L’intersyndicale des retraités manifeste ce jeudi 18 octobre pour la quatrième fois en un an contre les choix budgétaires du gouvernement. Ceux-ci mettent, selon eux, les pensions en danger ; il s'agit aussi de lutter contre une politique qui risque de les appauvrir. La mobilisation générale des retraités s’inscrit également dans le cadre de l’ouverture des débats, à l’Assemblée nationale, sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2019. Marylène Cahouet, secrétaire national de FSU en charge des retraités, répond aux questions de Bandane Sisounthone.

REUTERS/Gonzalo Fuentes

Plusieurs centaines de réfugiés centrafricains ont quitté, vendredi 19 octobre, l'extrême nord du Congo, où ils sont arrivés entre 2015 et 2016, pour rentrer volontairement dans leur pays. Car ils estiment désormais que la sécurité et la paix y sont revenues. Leur retour a été facilité par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNCHR). Nombreux, cependant, sont ceux qui restent dubitatifs à l'idée de retourner en RCA.

Sous une pluie battante, une sirène et les cris des populations locales annoncent et saluent le départ d'environ 320 réfugiés centrafricains de Bétou au Congo pour la commune de Moungoumba de l'autre côté de la frontière. Ils sont embarqués dans un convoi de six véhicules recouverts des bâches du HCR. Chacun rentre volontairement pour des raisons qui lui sont propres.

« Je suis très contente de rentrer »

« Je vais repartir dans mon pays parce que la guerre est terminée. Je vais répartir là-bas pour que je continue mes études », clame une jeune réfugiée. « Je suis très contente de rentrer en Centrafrique parce que là-bas je vais cultiver mon champ », lance de son côté une mère de famille.

Ils étaient au départ 32 000 réfugiés qui ont gagné le Congo entre 2015 et 2016, fuyant des affrontements interethniques. Sur les 3 000 qui ont sollicité un retour  volontaire, 2 288 ont été rapatriés à ce jour. La plupart restent hésitants, estimant  que la paix et la sécurité en RCA ne sont qu'un slogan.

Une « prestation financière »

Des dispositions sont pourtant prises pour ceux regagnent le pays. Jean-Cyriaque Grahouan, officier de protection du HCR à Bangui, l'assure : « Nous accueillons les réfugiés en provenance du Congo-Brazzaville ; il y a une assistance à la réintégration qui est programmée pour eux. Cette assistance consiste en une prestation financière ».

Ce rapatriement est le septième du genre depuis mars 2018. D'autres opérations seront programmées dans les mois à venir.

AFP

Au Sénégal, le rapport de Human Rights Watch publié le jeudi 18 octobre, qui dénonce la domination des professeurs sur les collégiennes fait réagir les autorités. Après avoir enquêté et interrogé 160 jeunes filles, l'organisation de défense des droits humains estime que les violences, notamment sexuelles et les abus des professeurs sur leurs élèves sont généralisés. Dans un communiqué, le ministère de l'Education nationale dénonce la qualité de cette enquête qui ne repose, selon les autorités, sur aucune base scientifique.

Pour le gouvernement, il n'y a rien à garder dans le rapport de Human Rights Watch (HRW) car la démarche n'est pas scientifique et ses conclusions sont donc erronées, estime Marie Siby Faye, la porte-parole du ministère de l'Education : « Pour nous, ce rapport est faux dans la mesure où le ciblage n’est pas bon. On ne sait pas sur quelle base ces lycées et collèges ont été choisis, sur quelle base ces filles ont été choisies. En tout cas, nous ne considérons pas ce rapport comme un rapport objectif, scientifiquement mené pour des résultats qui peuvent servir au système éducatif sénégalais ».

Des enquêtes seront menées

Dans son communiqué, le ministère de l'Education ne donne aucune indication sur le sort des 160 jeunes filles qui affirment avoir subi des violences sexuelles dans leur collège. Marie Siby Faye indique que des enquêtes seront menées : « Je ne dis pas que ce qu’elles racontent est faux, mais je dis qu’on ne peut pas se baser sur 168 filles pour dire, "voici la situation au Sénégal" ».

Colère des syndicats des professeurs

« Ce que nous voulons, poursuit Marie Siby Faye, c’est la vérité des faits. Nous ne pouvons pas accepter qu’une catégorie des acteurs de l’Education soient stigmatisés ». Ce rapport de Human Rights Watch provoque aussi la colère des syndicats des professeurs qui réfléchissent au dépôt d'une plainte.

RFI

Fongad-Invest - Le rôle de la diaspora dans la dynamisation des terroirs"- Moussa Sy


Vice Président en charge de la Communication Fongad-Invest

Le Fongad organise à Paris une journée de partage le 15 Décembre 2018. Pour plus d'info voir le site du Fongad

merci à cécile Thiakane qui m'a soufflé cet article. P B Cissoko

 

Je me souviens encore, tout jeune, entendre mes aînés parler de leur éventuel départ pour la ville après les moissons. Une fois le mil récolté et engrangé, la pratique était, pour certains habitants du monde rural, de partir pour la ville pour y gagner un peu d'argent aux fins de joindre les deux bouts et revenir auprès des leurs. Pour d'autres, il était question de raccrocher définitivement la houe ou l'hilaire pour aller à l'aventure hors du pays, ou encore s'agit-il d'étudiants partis acquérir le savoir, qui ont décidé de se sédentariser en Europe ou en Amérique. Les différentes fortunes de ces derniers ayant alors fait des émules, les campagnes en vinrent à se vider de leurs bras valides. Cette hémorragie constante finira par déstabiliser les assises mêmes de ces terroirs en diminuant la somme des efforts consacrés à l'exploitation des terres, et ceci, même en temps d'hivernages pluvieux ou de crues généreuses comme en note cette année au Fouta.


Au fil des ans, le flux de la migration finit de reconstituer des villages entiers à l'étranger dont il revenait aux composantes d'assurer la survie des parents restés au pays grâce aux sommes envoyés périodiquement parce ceux qu'on appelle désormais la Diaspora.


Quelque louable que soit cette pratique, il est démontré qu'elle n'est pas soutenable dans la durée, car n'étant effective que dans la mesure où ceux qui envoient restent employés là où ils sont, soient en bonne santé tout le temps et pour toujours. C'est dire que ces actes individuels contribuent certes à alimenter la marmite, ou, dans le cas des associations de ressortissants d'une contrée, à la construction d'un dispensaire ici, d'une mosquée là, une salle de classe ailleurs, etc., mais ne représentent pas un investissement rapporteur.


