top

Economie

Ces start-up valent des milliards

Mar 16, 2017
Hit: 95
Écrit par
Ces start-up valent des milliards


Xiaomi est la deuxième start-up technologique la plus valorisée.@ WANG ZHAO / AFP


La plupart de ces start-up sont originaires d'Asie et inconnues en Europe. Elles valent toutes plus de douze milliards de dollars.


Elles valent des milliards et pourtant certaines ne vous disent probablement rien... Et pour cause, le monde du numérique ne se limite pas aux quelques entreprises cotées en bourse et qui ont fait la renommée de la Silicon Valley. Si Uber et Airbnb, dont la réputation n'est plus à faire, se classent dans la liste des dix start-up technologiques les mieux valorisées (leur prix estimé), on trouve aussi Xiaomi, Didi Chuxing, Palantir, Lufax et WeWork. Plongée dans ce monde des start-up très appréciées des investisseurs, mais inconnues du grand public.


Les start-up asiatiques débarquent en force...


Une fois passé Uber qui prend, et de loin, la tête du classement avec une valorisation de 68 milliards de dollars (environ 64 milliards d'euros), un coup d'œil sur le reste du podium offre un voyage vers la Chine. Les deux dauphins viennent en effet de l'Empire du milieu. Premier d'entre eux, le constructeur Xiaomi. Créée en 2010, l'entreprise produit notamment des smartphones, des tablettes et des objets connectés. Et si sa valorisation est si importante (46 milliards de dollars), c'est que la société a su prendre une place centrale sur certains marchés dont celui, clé, du mobile. En 2015, elle a par exemple écoulé "plus de 70 millions de téléphones" ce qui lui vaut le qualificatif d'"Apple chinois".


Troisième, avec une valorisation de 33 milliards de dollars (environ 31 milliards d'euros), Didi Chuxing. Un nom là encore inconnu en Europe. Pourtant, la start-up, l'équivalent d'Uber en Chine, est plus que prospère. Depuis sa création en 2012, elle a récolté près de neuf milliards de dollars auprès des investisseurs. Uber qui avait tenté de s'implanter sur le marché chinois et investi des milliards pour s'y développer a même dû rendre les armes fasse à la toute-puissance de Didi. Résultat, le service de VTC américain a vendu ses activités dans le pays à son concurrent. De quoi confirmer sa place de leader du transport de particulier en Chine.
.. mais les Etats-Unis gardent la main sur le top 5


La suite du classement opère un bref retour aux Etats-Unis. Derrière Airbnb (4ème, 31 milliards de dollars – 29 milliards d'euros), c'est la start-up californienne Palantir qui arrive cinquième. Avec une valorisation de 20 milliards de dollars (18,8 milliards d'euros), l'entreprise spécialisée dans le développement de logiciels et l'analyse des données (big data) travaille pour de grands noms dans le monde entier comme la CIA, la NSA et le FBI. En France, elle dispose notamment d'un contrat avec la Direction Générale de Sécurité Intérieure (DGSI).


C'est une autre start-up inconnue en Occident qui pointe son nez à la sixième place avec une valorisation de près de 20 milliards de dollars (18,5 milliards de dollars – 17,4 milliards d'euros). Baptisée Lufax, l'entreprise lancée en 2011 est spécialisée dans l'innovation financière et le prêt entre particuliers. Avec plus de sept millions d'utilisateurs enregistrés, elle a validé 200.000 prêts pour plus de 2,5 milliards de dollars. Juste derrière avec une valeur de 18,3 milliards de dollars (17,2 milliards d'euros), Meituan-Dianping, permet aux résidents chinois de réserver une table au restaurant ou une place de cinéma à des prix attractifs.
Une bonne tendance pour l'Asie


En queue de classement, la new-yorkaise WeWork propose d'améliorer la vie au bureau pour les start-up, l'indienne Flipkart gère le plus important site de e-commerce du pays et la californienne SpaceX appartenant à Elon Musk. Elles sont valorisées entre 17 et 12 milliards (entre 16 et 11 milliards d'euros) de dollars. Résultat, Amérique et Asie font jeu égal, avec cinq entreprises chacun dans le top 10. Mais la tendance est nettement plus favorable aux sociétés chinoises. Il y a deux ans, seules trois d'entre elles étaient présentes dans le top 10, selon l'historique du Wall Street Journal.
Mais outre cette tendance, l'absence du top 10 de certaines start-up populaires comme le leader de la musique en streaming Spotify (16ème place, première start-up européenne du classement) ou le spécialiste du stockage dans le cloud Dropbox (12ème) surprend. Et pour cause, au vu de l'importance du marché intérieur chinois, il est possible aux start-up locales de se placer parmi les leaders en proposant "simplement" leurs services dans le pays.

