Évaluer cet élément
(0 Votes)

Aïssata Tall Sall, la tête de liste du mouvement ‘’Osez l’avenir ‘’ a effectué une incursion dans la commune de Mbour par des visites de proximité.

Selon l’ancienne ministre sous Diouf et mairesse de Podor, Abdoulaye Wade devait être le patriarche du Sénégal et non une tête de liste, encore moins un candidat. Interrogée sur ses premiers jours de la campagne, elle a affiché un excellent état d’esprit et a inscrit sa venue à Mbour et vers le Sénégal de l’intérieur comme le prélude à des rencontres directes avec les Sénégalais. Aïssata Tall Sall s’est réjouie dans la foulée de voir et d’entendre les réactions des gens intéressés de Diamniadio à Mbour par son discours, l’appel à l’avènement d’une assemblée nationale de rupture, de changer le type de député pour rompre avec les pratiques vieilles de soixante ans.

Ses préoccupations sont de voir des députés dignes de ce nom siéger à l’Assemblée nationale et exerçant un contrôle effectif sur le travail gouvernemental en interpellant le gouvernement, lors du vote du budget sur l’effectivité des dépenses publiques.

A l’en croire, son  programme suggère un type de député devant être contrôlé par ses mandants Pour autant, selon elle, le mouvement ‘’Osez l’avenir’’ s’engage tous les trois mois à descendre à la base avec ses députés pour expliquer ce qu’ils ont fait de leur mandat. La responsable socialiste pense relever le défi en comptant sur le peuple sénégalais avant de s’émouvoir de la campagne « extravagante » de Bennoo Bokk Yaakaar qui opère avec des les moyens de campagne que personne n’a. ’On pensait que ce temps était révolu, de faire une campagne avec les moyens de l’Etat. On pensait que plus personne ne permettrait cela avec les moyens de l’Etat. J’étais un député de BBY en 2012 et ce n’était pas comme ça. Qu’est-ce qui s’est passé ? L’explication est là, c’est  seul  le pouvoir qui fait la différence‘’,  s’est-elle désolée face à la campagne de la majorité présidentielle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Moins de cinq jours après le démarrage officiel de la campagne électorale pour les législatives du 30 juillet, la Raddho prend à bras-le-corps son rôle d’observateur du processus électoral. Et c’est pour fustiger le maintien en détention préventive de la tête de liste nationale de Mankoo Taxawu Senegaal, Khalifa Sall qui viole, selon elle, le principe de l’égalité de traitement réservée à tous les candidats en lice ; mais aussi la modification non consensuelle du code électoral, le traitement déséquilibré de l’information au niveau des medias publics (Le Soleil et la Rts1) ou autre utilisation abusive de l’image de Macky Sall dans les affiches de Bby , en violation manifeste de la jurisprudence Wade en 2001.

Selon la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), Khalifa Sall, tête de liste nationale de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal doit bénéficier d’une liberté provisoire pour pouvoir battre campagne au même titre que les autres candidats aux législatives. En conférence de presse organisée hier, jeudi 13 juillet, son secrétaire général par intérim, Sadikh Niass, a indiqué que le maintien dans les liens de la détention préventive du candidat Khalifa Sall qui doit légitimement jouir des mêmes prérogatives que les autres candidats viole le principe de l’égalité de traitement devant être réservée à tous les candidats et candidates à ces élections législatives.

La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) tape du poing sur la table. Khalifa Sall, tête de liste nationale de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal pour les prochaines législatives, ne doit plus rester en détention préventive au moment où les autres candidats et têtes de listes déroulent leur campagne. En conférence de presse tenue hier, jeudi 13 juillet, Sadikh Niass, secrétaire général par intérim de la Raddho a formellement demandé qu’une liberté provisoire immédiate soit accordée au maire socialiste de Dakar pour lui permettre d’aller à la rencontre des Sénégalais comme le font ses concurrents. En effet, selon lui, le maintien dans les liens de la détention du candidat Khalifa Sall qui doit légitimement jouir des mêmes prérogatives que les autres candidats viole le principe de l’égalité de traitement qui doit être réservée à tous les candidats et candidates à ces élections législatives.

«Nous estimons que le candidat Khalifa Sall, tête de liste de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal, actuellement en détention préventive, jouit de la présomption d’innocence et de tous ses droits civiques et politiques dans la mesure où, il n’a pas encore été jugé et ne fait l’objet d’aucune condamnation définitive», a déclaré Sadikh Niass. Poursuivant son propos, le secrétaire général par intérim de la Raddho s’est prononcé par ailleurs sur le déroulement de la campagne électorale pour ces législatives du 30 juillet prochain. Et c’est pour dénoncer les cas de violences notés dans certaines localités en cette période de campagne électorale mais aussi pour déplorer l’absence d’équilibre dans la couverture des activités des 47 listes engagées dans ces élections de la part des médias publics : Le Soleil et la Radiotélévision sénégalaise (Rts). Accusant ces deux médias de faire la part belle à la liste de la coalition du pouvoir dans leur couverture, Sadikh Niass a notamment rappelé «l’obligation qui pèse sur les organes de gestion et de régulation des élections par rapport à l’égalité de traitement réservée aux candidats aux élections législatives du 30 juillet prochain.

Abordant le point relatif à la modification de l’article L78 du code électoral qui donne désormais la possibilité à l’électeur qui le souhaite de prendre seulement 5 bulletins sur les 47 en lice le jour du scrutin, le secrétaire général par intérim de la Raddho a déploré cette modification sans le consentement de tous les acteurs, notamment ceux de l’opposition parlementaire. «Même si il y a eu une majorité des candidats qui sont d’accord, l’idéal aurait été d’arriver à un consensus entre les acteurs avant de modifier la loi électorale à seulement un mois des élections, quand on sait que parmi les acteurs politiques qui sont contre figurent une bonne partie de représentants de l’opposition parlementaire», déplore Sadikh Niass. Avant d’estimer par ailleurs que cette nouvelle loi pose problème en ce sens qu’elle va violer le secret du vote et risque dès lors d’influencer le vote des électeurs.

