mercredi, 22 août 2018 12:29

Sénégal, la téléréalité au service de l'agriculture

Poster par

Au Sénégal, 32 jeunes travaillent actuellement la terre, dans une ferme de la région de Joal, à trois heures de route de la capitale, à l’ouest du pays. Ils viennent de différentes régions du Sénégal. Certains sont issus de familles d’agriculteurs, mais la majorité sont de jeunes urbains. Tous participent à la première émission de télé-réalité sénégalaise sur l’agriculture, La Ferme Factory, diffusée sur la chaîne publique sénégalaise RTS. 34 épisodes au total de 26 minutes chacun, montrés aux téléspectateurs, avant le journal de 20h chaque dimanche. Au programme, pour ces apprentis fermiers : un réveil à 6h chaque matin, puis la journée commence avec une préparation musculaire, c’est ensuite aux champs que les candidats doivent faire leurs preuves. Malgré une croissance à la hausse, le Sénégal continue d’avoir des taux élevés de pauvreté et de chômage, les inégalités sociales sont toujours frappantes, l’exode rural et l’immigration clandestine n’ont pas cessé d’être à l’ordre du jour. L’agriculture contribue à environ 14% du PIB du pays, et pourrait constituer un vivier d’emplois. Pourtant, beaucoup de jeunes Sénégalais estiment que les profits tirés du travail de la terre sont dérisoires. La Ferme Factory, imaginée en partenariat avec l’Etat, vise à changer le regard de la société sur l’agriculture, et à inspirer les jeunes actifs pour qu’ils se tournent vers ce secteur.

RFI

mercredi, 22 août 2018 12:22

Le Maroc veut rétablir le service militaire obligatoire

Poster par

Le Maroc va rétablir le service militaire obligatoire pour tous les jeunes de 19 à 25 ans. Contrairement au programme précédent, celui-ci a cependant une particularité : il sera également obligatoire pour les femmes de la même génération, sans aucune autre condition. Un projet de loi en ce sens a été approuvé lundi, selon un communiqué du cabinet royal.

Depuis 2006, les jeunes marocains de 19 à 25 ans n'étaient plus appelés à effectuer un service militaire obligatoire pendant un an. Une obligation qui va donc revenir. Avec une particularité : il sera désormais obligatoire pour les femmes. Ce qui n’était pas le cas avec l’ancien service militaire supprimé il y a 12 ans.

Il était obligatoire pour les hommes, mais il restait ouvert aux candidatures féminines. Il fallait être célibataires, sans enfants et âgées de 20 à 27 ans, sur base du volontariat. C’est là toute la différence, cette fois le texte ne mentionne aucune condition pour les femmes.

L’objectif de cette résolution, c’est avant tout de promouvoir le patriotisme chez les jeunes et d’améliorer l’intégration dans la vie professionnelle et sociale, souligne le communiqué publié par le palais royal.

Certains observateurs estiment que cette mesure est liée aux troubles sociaux de ces dernières années ; certains parlent même d’une mesure disciplinaire. Elle intervient alors que depuis 2016, d'importantes manifestations contre la pauvreté, auxquelles participent de nombreux jeunes ont lieu dans le nord du pays; celles-ci se sont même étendues ces derniers mois vers l'Est.

Le texte doit encore passer devant le Parlement en octobre. Il n'entrera en vigueur qu'après son éventuelle publication au Bulletin officiel.

RFI

  • "Je veux gagner la Ligue des champions avec la Juve", a déclaré Cristiano Ronaldo, la recrue-star du club italien, mercredi dans une interview à Dazn, nouveau diffuseur du championnat d'Italie dont il vient d'être nommé ambassadeur.

Débarqué à Turin cet été après son transfert pour 100 millions d'euros du Real Madrid, Cristiano Ronaldo a affirmé qu'il allait "se concentrer sur elle, avec (ses) coéquipiers, mais sans que ça soit une obsession, un pas après l'autre". "Et on va voir ce que ça donne, si c'est cette année, la suivante ou celle d'après", a expliqué le Portugais.

"Je suis très heureux, l'équipe est forte et comme tout le monde le sait, la Juve est l'un des plus grands clubs du monde", a poursuivi le quintuple Ballon d'Or, qui a fait ses débuts en Serie A samedi lors d'une victoire 3-2 à Vérone face au Chievo.

"J'ai été surpris de façon positive. On s'entraîne durement, deux fois par jour. J'aime les méthodes d'entraînement, la mentalité. C'est très, très professionnel", a-t-il ajouté.

A propos de son transfert, Ronaldo a parlé de "décision facile".

"Bien sûr, ce que j'ai fait au Real Madrid était incroyable. J'ai tout gagné et j'ai tellement d'amis là-bas, c'est ma famille. Mais la Juve a montré qu'elle me voulait plus que tout. Ils m'ont donné une opportunité et j'en suis heureux. Je veux essayer d'écrire aussi l'histoire avec ce club", a encore dit CR7.

Dazn, qui fait partie du groupe Perform, a acquis les droits pour la diffusion en Italie de trois matches de Serie A lors de chaque journée, en exclusivité et en streaming. Les sept autres matches sont diffusés par la chaîne Sky, un des diffuseurs traditionnels du championnat d'Italie.

 

AFP

Le président des Etats-Unis Donald Trump a essuyé mardi 21 août un double coup dur judiciaire, avec de spectaculaires rebondissements dans deux affaires qui le touchent de près. Paul Manafort, son ex-directeur de campagne a été jugé coupable mardi de fraudes fiscale et bancaire pour huit des 18 chefs d'inculpation qui le visaient. Plus grave pour la Maison Blanche, au cours de la même journée, Michael Cohen, l'ancien avocat personnel de Donald Trump a plaidé coupable pour huit chefs d'inculpation, six pour fraudes fiscale et bancaire et deux pour financement illégal de campagne électorale. Pire, L'ancien avocat du président a assuré devant la justice avoir violé la loi à la demande du président.

 Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

C'est un coup très rude pour le président américain et il vient de l'homme en qui il a placé toute sa confiance pendant plus d'une décennie. Michael Cohen se présentait comme « le pitbull » de Donald Trump, il a occupé pendant dix ans un bureau dans la Trump tower, à New York. Il expliquait être là pour régler ses problèmes. Mais l'ancien avocat personnel du président risque désormais de devenir la source des plus importants ennuis de l'hôte de la Maison Blanche.