Il découle de ce qui précède que la diaspora en général, et celle sénégalaise en particulier n'a pas rompu les amarres d'avec leur terroir d'origine, loin s'en faut, et continue à avoir avec ces terroirs des échanges interactionnels d'envergure.


Aussi est-il utile de voir jusqu'à quel point la Diaspora peut, et doit, à travers ces interactions, être un facteur de redynamisation des terroirs qui les ont vus naître et que leur départ a transformé en un désert économique.


Il est avéré que nos États, à eux seuls, ne peuvent pas satisfaire la demande sociale tant les défis, dans certains cas, sont si énormes que les pouvoirs publics, jusqu'à tout récemment, se contentaient juste de baisser les bras et de laisser certaines contrées à elles-mêmes. Dans le cas du Sénégal, les autorités l'ont bien compris qui ont incité la diaspora à s'engager dans l'investissement productif et participer ainsi au développement du pays.


C'est cet appel que des organisations tels que Fongad-Invest ont entendu et ont décidé de rassembler la diaspora sénégalaise dans un cadre institutionnel pour la mise en œuvre d'actions aux effets structurants. Pour ce faire, un changement doit être opéré qui rompt d'avec les pratiques de l'aventure individuelle et incite davantage de nos compatriotes à la mutualisation des efforts grâce à l'investissement dans des secteurs porteurs de l'économie nationale.

La réalité est qu'aujourd'hui, la Diaspora sénégalaise n'est pas faite de nos valeureux Modou-modou dont les envois participent au maintien d'une certaine stabilité au pays. Il y a effectivement des compatriotes à très hautes compétences techniques qui réfléchissent sur des façons innovantes d'aborder cette question de redynamisation des terroirs par la Diaspora et élaborent des plans étudiés avec finesse sur lesquels ils adossent leur appel a l'ensemble des Sénégalais de l'extérieur pour souscrire à cette nouvelle donne de participation au développement.

C'est en tout cas la réalité au sein de Fongad-Invest qui, jusque-là, n'a ménagé aucun effort pour être sur le terrain et étudier méticuleusement les possibilités qui s'offrent à nous pour des investissements rentables sans l'étendue du territoire national. Les collectivités locales se sont avérées très réceptives aux initiatives de développement qui les impliquent. C'est dans les zones rurales que se trouvent les terres arables pour l'aménagement de structures de production capables donner des rendements dépassant les besoins de consommation. Avec ces structures, c'est toute une chaîne de valeurs qui est activée, de l'agro-alimentaire à la pisciculture en passant par l'embouche animale et l'exploitation de l'artisanat.

On ne peut pas parler de redynamisation des terroirs sans la création d'emplois dans ces zones. Aussi pensons-nous qu'effectivement, la diaspora a un rôle primordial à jouer ici, en inversant la tendance migratoire grâce a l'investissement collectif qui permet aux jeunes de se fixer sur, et vivre du terroir, avec dignité.


Au vu des affres que subissent nos jeunes dans le désert de l'Afrique du Nord où l'esclavage est le moindre mal à côté de la mort qui les attend au large de la Méditerranéee, prendre à bras le corps le développement de notre pays devient un impératif auquel nous ne saurions nous dérober sans nous faire complices des maux que nous sommes toujours prompts à pointer du doigt. Aussi, Fongad-Invest en tant que structure apolitique non affiliée à aucun gouvernement ou structure étatique, doit être le creuset où doivent se fondre toutes les initiatives dispersées de la Diaspora sénégalaise afin de faire ce développement durable une réalité définitive.


C'est bien cet esprit qui nous pousse à inviter nos compatriotes résidant en Europe à se joindre à nous lors des journées de partage qui, cette année, se tiendront à Paris en France le 15 Décembre, 2018


Moussa Sy Vice Président en charge de la Communication

 

Se rencontre pour se connaitre se rencontrer et échanger et voir ceque chacun pout donner ou recevoir.

"La complexité du monde "orchestre" les voyages, les rencontres. Ceux qui sont dans la diaspora exoportent leurs expertises et ce n'est pas rien, mais ils ne faut pas oublier qu'ils paient des impôts et contribuent au développement du pays d'acceuil dans tous les domaines.

Mohadi Diallo,  est un bon organiosateur, il invite des conférenciers au milieu d'exposants qui donnent à voir, à lire, le tout pour mieux comprendre notre univers. J'ai eu l'honneur de rencontrer lors de ses manifestations, Mr Dia artiste peintre et Rosalie RABIA et d'autres personnes ressources, dans le beau cadre qu'est la salle des fêtes de la Mairie du XV eme à Paris;  etc. venez échanger et rencontrer d'autres associations pour éventuellement agir ensemble, collaborer et coopérer. P B CISSOKO

La Coopération Décentralisée- Les relations France Afrique, la diaspora et le pays d'origine mais aussi le pays d'accueil-Mohadi DIALLO nous invite


Au sens français la coopération décentralisée désigne l'établissement de relations de long terme entre collectivités territoriales françaises (régions, départements, communes et leurs groupements) et étrangères, formalisées par des conventions. Celles-ci définissent les actions de coopération prévues et leurs modalités techniques et financières. La coopération peut prendre des formes diverses : aide au développement, appui institutionnel, gestion commune de biens et de services, coopération transfrontalière ou coopération interrégionale.


Motivation des élus : pourquoi s'engager à l'international ?


Pour les élus français, les motivations à s'engager dans un partenariat de coopération décentralisée sont variées :
• Contribuer à la lutte contre la pauvreté et les inégalités
• entre les pays du Nord et les pays du Sud ;
• Contribuer à une culture de paix et à la lutte contre le racisme ;
• Exporter un savoir-faire en matière de gestion des collectivités territoriales ;
etc...
Ces objectifs répondent aux attentes de leurs homologues des pays du Sud. Ces derniers cherchent avant tout à renforcer leurs capacités et à trouver des ressources, dans un contexte général de décentralisation où les Etats transfèrent des charges sans fournir aux nouvelles autorités locales les moyens suffisants pour assurer leurs fonctions (mise en place de services publics locaux, création d'infrastructures de base, développement de projets de territoire).
Les élus français sont aujourd'hui convaincus de la nécessité de mieux définir, en amont des actions de coopération décentralisée, l'intérêt à agir pour leurs citoyens et pour le territoire de leur collectivité.

