Ex-libris

L'Afrique noire dans les imaginaires antillais par Françoise Naudillon, Obed Nkunzimana,

«Un dimanche ensoleillé j'étais avec du beau monde chez la doyenne Marie Laure De Lacvivier dans le 17 ème à Paris , il y avait le brillant intellectuel franco-goréen Blaise Diagne, économiste et penseur mais aussi la mignonne et doublement fine (dans le corps et l'esprit) Bénédicte Auvard qui travaille sur l'altérité dans l'art. Cette dernière me parle au détour d'une conversation de Francoise NAUDILLON (une des rares professeures à enseigner la littérature "afro-caraibéenne") et quelques semaines avant c'est le Pr DORIGNY qui nous en parlait lors d'une conférence dans le Val de Marne. Que le monde est petit. Depuis je suis allé cherche ce que F Naudillon faisait et j'ai trouvé ceci.. P. B. CISSOKO»


Représenter l'Autre, c'est aussi présenter une part de soi et construire ainsi les assises d'une relation solidaire.


Le débat sur le rapport à l'Afrique dans les littératures et les imaginaires antillais mérite d'être relancé et actualisé.


Dans un contexte de mondialisation qui est à la fois une réalité mais aussi un projet encore mal défini et source d'appréhensions, à l'ère où le rêve d'un humanisme solidaire reste à concrétiser et à consolider, la notion de représentation de l'Autre prend toute son ampleur et sa pertinence, car la construction du regard sur l'Altérité influe sur celle de la Relation.

Cet ouvrage tente de repérer les empreintes d'une présence africaine dans le texte antillais.

Qu'elle soit l'objet de (re)mythification, de négativisation ou de mises à distance stratégiques, qu'elle soit perçue comme un passé problématique ou un horizon sombre, qu'elle agace, rebute, intrigue, amuse ou fascine, l'Afrique reste vivante dans les imaginaires poétiques et populaires des Antilles.


Présence fantôme et harcelante où alternent affres de mémoire et silences assourdissants de l'oubli, elle rôde dans les écrits, peuple subrepticement les esprits et ne laisse personne indifférent. Réflexion collective d'universitaires du Québec, du Canada anglais, des Etats-Unis et de la France, tous réunis par le même double intérêt pour l'Afrique et les Antilles, ce livre se veut un espace de rencontre visant à bousculer certains écrans historiques et, peut-être, à ressouder les solidarités identitaires fissurées par une tragédie humaine ainsi que par la méconnaissance réciproque et chronique qui en a résulté.


Ce travail, commencé en 2010 où fut célébré le cinquantenaire des indépendances africaines, est geste d'accompagnement, mais aussi acte de solidarité.
Bibliographie j'ai trouvé ceci poutr vous mais je reviendrai pour amplement parler de F NAUDILLON..


TRISTES TROPISMES, Françoise Naudillon - livre, ebook, epub
Éditions L'Harmattan


Cafés-Rencontres: Françoise Naudillon at UWaterloo French Studies ...

Pour le peuple, par le peuple contre le peuple :


colloquepeuple.blogspot.com

Le peuple ? Là où on ne l'attend pas »

Les masques de Yasmina (Essai) eBook: Françoise Naudillon: Amazon.fr ...


Les masques de Yasmina (Essai) par [Naudillon, Françoise]


Françoise Naudillon


Mémoire d'encrier L97828971207261 12 Septembre 2015 Publié par Edouard Boulogne


Quand Le Scrutateur permet de rectifier certaines erreurs ( ou mensonges délibérés ) sur l'histoire ( et les gens ) de la Guadeloupe.

Françoise Naudillon est professeur certifiée au département d'Études françaises de l'Université Concordia et spécialiste des littératures francophones et de leur réception. Elle travaille en particulier sur le roman policier et les littératures populaires. Elle a publié de nombreux articles dans des revues internationales et parmi les publications qu'elle a dirigées, l'on peut notamment citer Bolya. Nomade cosmopolite mais sédentaire de l'éthique (2012), Images et mirages des migrations dans les littératures et les cinémas d'Afrique francophone (2011), L'Afrique fait son cinéma. Regards et perspectives sur le cinéma africain francophone (2006) et Femmes en francophonie, écritures et lectures du féminin dans les littératures francophones (2014), parus chez Mémoire d'encrier.

