"La colonisation fut coupable de pas mal de crimes...en réponse à Macron ", par Maryse Condé

Quand Emmanuel Macron a parlé de la colonisation comme d'un "crime contre l'humanité", la romancière de "Ségou" a éprouvé le besoin de lui répondre. Voici son texte.
Par Maryse Condé

Maryse Condé, Grand prix du roman métis

« On me lance à la tête des faits, des statistiques, des kilométrages de routes, de canaux, de chemins de fer.
Moi, je parle de milliers d'hommes sacrifiés au Congo-Océan. Je parle de ceux qui, à l'heure où j'écris, sont en train de creuser à la main le port d'Abidjan. Je parle de millions d'homme arrachés à leurs dieux, à leur terre, à leurs habitudes, à leur vie, à la danse, à la sagesse.


Je parle de millions d'hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d'infériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme.»
Je ne saurais décrire l'effervescence que ces lignes causèrent en moi. J'avais vingt ans. Pour mon anniversaire ma grande amie Françoise dont le père enseignait l'histoire à la Sorbonne m'avait offert ce petit volume rouge et or intitulé «Discours sur le Colonialisme» paru aux éditions Présence Africaine en 1950. Quel en était l'auteur? Un poète martiniquais du nom d'Aimé Césaire.


Lire -"Nègre, je resterai", par Aimé Césaire


Bien que née à la Guadeloupe, l'île voisine, alors que je connaissais sur le bout des doigts Rimbaud, Apollinaire, Gérard de Nerval, je n'en avais jamais entendu parler. C'est que ma mère m'avait endormie en me lisant les contes de Perrault, ma main serrée dans celle de Cendrillon ou de la Belle au Bois Dormant. Mon père, par l'intermédiaire d'un négociant des quais, commandait en France ses caisses de champagne et les livres de la Bibliothèque Nelson que mon frère et moi étions seuls à dévorer. A douze ans je connaissais tout Victor Hugo. Vue cette éducation, je croyais que les Noirs poussaient aux Antilles comme les goyaves poussent aux goyaviers et les fleurs parfumées de l'ylang-ylang aux arbres du même nom. Natifs natals. Je ne savais pas qu'ils étaient parvenus dans les îles de la Caraïbe au terme d'une douloureuse dépossession.


Est-ce à dire que dès lors ma vie changea radicalement? «Je suis une colonisée», me répétais-je avec ivresse, paradant mon identité découverte. Non, la France n'était pas ma mère patrie, ma métropole. Mon peuple qui avait tant souffert était une victime et je devais tout faire pour le soulager. «Discours sur le Colonialisme» devint dès lors ma Bible et sans exagération, c'était en partie à cause de lui que je partis pour l'Afrique.


Je passerai rapidement sur ces douze années turbulentes. Je ne citerai que deux événements. Le mari de ma sœur fut emprisonné pour un complot imaginaire et mourut en détention dans une prison de la Guinée. Moi-même je fus emprisonnée et expulsée du Ghana car j'avais le malheur de posséder un passeport de la Guinée, pays où s'était réfugié Kwame N'Krumah. Pour tenter de comprendre quelque chose à ce qui se passait autour de moi je me plongeais dans la lecture des «Damnés de la Terre» de Frantz Fanon qui avec sa lucidité et son humour coutumiers m'avertissait:


Rêves de possession. Tous les modes de possession: s'asseoir à la table du colon, coucher dans le lit du colon, avec sa femme si possible. Le colonisé est un envieux.»


Etait-ce pour en arriver à cela ?


Lire -Frantz Fanon, dans la peau d'un colonisé


Après ce tumulte, que dirais-je aujourd'hui, moi vieillarde, fuyant le fracas des villes, réfugiée dans la paix du Lubéron et se bornant à dénombrer les naissances de mes arrières petits-enfants. Si je reste convaincue que la colonisation fut coupable de pas mal de crimes, je n'en demeure pas moins persuadée que pendant les régimes qui suivirent sous les soleils des indépendances, pour emprunter l'expression de l'écrivain ivoirien, notre ami trop tôt disparu, Ahmadou Kourouma, il s'en commit un aussi grand nombre. Comme par le passé, les dirigeants ne se soucièrent guère du bien-être de leur peuple et les laissèrent ignorants, affamés, victimes de toute les détresses. Le flot de migrants qui se presse aux portes de l'Europe en fait foi.


Ma petite Guadeloupe, elle n'a pas connu les indépendances. En 1946 elle a changé de nom de baptême et demeure un Département Français d'Outremer. Hélas ! Elle non plus ne va pas bien. Le chômage et les violences de toutes sortes y font des ravages. Des endroits où je me baladais en toute quiétude enfant, les plages où je me baignais, sont devenus le théâtre des crimes les plus effroyables.


Lire -Y a-t-il une littérature noire ? Le grand dialogue Laferrière-Mabanckou


Alors que conclure ? Mais précisément faut-il conclure? Ne concluons pas. Rêvons plutôt, imaginons. L'histoire du monde n'est pas finie. Déjà des esprits éclairés prédisent la mort de l'Occident. Un jour viendra où la terre sera ronde et où les hommes se rappelleront qu'ils sont des frères et seront plus tolérants. Ils n'auront plus peur les uns des autres, de celui-ci à cause de sa religion ou de celui-là à cause de la couleur de sa peau, de cet autre à cause de son parler. Ce temps viendra. Il faut le croire.
Maryse Condé


Maryse Condé, l'écrivain qui ne peut plus écrire


Maryse Condé, bio express


Née en 1937 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Maryse Condé a enseigné
à Harvard et Columbia. Auteur notamment de «Ségou» et de «la Vie sans fards», elle a été la première présidente du Comité pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage créé en 2004. Elle vient de publier "Le Fabuleux et triste destin d'Ivan et Ivana" (JC Lattès), qu'elle présente avec douleur comme son "dernier livre"

 

Sénégal : Festival de cinéma Image et Vie 2018 se tient à Dakar du 06 au 10 octobre.

Cette 18e édition se fait en partenariat avec MC2a (Thiaroye-sur-Garonne) et Africa Eye.

La sélection définitive des films pour la 18ème édition du Festival de cinéma Image et Vie comprend beaucoup d'inédits ainsi que des films déjà célébrés voire primés ailleurs, pour la competition 2018. Les longs métrages retenus sont hors-competition. Les courts métrages Aya de la Tunisienne Moufida Fedhila (Tanit d'Or 2017, aux JCC de Tunis) et Fallou du Sénégalais Alassane Sy (nominé au Tanit du court métrage 2017) abordent la montée de l'extrémisme religieux dans les sociétés africains avec sa propension à vouloir s'étendre et soumettre (voire tuer) les individus hors de sa sphère. Si la voie pour résister à ces tentatives d'affaissement de la personnalité diffère dans les deux films (le premier plus drôlatique et le second dramatique), la réponse est identique : par un cœur conscient (une raison doublée d'émotion), comme l'analyser déjà Bruno Bettelheim en étudiant le système nazi de coercition.

