Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

LES NOIRS NE LISENT PAS ET RESTERONT TOUJOURS NOS ESCLAVES par Dee Lee dans une radio américaine : radio de New York

On nous traitera de tous les noms si nous ne savons pas nous respecter et nous unir. Tout guignol qui se réveille nous attaque et nous sommes dans une passivité intellectuelle insuffisante. Il faut écrire, lire comme l'avait fait Cheikh Anta DIOP.PBC

Pour ceux d'entre vous qui l'ont écouté, c'est le titre de l'article que Dee Lee avait lu un matin sur les ondes d'une station de radio de New York.. Pour ceux d'entre vous qui ne l'ont pas écouté, cet article malheureusement dépeint une certaine réalité. Une lettre assez assommante écrite par un Caucasien (c'est-à-dire un Blanc).


LES NOIRS NE LISENT PAS ET RESTERONT TOUJOURS NOS ESCLAVES.

Nous pouvons encore continuer à récolter des profits des Noirs sans effort physique de notre part. Regardez les méthodes actuelles de maintien dans l'esclavage qu'ils s'imposent eux-mêmes:


IGNORANCE, AVIDITÉ et ÉGOÏSME..

1. Leur IGNORANCE constitue la première arme de ce maintien en esclavage. Un grand homme une fois déclara « la meilleure façon de cacher quelque chose à un Noir est de la mettre dans un livre ». Nous vivons actuellement à l'Age de l'Information. Ils ont l'opportunité de lire n'importe quel livre sur quel que soit le sujet en rapport avec leurs efforts de lutte pour la liberté, mais ils refusent de lire. Il y a d'innombrables livres facilement disponibles à Borders, à Barnes & Noble, à Amazon.com sans mentionner les librairies spécialisées pour Noirs qui fournissent des oeuvres de grande valeur susceptibles de leur permettre d'atteindre une certaine équité économique (qui devrait être en fait intégrée à leur lutte) mais peu d'entre eux lisent de façon soutenue, si jamais ils lisent, ils gardent les informations pour eux-mêmes et ensuite ils n'écrivent pas pour leur progéniture {ceux d'Afrique cachent les recettes de leurs ancêtres à leurs descendants préférant mourir avec. Les Noirs refusent catégoriquement les religions de leurs propres Ancêtres ; leurs propres prophètes oubliés}.

2. L'AVIDITÉ est une autre puissante arme de contention. Les Noirs, depuis l'abolition de l'esclavage, ont eu de grandes sommes d'argent à leur disposition. L'an dernier, seulement pour la période des fêtes de Noël et de fin d'année, ils ont dépensé 10 milliards de dollars des 450 milliards de dollars qui représentent leur revenu annuel (2,22%). N'importe qui d'entre nous peut les (noirs) utiliser comme un marché cible pour quelle que soit l'entreprise. Ils viendront toujours y consommer.
Étant principalement des consommateurs ils agissent par avidité, poussés par le plaisir et le désir de toujours posséder. Ils veulent toujours en posséder davantage sans penser le moins du monde à épargner pour la progéniture ou à investir pour les générations suivantes. Au lieu de démarrer une entreprise ils penseront de préférence à s'acheter de nouvelles paires de chaussures très chères.

Certains d'entre eux vont jusqu'à négliger leurs propres enfants pour se procurer les tous derniers modèles... TOMMY ou FUBU. Ils pensent jusqu'à présent que rouler en Mercedès et vivre dans une grande maison leur octroie un certain «statut» ou qu'ils ont réalisé le Rêve Américain. Ils sont fous ! De l'Europe, des USA, d'Afrique ...ils sont tous les mêmes ! La majorité de leurs frères croupissent encore dans la misère parce que leur avidité les empêche collectivement de constituer un lobby financier pour une meilleure communauté.. Avec l'aide de BET, Black Entertainment Tonight, (une chaîne de télévision pour Noirs (ndlt)), et d'autres média télévisés du même genre qui leur apportent des images destructives dans leurs propres


foyers, nous continuerons à tirer d'eux d'immenses profits comme ceux gagnés par TOMMY et NIKE..


(Tommy Hillfiger les a même insultés, déclarant qu'il ne voulait pas de leur argent. Voyez cependant combien ils dépensent encore plus dans ses produits comme jamais ils ne l'ont fait auparavant !) Ils continueront de s'exhiber ainsi les uns devant les autres pendant que nous autres (blancs) nous construirons une communauté plus forte à partir des profits que nous réalisons d'eux... 3. L'ÉGOÏSME est enraciné en eux depuis les temps de l'esclavage et l'époque coloniale et c'est l'une des principales manières à travers lesquelles nous continuons à les y maintenir.

L'un des leurs, Dubois, disait dans un livre, « le Dixième des Talents » (1/10), qu'il existait une désunion viscérale dans leur culture. Il était précis dans ses déductions qui stipulent qu'il y avait des éléments épars de leur culture qui avaient atteint une certaine forme de succès. Cependant cette partie n'a pas bénéficié de l'amplitude de son oeuvre. Ils n'ont pas lu que « le Dixième des Talents » se donnait pour mission de leur permettre d'aider les 90% sans talents d'atteindre une meilleure qualité de vie. Au contraire ces éléments ont créé une nouvelle catégorie de classe, la classe Buppie (que nous traduirions par parvenus) et ils regardent de haut les leurs ou bien les aident avec condescendance. La seule culture qui prend l'ascension chez eux c'est la culture de ramassage et de cueillette qui est nourrie par la semence de Caen, frère d'Abel «le nivellement vers le bas».