RETRAIT DES CARTES D’IDENTITÉ BIOMÉTRIQUES : La Raddho parle d’un faible taux de 39.05%

Lors de ce face-à-face avec les journalistes, le secrétaire général par intérim de la Raddho s’est également prononcé sur la situation de retrait des cartes d’identité biométriques Cedeao. Et c’est pour déplorer un rythme de retrait de ces cartes d’identité couplée aux cartes d’électeur relativement faible sur l’ensemble du territoire et dans les pays où réside la diaspora sénégalaise. En effet, selon lui, à la suite d’une mission d’enquête sur l’ensemble du territoire national, la Raddho estime que le taux de retrait est de 57.51% par rapport aux cartes disponibles et 39.05% par rapport au total des inscrits. Ainsi pour permettre à un plus grand nombre d’électeurs de prendre leur carte, Sadikh Niass a également appelé à la décentralisation des commissions de retrait des cartes électorales et le renforcement des commissions itinérantes surtout dans les zones rurales.

Le droit-de-l’hommiste a aussi plaidé pour qu’une possibilité soit accordée aux citoyens qui n’auront pas la latitude de retirer leurs cartes d’électeur avant le jour du scrutin, de voter sur présentation de leur récépissé d’inscription plus une pièce d’identification valable. Et une multiplication, le jour du scrutin, des isoloirs dans les bureaux de vote (au moins deux isoloirs par bureau de vote). Poursuivant son propos, le secrétaire général de la Raddho a également fait état d’une absence quasi-totale des représentants des partis ou coalitions engagés dans la course pour les prochaines législatives dans les commissions de retrait des cartes d’identité couplées aux cartes d’électeur. Selon lui, seuls les représentants de la Commission électorale nationale autonome (Cena) sont présents dans toutes les commissions visitées par les équipes de la Raddho.

Par ailleurs, lors de ce face-à-face avec la presse, Sadikh Niass a également déploré le rythme de production des cartes qui, selon lui, ne semble pas suivre une certaine chronologie des inscriptions du fait que les premiers inscrits ne sont toujours pas les premiers dont les cartes sont disponibles. À cela s’ajoutent aussi, selon lui, des initiatives illégales prises dans plusieurs localités, notamment dans les zones rurales où, a-t-il dit, l’enquête a révélé des connivences entre certains chefs de villages et des responsables de commissions, ajoutées au fait que des cartes sont distribuées sans la présence physique de leurs titulaires.

LA RADDHO SUR LA PRÉSENCE DE L’IMAGE DE MACKY SALL SUR LES AFFICHES DE BBY : «Le président Sall n’a rien à voir avec cette campagne»

Interpellé sur la présence de l’image du chef de l’Etat sur certaines affiches de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (Bby), le secrétaire général de la Raddho par intérim a rappelé la jurisprudence du Conseil constitutionnel qui avait sommé le président Wade, lors des législatives de 2002, d’enlever son image sur les bulletins et affiches de sa coalition. Dans la foulée, il a déploré cette immixtion de Macky Sall dans une élection qui ne le concerne pas en tant président de la République. «En 2002, le Conseil constitutionnel avait motivé sa décision en disant que la présence de l’image de Wade était une violation du code électoral. Et le régime du président Wade s’était alors plié à cette décision en procédant au retrait de la figure de Wade. Le président Sall devait donc tenir compte de cette jurisprudence. En plus, le chef de l’Etat n’a rien à voir avec cette campagne qui concerne les députés. Il ne devrait pas figurer sur les affiches et les bulletins de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (Bby). Car, la présence de son image sur les affiches peut créer une confusion chez le citoyen qui aura du mal à faire la distinction entre les sorties du président de la République et celle de la coalition Bby, comme on le constate actuellement dans certaines images diffusées par la Rts. Notamment les inaugurations et autres cérémonies présidées par le président de la République, on ne sait vraiment pas dans quel compte mettre ces activités-là : celui du chef de l’Etat ou du président de l’Apr».

SudOnline

vendredi, 14 juillet 2017 12:06

14 Juillet - Macron-Trump : "Rien ne nous séparera jamais"

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Emmanuel Macron a assisté au défilé militaire du 14 Juillet en compagnie de Donald Trump. Lors de son allocution à la nation, il a remercié les États-Unis.

Emmanuel Macron a salué le couple franco-américain: "Nous avons trouvé des alliés sûrs, des amis, qui sont venus à notre secours. Les États-Unis d'Amérique sont de ceux-ci. Rien ne nous séparera jamais. La présence du président M. Donald Trump et de son épouse est le signe d'une amitié qui traverse les temps. Je veux les remercier pour le choix fait il y a 100 ans." Après 30 heures à Paris, des visites culturelles, un dîner à la tour Eiffel et le défilé du 14 Juillet, Donald Trump et son épouse Melania Trump quittent les Champs-Élysées. Ils quittent la capitale applaudis par la foule.
Emmanuel Macron s'envole pour sa part pour Nice, où il va participer aux hommages aux victimes de l'attentat du 14 juillet 2016.

12 h 17- Le président de la République remercie les Américains

      « L'histoire de la France ne commence pas le 14 juillet 1789, mais ce jour-là le peuple a montré quels idéaux il voulait suivre. Toujours, nous avons trouvé en nous cet amour de la patrie qui nous a sauvés », a ajouté le président. À la tribune, Emmanuel Macron a ensuite remercié Donald Trump : « Rien ne nous séparera jamais » des États-Unis. 
La France, a-t-il souligné, a trouvé dans son histoire des « alliés sûrs, des amis qui sont venus à notre secours » et les « États-Unis d'Amérique sont de ceux-ci, c'est pourquoi rien ne nous séparera jamais », a déclaré le chef de l'État français à l'issue du défilé du 14 Juillet.      

12 h 09- Emmanuel Macron prend la parole

      Le président de la République prend la parole pour une allocution officielle et s'adresse aux citoyens français. "En ce 14 Juillet, nous célébrons la France, nous célébrons ce qui nous unit, nous célébrons ce goût absolu de l'indépendance que nous appelons liberté, cette ambition de donner à chacun sa chance qu'on appelle égalité, cette détermination à ne laisser personne sur le bord du chemin qu'on appelle fraternité."      

12 h 06- L'heure des hymnes

      Le défilé se termine avec l'arrivée des drapeaux américain et français devant les présidents. Les hymnes des deux pays retentissent ensuite sur les Champs-Élysées. 

11 h 59- Daft Punk retentit sur les Champs

      Inhabituel pour un 14 Juillet, le chef de musique Jean-François Durand anime un concert et reprend les plus grands titres du groupe Daft Punk. Succès en tribune, Emmanuel Macron sourit et les militaires applaudissent. Après Daft Punk, la fanfare reprend Michel Fugain. Cette année, la volonté était également de rajeunir le défilé et de toucher un public plus jeune.      