De résilience après la tentative de destruction, il en est aussi question dans Thiaroye-sur-Garonne, programme artistique organisé par l'association Migrations Culturelles aquitaine afriques (MC2a, Bordeaux) en partenariat avec le festival Image et Vie, avec des partenaires tels Bordeaux Métropole, Région Nouvelle Aquitaine, Institut français (Paris et Dakar), Consulat Général du Sénégal à Bordeaux, Union des Travailleurs Sénégalais en France, Communes de Cenon et Lormont, RAHMI, LAM, IDAF, Mémoire de Bordeaux, Quinzaine de l'égalité, Musée des Forces Armées du Sénégal et Vanuit het Zuiden.


Une Résidence de création a lieu jusqu'au 11 octobre, dans le cadre du festival Image et Vie avec la participation de Rouge (artiste plasticienne, elle travaille surtout dans l'espace urbain) qui fera une grande fresque sur le mur de monsieur Bachir Bâ et monsieur Amadou Tidiane « Grand Tij » Guèye, au quartier Zone B (elle a convié des graffeurs dakarois et elle implique des enfants du Centre Socioculturel de la commune Fann Point E Amitié dirigé par Mr Cheikh Tidiane Guèye), de Luka Merlet (il pratique le collage, du documentaire, des installations et il propose à Dakar un abécédaire autour de l'épopée des Tirailleurs) et de Thierno I. Dia (il tourne et montre Gorée, Mémoires de l'esclavage, un court métrage documentaire), ainsi que Guy Lenoir, directeur artistique et Catherine Tétard, administratrice.

La première guerre de 14-18 s'est terminée il y a 100 ans et les Tirailleurs (anciens combattants des colonies africaines) y ont joué un rôle essentiel à l'instar de la guerre de 39-45 (outre les spahis, goumiers et dissidents antillais). Le film angulaire Camp de Thiaroye, de Sembène Ousmane et Thierno F. Sow (Sénégal / Algérie / Tunisie, 1988, fiction) est programmé à Thiaroye, en plein air, dimanche 07 octobre. Le lendemain lundi 08, à Goodrade (VDN, Dakar) les protagonistes de Thiaroye-sur-Garonne participent au forum intitulé « Dialogues entre Art et Histoire », entre 9h et 13h, avec Martin Mourre, historien, Gaëlle Le Roy, réalisatrice, et d'autres invités. Les débats seront modérés par Mansour Kébé, documentariste et documentaliste dont le rôle est déterminé pour une bonne partie des films et thèses sur le massacre des anciens combattants sénégalais (venant de plusieurs pays comme Guinée, Haute-Volta, ...) à Thiaroye, le 1er décembre 1944, par l'armée coloniale, en pleine guerre.

Venant de Londres, Africa Eye est également impliqué dans le festival Image et Vie, avec un biais plus prononcé sur le rapport cinéma et musique avec un volet retour qui se déroulera en Grande-Bretagne. Thiaroye-sur-Garonne (MC2a, aura aussi un second volet en Aquitaine les 11-12 et 13 novembre 2018. Mme Fatou Mbaye est la Directrice du Festival 2018, avec à ses côtés Mr Khalilou Ndiaye, Mr Amadou Ndaw et Mr. Mansour Kébé, pour ne citer que quelques noms.

SÉLECTION FILMS 2018


1 Dani dolé / Pape Bolé Thiaw / Doc / 12' / Sénégal / 2017 / Competition
2 Étoffe de vie / Badara Fall / Doc / 14' / Sénégal / 2017 / Competition
3 Fifiré en pays Cuballo / Mame Woury Thioub / Doc / 81' Sénégal / 2018 / Competition
4 Kédougou / Mamadou Khouma Gueye / Doc / 24' / Sénégal / 2018 Competition
5 L'absence / Hawa A. Ndiaye / Doc / 8' / Mali / 2016 / Competition
6 La rue / Christian Ousseine / Doc / 15' / Centrafrique / 2017 / Competition
7 Le baobab et la colombe / Jean Beaudin / Doc / 48' / Québec / 2017 / Hors Competition
8 Méduse / Johana Makabi / Doc / 18' / France / 2018 / Competition
9 Niéti Mbar / Madiop Seye / Doc / 13' / Sénégal 2018 / Competition
10 Poisson d'or / Thomas Grand / Doc / 52' Sénégal / 2018 / Competition
11 Retour aux sources / Alain Georges Ngamou / Doc / 18' / Cameroun / 2018 / Competition
12 Retour sans cimetière / Djibril Diaw / Doc / 52' / Mauritanie / 2014 / Competition
13 Samba / Mariano Agudo / Doc / 70' / Espagne / 2017 / Competition
14 Trésor tissé / Mireille / Doc / 26' / Burundi UGB / 2017 / Competition
15 Au-dela de ce mur / Aisha Jabour / Fiction / 12' / Maroc / 2017 / Competition
16 Aya / Moufida Fadhila / Fiction / 24' / Tunisie / 2017 / Competition
17 Betty Jazz / Armande Lô / Fiction / 9' / Sénégal / 2018 / Competition
18 Challenge / Cyrielle Raingou Fiction / 14' / Cameroun / 2017 / Competition
19 Derrière le nuage / Baer Xiao / Fiction / 22' / Chine / 2017 / Competition
20 Exotique / Soroya Milla / Fiction / 18' France / 2016 / Competition
21 Fallou / Alassane Sy / Fiction / 25' / Sénégal / 2017 / Competition
22 Héritage / Yolande Welimoum / Fiction / 10' / Cameroun / 2016 / Competition
23 Kaniamas show / Baloji / Fiction / 26' / Congo / 2017 / Competition
24 L'enfant chameau / Chabnam Zariab / Fiction / 15' / France / 2018 / Competition
25 L'enfant et le pain / Mohamed Goumane / Fiction / 14' / Maroc / 2015 / Competition
26 Maty / Amath Ndiaye / Fiction / 13' / Sénégal 2018 / Competition
27 Or dur / Momar Talla Kandji / Fiction / 15' / Sénégal / 2018 / Competition
28 Peut être aujourd'hui / Nadine Asmar / Fiction / 8' / Liban / 2017 / Competition
29 Posthume / Damien Jah / Fiction / 12' / Cote d'ivoire / 2017 / Competition
30 Ramdam / Zangro / Fiction / 26' / France / 2018 / Competition
31 Silences des murs / Mohamed Goumane / Fiction / 18' / Maroc / 2017 / Competition
32 Tali bi / Papis Djibril Diop / Fiction / 4' / Sénégal / 2018 / Hors Competition
33 Xaax / Ousmane Mahja Sarr / Fiction / 6' Sénégal / 2018 / Competition
34 Toprak / Onur Yagiz / Fiction / 11' / Turquie / 2017 / Competition
35 L'enfant tambour / OYALI K. Bamissola / Fiction / 13' / Togo / 2018 / Competition
36 Ennemi du temps / Muhindo Barakomerwa Abraham / Fiction 11' / Congo / 2016 / Competition
37 La Forêt de Niolo / Adama Roamba / Fiction / 87' / Burkina Faso / 2017 / Hors Competition
38 Le Train de sel et de sucre / Lucino Azevedo / Fiction / 93' / Mozambique / 2016 / Hors Competition
39 Summer Penc / Films d'école collectifs / Fiction / 30' Sénégal / 2018 / Hors Competition
40 Camp de Thiaroye, de Sembène Ousmane et Thierno Faty Sow / Fiction / 157' / Sénégal / 1988 / Hors Competition