Devant le juge fédéral, Michael Cohen a affirmé avoir versé 130 000 et 150 000 dollars à deux femmes pour acheter leur silence sur des liaisons avec Donald Trump à la demande de celui-ci et dans l'intention d'influencer les élections.

Une déclaration qui sous-entend que le président a commis un délit. Michael Avenatti, l'avocat deStormy Daniels, l'une de ces deux femmes, souligne la responsabilité de Donald Trump dans ce dossier. « Le président avait déclaré à bord d'Air Force One qu'il ignorait tout du paiement de ces 130 000 dollars mais nous savons désormais la vérité grâce à Michael Cohen et nous pouvons affirmer que le président des Etats-Unis a menti au peuple américain alors qu'il se trouvait à bord de l'avion du peuple. »

« Un message fort » et « une rude leçon »

De ces paiements résultent deux chefs d'inculpation pour financement illégal de la campagne. A la sortie du tribunal mardi soir, le procureur de New York a eu des mots rudes pour l'ancien avocat de Donald Trump.

« Ce sont des inculpations très sérieuses qui reflètent une tendance au mensonge et à la malhonnêteté sur une longue période. Elles sont significatives en soi, mais en particulier parce que ces infractions ont été commises par un avocat. Un avocat qui par sa formation et la tradition de sa profession sait ce que veut dire le respect de la loi. Monsieur Cohen a renié sa formation et a décidé qu'il se plaçait au-dessus des lois. Pour cela il va payer un prix très élevé », a commenté Robert Khuzami.

« Les lois sur le financement des campagnes sont conçues pour empêcher l'utilisation illégale d'argent au cours des élections et pour maintenir l'intégrité de ces scrutins. Monsieur Cohen a plaidé coupable pour ces violations de la loi. C'est un message fort aujourd'hui et nous ne craindrons pas de poursuivre d'autres violations à la loi sur le financement des campagnes électorales. La loi s'applique. Nous sommes un pays de droit et la loi s'applique à tous. C'est une leçon que monsieur Cohen a apprise aujourd'hui et elle est rude. »

Une coopération avec la justice ?

Michael Cohen pourrait être tenté de coopérer pleinement avec la justice pour réduire les peines de prison qui le menacent. Il s'est résolu à « dire la vérité au sujet de Donald Trump », a assuré son avocat avant d'interroger : « Si ces versements constituent un crime pour Michael Cohen, pourquoi ne constitueraient-ils pas un crime pour Donald Trump ? ».

Et comme si cela ne suffisait pas, un autre tribunal a le même jour reconnu l'ancien directeur de campagne de Donald Trump coupable de huit chefs d'accusation, pour fraude bancaire et fiscale. Paul Manafort risque de passer le reste de ses jours en prison. S'il a observé un prudent silence après les déclarations de son ancien avocat, Donald Trump a réagi à cette condamnation « je me sens très triste pour lui, c'est un homme bien » a déclaré le président.

RFI

 

Achille Mbembe, Felwine Sarr et leurs tristes rêveries. Le blog de Charles Tsimi


« Un intellectuel lu et écouté ne fait pas le printemps. Certes il y a une pensée originale chez nos jeunes intellectuels mais au fonds est-ce que cette production est efficiente au-delà de cette volonté de se dire ou exister en tant que tel ? Il y a des préalables pour entamer une amorce et il me semble que c'est là où le bât blesse chez nous auteurs. Tant que l'Afrique ne prendra pas en compte la mentalité les avancées seront freinées et l'Afrique marquera le pas et la question de son collage sera omniprésente. J'aime lire et écouter Felwine et Achille et Mabanckou mais j'attends plus du concret et non de l'aérien B CISSOKO


• Le blog de Charles Tsimi


Achille Mbembe et son compagnon Felwine Sarr signent une tribune magistrale sur le site du journal le Monde Afrique. La France n'a qu'à bien se tenir, ces deux sont révolutionnaires de ouf....Mieux que Marx et Engels, voici Mbembe et Sarr. Bientôt, ils publieront un Manifeste de la Circulation. Petit livre de 30 pages destiné aux dirigeants démocrates, pour la suppression complète des frontières.


Tout d'abord, lecteurs de Mediapart, il faut savoir qu'il y a le Monde et le Tiers-Monde. Il y a l'ONU et la Communauté internationale. Il y a lemonde.fr et lemonde.fr/afrique. A ne pas confondre. Certes, il s'agit du même groupe, mais comme indiqué, ce n'est pas le même monde, enfin si, mais disons qu'ils ont jugé là-bas, que l'Afrique avait besoin d'un peu d'intimité. Ou alors, c'est simplement qu'il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes. L'un est effectivement destiné au Monde, on y parle de Trump, du CETA, des Rohingyas, de l'Union Européenne, du Qatar, de Daesh, des choses sérieuses quoi! et l'autre est destiné à l'Afrique,. Unique continent qui bénéficie, de la part du grand groupe de presse, de cette attention délicate.
Les mauvais esprits croiront qu'il s'agit d'un apartheid, ou tout au moins, d'une discrimination POSITIVE. Personnellement, je crois que le Monde est un journal qui aime l'Afrique.C'est de notoriété publique. La Francophonie c'est sacré! Et quand on aime, on le prouve. C'est fait.


Sur lemonde.fr/afrique donc, la parole est régulièrement donnée à certains intellectuels "africains" , lesquels s'amusent à parler, à penser au nom des "africains", pour les "africains" aux officiels du Monde, de l'Occident. Parmi ces intellectuels, figurent deux noms désormais célèbres, deux pourvoyeurs attitrés de la "pensée africaine", deux diseurs de ce qu'il faut faire, deux prescripteurs, deux censeurs, deux archevêques, deux think-thankers, deux compagnons: l'historien camerounais Achille Mbembe et l'économiste sénégalais Felwine Sarr. Ils dirigent l'un et l'autre Les Ateliers de la pensée de Dakar, une sorte de kermesse intellectuelle qui réunit les Afro-consort éparpillés dans le monde.


Felwine Sarr et Achille Mbembe: les doux panseurs


Ils ont donc publié, à l'occasion de la visite du président Emmanuel Macron en Afrique, une tribune: Africains, il n'y a rien à attendre de la France que nous ne puissions nous offrir à nous-mêmes ! sur le site lemonde.fr/Afrique. Bien!


