Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Coupe du monde de 3x3 se déroule du 17 au 21 juin 2017 à Nantes, en France. Cette discipline, dérivée du basket-ball de rue, qui se joue à trois contre trois sur un demi-terrain, connaît un succès grandissant. Elle fera ainsi partie du programme des Jeux olympiques pour la première fois, aux JO 2020.

C’est la nouvelle arme de séduction massive du basket-ball pour conquérir la planète : le trois contre trois, appelé 3x3. Une discipline dérivée du basket à cinq contre cinq, pratiqué en salle. On s’affronte ici sur un demi-terrain en extérieur, avec un seul panier. Une manière de jouer qui rappelle furieusement le « street basket », les matches de rue sur les terrains (play-grounds) de New York, qui ont aussi fait la légende de ce sport.

« C’est une autre version du basket, explique Patrick Beesley, le directeur technique de la Fédération française (FFBB). C’est un peu un basket qui se joue en liberté, dans la rue, même si les organisations mondiales vont faire en sorte que ce soit beaucoup plus organisé (sic). Il n’empêche que l’origine de ce sport est liée à une forme de liberté ».

« C’est une pratique très spectaculaire, ajoute-t-il. On est à l’orée de son explosion. Les tournois et les événements qu’on met en place depuis quelques années connaissent d’ailleurs un succès grandissant ».

C’est pour capitaliser sur cette image urbaine et continuer sur cette lancée que la FFBB participe à l’organisation de la quatrième édition des Coupes du monde féminine et masculine de 3x3, prévues du 17 au 21 juin à Nantes. « Cette Coupe du monde à Nantes va concrétiser cette popularisation du 3x3 », espère Patrick Beesley.

Fin publicité dans 98 s

Un enjeu sportif accru avec les JO

Au-delà des enjeux commerciaux, il y a un intérêt sportif accru. Le Comité international olympique a en effet décidé que le 3x3 intégrerait le programme des JO en 2020, à Tokyo. Une sacrée victoire pour la Fédération internationale de basket-ball (FIBA). Car, de fait, les nouvelles disciplines sont rares aux Jeux.

Il faut donc rapidement constituer une élite pour décrocher des médailles, dans trois ans, au Japon. « La Fédération française va devoir mettre en place une filière 3x3, avec des formations particulières, et que celle-ci grandisse comme une spécialité, souligne Patrick Beesley. On va aller de plus en plus vers une séparation des pratiquants. Aujourd’hui, les acteurs du 3x3 viennent du cinq contre cinq. Demain, il y aura peut-être davantage de spécialistes du 3x3 ».

En attendant, il n’est pas interdit d’imaginer certains joueurs NBA disputer le tournoi olympique de 3x3. Interrogé sur le sujet, LeBron James, superstar du basket-ball, a indiqué qu’il aurait adoré former une équipe avec Michael Jordan et Magic Johnson, tout en assurant qu’il n’était pas très bon en trois contre trois. Et donc qu’on ne le verrait pas forcément défendre les couleurs américaines aux JO. En voilà au moins un que le 3x3 n’aura pas…

RFI

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dernier jour de campagne pour les candidats aux législatives françaises. Le second tour aura lieu dimanche 18 juin 2017. Emmanuel Macron est en passe de réussir son pari: obtenir la majorité absolue à l’Assemblée. La République en marche est arrivée largement en tête au 1er tour. A quoi va ressembler le nouvel hémicycle? Que restera-t-il à droite et à gauche?

• Une majorité de novices pour le président

Avec 32 % des voix dimanche dernier, le parti La République en marche pourrait obtenir entre 400 et 455 députés sur 577 circonscriptions (suffrage uninominal à deux tours). Bien plus, donc, que la majorité absolue de 289 sièges. Emmanuel Macron aura-t-il pour autant les mains libres pour faire passer ses réformes ? La réponse de Christian Delporte, historien et professeur à l'université de Versailles :

« Avoir une très grosse majorité, ça peut être un handicap dans la mesure où il n’y aurait pas d’opposition. Et l’opposition pourrait dans cette chambre introuvable se constituer à l’intérieur même de la majorité macroniste. L’autre problème, c’est qu’on va avoir beaucoup de novices, il va falloir un certain temps pour qu’ils s’habituent au fonctionnement de l’Assemblée. Il y aura de ce point de vue un gros travail des administrateurs de l’Assemblée nationale. »

• La droite française espère limiter la casse

Fin publicité dans 97 s

Les Républicains et les centristes de l’Union des démocrates et indépendants s’apprêtent à perdre environ la moitié de leurs élus à l’Assemblée nationale. Dans le nouvel hémicycle, LR et UDI pourraient obtenir de 70 à 110 sièges, contre 226 jusqu’à présent. La droite se console en répétant qu’elle sera la première force d’opposition à l’Assemblée. Mais l'état-major n'espère même plus dépasser la barre symbolique des 100 députés.

Surtout, la famille est au bord de la scission entre les « Macron compatibles » et l'aile dure du parti. Jérôme Sainte-Marie dirige la société d'études et de conseils PollingVox. Pour lui, Emmanuel Macron aura besoin de s'appuyer sur des alliés à droite : « Il est très important pour Emmanuel Macron d’avoir de nombreux élus de droite et d’électeurs de droite qui le soutiennent. Pour cela, il doit développer des arguments puissants à l’égard des élus LR. C’est-à-dire des nominations au gouvernement et à l’Assemblée. »

• Les socialistes luttent pour avoir un groupe

Le Parti socialiste, jusqu'ici majoritaire dans l'hémicycle, se bat désormais pour avoir au moins 15 députés. Et le PS risque de devenir une simple force d'appui au président, puisque Jean-Luc Mélenchon devrait réussir son pari : incarner l’opposition à gauche en formant un groupe avec les élus du mouvement France insoumise. Jérôme Sainte-Marie :

« Autant le 1er tour de la présidentielle a été une déception pour le FN, autant même s’il n’a pas été qualifié, pour Jean-Luc Mélenchon, ses près de 20 % sont une réussite historique. Ce score l’a placé très loin - et les législatives l’ont confirmé -, non seulement devant le PC mais également devant le PS. Comme l’actualité gouvernementale sera dominée par la réforme du Code du travail, la France insoumise sera probablement très à l’aise pour incarner une opposition radicale au gouvernement. »

• Le Front national loin de ses premiers espoirs

A l'issue de l'élection présidentielle, où elle s'était qualifiée au second tour avec un score historique, Marine Le Pen espérait plusieurs dizaines de députés. Dimanche prochain, il pourrait - dans le pire des scénarios - n’y avoir qu’une seule élue frontiste à l'Assemblée nationale : Marine Le Pen elle-même. Le FN va connaître des jours difficiles, mais sans pour autant mettre en danger la présidente du parti.