Thierno I. Dia Images Francophones
https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/laser-nobel-physique-2018-tandem-franco-canadien-maitre-lumiere-extreme-73059/#xtor=EPR-57-[ALERTE]-20181003

 

Honneur et valeurs foutent le camp ? François MAUGIS Économiste, écrivain et philosophe- La REUNION

Je relève dans la presse récente, deux phrases qui illustrent bien la folie du monde dans lequel nous vivons. Il ne s'agit pas seulement de faits anecdotiques mais d'indices révélateurs et concordant d'une situation globale et d'un état d'esprit de nos concitoyens qui illustrent le malaise, l'absurdité et la dramatique désagrégation de ce que nous sommes ou de ce que nous voudrions être. Tout le monde rêve de paix et d'harmonie. Nous nous dirigeons tous, insensiblement, vers le chaos, la destruction et le déséquilibre.


Dans le premier cas, la malhonnêteté vient se surajouter au crime et à la désagrégation des valeurs.

Dans l'affaire des 70 voitures brûlées chez un concessionnaire automobile, un proche de Monsieur Incarna aurait dit pour expliquer le crime : « Tout le monde a des ennemis dans le monde des affaires ». Mais quelle est donc cette société qui admet et qui érige en loi incontournable que nous vivons tous au milieu des loups et des méchants ?


Dans le deuxième cas, on n'hésite pas à affirmer que l'entreprise est prête à faire n'importe quoi pour s'engraisser, y compris vendre de la drogue. Pour justifier l'adjonction de cannabis dans ses boissons, un dirigeant financier de la Sté Pepsi Cola, Hugh Johnston aurait affirmé de son côté : « Nous étudions toute opportunité de croissance, nous remuons ciel et terre pour trouver de la croissance ». Mais, jusqu'où ira cette logique séculaire du monde des affaires qui est en train de détruire à la fois l'humain et la planète ?

François MAUGIS
Économiste, écrivain et philosophe
http://www.assee.fr

 

Honneur et valeurs foutent le camp ? François MAUGIS Économiste, écrivain et philosophe- La REUNION

Je relève dans la presse récente, deux phrases qui illustrent bien la folie du monde dans lequel nous vivons. Il ne s'agit pas seulement de faits anecdotiques mais d'indices révélateurs et concordant d'une situation globale et d'un état d'esprit de nos concitoyens qui illustrent le malaise, l'absurdité et la dramatique désagrégation de ce que nous sommes ou de ce que nous voudrions être. Tout le monde rêve de paix et d'harmonie. Nous nous dirigeons tous, insensiblement, vers le chaos, la destruction et le déséquilibre.


Dans le premier cas, la malhonnêteté vient se surajouter au crime et à la désagrégation des valeurs.

Dans l'affaire des 70 voitures brûlées chez un concessionnaire automobile, un proche de Monsieur Incarna aurait dit pour expliquer le crime : « Tout le monde a des ennemis dans le monde des affaires ». Mais quelle est donc cette société qui admet et qui érige en loi incontournable que nous vivons tous au milieu des loups et des méchants ?


Dans le deuxième cas, on n'hésite pas à affirmer que l'entreprise est prête à faire n'importe quoi pour s'engraisser, y compris vendre de la drogue. Pour justifier l'adjonction de cannabis dans ses boissons, un dirigeant financier de la Sté Pepsi Cola, Hugh Johnston aurait affirmé de son côté : « Nous étudions toute opportunité de croissance, nous remuons ciel et terre pour trouver de la croissance ». Mais, jusqu'où ira cette logique séculaire du monde des affaires qui est en train de détruire à la fois l'humain et la planète ?

François MAUGIS
Économiste, écrivain et philosophe
http://www.assee.fr

 

Désinformation, mise en cause de la parole savante, discrédit de la parole experte à la Sorbonne le 6 octobre 2018-gratuit 

 

Forum France Culture Les idées claires en public AU grand amphithéâtre de la Sorbonne à Paris
Découvrir

samedi 6 octobre 2018 dès 9h

Désinformation, mise en cause de la parole savante, discrédit de la parole experte :

médias, enseignants, chercheurs font face aux mêmes problématiques.
Comment comprendre les phénomènes en cours ?

Comment agir ?

À l'occasion du lancement de la 27e édition de la Fête de la science, participez au premier Forum Les idées claires, une demi-journée de rencontres et de débats, un rendez-vous en public pour démêler le vrai du faux !

