International

Publié dans International

Miss Algérie : trop noire ou pas assez belle ? Le monde est divers : la beauté dépasse les couleurs accidentelles de peau.

Jan 10, 2019
Miss Algérie : trop noire ou pas assez belle ? Le monde est divers : la beauté dépasse les couleurs accidentelles de peau.

 

Miss Algérie : trop noire ou pas assez belle ? Le monde est divers : la beauté dépasse les couleurs accidentelles de peau.


«Il ne faut pas laisser la voie aux suprématistes, il faut résister par l'argumentation et les faits sinon ils vont imposer leurs fausses idées du Monde.  Ces miss qui dérangent le monde suprématiste ou la Bien-pensante : au Japon une métisse a été élue miss Ariana Miyamoto ; Alicia AYLIES, Corinne COMRAN et Sonia ROLLAND en France » Elles dérangent ces gens qui croient que le monde doit avoir une teinte une seule couleur Allez apprendre la géographie et l'humain pour comprendre. Arrêtez d'instaurer ou d'imposer un tribunal du gout ou de l'esthétique. Le monde est divers il faut le savoir. Je salue les medias de l'Algérie qui ont pris le sujet à bras le corps pour demander à l Etat et aux citoyens de parler de ces sujets et d'abandonner ce racisme enfoui qui fait du tort au pays. Dites à vos enfants de quelques couleurs de peau qu'ils sont ou elles sont qu'ils sont beaux et belles (roux, peau laiteuse, rose, noire foncé, noir simple, clair, métisse etc ) Ensemble nous apprendrons à nous respecter dans nos différence. Le monde est forcément divers et il est métisse qu'on le veuille/accepte ou pas.P B CISSOKO

Par Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè
Réponse de miss : Elle a renvoyé les discourtois à leur Créateur : « Que Dieu leur montre le chemin ».
© Glez


L'élection de la nouvelle Miss Algérie a déclenché, sur les réseaux sociaux, un flot de commentaires désobligeants. Racisme immémorial, « trolling » gratuit ou expression décalée de goûts légitimes ?
Les voies du goujat sont impénétrables. Depuis l'élection, ce 4 janvier, de Khadidja Benhamou au titre de Miss Algérie, Internet bruisse de commentaires venimeux qui naviguent entre relents racistes et dénonciation d'un niveau de beauté présumé insuffisant. Lorsqu'un internaute « mort de rire » présente l'élue comme un sosie de James Brown, est-ce la couleur de peau du chanteur qui constitue le problème ou ses traits masculins ? Certains posts ne recourent même pas à de tels sous-textes, comme celui de l'internaute « Crypto Negative » qui déclare « elle est noire, ça représente pas l'Algérie »
Pour autant, si le flot de goujateries est parfaitement grossier, il n'est pas exclusivement raciste. Il prend l'allure d'un « trolling », ce sport favori d'internautes qui trompent leur oisiveté en pourrissant les espaces de discussion numériques, dans le simple but d'alimenter la polémique.


« Trolling » VS solidarité


Bien sûr, le sacre national d'une Miss Adrar, originaire de cette région du sud-ouest de l'Algérie, ne pouvait manquer de réveiller les instincts de ceux qui projettent les bananes plus qu'ils ne les dégustent. Les ressortissants de cette région saharienne – où les peaux sont généralement plus mates – dénoncent régulièrement les discriminations dont ils disent être victimes.
La première bonne nouvelle est qu'ils ont désormais leur Miss Algérie. La seconde est que ces réactions effrontées auront eu le mérite de susciter un autre flot de contributions : une vague de compliments, de marques de solidarité et de dénonciation du racisme. Bon nombre d'éditorialistes ont emboîté le pas des internautes pour appeler à la promotion de l'africanité négligée de l'Algérie, dans la représentation politique comme dans les médias.