C'est du moins l'avis de l'historien Christian Delporte : « C’est un moment effectivement difficile, mais il n’empêche que le FN a fait une percée considérable - 11 millions de voix à la présidentielle. Donc, il reste une force majeure, bien implantée. Peut-être que la ligne Philippot sera revue, mais tous les partis politiques dans les mois qui viennent vont avoir une passe compliquée. Le PS, les LR, le FN... Cela dégage un ou deux ans de tranquillité pour Emmanuel Macron. »

Abstention record sous la Ve République

Le succès de La République en marche aux législatives 2017 est historique. La formation présidentielle devrait grandement contribuer à faire émerger l'Assemblée nationale la plus jeune et la plus féminisée de l'histoire de la Ve République. Mais cette nouvelle donne se fait au prix d'un record d'abstention. Dimanche dernier, la moitié des électeurs n’est pas allée voter. Et cela risque d’être pire au second tour. Habituellement, la participation est en effet moins forte au 2e tour qu'au 1er tour.

RFI

 

Chercheur en nutrition préventive, Anthony Fardet publie « Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons Vrai ». Un essai décapant qui dénonce l'invasion des « faux aliments » et leurs conséquences sur la santé.


C'est un livre qui ouvre les yeux sur un phénomène mal connu : l'ultra-transformation, qui consiste à fractionner des ingrédients pour les recombiner et en faire des produits vendus dans le commerce. Ces produits ressemblent à des aliments, ont le goût des aliments, mais n'en sont pas. Un assemblage d'ingrédients, même à bonne réputation comme les fibres, les oméga-3, les vitamines, peut avoir des effets négatifs qu'un aliment non dénaturé n'a pas. Voilà pourquoi l'obésité, le diabète et les maladies chroniques augmentent, explique Anthony Fardet dans "Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons Vrai." Voilà pourquoi les conseils nutritionnels, en se focalisant sur les graisses ou le sucre ou sur des groupes d'aliments font en réalité le jeu de ces faux aliments et sont impuissants à enrayer les maladies chroniques. Entretien avec un chercheur qui dynamite la nutrition.


Au cœur de votre livre, il y a cette notion nouvelle qu'un aliment ce n'est pas un assemblage d'ingrédients.


Anthony Fardet : Depuis les débuts de la recherche en nutrition il y a un peu plus de 150 ans, les scientifiques ont eu tendance à ne considérer les aliments que comme une somme de nutriments et/ou de calories, ce qui au final les rendait relativement interchangeables. Or il n'en est rien : l'aliment est plus qu'une somme de nutriments. C'est aussi une matrice qui influence la satiété et la vitesse de libération des nutriments dans le tube digestif, deux paramètres essentiels dans le contrôle du poids et de l'équilibre métabolique.


Donc deux aliments qui ont les mêmes constituants ne se comportent pas de la même manière une fois avalés ?
Exactement. Deux aliments de composition nutritionnelle et calorique strictement identique mais avec des matrices différentes (forme, épaisseur, densité...) n'ont pas le même effet sur la santé humaine. Bref, le potentiel « santé » d'un aliment c'est la somme de ses effets « matrice » (aspect qualitatif) et « composition » (aspect quantitatif). C'est ce que j'appelle la vision « holistique » (ou globale) de l'aliment.


Aujourd'hui, ce qu'on trouve dans les supermarchés, c'est surtout des aliments « reconstitués », ce que vous appelez « ultra-transformés »
Oui. Ces produits ultra-transformés raffinés-fractionnés-recombinés sont plus le fruit d'une vision « réductionniste » de l'aliment ne le considérant que comme une somme de nutriment. En effet si l'aliment n'est qu'une somme de nutriments alors pourquoi ne pas le fractionner (« cracking ») en de multiples ingrédients que l'on peut recombiner à foison dans des associations infinies. Mais c'est grandement oublier le rôle de la synergie d'action des nutriments au sein des aliments naturels, qui est en partie détruite dans ces aliments « reconstitués ». Et puis ces aliments recombinés à partir d'ingrédients produits mondialement en très grandes quantités sont très rentables, mais très nocifs pour la santé s'ils sont consommés en trop grande quantité.


Les rayons et magasins bio sont-ils à l'abri de l'ultra-transformation ?


Non, on y trouve comme ailleurs ces faux aliments. Or en fractionnant-recombinant des aliments naturels bio sous forme de produits ultra-transformés on perd le bénéfice nutritionnel du bio au profit d'aliments peu intéressants pour la santé même si la valeur ajoutée pour l'environnement subsiste. De nombreux produits présentés comme « bons pour la santé », par exemple « sans gluten », « bio », « végan »... ne le sont pas en réalité s'ils sont ultra-transformés !

 

Quels sont les effets d'une consommation régulière de ces faux aliments ?


Les premiers effets sont une augmentation significative des prévalences de surpoids, obésité et diabète de type 2, notamment chez les plus jeunes. Ensuite ces dérégulations métaboliques augmentent le risque des autres maladies chroniques comme les maladies cardiovasculaires et certains cancers digestifs. Au final donc, on constate très clairement que ces faux aliments sont indirectement la première cause de décès dans les sociétés occidentales, et notamment en milieu urbain ; ceci loin devant l'alcool et le tabac.


Comment en est-on arrivé là ?


Comme je l'ai dit, à la base de cette situation catastrophique en termes de santé publique, il y a l'hégémonie de la pensée réductionniste de l'alimentation, systématisée notamment par Descartes au XVIIème siècle. Mes travaux de recherche m'ont ensuite amené à faire le lien entre réductionnisme nutritionnel, aliments ultra-transformés fractionnés-recombinés, augmentation des maladies chroniques et diminution de l'espérance de vie en bonne santé. Cette équation philosophico-alimentaire n'avait jamais été pointée du doigt auparavant, et pourtant elle est essentielle à comprendre si on veut arriver à faire changer les « choses » durablement.


Que faut-il penser des recommandations officielles qui nous disent de manger moins de gras, de sucre, de sel ?


Elles peuvent porter une certaine valeur en soi, mais qui n'est que partielle, car elles sont basées sur une approche réductionniste de l'alimentation ne considérant les aliments que comme des sommes de nutriments et calories. Pour être efficaces, les recommandations des pouvoir publics devraient se baser sur une approche holistique de l'alimentation, à savoir mettre en avant le degré de transformation des aliments (le seul à faire sens du point de vue santé et nutritionnel), l'effet « matrice » cité plus haut, l'impact sur l'environnement et le bien-être animal ; ce qui n'est absolument pas le cas : on continue à raisonner par nutriment et groupes d'aliments alors que la science montre clairement que ce ne sont pas les nutriments qu'il faut mettre en cause mais les « véhicules » de ces nutriments et leur degré de transformation.


L'étiquetage nutritionnel par feux coloriels qui vient d'être adopté est-il déjà caduc ?


Oui car il est basé sur une approche réductionniste ne réduisant l'aliment qu'à une somme de nutriments, ce qui est faux. Quand le logiciel de base n'est que partiel il ne peut pas donner de résultats tangibles à long terme. Il faudrait développer un étiquetage holistique prenant en compte toutes les dimensions citées précédemment, notamment en priorité le degré de transformation. L'étiquetage réductionniste ne pourra amener qu'à mal classer certains aliments (ce qui est déjà le cas malheureusement !) et à en diaboliser certains, ce qui n'atténuera pas le stress du consommateur. En outre ces étiquetages réductionnistes n'ont que rarement été validés dans des études épidémiologiques prospectives, et ne prennent pas en compte les additifs. J'ai bien peur que ce soit encore un « coup d'épée dans l'eau » !
Votre livre donne de grandes règles pour manger « vrai ».