Leur ÉGOÏSME ne leur permet pas de travailler ensemble sur des projets pour atteindre des réalisations communes. Ils ne réaliseront jamais ce que nous avons accompli. Quand ils se mettent ensemble ils laissent leur ego dominer leurs objectifs communs. Donc leurs prétendues organisations d'aide et de charité (...) semblent seulement promouvoir leurs noms sans apporter de réels changements au sein de la communauté. Ils sont heureux de siéger dans des conférences ou des conventions dans nos hôtels (Sheraton, Intercontinental, ..., discutant au sujet de ce qu'ils projettent de faire tout en récompensant par des plaques d'honneur et des titres les meilleurs orateurs mais non les meilleurs réalisateurs (ceux qui en fait agissent). Y aura-t-il une fin à leur ÉGOÏSME? Ils refusent obstinément de se rendre compte que unis ils pourraient accomplir beaucoup plus : TOGETHER EACH ACHIEVES MORE (TEAM) Ils ne comprennent pas qu'il n'y a pas mieux que des entités individuelles mises ensemble pour contribuer à une oeuvre commune. En réalité beaucoup de ces Buppies {des parvenus} ne se rendent pas compte que « une seule signature suffit pour qu'ils redeviennent pauvres » et que deux chèques de paie les séparent de la pauvreté (ils sont à deux mois de salaire de la pauvreté). Et que tout cela est contrôlé par les plumes des blancs et leurs bureaux..

Une simple signature suffit !!(ndlt) Ainsi donc nous continuerons à les maintenir dans cet état. a. aussi longtemps qu'ils refuseront de lire et partager l'information, b. aussi longtemps qu'ils continueront d'acheter tout ce qu'ils veulent pour satisfaire leur avidité de posséder, c. et aussi longtemps qu'ils continueront de penser qu'ils «aident» leurs communautés en payant des cotisations à des organisations qui ne font pas plus que tenir d'extravagantes conventions dans nos hôtels En passant, ne vous inquiétez pas qu'ils puissent lire cet article. Rappelez vous : ILS NE LISENT PAS, s'ils lisaient ça ne ferait rien, ils sont amnésiques, c'est-à-dire ils oublient vite (pour eux le bourreau et la victime ont la même fosse)...


D'autre part, je parie qu'ils préfèreront garder cet article pour eux après lecture, plutôt que de le partager avec les autres...
Sauf bien sûr pour quelques-uns d'entre eux qui ont compris...! Encore et une fois de plus, "la meilleure façon de cacher quelque chose à un Noir est de la mettre dans un livre."

Ousmane Tanor Dieng et Cie n’en démordent pas. Pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal, le Ps ne présentera pas de candidat à une élection présidentielle. En bureau élargi aux secrétaires généraux de coordination, aux élus nationaux et aux maires socialistes, l’ancien parti de Senghor et Abdou Diouf a validé, ce samedi 28 juillet, l’option de son secrétariat exécutif national de porter la candidature du Président Macky Sall à la présidentielle de  2019.

 

Le Bureau politique du Parti socialiste, a validé, à l’unanimité, en sa séance du samedi 28 juillet 2018, la position du Secrétariat exécutif national du parti de porter la candidature du Président Macky Sall à la prochaine présidentielle. La séance qui était élargie aux secrétaires généraux de coordination, aux élus nationaux et aux maires socialistes a permis à Ousmane Tanor Dieng et Cie de consacrer pour de bon le soutien des « Verts de Colobane » au chef de file de l’Apr qui entend briguer un second mandat à la tête du Sénégal. Du coup, l’ancien parti au pouvoir (1960-2000), présent à toutes les élections présidentielles organisées au Sénégal, depuis l’indépendance, rompt avec la coutume et se met derrière un prétendant au fauteuil présidentiel en lice… pour le premier tour d’une présidentielle. 

 

Pour Ousmane Tanor Dieng et les responsables du Ps, cette décision reste cependant logique dans la mesure où le Ps a toujours affiché sa constance à « poursuivre le partenariat avec la coalition Bennoo Bokk Yakaar, à l’issue des larges consultations des coordinations organisées en direction des élections législatives de juillet 2017 ». Qui plus est, ont argué les membres du Bureau politique du Ps pour rendre raison de ce compagnonnage avec le chef de file de l’Apr, « Ces six ans de partenariat au service des Sénégalaises et des Sénégalais, sous la conduite du Président Macky Sall, ont produit des résultats positifs tangibles dans tous les secteurs de la vie nationale et sur l’image internationale de notre pays. Aussi, le Président Macky Sall, contre vents et marées, a-t-il préservé la coalition, démontrant ainsi qu’il est un homme de parole et d’ouverture ». Fort de cette conviction, le  Ps a fini par engager « tous ses militants, sympathisants et électeurs à se mettre d’ores et déjà en ordre de bataille électorale pour assurer une victoire éclatante du Président Macky Sall au premier tour de l’élection présidentielle de février 2019 ».

 

MACKY ADOUBE TANOR

 

«L’Alliance pour la République (Apr) se félicite de cette position prise et assumée par les instances dirigeantes du Parti socialiste et mesure à sa juste valeur le choix de son Secrétaire Général, Monsieur Ousmane Tanor Dieng qui prouve, encore une fois, qu’il reste et demeure, un homme de valeur et de principe, engagé pour le développement de notre pays ». Tel a été, par le biais d’un communiqué, le sentiment exprimé par Macky Sall et le parti présidentiel, après l’option des « Verts de Colobane » de porter la candidature du chef de file de la majorité présidentielle au scrutin du 24 février 2019.