C'est pourquoi les projets visent également à :
• Augmenter l'attractivité de la collectivité ;
• Favoriser l'engagement citoyen des jeunes ;
• Renforcer l'expertise à l'international des fonctionnaires territoriaux ;
• Permettre les échanges entre opérateurs économiques, entre universités, et acteurs culturels.
« La coopération décentralisée doit être le fruit d'une combinaison entre une politique publique et des engagements citoyens »
Jean-Philippe Bayon, vice-président à la coopération décentralisée de la Région Rhône-Alpes.

Selon les cas, les collectivités territoriales mobilisent, ou non, différents acteurs de leurs territoires : hôpitaux, associations, établissements scolaires, centres culturels, MJC, entreprises, etc.


Cette implication de la société civile a un double intérêt :
• Elle garantie la pérennité du partenariat en cas d'alternance politique ;
• Elle permet aux acteurs d'un territoire de combiner leurs forces pour mettre en œuvre des projets plus complexes et plus riches.


• A LIRE


• LA COOPERATION DECENTRALISEE ENTRE L'AFRIQUE ET LA FRANCE : 50 ANS DE DIALOGUES ET D'ECHANGES POUR LE DEVELOPPEMENT
• Dans le cadre des célébrations en France du Cinquantenaire des Indépendances africaines, la DAECT (Délégation à l'action extérieure des collectivités territoriales) du MAEE (ministère des Affaires étrangères et européennes) a organisé le 25 novembre 2010 à la Cité de l'architecture et du patrimoine (Paris), à un après-midi de débats.
• Une table ronde organisée sur le thème de « La coopération décentralisée entre l'Afrique et la France : 50 ans de dialogues et d'échanges pour le développement » a été abordé. Les débats seront ouverts par Jacques Toubon, ancien ministre, secrétaire général des célébrations du Cinquantenaire.
• Au cours de ces rencontres, seront également célébrés les premiers jumelages signés au moment de l'accession des quatorze pays africains à l'Indépendance, comme au cours de la première décennie de leur développement. Un Trophée de la coopération décentralisée « Cinquantenaire des Indépendances africaines » sera remis aux maires de sept villes africaines et de sept villes françaises. Ces jumelages historiques seront honorés comme des gestes pionniers d'une nouvelle relation entre la France et ces nouveaux Etats.
• Une exposition de photographies sur le thème « Villes jumelles : regards croisés sur des coopérations partagées » sera présentée à l'issue des débats.
http://franceurbaine.org/taxonomy/term/1489/la-cooperation-decentralisee-entre-lafrique-et-la-france-50-ans-de-dialogues-

Une accusation de viol remontant à 2009 pourrait coûter très cher à Cristiano Ronaldo. Les faits se seraient déroulés à Las Vegas et l’affaire, révélée par le magazine allemandDer Spiegel à partir de documents issus des « Football Leaks », vaut au Portugais une enquête judiciaire aux Etats-Unis. Malgré ses dénégations, les sponsors commencent à s’inquiéter et son avenir sportif pourrait être impacté.

 

Un an après le début du phénomène #MeToo, né du scandale Harvey Weinstein, ce n’est pas une star de Hollywood mais un des plus célèbres sportifs qui se retrouve sous les feux des projecteurs. Les accusations viennent de Kathryn Mayorga, une jeune femme âgée de 24 ans à l’époque.

 

Le 12 juin 2009, après une fête au club Rain de Las Vegas, Cristiano Ronaldo, alors âgé de 24 ans, invite plusieurs personnes dans la suite qu’il occupe à l’hôtel Palms Place pour poursuivre la fête jusqu’à la fin de la nuit. Accompagné par son beau-frère et un de ses cousins, le Portugais a des raisons d’être euphorique : élu Ballon d’Or par le magazineFrance Footballpour la première fois quelques mois plus tôt, il est sur le point de réussir le transfert de sa vie en passant de Manchester United au Real Madrid. L’opération sera conclue moins de deux semaines plus tard pour un montant de 94 millions d’euros...

 

En attendant, la fête dérape. Kathryn Mayorga, jeune modèle dont l’activité principale consiste à attendre devant les boîtes de nuit avec d’autres jolies jeunes femmes pour attirer les clients, fait partie des invités. Elle est en train de se changer dans la salle de bains pour rejoindre le jacuzzi lorsque le footballeur fait irruption dans la pièce. Il exhibe à la jeune femme son pénis en érection et lui demande de lui faire une fellation. Ensuite, toujours selon le récit de la plaignante, il la pousse dans une chambre et, alors qu’elle se débat pour empêcher le viol et qu’elle lui crie « non, non, non », Cristiano Ronaldo l’aurait sodomisée.

Une plainte déposée

Ce qui est certain, en revanche, est que la jeune femme dépose plainte pour viol le jour même au commissariat. Des lésions sont constatées par un examen médical. Mais Kathryn Mayorga, tout en indiquant que l’auteur des faits est un footballeur connu, refuse de livrer son nom. Quelques semaines plus tard, faute d’éléments nouveaux, l’enquête est abandonnée par la police de Las Vegas mais les éléments matériels, et notamment les résultats de l’examen médical, sont conservés.

Elle refait surface bien plus tard, au début de l’année 2017. Parmi les millions de documents issus de football leaks, une énorme fuite d’informations, des journalistes de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel remarquent une lettre envoyée par Kathryn Mayorga à Cristiano Ronaldo. Une lettre « émouvante et explicite » selon un de ces journalistes, Christoph Winterbach, interviewé par Courrier International. Le journal découvre ainsi qu’un accord a été passé quelques mois après le viol présumé, par lequel Cristiano Ronaldo aurait versé 375 000 dollars en échange d’un silence absolu sur cette affaire et de l’abandon de toute poursuite. Mais les journalistes allemands se heurtent au refus de parler de Mayorga et de Ronaldo. Faute de témoignages, l’affaire ne fait pas de vagues à l’époque.

Le phénomène #Metoo est passé par là

Depuis, l’affaire #Metoo semble avoir encouragé la victime présumée à parler. Elle regrettait d’avoir signé cet accord financier avec Cristiano Ronaldo, avec le sentiment de ne pas avoir obtenu justice et traînant des souffrances psychologiques importantes, selon son avocat. L’arrivée à ses côtés d’un nouvel avocat l’a décidé à franchir le pas, convaincu que le contrat signé avec Cristiano Ronaldo n’était pas valide, partant du principe qu’il avait été signé à une époque où la jeune femme était traumatisée.

