International

Autonomie, indépendances, mensonges et vérités par François-Michel MAUGIS – La Réunion   Il est vrai que le bébé est totalement dépendant de la capacité de sa mère à le nourrir. Le petit enfant est dépendant de la capacité et de la volonté de ses par

 

Autonomie, indépendances, mensonges et vérités par François-Michel MAUGIS – La Réunion

Il est vrai que le bébé est totalement dépendant de la capacité de sa mère à le nourrir. Le petit enfant est dépendant de la capacité et de la volonté de ses parents de l'élever. Mais pour bien l'élever, et pour qu'à l'âge adulte, il soit indépendant, ne faut-il pas, progressivement, l'entrainer à de plus en plus d'autonomie ?


La vie en société traîne derrière elle une longue histoire. Le chef de tribu était en quelque sorte le père protecteur et la dépendance était acceptée et même souhaitée. Le roi était en quelque sorte le propriétaire d'un territoire et ses habitants, de gré ou de force, ses sujets. Il en va tout autrement de la République « Res Publica », la chose publique.

La réflexion de nos intelligences (écrivains, philosophes, sages, scientifiques, etc.) est passée par là. Et on a admis que gérer la « chose publique » devait poursuivre au moins deux objectifs : la démocratie (écouter les individus et agir en fonction de leurs souhaits et de leurs espérances) et l'intérêt général (comprendre le fonctionnement d'une société et agir de manière à ce qu'elle puisse vivre et se développer dans de bonnes conditions en préservant si possible la liberté de chacun en favorisant l'égalité et la fraternité et tout cela en harmonie avec son biotope). Il est vrai que ce n'est pas une mince affaire et malgré les siècles qui s'écoulent et la progression de nos connaissances et de notre compréhension du Monde et de ses grands équilibres, nous ne sommes pas encore parvenus à gérer et organiser tout cela correctement.


N'y aurait-il pas une explication ?

La chose publique a aujourd'hui atteint sa dimension définitive mais ses structures de gestion sont-elles à la hauteur ?

Certainement pas, malheureusement.


La chose publique, c'est quoi aujourd'hui ?

À n'en pas douter, la planète tout entière et l'humanité qui y a élu domicile. Ce n'est pas pour rien que l'on nous rebat les oreilles avec la mondialisation, mais qui a compris de quoi il s'agit ?

Une bande de gamins immatures incapables de se débrouiller seul ?

C'est en tout cas l'image que l'imbroglio mondial donnerait à un extra-terrestre qui viendrait nous visiter. Pas sérieux, pas raisonnables, indisciplinés, incapables de se dominer, addict à l'argent et aux bien matériels, saccageurs de leur propre maison, etc. etc. l'image parfaite d'un être immature, incapable de se gérer lui-même.


Notre planète ne peut compter que sur elle-même. C'est donc au sein de cet environnement unique que l'humanité doit organiser sa propre existence. Et le premier acte d'humanité serait de permettre à chacun, chaque famille, chaque village, chaque région, chaque nation, d'atteindre une certaine maturité, donc une certaine autonomie pour, finalement, un jour, être en phase avec l'indépendance, la solitude, la taille et les capacités de notre planète.

François-Michel MAUGIS – La Réunion
http://www.assee.fr

« MOLAADE » de Sembène Ousmane : un regard psycho anthropologique sur l'excision ? par Marie Jo BOURDIN du Centre Médico Psychologique Françoise Minkowska /Paris 17

"Une personne entière de dimension internationale sans clichés. Une personne "robuste" qui sait où elle met les pieds et quand et comment marcher où elle se trouve. Vous me direz comment elle fait ?

 Simplement, elle écoute, observe, analyse, confronte, elle sort de son cercle,  disons qu'elle émigre de ses certitudes et armée de tous ces apports elle avance. Entourée de brillants universitaires de dimension internationale dont Rachid BENNEGADI psychiatre, Marie jo BOURDIN apprend vite et assimile bien pour transmettre efficacement ce qu'elle sait. Elle est toujours en quête de savoirs pluriels, la preuve insaisissable, toujours entre deux avions". Pape B CISSOKO

voici son propos lors de cette belle rencontre à ndar du sénégal

« MOLAADE » de Sembène Ousmane : un regard psycho anthropologique sur l'excision ? par Marie Jo BOURDIN du Centre Médico Psychologique Françoise Minkowska /Paris 17

Dakar, 18 nov 2017 (APS) - Un colloque international en hommage à l'écrivain-cinéaste Sembène Ousmane s'ouvre, jeudi à 15h au Complexe Magic Land, sur le thème : "Littérature, cinéma et presse : lectures du legs pluriel de Sembène Ousmane" a appris l'APS

En cette journée internationale des violences faites aux femmes, je voudrais tout d'abord remercier les organisateurs, le comité scientifique et sa Présidente Madame André Marie Diagne Bonané pour m'avoir fait l'honneur d'être invitée pour rendre hommage à Sembène Ousmane et pour ce qui me concerne parler de son film « Moolaade ».
Permettez-moi des remerciements tous particuliers à deux amis : Alpha Amadou Sy mon ami de longue date qui m'a poussée à écrire et m'a fait l'honneur de préfacer mon premier ouvrage sur l'excision et un autre ami Buuba Diop qui m'a encouragée et apportée tout son soutien pour mon intervention/ témoignage d'aujourd'hui.