Vu les auteurs, en vérité, j'aurais pu ne pas lire l'article. Mais, comme j'ai été apostrophé par un vocable des plus insignifiants :"Africains,"....il me fallait, au moins par curiosité imbécile, lire la suite : "il n'y a rien à attendre de la France que nous ne puissions nous offrir à nous-mêmes ! ". Leur histoire a commencé très mal, très très mal, me suis-je dit,. Qui attend quoi de la France? Les africains ?

Qu'est-ce cette manière d'infantiliser, d'essentialiser des millions de Femmes, d'Hommes ?

Ma pauvre mère, retraitée, ne connait pas ces deux messieurs, et elle n'attend et n'a jamais rien attendu de la France, et des gens comme elles sont légions en Afrique, alors un peu de considération chers messieurs, pour ces anonymes légions qui ne vous ont pas sonnés. La fin de ce début de titre catastrophique : "...que nous ne puissions nous offrir à nous-mêmes!". Bref.... le titre de l'article m'a paru, très vite abscons et con, hélas, j'ai quand même décidé de poursuivre ma lecture.


J'ai lu la tribune, sans émotion particulière, sans interrogation subite....je m'ennuyais presque. A un moment donné, des mots, des bouts de phrases, quelques arguments ont commencé à m'agacer terriblement. Je ne comprenais pas comment deux têtes aussi illustres pouvaient se complaire dans une pensée aussi molle, futile, et s'octroyer le beau rôle de m'interpeller moi, africain, de la "nouvelle génération".


Ne pouvant commenter tout l'article, car je le fais à titre gratuit, je vais juste m'attaquer à quelques arguments, bouts de phrases, paragraphes, éminemment ridicules de nos deux panseurs africains. Que disent-ils:


- "Dans la poursuite de ses intérêts en Afrique, la France a, depuis l'époque coloniale, clairement choisi ses alliés locaux. En règle générale, il s'agit non pas des peuples eux-mêmes ou encore des sociétés civiles, mais de potentats souvent cruels et sanguinaires. Entourés d'une caste servile déterminée à se reproduire indéfiniment au pouvoir, il s'agit, dans la plupart des cas, de tyrans disposés à traiter les leurs comme des captifs de guerre".
L'Histoire n'est pas avare de potentats cruels et sanguinaires, de véritables tyrans. ça ne sert à rien d'affubler l'Afrique de mots extravagants, alors que celle-ci souffre déjà, simplement, pour ce qu'elle est. Des dirigeants qu'on peut faire et défaire depuis l'étranger, des dirigeants que de petites associations étrangères peuvent poursuivre en justice, des dirigeants dont on peut bloquer des comptes et saisir quelques biens à l'étranger, des dirigeants soumis aux "droits de l'homme" et à la "démocratie", des dirigeants qui ont peur de leur population ...hé bien, pour moi, c'est autre chose que des potentats (souverain absolu d'un grand Etat).


Il n'existe pas de potentats en Afrique (peut-être le Roi du Maroc, et encore!). Pourquoi utiliser donc ce mot qui ne rend compte de rien? Dans l'optique de bien se faire voir. Et cruels? La cruauté des dirigeants africains est surtout une cruauté de médiocrité, d'impuissance, de cupidité. Ils ne sont pas cruels au sens des grands massacres qui jonchent l'Histoire....l'Afrique compte les dirigeants les moins criminels de toute l'Histoire de l'humanité. Ils sont ceux qui ont le moins massacré leurs peuples, et les peuples étrangers. Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont les plus vertueux, ni que cela constitue un mérite particulier. C'est simplement un fait qui peut se comprendre trop aisément: moins criminels, car moins puissants, moins conquérants. Si les conditions étaient réunies, ils auraient été, sans nul doute, aussi cruels que Caligula, Bismark, Napoléon, Léopold II, Ferry, Pol-Pot, De Gaulle, Bush, Sarkozy....

je passe sur le cas d'Hitler et de Staline. Sanguinaires?

Là aussi, on peut faire le décompte, et on verra qu'en litre de sang versé, les dirigeants africains sont de petits joueurs. Véritables tyrans? Archi faux! Ce sont surtout de médiocres tyrans. Là encore, on peut convoquer l'Histoire....Et la tyrannie, c'est autre chose que vivre au Cameroun, au Zimbabwe, en Angola. Je ne le dis pas parce que je suis défenseur d'un quelconque régime famélique en Afrique, bien au contraire, soucieux de bien nommer le mal qui mine ces pays, je refuse d'utiliser des mots qui se baladent d'une bouche à l'autre, sans qu'on ne cherche à comprendre ce qui se cache derrière, et pourquoi on l'utilise.


- "L'un des procès les plus significatifs intentés contre la France par les nouvelles générations d'Africains est d'avoir lié son sort à celui de classes dirigeantes ..."


Qu'est ce que ce charabia? nouvelles générations d'Africains, une réalité trop imprécise et trop confuse. Cela dit, 41% de la population en Afrique a moins de 15 ans, et les jeunes de moins de 25 ans représentent 65% de la population. Ces jeunes sont très peu politisés, ils sont surtout confrontés aux problèmes d'accès à l'éducation, d'emploi et de soins de santé. Où est ce que nos deux panseurs ont vu "ces nouvelles générations qui intentent des procès significatifs à la "France"? Ne confond-on pas ici les jeunes issus de l'immigration vivant à l'étranger, et la "jeunesse africaine"? Il y a une différence spectaculaire entre la jeunesse urbaine de Douala (ou de Malabo,Abidjan...) et son rapport à la politique et la jeunesse africaine vivant à l'étranger. Tout comme il y a une différence entre la jeunesse urbaine de Douala et la jeunesse rurale de Mbandjock, au Cameroun. La jeunesse urbaine d'Abidjan et la jeunesse rurale de Côte d'Ivoire. Et les jeunes ruraux viennent, de plus en plus, dans les villes, non pour se liguer contre les pouvoirs en place ou contre la France, mais pour vivre plus confortablement. Ils échappent, à l'heure d'internet, à l'ennui des villages et regagnent nos étroites capitales, des pétaudières, pour se connecter avec le "monde".