9h-10h | La Méthode scientifique


Sciences, l'ère du doute par Nicolas Martin
avec Bernadette Bensaude-Vincent, Gérald Bronner et Etienne Klein

10h15-11h15 | Les Chemins de la philosophie


Faut-il renoncer à la Vérité ? par Adèle Van Reeth avec Jean-Claude Ameisen et Frédéric Worms

11h30-12h15 | Du Grain à moudre


Comment vulgariser sans falsifier ? par Hervé Gardette


avec Elena Pasquinelli, Marion Montaigne, Sébastien Carassou, Cécile Michaut


12h30-13h15 |

Entretien de clôture avec Eric Rochant, cinéaste par Olivia Gesbert et Lucas Menget (franceinfo)

Un événement France Culture en partenariat avec le Rectorat de l'Académie de Paris, la Bibliothèque nationale de France et franceinfo

Grand amphithéâtre de la Sorbonne,
au 47 rue des Ecoles - 75005 Paris

Entrée gratuite, réservation obligatoire

 

ISMAELA MADIOR FALL : « LE FOU DU ROI » par Seybani SOUGOU Cadre et intellectuel franco-sénégalais

« ISMAELA MADIOR FALL le Ministre de la Justice (défenseur des causes indéfendables) Agrégé de droit public en 2007. Nommé professeur de chaire titulaire de droit public par le Cames quatre ans plus tard, Ismaila Madior Fall est connu du grand public notamment sur sa maitrise du droit constitutionnel. C'est ce professeur de droit constitutionnel à la faculté de droit et de Science politique de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui remplace au ministère de la Justice, Me Sidiki Kaba »

.
Sougou nous aide beaucoup dans les approches juridiques, merci à lui-P B CISSOKO


« La circulaire du 1er Ministre Macky SALL N°0000014 PM/SGG/SGA/SB/BKG du 29 décembre 2004 confirme l'impossibilité de mettre fin aux fonctions du Médiateur »


Dans un entretien accordé au journal "Le Soleil", le Ministre de la Justice (défenseur des causes indéfendables) soutient que la révocation de l'actuel médiateur de la République est possible.


Cette allégation est fausse et ne repose sur aucun fondement juridique:


- Primo, le médiateur de la République est une autorité administrative indépendante qui n'est subordonnée à aucune autorité - Art 3 de la loi 99-04 du 29 janvier 1999,


- Secundo, le médiateur jouit d'une immunité dans l'exercice de sa mission au service des citoyens (il ne peut ni être poursuivi, ni être arrêté pour ses opinions) - Art 5 de la loi 99-04 du 29 janvier 1999,


- Tierto, le Président Macky Sall dispose du pouvoir de nommer le médiateur, mais n'a aucun pouvoir de mettre fin à ses fonctions, avant l'expiration de son mandat en 2021 - Art 6 de la loi 99-04 du 29 janvier 1999.

Dans la tradition historique, le fou du roi est un personnage comique dont le rôle est de répondre au besoin de divertissement personnel du roi. Pour ce faire, il doit être apte à faire toutes sortes de choses et faire preuve d'une grande capacité d'imagination. Ismaëla Madior Fall a beau cumuler les titres pompeux d'Agrégé de droit public, de Professeur de chaire titulaire de droit public, de Ministre de la Justice et que sais-je encore ; sa trajectoire oblique prouve qu'il y a lieu de faire la différence entre le savoir académique (savoir théorique) et le savoir être. L'homme aux mille visages a décidé de rejoindre la mare aux canards et de participer au festin de la pire des manières : en travestissant le Droit. Sa dernière sortie arguant que rien « n'empêche la révocation du médiateur de la République » est un concentré d'inepties et de contrevérités qui dépasse l'entendement et défie le bon sens. De fait, les textes juridiques qui régissent le statut et les missions du médiateur du République ne laissent place à aucune interprétation, même pour les exégètes les plus passionnés, dont Madior fait partie.


1. Le médiateur de la République est une autorité indépendante qui jouit d'une immunité


L'article 3 de la loi N°99-04 du 29 janvier 1999 abrogeant et remplaçant la loi 91-14 du 11 février 1991 instituant un médiateur de la République dispose « Dans l'exercice de ses attributions, le Médiateur de la République ne reçoit d'instruction d'aucune autorité ». Cet article est clair, net et précis : le médiateur de la république n'est subordonné à autorité, y compris celle du Président de la République. L'indépendance dont jouit le Médiateur de la République, dans l'exercice de ses fonctions est définitivement consacrée par l'immunité dont il bénéficie au titre de l'article 6 de la loi N°99-04 du 29 janvier 1999 « Le Médiateur de la République ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l'occasion des opinions qu'il émet ou des actes qu'il accomplit pour l'exercice de sa mission ». Cette immunité permet au médiateur de la République d'agir en toute autonomie et d'exercer avec toute la sérénité requise, sa mission au service de l'intérêt général.


2. De l'impossibilité de mettre fin aux fonctions du Médiateur, sauf en cas d'empêchement


L'article 5 de la loi N°99-04 du 29 janvier 1999 pose des conditions extrêmement restrictives lorsqu'il s'agit de mettre fin aux fonctions du Médiateur : « Le médiateur de la République est nommé par décret, pour une période de six ans non renouvelable. Il ne peut être mis fin à ses fonctions avant l'expiration de ce délai, qu'en cas d'empêchement constaté par un collège présidé par le Président du Conseil Constitutionnel et comprenant en outre, le Président du Conseil d'Etat et le Premier Président de la Cour de Cassation, saisi à cet effet, par le Président de la République ». Les dispositions de cet article sont claires : le Président dispose du pouvoir de nommer le médiateur, mais n'a pas les prérogatives pour mettre fin à ses fonctions (ce pouvoir ne lui appartient pas). C'est la loi. Pour écourter le mandat du médiateur, il faut impérativement que deux conditions soient réunies (cf article 6 de la loi N°99-04) :


• Il faut obligatoirement qu'il y ait un empêchement du médiateur de la République,
• Ledit empêchement doit être constaté par un collège présidé par le Président du Conseil Constitutionnel et le 1er Président de la Cour suprême (le Conseil d'état et la Cour de Cassation ont été remplacés par la Cour suprême – cf Loi constitutionnelle n° 2008-34 du 7 août 2008).
En droit administratif, l'empêchement est ce qui rend impossible la poursuite d'un mandat ou d'une fonction d'une manière temporaire ou définitive. L'actuel Médiateur de la République, n'est ni frappé d'une incapacité physique (maladie altérant sa capacité d'agir), ni cité dans une affaire pénale en cours. D'autres situations d'empêchements (démission, absence, etc...) justifiant sa mise à l'écart de l'Institution ne lui sont pas, à ce jour opposables.


Lorsque Ismaëla Madior Fall fait dire à l'article 5 la loi N°99-04 du 29 janvier 1999 ce qui n'y figure point, il emprunte comme il sait souvent le faire depuis 2012, la voie de la « magie juridique ». Pour bien comprendre le rôle majeur de l'Institution, il faut se référer à la circulaire du 1er Ministre Macky Sall N°0000014 PM/SGG/SGA/SB/BKG du 29 décembre 2004 qui détaille de manière précise, le champ de compétence (étendu) du médiateur de la République :


• Le médiateur peut être saisi de réclamations par tout citoyen, personne physique ou morale, administré ou agent public, sans condition de délai,
• Il est investi d'une mission générale, en vue de contribuer à l'amélioration de l'environnement institutionnel et économique,
• Il peut formuler des recommandations,
• Il dispose de larges pouvoirs d'investigation.