11 h 55- Le défilé se termine

      L'animation de clôture termine le défilé. Après des musiques classiques, les musiciens rendent hommage à la ville de Nice et entonnent l'hymne "Nissa la Bella". La formation se disperse afin d'écrire "Nice" au sol.      

11 h 45- La cavalerie arrive

      Après les chars, la garde républicaine remonte les Champs-Élysées sous les applaudissements de la tribune officielle.       

11 h 37- Défilé des véhicules

      Retour sur terre avec le défilé des motocyclistes de la police nationale et des chars du 16e bataillon de chasseurs. 

11 h 27- La Légion d'honneur ferme le défilé militaire, les hélicoptères arrivent

      La Légion d'honneur vient clore le défilé militaire. Ils défilent plus longtemps que les autres (88 pas par minute, au lieu de 120), C'est dans les airs qu'il faut maintenant regarder, avec le défilé des hélicoptères. Au total, 29 appareils vont défiler.      

11 h 20- La police nationale arrive

      Après la douane française, c'est au tour de l'administration pénitentiaire de se présenter devant le président de la République. C'est ensuite au tour de la police nationale et de l'École nationale supérieure de la police de défiler.      

11 h 17- La base aérienne 705 défile

      La base aérienne 705 défile au son de la célèbre chanson "En passant par la Lorraine". Après les airs, les militaires de l'armée de l'air reviennent sur terre. Ils sont suivis de la division des affaires pénales militaires. C'est la première fois qu'ils défilent un 14 juillet.      

11 h 12- La tribune officielle célèbre les militaires

      Depuis le début du défilé, la tribune officielle s'est levée pour honorer les troupes à pied. Sous les applaudissements, les différents régiments remontent l'avenue. Depuis 10 h 45, plusieurs régiments foulent le pavé.      

11 h 00- Les écoles se succèdent

      L'École de formation des sous-officiers de l'armée de l'air, l'École de maistrance et l'École nationale des sous-officiers d'active défilent également sur les Champs-Élysées. Ils saluent tous le président de la République.

10 h 53 - Les soldats français défilent

      Les Américains sont suivis des troupes françaises. Les forces françaises engagées dans le cadre de l'opération Chammal sont à l'honneur. Plus de 3 700 militaires à pied ainsi que 211 véhicules, dont 62 motos, 241 chevaux, 63 avions et 29 hélicoptères étaient attendus sur la plus belle avenue du monde. Les soldats sont suivis des écoles militaires.     

10 h 49 - Les troupes s'élancent sur les Champs-Élysées

      Après le défilé aérien, les militaires commencent à fouler le bitume parisien. Le défilé est mené par des soldats américains. Dans la tribune officielle, Donald Trump debout salue les troupes américaines.     

Le point.fr

 

Kadia lingery crée son entreprise pour aider les couples dans leur intimité : au Sénégal c'est le mokh pojj, du némaly, du bethio, des perles, etc , et ailleurs il y a des dessous, des nuisettes, et les hommes aussi ont ce qu'il faut.

Kadia lingery est une auto-entrepreneuse dans la lingerie africaine-Sénégalaise et internationale –les accessoires : le mokh pojj


«Ce qui appartient à la vie privée au sein du couple légitime est totalement libre».


Ghalia : Je vais me marier très prochainement et j'appréhende mon premier rapport sexuel. Pouvez-vous me conseiller ?
Certaines femmes de certains pays utilisent des potions dangereuses et inadaptées pour assouvir leurs plaisirs mais ce n'est pas sans danger : le jumbo, le cube, etc.


Il faudra lire un excellent ouvrage de Kauffman sociologue très réputé :


http://www.ichrono.info/index.php/blog/item/611-la-guerre-des-fesses-de-jean-claude-kaufmann.


Les problèmes sexuels sont courants selon les sexologues.
Les différences de libido, problèmes d'érection, les rapports douloureux, etc
Les dysfonctions sexuelles et les troubles du désir peuvent toucher tout le monde, autant les hommes que les femmes et se manifester à tout âge. La sexualité censée être épanouissante peut alors peser lourd sur les épaules d'un couple.


Cherchons à comprendre.


Quel que soit le problème, il est souvent difficile de discerner ce qui est lié à une atteinte physique de ce qui est psychologique. Les idées, les pensées et les sentiments ont autant d'importance que les manifestations physiques.


Principales formes de dysfonction sexuelle masculine


Dysfonction érectile.


Baisse du désir. Éjaculation précoce. L'éjaculation retardée ou anéjaculation, Problèmes de santé physique. Plusieurs problèmes de santé peuvent être à l'origine d'une dysfonction érectile et, parfois, d'une libido plus faible.
Difficultés dans le couple. Des conflits non réglés avec le ou la partenaire se répercutent souvent sur le désir d'entreprendre des rapports sexuels et de se laisser aller intimement avec sa (ou son) partenaire.
Dépression,Stress, Angoisse, Anxiété, Manque de confiance en soi, Difficultés relationnelles, Difficultés d'adaptation.
Idéal ...


Vivre avec l'homme ou la femme idéal(e) c'est vouloir tout faire avec sa moitié sans penser à la rupture, sans jamais vouloir aller voir ailleurs en imaginant une autre relation. C'est fonder une famille, concrétiser des projets (mariages, enfants, voyages, investissements...). Mais c'est surtout tout faire pour entretenir les sentiments. Cette personne devient un réel besoin dans votre vie, en plus de vous donner de l'amour, vous êtes aussi son/sa meilleure amie(e).


La sécheresse vaginale peut entraîner des problèmes sexuels. Quelles sont ces difficultés dans la sexualité déclenchées par cette sécheresse intime ?
Sécheresse vaginale, la pénétration sexuelle difficile
Sécheresse vaginale, des douleurs de la femme à la pénétration
L'éjaculation précoce, plus fréquente en cas de sécheresse vaginale
Sécheresse vaginale et problème de libido féminine
Sécheresse vaginale et problème d'érection!
Sécheresse vaginale et perte de libido chez l'homme

Chez l'homme on trouve l'impuissance, la panne sexuelle, la peur, l'éjaculation précoce, etc.


Kadia est une franco-sénégalaise née en France il y environ 4 décennies.