Du côté de Cristiano Ronaldo, la discrétion est toujours au rendez-vous. Ses avocats ont indiqué à Der Spiegel qu’ils ne feraient aucun commentaire sur cette affaire, menaçant même la revue de poursuites. A en croire Der Spiegel, le joueur aurait assuré à ses avocats que sa relation sexuelle avec Kathryn Mayorga était consentie. Mais l’hebdomadaire a eu accès à la première version qu’il avait livré par écrit à ses avocats, dans laquelle il reconnaissait que la jeune femme lui avait dit « non » à plusieurs reprises, lui demandant d’arrêter. Un document qui pourrait peser lourd si la justice décidait d’inculper le joueur et d’organiser un procès…

Des sponsors inquiets

Dans l’immédiat, la menace la plus concrète qui se dresse devant l’attaquant de la Juventus Turin vient de ses sponsors, qui lui assurent l’essentiel de ses revenus. Deux d’entre eux ont déjà exprimé leurs inquiétudes. Il s’agit de Nike, qui a signé avec lui un contrat à vie et qui se dit « profondément préoccupé » par ces accusations « inquiétantes ». Des propos similaires sont tenus du côté d'EA Sports, éditeur du jeu vidéo FIFA dont Ronaldo était la tête d'affiche pour l'édition 2018. « Nous suivons la situation de près », y indique-t-on, rappelant que « nous attendons des sportifs qui sont en couverture de nos produits (…) qu'ils se comportent d'une manière conforme aux valeurs d'EA ».

Dans ce contexte pour le moins inquiétant, Cristiano Ronaldo se défend vigoureusement, dénonçant « un cirque médiatique monté par des gens cherchant à se faire de la publicité » à ses dépens. Le joueur peut toujours compter sur le soutien de son club. Son entraîneur, Massimiliano Allegri, a déclaré ce 5 octobre que l’attaquant est « serein » et « prêt à jouer » dès le lendemain sur le terrain de l’Udinese. En revanche, Cristiano Ronaldo ne rejoindra pas l’équipe du Portugal la semaine prochaine, son sélectionneur Fernando Santos se bornant à préciser qu’ « il n’était pas disponible ».

Des conséquences sur sa carrière sportive ?

L’affaire risque également de peser sur un des grands objectifs du joueur, le Ballon d’Or 2018. Le 8 octobre 2018, France Football doit lancer les opérations de vote en annonçant les noms des 30 finalistes pour la récompense individuelle la plus prisée dans le milieu du football…

Cristiano Ronaldo devra être très fort pour gérer la confrontation avec le public et avec les médias dans les jours et les semaines qui viennent. Ses récents démêlés avec la justice espagnole dans une affaire fiscale l’avaient profondément ébranlé, le décidant à quitter le Real Madrid pour l’Italie. Cette fois, si la justice américaine juge recevables les éléments qui pèsent contre lui, les conséquences risquent d’être bien plus importantes. Ce 5 octobre 2018, l'action de la Juventus était en forte baisse. Et l’affaire ne fait que commencer.

Rfi

L'ancien ministre Madické Niang a annoncé mercredi se présenter à l'élection présidentielle du 24 février. Une candidature alternative à celle de Karim Wade, compromise car ce dernier est exclu des listes électorales. La démarche a été jugée dissidente dans un communiqué de l'ancien président et secrétaire général du PDS Abdoulaye Wade.

Karim Wade ou rien. C'est la ligne officielle du Parti démocratique sénégalais (PDS), dictée par Abdoulaye Wade. Pour lui, la candidature de Madické Niang est solitaire, téléguidée par le président sortant Macky Sall. Depuis la publication du texte, les membres du PDS ne s'expriment plus publiquement.

Le silence s'installe aussi entre les deux camps. Seuls cinq médiateurs, des députés, parviennent encore à établir une communication entre les partisans de Karim Wade et Madické Niang. Certains cadres du parti n'hésitent pas à jeter le discrédit sur la démarche du nouveau candidat. Beaucoup rappellent que seul Karim Wade a été désigné par le congrès du parti. Il s'agit d'une aventure personnelle, contre-productive, formée sous la pression de Macky Sall.

Face à ces attaques, Madické Niang reste pour l'instant silencieux. Seul son entourage rejette en bloc de telles accusations. « Il n'y a aucune pression de qui que ce soit », confie un proche. La seule pression, c'est celle des Sénégalais qui veulent que le PDS réussisse. Manière de dire que la candidature de Karim Wade a peu de chances d'aboutir, à moins de cinq mois de l'élection.

Le porte-parole de Macky Sall, de son côté, a fait savoir que cette candidature n'avait rien à voir avec le président.

Un seul tour, mais de nombreuses interrogations ce dimanche 7 octobre au Cameroun où l’on vote pour l'élection présidentielle. Les bureaux ont ouvert et les électeurs peuvent choisir entre huit candidats, dont le président Paul Biya, au pouvoir depuis 36 ans. Les autorités assurent que des mesures ont été prises pour garantir la sécurité du scrutin, notamment dans les zones anglophones.

 

13h30 : Le secrétaire général de l'ONU a publié un communiqué sur la situation au Cameroun où il condamne toute menace de violences et d'intimidation par quelques groupes que ce soit à l'occasion de ce scrutin. Antonio Guterres invite par ailleurs tous les candidats à résoudre tout grief lié à l'élection par les voies légales et constitutionnelles.

13h15 :Selon notre correspondante à Douala, de nombreux électeurs affirment qu’ils ont l’intention de revenir ce soir à 18 heures pour assister au dépouillement. Ils veulent être surs que leur voix sera bien prise en compte.

13h00 :Sur les réseaux sociaux, plusieurs Hashtags permettent de suivre cette élection : #etoudi2018 et #237vote.

12h45 :Les opérations de vote ont pris leur rythme de croisière à Douala. Il y avait parfois peu de monde ce matin, il faut le dire, dans certains bureaux. Mais à présent, de petites files d’attente se sont formées. Les listes électorales sont bien affichées, mais certains électeurs ont des difficultés à retrouver leur bureau de vote, parce qu’il y a des confusions entre le numéro inscrit sur la carte électorale et le numéro inscrit sur le fichier. Les électeurs essaient de se reconnaître avec les photos, mais certains se découragent.