Que peut-on espérer en les suivant ?


On peut plus qu'espérer : on peut à coup sûr protéger notre santé et améliorer notre espérance de vie en bonne santé, développer le respect des animaux et la protection de l'environnement. Elles sont faciles à mettre en œuvre, suffisamment génériques pour être applicable sur toute la planète en respectant les traditions. Si l'on prend le cas de la France, en suivant ces règles on va réduire drastiquement le « trou de la sécurité » sociale en redynamisant la société avec plus d'énergie vitale chez les séniors, diminuer l'élevage intensif des animaux et restaurer un environnement plus propre.


Les industriels peuvent-ils nous proposer de « vrais » aliments ou est-ce incompatible avec ce type de production ?


Les industriels peuvent tout faire. Aujourd'hui ils répondent à la demande, qu'ils ont aussi contribué à créer, il faut bien l'admettre, profitant du faible niveau d'éducation nutritionnelle de la population. Si le grand public commence à changer ses choix alors les industriels suivront... ou mourront ! Ils peuvent très facilement développer des aliments moins transformés, diminuer le nombre d'additifs, etc. Si on est capable d'envoyer une sonde téléguidée sur la planète Mars alors on devrait sans trop de difficultés pouvoir développer des aliments moins transformés et meilleurs pour la santé. Ce n'est encore et toujours qu'une question de volonté.


Source : LaNutrition.fr

En savoir plus sur https://www.onsaitcequonveutquonsache.com/

Évaluer cet élément
(0 Votes)

C’est un transfert record pour l'Olympique lyonnais et pour le Bayern Munich. Le milieu de terrain Corentin Tolisso s'est en effet engagé pour 5 ans avec le club allemand pour un montant de 41,5 millions d'euros. Un joli coup pour Lyon et un sacré défi pour le joueur dont le père est originaire du Togo.

A 22 ans c'est ce que l'on appelle une trajectoire météorique. Corentin Tolisso, pur produit de la formation lyonnaise, voulait absolument rejouer la Ligue des champions dès la saison prochaine après une saison 2016/2017 particulièrement réussie avec 14 buts et 7 passes décisives, toutes compétitions confondues.

Carlo Ancelotti, l’entraîneur italien du club allemand, en avait fait sa priorité depuis l'échec des négociations avec le joueur italien du PSG, Marco Verratti. C'est finalement son adjoint et ancien joueur du club, le Français Willy Sagnol, qui a achevé de convaincre Tolisso de rejoindre le Bayern.

Contrat de 5 ans donc pour 41,5 millions d’euros assortis de bonus pouvant aller jusqu'à 6 millions d’euros supplémentaires. C’est à la fois un record de vente pour l'OL et un record d'achat pour le quintuple champion d'Allemagne en titre, et même pour la Bundesliga, le championnat local.

Le septième français de l’histoire du Bayern

En Bavière, Tolisso aura à faire à une forte concurrence et à un entraineur qui aime faire tourner son milieu de terrain. Un Carlo Ancelotti qui ne donne pas forcément de seconde chance quand on se rate.

Le pari est donc risqué a un an d'une Coupe du monde 2018 que le jeune homme, dont le père est togolais, rêve de jouer avec l’équipe de France avec laquelle il a honoré sa première sélection en mars, face à l'Espagne

Tolisso est le septième joueur Français a rejoindre le Bayern Munich où Franck Ribery évolue toujours et pourra lui servir de guide.

RFI

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le collectif des avocats du maire de Dakar, Khalifa Sall qui a bouclé ces cent jours en prison, a demandé hier, en conférence de presse, sa libération. Ces conseils veulent que la tête de liste de la coalition Mankoo Takhawou Senegal aux législatives du 30 juillet puissent battre campagne. Accusé d’usage de faux et détournement de deniers publics, le maire de la capitale du Sénégal est incarcéré le 7 mars dernier.

En effet, malgré la faim qui les tenaillent sous une chaleur accablante en cette période de ramadan, les sympathisants du maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall, tout de blanc vêtu, étaient venus en masse témoigner toute leur affection à ce dernier.

Pour lever toute équivoque quant à la possibilité ou non de participation du maire de Dakar aux législatives de juillet qui se profilent à l’horizon, Me Demba Ciré Bathily a tenu à rappeler que les détenus jouissent du même droit civique que les autres citoyens. « Les détenus ont le droit de voter. Au-delà de Khalifa Sall, tous les détenus ont le droit de participer à un scrutin. Les autorités doivent prendre des dispositions pour leur permettre d’exercer leur droit civique. Mais vous avez tous remarqué qu’ils ont été exclus du processus électoral», a-t-il déclaré.

Poursuivant sa plaidoirie, devant les journalistes, pour la cause de Khalifa Sall devant les journalistes venus en masse, il a tenu à préciser que « Khalifa Sall ne sera pas jugé. Du moins pas avant la fin des élections législatives, la loi sénégalaise protége tout candidat à une élection nationale de poursuites judiciaires». «Khalifa Sall est candidat aux élections législatives. Donc, il ne peut pas faire l’objet de poursuites. La vitesse avec laquelle le dossier a été emballé démontre que l’objectif était de l’empêcher d’être candidat. Malheureusement pour eux, il est candidat et ne pourra pas être jugé jusqu’aux élections», a souligné Me Bathily.

 Quant à MeIssa Diop, également habilité à parler au nom du pool de 17 avocats qui assurent la défense du maire de Dakar, «qu’en droit et dans tous les pays du monde la caution est une garantie. Ça n’a rien à voir avec la culpabilité. Ce n’est pas parce que des proches de Khalifa Sall ont décidé de payer sa caution qu’il est pour autant coupable», a-t-il fait savoir.

Pour sa part, Me Seydou Diagne, revenant sur les restrictions de visites suite à la demande Khalifa Sall dit comprendre la décision de son client : «il a personnellement refusé de recevoir ses visites au parloir. Il ne peut pas le faire parce qu’il ne peut pas être considéré comme ces voleurs, ces meurtriers ou vendeurs de chanvre indien qui reçoivent leurs visiteurs au parloir», a-t-il précisé.

SudOnline

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Emmanuel Macron et Mohammed VI ont choisi un format un peu particulier pour leur première rencontre ce mercredi 14 juin. Ni visite d’Etat, ni visite privée, une rencontre plus familiale que protocolaire qui n’a pas empêché les deux dirigeants de faire le point sur les sujets sensibles du moment.

Mohammed VI est venu en personne accueillir Emmanuel Macron à l’aéroport de Rabat. Un accueil protocolaire avec tapis rouge et garde royale pour une visite décrite des deux côtés comme « personnelle ». Autrement dit sans réception officielle et délégation pléthorique. Mais avec un entretien au palais et un diner familial en compagnie de leurs épouses dans la résidence du roi pour la rupture du jeûne. Un privilège apprécié par le président français.

« Je suis très touché par cette marque d’amitié et la nature très personnelle d’ailleurs de la discussion qui s’est nouée entre nous », a déclaré le président français. Une discussion pour faire connaissance et évoquer les partenariats franco-marocains, notamment en Afrique.