Active, moderne et au courant des traditions et des rites sociaux, elle veut agir dans ce sens. Il y a trop de souffrance et je ne peux laisser ce créneau de la sexualité, de l'érotisme, à d'autres. Les réseaux sociaux sont inondés de blogueurs et blogeuses qui traitent de ces sujets et pourquoi pas moi.

Elle me dit qu'en pensez-vous ?  Je réponds que ce je suis un philosophe, un humaniste et partout où je verrai des compatriotes qui creent des activités je serai là pour en parler.


Elle connait bien sa culture puisqu'elle se rendait souvent dans le pays de ses parents.


Lors des cérémonies familiales en France elle entendait les femmes parler d'intimité, de stratégie, mais aussi de difficultés liées à l'intimité. Elle savait aussi que l'excision est un sujet difficile aux conséquences handicapantes. Puisque l'organe du plaisir est coupé la femme manque de quelque chose ce qui n'arrange pas les choses lors de l'accouplement.


Kadia aime faire le tour des marchés au Sénégal et elle voit des béthios, des némalis, des perles, tout un arsenal pour agrémenter la vie du couple. Elle interroge les commerçantes et noue des relations pour mieux apprendre et mieux dérouler son activité.


Elle sait aussi qu'il y a des designers des créatrices de lingerie africaine (nafytoo, qui sont très appréciées à travers le monde).
En Egypte à Dubai, etc des boutiques ont pignon sur rue pour vendre des accessoires .


De la Sexualité ou du Sexe ? Hiver ou été c'est humain comme besoin naturel.


Kadia lingery travaille au développement harmonieux du couple ou autres.


Le désir, la sensualité, le charme, beaucoup de choses autour du corps et de l'esprit sont censurés. Kadia dit non, la femme a besoin de plaire à son mari et elle peut les y aider l'homme aussi et partout dans les textes sacrés le corps et la Sexualité sont magnifiées dans le respect des règles, dans son intimité beaucoup de choses sont permises et kadia le dit haut à ceux qui voudraient la critiquer sans tenir compte des souffrances des gens.
Raviver la flemme du mariage du couple, notre jeune auto-entrepreneuse veut combler ce vide ou lever le tabou, etc.


Nos sociétés vivent beaucoup dans le tabou, le camouflage, est-il normal de souffrir sans vivre, vivre n'est pas faire tout et n'importe quoi, vivre c'est réaliser ce qui est possible pour l'harmonie de soi ou de son couple. Homme ou femme doit y accorder du temps et de l'intérêt.


Lutter contre la frigidité, les conséquences de l'excision pour l'homme lutter contre la panne, l impuissance, etc le bonheur et le Plaisir à porté de main.


C'est informée de tout cela que kadia a dit pourquoi pas ne pas explorer ce domaine et satisfaire les besoins des hommes et des femmes.
Trop de femmes souffrent de frigidité, de sécheresse vaginale, manque de plaisir, etc.


Trop d'hommes ont des pannes sexuels, souffrent d'impuissance, ont peur de ne pas y arriver.
Elle se dit ; dans le coran la séduction et la quête de plaisir ne sont pas interdits, alors elle décide de créer son affaire qui disons-le marche bien et grâce au bouche à oreille.


Elle trouve des lingeries féminines ici et là, et des accessoires qui aident le couple.
Quelque fois, les lingeries ont beau être suggestives, rien ne se fait alors il faut trouver de l'aide.


Pour kadia lingery le plaisir est recherché par les hommes et les femmes. Chacun a besoin de prendre plaisir, le corps a des besoins et on peut les satisfaire dans l'intimité.
Je demande à kadia mais qui vient vous voir, elle répond tranquillement des gens normaux des hommes et des femmes de tous les âges qui ont besoin d'égayer, de pimenter leur vie de couple ou soigner un handicap.


Avant ce sont nos grands-mères qui se charger de faire l'éducation à la vie de famille et dans ces cours oraux il y avait une mention sur comment s'occuper de son mari. On parlera du pouvoir de séduction de la femme, du pouvoir de l'oreiller pour arriver à ses fins.

On ne parle pas n'importe quand et comment à son mari. Il faut attendre que son homme soit disposé et reposé pour entreprendre et on connait les accessoires des femmes woloff, avec l'encens pendant l'hiver, le petit pagne-bethio, ou les lingeries coquines, les ceintures de perles, brillantes, fluorescentes ou pas, la chambre et les draps décorés, bref l'art des entours est bien fait : la femme crée une ambiance.


Et elle ajoute : vous savez j'apprécie beaucoup les femmes voilées elles font tout pour contrôler le corps comme le dit un certain islam. Elles ne s'interdisent pas ce qui est permis pour faire plaisir au mari qui aussi lui rend bien.


Sous le tchador ou le voile il y a un maquillage d'une belle facture et en dessous chics, je ne dis pas toutes, mais elles sont coquines avec leurs hommes et c'est normal et souhaité.


7 années que kadia lingery est visibles sur les réseaux sociaux.

Kadia lingery est dans ichrono.info pour dévoiler son entreprise comme on le voit à Dubaï Égypte et comme clientes et clients il a la voilée et la demi-nue, le barbu et autres
Avec pudeur et respect kadia nous explique comment son métier secondaire soulage les couples de France du Sénégal et d'autres pays.


Parlez-en pour aider et soulager le silence et les souffrances de vos copines et amis ou épouses et maris.


Kadia lingery fait une activité secondaire de salubrité publique et nous devons le savoir.


Certaines femmes qui respectent la fidélité du couple alors que le mari est à l'étranger depuis des années, on peut se demander comment, elles font comment ?

Il faut se soulager sans trahir et de toute façon chacun est libre et nous ne devons pas juger les gens.
Certaines se complaisent à porter des lingeries coquines pour se faire plaisir, c'est leurs fantasmes, c'est leur choix nous ne devons pas juger. Tout ce qui est de l'ordre de l'intime et du privé ne regarde personne.

Vive la vie dans le respect de la vie intime de chacun.


Au Sénégal et dans certains pays ou la polygamie est pratiquée certaines femmes se mettent en compétition pour les faveurs sexuelles du mari le borom ker (le chef de la maison) et elle c'est le borom negg ( la cheffe de la chambre).


Voici des témoignages trouvés ici et là sur les produits et l'activité de kadia lingery.


K L-Mes produits sont de qualité, je suis certaine que c'est sans danger. Merci pour ta confiance.