Mais l'aspect le plus intéressant de la circulaire de Macky Sall (à l'époque, 1er Ministre du Président Abdoulaye Wade), réside dans le fait qu'il reconnait au médiateur de la République, un pouvoir d'autosaisine : le médiateur de la République, peut entreprendre de sa propre initiative, et s'il le juge utile, toute démarche entrant dans le cadre de sa mission. Voilà au moins qui a le mérite d'être clair. C'est le médiateur, et lui seul, qui juge de l'opportunité des initiatives liées à la protection des droits des citoyens, et ce, sans qu'il ait besoin d'en référer à une quelconque autorité. Il s'agit d'un pouvoir discrétionnaire et exclusif, avec une seule limite : l'initiative doit relever du périmètre de la mission.

A ce titre, la sortie récente du Médiateur de la République sur le désarroi des populations rurales au Fouta est parfaitement légitime (en lien avec sa mission).

Tous ceux qui ont pris connaissance du rapport annuel 2017 du Médiateur de la République ont constaté que « les tournées nationales du Médiateur de la République représentent un chainon essentiel dans la territorialisation des Politiques publiques pour une bonne gouvernance locale ». Un chapitre sous forme de rapport d'étape, est consacré à la tournée effectuée par le médiateur du 07 au 27 mai 2017, dans les régions de Tambacounda, Kédougou, Kolda, Sédhiou et Ziguinchor. Par ailleurs, la lettre du Président Macky Sall, en date du 07 aout 2017 référencée sous le N°0886 PR/SG/SGA, adressée au Médiateur de la République, et dont l'objet est « Félicitations » est la preuve définitive que les visites de proximité entrent dans le champ des attributions du médiateur de la République.


Avec la circulaire du 1er Ministre Macky Sall N°0000014 PM/SGG/SGA/SB/BKG du 29 décembre 2004, et la lettre du Président en date du 07 aout 2017 référencée sous le N°0886 PR/SG/SGA, toute tentative du pouvoir visant à mettre fin, de manière prématurée aux fonctions du Médiateur de la République est vaine, et de surcroit totalement illégale. En vérité, le Président est lié par sa circulaire de 2004. C'est donc le scénario de la révocation (un terme inapproprié pour le médiateur) qui s'effondre. Nommé en 2015, Maître Alioune Badara Cissé exercera jusqu'à son terme (sauf démission ou événement imprévu), sa fonction de médiateur de la République (son mandat expire en 2021). Bien que Président de la République, Macky Sall n'a aucun pouvoir de mettre fin à ses fonctions. Les cris d'orfraie du « fou du roi », Ismaëla Madior Fall n'y changeront strictement rien. Le Droit n'est pas synonyme d'une découpe sur-mesure. Le tripatouillage des institutions a des limites.

Nos concitoyens sont appelés à ne point se laisser impressionner par les titres pompeux du Ministre de la Justice, dont la crédibilité est sérieusement écornée. Il convient d'adopter la plus grande prudence quant aux propos d'Ismaëla Madior Fall, auteur d'une formule célèbre en 2016 qui a fait le tour du monde : un Avis du Constitutionnel est une Décision. Un dérapage d'une extrême gravité qui a fortement choqué les étudiants en Sciences Juridiques et ébranlé le monde du Droit.


En conclusion, la sortie d'Ismaëla Madior Fall relève d'une stratégie d'enfumage et de mystification. En l'état actuel des textes, il est impossible de mettre fin aux fonctions du Médiateur de la République, pour toutes les raisons précitées.

 

 

 

 

 

 


Seybani SOUGOU – E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nb: Je vous fais parvenir une circulaire du 29 décembre 2004, signée par Macky Sall himself (à l'époque Premier Ministre) détaillant de manière précise le statut et les attributions du médiateur de la République. Ce document plombe le régime et rend impossible la réalisation du projet machiavélique.

 

Les Albinos de HEMA Nayélé organise ce Vendredi à Compiègne : Le 4 ème Forum artistique de la différence.


L'association AHB dont l'objectif est d' informer sur l'albinisme et de récolter des vêtements et accessoires afin de créer une boutique solidaire à BANFORA pour l'intégration des personnes albinos et malvoyantes organise un forum pour faire de nos différences un atout. Des animations pour les enfants, un film de sensibilisation sur la scolarisation des enfants albinos au Sénégal, une exposition sur la grande guerre, deux défilés à 12 h et 19 h 45 et beaucoup d'autres animations sont proposées tout au long de la journée. Merci de bien vouloir transmettre l'information aux familles dans les annonces du mardi. Nous recherchons 10 bénévoles pour tenir les stands d'animations pour les enfants et des modèles pour défilé.


Pour tout renseignement appeler le 06 98 47 67 14 pour Mariam Maiga . Marguerite Robert
Nayele HEMA <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. >


Nos objectifs et actions


Nous sommes l'association Les Albinos de HEMA Nayélé, notre association est basée à Compiègne et au Burkina-Faso elle a pour but la recherche permanente d'aide pour:


• Sensibiliser, soigner, soutenir et aider à l'intégration sociale des albinos.
• Regrouper les albinos de la Picardie.
• Soutenir les familles des enfants albinos dans leurs démarches administratives ou d'emploi.
• Parrainer les enfants.
• Valoriser l'art et la culture traditionnelle Africaine.
• Promouvoir l'élevage et l'agriculture.
• Développer les produits issus de l'artisanat Africain.
• Récolter tous matériels pour la mise en place
NOS ACTIONS A COMPIÈGNE
• Organisation de conférences
• Mise en place de soirées à thèmes
• Soutenir les familles des enfants albinos dans leurs démarches administratives ou d'emploi en France et au Burkina-Faso
• Vente de produits artisanaux
• Récolter tous matériels


NOS ACTIONS AU BURKINA


• A destination des personnes albinos
• Accompagnement aux soins (distribution de crèmes de protection, médicaments, casquettes, téléphone portables visites ophtalmologiques et dermatologique
• soutiens scolarités, l'insertion professionnelle
• Activités manuelles (création de produits artisanaux...)
• L'Albinisme
• L'albinisme est une particularité génétique héréditaire qui touche les mammifères, les oiseaux, les poissons, les amphibiens et les reptiles, se caractérisant par un déficit de production de mélanine pouvant aller jusqu'à l'absence totale dans l'iris et les téguments (épiderme, poils et cheveux, plumes), malgré la présence normale de cellules pigmentaires. Le plus souvent, la rétine est déficitaire en récepteurs et pigments, particulièrement au niveau de la fovéa qui n'est pas bien constituée (hypoplasie) ; le nerf optique peut également présenter une hypoplasie et la distribution des fibres nerveuses entre les deux yeux est anormale.
On distingue l'albinisme oculaire (albinisme partiel, moins fréquent) comportant trois formes, qui se manifeste principalement chez les hommes et n'affecte que les yeux, et l'albinisme oculo-cutané (albinisme total) comportant au moins quatre formes, touchant également les femmes et les hommes, qui affecte les yeux, la peau, les poils et les cheveux.