12h20 :A Bamenda, le ministre de la Communication, Issa Bakary Tchiroma a assuré ce matin « qu’une large majorité des habitants » était prête à aller voter, mais ce n'est pas du tout ce que disent les gens contactés sur place. Ils décrivent une ville fantôme. Un religieux raconte que certaines personnes se sont rendues aux offices, mais que les gens sont désormais cloitrés chez eux. Il n'y a que des militaires et des policiers qui circulent dans les rues. « Au moment où je vous parle, je viens de voir passer trois véhicules avec des soldats qui tirent dans les airs pour effrayer un peu plus la population », a déclaré un habitant. « Personne ne peut voter dans ces conditions », a-t-il ajouté. Sans compter le nombre de bureaux de vote qui a drastiquement diminué. D'après un document d'Elecam daté du 1er octobre, sur les 2 343 bureaux initialement prévus, il n'en reste que 79 pour toute la région du nord anglophone, dont 13 à Bamenda.

12h00 :A Douala, le vote aussi se déroule dans le calme.

11h40 : Le président Paul Biya a voté comme prévu à l’école de Bastos à Yaoundé. Il était accompagné de sa femme Chantal Biya.

11h30 : A Yaoundé, le vote se déroule dans une ambiance assez calme à la mi-journée, selon notre correspondant qui s’est rendu dans cinq des sept arrondissements de la ville. Dans la plupart des bureaux de vote, les opérations électorales ont effectivement démarré à 8 heures. Quelques bureaux ont connu des retards à l’allumage de trente ou quarante-cinq minutes. Mais dans l’ensemble, le vote est largement entamé. L’affluence est, pour l’heure, globalement moyenne, beaucoup de gens s’étant d’abord rendus en matinée dans différents lieux de culte. L’autre constat, c’est que beaucoup de cartes d’électeurs sont en souffrance dans les bureaux de vote. Enfin, les représentants des candidats manquent à l’appel dans plusieurs bureaux de vote.

11h15 : A Bamenda, trois hommes armés ont été abattus, ce matin, par les forces de l'ordre. Des hommes qui circulaient à moto et qui tiraient en direction des passants selon une source citée par l'Agence France presse. Le porte-parole de l'armée, interrogé par RFI, évoque pour le moment, au moins une personne tuée. Un certain « Genesis », chef d'un groupe indépendantiste armé, neutralisé, ce matin, lors d'échange de tirs avec les militaires.

11h00 : Il y a huit candidats en lice pour cette élection présidentielle, mais les électeurs ont à leur disposition neuf bulletins. En effet, le désistement d’Akere Muna, survenu ce vendredi, au profit de Maurice Kamto, n’a pas été pris en compte par la Commission électorale.

10h30 : Plusieurs personnalités ont déjà accompli leur devoir électoral. Le Premier ministre Philemon Yang a voté dans sa région d’origine à Bamenda (dans le nord-ouest) tout comme le président de l’Assemblée nationale Cavaye Yéguié Djibril qui a voté à Tokombéré dans la région de l’Extrême-Nord. Du côté des candidats Cabral Libii, Serge Matomba, Garga Haman Adji et Joshua Osih ont effectué leur vote.

10h00 : Le président Paul Biya est attendu prochainement pour voter dans un bureau de Yaoundé. Pour l’occasion, le bâtiment a été repeint.

09h45 : Au total, ce dimanche, 6,5 millions d’électeurs camerounais sont appelés à élire leur nouveau président dans les 25 000 bureaux de vote déployés dans l’ensemble du pays.

09h15 : Des incidents ont été signalés dans les régions anglophones. A Bamenda, des tirs ont été entendus. A Bafut, dans la région du Nord-Ouest, des assaillants non identifiés ont tenté d'incendier un bureau de vote avant d'être repoussés. Enfin à Tanta, à quinze kilomètres de Bamenda, d'autres assaillants ont essayé de prendre d'assaut la résidence privée de l'ancien Premier ministre Simon Achidi Achu, ils ont été également repoussés.

09h00 : Très peu d’électeurs sont présents à Douala dans les bureaux de vote pour le moment selon notre correspondante. Beaucoup préfèrent d’abord assister à la messe avant de venir accomplir leur devoir de citoyen. A noter que les représentants des principaux candidats sont eux bien en place, déterminés à suivre le déroulement des opérations jusqu’au bout. La vigilance est de mise aujourd’hui.

08h30 : Dans les régions anglophones du Cameroun, on craint de fortes perturbations du vote des électeurs lors de cette présidentielle. Les séparatistes ont promis « la guerre ». Trois d'entre eux ont d’ailleurs été tués vendredi à Buea. Les deux régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest sont totalement bouclées depuis ce samedi. Pendant la campagne électorale, aucun candidat ne s'est rendu à Buea ou Bamenda.

08h00 : Au lycée Joss, dans le quartier administratif de Bonanjo, à Douala, il y a six bureaux de vote qui ont tous ouvert à 8h00. Selon notre correspondante sur place, certains électeurs ont même été un peu surpris que le vote commence à l’heure, parce qu’ils s’attendaient à un peu de retard au démarrage. Ils sont d’ailleurs, pour le moment, très peu nombreux dans ce centre de vote.

07h45 : Dans les bureaux, il est prévu des lampes torches et des piles, au cas où, en fin de journée, au moment des dépouillements, le courant électrique venait à faire défaut.

07h30 : La campagne de la présidentielle au Cameroun s’est achevée ce samedi par les derniers meetings à Yaoundé et Douala. Des rendez-vous couverts par nos correspondants sur place.

07h10 : A Yaoundé, les électeurs commencent à arriver dans les bureaux de vote comme au lycée Leclerc, l’un des plus grands centres de vote de la capitale. Il faut néanmoins présenter patte blanche à l’entrée. La police filtre l’accès avec des détecteurs de métaux et fouille systématiquement tous les véhicules.

07h00 : Ouverture des bureaux de vote pour cette élection présidentielle. Au total, 6,5 millions de Camerounais sont attendus pour ce tour unique de l’élection présidentielle. Le président Paul Biya brigue un septième mandat consécutif., alors que les séparatistes anglophones ont menacé la tenue du scrutin.

06h30 : Dans un bureau de vote de Douala, à l'école publique d'Akwa, tout est en place selon notre correspondante. Il y a ici cinq bureaux de vote et le matériel électoral est présent : urnes, isoloirs, bulletins. Les listes sont à présent affichées.