Par Grégoire Martinez

Lu 95 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Blocage des transferts d'argent d’Orange Money entre trois pays et la France

La Banque centrale d'Afrique de l'Ouest a bloqué les transferts d'argent opéré par Orange Money entre les pays de la zone monétaire ouest-africaine (UEMOA) et la France. Le Mali, le Sénégal et la Côte d'Ivoire sont les trois pays concernés. Selon la BCEAO, ce service de transfert de fonds hors de l'Union monétaire ouest-africaine n'est pas autorisé. Seules les banques ont le droit de le pratiquer.

Ce sont des campagnes de publicité payées par Orange dans la presse pour annoncer ce nouveau service qui auraient mis la puce à l'oreille de la Banque centrale. La BCEAO a envoyé une mission de contrôle en novembre à Abidjan et s'est aperçue que le produit était opérationnel.

Résultat : à la mi-février, l'institution a bloqué tous les transferts. « Il ne s'agit pas de pénaliser Orange. Mais seules les banques sont autorisées à faire ce genre d'opération hors de notre zone monétaire », explique une source à la BCEAO.

En effet, depuis 2016, Orange a reçu trois agréments pour pouvoir émettre de la monnaie électronique au Sénégal, au Mali et en Côte d'Ivoire. Mais cet argent ne peut pas être transféré en France par exemple. « Orange a probablement mal interprété nos textes », explique un expert de la Banque centrale.

En effet, l'institution réserve cette prérogative aux banques pour mieux contrôler les flux financiers. Cela permettrait d'éviter la fuite des réserves de change ou encore de combattre le blanchiment. Les sociétés capables d'émettre de la monnaie électronique comme Orange Money ont été agréées pour se rapprocher des populations, pour des montants plus modestes et des opérations plus faciles.

« Plus vous élargissez le champ d'action, plus il y a des exigences », déclare un spécialiste. Par exemple, contrairement aux banques, les entités comme Orange Money n'ont pas de comptes ouverts à la BCEAO. Le nouveau service de transfert ne devrait donc pas être débloqué, à moins qu'Orange « décide de créer une banque », conclut un expert de la BCEAO.

RFI

Lu 33 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Pathé ABRAHAM Lobbyiste (secteur Économie), Développeur pour les sociétés financières spécialisées dans le Transfert des Fonds Internationaux, Conseil en stratégie d'Organisation et de Développement.

 

Il y a beaucoup d'africains qui font bouger les lignes et qui sont dans l'ombre. Ichrono.info fait le pari de les sortir de ces ténèbres, pour les jeter dans la lumière, il est grand temps de nous dire, de nous entendre, de mutualiser nos compétences pour tirer vers le haut ce continent riche et paradoxalement à la remorque du monde. Continent où les deniers publics sont confondus avec les poches des uns et des autres, tout est confié aux autres aux « étrangers » alors que nos compatriotes sont experts dans tous ces domaines du savoir , alors donnons leurs l'occasion de nous proposer des solutions pratiques » Pape CISSOKO

Je vous remercie de la promptitude de cette reprise de contact. Le plaisir de cette fortuite rencontre est réciproque. J'ai beaucoup apprécié notre échange.

Les questions que vous m'avez posées sont pertinentes et précises.

Voici,non exhaustives,mes réponses.

Que faites vous comme activités en France :

Lobbyiste (secteur Économie) et quelques autres casquettes dont Développeur pour les sociétés financières spécialisées dans le Transfert des Fonds Internationaux.
Conseil en stratégie d'Organisation et de Développement.

