment à cause des sensibilités diverses. Le sujet sur les tirailleurs est un peu comme le sujet sur l'esclavage. Les Français sont allés dans des pays lointains chercher des personnes qui se battront pour eux pour sauver le pays de l'occupant nazi.


Le débat n'a pas manqué de montrer que les Antilles ont aussi versé du sang et une jeune panafricaniste de parler de dédommagement et demande à la France de laisser tranquille l'Afrique.
Oui tous ces apports sont importants et délient les langues pour vider les cœurs de la haîne et du jugement facile et bête. Une européenne nous dit que ces guerres ont pour fondation l'argent pourquoi aller piquer chez les autres leurs trésors, les appauvrir et les laisser crever. Pourquoi ces soldats qui ont survécus devront gagner moins que leurs pairs blancs. Toutes ces questions sont importantes mais ce n'était pas l'objet de la rencontre.


Table-ronde avait pour objet de parler de l'histoire pour camper les choses.

L'Afrique ce continent riche et divers, riche de ses royaumes des cultures et de son sous-sol n'était pas une tabula rasa, un vide culturel, l'exposition et l'ouvrage ont bien campé cette donnée comme chiffre absolue

Puis il fallait montrer que les africains ne sont pas venus de leur propre gré, certains ont fui dans la forêt pour échapper au recrutement et Blaise Diagne qui était un maître d'œuvre.


Les auteurs ont bien montré que la guerre dans sa plus grande horreur et notre ami Gilbert LAHAYE co-auteur a même versé des larmes en évoquant cette bataille et j'ai trouvé cet article qui en dit mieux «L'hécatombe des tirailleurs sénégalais au Chemin des Dames »


Le 16 avril 1917, les tirailleurs sénégalais sont environ 15 000 dans le secteur du Chemin des Dames, à Hurtebise, Laffaux et Vauxaillon. Ils sont fauchés par les mitrailleuses allemandes qui devaient être détruites par les bombardements qui ont précédé l'offensive.

Par Halima Najibi


Ce n'était pas vraiment leur terre, et pourtant, ils livrèrent des combats très meurtriers en Picardie pour défendre la France. Ces hommes, des tirailleurs sénégalais, sont près de 200 000 et participent au conflit de la Guerre de 14-18. Environ 30.000 y laissent la vie, leurs régiments étant bien souvent placés en première ligne.

Ce jour là, le temps est épouvantable, il pleut depuis une semaine et le froid et la neige s'invitent pour "l'offensive Nivelle". Le 16 avril 1917, les tirailleurs sénégalais sont environ 15 000 dans le secteur du Chemin des Dames, à Hurtebise, Laffaux et Vauxaillon. Le général Nivelle, dans une note écrite, affirme vouloir "ne pas ménager le sang noir pour conserver un peu de sang blanc". Ils souffrent des conditions climatiques et partent à l'assaut avec des dizaines de kilos sur le dos. Ce ne sont pas des unités rapides et ils avancent vers une mort certaine. Le terrain boueux est jonché de milliers de cadavres de tirailleurs sénégalais. Cette offensive est une scène de cauchemar.

L'offensive est lancée le 16 avril 1917, à 6h. Dès le départ, c'est un échec cuisant. Les hommes sortent des tranchées, montent sur le parapet et sont tout de suite fauchés par les mitrailleuses ennemies qui n'ont pas été atteintes par l'artillerie française. Sur les 15 000 Africains engagés, plus de 7 000 sont morts à la fin des combats dont 1 400 le premier soir.

En 1917, le député du Sénégal Blaise Diagne accusa le général Mangin d'avoir laissé les troupes noires se faire massacrer lors de cette bataille. La plupart des Tirailleurs sénégalais reposent dans des ossuaires ou des sépultures en France.

Le général Mangin et le député sénégalais Blaise Diagne


Le sculpteur français Christian est l'auteur d'une oeuvre monumentale, un ensemble de neuf statues géantes, en hommage aux soldats d'Afrique subsaharienne morts sur le Chemin des Dames. Elles sont dressées sur le territoire de la commune d'Oulches-la-Vallée-Foulon, dans le département de l'Aisne, sur une des pentes du Chemin des Dames, à proximité de la Caverne du dragon.
"Force noire" des colonies


Les tirailleurs sénégalais sont fondés en 1857 par Louis Faidherbe, gouverneur général du Sénégal. Ils incarnent la « Force noire » chère à Mangin (1910), qui préconise leur utilisation massive en cas de conflit en Europe. Ils ne sont pas tous originaires du Sénégal, mais de toute l'Afrique occidentale française : Burkina Faso, Mali, Niger, etc.

Et ensuite que faire de cet héritage ?


Les étrangers ont combattu pour l'Europe, certains combattants survivants sont repartis dans leurs pays d'origine et d'autres sont restés et ont eu des enfants et des petits enfants.
Il est vrai qu'en temps de crises les pays d'accueils sont peu enclin à préserver les autres, ils deviennent les étrangers ; ceux-là. Les préjugés né de la guerre, les clichés allemands, etc autres doivent être balayés pour donner place à la reconnaissance et au respect.