RFI

Le projet de loi de finances initiale pour l’année 2019 a été arrêté à un montant de plus de 4.000 milliards de francs Cfa. La mesure a été adoptée à l’issue du débat général du Conseil des ministres extraordinaire qui a eu lieu hier, vendredi 05 octobre 2018, au Palais de la République. A l’occasion, le chef de l’Etat Macky Sall a rappelé aux membres du Conseil que le dit projet de loi s’inscrit, comme pour les années passées, dans la dynamique globale du Pse.

Entamant en effet sa communication autour des enjeux et défis du Plan Sénégal Emergent, le Chef de l’Etat Macky Sall a rappelé aux membres du Conseil des ministres, que « l’émergence demeure une conquête au prix de choix bien pensés, de projets et programmes bien préparés, de ressources optimisées et de réformes bien menées ». Pour autant, pointant du doigt les impératifs de la transformation structurelle de l’économie, de l’inclusion sociale, du renforcement du capital humain, de la paix, de la bonne gouvernance, de la démocratie et de la sécurité, le Président de la République a réitéré ses directives au gouvernement, « pour une mise en œuvre efficiente des politiques publiques et leur suivi-évaluation sans complaisance », relève le communiqué du Conseil des ministres.

Poursuivant ainsi sa communication autour des orientations majeures de la loi de finances 2019, Macky Sall a indiqué que, « comme pour les exercices précédents depuis 2014, le projet de budget 2019 s’inscrit, dans la stratégie globale du Plan Sénégal Emergent (Pse), articulée autour de la consolidation des performances économiques se traduisant par l’amélioration du niveau de vie des populations ». Dans cette perspective, note le communiqué officiel, « le projet de Loi de finances initiale 2019 intègre les engagements pris par le Gouvernement du Sénégal et la poursuite des programmes phares du Pse, notamment le Pudc, le Programme des bourses de sécurité familiale, le Puma, Promovilles , la desserte ferroviaire Dakar – Aibd, le projet de construction du stade olympique de 50 000 places, le Programme spécial d’amélioration de l’alimentation en eau potable de Dakar (Psdak), le Fonds d’entreprenariat rapide pour les femmes et les jeunes ainsi que tous les projets et programmes d’équipement des forces de défense et de sécurité ».

Dans la foulée, le chef de l’Etat a indiqué aux membres du Conseil que « le Projet loi de finances initiale 2019 reste principalement marqué par,le renforcement de la transparence budgétaire et du contrôle parlementaire avec le rapatriement dans le budget de l’Etat de toutes les taxes parafiscales, une orientation des ressources budgétaires vers les dépenses sociales, une stratégie de maîtrise de l’endettement, d’assainissement des finances publiques et de consolidation du taux de croissance, ressorti à plus de 6,5 % consécutivement sur les 3 dernières années ».

D’ailleurs, pour l’année 2018 caractérisée par les travaux d’élaboration du Plan d’Actions Prioritaires (Pap 2019 -2023) de la phase II du Pse, le président a relevé que des résultats probants et significatifs ont été enregistrés au cours de la première phase du Pse, suite à la mise en œuvre des projets et réformes. A l’issue du débat général, le Conseil des ministres a fini par adopter le projet de loi de finances initiale pour l’année 2019, arrêté à plus de 4.000 milliards de francs CFA.

Moctar DIENG

Sud Quotidien

Eventuel troisième mandat pour l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall, possibilité ou impossibilité de révoquer le Médiateur de la République, avis ou décision du Conseil constitutionnel, ou encore le forcing pour un troisième mandat de Me Abdoulaye Wade en 2012 ! Autant de polémiques autour de la Constitution sénégalaise et de certaines lois organiques ou ordinaires souvent sujettes à différentes interprétations contradictoires, démontrant ainsi une certaine «instabilité» juridique dans le pays. Les possibles interprétations des textes rendent nécessaire la mise en place de garde-fous pour éliminer toutes les zones d’ombre existantes.  

L’actuel chef de l’Etat peut-il ou non, constitutionnellement, être candidat en 2024 à un troisième mandat qui, en réalité, ne serait que le deuxième ? Loin de présager d’un résultat favorable au président Macky Sall à 5 mois de la présidentielle prochaine, la question a tout son sens, au vu des multiples interprétations et manipulations dont ont fait l’objet la Constitution sénégalaise, tout comme certaines lois organiques ou ordinaires. En tout état de cause, le pays étant passé entre temps du septennat au quinquennat, certains constitutionalistes, à l’image du Pr Babacar Guèye, avaient alerté sur un éventuel troisième mandat du président Macky Sall, le premier mandat n’étant pas pris en compte. Cette sortie lui avait valu une salve d’injures et de critiques au point qu’il était obligé de préciser sa pensée. Tout en informant qu’il avait donné un «avis technique», il indiquera n’avoir pas vu «de dispositions transitoires disant que le mandat de sept ans est le premier des deux que Macky Sall doit faire». Qui plus est, à son avis, «la révision constitutionnelle de mars 2016 a été rédigée de telle sorte qu’on peut raisonnablement penser qu’il est possible que le président Macky Sall brigue un 3ème mandat».

En réponse à cette question d’absence «de dispositions transitoires dans la nouvelle Constitution», le chef de l’Etat avait estimé que le débat n’avait pas sa raison d’être, tout en le différant en 2024. Pour le président Macky Sall, «le nombre de mandats n’a pas été modifié, pourquoi engager une discussion sur un débat de 2024 ? C’est un débat qui n’a pas lieu d’être, parce que je suis dans la logique de ne pas dépasser deux mandats, si le peuple sénégalais me fait confiance en 2019». Quant à ses proches collaborateurs, tel que l’actuel président du groupe parlementaire de Bennoo Bokk Yaakaar, Aymérou Gningue, ils demandent de faire confiance à «l’engagement politique» et à la «bonne foi» de leur mentor. Cela, même s’ils admettent qu’il y a beaucoup d’interprétations possibles en matière de justice. Ce qui renseigne qu’il y aura bel et bien un débat sur ce sujet à un moment ou à un autre.

D’autres polémiques qui ont enflées dans le pays posent la lancinante question de la malléabilité de certaines dispositions de la Constitution et des lois du pays. Il en est ainsi du débat qui a tourné autour de la révocabilité ou non du Médiateur de la République, par le président de la République. Si le ministre de la Justice, Ismaïla Madior Fall, pense qu’il faut une lecture «dynamique du texte» et non «statique» pour comprendre qu’il y a lieu de nuancer la protection statutaire, qui n’est pas «absolue», selon lui, des juristes comme Me Doudou Ndoye ou le Professeur Babacar Guèye ont émis un avis contraire. Citant les dispositions de l’article 5 de la loi modifié par l’article 99-4 du 29 Janvier 1999 instituant un médiateur de la République, ils diront qu’il ne peut être mis fin à ses fonctions, après constatation d’un empêchement dûment établi par un collège présidé par le président du Conseil Constitutionnel et comprenant en outre le président du Conseil d’Etat et le Premier président de la Cour de Cassation.