-"Ne pas se tromper de diagnostic signifie aussi ne point faire de la France le bouc émissaire de tant de malheurs que nous aurions pu éviter, mais que, plus que de coutume, nous nous auto-infligeons."
C'est Achille Mbembe et Felwine Sarr qui font semblant de croire qu'il y a assez de gens stupides pour se tromper de diagnostic. Et qu'il faudrait leur bonne parole à eux, pour nous guider vers le droit chemin. Aucun parti politique en Afrique ne prospère sur la base d'un anti impérialisme. Contrairement en France, où on voit des hommes politiques jouer avec la corde de l'immigration par exemple, pour des raisons "démocratiques". Il n'y a pas une opinion dominante, en Afrique en tout cas, qui fait de la France un quelconque bouc-émissaire...Dans les marchés, les lieux populaires, les gens ne se mettent pas du matin au soir, sous le soleil, pour raconter que c'est à cause de la France qu'ils sont ce qu'ils sont. Dans les bars, ça ne cause pas esclavage, colonisation...


Au Cameroun, pays africain je rappelle, il y a quelques années, un activiste très anti français, André Blaise Essama vandalisait quelques sites qui portaient la trace de la présence française à l'époque coloniale. Ce dernier, aux yeux de l'opinion, avait plus l'air d'un fou que d'un activiste. Ils n'étaient suivi, acclamé par personne. C'était une espèce de Kemi Séba, mais en plus authentique, qui n'intéressait personne...même pas mes camarades d'alors, en faculté de Sciences Juridiques et Politiques de Yaoundé II. Même pas par l'UPC, ce parti nationaliste qui a combattu les envahisseurs.
- "Mais, par-dessus tout, les nouvelles générations ont pris conscience que les rapports franco-africains postcoloniaux reposent sur très peu de valeurs que la France et l'Afrique auraient en partage. Dans un contexte de tarissement des rentes de la circulation, cette vacuité morale et le défaut de légitimité qui s'ensuit expliquent, plus qu'on ne l'a laissé entendre, le recul de l'influence française en Afrique."
Encore leur vague truc de "nouvelles générations". Et pour le reste, je ne comprends rien.


- "Plus que leurs aînés, les jeunes Africains savent que la survie de l'Afrique ne dépend pas de la France, tout comme la survie de la France ne devrait guère dépendre de l'Afrique. Elles ont compris que le fait d'avoir eu, à un moment donné, un passé en commun ne nous condamne pas à envisager un futur ensemble, surtout si ce futur doit se construire à notre détriment."
Sur quoi repose de telles affirmations? Leurs aînés, c'est à dire Quelle génération? Les "nouvelles générations", celles qui représentent plus de la moitié du continent sont surtout à éduquer, à soigner. Depuis leurs écrans de télévision, leurs smartphones pour ceux qui en ont, leur ordinateur, la France veut surtout dire le bien-être. Ils constatent les conditions matérielles d'existence qui diffèrent. Ces "nouvelles générations" contrairement à ce que prétendent nos deux prescripteurs, n'ont pas davantage compris ce qu'ils appellent passé en commun et futur ensemble, faute d'intellectuels présents avec eux.
- "Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir à un moment où le processus de décolonisation de l'imaginaire africain est en phase d'accélération....".


Quels doux rêveurs! Quelle bêtise! Le désir d'occident (voir Alain Badiou) n'a jamais été aussi violent en Afrique et dans le monde. Partout les gens aspirent à vivre comme en Occident. Et ce désir d'Occident est la preuve que s'il y a bel et bien un lieu qui est loin d'être en pleine décolonisation, c'est l'imaginaire. Partout en Afrique on aspire à la "DEMOCRATIE" (notez les guillemets), une fascination extrêmement béate des élections de Macron ou de Trump. Là encore, c'est la preuve que le processus de décolonisation de l'imaginaire est loin d'avoir commencé. Si nos deux faiseurs de tribune étaient assez dans le réel, ils se rendraient compte que l'élection française passionne en Afrique subsaharienne, plus que n'importe quel autre élection locale.


N'appelle t-on pas déjà, au Cameroun, un candidat aux prochaines élections présidentielles en 2018, le Macron camerounais? N'a t-on pas vu la jeune diaspora gabonaise supplier l'ultra démocrate François Hollande, pour qu'il aille chasser Ali Bongo du pouvoir? Il n'y a pas de processus de décolonisation de l'imaginaire entamé, c'est l'inverse, en sa phase d'accélération.


- "Les structures fondamentales de cette décolonisation se donnent le mieux à voir dans la production artistique et esthétique et dans le renouveau de la pensée critique"


N'importe quoi! Production artistique?

Intéressons-nous donc à cette production. Prenons la musique urbaine. Au Nigéria, au Cameroun, et en Côte d'Ivoire....elle n'est rien d'autres que la reproduction tiers-mondisée de ce qui se passe aux USA. Il suffit de regarder les clips. Les techniques utilisées. L'habillement. On parle Cinéma?

Théâtre? Arts vivants? Littérature? Achille Mbembe et bien d'autres écrivains noirs, si ils sont connus et jouissent d'une réputation en Afrique, c'est grâce à la France ou disons à l'Occident. La majeur partie des grands intellectuels et des grands écrivains africains re-connus en Afrique le sont parce qu'ils ont été proclamés comme tel depuis les instances européennes. Il n'y a pas d'écrivains publiés au Cameroun dont la popularité dépasse le seul cadre de sa famille ou de son village. J'exclus les quelques oeuvres au programme scolaire.


Quant au renouveau de la pensée critique, franchement, quelle imposture! Là encore, je demande à nos deux savants de faire le tour des universités en Afrique subsaharienne, de regarder le niveau de la recherche...et de nous dire s'il y a de quoi bomber le torse. Renouveau ?

mais où? Quelles sont donc les revues scientifiques africaines qui bousculent le monde du savoir?


- "Les arts du XXIe siècle seront africains"


Tel est le titre d'un de leurs paragraphes. Alors qu'ils énoncent des conneries, rappelons à nos tranquilles intellectuels que, pendant que l'on vendait des migrants à 400 euros la pièce, en plein XXIe siècle, un tableau de la Renaissance, Salvator Mundi de Léonard De Vinci, s'est vendu à 450 millions de dollars à New York.


- Que dire par ailleurs de la production artistique et de la création esthétique ?

Puisque les arts du XXIe siècle seront africains, comment ne pas s'en servir pour faire éclore , ensemble, de nouvelles virtualités ?