Quelles analyses sur ces transferts A qui profite cette manne financière :

L'analyse la plus simple est que, nous africains de la diaspora sommes la source d'enrichissement de ces Sociétés qui,certes,nous rendent service en permettant à nos parents d'accéder à l'argent que nous leur envoyons en tant réel. Mais là s'arrête notre intérêt.
Cette mane financière profitera en grande partie aux entrepreneurs africains de la diaspora et ceux opérant en Afrique. C'est pour elle que le Promoteur du projet que je suis s'engage à mettre,sous contrôle collégial, une part conséquente des retombées dans le Fonds de financement des entrepreneurs.

Pensez vous qu on peut faire autrement :

Oui nous pouvons faire autrement en créant notre propre réseau. Cela nécessite un investissement assez conséquent et une obtention de l'agrément de l'Agence de Contrôle Prudentiel (structure de la Banque de France chargée d'accorder les agréments), l'activité de Transfert d'argent étant réglementée en France.Pour ma part je peux l'obtenir.
Mais dans une première étape, des contrats spécifiques avec des opérateurs bien choisis peuvent permettre de démarrer. C'est ce que je me suis attelé de faire.

Que voulez vous faire et quelles chances de succès:

Ce que je veux faire c'est faire prendre conscience à notre communauté africaine qu'elle peut tirer des avantages considérables de ce système, si elle fait bloc au sein d'un réseau par lequel elle devra désormais effectuer ses opérations de Transfert d'argent(en plus avec 30% de réduction sur les frais d'envoi pour les membres), gage du succès de cette aventure. IL EST VRAI QUE NOUS NE POUVONS PAS DRAINER TOUTE LA DIASPORA DANS CE RÉSEAU, MAIS, SI NOUS RÉUSSISSONS, ET C'EST LA CHOSE LA PLUS DIFFICILE, A CONSCIENTISER LES AFRICAINES ET AFRICAINS EN LES CONVAINCANT DU BIEN FONDÉ DE NOTRE DÉMARCHE, ÇA SERA UNE GRANDE VICTOIRE.

Si ce projet marche pensez vous investir en France ou en Afrique :

Oui car les entrepreneurs, futurs beneficiaires des financements octroyés par le Fonds(constitué par les opérations de transferts) et qui sont d'office membres du réseau, exercent tant en France,qu'en Afrique.
Vu que nous leur présenteront pour chaque pays d'Afrique les multiples opportunities d'investissement dans les branches diverses afin qu'ils puissent investir ou tout simplement être plus éclairés dans le cas où certaines de ces opportunities étaient déjà dans leur programme d'investissement au pays.
Dans ces opportunities d'investissement, nous mettons un accent particulier à l'agriculture avec un développement de toute la filière pour chaque produit choisi.Et surtout en adéquation avec le tandem PRODUIT-MARCHÉ local,sous-région et international

Si vous avez des articles des réflexions je pourrai les mettre en ligne :

J'ai en effet besoin de votre aide pour marteler cette information pour vraiment faire prendre conscience que nous pouvons financer nos entreprises et contribuer au développement de notre Afrique et aussi apporter des solutions aux problèmes d'immigration dont l'Europe ne trouvera jamais de solutions. Nous pourrons également contribuer,dans le cadre de la coopération décentralisée, à régler les épineux problèmes que rencontrent les agriculteurs français par des stratégies de développement dont je pourrai vous donner des détails de manière plus approfondie. J'y travaille depuis de longues années.

Je suis prêt à vous suivre en relayant vos projets etc :

Je souhaite vraiment que vous me suiviez et que nous travaillions ensemble.Car chaqun de nous dans son domaine de prédilection vise le même objectif,le bien être de nos semblables.

Très cordialement.

Abraham PATHÉ
0758233802

Lobbyiste (secteur Économie) et quelques autres casquettes dont Développeur pour les sociétés financières spécialisées dans le Transfert des Fonds Internationaux.
Conseil en stratégie d'Organisation et de Développement.

Lu 85 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar : Les précisions des inspecteurs du trésor

Face à la presse hier, lundi 6 mars, les agents du trésor affiliés à l’amicale des contrôleurs du trésor, l’amicale des inspecteurs du trésor, le syndicat unique des travailleurs du trésor ont apporté des précisions concernant l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar suite à l’interpellation par la justice de deux de leurs collèges comptables publics.