 

Dans la foulée, le chef de l’Etat et son parti ont affirmé sans fioritures dans leur texte qu’ «En consolidant ainsi le choix majeur du Parti socialiste pour  Bennoo Bokk Yaakaar et l’achèvement du projet politique du Président Macky Sall, l’homme d’Etat Ousmane Tanor Dieng honore les principes et valeurs du Parti socialiste, au service de la stabilité et du développement du Sénégal ». Saluant enfin « ce sens élevé de la responsabilité qui conforte, une nouvelle fois, le leadership intrinsèque et la légitimité politique du Président Ousmane Tanor Dieng », l’Apr établit que  cette décision du Ps et de son secrétaire général «marque l’entame d’une nouvelle étape dans la montée en puissance de la coalition Bennoo BokkYaakaar qui est sortie victorieuse de toutes les consultations électorales, depuis 2012».

 

SudOnline

lundi, 30 juillet 2018 18:35

Ils ont fait le Tour de France 2018

Poster par

Le Tour de France s’est achevé dimanche 29 juillet à Paris avec la victoire finale du Gallois Geraint Thomas. Confirmations, surprises, performances des Français, on fait le point sur les faits saillants de l’édition 2018…

 

 

 

Sky toujours au sommet

Geraint Thomas s’est imposé dans le Tour de France 2018. Il s’agit pour Sky de la sixième victoire depuis la création de l’équipe en 2010, du jamais-vu depuis Renault-Gitane dans les années 1978-84. Surtout, en plaçant un troisième coureur sur la plus haute marche du podium à Paris, après Bradley Wiggins et Chris Froome, la formation britannique démontre sa capacité à renouveler ses cadres (sans jeu de mots).

Et ce n’est pas fini ! Sky a dévoilé au monde sa nouvelle pépite : Egan Bernal, un grimpeur colombien de 21 ans qui, malgré lui, s’est permis de ridiculiser Froome en l’attendant dans les ascensions les plus dures des Pyrénées. Thomas ne s’y est pas trompé en affirmant que Bernal gagnera le Tour un jour. On n’a pas fini de voir Sky tout en haut (toujours pas de jeu de mots…).

Les coureurs du Giro au rendez-vous

Les doublés dans les grands tours sont rares dans le cyclisme moderne. En 2017, Nairo Quintana et Thibaut Pinot, très actifs sur le Tour d’Italie en juin, avaient bu la tasse sur la Grande Boucle un mois plus tard. On attendait donc avec curiosité les performances de Chris Froome, vainqueur du Giro 2018, et de Tom Dumoulin, son dauphin.

Si Froome n’a pas été le coureur impérial de ces dernières années sur les routes françaises, il a réussi à se maintenir à un niveau assez élevé pour finir en boulet de canon dans le dernier contre-la-montre et arracher une place sur le podium. Quant au Néerlandais, il fut le seul à rivaliser avec les coureurs de la formation Sky. Attaquant en montagne, Dumoulin avait des ailes dans le contre-la-montre final (là, il y a peut-être un jeu de mots). A 27 ans, nul doute qu’on le reverra sur le Tour de France comme prétendant à la victoire.

Champion du monde du contre-la-montre, Tom Dumoulin a remporté l'unique chrono du Tour 2018 à Espelette.REUTERS/Stephane Mahe

Le sprint se cherche un leader

Impossible de dresser une hiérarchie chez les sprinteurs à l’issue du Tour de France 2018. Si les trentenaires Mark Cavendish, Marcel Kittel et André Greipel – qui totalisent 55 victoires dans le Tour à eux trois – semblent dépassés par la jeune génération, celle-ci a peiné quand la route s’est élevée. Le jeune Colombien Fernando Gaviria, qui avait levé les bras deux fois lors des quatre premières étapes, et le Néerlandais Dylan Groenewegen, vainqueur des 7e et 8e étapes, ont abandonné dans la 12e étape, marquée par l’ascension de l’Alpe d’Huez. Une aubaine pour Arnaud Démare et Alexander Kristoff, qui se sont imposés respectivement à Pau et à Paris. Le Français et le Norvégien ont prouvé qu’ils pouvaient passer la montagne, pas nécessairement qu’ils étaient les meilleurs sprinteurs du peloton…

Pas tout à fait sprinteur, même s’il reste un excellent finisseur, Peter Sagan a enlevé son sixième maillot vert. Le Slovaque est à l’aise sur tous les terrains, à l’exception de la haute montagne. C’est d’ailleurs dans une descente des Pyrénées qu’il a lourdement chuté. Il a fini le Tour au courage pour égaler le record d’Erik Zabel au palmarès du classement par points. A 28 ans, le triple champion du monde pourrait entrer dans l’histoire dès l’an prochain en décrochant un septième maillot vert.

Les Français annexent les annexes

Les tricolores ont eu du mal à se mettre dans le rythme. Il a fallu attendre la 10e étape pour voir Julian Alaphilippe gagner au Grand-Bornand. L’Auvergnat récidiva quelques jours plus tard, toujours en montagne, à Bagnères-de-Luchon. Il s’est logiquement imposé au classement du meilleur grimpeur, un an après son compatriote Warren Barguil, lequel termine cette fois deuxième. Autre satisfaction française : le maillot blanc du meilleur jeune remporté par Pierre Latour, devant le Colombien Bernal et deux autres Français, Guillaume Martin et David Gaudu. Latour, grimpeur et rouleur, termine à la 13e place du classement général et possède les qualités pour intégrer les dix meilleurs rapidement.