On ne sait pas toujours, pourquoi et à partir de quoi ces messieurs déclarent que les arts du XXIe siècle seront africains...les chinois ne sont pas créatifs j'imagine, et les argentins des bons à rien, et les iraniens trop nuclérairés pour briller dans l'art, et les turcs pas assez démocrates pour inventer.... D'où ça leur sort que l'Afrique serait au XXIe siècle le continent par excellence de l'art? "comment ne pas s'en servir pour faire éclore , ensemble, de nouvelles virtualités ?"...Se servir de quoi exactement? ce qui n'existe pas encore? Quelles virtualités? bref....pathétique!
- "La réinvention des rapports entre la France et l'Afrique n'a de sens que si ces rapports contribuent à une nouvelle imagination du monde et de la planète. La grande question philosophique, esthétique et culturelle, mais aussi politique et économique du siècle en cours est celle de la mutualité, de la mobilité et de la circulation."


Tout porte à croire qu'avec les Etats-Unis, avec la Chine, le Japon, l'Inde, la Russie...l'Afrique a d'excellents rapports. Ne reste plus que la France. En outre, cette histoire de nouvelle imagination du monde et de la planète est assez risible. On est dans un monde capitaliste. Qu'ils continuent d'imaginer.... Et puis, la réinvention, ça tombe du ciel?

ou alors, sont-ils vraiment convaincus qu'à la suite des élections libres et transparentes en Afrique, ils auront ce "nouveau monde et cette nouvelle planète"? N'est-ce pas d'une naïveté proche de l'ignorance?


Ils disent, ils osent dire: La grande question philosophique, esthétique et culturelle, mais aussi politique et économique du siècle en cours est celle de la mutualité, de la mobilité et de la circulation. Alors qu'on sait depuis peu que Le patrimoine cumulé des 1 % les plus riches du monde a dépassé l'an dernier celui des 99 % restants. Alors qu'on vit tous les jours l'expérience d'un monde cruellement injuste et inégalitaire, alors que l'Afrique piétine et reste le théâtre d'affrontements étrangers, alors que des populations entières vivent de l'aide humanitaire, nos deux Africains déclarent que LA GRANDE QUESTION PHILOSOPHIQUE...est celle de la mutualité. La mobilité.

La circulation. LA GRANDE QUESTION ESTHÉTIQUE..POLITIQUE..LA GRANDE QUESTION ECONOMIQUE....CULTURELLE. Quelle médiocrité!
Mutualité. Mobilité. Circulation ne sont pas de grandes questions.....Elles n'ont strictement rien de politique. Et d'ailleurs, ce monde-ci est déjà mutuelle, mobile et circulaire. A moins donc, de vouloir, aller plus ou moins loin, se poser la question de la mutualité, la mobilité, la circulation est sans intérêt.


- "Réinventer la relation avec l'ex-puissance coloniale exige de remplacer le colonialisme par de nouveaux rapports de mutualité, de réciprocité et d'égalité." Qui réinvente? Les Etats? a t-on déjà vu les Etats réinventer quoi que ce soit si ce n'est leurs intérêts nationaux? Alors balancer comme réinventer la relation ...n'a pas de sens. Cette réinvention n'aura pas lieu. Parce que l'Histoire politique est une histoire de rapports de force, de luttes, de conquêtes. Ce n'est pas deux démocrates qui vont aller se mettre à table et convenir, parce que ayant lu Mbembe et Felwine, que le colonialisme c'est pas bon, place donc à l'égalité, à la réciprocité.


- "Au-delà des jeux de puissance, la seule discussion d'avenir avec la France, le seul débat philosophique digne d'intérêt avec ce pays qui a significativement contribué à la vie de l'esprit, c'est celui-là : comment assurer la durabilité de ce monde, le seul que nous avons en partage."


Ces deux naïfs parlent comme si l'Afrique était un pays. Ils font comme si l'avènement d'une unité politique du continent était une affaire de claquement de doigts. Ils affirment arrogamment: "la seule discussion d'avenir avec la France, le seul débat philosophique digne d'intérêt avec ce pays qui a significativement contribué à la vie de l'esprit, c'est celui-là : comment assurer la durabilité de ce monde, le seul que nous avons en partage".

C'est donc ça?

Assurer la durabilité de ce monde...Le monde est très bien comme il est. Il faut simplement "assurer" qu'il dure toujours comme il est.
L'historien et l'économiste veulent une chose et son contraire. Ils veulent imaginer un nouveau monde, et en même temps ils veulent "assurer" à "ce monde" une durabilité. A quoi renvoie "ce monde" si ce n'est le monde capitaliste régit par les intérêts, l'exploitation, les guerres? Ou alors, ils sont en train de nous dire que la seule discussion qui vaut le coup avec la France est celle de l'écologie? C'est du n'importe quoi. Après nous avoir posé leur GRANDE QUESTION PHILOSOPHIQUE de l'année, ils nous imposent la SEULE DISCUSSION d'AVENIR: durabilité. Pendant ce temps, 100 congolais peuvent mourir dans le silence complet de la communauté internationale et quand un français meurt, c'est l'humanité entière qui pleure.


Comment peuvent-ils, au vu des conditions d'existence des millions d'Africains, dire que la seule discussion possible est "d'assurer". Et pourquoi se limitent-ils à la France? On croyait pourtant qu'ils étaient fraîchement et impeccablement décolonisés.


- "Cette durabilité exige la redistribution la plus équitable possible du droit universel à la mobilité et à la circulation".


J'avoue, en lisant ceci, j'ai éprouvé un peu de la colère. De mépris. Est-ce pour ça que ces messieurs ont interpellé les Africains? Un monde juste repose t-il d'abord et fondamentalement sur la mobilité et la circulation? Qu'est ce que cette histoire de mobilité et de circulation dans ce qui se passe actuellement au Soudan, en Somalie, en Érythrée, au Somaliland, au Swaziland? Ignore t-on sur quoi repose le privilège de ceux qui, aujourd'hui peuvent tranquillement circuler dans la surface du globe? Va t-on dans un monde aussi horriblement gouverné par l'argent commencer à réfléchir sagement sur le droit universel à la mobilité, à la circulation, et donc à se porter soi même en esclavage, pour ceux qui n'ont rien et qui croiront aller trouver ailleurs quelque chose.


- "Cette politique de la circulation planétaire, il nous revient d'en imaginer les fondements éthiques, à l'heure où le rêve d'apartheid semble s'être à nouveau emparé du monde."


