International

Publié dans International

L’ex-otage Serge Lazarevic: «La liberté, c’est plus cher que tout»

Déc 10, 2014
L’ex-otage Serge Lazarevic: «La liberté, c’est plus cher que tout»

Détenu durant plus de trois ans par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avant d’être libéré hier, Serge Lazarevic, 51 ans, a mis le pied sur le sol français, ce mercredi 10 décembre. A sa descente d’avion, à l’aéroport de Villacoublay, près de Paris, il a été accueilli par le président français François Hollande et par ses proches.

Avec nos envoyés spéciaux à l'aéroport de Villacoublay,

C’est l’image de ce petit matin : un sourire. Et quel sourire, celui de Serge Lazarevic radieux, qui descend de l’avion de la présidence, puis enlace tendrement sa maman, sa sœur. Un instant fort, intense. L’ex-otage visiblement en forme du haut de ses presque deux mètres, même s’il a perdu du poids. Le crâne rasé, petit bouc poivre et sel, pantalon de toile et gros manteau, car il fait frais ici. Une belle image, celle d’un homme solide visiblement serein, loin très loin des images de la dernière vidéo diffusée il y a trois semaines.

Serge Lazarevic était le dernier otage français dans le monde. Libéré mardi, au Mali, après trois ans passés aux mains du groupe terroriste Aqmi, il a fait une brève escale à Niamey, au Niger, hier soir avant de s’envoler pour la France. Il a atterri ce mercredi matin, à 7h45 (heure de Paris) à l’aéroport de Villacoublay, près de Paris.

Examens médicaux et débriefings au programme

A sa descente d’avion, Serge Lazarevic a été accueilli par le président François Hollande - qui est venu accueillir à Villacoublay tous les otages libérés depuis qu’il a accédé à la tête de l’Etat -, mais aussi par sa famille. Sa fille, Diane, était déjà dans l’avion avec lui, puisqu’elle s’était rendue à Niamey hier. Le directeur et un employé du centre de crise du gouvernement étaient aussi à bord, ainsi qu’un médecin urgentiste qui a pu faire un premier examen médical.

Le premier examen est rassurant, nous dit-on, mais il sera prolongé dans la matinée de ce mercredi, inévitablement, par des examens médicaux dans un hôpital militaire de la région parisienne. Ensuite comme tous les otages après leur libération, Serge Lazarevic va être débriefé dans les jours qui viennent en un lieu discret par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), les services secrets français. Ce débriefing est donc une étape obligée et même une étape essentielle, car ces fameux débriefings, encore appelés RETEX dans le jargon des services secrets, permettent d'en savoir plus sur les preneurs d'otages.

Ces entretiens se font selon une procédure bien rôdée et généralement en deux étapes : La première a lieu le plus rapidement possible, dans le cas de Serge Lazarevic peut être même a-t-elle eu lieu la nuit dernière lors du vol retour. Il s'agit à ce moment-là de s'appuyer sur la mémoire et les émotions immédiates avant que les souvenirs ne s'estompent. La seconde phase a lieu après le retour en France, elle se déroule généralement, dans l'une des bases de la DGSE près d'Orléans. Les hommes du renseignement vont alors demander à Serge Lazarevic un maximum de détails : sur ces conditions de vie, ses lieux de détentions, sur le comportement de ses ravisseurs. Ils vont chercher à savoir s’il y a notamment des dissensions entre eux, et de quel matériel ils disposent. Chaque détail à son importance, car ces débriefings ou Retex ont un objectif opérationnel. Il s'agit pour les services secrets de parfaire leur connaissance du terrain et de reconstituer précisément les modes opératoires des ravisseurs.

Hollande : « N'allez pas là où vous pouvez être enlevés »

« A tous nos compatriotes qui peuvent se trouver sur des zones que l’on dit "à risque", faites en sorte de ne pas aller là où vous pouvez être enlevés. Nous sommes dans un monde dangereux, a lancé François Hollande devant la presse. Il y a des régions où il ne doit pas être accepté d’aller en voyages. Ce sont des règles. On sait maintenant les risques qui sont encourus. »

« C’est, pour un président de la République, une épreuve que de vivre des prises d’otages, comme pour les Français d’apprendre qu’un de leurs compatriotes a été enlevé, a poursuivi le chef de l’Etat. Et c’est une joie extraordinaire de pouvoir assister à une arrivée comme celle que vous avez eue, monsieur Lazarevic, cette joie que vous nous avez exprimée de retrouver les vôtres, de retrouver votre fille, votre mère, votre sœur, votre fils, tous vos amis. Et je veux maintenant vous dire, faites en sorte de témoigner de tout ce que vous avez vécu parce que c’est, pour les Français aussi, une fierté que de savoir qu’un des leurs a pu pendant trois ans résister à tout… »

L'ex-otage a pris la suite du président de la République devant les médias présents à Villacoublay : « Etre otage, c’est un peu compliqué, ce n’est pas très simple, mais la vie est belle de retrouver la liberté. Je ne savais pas avant ce que c’était la liberté, j’avais oublié ce que c’était la liberté. Et n’oubliez jamais qu’être un homme libre, c’est faire attention à soi, partout où vous allez comme l’a dit Monsieur le président. Faites attention parce que la liberté, c’est plus cher que tout. Quand on est pris, quand on est malmené, quand on est perdu, quand on est au bord de la mort, on pense plus à la vie. »

Et Serge Lazarevic de conclure : « Je vous remercie tous d’être là et je dis encore merci au peuple français, et merci au gouvernement qui a tout fait pour nous libérer [lui et Philippe Verdon, tué l’année dernière]. Je vous remercie tous. Vive la liberté. »

7H47. La porte de l'avion s'ouvre et Serge Lazarevic pose le pied sur le sol français. Avec ce sourire immense, une sérénité impressionnante.
Retour sur l'arrivée de Serge Lazarevic en France 10/12/2014 - par Guillaume Thibault écouter

Plus d'informations à venir.

 

L'ex-otage à la sortie de l'avion qui l'a ramené en France, le 10 décembre à Villacoublay.AFP PHOTO / MARTIN BUREAU

Espoir dans l’enquête sur l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon

Cette libération renvoie à l'assassinat de nos deux confrères de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, tués par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) près de Kidal, dans le nord du Mali, le 2 novembre 2013. Depuis l’enquête est difficile, mais pour l'association « Les amis de Ghislaine Dupont » le fait que la France n’ait plus d’otages dans la région est un espoir pour enfin connaître la vérité.

Nous posons la question : est-ce que cette libération va avoir des conséquences sur l’enquête ? Est-ce que ça va faciliter le travail des juges ? Est-ce que les autorités vont avoir davantage les coudées franches, la possibilité d’agir peut-être de manière plus rapide, plus radicale ? C’est ce que l’on espère aujourd’hui.

Pierre-Yves Schneidersecrétaire général et porte-parole de l'association «Les amis de Ghislaine Dupont» 10/12/2014 - par Sébastien Nemeth

Rfi

logotwitterFacebook