Sur le Tour de France 2018, le puncheur Julian Alaphilippe s'est découvert des talents de grimpeur.REUTERS/Benoit Tessier

Principal bémol dans le camp tricolore : la 6e place au général de Romain Bardet. Le leader d’AG2R La Mondial n’a pas démérité mais ne s’est jamais mêlé à la grande bataille pour le podium, lui qui avait terminé 2e en 2016 et 3e en 2017.

lundi, 30 juillet 2018 18:30

Europe: l'enjeu des données mobiles des migrants

Poster par

Les téléphones portables sont de véritables lignes de vie pour les migrants. Outils de documentation, systèmes de navigation, mais aussi et surtout moyens de communication, ils leur permettent d’établir un contact régulier avec leurs proches, les passeurs, et toute autre personne susceptible de les aider dans leur périple. Mais justement parce qu’ils leur permettent de rester connectés, les téléphones portables exposent aussi les migrants à de véritables risques. Parmi eux, l’exploitation de leurs données mobiles par les autorités de certains pays européens, qui peut permettre de retracer leur parcours ou vérifier leur identité.

 

Lorsqu’ils sont contraints de quitter leur pays d’origine, des milliers de migrants laissent derrière eux leurs foyers avec pour seuls bagages quelques billets, et un téléphone portable. Juste de quoi leur permettre d’atteindre l’Europe. Être connecté est un point essentiel dans une situation de migration forcée, pour rester en contact avec ses proches, mais aussi pour pouvoir joindre les secours.

 

Pour des questions de mobilité, de localisation et de sécurité, les téléphones sont donc des outils indispensables aux migrants, mais pas seulement. Selon Wired UK, la déclinaison britannique du mensuel américain Wired, certains gouvernements européens utilisent les téléphones portables des migrants et en extraient les données mobiles de géolocalisation et de messagerie.

 

Des entreprises spécialisées dans l'extraction de données

 

« Ça ne me surprendrait pas, affirme Carleen Maitland, professeur associée à l’université des sciences de l’information et technologie de Pennstate. Il y a 20 ans déjà, si quelqu’un faisait une demande d’asile, les agents de l’immigration demandaient des preuves pour vérifier les propos des demandeurs. C’est extrêmement inquiétant, et décevant pour des gens qui ont déjà tout perdu de devoir perdre, en plus, leurs souvenirs numériques ».

Un acte rendu possible par la recrudescence d’entreprises spécialisées dans ce domaine, comme par exemple au Royaume-Uni. Là-bas, plusieurs entreprises possèdent même des contrats avec les forces de police britanniques, comme le révèle un rapport de Privacy International, une organisation non gouvernementale basée à Londres, militant pour le droit à la vie privée.

 

Selon l'une de ces sociétés, MSAB, 97% des forces de police britanniques utiliseraient le logiciel XRY, donnant même un accès aux données supprimées des appareils mobiles, qu’il s’agisse de smartphones, de modem 3G, de GPS ou encore de tablettes.

Manque de transparence

 

Aujourd’hui, Privacy International n’a pas la preuve que les forces de police ont recours à ce type de pratique envers les migrants, et ce malgré les révélations du journalThe Guardian en 2016, statuant que le Home office, le ministère de l’Intérieur britannique, pouvait bel et bien avoir accès aux données mobiles des téléphones des migrants soupçonnés d’avoir commis un crime. Mais sur quels critères ? Le problème pour Privacy International : un manque de transparence sur cette question, régulée par une loi, selon eux, obsolète -  la loi sur la police et les preuves pénales, datant de 1984. Elle accorde à la police le pouvoir d’exiger « n’importe quelle information stockée sous toute forme électronique ».

 

« Nous craignons que les données mobiles des migrants soient extraites de leurs téléphones portables quand ils sont détenus dans des centres de rétention, ou lorsqu’ils passent d’un centre à un autre (au Royaume-Uni), sans que personne ne le sache vraiment », s’inquiète Millie Graham Wood, avocate au sein de Privacy International. « La loi sur laquelle ils disent s’appuyer est inadéquate et inapplicable aux nouvelles technologies », ajoute-t-elle.

 

Un volume d'informations important

 

Une inquiétude d’autant plus légitime lorsque l’on sait à quelles informations peuvent accéder les services de police britanniques quand ils ont recours à la technologie de Cellebrite : les numéros de chacun des contacts enregistrés dans le téléphone, le journal d’appel, les messages textes et images envoyés, toutes les vidéos et images ainsi que leur date et heure de création (parfois même accompagnées de leur géolocalisation), les fichiers audio, les e-mails, les informations de navigation, les données GPS, les messages et contacts des applications de réseaux sociaux, tous les réseaux bluetooth auxquels a été connecté le téléphone, les codes de déverrouillages (qu’il s’agisse de chiffres ou de schémas), et même les données supprimées.

 

« Ils n’ont aucune idée du volume d’informations qui peut leur être pris, et comment cela pourrait être utilisé contre eux dans le futur », explique Millie Graham Wood. D’autant que les informations trouvées dans le téléphone ne sont pas forcément précises et fiables à 100%. « Avec ce manque de transparence autour de la question de la provenance des données des migrants et de leur utilisation, il y a un risque d’erreur judiciaire, qui pourrait conduire à des expulsions à cause de ce qu’on a trouvé sur les téléphones et qui pourrait s’avérer incorrect. »

 

Mais le Royaume-Uni n’est pas le seul pays d’Europe où les données mobiles peuvent se retourner contre les migrants. En Allemagne, la loi est plus claire : depuis le 18 mai 2017, les autorités peuvent examiner les métadonnées des migrants potentiels et déterminer dans quels pays ils ont été, et à quel moment - vérifier, donc, leurs témoignages lors de leur demande d’asile en cas de doute.