Miss France 2017, Miss France 2019, Miss Afrique... De nombreuses reines de beauté ont suscité des polémiques
Des Miss sous le feu des critiques


Plutôt anachroniques à l'ère du hashtag #MeToo, ces concours de beauté ne manquent jamais de susciter des polémiques aussi diverses que superflues. Miss France 2017, première Guyanaise à remporter cette écharpe, désola certains qui la considéraient d'abord comme originaire « d'un autre continent ». Les promoteurs du teint noir, eux, dénoncèrent une couverture du magazine Paris Match dont la photo de l'élue semblait retouchée pour éclaircir son épiderme.


La Tahitienne Miss France 2019, à nouveau bien éloignée de la métropole, vient, elle, de susciter la polémique en dévoilant son passé de... « ronde ». Et quand les trolls ne menacent pas les reines de beauté, ce sont les accidents : fin décembre, les cheveux de la nouvelle Miss Afrique, la Congolaise Dorcas Kasinde, prenaient littéralement feu sur scène...
Stoïque, quant à elle, la Miss Algérie injuriée a éteint le « feu » du web en employant une technique implacable. Elle a renvoyé les discourtois à leur Créateur : « Que Dieu leur montre le chemin ».


Autres faits


Si les reines de beauté peuvent l'objet de railleries, ce sont des quolibets racistes qu'a essuyé la Miss France élue le week-end dernier. Elle serait trop noire, au goût de certains...
Même si elle a inspiré des concours de beauté toujours considérés comme swag sur un continent africain qui ne rechigne pas au kitsch, l'élection de Miss France est à ce point désuète qu'elle ne pouvait que susciter des observations surannées. En particulier quand le teint de la lauréate est largement plus foncé que celui de la plus sombre des candidates du premier scrutin, en 1920.
Couronnée ce samedi à Montpellier, Alicia Aylies a déjà fait les frais de commentaires geignards. C'est la première fois que la prétendue « plus belle femme de France » est originaire de Guyane, région située en Amérique du Sud. Il n'en fallait pas plus pour qu'un internaute regrette, sur les réseaux sociaux, que Miss France 2017 vienne « d'un autre continent ».


La relève de Sonia Rolland


On pourrait croire à une querelle de clochers purement géographique qui n'aurait un lien qu'accessoire avec la couleur de peau et ne remettrait guère en cause l'élection, en 1993, de la black guadeloupéenne Véronique de la Cruz ou celle, en 2000, de la métisse Sonia Rolland, candidate bourguignonne au sang rwandais.
Pourtant, semblant déjà oublier que la Guyane est l'une des régions les plus vastes de France et qu'elle prit, dès 1604, le nom de « France équinoxiale », une twittos [utilisateur de Twitter, ndlr] estime que l'élection de ce week-end porte atteinte à une identité française dès lors « traînée dans la boue »...
Trop ou pas assez foncée ?
Le clou raciste que cette internaute peinait à enfoncer, un homme politique – pour peu que ce titre puisse lui être accordé – se chargea de le planter allègrement. Militant d'extrême droite, candidat furtif à la présidentielle de 2017 et fameux président de Radio Courtoisie, Henry de Lesquen glissa sans vergogne sur le terrain raciste.
Évoquant une « imposture cosmopolite » de nature à célébrer « le grand remplacement » – complot immigrationniste -, il affirme qu'il « convient que la demoiselle qui représente la France » soit « de race caucasoïde ».
Si les Miss ne brillent pas toujours par la finesse de leur esprit, Alicia Aylies a élégamment renvoyé dans les cordes les ségrégationnistes de la beauté. Sur la radio Europe 1, elle indiquait, lundi 19 décembre, que son élection au titre de Miss Guyane, l'année précédente, avait suscité l'indignation d'autres bougons qui avaient jugé, eux, qu'elle n'était « pas assez foncée de peau »...
6 sept. 2016 - La nouvelle Miss Japon est à moitié indienne et cela ne plait pas du tout à une partie du public qui a regardé l'élection.

logotwitterFacebook