Autre point de convergence, la volonté d’engager une désescalade dans la crise avec le Qatar.« Le roi du Maroc a eu l’occasion de s’entretenir avec plusieurs des protagonistes de cette crise, a poursuivi Emmanuel Macron.Moi-même, j’aurai l’occasion dans les prochains jours de m’entretenir à nouveau avec les dirigeants d’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, la semaine prochaine à Paris. Et je reparlerai avec l’émir du Qatar, entre autres. »

Interrogé sur les manifestations dans le Rif, le président français s’est défendu de vouloir juger la politique intérieure marocaine, mais a affirmé avoir évoqué le sujet avec le roi. « J’ai senti que son souhait était d’apaiser la situation », a-t-il dit. En rencontrant Mohammed VI à Rabat, Emmanuel Macron a poursuivi la séquence diplomatique engagée dès son élection le 7 mai dernier.

rfi

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les investitures au sein de Benno Bokk Yakaar, qui ont suscité une levée de boucliers de la part de certains responsables ou militants de partis alliés, et même de l’Alliance pour la République (Apr), n’en finissent pas de faire couler beaucoup de salive. Cependant, les analystes politiques ne semblent pas s’accorder sur les conséquences réelles, sur le compagnonnage dans Benno, que pourrait engendrer cette attitude du chef de la coalition présidentielle, Macky Sall, qui s’est quasiment adjugé la quasi-totalité des sièges de la coalition. Dr Momar Thiam, spécialiste de la communication politique, trouve que cette démarche du Président Macky Sall est purement stratégique, visant notamment à renforcer sa base politique pour structurer son parti. Et  pense que ladite coalition va voler en éclat. Cela, explique-t-il, dans la mesure où «les coalitions ne résistent pas aux ambitions personnelles». A contrario, son collègue journaliste, analyste politique, Momar Diongue, soutient le contraire. Pour lui, ladite alliance tiendra tant que les ténors comme le Président Macky Sall, le Secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng, sans oublier le leader de l’Afp, Moustapha Niasse, resteront à la tête de la coalition. Qui plus est, révèle-t-il, «tant que Khalifa Sall constituera un danger réel pour Macky Sall» son alliance avec Tanor résistera.  

DR MOMAR THIAM, SPECIALISTE DE LA COMMUNICATION POLITIQUE   : « Les coalitions ne résistent pas aux ambitions personnelles »

Comment comprendre cette attitude du président de la République qui s’est taillé la part du lion dans les investitures au niveau de la liste de Benno Bokk Yakaar ?

«J’ai deux niveaux d’analyse par rapport à cela. Le premier est strictement politique, en ce sens que pour reprendre les propos d’un grand chroniqueur, en la personne de Pape Alé, que j’ai écouté ce matin, «les partis qui sont coalisés dans Benno Bokk Yakaar, ce sont des formations qui ont donné corps et âme au président de l’Apr». C’est eux qui ont donné carte blanche au premier des Sénégalais  pour la confection des listes. Quand vous donnez carte blanche à quelqu’un, vous devez accepter et les avantages et les inconvénients. Si vous ne vous retrouvez pas sur la liste, vous devez vous en contenter d’autant plus qu’il s’agit d’élections législatives et un parti au pouvoir a toujours besoin de renforcer ses avantages dans l’hémicycle parlementaire.

Le second niveau d’analyse est purement stratégique. Parce que vous n’êtes pas sans savoir que l’Apr n’est pas un parti structuré. Et pour qu’un parti soit structuré, il faut qu’il ait de bonnes bases, dans les chambres parlementaires que ce soit au Sénat, qui n’existe plus, soit à l’Assemblée nationale, soit même au Haut conseil des collectivités territoriales. Pour cela, il faut mettre en avant ceux qui font vivre ce parti-là, c’est-à-dire les    têtes de gondoles. Du point de vue stratégique, il n’est pas bon pour l’Apr d’investir des gens qui ne sont pas de l’Apr. Parce que l’Apr est au pouvoir, même si c’est dans le cadre d’une coalition, le président de la République est le président de l’Apr. Rappelons un tout petit peu quand Wade est arrivé au pouvoir en 2000, avec la Coalition 2000 des partis de Gauche. Dès qu’il a gagné la présidentielle, c’est Moustapha Niasse qui était élu Premier ministre. Il est donc le chef du gouvernement. Si à l’époque, Moustapha Niasse était pendant 2 ou 3 années Premier ministre, il serait légitimement en train de placer, excusez moi du mot, les membres de l’Afp au cœur du pouvoir. Qu’est-ce que Wade a fait ? Au bout de 9 mois, il l’a défénestré pour placer les têtes de gondoles, pour reprendre cette terminologie marketing, pour placer le Pds au cœur du pouvoir. C’est pour montrer que le pouvoir, c’est d’abord le pouvoir du Président de la République, parce qu’on est dans un régime présidentiel. Le président est le chef du parti au pouvoir, et donc le parti qui doit être bien représenté.

Est-ce que cela ne sonnerait pas le début de la fin du compagnonnage dans Benno Bokk Yakaar ?

Vous savez, les compagnonnages politiques sont faits en général pour exploser en vol. Regardez aujourd’hui ce qui se passe en France avec l’élection de Macron. Son premier allié, c’est François Beyrou du Modem. Aujourd’hui, il a gagné la présidentielle, il a quelque part réconforté le Modem qui était en perdition dans le paysage politique français. Avec les élections législatives, le Modem risque d’avoir aujourd’hui, plus de 60 députés. Donc, avoir un groupe parlementaire dans l’hémicycle. Cela veut dire que le Modem peut constituer une force de frappe. Qu’est-ce que François Beyrou a fait ? Il a utilisé, il l’a même dit hier, sa liberté de ton pour intervenir dans les médias, jusqu’à être recadré par le Premier ministre qui parle de solidarité gouvernementale. Il a répliqué pour dire, si j’ai quelque chose à dire, je le dirais. Donc, aujourd’hui, en France, on est en train de dire que cette coalition va voler en éclat. Ce sera la même chose au Sénégal. Pour la bonne et simple raison que les coalitions ne résistent pas aux ambitions personnelles. Vous aurez Moustapha Niasse qui ne dit point mot parce qu’il est dans l’hémicycle. Vous aurez Ousmane Tanor Dieng qui ne dit point mot parce qu’on lui a servi le fromage du Hcct. Mais, par contre leur base, qui espérait un réconfort politique dans ces investitures pour les élections législatives, ne se retrouveront pas.

Aujourd’hui, que devrait être l’attitude des alliés qui se sont donnés corps et âme au chef de l’Etat, Macky Sall ?

Je vous l’ai dit. A partir du moment qu’on donne corps et âme au chef du parti au pouvoir, vous ne ferez que subir. Vous ne serez plus des acteurs, vous n’êtes que des réceptacles de la chose politique et des décisions du chef de l’Etat. Demain, les observateurs ou même l’opinion va se dire : «mais, ces gens là ont donné corps et âme et soutiennent sans réserve». L’Afp est allé jusqu’à dire :  «on soutient le président de la République pour l’élection présidentielle de 2019». Ça veut dire que l’Afp n’aura pas de candidat. Si on est capable de dire qu’on soutient le président pour 2019, mais forcément pour une élection intermédiaire comme les législatives, on a rien à dire s’il ne vous investit pas. Demain, je vous dis, la marmite va commencer à bouillir à la base. Il ne faut pas exclure qu’une partie à la base, puisse s’adonner à un vote sanction, pour faire comprendre son mécontentement.