 

Selon Wired, les autorités allemandes ont recours à un logiciel informatique appelé Atos, qui utilise les technologies de deux entreprises spécialisées dans l’analyse forensique des téléphones, T3K... et MSAB. Une combinaison d’outils qui permet d’accéder aux métadonnées contenues dans les téléphones portables.

Des politiques différentes en Europe

 

En Allemagne, la loi sur la surveillance des téléphones ne peut s’appliquer que dans le cas où l’identité ou la nationalité d’un demandeur d’asile ne peut pas être prouvée, et s’appuie sur la section 15a de l’Asylum Act, selon Annegret Korff, porte-parole de l'Office allemand des migrations (BAMF), interrogée par confrères du site Infomigrants. Seul le BAMF peut ensuite traiter ces données.

 

En 2017, la Belgique s’est aussi inspirée de son voisin allemand ; au mois de novembre, la Chambre a adopté la réforme du droit d'asile du secrétaire d'Etat Theo Francken. Un texte qui donne aux autorités la possibilité d’inspecter les téléphones portables des demandeurs d’asile, mais aussi d’éplucher leurs profils sur les réseaux sociaux afin de vérifier le récit du candidat quant à son parcours. L’objectif est aussi de contrôler leur identité s’ils ne possèdent pas de documents pouvant la prouver. En cas de refus de rendre accessible son téléphone portable et ses réseaux sociaux, le demandeur d’asile peut être enfermé.

 

Même chose en Turquie. Là-bas aussi, les autorités se penchent sur les profils des migrants, dès leur passage à la frontière avec la Syrie. C’est ce que l’on peut lire dans un article de Marie Gillespie, professeur de sociologie à l’Open University du Royaume-Uni, et Souad Osseiran, anthropologiste spécialisée sur les questions de migrations et réfugiés en Turquie, ainsi que Margie Cheesman, de l’université d’Oxford au Royaume-Uni. Ils ont interrogé Saleem, qui témoigne : « quand je suis arrivé à la frontière en Turquie, le garde a pris mon téléphone et m’a demandé mon mot de passe Facebook. Au début, je ne voulais pas lui donner parce que j’avais peur, mais ils m’ont mis en prison pendant 15 jours, et m’ont frappé. Ils avaient pris mon téléphone, et j’étais coincé. »

 

Dans l’article, on apprend aussi que la surveillance en ligne peut continuer une fois les frontières européennes passées, puisque les autorités demandent aux demandeurs d’asile des informations à propos de leur compte Facebook, les incitant à « nettoyer » leurs profils.

 

La France adopte, elle, une position différente de ses voisins : les autorités ne peuvent surveiller les données mobiles des migrants pour des procédures administratives telles que des demandes d’asile, sauf dans le cadre de la lutte contre le terrorisme - où n’importe quelle personne suspectée peut être mise sur écoute.

 

Mais alors pourquoi de telles différences de pratiques entre les pays européens ? Interrogé par Infomigrants en mars 2018, le Bureau des migrations et des affaires intérieures de la Commission européenne a répondu que le droit européen ne réglementait pas cette question. Chaque Etat-membre est donc en mesure de décider si oui ou non les demandeurs d’asile doivent remettre leur téléphone portable aux autorités, et s’ils font appel à des entreprises comme MSAB. La firme résume d’ailleurs bien quelles sont ses possibilités en matière d’exploitation des données : « si vous avez accès à une carte SIM, vous avez accès à la vie entière d’une personne ».

 

RFI

Aucun chiffre n’est encore disponible au Mali après le premier tour de la présidentielle, ce dimanche. Pas d'indication sur la participation et encore moins sur les résultats. Et moins de 24 heures après la fermeture des bureaux de vote, le pays entre dans une phase délicate : l'heure est à la centralisation des résultats.

Paroles d'électeurs à Bamako

30-07-2018 - Par Coralie Pierret

Jusque tard ce dimanche, les accesseurs ont d’abord procédé au dépouillement des bulletins de vote. Et maintenant, le grand défi, c’est de regrouper tous leurs résultats.

Cette centralisation se fait en deux temps. D’abord au niveau des cercles administratifs. Une fois le dépouillement effectué, chaque bureau de vote envoie un courrier scellé qui sera ouvert par une commission mixte. Elle comprend des membres de l’administration, des partis politiques et de la société civile.

Cette commission fait à son tour le décompte des résultats. Et elle envoie un nouveau courrier scellé à Bamako où se fera la centralisation nationale, selon les mêmes modalités.

C’est une étape absolument cruciale du scrutin. Et c’est pour cela d’ailleurs que depuis le début, les observateurs nationaux et internationaux demandent à pouvoir y assister. Vendredi, le Premier ministre s’est engagé en ce sens. Mais on sait déjà que par exemple les observateurs de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD), ne seront pas conviés à cette étape du scrutin. Pourtant la mission de l’Union européenne l’a rappelé à de multiples reprises : ce qui est en jeu, c’est la validité même de ce vote.

Il est important de rappeler que nous sommes en train de passer à une phase supérieure encore plus critique.