Suite à l’interpellation de deux de leurs collègues comptables publics dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, les inspecteurs du trésor du Sénégal sortent de leur mutisme. Face à la presse hier, lundi 6 mars, les agents du trésor affiliés  à l’amicale des contrôleurs du trésor, l’amicale des inspecteurs du trésor, et le syndicat unique des travailleurs du trésor ont déploré avec la dernière énergie la convocation de deux de leurs collègues et parlent d’une manipulation de l’information. Selon Mamadou Doudou Sy, secrétaire général de l’amicale des contrôleurs du trésor du Sénégal, il n’est nullement question de plaider en faveur de l’impunité d’une corporation, mais d’édifier les Sénégalais sur la responsabilité du comptable public par rapport à la gestion d’une caisse d’avance.

LES MODALITES D’EXECUTION D’UNE DEPENSE PUBLIQUE

Rappelant les modalités d’exécution d’une dépense publique, Doudou Sy, soutient : «une dépense publique peut s’exécuter suivant  deux  procédures. Une procédure normale  et une procédure exceptionnelle. Suivant la procédure normale avant l’intervention du receveur municipal qui est chargé de payer les dépenses,  il  y a trois procédures administratives  qui sont l’engagement, la liquidation et l’ordonnancement. Le receveur municipal vient après pour payer la dépense après avoir revu de fond en comble toutes ces charges».

Concernant la procédure exceptionnelle dans laquelle s’inscrit  aujourd’hui la caisse d’avance, il renseigne que la régie  est prévue   par le décret  66-510 portant régime financier des collectivités locales   disposant  déjà en son article 16 dit que «pour faciliter le recouvrement des  produits au comptant pour le paiement de certaines dépenses urgentes de faire le montant des régies d’avance  où  les recettes peuvent être instituées  par décision du maire avec avis conforme du receveur municipal».

«Nous précisons que l’arrêté  portant création de la caisse d’avance  et la décision qui nomme le régisseur de cette caisse d’avance ont été régulièrement  pris. Relativement au fonctionnement de la régie, il y a d’abord une mise à disposition des fonds au régisseur sur la base d’une demande qui a été déjà faite par le régisseur,  le percepteur met à la disposition du régisseur les fonds. Celui-ci exécute ces dépenses conformément aux textes et produit des justificatifs relatifs à ces dépenses avant tout renouvellement», explique-t-il. Et d’ajouter : «A partir de ce moment les seuls contrôles que le régisseur est tenu d’effectuer conformément aux  textes précisés sont limitativement énumérés. Déjà l’article 34 du règlement général sur la comptabilité publique dit que le receveur municipal a l’obligation de contrôler la qualité de l’ordonnateur de son délégué,  l’assignation de ces dépenses et  la validation de ses créances ».

Selon M Sy, c’est dans ce sens que le contrôle effectué par le comptable est qualifié de contrôle de régularité formel portant uniquement sur la conformité matérielle et apparente des pièces qui lui sont présentées. « Le comptable public  n’a ni à se faire juge de la légalité des actes administratifs qui lui sont présentés, ni à se déplacer pour procéder à un contrôle sur place », précise-t-il.

« LE COMPTABLE N’EST PAS JUGE DE L’OPPORTUNITE, IL EST JUGE DE LA REGULARITE »

Abondant dans le même sens, Mamadou Keita, secrétaire général honoraire, souligne que la caisse d’avance est régie par textes. Selon lui, chaque maire a le droit de créer une caisse d’avance.  Seulement, il précise qu’après la création de la caisse d’avance,  le comptable a besoin d’avoir à sa disposition l’acte de création pour donner son avis conforme et une décision qui nomme le régisseur.

« Le comptable n’est pas juge de l’opportunité, il est juge de la régularité. A chaque fois si on convoque devant la justice un ordonnateur, le comptable aussi est convoqué en même temps, alors qu’il n’a aucune responsabilité. Nous interpellons les autorités de ce pays. Nous sommes des fonctionnaires, et avons choisi de servir l’Etat. Nous n’avons pas choisi la politique, donc qu’ils ne nous mêlent pas dans leurs combats politiques », a-t-il martelé.

Lu 46 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

AUDIO

-Habiter ici et vivre
Habiter ici et Vivre la-bas au Bled : immigration en questions. La chaine YOUTUBE de pape Cissoko ...
TFM-Sénégal-Questions
Télévision Questions Directes reçoit Pape Bakary Cissoko, Philosophe - conferencier - 23 Avril ...

Calendrier

« Mars 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Video galleries