Je trouve même que, si cela a lieu, simple scénario, ça peut être une bonne chose pour faire réfléchir davantage les états-majors politiques pour leur faire comprendre que la donne  politique de l’opinion par rapport à la chose politique a changé. On ne suit pas plus un parti politique parce qu’il y a  un homme devant et on est derrière cet homme. Il y a un idéal, un projet de société qui nous fait avancer. C’est autour de ce projet de société où on inscrit nos perspectives et nos ambitions politiques. C’est ça qui va être la rampe de lancement, pour faire changer la configuration des partis politiques au Sénégal et des hommes politiques qui les dirigent».

 MOMAR DIONGUE JOURNALISTE ANALYSTE POLITIQUE : «Tant que ce trident, Apr, Afp et Ps, restera à la tête de Benno, il me semble que l’alliance tiendra»

Les militants de l’Alliance pour la République (Apr) sont beaucoup plus présents sur les listes d’investiture de la coalition Benno Bokk Yakaar au détriment des alliés. Comment l’analyser ?

«Il faut d’abord s’attendre à ce que ces investitures soient particulièrement difficiles, pour le président de la République, en raison du caractère très hétéroclite de la coalition. Il y a l’Apr à satisfaire, les alliés de Macky 2012, Benno Bokk Yakaar, notamment ses principales composantes Parti socialiste et Alliance des forces du progrès à satisfaire, sans oublier les alliés de la 25ième heure qui ont rejoint la coalition présidentielle et qui ne se reconnaissent ni dans Macky 2012, ni dans Benno, ni dans l’Apr et qui veulent être servis. Tout cela a rendu particulièrement compliquée la situation au président de la République.

Maintenant, on peut comprendre qu’en même temps qu’il ait servi davantage son parti que d’autres. D’abord, pour une raison bien simple, le Président Macky Sall n’a plus de responsabilité à partager au-delà de ces législatives jusqu’à la présidentielle de 2019. L’Assemblée va être constituée et c’est pour cette raison que beaucoup d’apéristes jouent leur va-tout et se disent que s’ils n’ont pas de responsabilités à l’occasion de ces législatives, c’est clair qu’ils n’en n’aura pas d’ici la présidentielle. Parce que, le Hcct a été mis en place avec 150 membres, le Cese l’a été aussi avec 150 places. On a vu également que tous les postes de Direction générale, de président de conseil d’administration, ont été distribués à des militants apéristes et à des alliés. Comme l’a dit le président de la République, à l’intention des syndicalistes, tout le monde ne peut pas avoir une part au gâteau que l’on partage. Donc, vous voyez un peu qu’il y a des gens qui jouent leur va-tout. Qui se disent que voici la dernière occasion qui le reste, s’ils veulent se retrouver avec des responsabilités ou un titre sous le régime de Macky Sall. Beaucoup de responsables apéristes jouent leur va-tout et mettent la pression sur le Président Macky Sall.

Mais, si l’Apr s’adjuge la quasi-totalité des postes de député, ne va-t-on pas droit vers l’implosion de la coalition Benno Bokk Yakaar ?

Non, je ne le crois pas pour deux raisons. C’est-à-dire que dans Benno, il faut reconnaître qu’il y a trois composantes, tout le reste fait quasiment de la figuration. Il y a principalement l’Apr, le Ps, l’Afp. Tant que ce trident restera à la tête de Benno, il me semble que l’alliance tiendra. Or, aujourd’hui, l’Alliance tient entre Tanor et Macky Sall, tout simplement, à cause de la rivalité qu’il y a entre Khalifa Sall et Macky Sall. C’est-à-dire, tant que Khalifa Sall constituera un danger réel pour Macky Sall, tant qu’il se positionnera comme un challenger redoutable pour Macky Sall, tant que Macky Sall se rendra compte qu’il y a des pans entiers du Ps qui pourraient se retrouver derrière Khalifa Sall, son alliance avec Tanor tiendra. Et, c’est pour cette raison qu’il n’a pas hésité à consolider cette alliance avec Tanor, qui était jusque là un singleton quasiment, il lui a donné une responsabilité et il lui a élevé au grade de président d’une Institution, le Hcct. Donc, je crois qu’il l’a fait tout simplement pour consolider l’alliance qu’il y a entre lui et le Ps parce que Khalifa Sall constitue une menace. De la même manière qu’on s’est rendu compte dans le partage des sièges au niveau de la future Assemblée, il a accordé une très grande part au Ps contrairement à l’Afp. Il l’a fait tout simplement dans le souci d’affaiblir Khalifa Sall et son camp. Il s’est rendu compte que, plus il donnera des postes à Tanor et à sa tendance, plus il affaiblira Khalifa Sall. Donc, c’est la même logique qui a prévalu. Tant que Khalifa Sall constituera un danger pour Macky Sall, Macky tiendra absolument à son alliance avec Ousmane Tanor Dieng. Il fera tout pour que cette alliance tienne.

Pour ce qui est maintenant de l’Afp, là aussi je ne crois pas que, malgré les cris de protestation de certains progressistes, qui estiment qu’on leur a donné la portion congrue, l’alliance va casser pour autant. Parce que tout simplement, là aussi Macky Sall tant qu’il donnera à Moustapha Niasse la possibilité d’être au perchoir de l’Assemblée nationale, l’alliance tiendra. C’est une question d’honneur pour Moustapha Niasse. C’est une question de prestige, surtout dans la rivalité qui l’a toujours opposé au Ps, et notamment à Tanor, de pouvoir être aussi élevé au rang de président d’une Institution, et surtout de deuxième personnalité de l’Etat.

Aujourd’hui, quelles peuvent être les menaces qui peuvent planer sur cette alliance de Benno au sortir des législatives ?

Moi, je pense que la seule menace qui peut planer sur cette coalition Benno, c’est le réveil de la vieille rivalité entre socio-démocrates. C’est-à-dire tous ceux qui sont sortis du Parti socialiste originel, en l’occurrence Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse, et Djibo Leyti Ka. Ces personnes là qui ont été pouponnés au Ps, qui ont fait leurs armes et leurs places, à un moment donné ont été opposées par une forte rivalité. Ce qui a conduit d’ailleurs à la chute du Ps du pouvoir quand Moustapha Niasse et Djibo se sont retirés du parti. Cette vieille rivalité pourrait resurgir au sein de la coalition Benno. Macky Sall avait réussi, jusque-là, et même Djibo Leyti Ka avait dit que c’était ça la prouesse de Macky Sall d’avoir réussi à garder des ténors de la trempe de Moustapha Niasse, de Tanor et de lui-même dans la même alliance sans que rien ne bouge et que tout se fasse en harmonie. Maintenant, c’est cette harmonie qui risque d’être menacée avec les frustrations nées des investitures. Parce que figurez-vous, même si Moustapha Niasse sera Président de l’Assemblée, il pourrait se retrouver avec seulement 6 députés, contre 20 du Ps. Est-ce que vous pensez que Moustapha Niasse, même s’il voudra tenir à son honneur de président de l’Assemblée nationale que tous les progressistes vont se ranger derrière ça ? Je pense que cette frustration là sera très difficile à surmonter. Voyez aussi le cas de Djibo Leyti Ka de l’Urd, qui pourrait se retrouver avec zéro député, alors que dans toute l’histoire de ce parti-là, ça n’a jamais été le cas. Vous voyez donc que la part belle qui a été faite au Ps, avec une vingtaine de députés possible, parce que Macky Sall a un point de mire tout simplement la guerre avec Khalifa Sall et voudrait renforcer le Ps parmi ses alliés, vue la partie congrue qui sera réservée à l’Afp, que 6 députés, et le zéro pointé de l’Urd. Ecoutez les gens pourraient commencer maintenant à se regarder en chiens faïence entre ces trois composantes de Benno et qui sont originaire du Ps, en l’occurrence l’Urd, l’Afp, le Ps. C’est la seule menace que je vois planer sur la coalition Benno Bokk Yakaar.