Pur charabia. Quelle pensée maigrichonne! Lorsque Marx demandait aux prolétaires de tous les pays de s'unir, il n'exigeait pas au préalable un droit universel de la circulation. Il existe déjà un droit universel à la santé, à l'éducation....et pourtant! Alors un droit universel de la circulation, c'est aussi imbécile que la fermeture des frontières. Car, dans un cas, comme dans l'autre, l'Homme circule.....depuis ses origines. Et il y a une circulation qui doit nous interpeller, celle des migrants. Et ce qu'elle révèle, ce n'est pas tant qu'il nous faut un droit d'aller et venir, c'est surtout que le monde se résume un peu à l'Occident. Qu'un blanc c'est pas tout à fait un noir....Qu'un riche c'est pas tout à fait comme un pauvre...Qu'un anglais c'est pas comme un nigérian.


La question de l'égalité est la question de l'Humanité par excellence. Il faut travailler à son avènement, de façon explicite et déterminée, ou sinon on travaille contre-elle, comme nos deux pauvres savants.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction
https://blogs.mediapart.fr/charles-tsimi/blog

 

Construction durable et fiable : SOLUTION RESINE, société Française, spécialisée en revêtement et procédés à base de résine, est maintenant présente au Sénégal.

La qualité de vos finitions et autres dépendent de vous.
La construction est un art, elle exige des normes qui hélas ne sont pas respectées au Sénégal. Chacun est architecte, chacun sait faire et les conséquences ce sont les males façons, les écroulements de maisons, des infiltrations, etc. Quand il pleut on voit les défauts, trop tard.
On peut faire mieux avec un produit qui arrive au Sénégal, ce pays où les chantiers pillent.
Architectes, paysagistes, urbanistes, constructeurs, voici une opportunité pour améliorer la qualités des constructions et aménagements. P B CISSOKO

SOLUTION RESINE, société française, avec 82 types de résine polyuréthane, époxy, résine alimentaire, polyurea etc.. réalise depuis 1987 des chantiers dans plusieurs pays et notamment en Afrique

SOLUTION RESINE, société Française, spécialisée en revêtement et procédés à base de résine, est maintenant présente au Sénégal

Son dirigeant sera présent à DAKAR du 24/8 au 2/9/2018 et vous pourrez le rencontrer en prenant rendez vous au :

00221 776 848 958

0033 6 65 15 86 05

00221706 130 564

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

SOLUTION RESINE, réalise des revêtements de sol en résine pour usine, laboratoire, locaux frigorifique, hôpitaux, salle opération, cantine, garage, locaux industriels, voie d'accès, terrasse, plage de piscine ....

SOLUTION RESINE, réalise des étanchéités, cuvelage, réparation fuite de piscine, injection de résine dans les murs, toiture, sous sol....

SOLUTION RESINE, réalise des aménagements paysagers de vos jardins, vos intérieurs en utilisant nos procédés à base de résine. Consultez nos vidéos sur notre site www.solution-résine.com

Tous nos revêtements et procédés , bénéficient d'une marque déposée par notre société .

Nos résines sont toutes fabriquées en France, elles possèdent une fiche technique et une certification .

Notre personnel au Sénégal a reçu les formations pour chaque procédés, et notre responsable possède les qualifications requises pour réaliser des travaux au standard français

SOLUTION RESINE, haute qualité de résine et de prestation à des prix étudiés.

Dans son rapport sur l'examen périodique universel des Nations unies, Amnesty International juge inéquitable un certain nombre de procès au Sénégal, dont celui du maire de Dakar, Khalifa Sall, candidat à la présidentielle de 2019 et dont on connaîtra le verdict en appel le 30 août. L'organisation de défense des droits de l'homme cite également le cas de Karim Wade, dont le procès n'a pas respecté « les normes internationales », et celui de jihadistes présumés, condamnés après « une longue détention préventive et sans assistance de leurs avocats ».

Les gens se posent des questions sur la politisation des affaires traitées par la justice, et notamment quand il s'agit de militants de l'opposition.

François Patuel, chercheur chez Amnesty International, pointe l'absence d'indépendance de la justice sénégalaise

RFI

lundi, 20 août 2018 15:45

LE SENEGAL MERITE MIEUX QUE DES VOCIFERATIONS

Poster par

Il y a quelques jours une partie de l’opposition a mobilisé ses troupes lors d’un défilé à Pikine et à Guédiawaye. Celui-ci se voulait une manifestation populaire hostile au régime de Maky Sall.

En soi une telle démonstration de force ne peut qu’être encouragée mais elle aurait été assurément plus efficace si au lieu d’apparaître de façon disparate et désorganisée elle avait présenté un caractère unitaire. 

On a en effet eu l’impression que chacun cherchait avant tout à tirer la couverture à soi, à se mettre en avant au détriment des autres. La meilleure illustration en a été la bousculade qui s’est produite lorsque certains jeunes militants politiques ont cherché à occuper le devant de la scène du défilé dans le seul but d’obtenir une meilleure visibilité auprès des médias.

La diversité des slogans clamés par les uns et les autres et la mise en avant des leaders politiques respectifs a donné également une impression de cacophonie. Mieux vaudrait à l’avenir s’organiser, se structurer et choisir un thème en particulier, une bannière derrière laquelle tout le monde pourrait se ranger. Ce ne sont pas les sujets qui manquent :

  • Libération des prisonniers politiques,
  • Etablissement d’un dialogue entre pouvoir et opposition,
  • Suppression de la loi sur les parrainages, etc.

Oui, Macky Sall doit partir ! Tout le monde est d’accord sur ce point, tant l’échec de sa politique est patent, que ce soit sur le plan économique, social, dans le domaine de l’éducation comme celui de la santé. Oui, nos compatriotes sénégalais sont en droit d’attendre de son successeur un changement radical, une véritable transparence, une lutte quotidienne contre la corruption, un programme ambitieux de réformes dans les domaines cités précédemment.

Mais cela ne peut se faire que dans la cohérence et non la discordance et la population sénégalaise attend que l’opposition fasse preuve de maturité, d’imagination, de responsabilité. Et pas qu’elle se donne en spectacle comme cela a été le cas à Pikine et à Guédiawaye. On ne bâtit pas le renouveau indispensable à un régime déclinant sur des vociférations, mais sur des propositions réfléchies pour le pays et un comportement respectueux des institutions. En ce sens, réclamer la candidature de Karim Wade et la libération de Khalifa Sall est tout à fait légitime.

Pour ce qui concerne le mouvement UN AUTRE AVENIR nous nous faisons une autre idée de la politique, de notre engagement. Cela passe notamment par un renouvellement des générations face à des dirigeants qui ont fait leur temps et doivent laisser leur place à des jeunes, par une ambition pour un Sénégal plus juste en matière d’éducation et de santé, plus dynamique, plus respectueux des droits de l’homme mais aussi de l’environnement, plus soucieux de l’avenir de sa jeunesse et enfin de la place de notre pays au sein de la communauté internationale.