L’on se rappelle, en outre, du débat juridique née de «l’avis» ou «la décision» rendue par le Conseil constitutionnel, après avoir été saisi par le chef de l’Etat sur la réduction de son mandat en cours de 7 à 5 ans. Loin d’être exhaustif, il y a aussi toute la polémique et le débat juridique qui ont entouré le troisième mandat du président Abdoulaye Wade. Un débat sur la recevabilité de ladite candidature qui avait tenu en haleine le pays tout en entier, occasionnant des émeutes et des morts, après l’annonce de la validation de la candidature d’Abdoulaye Wade par le Conseil constitutionnel. D’où l’impérieuse nécessité de ne laisser aucune zone d’ombre dans les textes rédigés par les juristes et de pas attendre que l’irréparable se produise pour apporter des correctifs.

DIVERGENCES DANS L’INTERPRETATION DES TEXTES JURIDIQUES AU SENEGAL : Les Prs Abdoulaye Dièye et Mamadou Aliou Diallo donnent les raisons

Interpellés sur les divergences de plus en plus constatées au niveau de l’interprétation des textes juridiques au Sénégal, notamment depuis la Constitution de 2001, le professeur Abdoulaye Dièye, juriste, enseignant à la Faculté de droit de l’Ucad et son collègue Mamadou Aliou Diallo, enseignant à la même la Faculté de droit de l’Ucad nous exposent, arguments à l’appui dans cet entretien croisé, la racine du mal. 

ABDOULAYE DIEYE, PROFESSEUR DE DROIT PUBLIC : «Au Sénégal, on est spécialiste de tout»

Problème d’interprétation par qui ? Certainement pas par ceux qui ont autorité pour interpréter la loi. Le juge est le principal interprète de la loi. Il s’agit d’une activité quotidienne pour lui. Ce que le citoyen dit des textes ne constitue qu’un avis. Il ne s’agit que de sa compréhension des textes.  Et vous savez, au Sénégal, on est spécialiste de tout. En sport, tout le monde est spécialiste, En médecine, c’est la même chose. Par rapport aux textes juridiques,  chacun a sa propre lecture. Je suis maintenant en phase avec vous dans la mesure où il arrive que les textes ne soient pas clairs, qu’ils fassent naitre un doute à cause, par exemple d’une maladresse de rédaction. Il arrive que la loi soit obscure ou ambigüe. Le cas échéant, il  faut en approfondir les dispositions pour en pénétrer l’esprit, rechercher l’intention du législateur. Ceux qui ont autorité  à interpréter la loi doivent chercher l’intention du législateur à l’aide d’outils comme les travaux préparatoires ou le recours à des procédés logiques de raisonnement, tels que le raisonnement par analogie, a contrario, a fortiori etc. Le citoyen aura toujours tendance à faire une lecture tendancieuse, à donner au texte le sens qui l’arrange. Nos amis politiciens sont des as en la matière.

 «On veut imposer une compréhension des textes éloignée de l’esprit du législateur»

On ne peut pas nier le fait qu’il arrive qu’un texte soit ambigu, obscur ou qu’il présente même une lacune. Plusieurs méthodes peuvent alors être utilisées pour déterminer leur sens. Il peut s’agir de la méthode contextuelle, téléologique, psychologique ou autre. Il ne faut quand même pas exagérer. Nous n’avons pas toujours des problèmes d’interprétation des textes. Dans la plupart des cas, les textes sont suffisamment clairs et leur application s’impose sans besoin d’interprétation. C’est surtout dans le domaine politique où l’on note parfois de la part de certains acteurs beaucoup de mauvaise foi dans la lecture des textes. On veut imposer une compréhension des textes éloignée de l’esprit du législateur. On veut faire dire aux textes des choses, les orienter vers des directions qui n’ont pas été tracées par le législateur. En fait, c’est un simple avis qui est donné mais qui a un impact sur les citoyens. L’interprétation, c’est l’œuvre du juge, à titre principal. Elle peut être également celle du législateur lui-même,  de l’autorité administrative ou de la doctrine. Le législateur peut prendre une loi interprétative, lorsqu’il a manifesté son intention de préciser et d’expliquer le sens d’un texte voté. L’interprétation de l’autorité administrative ou de la doctrine ne lie même pas le juge.

 «Les difficultés liées à l’interprétation de la Constitution ne peuvent pas manquer car…»

Les constitutionnalistes ne sont pas forcément les rédacteurs des textes. Si l’on prend l’exemple de la Constitution, il y a en général deux phases : la première phase correspond à la confection du document constitutionnel et la seconde, à sa validation par voie parlementaire ou par voie référendaire. Il arrive très souvent que la confection soit déléguée par le gouvernement à une commission d’experts. Ces derniers ne sont même pas forcément des juristes, a fortiori exclusivement des constitutionnalistes. Si vous prenez l’exemple de la Constitution de 2001, plusieurs professions étaient représentées au sein de la commission chargée de rédiger le document constitutionnel qui a été finalement validé par voie référendaire.  Je suis simplement en train de vous dire que les constitutionnalistes ne peuvent être regardés comme les seuls responsables du caractère lacunaire ou ambigu de certaines dispositions constitutionnelles. Il y a à prendre en considération les pressions des autorités-commanditaires, du contexte ou autres. Cela peut même être de la responsabilité du législateur qui, en dernier lieu, adopte le texte si la voie référendaire n’a pas été choisie. Dans tous les cas, on ne pourra jamais dire qu’on va mettre en place une Constitution avec des dispositions ne pouvant faire l’objet d’aucune interprétation. Les difficultés liées à l’interprétation de la Constitution ne peuvent pas manquer car celle-ci se limite aux principes et autres généralités. Elle doit être complétée par le législateur. En tout état de cause, le constituant originaire ne peut pas prévoir toutes les situations que la loi fondamentale va régir, ni toutes les difficultés qui vont naître de son application.