La deuxième photo montre une classe terminale au lycée, en Guadeloupe en 1938 ou 39. La tête du professeur Blanche émerge au milieu de ses élèves, entre plusieurs têtes de garçons, à l'arrière plan.
Nos lecteurs le savent, l'une des tâches que s'assigne notre blog du Scrutateur, outre notre présence active et réfléchie sur la « Toile » pour analyser la politique, notamment (mais pas exclusivement ) aux Antilles françaises, il y a le souci de lutter contre la pensée toute faite ( c'est à dire une non pensée, une accumulation de clichés morts et stériles ) notamment dans le domaine de l'histoire.
C'est dans cette perspective que j'ai, depuis des années, entrepris la réhabilitation d'un Guadeloupéen, noir, philosophe, ancien normalien de la rue d 'Ulm, professeur de philosophie, en Guadeloupe d'abord, puis au lycée de Cannes.


Lénis Blanche joua un rôle également pendant la guerre, dans son île natale, aux côtés de l'ancien gouverneur, Constant Sorin, durant cette difficile période, ce qui lui a valu des critiques exacerbées, et parfois de parfaite mauvaise foi, de la part de gens aux idées contraires aux siennes, mais aussi de ( parfois les mêmes ) ceux qui le jalousaient à cause de son intelligence nettement supérieure à la moyenne, à la leur en particulier.
Le journal Guadeloupe 2000 d'abord, puis Le Scrutateur ont entrepris de le réhabiliter contre ses détracteurs.
Cette entreprise commence à porter ses fruits.
C'est ainsi que le hasard d'une recherche m'a conduit à un travail effectué sur internet par l'intellectuelle créole Françoise Naudillon et dont voici le LIEN :
( https://books.google.fr/books?id=KuroCQAAQBAJ&pg=PA77&dq=Famille++Boulogne+de+la++Guadeloupe&hl=fr&sa=X&ved=0CD8Q6AEwB2oVChMI3Z3ejbuAxwIVRbkUCh1VqQjd#v=onepage&q=Famille%20%20Boulogne%20de%20la%20%20Guadeloupe&f=false ).
Il faut remercier madame Naudillon pour ce travail, même si l'on peut regretter certaines approximations, voire inexactitudes. Comme par exemple, quand elle fait de votre serviteur « le politicien Edouard Boulogne ».


Moi, « politicien »! Alors que je me suis gardé comme de la peste de cette activité actuellement fort déconsidérée. Je suis un commentateur de la politique, tâche que j'essaie d'accomplir avec honnêteté, et peut-être un certain courage. J'ai pris la chose toutefois avec le sourire, ne voulant y voir qu'un bégaiement d'auteur, plus ou moins permis par la Providence pour me punir de mes nombreux défauts!
Il y aurait encore à redire aux analyses de notre auteur.

Mais il ne faut pas exagérer car Françoise Naudillon ( qui aurait pu me contacter, par téléphone ou par courriel, ou m'honorer d'une visite, lors d'un de ses passages en Guadeloupe, j'en eu été charmé ) contribue à une nécessaire réhabilitation, quoique partielle de M. L. Blanche. ( on trouvera ci-dessous des liens avec les documents les plus importants que j'ai publiés sur Lénis B. Mais il y en a d'autres que l'on trouvera sur le Scrutateur encore, en tapant Lénis Blanche dans l'onglet ( chercher un article ).

A l'article de madame F. Naudillon, j'ajoute, en photographie, une page de l'ouvrage récent ( mars 2014 ) de Jean-Baptiste BRUNEAU : La marine de Vichy aux Antilles. Juin 1940-Juillet 1943. Editions Rivages des Xantons ).


Cette page rectifie certaines « erreurs » historiques, grâce au Scrutateur guadeloupéen.


Le travail paye, surtout quand il est honnête, et sérieux, et persévérant, un travail de bénédictin.

Le Scrutateur.