En effet pourquoi une psy dans ce colloque dans un milieu littéraire, philosophique et cinématographique ?

Et pourquoi ce point d'interrogation dans le titre de mon intervention, Je vais tenter de vous y apporter une réponse. D'une part je travaille depuis plus de 35 ans sur le thème et je co-dirige à Paris un Centre Médico Psychologique pour migrants et réfugiés de toutes les migrations internationales (nous recevons environ 1800 patients/an qui viennent du monde entier). Et, sur le registre de la clinique j'apporte un soutien psychologique socio-thérapeutique à des femmes victimes de mariages forcés (avec viol conjugal) et/ou victimes d'excision.


Par ailleurs j'ai la responsabilité du Pôle Formation et je forme des professionnels de la santé, du social au sens large sur ce thème. Enfin à L'université Paris Descartes ou nous avons un DU santé Maladie Soins et Compétence Culturelle, j'anime un cours et un TD sur le sujet. Alors la professionnelles en santé mentale que je suis utilise « Moolaade » comme précieux support à des fins pédagogiques mais aussi on le verra thérapeutique.

Le cours du DU s'intitule comme aujourd'hui « Aspect psycho anthropologique de l'excision mais sans point d'interrogation. Alors pourquoi ce point d'interrogation : J'y viens. C'est le fruit d'une longue conversation avec Sembène Ousmane. ce grand homme que nous célébrons depuis 3 jours (et je me rends compte après tout ce que j'ai entendu dans les témoignages du premier jour combien que j'ai eu de la chance !)


Il s'est intéressé à mon travail, m'a beaucoup questionnée et m'a dit je le cite « tu fais ce que tu veux avec ce film, tu t'en sers autant que tu veux mais je t'en prie n'en fait pas un film exclusivement sur la liberté de la femme, la libération de la femme »


Message je dois le dire que je respecte à la lettre lorsque je le présente toujours avec beaucoup d'émotion aux professionnels, aux étudiants ou lors de débats que j'anime autour de ce film et je demande toujours de le voir avec un œil d'apprenti anthropologue car dans ce film il y a tout : le village, les relations de séniorité (des ainés envers les cadets), les relations entre hommes et femmes, celles entre les co-épouses, le clin d'œil caricatural de l'immigré et enfin l'excision à bannir » .
Nous devions nous rencontrer à Dakar malheureusement il nous a quitté avant notre rencontre et pour moi c'est toujours un grand regret.
Mais avant de partir il a eu le temps de me faire accorder par le producteur une autorisation de diffusion de Moolade.


Voilà peut-être un long préambule mais qui me paraissait indispensable pour expliquer ma présence à cette belle manifestation en hommage à Sembène Ousmane, ce grand homme visionnaire, en retenant la question fondamentale qui traverse son œuvre de cinéaste-écrivain et d'une grande actualité « comment construire ensemble un monde meilleur pour tous ?


Et Moolade ce terme qui signifie en puulaar protection, droit d'asile prend dans le contexte actuel et au-delà de l'excision toute sa signification avec des parcours d'exil complètement fracassés de migrants.


Marie Jo BOURDIN a des ressources :
J'exerce depuis plus de 30 ans au centre Françoise Minkowska, centre médico psychosocial qui reçoit des personnes migrantes et réfugiées (adultes et enfants) d'Ile d France.Parmi mes différentes activités j'assure en autre dans le cadre des consultations de psychiatrie transculturelle l'accompagnement psycho social de femmes victimes de mutilations génitales féminines

Directrice adjointe
Centre Françoise MINKOWSKA
1981 – Aujourd'hui (36 ans)Région de Paris, France
Directrice adjointe au centre Médico Psychologique Françoise Minkowska
Responsable du Pôle Formation
Responsable de l'unité de Médiation, Accueil et Orientation
Enseignante à l'université Paris Descartes dans le cadre du Diplôme Universitaire "Santé, maladie, soins médiations et cultures" co organisé avec le centre Françoise Minkowska


Publications


• Ouvrage : "Les blanches ne sont pas frigides. Traumatisme-Excision-Normes de la sexualité". Préface Boris CYRULNIK ed Panafrika

 Marie-Jo BOURDIN  Ouvrage : "L'excision, une coutûme à l'épreuve de la loi" mai 2005