En clair, il s’agit pour nous de redonner un Nouveau Souffle au Sénégal.

L’élection ne se fera pas dans la rue, mais au cours des mois qui viennent dans un combat d’idées à travers des meetings, dans la presse, à la radio, sur les plateaux de télévision. Ce moment est proche. Pour notre part nous y sommes prêts et nos compatriotes ont droit à cette confrontation démocratique, pacifique car il en va de l’avenir du pays.

Le renouvellement des hommes et des idées est en marche, rien ne l’arrêtera désormais.

Ibrahima Thiam

Président d’UN AUTRE AVENIR

 

JUSTICE SENEGALAISE : LA GANGRENE DE LA CORRUPTION-Par Seybani SOUGOU  Cadre franco-sénégalais


« Les magistrats qui violent leur serment ne méritent aucun respect. Ce sont les délinquants des temps modernes »
Lorsqu'un corps est infecté par un virus, il faut l'en extraire pour éviter sa propagation. Indexée par la Cour de Justice de la CEDEAO, (cf arrêt du 29 juin 2018) pour des actes de délinquance judiciaire à l'endroit du Député-Maire Khalifa SALL, et vilipendée par Amnesty International dans un récent rapport rendu public, la Justice sénégalaise est en train de sombrer dans un profond coma. Le niveau de défiance vis à vis des magistrats sénégalais atteint un niveau record, et traduit une véritable rupture de confiance entre les sénégalais et l'institution judiciaire. Il faut appeler un chat, un chat : la magistrature sénégalaise recèle des personnages sulfureux, corrompus jusqu'à la moelle des os, qui jettent le discrédit sur la Justice et nourrissent les suspicions légitimes de nos concitoyens. En 2014, 3 hauts magistrats : Taïfour Diop (1er Président de la Cour d'appel de Saint-Louis), Pape Amadou Sow (Président de la Chambre correctionnelle de la Cour d'appel de Saint-Louis) et Serigne Pape Aliou Sané (Président de la Chambre d'accusation de la Cour d'appel de Saint-Louis) étaient cités expressément, dans une affaire de gros sous (près d'un milliard de CFA) opposant la société Wartsila West Africain (WWA) à « Résidence Les Jardins ». A l'époque, le Président de l'UMS, Abdoul Aziz Seck avait clairement pris ses distances à l'égard des 3 magistrats et exigé une saisine de l'Inspection Générale de l'Administration de la Justice, « pour qu'une enquête diligente soit menée afin de situer clairement les responsabilités dans cette affaire ». Par la suite, le bureau exécutif de l'Union des Magistrats Sénégalais s'était fendu d'un communiqué précisant que « l'UMS défendrait tout magistrat qui remplit les devoirs de sa charge dans l'honneur et la dignité mais se désolidariserait des magistrats, qui, délibérément et de mauvaise foi, violent leur serment ». Durant cette période, un haut magistrat (récidiviste) s'est particulièrement illustré pour ses frasques : Taïfour DIOP 1erPrésident de la Cour d'appel de Saint-Louis, avait commis une forfaiture inouïe lors des élections locales de 2014, en invalidant les résultats issus des urnes, à Podor, qui donnaient une victoire sans appel à Aissata Tall SALL. On connaît la suite : la Maire de Podor a été rétablie in extrémis dans ses droits (le régime ayant fait le choix de sacrifier Racine Sy à Podor pour faire passer la pilule de la forfaiture de Mansour Faye à Saint Louis).Le même TaïfourDIOP a proclamé la victoire du beau frère du Président, Mansour Faye à Saint Louis, réalisant un hold up électoral sans précèdent, alorsque la victoire de Ahmet Fall Braya ne faisait l'ombre d'un doute. Un tel magistrat qui a jeté le déshonneur sur sa corporation ne mérite aucun soutien de ses pairs.

L'UMS est une association qui regroupe des centaines de magistrats anonymes, intègres, épris de justice, qui honorent notre pays et rendent la Justice au nom du peuple sénégalais. Des magistrats comme Souleymane TELIKO, Ibrahima Amadou DEME, Yaya Amadou DIA, et Aliou NIANE inspirent le respect. Par conséquent, Il ne s'agit pasd'accabler l'Institution Judiciaire dans sa globalité. Pour autant, l'UMS faire le grand ménage en son sein, car « le ver est dans le fruit ». Lorsque des magistrats se comportent comme des malfrats, ils doivent être traités comme des délinquants, quel que soit leur statut dans l'organisation judicaire. Le manteau du « Magistrat » ne saurait être un parapluie permettant de s'exonérer des lois, et de faire n'importe quoi. Magistrat ne rime pas impunité. Ilfaut rétablir les choses à l'endroit : les sénégalais n'ont pas un problème avec la Justice de leur pays, mais avec certains hauts magistrats qui abusent de leur position, s'autorisent tous les écarts et rendent la justice au nom de Macky SALL (bénéficiaire des décisions de justice rendues de 2012 à 2018) :

• Le Procureur de la République, Bassirou GUEYE et le Doyen des Juges, Samba SALL spécialisés dans les arrestations d'opposants, ont été indexés par la Cour de Justice de la CEDEAO qui a clairement assimilé leurs pratiques à du « banditisme judicaire ». Dans un Etat de Droit, ce duo à l'origine de la détention arbitraire du Député Khalifa SALL, serait sanctionné lourdement pour un tel fiasco judiciaire,

• Le 1er Président de la Cour d'appel de Dakar, Demba KANDJI, qui lorgne le juteux fauteuil de Mamadou Badio CAMARA (1er Président de la Cour suprême) a balayé d'un revers de main, l'arrêt de la CEDEAO, violant littéralement l'article 55 du code de procédure pénale et le règlement N°05/CM de l'UEMOA,

• Le Président du Conseil Constitutionnel, Pape Oumar SAKHO, qui, dans une contribution intitulée : Quelle Justice pour la démocratie en Afrique? publiée en 2009, dans la Revue française d'études constitutionnelles et politiques, écrivait, « En Afrique, la loi sert d'alibi à des dirigeants politiques qui ont bâti leur pouvoir sur la terreur et la barbarie pour satisfaire des intérêts sordides », a tourné casaque, validant depuis 2016, toutes les forfaitures du pouvoir,

• Le 1er Président de la Cour suprême, Mamadou Badio CAMARA, bénéficiaire d'une loi taillée sur mesure lui permettant d'exercer jusqu'à 68 ans, d'un salaire de plus de 5 millions de francs CFA, d'un rutilant parc automobile (voitures de luxe) et de privilèges exorbitants liés à la fonction (gratuité de certains services) n'est pas dans les dispositions pour « gêner le pouvoir ».