Cent ans après il est plus que temps de dire qu'il y a du chemin et de temps en temps la France et les autres pays saluent la diversité ; en foot, en sport, etc. Les enfants issus de l'immigration, issus de ces gens venus de force verser leur sang pour sauver l'Europe face à l'Allemagne Nazi doivent mériter un autre sort. En clair l'association solidarité internationale lutte pour réveiller les consciences, travaille pour que la mémoire ne prenne pas congé et que le vivre ensemble dans le respect de chacun soit une réalité. C'est possible face à l'ennemi il y avait un soldat et non une couleur, face à l'ennemi les soldats de toutes couleurs de peau ont versé le même sang et pourquoi pas aujourd'hui se respecter et se liguer pour une vie apaisée.


Nos générations présentes et futures devront travailler ensemble pour construire un vivre ensemble qui dépasse en intégrant les singularités.
Une exposition itinérante qui en dit long sur cette page d'histoire. Ces 38 tableaux devraient être la propriété de l'Education nationale et doit circuler pour faire voir et comprendre que l'union a été sacrée pour sauver l'Europe et les tirailleurs ont versé leur sang.


Pourquoi avoir accompagné cette exposition d'un ouvrage ? Il était important pour répondre à la sollicitation de nombreux visiteurs de l'exposition de concevoir et réaliser cet ouvrage, Les forces noires africaines avant, pendant et après la Grande Guerre, et ainsi ancrer notre action dans une démarche citoyenne, mettant en exergue, cet élan de solidarité, qui a favorisé la rencontre des peuples, les amenant à vivre ensemble, renforçant le sentiment d'appartenir à une même nation... en faisant évoluer le regard des uns vis-à-vis des autres.


"Outre le devoir de mémoire cette exposition a pour vocation de susciter, auprès des visiteurs, la réflexion de notre histoire commune. Regarder à travers le prisme historique l'image de l'Africain et celle du blanc en Afrique lors de la Première Guerre mondiale", expliquent des militants bénévoles de l'association dans une interview au journal du CCV, le Relais, du mois de février.

Le devoir de mémoire est une expression qui désigne l'obligation morale de se souvenir d'un événement historique tragique et de ses victimes, afin de faire en sorte qu'un événement de ce type ne se reproduise pas.

Le devoir de mémoire confère une portée morale à la mémoire collective. Il s'agit en effet de l'obligation morale de rappeler un événement historique tragique, en reconnaissant les souffrances des victimes, afin de prévenir la reproduction des mêmes crimes. Sur le plan sémantique, l'expression « devoir de mémoire » ne faisait cependant pas partie du vocabulaire des associations d'anciens déportés.
La mémoire collective selon Maurice Halbwachs sur un post-it


Le devoir de mémoire est un concept né après la Seconde Guerre mondiale. L'idée sous-jacente était alors que la chance d'avoir survécu engendre, pour le rescapé, un impératif moral auquel il lui est impossible de se soustraire : son expérience tragique unique est porteuse d'enseignements pour la société. En pratique, les déportés les plus politisés de Buchenwald et Mauthausen ont par exemple pris l'initiative, à leur libération, de prononcer des serments visant à entretenir la solidarité née dans les camps et à poursuivre la lutte contre le fascisme. À sa création en 1945, le mouvement déporté rassemblant les survivants des camps s'est ainsi donné une finalité à la fois commémorative, qui relève du culte des morts, et politique :

« 1° honorer la mémoire des Français assassinés et de maintenir présents, à l'esprit de tous les Français et Françaises, les actes de barbarie dont se sont rendus coupables les assassins nazis et leurs collaborateurs [...] 2° empêcher par cette propagande et ce rayonnement le retour des conditions politiques et sociales qui ont permis l'instauration des régimes partisans de ces méthodes d'autorité[1] » (Statuts de l'Amicale de Mauthausen, 1947).

Dans les premiers temps, les associations ont fait ériger des monuments commémoratifs en même temps qu'elles organisaient des pèlerinages pour le recueillement des familles de déportés.
Entre mémoire et témoignage, archive et création, et sans réelle ambition historique-Tirailleurs sénégalais : la caravane de la mémoire» est un travail humaniste » qui souhaite avant tout participer à l'instauration d'un espace qui permette de reconsidérer de manière plus sereine et plus constructive la part importante et occultée (1) – prise par les soldats africains pour la défense d'une France libre pendant la 1 ère guerre mondiale..


Ce travail sur le portrait photographique de Tirailleurs sénégalais a été l'occasion de se pencher sur la manière dont les Africains ont longtemps été représentés.


Une représentation qui a alimenté de multiples stéréotypes pour le moins réducteurs, dont certains perdurent encore aujourd'hui.


D'abord perçus comme des choses, des animaux, des sous-hommes puis des sauvages domestiqués pour justifier notamment l'esclavage, la colonisation puis leur enrôlement dans l'armée, les Africains ont ensuite largement continué d'alimenter les représentations de serviteurs ou de bouffons. (3) Sous l'influence de la soi-disant » science des races «la présumée infériorité des Noirs reçoit des bases dites scientifiques. Les clichés qui témoignent de la bêtise humaine mais ce qu'il faut c'est de comprendre et de dépasser ces ignominies et construire un vivre ensemble.


Une exposition peut-elle documenter la guerre et participer elle aussi au devoir de mémoire ?


Il faut demander à l'association solidarité internationale qui loue cette exposition pour une semaine, deux semaines , etc
Merci à Emmanuel et la maison de la vie associative salle polyvalente de Vitry –centre culturel
Contacter Solidarité internationale 35 rue Ampère 94400 Vitry sur Seine 0146801178

logotwitterFacebook