International

Publié dans International

Pour Macron, le gendarme Beltrame incarnait « l'esprit français de résistance »

Mar 28, 2018
Pour Macron, le gendarme Beltrame incarnait « l'esprit français de résistance »

Emmanuel Macron prend la parole

      Au pupitre, le président de la République prend la parole face aux nombreux invités et prononce l'éloge funèbre. Il revient sur le déroulé des faits du vendredi 23 mars et rend hommage au parcours du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. " “Nous pensons en cet instant à ces blessés, à ces morts, nos morts et à leurs familles dans le recueillement."

"Il avait rendez-vous avec sa vérité d'homme"

      
"Lucide, déterminé, le lieutenant-colonel Beltrame a pris auprès du terroriste la place de l'otage. Il avait rendez-vous avec sa vérité d'homme, de soldat, de chef (...). Le lieutenant-colonel Beltrame a fait ce choix, parce qu'il se serait reproché éternellement de ne pas l'avoir fait", a prononcé le président de la République. Le chef de l'État a également salué une "grandeur qui a sidéré la France".

Arnaud Beltrame incarne "l'esprit français de résistance"

      "Il était un engagé et il avait juré de faire corps avec un idéal plus grand et plus beau, et cet idéal, c'était le service de la France. Dès que nous eûmes appris son geste, nous tous Français avons tremblé. L'un d'entre nous venait de se dresser brave (...) face à la folie meurtrière. Et avec lui surgissait l'esprit français de résistance. (...) Cette détermination inflexible convoqua dans nos mémoire les figures tels que Jean Moulin (...) des héros anonymes de Verdun (...) enfin de toutes ces femmes et de ces hommes avaient décidé que la liberté, la fraternité française ne survivrait qu'au prix de leur vie et que cela en valait la peine. Car l'intolérable, jamais ne peut l'emporter", a affirmé Emmanuel Macron. Avant de poursuivre : "Ce geste convoqua dans nos mémoires les figures de Jean Moulin […] des héros anonymes de Verdun […], de toutes ces femmes et de tous ces hommes qui, un jour, avaient décidé que la France, la liberté France, la fraternité France ne survivraient qu'au prix de leur vie et que cela en valait la peine."     

Il rejoint "le cortège valeureux des héros qu'il chérissait"

      "Je le dis à sa famille : la leçon qu'il nous a offerte est, je le sais, d'un prix inacceptable, la gratitude de la patrie et les honneurs rendus ne vous ramèneront pas l'être que vous aimiez tant. Ce héros était un homme, avec son histoire, ses liens, ses sentiments, ses questionnements et lui-même avait ses héros qui étaient les grands soldats français. Arnaud Beltrame rejoint aujourd'hui le cortège valeureux des héros qu'il chérissait." Et de poursuivre ensuite : "Il vivra en vous, dans vos souvenirs et vos prières. Mais ce que nous nous devons, c'est que sa mort ne soit pas vaine. Sa mémoire vivra, son exemple demeurera, j'y veillerai, je vous le promets. Votre sacrifice, Arnaud Beltrame, nous oblige, il nous élève, il dit comme aucun autre ce qu'est la France, ce qu'elle ne doit jamais cesser d'être."

"Ce que nous combattons, c'est aussi cet islamisme souterrain"

      Emmanuel Macron a appelé "chaque citoyen" à "un regain de vigilance et de civisme" face à "l'islamisme souterrain", à l'occasion de l'hommage national rendu au gendarme Arnaud Beltrame qui a donné sa vie lors de l'attaque djihadiste dans l'Aude. "Ce ne sont pas seulement les organisations terroristes, les armées de Daech, les imams de haine et de mort que nous combattons. Ce que nous combattons, c'est aussi cet islamisme souterrain (...) qui, sur notre sol, endoctrine par proximité et corrompt au quotidien", a déclaré le chef de l'État, dénonçant cet "ennemi insidieux qui exige de chaque citoyen un regain de vigilance et de civisme".      

"Le socle de la République, c'est la force d'âme"

Le cercueil quitte les Invalides

      
Après l'éloge funèbre prononcé par Emmanuel Macron, le cercueil du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame quitte la cour des Invalides au son de la Marche funèbre de Chopin. Il est porté par les dix gendarmes, élèves-officiers et camarades du gendarme décédé.    

Le lieutenant-colonel Beltrame sera inhumé jeudi

      Les obsèques du gendarme seront célébrées jeudi 29 mars à Ferrals, dans les Corbières (Aude). C'est là qu'il résidait avec son épouse. Les trois autres victimes (Hervé Sosna, Jean Mazières et Christian Medves) seront également inhumées ce jeudi. 

Ce qu'il faut retenir :

- Un hommage national était rendu à Arnaud Beltrame, décédé lors de l'attaque du Super U. Il a été élevé au rang de commandeur de la Légion d'honneur et nommé colonel de gendarmerie. Toute la nation est rassemblée pour cette cérémonie : outre le président et l'ensemble du gouvernement, des anciens présidents, François Hollande et Nicolas Sarkozy, des dirigeants politiques de tous bords, dont Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Laurent Wauquiez, plus de 300 députés et de nombreux anciens ministres, dont François Fillon, Alain Juppé, Manuel Valls ;

- Emmanuel Macron a prononcé l'éloge funèbre. Arnaud Beltrame incarne « l'esprit français de résistance ». « Il rejoint le cortège valeureux des héros qu'il chérissait », a déclaré le chef de l'État, affirmant que « sa mémoire vivra » ;

- « Ce ne sont pas seulement les organisations terroristes, les armées de Daech, les imams de haine et de mort que nous combattons. Ce que nous combattons, c'est aussi cet islamisme souterrain (...) qui sur notre sol endoctrine par proximité et corrompt au quotidien », a déclaré Emmanuel Macron, dénonçant cet « ennemi insidieux qui exige de chaque citoyen un regain de vigilance et de civisme ».

logotwitterFacebook