En cas d'absence totale ou presque totale de mélanine, les yeux sont rouges ou violacés et les téguments blancs – ou colorés uniquement par d'autres pigments que la mélanine chez certaines espèces animales. En cas de présence de mélanine en quantité diminuée, les iris et les téguments sont plus clairs que chez les autres individus de la même espèce. Les iris sont le plus souvent bleu voire, orange clair ou gris mauve dans les cas les plus sévères où l'œil est visiblement dépigmenté, le reflet rouge de la rétine visible à travers la pupille donnant ces teintes à l'iris.


Les albinos ont une vision déficiente et sont facilement sujets à des kératoses et cancers de la peau s'ils ne sont pas protégés du soleil. Leurs yeux sont très sensibles à la lumière, les rendant photophobes. Chez les animaux à plumes ou poils, il n'y a pas de sensibilité accrue à la lumière solaire des téguments, le pelage ou plumage blanc ayant un bon pouvoir de réflexion de la lumière.


Certaines maladies génétiques rares comprennent l'albinisme dans leur syndrome : syndrome de Hermansky-Pudlak, syndrome de Chediak-Higashi, syndrome de Griscelli par exemple.


L'albinisme ne doit pas être confondu avec le leucistisme qui touche tous les pigments et pas seulement la mélanine. Les iris sont colorés et la rétine normalement constituée.


• Source : L'Albinisme (Wikipédia)
• Cours alphabétique

L'élection présidentielle est prévue le 7 octobre au Cameroun. La campagne bat son plein. Quant au niveau logistique, la Commission électorale camerounaise (Elecam- Elections Cameroon) assure que tout sera fin prêt le jour J.

Aucune agitation au siège d'Elecam où se succèdent les réunions. « Nous sommes très confiants, puisqu’on a déjà fait tout le grand travail, estime Erik Essousse, directeur général des élections. Et nous suivons maintenant sur le terrain pour que le jour J, donc le 7, tout se passe dans les meilleures conditions ».

Tout le matériel est acheminé

Les bulletins de vote, les urnes, les isoloirs, les PV de dépouillement, tout ce matériel est déjà acheminé dans les régions et les communes d'où il sera déployé dans les 25 000 bureaux de vote du pays.

Les électeurs pourront bel et bien utiliser leur téléphone pour filmer ou prendre des photos. Erik Essousse tient à lever toute équivoque. « Il n’y a que dans l’esprit des personnes que ce débat existe, mais c’est un faux débat. Il faut seulement respecter les consignes que quand on est dans un bureau de vote, ce n’est pas pour faire la perturbation. C’est tout. Maintenant les portables, ce qui est certain, c’est que ce n’est pas interdit ».

Aucun dispositif particulier dans les régions anglophones

En dépit des menaces formulées par les séparatistes, Elecam n'a prévu aucun dispositif particulier pour les deux régions anglophones : le nombre de bureaux de vote n'est pas revu à la baisse. Le matériel est acheminé comme prévu. « Nous n’avons pas à prendre des dispositions particulières. La seule disposition que nous voulons prendre, c’est une disposition sécuritaire pour protéger les bureaux de vote et pour protéger les électeurs. Si maintenant, il arrivait qu’on cherche à perturber de manière forte le système, nous ne pouvons pas vous dire. Mais toutes les mesures vont être prises pour que tout se passe dans les meilleures conditions ».

Quant aux accusations de fraudes, le directeur général des élections les balaie toutes d'un revers de la main : « C’est la loi électorale que nous appliquons. La loi est la loi. Maintenant, tout le reste n’est que politique et jeux politiques ».

Le conseil municipal de Dakar est convoqué ce samedi 29 septembre pour élire le successeur de Khalifa. L'ex-maire de la capitale sénégalaise, révoqué le 31 août, est en prison depuis près de 600 jours, condamné en appel pour escroquerie portant sur des deniers publics.

Les 100 conseillers municipaux ont rendez-vous à 10h ce samedi dans la grande salle des mariages de la mairie de Dakar. Deux élus sont officiellement candidats.

Soham Wardini, première adjointe, qui assure l'intérim depuis le placement en détention de Khalifa Sall, est sur le papier la mieux placée car la coalition créée par l'ancien maire dispose toujours d'une large majorité, Khalifa Sall, lui a officiellement apporté son soutien.

Membre de cette coalition mais accusé par ses détracteurs de s'être rapproché récemment de la majorité, Banda Diop, maire de la commune de Patte d'Oie, est le second prétendant à la mairie de la capitale sénégalaise.

La crainte d'un « sabotage »

Pour gagner, les candidats devront obtenir la majorité absolue, c'est-à-dire au moins 51 voix.

Un autre cas de figure est possible : « Si la tenue du conseil municipal se révèle durablement impossible », indique la loi, le président Macky Sall pourrait alors placer la mairie sous délégation spéciale. Au sein du camp Khalifa Sall, on s'inquiète donc de possibles tentatives de « sabotage ou de blocage » de ce conseil municipal.

RFI

 

Pr Lamine SAGNA est dorénavant à l'Université americaine de YOLA au Nigéria

"Il voulait tellement servir son pays le Sénégal, il a tellement fait pour son pays, il a créé, initié, organisé et animé des conférences dans son propres pays mais ce pays n'a jamais voulu reconnaître ce brillant intellectuel doublé d'un patriotisme sans commune mesure. J'ai sollicité des amis professeurs dans nos universités UCAD et Ziguinchor mais en vain. Je n'ai jamais compris pourquoi quand nos compatriotes talentueux avec des compétences reconnues à l'internationnale sont aux portes de nos universités. Il est temps que nos compatriotes méritants soient reconnus et intégré dans le système éducatif de haut niveau.
Le niveau se monnaie , le talent se paie. Voilà que le Nigéria le copte, il est reconnu, il s'y plaît et je suis convaincu que ce polymathe, sociologue, philosophe, géopoliticien, ethnopsychiatrie, finances, musique, etc apportera des lumières aux esprits ouverts pour conquérir le monde tout en développent le pays et le continent. Je souhaite à lamine cet ami que j'ai appris à connaître grâce à mon jeune frère Papiss Diedhiou-France (qui me dit il y a 8 ans grand Pape je reçois chez moi un cerveau il faut que tu viennes le connaître, effectivement on s'est tout de suite entendu et apprécié ) beaucoup de chance. Lamine bouge beaucoup le voici au Nigéria et il est en train d'organiser à paris avec ses amis le 9 eme anniversaire de C H KANE de l'Aventure Ambiguë)". p b CISSOKO


AUN me fait sentir comme je suis à Princeton

Le professeur Mahamadou Lamine Sagna, l'un des plus récents professeurs de l'école et des sciences, a fait part de ses impressions sur l'AUN en tant qu'environnement amical et comme une institution de grands chercheurs dotés d'installations d'enseignement et d'apprentissage de qualité.
«Les gens [à AUN] sont très, très gentils», a déclaré le sociologue, originaire du Sénégal.