-Cliente- oui c'est clair que j'avoue que j'avais peur mais tu es une bonne vendeuse et tu mets en confiance. En tout cas je valide et je vais en parler autour de moi, parce que comme tu dois le savoir nos hommes souffrent mais nous aussi et on n'ose pas le dire et ce n'est pas normal. On n'ira pas voie le sexologue ou un conseiller conjugal ou un médecin, ....


Céline- Salam aleicoum, alors je reviens vers toi pour te faire un bilan de tes produits.


Alors concernant les cristaux de menthe mon mari est devenu fou lol, il m'a dit tu veux me tuer mdr. J'ai souri.


Les boules brésiliennes sont exquises elles ont un effet immédiat en moi et c'est un délice. Il y a longtemps que je doutais de moi et j'avais peur pour mon couple.


La céline féline et féminine et allah je me suis métamorphosée je ne pensais pas que ça allait faire autant d'effet sur moi. Merci beaucoup pour tes produits et pour celles qui doutent je te recommande qu'elles n'hésitent surtout pas Vraiment merci je vais garder mon mari il ne trouvera pas un tel bonheur ailleurs... rires


-Kadia plutôt mon ange. Tout d'abord t'es la best hiin.


Tu as sauvé mon couple !!! tu sais que j'avais peur de venir t'en parler mais au final j'ai pas de regret d'être venue vers toi. Les gélules sont magnifiques pour la libido, pour celles qui ne mouillent pas ( sécheresse vaginale).

La solution après avoir tout tester c'est qu'avec ça j'ai eu des vrais résultats et même mon homme est content je ne sais pas comment te remercier les cristaux de menthe c'est le Feu alors ça je ne pourrai plus m'en passer tes produits sont devenus indispensables.

J'ai une collègue et une cousine qui ont des problèmes de sécheresse vaginale et une bonne amie dont le mari souffre de panne sexuelle. Je suis certaine que tu pourras leur trouver des produits pour les soulager et mettre du piment dans leur vie de couple. Je refuse à présent de souffrir en silence.

L'Islam n'a jamais interdit de mettre en valeur ses atouts de séduction bien au contraire....Plus la femme est féminine, plus elle a de mérite. L'Islam demande seulement de savoir gérer et contrôler ce qui nous a été offert, c'est-à-dive nos atouts de séduction et de ne pas les bafouer afin d'obtenir le RESPECT.


L'Islam met en garde la femme en lui imposant une pudeur vestimentaire (voir chapitre "tenue vestimentaire").L'Islam met en garde l'homme en lui imposant une manière de regarder la femme et de se comporter envers elle, mais dans l'intimité les deux peuvent et doivent se faire plaisir et l'ingéniosité est à rechercher pour couper avec la routine.


Je suis ravi de mettre en lumière une activité et une compatriote qui a crée son entreprise autour de la sexualité, j'allais dire de la vie intime. Ichronio.info se bat se bat pour aider les jeunes qui entreprennent, ichrono.info essaie de contribuer à sa façon à la désaliénation des esprits.

 

Kadia lingery a des projets pour le Sénégal mais auusi ici en France pour donner des cours en petit groupe de développement personnel ; comprendre le corps humain, la psychologie des personnes pour mieux les aider dans leurs intimités. : L'art de s'habiller, de porter les lingeries, les perles, le massage, apprendre à avoir confiance en soi, la discussion amoureuse, etc. Elle va aussi organiser des groupes de paroles pour extirper le complexe et la timidité qui freineraient certaines personnes dans leur intimité.

Pour la contacter : Sur facebook -   kadia lingery Ou instagram ou email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

N'hésitez pas à partager et en parler pour aider ceux qui sont en difficulté ou dans le besoin, un petit rien peut déclencher beaucoup de choses ..... 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc

 

https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc

La chronique de Pape Cissoko : La nécessité de voter comme acte citoyen majeur et responsable

Le vote est important.

Notre pays le Sénégal vit des heures hiostoriques.

 

La pauvreté, le chômage, les biens mal acquis, le clientélisme, l'influence des marabouts dans l'espace politique, la corruption, les litiges fonciers, le problème de l'eau , de l'éléctricité, les incivilités routières, les accidents de la route, l'insécurité, les dérives des mass medias, la santé, les albinos, les handicapés, le problème des enfants, etc nous invitent à prendre notre bulletin et de Voter.

Voter pour changer. La classe politique qui a dejà exercé le pouvoir perpétue une tradition et rien ne bouge.

Ce ne sont pas les monuments, les grands projets qui font un pays, un pays fonctionne quand il y a du travail, quand les gens travaillent en sécurité.

Il faut bien choisir une nouvelle génération d'hommes politiques pour un Sénégal nouveau sous le contrôle de la société civile.

Votons cet acte est le rempart à la violence et c'est l'expression de la démocratie.

mercredi, 12 juillet 2017 18:16

Trump, la goutte d'eau qui va faire déborder Orly

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La venue du président américain ce jeudi pourrait accentuer la pagaille qui règne à l'aéroport sud-francilien en rendant les accès encore plus difficiles.

Jeudi et vendredi, les conditions de fonctionnement de l'aéroport d'Orly pourraient être les pires jamais connues. À la pagaille et aux retards actuels générés par la police aux frontières (PAF), en sous-effectif, vont s'ajouter l'arrivée jeudi, et le départ vendredi, d'Air Force One, le Boeing 747 du président américain Donald Trump. Celui-ci, invité par le président Macron aux cérémonies du 14 Juillet, doit atterrir jeudi en fin de matinée, à une heure qui reste confidentielle. Conséquences, l'autoroute reliant Paris à Orly sera bloquée et le trafic aérien suspendu au moment des mouvements de l'avion présidentiel. Même punition pour le million de passagers voyageant à cette période vendredi lors du départ d'Air Force One. Et les voyageurs bloqués sur la route qui arriveront au terminal après l'heure limite d'enregistrement en seront pour leurs frais : ils devront acheter un autre billet ou payer un supplément.