Sudonline

Bac philo 2017 : tous les sujets en série L, ES, S et techno


L'épreuve de philosophie a débuté à 8 heures jeudi. Découvrez sur quoi les candidats des filières L, ES, S et techno doivent plancher.
BAC


C'est parti pour le baccalauréat 2017. Jeudi matin, 520.000 lycéens de Terminale générale ou technologique ont franchi les portes des centres d'examen.

Première étape de ce marathon : l'épreuve de philosophie. Les candidats au bac ont quatre heures pour réaliser une dissertation ou un commentaire de texte.


• Les sujets en SÉRIE L :


Sujet 1 : Suffit-il d'observer pour connaître ?
Sujet 2 : Tout ce que j'ai le droit de faire est-il juste ?


Sujet 3 : Un Auteur célèbre*, calculant les biens et les maux de la vie humaine et comparant les deux sommes, a trouvé que la dernière surpassait l'autre de beaucoup et qu'à tout prendre la vie était pour l'homme un assez mauvais présent. Je ne suis point surpris de sa conclusion ; il a tiré tous ses raisonnements de la constitution de l'homme Civil : s'il fût remonté jusqu'à l'homme Naturel, on peut juger qu'il eût trouvé des résultats très différents, qu'il eût aperçu que l'homme n'a guère de maux que ceux qu'il s'est donnés lui-même, et que la Nature eût été justifiée.

Ce n'est pas sans peine que nous sommes parvenus à nous rendre si malheureux. Quand d'un côté l'on considère les immenses travaux des hommes, tant de Sciences approfondies, tant d'arts inventés ; tant de forces employées ; des abîmes comblés, des montagnes rasées, des rochers brisés, des fleuves rendus navigables, des terres défrichées, des lacs creusés, des marais desséchés, des bâtiments énormes élevés sur la terre, la mer couverte de Vaisseaux et de Matelots ; et que de l'autre on recherche avec un peu de méditation les vrais avantages qui ont résulté de tout cela pour le bonheur de l'espèce humaine, on ne peut qu'être frappé de l'étonnante disproportion qui règne entre ces choses, et déplorer l'aveuglement de l'homme qui, pour nourrir son fol orgueil et je ne sais quelle vaine admiration de lui-même, le fait courir avec ardeur après toutes les misères dont il est susceptible et que la bienfaisante nature avait pris soin d'écarter de lui.
ROUSSEAU, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes, 1755.


• Les sujets en SÉRIE ES :


Sujet 1 : La raison peut-elle rendre raison de tout ?
Sujet 2 : Une œuvre d'art est-elle nécessairement belle ?


Sujet 3 : "Étant donné [...] qu'il n'existe pas au monde de République où l'on ait établi suffisamment de règles pour présider à toutes les actions et paroles des hommes (car cela serait impossible), il s'ensuit nécessairement que, dans tous les domaines d'activité que les lois ont passés sous silence, les gens ont la liberté de faire ce que leur propre raison leur indique comme étant le plus profitable. Car si nous prenons la liberté au sens propre de liberté corporelle, c'est-à-dire le fait de ne pas être enchaîné, ni emprisonné, il serait tout à fait absurde, de la part des hommes, de crier comme ils le font pour obtenir cette liberté dont ils jouissent si manifestement. D'autre part, si nous entendons par liberté le fait d'être soustrait aux lois, il n'est pas moins absurde de la part des hommes de réclamer comme ils le font cette liberté qui permettrait à tous les autres hommes de se rendre maîtres de leurs vies. Et cependant, aussi absurde que ce soit, c'est bien ce qu'ils réclament ; ne sachant pas que les lois sont sans pouvoir pour les protéger s'il n'est pas un glaive entre les mains d'un homme (ou de plusieurs), pour faire exécuter ces lois. La liberté des sujets ne réside par conséquent que dans les choses que le souverain, en réglementant les actions des hommes, a passées sous silence, par exemple la liberté d'acheter, de vendre, et de conclure d'autres contrats les uns avec les autres ; de choisir leur résidence, leur genre de nourriture, leur métier, d'éduquer leurs enfants comme ils le jugent convenable et ainsi de suite."
HOBBES, Léviathan (1651)


• Les sujets en SÉRIE S :


Sujet 1 : Défendre ses droits, est-ce défendre ses intérêts ?
Sujet 2 : Peut-on se libérer de sa culture ?


Sujet 3 : À la limite, la vie, c'est ce qui est capable d'erreur. Et c'est peut-être à cette donnée ou plutôt à cette éventualité fondamentale qu'il faut demander compte du fait que la question de l'anomalie traverse de part en part toute la biologie. À elle aussi qu'il faut demander compte des mutations et des processus évolutifs qu'elle induit. À elle qu'il faut demander compte de cette mutation singulière, de cette « erreur héréditaire » qui fait que la vie a abouti avec l'homme à un vivant qui ne se trouve jamais tout à fait à sa place, à un vivant voué à « errer » et destiné finalement à l'« erreur ».

Et si on admet que le concept, c'est la réponse que la vie elle-même donne à cet aléa, il faut convenir que l'erreur est à la racine de ce qui fait la pensée humaine et son histoire. L'opposition du vrai et du faux, les valeurs qu'on prête à l'un et à l'autre, les effets de pouvoir que les différentes sociétés et les différentes institutions lient à ce partage, tout cela même n'est peut-être que la réponse la plus tardive à cette possibilité d'erreur intrinsèque1 à la vie. Si l'histoire des sciences est discontinue, c'est-à-dire si on ne peut l'analyser que comme une série de "corrections", comme une distribution nouvelle du vrai et du faux qui ne libère jamais enfin et pour toujours la vérité, c'est que, là encore, l' « erreur » constitue non pas l'oubli ou le retard d'une vérité, mais la dimension propre à la vie des hommes et au temps de l'espèce.
FOUCAULT, Dits et Ecrits (1978).


• SÉRIE TECHNO :


Sujet 1 : Y a-t-il un mauvais usage de la raison ?
Sujet 2 : Pour trouver le bonheur, faut-il le rechercher ?


Sujet 3 : On voit à quoi se réduirait l'homme, si l'on en retirait tout ce qu'il tient de la société : il tomberait au rang de l'animal. S'il a pu dépasser le stade auquel les animaux se sont arrêtés, c'est d'abord qu'il n'est pas réduit au seul fruit de ses efforts personnels, mais coopère régulièrement avec ses semblables ; ce qui renforce le rendement de l'activité de chacun. C'est ensuite et surtout que les produits du travail d'une génération ne sont pas perdus pour celle qui suit. De ce qu'un animal a pu apprendre au cours de son existence individuelle, presque rien ne peut lui survivre.