MAMADOU ALIOU DIALLO, PROFESSEUR DE DROIT CONSTITUTIONNEL : «En dehors de la Faculté de droit, l’interprétation peut être guidée par la position politique»

Plusieurs éléments peuvent être convoqués pour expliquer ces divergences de point de vue par rapport aux textes. D’abord, ce qu’il faut dire dans un premier temps, c’est qu’on est dans le domaine des sciences sociales et non pas dans celui des sciences exactes où les choses sont dites de façons très claire. 2 + 2 = 4 et c’est vrai pour tout le monde. Contrairement à cela, ici, on est dans le domaine des sciences sociales où chacun peut dire ce qu’il pense. C’est comme si vous mettez de l’eau dans une bouteille à moitié, les uns vous diront que c’est à moitié vide pendant que d’autres diront que c’est à moitié plein. Chacun va interpréter selon ce qu’il a envie de voir. Et, quelle que soit la rédaction qui est faite, vous trouverez toujours quelqu’un qui vous dira que non, il est possible de l’interpréter comme ceci et comme cela. Prenons l’article 27 de la Constitution du Sénégal, il stipule que, «le mandat du président de la République est de 7 ans», point. «Ce mandant est renouvelable une fois», point. Maintenant, on va à la ligne, on dit, «cette disposition ne peut faire l’objet de modification que par le biais d’un référendum». 

Vous avez des gens qui disent que quand on dit que «cette disposition ne peut être modifié que», cela ne concernait que la deuxième phrase du premier paragraphe. D’autres vous diront que le premier paragraphe constitue un tout : il s’agit du mandat donc, la question relative à la durée du mandat et le nombre de mandat ne peut faire l’objet de modification que par le biais d’un référendum. Maintenant, si cela vous arrange en tant que membre d’un gouvernement que vous puissiez rester deux ans supplémentaires plutôt que cinq ans, vous tirez les choses de votre côté et vous avez des justificatifs à donner même si c’est tiré par les cheveux. L’autre élément est qu’il faut également prendre en considération la position des interprètes. Si vous prenez par exemple le texte relatif à la réduction du mandat présidentiel de sept à cinq ans, vous l’amenez à la Faculté de droit pour commentaire, vous aurez des avis unanimes du point de vue de la science du droit. Maintenant, si on sort de la Faculté de droit, vous pouvez prendre un juriste qui devient ministre de la Santé ou président de la République. Dès lors, son interprétation peut être guidée par sa position politique. Il porte des airs politiques pour prendre sa position.

«Le cas du débat sur la réduction du mandat présidentiel»

Maintenant, s’agissant du cas de la réduction du mandat présidentiel que vous avez évoqué, à mon avis, on a simplement essayé de jouer sur les mots parce que, également même un avis est une décision mais qui n’est pas juridictionnelle. Car, il y a ce qu’on appelle une décision juridictionnelle et décision non juridictionnelle. Et, si vous avez suivi le processus, on a dit pour modifier l’article 27 de la Constitution, le président de la République après avoir requis l’avis du président de l’Assemblée nationale a sollicité un avis du Conseil constitutionnel. Celui-ci rend un avis en bonne et due forme et ensuite on vous dit que ce n’est pas un avis mais c’est une décision qui a été rendue tout simplement parce qu’on considère quand on parle de décision, il s’agirait de décision juridictionnelle : ce qui signifierait que le Conseil constitutionnel lorsqu’il statuait sur la question, l’a fait sous sa casquette de formation juridictionnelle. Autrement dit, c’est comme un magistrat qui tranche un litige. Or, dans un procès, il y a deux parties notamment le demandeur, celui qui porte plainte et celui contre qui on a porté plainte qu’on appelle le défendeur. Sauf que dans le cas d’espèce, il n’y avait pas de défendeur ni de demandeur et on n’était pas non plus dans un procès mais juste une procédure que la Constitution du Sénégal avait prévue permettant justement de modifier une disposition constitutionnelle. Par conséquent, il ne s’agirait pas d’une décision juridictionnelle.

«Pourquoi certains interprètes ont dit que le Conseil constitutionnel a rendu une décision...»

Ce qui a amené certains interprètes à dire que qu’il s’agit d’une décision juridictionnelle, c’est parce que justement une décision juridictionnelle est revêtue de l’autorité de la chose dite jugée. Autrement dit, aucune autorité administrative ne peut passer outre. On s'arque-boute derrière cette qualification pour dire que ce que le Conseil constitutionnel a dit ne peut faire l’objet d’une remise en cause. Or, si vous regardez la Constitution du Sénégal dans son article 92, elle cite les domaines dans lesquels le Conseil constitutionnel statue en sa formation juridictionnelle et dit, dans ces quatre domaines, tout ce qu’il va prendre s’appelle décision juridictionnelle, revêtue de l’autorité de la chose jugée. C’est notamment lorsqu’il y a conflit entre juridictions, en matière de contentieux électoral entre autres. Mais si vous regardez bien, dans le cas d’espèce, on était loin des cas cités mais plutôt dans une procédure où on demandait au Conseil constitutionnel en tant que conseil, d’éclairer l’avis du président de la République qui souhaiterait modifier la durée de son mandat de sept à cinq ans. Il s’agit pour le Conseil de dire est-ce cela est possible ou pas. Si c’est possible, comment ? Si ce n’est pas possible, pourquoi ? C’est cela qui avait été demandé au Conseil constitutionnel et c’est à juste titre que les professeurs d’université a l’unanimité ont soutenu la thèse selon laquelle il s’agissait d’un avis que le Conseil constitutionnel a rendu et non d’une décision juridictionnelle.

Une position confortée par le professeur Serigne Diop qui est titulaire de chaire autrement dit, notre maitre à nous tous, lors d’une sortie pour dire qu’il s’agissait d’un avis et pas une décision que le Conseil constitutionnel avait donné conformément à la procédure prévue par la Constitution du Sénégal. La personne dit qu’il s’agit d’une décision, il l’a fait juste pour justifier la position confortable qui permet au chef de l’Etat de s’arque-bouter autour de ce stratagème en disant que c’est le Conseil constitutionnel qui m’impose de maintenir mon mandat de sept ans et cela n’est pas juste du point de vue du droit. C’est donc la position de l’interprète qui peut poser problème mais quand on se rend compte entre nous, nous avons exactement les mêmes positons par rapport aux mêmes problèmes.

Jean Michel DIATTA et  Nando Cabral GOMIS

Sudonline

Page 3 sur 248

logotwitterFacebook