Le professeur Sagna, qui a enseigné pendant environ neuf ans à Ivy-League Princeton avant de rejoindre AUN, a déclaré: AUN se sent comme Princeton et est une entité appropriée pour la recherche et l'enseignement.
«Il n'ya aucune raison pour laquelle AUN ne devrait pas être une université de premier ordre, étant donné la qualité des installations et des chercheurs disponibles.
«Je découvre que nous avons de bons universitaires comme Paddy lui-même (une référence au Dr Patrick Fay, ancien ambassadeur irlandais au Nigéria et doyen par intérim de SAS).


L'ancien de l'Université de Caen a exprimé son plaisir de rejoindre la famille AUN et de rentrer chez lui pour contribuer à l'Afrique. Il a également partagé certaines de ses expériences de son interaction initiale avec les étudiants.


«Les étudiants d'AUN sont très enthousiastes. Je suis très fier de revenir ici car, pendant huit ans, j'ai essayé de revenir en Afrique.
«J'ai participé à un grand projet pour l'AUST (Université africaine des sciences et de la technologie) où je présidais le Comité des sciences sociales. En 2005, nous avons essayé de revenir faire quelque chose sur notre continent parce que je n'ai jamais travaillé pour l'Afrique. »L'homme a passé 35 ans à l'extérieur, entre la France et les États-Unis.


Le professeur Sagna, qui enseigne la politique internationale et comparée chez AUN, a applaudi la philosophie de développement d'AUN. Il a ajouté qu'il était principalement influencé par les pratiques communautaires, où des solutions aux problèmes sociétaux sont trouvées dans cette société.
Notant la valeur dysfonctionnelle de l'adoption en gros de modèles étrangers, le professeur Sagna a déclaré: «L'un des plus gros problèmes pour la finance en Afrique est que nous prenons un modèle d'un pays occidental et l'appliquons ici au Nigeria.


Il a également déclaré que l'un de ses domaines d'intervention serait d'avoir un meilleur citoyen en s'identifiant d'abord comme Nigérian avant son origine ethnique ou religieuse.


"Je pense que je vais avoir beaucoup de succès quand je verrai mes étudiants penser que je suis le premier Nigérian avant Igbo, Yoruba, ou peu importe."


Le professeur associé Mahamadou Lamine Sagna est titulaire d'un doctorat en sociologie, un MBA et une maîtrise en administration des affaires et psychiatrie ethnique de France. Il a écrit des livres et des articles, y compris une publication de Huffington Post, African Pension Funds: le chaînon manquant du développement en Afrique?
Il est le fondateur et directeur général de Re-Source / Sununet, une organisation de la diaspora sénégalaise. Avant de rejoindre AUN, il était chercheur au Laboratoire de changement social et politique de Paris VII - Diderot en France.
Rapporté par Togor Passa
*amerirican University of Nigeria
*Laboratoire du Changement Social et Politique/ http://lcsp.univ-paris-diderot.fr/Lamine-Sagna-Mahamadou

Lire ceci
Mahamadou Lamine Sagna : « Le problème, ce n'est pas de rentrer dans l'Histoire, mais d'en sortir »
Par Sabine Cessou

Mahamadou Lamine Sagna - DR


Mahamadou Lamine Sagna, sociologue sénégalais, s'intéresse au symbolisme des échanges et de la monnaie.


Après des études de commerce, d'ethnopsychiatrie et une thèse de sociologie en 1997 à l'université de Caen sur le rapport des pauvres à l'argent et à La Poste en France, il a enseigné à Nanterre, puis à l'université du Maryland aux Etats-Unis (2000-2002), avant de rejoindre la prestigieuse université de Princeton (2002-2011).
Il y a donné des cours sur « la monnaie et la religion », mais aussi, avec un astrophysicien nigérian, sur la « science et les technologies appliquées au développement » dans les départements d'études africaines et d'études africaines-américaines.


Voilà quinze ans qu'il travaille sur l'Afrique et la globalisation, l'exclusion, ainsi que le rapport entre « monnaie, religion et immigration dans le cas des Sénégalais de New York ».


Il navigue depuis 2011 entre New York, Paris, la Normandie et Dakar, où il organise tous les deux ans des conférences dénommées Homecoming, dans le cadre de l'association qu'il a fondée et qu'il préside, Rencontre des Sénégalais pour une organisation utile des ressources de la communauté expatriée (Re-Source/Sununet).
L'objectif : contribuer de manière concrète au développement du Sénégal, avec le soutien de la diaspora. Ce qui ne l'empêche pas de porter un regard critique sur ses deux ports d'attache, le Sénégal et la France.
Rue89 : Pourquoi avez-vous quitté la France pour les Etats-Unis ?
Mahamadou Lamine Sagna : Par hasard. J'avais un mentor, le sociologue américain Richard Brown, qui m'a invité à donner des cours à l'université du Maryland. Ensuite, la sociologue américaine la plus connue sur les questions de monnaie, Viviana Zelizer, m'a invité à Princeton, où le professeur Cornel West m'a incité à rester.


Que ressentez-vous chaque fois que vous faites un voyage New York-Paris ?


Un sentiment d'altérité qui me fait réfléchir sur la relativité et l'universel. Je suis toujours heureux de retrouver des rapports interraciaux très naturels en France, sur le plan individuel.
Aux Etats-Unis, c'est plus facile de trouver un logement et un travail quand on est noir, et sur le plan professionnel, on peut vous faire confiance d'une manière extraordinaire... Mais les relations entre personnes sont faibles, il y a peu de liens d'amitiés. Je connais des Américains blancs qui n'ont pas d'amis.
En France, c'est le contraire : c'est plus difficile de trouver un travail et la plupart des gens brillants n'ont pas d'opportunités. Mais se faire des amis français, c'est naturel.


