Filtrer les éléments par date : jeudi, 04 avril 2019

 

De 18h à 20 h notez sur vos agendas avec une programmation originale


Célébrer, répéter pour ancrer dans les consciences et les inconscients ce qu'est l'humanité. Se laver de ce passé violent où des hommes et femmes et enfants ont été déracinés de force pour servir gratuitement de force parce que considérés comme des biens meubles. Il est plus que temps de comprendre pour mieux avancer dans notre façon de nouer les relations. Pensons à Levinas avec sa théorie du lien de l'altérité et du visage. L'autre doit être respecté.   L'esclavage a engendré des souffrances que nous vivons toujours hic et nunc. Nous ne devons pas être complices de ces actions et faits. Pape B CISSOKO

Oui.

En célébrant la commémoration de l'esclavage avec cette date, la France a demandé pardon disait Joseph Ndiaye
Alors je pardonne, mais je n'oublie pas ! lisons feu joseph qui nous a toujours impressionné et nous a appris à regarder les choses et de pardonner

A cette occasion, vous publiez un ouvrage intitulé « Il fut un jour à Gorée » et adressé aux enfants. Pourquoi, alors que vous auriez pu écrire vos mémoires ?

Parce que les enfants représenteront la fierté des prochaines générations. Ils doivent donc être sensibles au passé odieux de leurs ancêtres. Au Sénégal, on enseigne cette histoire. Il y a des visites tous les mercredis à l'île de Gorée pour les écoliers et les universitaires aussi. Vous savez quand nous étions sous domination française, on nous apprenait que nos ancêtres étaient des gaulois. Ce qui était une fausseté de notre histoire.

Vous avez reçu à Gorée de grandes personnalités telles que Nelson Mandela, Hillary Clinton, James Brown et d'autres...Quelle rencontre vous a le plus marqué ?

Le pape ! Le pape qui a demandé pardon à partir de cette fameuse porte du voyage sans retour. Et aussi Nelson Mandela avec les larmes qu'il a versé.
*(L'église au siècle de l'esclavage a donné son aval aux monarchies européennes, pour accomplir la traite négrière avec le prétexte d'évangéliser des populations noires jugées sauvages et inférieures).

Avec Gorée, il y a Ouidah au Bénin qui fut un autre port du commerce triangulaire et certains villages du Congo, pourquoi ces lieux sont-ils moins connus et visités ?

Les esclaves qui partaient du Congo transitaient souvent par Zanzibar qui était un grand marché aux esclaves sur la côte est de l'Afrique. En Afrique de l'ouest, c'était effectivement Gorée, au large du Sénégal, Ouidah au Bénin et le fort d' Elmina au Ghana, qui servaient de passerelle. Si Gorée est plus connu aujourd'hui, c'est à cause de sa proximité géographique avec les Amériques. De plus, l'île abritait le fameux comptoir des hollandais qui avaient ses succursales à Nantes et à Bordeaux.

-Développer la prise de conscience de l'esclavage qui concerne non seulement le passé mais aussi le présent et l'avenir.
-Rappeler les conséquences actuelles et les interactions qu'a engendrées la traite négrière.
-Comprendre les différentes formes d'esclavage qui persistent et se développent.
-Permettre un dialogue équitable entre les peuples.
-Rappeler le respect de l'universalité des droits de l'homme.
-Lutter contre toute forme d'esclavage.
-Sensibiliser différents publics et développer une attitude citoyenne.

Commémorations de l'abolition de l'Esclavage
DEVOIR DE MÉMOIRE

Plusieurs célébrations rassemblent la communauté internationale autour de la question de la traite négrière et de l'esclavage. Elles offrent l'occasion d'un nécessaire devoir de mémoire sur cette page sombre de notre histoire pour honorer toutes les victimes de quatre siècles de tragédie humaine, mais également ceux qui se sont opposés et ont triomphés de ce crime contre l'humanité.

Ces journées commémoratives donnent aujourd'hui l'occasion d'approfondir la réflexion sur les conséquences contemporaines de cette tragédie et interpellent sur ses implications dans nos sociétés ; racisme et discrimination raciale, intolérance, mais également toutes les formes modernes d'esclavage, d'exploitation de la personne humaine.

L'objectif étant de construire et de rester dans la même communauté de destin avec comme ambition la conservation de la mémoire des ancêtres, car ce sanctuaire symbolise aussi le pardon et la réconciliation dans le respect du droit à la vie. Pour finir, une des citations de l'inoubliable Aimé Césaire : « C'est quoi une vie d'homme ?, c'est le combat de l'ombre et de la lumière, c'est une lutte entre l'espoir et le désespoir, entre la lucidité et la ferveur. Je suis du côté de l'espérance, mais d'une espérance conquise, lucide, hors de toute naïveté.... »


https://cdn.website-editor.net/cb895160850b410c8ad0a86f03b3723a/files/uploaded/1-MOTS%2520DU%2520PRESIDENT%2520DU%2520CADM%2520LE%252010%2520MAI%25202018.pdf

Publié dans International

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...

Calendrier

« Avril 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Video galleries

logotwitterFacebook