Toutes les décisions de justice conférant une « légalité » aux actions de Macky SALL portent l'empreinte des 5 hauts magistrats précités.Quel que soit son rang, aucun magistrat n'a pas le Droit d'interférer dans le jeu politique pour satisfaire les caprices « du Prince SALL ». Le Lynchage de la Justice sénégalaise par nos concitoyens et par des Institutions régionales (Cour de Justice de la CEDEAO) et internationales (Amnesty International)est le signe que l'Institution judiciaire a perdu toute crédibilité. Ceux qui poussent des cris d'orfraie lorsque la Justice est mise au banc des accusés, doivent savoir qu'en 2011, le candidat Macky SALL a fait pire, traitant de tous les noms d'oiseaux les membres du Conseil Constitutionnel, allant même jusqu'à affirmer que certains hauts magistrats ont été corrompus par le régime de WADE (qui leur a attribué des terrains et augmenté de manière exponentielle leur salaire). Cette déclaration publique (audio) est disponible et demeure à la portée de tous. Plus grave, dans la supposée affaire de fraude des 690 élèves maîtres, le Président Macky SALL a publiquement soutenu le Ministre de l'éducation nationale, qui a refusé de se conformer à l'arrêt de la Cour suprême (un banditisme d'Etat).Mieux, lorsque le MinistreMoustapha Diop a défié la Justice, et tenu des propos outrageants, à l'encontre des magistrats de la Cour des Comptes,le Procureur de la République n'a paslevé le plus petit doigt pour défendre ses pairs.A vrai dire, les membres du régime sont très mal placés pour donner des leçons de morale aux citoyens qui critiquent à bon droit, le fonctionnement d'une Justice synonyme d'injustice.

Il y a plus de 500 magistrats qui exercent au Sénégal. Ceux qui disent le Droit et rendent la justice au nom du peuple ne sont nullement concernés par les critiques formulées à l'endroit d'une partie de la Justice. En revanche, les magistrats qui abusent de leur de pouvoir, et jouent avec la liberté des sénégalais ainsi que les magistrats membres de l'Alliance pour la République (APR),qui agissent en violation del'article 11 de la Loi organique n° 2017-10 du 17 janvier 2017 portant Statut des magistrats (qui leur interdit de faire de la politique) sont frappés du sceau de l'Indignité. Tous les magistrats corrompus doivent être classés dans la même rubrique que les « transhumants » : ce sont des rebuts de la société.L'UMS ne doit pas accepter que le corps de la magistrature soit souillé par des « magistrats corrompus, à la remorque du pouvoir exécutif » qui décrédibilisent l'Institution. Ce ne sont pas les citoyens sénégalais qui portent atteinte à l'honorabilité de l'Institution judiciaire, mais certains magistrats cupides, qui, pour des intérêts matériels et des logiques de carrière professionnelle entachent l'image et la crédibilité de la Justice.

La Justice est une affaire sérieuse.Le sentiment de puissance et la jouissance que procure le « pouvoir d'emprisonner » ne doivent pas conduire à certaines dérives. L'Objectivité, l'Intégrité, l'Impartialité et la Vérité doivent constamment guider l'action des Magistrats. En 2014, le Président de l'UMS, Abdoul Aziz SECK disait que le pouvoir exécutif entravait l'indépendance de la Justice. 4 ans après, leproblème est entier pour l'actuel Président de l'UMS, Souleymane TELIKO. Il appartient à l'UMS et aux acteurs judiciaires, d'agir pour obtenir des garanties statutaires (gage d'indépendance),assainir le corps et redorer le blason de l'Institution fortement décriée. Ne l'oublions jamais, la Justice doit être rendue au nom du peuple.

Seybani SOUGOU – E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thembi Kunene-Msimang, nouvelle responsable de l'image de marque de l'Afrique du Sud


« Le tourisme peut apporter beaucoup à qui sait utiliser certains atouts et astuces. Vendre une destination ne s'improvise pas au nom de « dieu est grand comme il est souvent dit au Sénégal pour Tout. La destination Sénégal, peut en raison de sa position géographique, attirer des investisseurs,et autres ».P B Cissoko

Thembi Kunene-Msimang, nouvelle responsable de l'image de marque de l'Afrique du Sud


Thembi Kunene-Msimang, Nouvelle Responsable De L'image De Marque De L'Afrique Du Sud

L'experte en marketing touristique a été nommée CEO de Brand South Africa, organe créé en août 2002 pour vendre une image de marque positive et convaincante de l'Afrique du Sud et attirer le tourisme et les investissements, en coordonnant les initiatives de marketing pour les rendre plus efficaces.

Sa nomination par le Conseil d'administration a été annoncée ce vendredi 17 août et a pris effet depuis le 13 août. Thembi Kunene-Msimang est actuellement administratrice non exécutive chez Brand South Africa. En 1997, au début de la démocratie en Afrique du Sud, elle a été la première personnalité noire et femme en Afrique du Sud à diriger un aéroport, à savoir l'aéroport de George, pour le compte de Airports Company South Africa (ACSA).

Diplômée en Communication de l'université de Fort Hare, en Afrique du Sud, Thembi Kunene a plus de 18 ans d'expérience en gestion dans les domaines du tourisme, de la communication, du marketing et siège dans divers autres conseils d'administration dont celui du Nelson Mandela Children Fund.

Elle a été CEO par intérim de l'Organisation régionale du tourisme de l'Afrique australe (RETOSA), qui est responsable du marketing des destinations touristiques dans 14 pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC). Bien avant, Thembi Kunene-Msimang était responsable des services touristiques à Cape Town Tourism.

Auparavant, elle était CEO et responsable de l'assurance qualité du « Tourism Grading Council of South Africa (TGCSA). A ce poste, elle a contribué à asseoir l'avantage concurrentiel de l'Afrique du Sud en tant que destination touristique en introduisant de nouveaux critères de classement et en fondant le prix du tourisme Lilizela.

https://africanshapers.com/

Page 6 sur 248

logotwitterFacebook