Pourquoi n'êtes-vous pas resté enseigner en France ?


Je faisais récemment la réflexion à un universitaire français dans une conférence à Paris : pourquoi si peu de départements d'études africaines dans les universités françaises ? Il m'a répondu qu'il y en avait un à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) !
Aux Etats-Unis, la plupart des enfants de familles aisées prennent des cours en option dans les départements d'études africaines, parce qu'ils savent que l'Afrique, c'est l'avenir. La France est censée faire mieux, mais elle ne fait rien.
Autre chose : dans les départements d'études africaines, aux Etats-Unis, entre 15% et 20% des professeurs sont africains. En France, on compte très peu de spécialistes qui viennent du continent.


Faut-il y voir du racisme ?


Je préfère parler, comme Cornel West, d'un nihilisme sentimental ou paternaliste de la France, qui fait que ce pays ne voit pas le potentiel des Africains.
Il y a un refus de reconnaître des réalités sociales, par exemple le fait que des Africains puissent avoir autant de compétences que les autres et avoir eux-mêmes dépassé les questions raciales.
Tout se passe comme si les Africains étaient sympas, mais incapables de faire des analyses. Je ne suis pas sûr que ce soit du racisme. Le problème, c'est plutôt qu'on n'a pas quitté le colonialisme.
Il reste des « habitus » comme dirait Pierre Bourdieu, qui jouent de manière inconsciente. Même quand on est face à des gens bien disposés, même quand on a des relations personnelles poussées, il existe en France une forme de violence symbolique qui agit sur la structure mentale.
Il s'agit de croyances collectives qui permettent de maintenir des hiérarchies, de véhiculer des mécanismes de domination, et qui aboutissent à des pensées du type : les femmes ne sont capables que de faire que telle ou telle tâche, les Africains peuvent nous aider à faire de l'anthropologie, mais pas de la science ou de la technologie.
Pourtant, le système de paiement par téléphone mobile (M-Pesa au Kenya) a été imaginé et créé par un jeune Sénégalais qui vit aux Etats-Unis. Il est allé voir les autorités du Sénégal, qui ne l'ont pas écouté, et il a commencé en Ouganda et au Kenya.


Pourquoi n'a-t-il pas été pris au sérieux au Sénégal ?


A cause de cet effet miroir entre la France et les pays francophones, qui fait que le paternalisme français est intériorisé par les Africains eux-mêmes.
Du coup, tous les Africains francophones qui sont passés par les Etats-Unis et ont fait une rupture avec ces modes de pensée se sentent mieux considérés en Afrique anglophone. Beaucoup d'entre eux travaillent au Kenya, en Ouganda, au Rwanda.
En tant qu'expert sénégalais, on peut faire une proposition au Sénégal, mais on sera toujours moins écouté que le confrère français. C'est le complexe du colonisé.
Quand je vais à Dakar, je parle dans la presse de Sénégalais qui vivent au Sénégal et qui mènent des travaux très intéressants, mais ne sont pas reconnus...
Par exemple, l'architecte Cheikh Mbacké Niang est étudié pour ses réalisations à l'université de Princeton, mais il est inconnu chez lui au Sénégal.
De même, une ferme « intelligente » a été lancée à Gorom, près de Rufisque, par un professeur de physique à l'université de Dakar, Aboubaker Beye, qui produit sa propre énergie et fabrique de l'huile essentielle de baobab, sans aucune subvention et très peu d'intérêt local.
Les idées africaines doivent être recyclées par l'Occident en général et la France en particulier pour être reconnues par les Africains !


Qu'est-ce qui fait la différence entre l'Afrique francophone et anglophone ?


La colonisation britannique n'a pas été assimilationniste. Le terreau pour l'autonomie y est plus favorable. Le problème pour l'Afrique francophone n'est pas d'entrer dans l'Histoire, comme l'a dit Sarkozy dans son discours de Dakar, mais plutôt d'en sortir !
Les Africains francophones sont toujours dans la dynamique post-coloniale, alors qu'on n'est plus dans la même temporalité avec la globalisation.


Que pensez-vous des lamentations qu'on entend toujours en Afrique francophone contre l'ancienne puissance coloniale ?


C'est stérile et j'y vois de la malhonnêteté intellectuelle. Un nombre important d'intellectuels africains qu'on peut à mon avis qualifier de glandeurs perpétuent la « Françafrique » sans le savoir.


On peut critiquer la France, la Françafrique, les privatisations, la façon dont les télécoms au Sénégal ont été vendus à Orange avec la complicité de la Banque mondiale, alors qu'ils n'avaient pas besoin d'être privatisés...
On peut condamner la France sur bien des points mais c'est malhonnête de le faire sur son intervention au Mali. En 24 heures, les islamistes pouvaient prendre Bamako. Ils ont cassé les monuments de Tombouctou. Comment critiquer ceux qui viennent sauver ce qu'on revendique ? Dans la politique africaine de François Hollande, je ne vois pas quel est l'acte condamnable pour l'instant.


Quid de l'intervention française en Côte d'Ivoire ?


C'est plus compliqué : le Conseil constitutionnel a validé les élections, sans le faire sous la contrainte ou la violence. Dès lors, je ne vois pas pourquoi les Nations unies peuvent intervenir, au-delà de cette instance suprême.
Sur le fond, je pense que l'histoire donne raison à Léopold Sédar Senghor plutôt qu'à Félix Houphouët-Boigny. Il fallait plus insister sur la culture que l'économie après l'indépendance. Si on pense construire le citoyen à partir de l'économie, on prend le risque de la violence, puisque l'économie porte de la violence en elle-même, dans la mesure où elle repose sur l'accumulation, qui engendre des inégalités et des frustrations.
La primauté de l'économie a failli l'emporter au Sénégal avec Abdoulaye Wade, mais heureusement, Senghor a posé les bases : ce qui est important, c'est le vivre ensemble, l'homme, la culture.
Si le Sénégal avait été centré sur les questions économiques, personne ne se serait soulevé en 2011 pour défendre la Constitution.


Où va le Sénégal ?


La ruse de Leuk-le-Lièvre a été érigée en vertu... C'est l'un des fondements de l'existence au Sénégal. Etre sérieux à Dakar relève presque de la maladie !


Sabine Cessou Journaliste


https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-rues-dafriques/20140419.RUE9974/mahamadou-lamine-sagna-le-probleme-ce-n-est-pas-de-rentrer-dans-l-histoire-mais-d-en-sortir.html

Page 7 sur 251

logotwitterFacebook