International

Nouveau «Charlie Hebdo»: «Ça va encore s'engueuler, c'est formidable»

Ce mercredi matin sort le nouveau numéro de Charlie Hebdo, le deuxième depuis l'attentat de janvier dernier qui avait décimé la rédaction. Patrick Pelloux, collaborateur à l'hebdomadaire satirique, explique pourquoi et comment le journal doit continuer à vivre à l'occasion de la sortie de ce numéro post-attentat qui, dit-il, s'inscrit dans la continuité.

Ce que l’on sait de la jeune Française enlevée au Yémen

Les forces de sécurité yéménites devant l'ambassade de France à Sanaa, qui a fermé ses portes le 13 février 2015.AFP PHOTO / MOHAMMED HUWAIS

Une Française et son accompagnatrice ont été enlevées par des hommes armés au Yémen, alors qu'elles se trouvaient à bord d'un taxi à Sanaa, la capitale contrôlée par la milice chiite houthie depuis des semaines. Le président français François Hollande demande sa libération « dans les meilleurs délais ».

Isabelle Prime, 30 ans, est originaire d’Angers. La jeune femme ne travaille pas pour la Banque mondiale, comme l’ont laissé entendre au départ les autorités françaises, mais pour la branche américaine d’un groupe spécialisé dans la protection sociale. A ce titre, celle qui aurait une longue expérience dans le pays, était responsable d’un projet pour le Fonds social yéménite, autrement dit une entité gouvernementale.

Or, depuis janvier dernier, les rebelles houthis tiennent à nouveau Sanaa. Le président yéménite se trouve à Aden où il a affirmé reprendre pleinement ses fonctions, mais les institutions sont plus que jamais désorganisées.

Selon une source des services de sécurité yéménites à L’Agence France-Presse, l’enlèvement se serait produit au cœur de la capitale près d’un barrage. Des barrages généralement tenus par la milice chiite houthiste. La Française et son accompagnatrice se rendaient au travail en taxi. Leur taxi a été arrêté sur une voie très fréquentée, les deux jeunes femmes ont alors disparu. Le chauffeur de taxi a été libéré plus tard les yeux bandés, raconte le journal Le Monde.

« Compte tenu de la dégradation des conditions sécuritaires, nous renouvelons avec insistance la recommandation de quitter le pays », fait savoir le ministère français des Affaires étrangères qui n’a plus de représentation diplomatique au Yémen.

Grèce: le difficile équilibre des réformes

Le gouvernement grec a jusqu'à lundi soir pour proposer à ses créanciers, européens et FMI, une liste de réformes conforme à ses engagements de redressement financier. Un difficile équilibre à réaliser avec les promesses électorales de Syriza.

L'accord conclu avec l'Eurogroupe laisse au gouvernement grec une marge de manœuvre dans la proposition de réformes. Mais c’est une marge étroite, car ces mesures ne doivent pas, au bout du compte, avoir d'impact budgétaire négatif.

Le gouvernement Tsipras, élu sur un programme anti-austérité, ne veut pas procéder à de nouvelles baisses du salaire des fonctionnaires ni des retraites. Il entend même réévaluer progressivement le salaire minimum. Par ailleurs, les conventions collectives, plus favorables aux salariés, devraient être rétablies.

Il va donc falloir chercher ailleurs les économies. La Grèce va proposer de renforcer la lutte contre l'évasion fiscale et la corruption, et chiffrer cet effort pour tenter de convaincre ses créanciers de sa bonne foi. Athènes va aussi promettre d'améliorer l'efficacité du secteur public et donc d'en réduire le coût. Mardi les ministres des Finances de l'Eurogroupe feront savoir si ce programme leur semble crédible, seule condition pour la Grèce perçoive les quatre mois supplémentaires d'aide financière dont elle a le plus grand besoin.

Les shebabs somaliens menacent les centres commerciaux occidentaux

Le Mall of America à Minneapolis ou encore le Forum des Halles à Paris... Al-Shebab, le mouvement terroriste somalien, vient de prévenir, dans une vidéo, les Etats-Unis en particulier et les Occidentaux en général qu’ils devaient s’attendre à des attentats dans leurs centres commerciaux identiques à celui qu’ils ont perpétré à Nairobi en 2013 et qui avait fait plus de 60 morts et de nombreux blessés. Le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Jeh Johnson, a lancé un appel à la prudence et à la vigilance.

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Le secrétaire américain à la Sécurité intérieure Jeh Johnson avait été programmé à l’origine sur cinq chaînes de télévision pour presser le Congrès d’adopter le budget de son ministère qui expire vendredi, et qui est bloqué par les républicains pour des raisons politiques. La vidéo des jihadistes somaliens est donc venue à point nommé pour souligner l’urgence de débloquer les fonds.

« La guerre a à peine commencé », a déclaré le porte-parole des shebabs, Ali Mahmoud Ragi, dans une vidéo diffusée sur Twitter et publiée par Site, le centre américain de surveillance des sites islamistes. « Westgate est juste une goutte dans l'océan, [...] les attaques vont continuer. » L'attaque du complexe commercial de Nairobi avait fait plus d'une soixantaine de morts, en septembre 2013.

Le Mall of América et le Forum des Halles visés

Le ministre a exhorté les Américains à faire preuve de prudence, mais sans pour autant renoncer à aller faire leurs achats. Le FBI a déclaré qu’il n’avait décelé aucun danger immédiat. La sécurité a été particulièrement renforcée au plus important centre commercial du pays, le Mall of America, situé à Minneapolis, dans l’Etat du Minnesota où vit une importante communauté somalienne. Or, entre 20 et 30 jeunes de cette communauté ont rejoint les shebabs, et le centre est spécifiquement mentionné dans la vidéo. Tout comme d'ailleurs le Forum des Halles à Paris et les Quatre-temps, dans le quartier de la Défense.

Jeh Johnson a dû aussi expliquer sur ABC pourquoi l’administration Obama se refusait à parler d’un extrémisme islamique, ce qui lui a valu nombre de critiques des conservateurs. Le ministre a déclaré que la vraie religion islamique n’a rien à voir avec ce que le groupe EI représente. Aussi lui donner le nom d’islamique ou « d’Etat islamique » est lui accorder plus de dignité qu’il n’en mérite.

logotwitterFacebook