À moins que le courrier adressé au président américain par Marc Rochet, président d'Air Caraïbes et French blue, ne soit pris en compte. Celui-ci lui suggère respectueusement d'atterrir plutôt au Bourget, l'aéroport d'affaires parisien, où une structure accueille régulièrement les avions des secrétaires d'État américains. Rochet tend la perche à Donald Trump dans cette lettre transmise par l'ambassadeur à Paris : « En allant au Bourget, vous marcherez sur les traces de Lindbergh et ce faisant, vous enverrez un message symbolique fort qui accroîtra le grand respect que les Français ont envers le président d'un si grand pays. » Le profil politique parfois contesté du premier aviateur à avoir traversé l'Atlantique pourrait ne pas déplaire au président américain. De plus, son programme prévoit une visite au cimetière américain de Suresnes, d'accès plus facile du Bourget que d'Orly. Mais le protocole, dont la souplesse est légendaire, prévoit que les chefs d'État soient accueillis à Orly dans un pavillon d'honneur récemment rénové et déplacé dans l'ancienne zone cargo. Notons qu'Air Force One va y stationner deux jours, ce que les avions ministériels français évitent depuis que les A319 de Chirac et Jospin avaient été tagués sur le tarmac d'Orly. Ils séjournent désormais à Évreux (A330) ou à Villacoublay (Falcon et hélicoptères) dans des enceintes militaires.

500 policiers à Orly sur 10 000 fonctionnaires de la PAF

De surcroît, depuis près d'un mois, les files d'attente lors des contrôles de la police aux frontières à Orly, et dans une moindre mesure à Roissy-CDG, suscitent des retards moyens d'environ 90 minutes. En particulier, tous les avions à destination des départements d'outre-mer et des pays du bassin méditerranéen ne sont plus à l'heure. Une mesure simple, évoquée mardi par les responsables des compagnies aériennes et des aéroports lors d'une réunion à Matignon, serait de considérer que les vols à destination des DOM restent du ressort de la France, et non pas de la règlementation Schengen. À Orly, cela constituerait immédiatement 10 000 passagers de moins à contrôler chaque jour.

Les autres aéroports français sont aussi à la peine. Si, en 2016, les compagnies ont enregistré sur le seul terminal Sud « une dégradation de 500 % » des retards par rapport à 2015, des chiffres comparables sont enregistrés à Nice ou Marseille notamment. Président de l'Union des aéroports français (UAF), Thomas Juin, avec son délégué général Nicolas Paulissen, et le délégué général de la Fédération nationale de l'aviation marchande (FNAM), Guy Tardieu, ont également insisté sur le déploiement massif de matériels Parafe (sas de contrôle automatisé des passeports). Surtout, la validation de la reconnaissance faciale doit être homologuée, plus rapide que l'actuelle reconnaissance digitale. Le renforcement des moyens informatiques alloués à la PAF doit être prévu pour pallier à la saturation des serveurs lors du scan des passeports. L'optimisation des effectifs doit aussi intervenir. Sur les 10 000 fonctionnaires de la PAF, 500 sont détachés à Orly et 1 700 à Roissy-CDG. De son côté, le PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, dans un courrier au ministre de l'Intérieur, demande « des mesures d'urgence ».

Lire aussi 2 guichets, 500 passagers : le scandale de l'attente dans les aéroports parisiens

Ces dysfonctionnements inquiètent aussi les membres du comité en charge de la candidature de Paris aux Jeux olympiques. En pleine négociation des JO de 2024, la France affiche au travers des défaillances des services de contrôle aux aéroports un retard d'infrastructures que, plus grave, le pouvoir politique semble ignorer.

Le Point.fr

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les députés poursuivent l'examen de la réforme du Code du travail. La France insoumise, elle, appelle à une grande manifestation d'opposition au texte.

Le passage du projet de réforme du Code du travail à l'Assemblée nationale

s'annonçait tumultueux. Depuis lundi et le début des débats, l'ambiance est en effet particulièrement tendue, notamment en raison de l'appel lancé par La Franceinsoumise de faire également entendre le « problème » dans la rue.

Depuis le début de l'examen de ce projet de loi qui autorise le gouvernement à réformer par ordonnances, alors que la concertation se poursuit avec syndicats et patronat sur leur contenu précis, les députés de La France insoumise et les communistes ferraillent contre le texte. Quitte à provoquer des tensions dans l'hémicycle avec les élus de La République en marche et MoDem, régulièrement pris à partie pour leur soutien sans faille à l'exécutif.

Fort d'une large majorité, le gouvernement a déjà fait adopter deux articles sur neuf, pour faire plus de place à la négociation d'entreprise et fusionner des instances représentatives du personnel. Mais les insoumis ne se résignent pas face à ce qu'ils considèrent comme une « casse du Code du travail ». Ils ont appelé à descendre dans la rue mercredi 12 juillet partout en France, avec un rassemblement à 18 h 30 place de la République à Paris en présence des députés LFI (17 élus).

Mélenchon dénonce des « décisions folles »

Leur leader Jean-Luc Mélenchon a appelé sur Facebook à « faire comprendre à nos concitoyens qu'il y a un problème », et pas seulement à l'Assemblée, car « 18 millions de personnes vont rentrer de vacances et découvrir qu'ils ne vivent plus dans les mêmes conditions légales dans leur entreprise », à la suite des « décisions folles » prises par des « idéologues complètement aveuglés ».

Dans le même temps, les députés vont poursuivre l'examen du texte, porté par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, un an après l'adoption de la loi El Khomri à l'origine de la pire crise sociale sous un gouvernement de gauche. Ils vont s'atteler au délicat article 3, qui porte notamment sur les très décriés barèmes des dommages et intérêts prud'homaux pour licenciement abusif. Pour Sylvain Maillard (LREM), cette mesure, abandonnée à l'époque par le gouvernement Valls, permettra « une plus grande équité pour les salariés et redonnera confiance aux employeurs », LR y voyant aussi un moyen de « recréer de l'emploi » en réduisant la « peur d'embaucher ».

Mais à gauche, c'est une « ligne rouge », tout comme le « recours étendu au contrat de chantier, plus précaire qu'un CDD », selon les élus socialistes. Le gouvernement envisage d'étendre ce dispositif, qui offre une souplesse à l'employeur ne pouvant prévoir avec certitude la date de fin d'un contrat, à d'autres secteurs que le BTP. Une idée qui avait été défendue par le Medef lors des réformes du travail de 2013 et 2015. Les communistes ont pointé le risque d'un « CDI précaire » avec ce contrat à mi-chemin entre le contrat à durée indéterminée et l'intérim, et « un premier ballon d'essai pour la fin du CDI », les insoumis y voyant une « ubérisation » de la société, tandis que l'ex-ministre socialiste du Travail Jean Auroux a mis en garde les parlementaires contre la « réinvention des tâcherons ».