Christopher Fomunyoh, directeur régional pour l'Afrique au National Democratic Institute qui observe le scrutin.

 

Reuters

lundi, 30 juillet 2018 18:17

Sénégal: pénurie d'eau à Dakar

Poster par

Dakar privée d'eau. La capitale sénégalaise souffre de coupures récurrentes depuis trois mois. En cause, la principale usine d'alimentation ne fonctionne pas à sa pleine capacité en raison de travaux de réhabilitation. Les ressources en eau disponibles ne couvrent plus les besoins de la population de la région de Dakar. La banlieue est la plus affectée. Chaque jour, près de 80 camions-citernes sillonnent la ville pour approvisionner les habitants, mais la colère monte. Reportage.

 

Trois mois que les robinets de Thérèse Faye ne coulent plus. Pas une goutte. Alors elle fait la vaisselle avec les réserves de la veille, dans un fond de bassine d'eau saumâtre. Le camion-citerne chargé de l'approvisionnement n'est toujours pas passé : « Je ne sais pas à quelle heure il passe, quel jour il passe. Tu sais, moi j'habite au deuxième. Prendre les sceaux et monter jusqu'au deuxième et descendre, c'est difficile ».

 

Alors, la solidarité s'organise. Parcelles Assainies est la banlieue de Dakar la plus touchée. Pape Abdou Gueye, le chef de quartier, a créé son propre système D pour soulager les habitants: un robinet alimenté directement par la nappe phréatique : « J'ai acheté une pompe électrique, j'utilise mon courant, j'ai fait un forage avec les moyens du bord. Maintenant les gens viennent nuit et jour. Le robinet ne se ferme pas ».

 

Devant ce point d'eau improvisé, la queue est longue. Malamine Sonko aide sa mère à placer la lourde bassine remplie à ras bord en équilibre sur sa tête : « Depuis sept heures du matin, on était ici pour chercher de l'eau. On a pas encore fini de puiser. Si moi je puise, ma mère prend l'eau et l'amène à la maison ».

 

Pour faire face à ces pénuries récurrentes, le chef de l'Etat Macky Sall a annoncé la tenue prochaine d'un conseil présidentiel sur l'eau.

 

RFI

CONSCIENCE ÉCOLOGIQUE par khadim N'Diaye-Canada

« Un citoyen actif. Une parole et une pensée fertiles. Notre compatriote est un intellectuel robuste, généreux et rigoureux, il nous éclaire comme il peut, suivons-le. P B C

La conscience écologique dans une mégalopole comme Dakar doit être très vive. Les promoteurs immobiliers et leurs alliés politiques semblent se soucier peu du cadre de vie.

Les lanceurs d'alerte comme les amis Daouda Gueye de Pikine, Moussa Ndiaye et autres, sont considérés comme des extra-terrestres.

La cherté de la vie qui se traduit par une quête effrénée de la "dépense quotidienne", des loyers astronomiques, l'enfer de la mobilité urbaine, rend futile cette conscience écologique. Vivre d'abord, philosopher après, a-t-on l'habitude de dire.

Voilà pourquoi on peut comprendre en partie le ouf de soulagement des "pro-Auchan" : tout ce qui peut contribuer à réduire le coût de la vie est le bienvenu, même si beaucoup d'autres aspects de la question sont éludés.

Beaucoup parmi les DIOP, SY et TRAORÉ, seraient aux anges de voir le grand distributeur français vendre des béliers pour la Tabaski. Un Tabaski-Dumping soulagerait beaucoup de familles en effet.

Une amie qui a enseigné aux USA et qui vit au Sénégal maintenant, me disait qu'avec le même salaire à Dakar, elle doit se serrer la ceinture.

Dakar vit-elle au dessus de ses moyens?

C'est dans les alentours de cette zone très verte, sur la photo, véritable poumon vert d'une ville aujourd'hui colonisée par le béton, qu'il a été choisi d'implanter une Arène nationale de lutte. La construction de cette arène a, parait-il, nécessité l'assèchement de la mare d'eau à proximité. L'eau est drainée par une conduite souterraine qui passe sous l'autoroute, me dit-on.

Cette zone des Niayes permet pourtant de réguler le climat de Dakar, de réduire l'effet des îlots de chaleur et de purifier l'air que ses habitants respirent. Avoir une telle zone verte dans une ville "mangée" par le béton et souffrant du trop-plein de voitures, procure des effets bénéfiques sur la santé psychologique de ses habitants.

Avec la disparition programmée de cette zone, les Dakarois se crèvent un poumon...vert. Et, quand on se crève un poumon, il est certain que l'on réduit son espérance de vie.

Les poumons verts sont les meilleurs alliés des mégalopoles qui optent pour un développement durable.

Dans une ville comme Montréal, on en compte des centaines, répartis entre parcs naturels, grands parcs, mini parcs et espaces verts. Leur entretien se fait au quotidien. Ils contribuent au maintien de la biodiversité et au bien-être des populations.

Il nous faut éduquer et inciter nos dirigeants à la conscience écologique, avant même les populations.

khadim N'Diaye

Khalifa Sall sera bien candidat à la présidentielle de février prochain au Sénégal. L’annonce qui n’a surpris personne a été faite jeudi 26 juillet par le biais d’une déclaration rédigée depuis sa cellule de la prison de Reubess à Dakar. Juste avant, le maire de la capitale incarcéré depuis mars 2017 et dont le procès en appel pour détournement de fonds se poursuit avait décidé de boycotter la salle d’audience à la suite de ses avocats.