Au contraire, les résultats de l'expérience humaine se conservent presque intégralement et jusque dans le détail, grâce aux livres, aux monuments figurés, aux outils, aux instruments de toute sorte qui se transmettent de génération en génération, à la tradition orale, etc. Le sol de la nature se recouvre ainsi d'une riche alluvion qui va sans cesse en croissant. Au lieu de se dissiper toutes les fois qu'une génération s'éteint et est remplacée par une autre, la sagesse humaine s'accumule sans terme, et c'est cette accumulation indéfinie qui élève l'homme au-dessus de la bête et au-dessus de lui-même. Mais, tout comme la coopération dont il était d'abord question, cette accumulation n'est possible que dans et par la société.


DURKHEIM, Education et sociologie (1922)
http://www.europe1.fr/societe/bac-philo-2017

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Que dire du Sénégal et des autres Etats ?


Les hauts fonctionnaires et les agents de l'administration ont environ deux mois pour déclarer leurs biens. L'opération lancée par Bamako a pour but de lutter "contre l'enrichissement illicite" dans le pays.


"La corruption est devenue un phénomène de société"


L'Etat malien a lancé en début de semaine une opération qui impose à tous les fonctionnaires de déclarer leurs biens et de justifier leur patrimoine d'ici fin août. Tout agent de l'Etat qui manquera à sa déclaration de biens subira des sanctions. Cette mesure s'inscrit dans le cadre d'une lutte "contre l'enrichissement illicite".
Clément Dembélé, professeur des universités spécialisé en science politique, applaudit cette mesure, dans un pays où, selon lui, la corruption prend de plus en plus d'ampleur.


En Afrique c'est en politique que nous voyons des élus, des hommes politiques devenir riches sur le dos du peuple. En vérité on sait comment cela se passe. La corruption, les vols des deniers publics, le blanchiment d'argent, la médiation pour faire octroyer des biens et en retour d'ascenseur on vous donne de l'argent etc.
Au Sénégal beaucoup de tête tomberont en commençant où vous savez.


Tous contre la corruption ouvrez les comptes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La pléthore de listes, plus précisément 47 en lice pour les élections législatives du 30 juillet prochain, ne remet-il pas au goût du jour la nécessité de la confection d’un bulletin unique pour les différentes élections ? Une telle idée avait été agitée lors des concertations entre les différents pôles, à l’occasion de la révision du Code électoral, sans qu’un quelconque accord ne soit trouvé entre l’opposition et la majorité. Aujourd’hui, avec le méli mélo qui se profile relativement au processus de vote miné par la profusion des listes en compétition, les diverses coalitions de l’opposition  mettent au ban des accusés les autorités étatiques et le camp au pouvoir, tout ne rejetant pas le recours au bulletin unique pour une solution de sortie de crise. C’est du moins le cas pour Cheikh Guèye de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal, de Modou Diagne Fada de Mankoo Yeessal Senegaal, de Me El Hadji Diouf de la coalition Leral ou autre Sada Ndiaye de la Coalition gagnante Wattu Senegaal. A contrario, Benoit Sambou de Bennoo Bokk Yaakaar (Bby) rame à contrecourant en posant la question de la faisabilité d’une telle initiative. Raison suffisante pour recueillir l’avis de l’expert électoral Ndiaga Sylla qui démontre à suffisance que les éléments de certification technique requis par l’usage du bulletin unique sont incompatibles avec le cas d’espèce qu’est celui des législatives 2017, avec 47 listes de candidats sur la ligne de départ.

SADA NDIAYE DE LA COALITION GAGNANTE WATTU SENEGAL : «Le salut aujourd’hui, c’est le bulletin unique»

Il n’y a pas d’autre solution. Le salut aujourd’hui, c’est le bulletin unique. Parce qu’avec 50 bulletins sur la table, l’électeur est obligé conformément à la loi de pendre tous les bulletins qui sont mis à sa disposition. Il est tenu, il n’a pas de choix. Aujourd’hui, on est à presque 40 bulletins. Avec les formats A4, vous voyez la taille ? Vous voyez ce que ça fait ? Et vous avez en dehors des listes qui encombrent la table le représentant de chaque liste dans le bureau. Ça fait deux salles de classes au moins, et là ça pose problème. Dans tous les cas, on aura l’encombrement des papiers là où ça se pose et ça coûte énormément cher. Aujourd’hui par exemple, pour le cas de notre liste et certaines autres listes de coalitions, on nous fait deux bulletins : il y a un bulletin national avec les départements du Sénégal, c’est à dire la liste nationale avec les 50 suppléants et les 60 titulaires. Maintenant, au retour, vous avez les départements du Sénégal qui ont les mêmes bulletins avec le même format, les 60 titulaires et 50 suppléants et les 8 départements de l’extérieur.

Donc, rien qu’avec ma coalition Wattu Senegaal, on a droit à 2 bulletins. Vous voyez ce que ça fait. Je dis qu’en cas de bulletin unique, on n’aurait pas toutes ces feuilles-là. Après les élections, quand ils ont fait les bulletins en s’ouvrant aux indépendants, moi j’avais dit à l’époque qu’on allait vers cette situation. Mais ils n’ont pas voulu entendre. Parce qu’après, il y a eu un processus mené de manière solitaire et unilatérale. Le gouvernement de Macky Sall n’a pas fait preuve ni de vision ni d’ambition. Ce qui est arrivé aujourd’hui, on l’avait vu, on l’avait prévu depuis 2016.

 Si on m’appelait à la table des négociations pour la confection d’un bulletin unique, je serais d’accord. Mais, pour ces élections-là, c’est trop court. C’est trop tard. On est en train de faire les bulletins. Ils ont fait des appels d’offre en fonction des bulletins. Ils ont pris leur imprimerie à qui ils ont donné des consignes, des tâches bien précises, à savoir l’impression des bulletins recto verso avec les photos des têtes de listes. Le bulletin unique ne sera que pour les présidentielles de 2019 ou de 2022.

MODOU DIAGNE FADA DE MANKOO YEESSAL SENEGAAL : «L’opposition avait déjà posé sur la table la question du bulletin unique»

L’opposition dans son ensemble, lors des discussions avec le ministère de l’Intérieur, avait posé sur la table la question du bulletin unique. Et elle avait souhaité qu’on organise désormais les élections au Sénégal, notamment les présidentielles, tout comme les élections législatives avec un bulletin unique. Nous avions essayé de convaincre nos partenaires de la majorité. Mais, ils avaient catégoriquement refusé. Je crois qu’au sortir de ces élections législatives, si rien n’est fait d’ici là bien sûr, ils comprendront que l’idée était bonne, celle de confectionner un seul bulletin avec les symboles des différents partis ou coalitions en lice. A croire que dans tous les pays qui nous entourent, leurs élections sont organisées avec le bulletin unique. En tout cas, s’ils revenaient aujourd’hui pour m’en reparler, je serais parfaitement d’accord avec une telle idée.