La CGT appelle à une mobilisation le 12 septembre

Autre source d'inquiétude à gauche avec l'article 3, la possibilité de « modifier les dispositions relatives au licenciement pour motif économique », certains élus craignant des licenciements possibles dans des groupes réalisant des bénéfices, à l'instar de la socialiste Valérie Rabault (Tarn-et-Garonne), selon laquelle, si cette disposition avait existé en 2009, les salariés de Molex n'auraient par exemple « jamais obtenu gain de cause ».

Le vote sur l'ensemble du projet de loi aura lieu à la fin des débats, jeudi soir ou lundi. Le texte sera alors transmis au Sénat, pour être voté définitivement avant la fin de la session extraordinaire. Les ordonnances elles-mêmes, dont le contenu sera présenté fin août aux partenaires sociaux, devraient, elles, être examinées en septembre en conseil des ministres. Leur ratification sera ensuite soumise au Parlement, ce qui devrait engendrer une nouvelle bataille parlementaire, alors que la CGT a déjà appelé à une journée d'action le 12 septembre.

Le Point.fr

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Paris Saint-Germain (PSG) a présenté ce mercredi 12 juillet 2017 à la presse Dani Alves, dernière recrue du club, international brésilien et l’un des meilleurs latéraux de la décennie. Un gros coup sur le marché des transferts pour le PSG, sur le plan sportif mais également pour l’image du club.

Après avoir enrôlé le latéral gauche Yuri Berchiche en provenance de la Real Sociedad (Espagne), Paris accueille sa deuxième recrue de l’été. Et le PSG, en quête d’une première victoire en Ligue des champions, enregistre l’arrivée d’un homme qui en a remporté trois (2009, 2011 et 2015 avec le FC Barcelone).

Dani Alves débarque à Paris, pour un contrat de deux ans, avec son mental batailleur et son envie de gagner, deux qualités qui lui ont permis de décrocher 36 trophées au cours de sa carrière. Une armoire bien garnie pour un latéral droit renommé sur la planète football et convoité par plusieurs clubs cet été.

« Je ne suis pas seulement ici pour vivre à Paris, mais pour faire quelque chose de grand, je suis ici pour apporter ma contribution, pour que le club soit à la hauteur de la ville », a précisé le Brésilien lors de la conférence de presse qui s’est tenue ce 12 juillet 2017 au Parc des Princes.

Fin publicité dans 22 s

Paris a devancé Manchester City sur ce dossier

Après une finale malheureuse de Ligue des champions face au Real Madrid (1-4), Alves a trouvé un accord à l’amiable avec la Juventus Turin pour résilier sa dernière année de contrat. En Italie, le Brésilien a vécu un début de saison compliqué, pénalisé par une fracture du péroné en novembre 2016, avant de revenir en forme en fin d’exercice.

A 34 ans, le Brésilien demeure une valeur sûre sur la scène européenne. Cet été, il était pressenti pour rejoindre le Manchester City (Angleterre) son ancien entraîneur au Barça, Pep Guardiola. Mais le PSG a fait son entrée dans la course pour séduire l’arrière-droit, avec l’issue que l’on connaît.

Le rôle précieux de Maxwell pour attirer le joueur

Ce transfert est un succès pour le nouveau directeur sportif du PSG, Antero Henrique. Un recrutement qui rassure sur l’image de marque du club parisien, après la claque historique contre Barcelone en Ligue des Champions.

Dans cette entreprise, Antero Henrique a été bien aidé par l'ex-joueur Maxwell, tout juste retraité, et déjà décisif dans le secteur sportif du PSG. Il a été précieux pour convaincre son compatriote et ex-coéquipier à Barcelone de signer à Paris.

Dans la capitale, Dani Alves va d’ailleurs retrouver une importante communauté brésilienne avec Marquinhos, Thiago Silva, Lucas.

Si Maxwell a été prépondérant pour attirer le Brésilien, la séduction a également été pécuniaire : le salaire de l’ancien Barcelonais serait de 14 millions d’euros bruts par saison, selon le journal L’Equipe. Une somme qui s’explique aussi par l’absence d’indemnité de transfert à payer (joueur libre), qui permet d’engager des moyens supplémentaires pour convaincre le joueur.

DANI ALVES, UNE RÉFÉRENCE À SON POSTE

Avec l’ancien barcelonais, le PSG recrute un joueur d’expérience mais aussi un des meilleurs arrières droits au monde. Dani Alves est un latéral moderne qui s’inscrit dans la lignée des Roberto Carlos et Cafu. A mi-chemin entre défenseur et milieu excentré, il est un redoutable contre-attaquant. Sa vitesse et sa vision du jeu lui permettent de vite se projeter et d’avoir le geste juste afin de servir au mieux ses attaquants. Pour preuve, à Barcelone, il a délivré 102 passes décisives en 391 matches.

Sa très bonne maîtrise technique lui permet de souvent prendre le dessus sur son adversaire direct et d’être utile offensivement pour son équipe. Une récurrence pour Dani Alves depuis qu’il évolue en Europe. Que ce soit avec Juande Ramos à Séville, Pep Guardiola à Barcelone ou Massimiliano Allegri à la Juventus, le Brésilien a toujours été apprécié par ses anciens coaches pour son apport offensif. Et ce n’est sans doute pas Unai Emery, l'entraîneur du PSG, qui dira le contraire, lui qui chérit les latéraux offensifs. Mais Dani Alves sait aussi bien défendre. Réputé pour ne rien lâcher, le Brésilien est un défenseur redouté par ses adversaires. Son seul défaut : il se fait parfois prendre dans son dos lorsqu’il est trop avancé sur le terrain. Malgré tout, son arrivée devrait entraîner le départ de Serge Aurier. Avec trois arrières droits, le PSG dispose d’un latéral en trop et c’est le natif de Sevran qui devrait en faire les frais. Reste le Belge, Thomas Meunier, avec qui Dani Alves devra batailler pour avoir une place de titulaire. Mais à 34 ans, il aura à cœur de prouver qu’il n’est pas « cramé » et qu’il peut apporter de par son expérience. Avec comme objectif : de remporter la première ligue des champions du PSG.

RFI

Évaluer cet élément
(0 Votes)

En France, 7500 places d'hébergement pour les demandeurs d'asile et 5000 places pour les réfugiés vont être créées d'ici 2019, selon le Premier ministre Edouard Philippe, qui indique qu'un délégué interministériel sera nommé pour l'intégration des réfugiés.