Son camp le présentait depuis longtemps comme un présidentiable victime de ses ambitions politiques, mais jamais Khalifa Sall n’avait lui-même annoncé sa candidature. Dans sa déclaration rédigée depuis la prison, le maire de Dakar l’écrit enfin noir sur blanc. Il ne dévoile pas encore son programme, mais clame de nouveau son innocence et s’insurge contre une « procédure menée uniquement à charge et avec empressement pour hâter le procès et son issue ».

 

Cette sortie intervient quelques heures après son refus de comparaître devant la Cour d’appel qui le poursuit pour détournement de deniers publics. L’édile et sa défense boycottent désormais le procès dans lequel il s’estime condamné d’avance.

 

A sept mois de l’échéance présidentielle, la bataille judiciaire la plus médiatique du pays prend plus que jamais une tournure décisive : si la peine de Khalifa Sall est définitivement confirmée, autrement dit en cassation, il ne pourra pas déposer sa candidature.

 

RFI

Le Lac Rose, une merveille de dame nature Pape Matar Badji

Situé à quelques encablures de la capitale sénégalaise, le lac rose est l'un des sites touristiques disposant des plus grandes audiences en Afrique de l'Ouest.
Sa renommée, il la doit avant tout à son caractère distinctif des autres surfaces maritimes du pays mais aussi à une campagne de vulgarisation orchestrée en grande partie par le Rallye Paris Dakar.

Un événement de dimension internationale et dont le site représentait l'ultime étape ou le point d'arrivée il y a quelques années.

Un site plus utile qu'agréable car en dehors de l'attraction dont il fait preuve, le lac renferme un trésor qui permet à beaucoup de foyers sénégalais de subvenir à leurs besoins.

Une équation ou curiosité naturelle ?

On serait tenté de dire que cette équation est à deux inconnues d'autant plus qu'elle concerne son aspect et son goût.

Pour le premier cas, il faut mettre en évidence la teinte du lac qui a fini par faire sa renommée.
De son vrai nom "Lac Retba", le lac a troqué son nom scientifique pour se vautrer dans une coloration rose qui anime ses cartes postales.
Une couleur mauve qui migre perpétuellement en fonction des heures de la journée pour aboutir à une couleur rose écarlate.

Un spectacle tout simplement féerique qui continue d'émerveiller les amoureux et autres curieux de la nature.

Alors simple effet d'optique ou prouesse de dame nature, il est possible d'expliquer ce phénomène naturel par des raisons scientifiques.
En effet le fond du lac est occupé par une algue microscopique encore appelée cyanobactérie, qui, pour annihiler la concentration de sel, fabrique un pigment rouge.
Ce dernier contribue à l'oxydation du fer de l'eau salée expliquant le changement de couleur.

La seconde inconnue est relative à son goût. Jadis rattaché à l'océan Atlantique, le lac a été isolé de ce dernier par la sécheresse.
Le fossé est occupé aujourd'hui par une accumulation de dunes de sable sur lesquelles triomphent majestueusement des palmiers et des filaos.

L'eau du lac rose est réputée trop salée: elle contient plus de quantité de sel que le liquide de tout l'Océan atlantique.

Il est ainsi catalogué comme étant la "Mer morte" du Sénégal. Un litre du lac rose contient 380 grammes de sel, une quantité 10 fois supérieure à celle de l'océan Atlantique.

Un peu de sel pour donner goût à la vie des populations

Le business du sel est le secteur d'activité majeur du lac rose derrière le volet touristique.

Le spectacle est juste fabuleux, des barques ou petites pirogues animent la navigabilité du lac.
A bord, des ouvriers, enduis de beurre de karité ou d'équipement de protection, partent non pas à la pêche aux poissons ou autres fruits de mer mais plutôt à l'extraction du sel.
Et cette activité enregistre aujourd'hui beaucoup d'adeptes.

Ils sont estimés à plus 2 000 individus sillonnant quotidiennement les fonds du lac à la recherche du sel.

Aux abords du lac pullulent des tas de sel stockés par les "chercheurs". Hommes et femmes s'activent pour booster leurs revenus.
Le sel extrait du lac est l'un des plus qualitatifs. Il est revendu sur le marché entre 14 000 et 15 000 le sac de 25 kg.

Un paradis menacé

Le constat est unanime, le lac rose est sévèrement menacé.


S'il était possible d'estimer sa superficie à 15 km² au XVème siècle, aujourd'hui le lac ne dépasse pas les 4 km² d'envergure de nos jours.

Une situation alarmante pour les "amis du Lac rose". Si l'effet du changement climatique y est pour quelque chose, l'essentielle de la menace est du ressort de l'homme.
Les terres du site sont accaparées par des particuliers avec des constructions anarchiques.

Elles participent pleinement à la détérioration de l'image du site.

Et, en sus de cela, il faut noter les actions dévastatrices des riverains n'hésitant pas à déraciner les arbres plantés aux abords du lac pourtant utiles pour endiguer l'avancée de la sécheresse.

Un maillon essentiel du tourisme sénégalais


Vous ne saurez citer cinq lieux touristiques sénégalais sans y adjoindre le lac rose. Le site enregistre une affluence élevée.
Dans la région de Dakar, il est, avec l'Île de Gorée, l'un des sites qui accueillent le plus de touristes.
Disposant de suffisamment d'arguments écologiques, le site regorge aussi de diverses activités pouvant offrir un séjour de rêve à ses visiteurs.
L'aménagement du domaine touristique a permis la réalisation d'infrastructures hôtelières destinées à accueillir les touristes.