Les blancs ont dit : c'est pas bon pour les filles mais pourquoi ? Parole d'une condamnée à trois ans de prison En rendant la pratique de l'excision passible de la cour d'assises, la France a choisi la voie de la répression. Or les procès qui se voulaient exemplaires n'ont pas empêché que la pratique perdure. Non que le message ne soit pas passé : les Africains savent que la France rejette l'excision, mais ils ne comprennent pas pourquoi, et voient souvent dans ces procès un rejet global de leur culture. Cet ouvrage explore les relations entre culture et sexualité et aborde l'excision comme un ordre symbolique d'initiation.... L'excision n'existe pas seulement en Afrique mais aussi en Asie, au Yemen et même chez certains peuples indiens d'Amazonie... La condamnation de l'excision en France serait-elle un néo-colonialisme culturel ? L'auteur, par l'étude et la transcription des débats aux Assises montre que l'on ne peut venir à bout d'une coutume par l'application mécanique d'une loi mais bien par un processus de sensibilisation dans la durée, voie choisie par d'autres pays comme la Suède, l'Angleterre ou la Suisse et bien sûr par de nombreux acteurs des pays africains. Sembène Ousmane par son film " Moolaade " et ce livre nous montrent que l'excision reste un sujet d'actualité et une pratique très répandue. Marie-Jo Bourdin, assistante sociale au centre Médico-Psycho-Social Françoise Minkowska (Afrique Noire), coordinatrice du pôle formation, a réalisé ce travail de recherche au sein de l'Université de Paris XII.
Auteur(s) :

France: le gouvernement présente ses mesures pour les cantines scolaires

Le ministre français de l'Agriculture a confirmé ce dimanche 3 décembre dans le JDD l'objectif de 50% de bio dans les cantines d'ici à 2022. C'est l'une des mesures phares présentées par Stéphane Travert à l'issue de la seconde édition des états généraux de l'alimentation.

L'objectif emblématique des 50% de produit bio et locaux dans les cantines, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, sera donc prochainement inscrit dans la loi, et mis en place progressivement à l'horizon 2022. Le gouvernement veut également explorer d'autres pistes.

Lors de ces états généraux, Stéphane Travert a notamment promis de tout faire pour parvenir à indexer les prix de l'alimentaire sur les coûts de production des agriculteurs.

Pour le ministre de l'Agriculture interviewé par le Journal du dimanche, cela permettrait d'atteindre trois objectifs prioritaires : la souveraineté alimentaire, la recherche d'une alimentation bonne pour la santé et faire de l'alimentation un vecteur de cohésion sociale.

Pour y parvenir, le gouvernement entend donc mettre l'accent sur l'éducation des plus jeunes, mais aussi renforcer les contrôles sanitaires.

Le ministre souhaite enfin permettre aux cantines de donner aux associations leurs surplus, comme le fait déjà la grande distribution.

En revanche, la proposition du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot d'un repas végétarien par semaine dans les cantines scolaires n'a pas été retenue.

L'ISLAMISATION DE L'AFRIQUE NOIRE-rappel historique- Papmagmateuw Fall source google (Source Google)

 

L'ISLAMISATION DE L'AFRIQUE NOIRE-rappel historique- Papmagmateuw Fall source google (Source Google)

Il nous faut toujours lire et relire pour comprendre avant de juger. Merci à Papmagmateuw Fall de nous avoir soumis cette lecture. Quiconque a une information interessante est la bienvenue. Seule la connaissance peut nous sauver du mauvais jugement et de certains conflits inutiles.. P B C

L'islamisation de l'Afrique subsaharienne fut essentiellement pacifique et, pour une part, superficielle. La propagation de la religion fut d'ailleurs le fait des Africains subsahariens eux-mêmes (Haoussas, Peuls, Dioulas) qui diffusèrent la religion tout en commerçant.

Au moment où les Arabes conquièrent l'Afrique du Nord, la plus puissante et la plus riche entité politique au sud du Sahara était l'empire du Ghana, grâce au commerce de l'or et du sel.
L'influence de l'islam s'y fait rapidement sentir ; les commerçants sont majoritairement musulmans et il se crée une élite politique islamisée autour d'un roi resté cependant, comme sa population, animiste.
Mosquée de Larabanga, (Ghana), XIIIe siècle.

La zone du fleuve Sénégal, où domine le royaume de Tekrour, est en partie islamisée dès le VIIe siècle et le sera plus massivement au IXe siècle .
Le royaume du Kanem, qui deviendra le royaume du Kanem-Bornou au XIIe siècle, établi depuis le VIIIe siècle au nord de l'actuel Tchad, est islamisé dès le IXe siècle.

Les Songhai, métissés avec des Berbères qui fuyaient l'avancée arabe, s'installent au début du VIIe siècle le long des rives du Niger.
Ils fondent un petit royaume, islamisé au IXe siècle, qui deviendra le puissant Empire songhaï (dont l'apogée se situera aux XVe et XVIe siècles)15.

La côte est du continent, baignée par l'océan Indien, est depuis longtemps tournée vers l'Arabie et, au-delà, l'Inde et la Chine ainsi que vers l'Europe.

Au moment du développement de l'islam, la culture swahilie, métissage culturel entre l'Afrique et le monde arabo-musulman 16 se déploie concomitamment ; l'islamisation de la zone est attestée dès le VIIIe siècle, des cités commerçantes musulmanes sont fondées ou développées.

Mais « les marchands musulmans limitèrent leurs activités aux établissements côtiers, l'intérieur des terres échappant aux influences islamiques. »

Papmagmateuw fall source google (Source Google)

logotwitterFacebook