La France va créer d'ici 2019 7 500 places d'hébergement pour les demandeurs d'asile et 5 000 pour les réfugiés. L'annonce a été faite par le Premier ministre ce mercredi 12 juillet.

« Nous ne sommes pas à la hauteur de ce que doit être la France dans la façon dont nous mettons en place des moyens pour accueillir les demandeurs d'asile et ceux qui ayant obtenu l'asile deviennent des réfugiés », a déclaré Edouard Philippe.

Dans le détail, 4 000 places seront créées en 2018 pour les demandeurs d'asile et 3 500 en 2019, et 5 000 places seront installées sur la même période pour aider les réfugiés à accéder au logement. Le chef du gouvernement a aussi confirmé son intention de raccourcir les délais de traitement des demandes d'asile, qu'il souhaite voir passer de 14 à 6 mois.

« Mesure d'éloignement » systématique

Le gouvernement français entend bien distinguer les migrants économiques de ceux qui viennent chercher refuge sur le territoire français, et souhaite se montrer ferme vis-à-vis de ceux qui seront déboutés de leur demande d'asile. Ces migrants feront « systématiquement l'objet d'une mesure d'éloignement » dès le rejet de leur demande, a déclaré Edouard Philippe.

« En 2016, sur 91 000 étrangers interpellés en situation irrégulière sur le territoire, seuls 31 000 se sont vu délivrer une obligation de quitter le territoire français et moins de 25 000 ont effectivement quitté le territoire, ces chiffres ne sont pas satisfaisants », a-t-il détaillé.

Un délégué interministériel, placé sous la houlette du ministre de l'Intérieur, sera également nommé. Selon le chef du gouvernement, toutes ces mesures feront l'objet d'un projet de loi en septembre prochain.

Situation critique

Ce plan d'accueil des migrants doit répondre à l'urgence et à une situation de plus en plus critique.

En effet, le problème qui se pose c'est que les structures d'accueil ne sont pas adaptées à l'afflux des demandeurs d'asile en France. Par exemple, il n'y a qu'un seul centre d'accueil de transit dans tout le pays : celui de la porte de la Chapelle au nord de Paris. Ce site de 400 places accueille et oriente les migrants vers des centres d'hébergement adaptés. Mais depuis le début de l'année, ce centre est complètement saturé.

Conséquence, des campements de fortunes sont dressés çà et là dans les rues de la capitale.Des opérations de démantèlement sont régulièrement organisées par la préfecture de police pour disperser les migrants, ce qui soulève l'indignation des associations d'aide aux migrants, mais aussi des riverains qui demandent au gouvernement de prendre ses responsabilités.

Moins d'attente pour les demandes d'asile

Un autre problème qui explique la saturation des centres d’accueil, c'est le temps de traitement des demandes d'asiles des migrants.

Il faut compter en moyenne treize mois pour l'instruction d'un dossier. Déjà quand les migrants arrivent en France, c'est le parcours du combattant pour se faire enregistrer. C'est le cas des centaines de jeunes gens qui dorment aux alentours du centre de premier accueil de Paris et doivent se débrouiller dans des conditions de vie difficiles pendant plusieurs mois, en espérant obtenir un rendez-vous au guichet unique de demande d'asile.

Pour la Cimade, une association de défense des migrants, une fois qu'un dossier est introduit à l'Office français de protection des réfugiés et apatrides, l'Ofpra, il faut attendre cinq mois pour avoir une réponse. Six autres mois d'attente sont nécessaires, en cas de refus suivi d'un appel devant la CNDA, la Cour nationale du droit d'asile.

Le plan prévoit donc de raccourcir à six mois en moyenne le délai de traitement des demandes d’asile. En France, seuls l’Ofpra et le Cnda sont compétents pour accorder le droit d’asile.

Améliorer les conditions d’accueil

En réduisant le délai d’instruction des demandes d’asile, le gouvernement veut protéger plus rapidement ceux qui ont besoin de ce statut, accordé à un étranger qui est ou qui risque d’être persécuté dans son pays d’origine. Ceux qui sont déboutés devront quitter immédiatement le territoire français. Des moyens supplémentaires seront accordés aux organismes d'accueil et les effectifs des administrations qui étudient les demandes d'asiles seront renforcés.

Le gouvernement compte aussi sur le renvoi des « dublinés », c'est-à-dire les migrants dont le premier pays d'arrivée en Europe n'est pas la France. Selon l'accord de Dublin, un réfugié doit déposer sa demande d'asile dans le pays où il a été contrôlé pour la première fois, et pour la plupart des exilés, c'est souvent l'Italie ou la Grèce.

Un plan d’action spécifique pour les mineurs isolés sera présenté en septembre prochain. Plus de huit cents enfants non accompagnés sont déjà pris en charge par l’aide sociale à l’enfance.

RFI

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Un souffle fiscal pour donner confiance. C'est la philosophie du gouvernement français en terme budgétaire. Le Premier ministre Edouard Philippe s'en explique dans les colonnes du journal Les Echos, ce mercredi 12 juillet.

Taxe d'habitation, réforme de l'impôt sur la fortune (ISF), Edouard Philippe annonce que la pression fiscale sera réduite de près de 11 milliards d'euros en 2018.

L'idée, explique le Premier ministre, est de créer un « souffle fiscal », un appel d'air en faveur de l'investissement, de l'emploi et de la croissance. La fiscalité est un des éléments de la stratégie du nouvel exécutif, avec le plan d'investissement, la réforme du Code de travail, les réformes sociales engagées.

« Nous voulons donner confiance aux acteurs économiques avec de la visibilité et des engagements précis », explique Edouard Philippe, rappelant que « la confiance ne se décrète pas, qu'elle se crée puis se constate ».

Pour financer ces baisses d'impôts, le Premier ministre mise justement sur la croissance, - 1,6% cette année, conformément à la dernière prévision de l'Insee, puis 1,7% en 2018 -, et sur la maîtrise du déficit.

Le gouvernement vise un déficit de 2,7% l'an prochain, ce qui représente un effort de 20 milliards d'euros l'an prochain. Les réformes fiscales engagées lors du précédent quinquennat seront menées, y compris la baisse de l'impôt sur les sociétés à 25% contre 33% aujourd’hui.

RFI

Page 7 sur 173