ME EL HADJI DIOUF DE LA COALITION LERAL : «C’est seulement le gouvernement qui ne veut pas»

Tout le monde est preneur de la confection d’un bulletin unique, du moins tous ceux qui sont intelligents. C’est seulement le gouvernement qui ne veut pas. Mais, on comprend bien. C’est parce que les partis au pouvoir n’aiment pas le bulletin unique parce qu’ils veulent magouiller avec les bulletins. Les partis au pouvoir sont plus riches que les autres et ils achètent le vote. Il y a des spécialistes préposés à la corruption qui sont devant les centres de vote et qui demandent aux électeurs de leur montrer les bulletins pour prouver qu’ils ont voté pour eux. Et immédiatement, on leur donne une somme. C’est pourquoi, de façon incompréhensible, le pouvoir rejet le bulletin unique qui arrange tout le monde. D’abord, c’est le moins cher, c’est plus rationnel. On laisse les bulletins trop chers pour qu’ils atterrissent chez les vendeurs d’arachide. Cette pléthore de bulletins n’arrange que ceux qui ont de l’argent.

CHEIKH GUEYE, MEMBRE DE LA COALITION MANKOO TAXAWU SENEGAAL : «Il appartient aux autorités et à l’Etat... de faire des propositions qui vont dans ce sens»

Ça a toujours été une préoccupation dans ce pays. Des gens ont proposé moult solutions pour faciliter le vote, maintenant il appartient aux autorités et à l’Etat, tenant compte des difficultés notées par-ci et par-là, de faire des propositions qui vont dans ce sens. Aujourd’hui, on est arrivé à une situation extrêmement difficile. Une élection avec 47 listes, je me demande comment est-ce qu’on peut l’organiser du point de vue matériel, du point de vue organisation, du point de vue bulletin de vote, du point de vue même du vote en lui-même. Ce sont là autant de problèmes. Je pense que cela mérite vraiment un consensus fort pour annihiler les difficultés, pour que le vote puisse se dérouler de la façon la plus transparente, la plus démocratique mais aussi la plus rapide possible.

Qui a été organisateur ? C’est le ministère de l’Intérieur, Je pense que le ministère même devait tirer les leçons des élections locales précédentes où il y avait une épidémie de listes. Je pense que c’était un signal fort pour les autorités de se prémunir quand même d’une situation qui faciliterait le vote. Malheureusement, on n’a pas pris les dispositions à temps et du fait que nous sommes signataires de la convention de la Cedeao, il va être aujourd’hui très difficile de changer les règles du jeu à moins de 6 mois des élections.

BENOIT SAMBOU DE LA COALITION BENNOO BOKK YAAKAAR : Comment peut-on aligner sur un bulletin une cinquantaine de listes ?»

Cette question a été agitée pendant la révision du Code électoral et après révision, elle a été ajoutée. Personne n’a jamais trouvé la solution. Parce qu’aujourd’hui, même avec un bulletin unique, comment pouvez-vous aligner une cinquantaine de listes ? Techniquement, comment peut-on aligner sur un bulletin une cinquantaine de listes? Il faut que, techniquement, les gens le prouvent et que les partis politiques puissent l’accepter. On n’a jamais réussi à s’entendre. Dans toutes les rencontres, la question a été agitée. Ni l’administration ni les partis politiques n’ont su apporter une solution satisfaisante. Dans toutes les revues, on a agité la question mais c’est la faisabilité de la chose qui pose problème. Parce que, sur un seul bulletin, si on met une cinquantaine de listes là-dessus, quelle sera la taille des effigies ? Ça se fait ailleurs, oui. Ça ne veut pas pour autant dire que cela doit se faire ici. Pour des élections présidentielles, c’est moins compliqué mais pour des législatives avec notre système où on doit mettre les noms de tous les candidats, quelle sera la taille du bulletin alors ? C’est une question technique. Et personne n’a jamais apporté des solutions typiques. Les gens ne font que parler, mais ce serait un avantage pour tout le monde. On gagne du temps et techniquement encore, ça règlerait les problèmes de démocratie.

Sur ces questions-là, il ne faut pas introduire dans le système quelque chose qui ne règle pas le problème. Ce n’est pas parce que ça se fait ailleurs que c’est mieux. Il faut qu’il y ait encore une concertation notamment pour ce vote-ci autour de la faisabilité des choses. On n’est pas obligé de prendre tous les bulletins. Dans beaucoup de systèmes, les gens ne sont pas obligés de prendre tous les bulletins avant d’aller voter. En France, on dit qu’à partir de deux, c’est déjà plusieurs, il y a toutes ces possibilités qui sont offertes. C’est notre système qui impose à l’électeur de prendre tous les bulletins. Donc, s’il y a une discussion ou un compromis politique, on doit pouvoir trouver une solution.

Mais le bulletin unique, ce n’est pas forcément la meilleure solution, techniquement parlant. Elle peut être sociologiquement un avantage. Les gens ne font que parler mais personne n’apporte techniquement de solutions. D’ailleurs, je me souviens que l’ancien président, en son temps, via le ministère de l’Intérieur n’avait pas su techniquement le démontrer. Il avait dit puisque c’est comme ça, qu’on mette sa photo devant toutes les autres photos».

NDIAGA SYLLA, ANALYSTE ELECTORAL : «Le prix unitaire du bulletin unique est plus cher que celui des bulletins pluriels»

Il y a l’option du bulletin unique. Sauf qu’à cette étape de la procédure, elle peut comporter quelques limites liées au fait qu’on a déjà déclaré les candidatures. Il y a aussi le fait que ça va impacter une quinzaine d’articles du Code électoral si on se fonde sur le rapport de la Revue du Code électoral de 2011. L’autre chose est que nous ne disposons pas d’assez de temps pour mener la campagne de sensibilisation. Parce  que l’usage du bulletin unique devrait amener les acteurs à imprégner les électeurs sur le mode d’usage. Il y a aussi un troisième argument plus ou moins déterminant. C’est le format des bulletins avec la pléthore de candidatures. Parce que généralement dans les pays où il y a le bulletin unique avec le format A4, pour que ce soit acceptable et visible, il faut que la page ait 8 à 10 candidats. Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, avec le format A4, on allait avoir 4 à 5 pages. A défaut, c’est d’avoir un très grand format A3. Seulement, pour ce format, si tu disposes sur une même ligne plusieurs candidats, il peut y avoir risque de confusion. Généralement pour le bulletin unique, on ne met pas sur une même ligne plusieurs candidats pour éviter les confusions. Si le bulletin est plié, ça peut impacter sur la photo d’un candidat. Donc, le plus acceptable, c’est le format A4, mais en prévoyant au maximum 10 candidats. Parce que, si on prend la longueur du bulletin, on met 10 candidats. Sur la largeur, on mettra la photo de la tête de liste, le symbole, le sigle et une cage pour pouvoir cocher.

Souvent, un bulletin unique a toujours une souche avec des numéros, avec un hologramme pour l’identification des bulletins. Il y a un certain nombre d’éléments de certification technique. Du coup, le prix unitaire du bulletin unique est plus cher que le coût unitaire des bulletins pluriels. Ce n’est que globalement que ça peut impacter sur l’économie. 

Sudonline

Page 2 sur 161