Et le lac rose ne s'arrête pas simplement à des hôtels et à un lac qui change de couleur... c'est aussi un endroit merveilleux taillé par la nature à l'image des dunes de sable que vous pourrez franchir à l'occasion des safaris organisés par les guides soit à dos de chameau, soit à cheval.

Pour les amateurs de sport mécanique, il vous sera possible de vous adonner à des courses de quad aux environs du lac !

L'endroit invite au calme, au repos et à l'évasion.

Que vous soyez seul ou en famille, venez vous ressourcer ou faire le vide pour mieux rebondir.
Ainsi nombre d'activités ludiques sont capables de vous faire oublier les vicissitudes de la vie urbaine.

Tags : Dakar Environnement Lac Rose Sangalkam Sel Sénégal Tourisme

Le passage à la Primature est-il en train de devenir dans le champ politique sénégalais une voie obligée pour briguer, avec des chances réelles, le fauteuil présidentiel ? En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que les anciens chefs de gouvernement s’engagent de plus en plus dans l’arène politique pour essayer de «déloger» le titulaire au poste et chef de l’Etat en exercice. Le dernier en date est l’ex-Premier ministre de Me Wade, Cheikh Hadjibou Soumaré, qui en déclarant sa candidature pour l’élection présidentielle du 24 février prochain rejoint la liste des personnalités à se lancer dans la course pour le fauteuil présidentiel, après leur passage à la Primature.

 
C’est désormais chose faite. L’ancien Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré, s’est lancé dans la course pour la présidentielle du 24 février prochain. Cheikh Hadjibou Soumaré a officiellement annoncé sa candidature à travers une déclaration faite, le dimanche 22 juillet dernier, au Grand Théâtre de Dakar. Cette candidature de l’ancien président de la Commission de l'Uemoa pour la prochaine présidentielle revêt un cachet particulier surtout quand elle est mise en relation avec le parcours politique de l’actuel chef d’Etat, Macky Sall. En effet, c’est au même Cheikh Hadjibou Soumaré que l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, avait fait appel alors qu’il était ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances chargé du Budget pour succéder à Macky Sall à la Primature, le 19 juin 2007. Aujourd’hui, douze ans après, celui qui était présenté comme un technocrate pur et dur veut lui-même réitérer le coup de 2007 en remplaçant encore une fois de plus, Macky Sall à son poste au Palais de la République.

Outre cette rivalité historique entre le patron de l’Apr et son successeur à la Primature, il faut dire que la candidature de Cheikh Hadjibou Soumaré met aussi en exergue une autre réalité politique qui pourrait peut-être peser sur la balance, lors de la présidentielle du 24 février. Il s’agit du nombre important d’anciens chefs du Gouvernement qui seront listés à ce scrutin. La situation est telle qu’on ne peut s’empêcher de poser la question de savoir si la Primature n’est pas en train de devenir aujourd’hui une passerelle pour le Palais de la République. Tant le nombre d’anciens Premiers ministres à afficher leur intention de prendre les rênes du pays au lendemain de leur départ de la Primature prend de l’ampleur.
À travers sa déclaration de candidature à la présidentielle, Cheikh Hadjibou Soumaré ne fait ainsi qu’enrichir la liste des anciennes personnalités à se lancer ce défi politique de devenir commandeur en chef après leur passage à la Primature où ils étaient commandants en second du pouvoir exécutif. Parmi ces personnalités, il y a entre autres Abdou Diouf, Moustapha Niasse, Idrissa Seck, Macky Sall et éventuellement Abdoul Mbaye. Mais, il faut préciser que sur cette liste, seules deux personnalités sont parvenues, pour le moment, à jouir de ce double privilège d’ancien Premier ministre devenu président de la République. Il s’agit notamment des présidents Abdou Diouf et Macky Sall.

Ancien chef du Gouvernement du président Senghor (26 février 1970 – 31 décembre 1980 soit 10 ans, 10 mois et 5 jours), Abdou Diouf a accédé aux fonctions suprêmes après la démission du président Senghor avant le terme de son cinquième mandat. En effet, l’article 35 de la Constitution sénégalaise prévoyait en cas de vacance du pouvoir que le Premier ministre termine le mandat du Président jusqu’à la prochaine élection. S’agissant de l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall, à l’image d’Abdou Diouf, il a succédé à son ex-mentor, Me Abdoulaye Wade, aux fonctions de président de la République mais à l’issue du second tour de la présidentielle de 2012. Cela, après avoir été son Premier ministre pendant 3 ans, 1 mois et 29 jours (21 avril 2004-19 juin 2007). Le 24 février prochain, ce sera le tour pour les autres anciens chefs du Gouvernement à la conquête du fauteuil suprême d’essayer eux aussi d’intégrer cette liste restreinte, excepté l’actuel président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, frappé par la limite d’âge. Il s’agit entre autres, d’Idrissa Seck (PM du 4 novembre 2002 au 21 avril 2004) qui sera à sa 3ème participation à une élection présidentielle, peut-être aussi d’Abdoul Mbaye (PM du 3 avril 2012 au 1er septembre 2013 soit) qui vivrait sa première participation au même titre que Cheikh Hadjibou Soumaré (PM du 19 juin 2007-30 avril 2009). Si bien entendu ils passent le filtre du parrainage (de 0,8 à 1% de l’électorat), confirment ou persévèrent dans leur quête du fauteuil présidentiel.

Sudonline

Page 6 sur 244

logotwitterFacebook