LE YOVOGAN. UN HAUT DIGNITAIRE DU ROYAUME DU DANHOMÈ XVIIIe-XIXe siècle-Arthur Vido


Histoire Africaine
HISTOIRE AFRIQUE SUBSAHARIENNE Bénin

Après la conquête de Sahè par les soldats du Danhomè (Bénin actuel) en 1727, le roi Agaja nomme à la tête de Gléhoué un homme dont la fonction principale consiste à renseigner Agbomè, capitale du Danhomè, sur les moindres faits et gestes des Européens : il s'agit du Yovogan. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, ce haut fonctionnaire et ses successeurs joueront des rôles importants dans les domaines politique, diplomatique, judiciaire, économique et militaire de la province de Gléhoué.

Arthur Vido est historien. Il enseigne à l'université d'Abomey-Calavi (Bénin). Ses travaux portent essentiellement sur l'environnement, l'alimentation, la femme, la sexualité et les études biographiques

DE MALAL BAH À ALFAA MOOLO BAALNDE_Une histoire du Fuladu à raconter_Mamadou Ndiaye

 

Harmattan Sénégal
ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATIONLITTÉRATURE AFRIQUE SUBSAHARIENNE Sénégal

Il s'agit d'une histoire qui se raconte aujourd'hui encore, pendant les veillées, au village, par les traditionnistes, gardiens de la mémoire collective des peuples dits sans civilisation écrite. L'histoire a lieu dans un espace bien déterminé. L'auteur y retrace les grands moments de ce terroir où, jadis, ont successivement régné les Baynounk, les Mandingues et les Peuls. Il met l'accent sur le règne de ces derniers qui a été facilité par l'arrivée du grand marabout haalpulaar : Ceerno Sayku Umaar Taal. La rencontre entre le Marabout et Moolo Egge, qui deviendra Alfaa Moolo, sur instruction de ce dernier, marque une étape importante dans l'histoire du Fuladu.

Mamadou Ndiaye est titulaire d'un doctorat PHD de l'Université d'Annamalai (Madras) en Inde. Depuis 1981, il a été chercheur au Centre de Linguistique Appliquée de Dakar (CLAD), puis Enseignant/ Chercheur au Département de Linguistique et Sciences du langage, à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l'Ucad. Professeur titulaire des Universités, aujourd'hui à la retraite, il a enseigné l'histoire de la linguistique, la comparaison génétique des langues et le pulaar. Il est auteur de plusieurs monographies, articles scientifiques et ouvrages collectifs sur les langues africaines.

LA TRAHISON DES DIEUX Roman Moustapha Ben Ismaïla Diaby


Harmattan Côte-d'Ivoire
LITTÉRATURE ROMANS, NOUVELLES AFRIQUE SUBSAHARIENNE Côte d'Ivoire

Ce roman engagé fait non seulement le procès des dérives des pouvoirs africains, mais relate aussi et surtout la nébuleuse qui caractérise les différents Palais.

Il fait ressortir la complexité des dossiers dits d'Etat où se mêlent harmonieusement la saga des bourgeois à la misère du peuple abandonné.

Toutefois, au-delà des critiques, l'auteur montre aussi la valeur du vivre-ensemble des populations dans des cités africaines dénuées du maximum d'infrastructures.

La trahison des dieux, roman époustouflant et engagé fait non seulement le procès des dérives des pouvoirs africains, mais relate aussi et surtout la nébuleuse qui caractérise les différents Palais

. Il révèle le contraste entre les bons discours et la praxis des gouvernants quant à la gestion au quotidien des affaires publiques au profit des populations.

Il évalue les écarts des ''grilleurs d'arachide'', des pourfendeurs des Républiques et fait le constat du déni de responsabilité des élites.

Toutefois, au-delà des critiques reformulées, l'auteur montre aussi la valeur du vivre-ensemble des populations dans des cités africaines dénuées du maximum d'infrastructures.


Diaby Moustapha Ben Ismaïla est né le 01 janvier 1979 à Guitry (au nord d'Abidjan). Il a fait, à la fois, des études de management (Institut Supérieur de Management de Dakar au Sénégal) et de droit (Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l'Université Catholique l'Afrique de l'Ouest, UCAO, Abidjan). Actuellement Directeur des Ressources Humaines à l'Agence Ivoirienne de Gestion des Fréquences Radioélectriques (AIGF), il prépare un Executive Doctorate In Public affairs (Affaires publiques) à l'université Paris Dauphine.

logotwitterFacebook