International

Législative partielle en France: l'UMP se divise sur sa stratégie

C’est l’heure du choix pour l’UMP. Ce mardi soir, le parti conservateur doit arrêter sa position sur la législative partielle du Doubs où le PS va affronter dimanche le Front national. Quelle stratégie l’UMP va-t-elle adopter ? Appeler à voter pour le Parti socialiste ou au contraire choisir de ne pas choisir. Le parti dirigé par Nicolas Sarkozy devrait opter pour la seconde hypothèse.

Ni Parti socialiste, ni Front national. Voilà la position que devrait adopter l’UMP ce mardi soir à l’issue de son bureau politique pour le second tour de la législative partielle du Doubs dimanche. Une stratégie du « ni-ni » déjà adopté lors des cantonales 2011 et entre 2012 et 2014.

Stratégie qui recueille aujourd’hui l’adhésion d’une majorité de cadres du parti : Laurent Wauquiez, Bruno Le Maire, Henri Guaino y sont favorables, tout comme Luc Chatel, le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy qui expliquait lundi ne pas vouloir choisir « entre le FN et le parti qui fait monter le FN ». Sans surprise, Nicolas Sarkozy est sur la même ligne. Le président de l’UMP devrait donc laisser les électeurs libres de leurs choix.

Divisions

Un positionnement qui comporte cependant quelques risques : celui d’abord de faire du Front national un parti comme les autres et ainsi de favoriser l’arrivée d’un troisième député d’extrême droite au Palais Bourbon. Comment dans ce cas-là continuer à se présenter comme le meilleur rempart contre le FN ?

Autre danger pour l’UMP : faire renaître les divisions internes. Certaines voix se sont élevées pour s’opposer au « ni-ni » et appeler à un front républicain. Parmi elles, celle de la numéro 2 du parti Nathalie Kosciusko-Morizet.

Lundi soir, sur son blog, c'est Alain Juppé qui est venu jeté un peu plus le trouble. Récusant la stratégie de la majorité des ténors de son parti, il a appelé à faire « barrage au FN ». Le maire de Bordeaux indique que, lui, voterait socialiste.

Etats-Unis: forte épidémie de rougeole

Les Etats-Unis connaissent une épidémie de rougeole d’une ampleur qui inquiète les autorités sanitaires. Une centaine de cas, dont l’origine est une contamination dans un parc d’attractions de Californie ont été recensés. La rougeole, maladie très contagieuse, avait été quasiment éliminée aux Etats-Unis grâce à la vaccination. Mais une tendance «anti-vaccin» dans certaines familles a favorisé la résurgence de cette infection virale.

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Jamais en cinquante ans, les Etats-Unis n’avaient vu une épidémie de rougeole se répandre aussi vite. Dans les années 1960, plusieurs millions d’Américains étaient contaminés chaque année, et la maladie faisait cinq cents morts par an.

On tombe à trente-sept cas en 2004 après les campagnes de vaccination et en 2014, hausse vertigineuse avec 644 infections recensées.

Et ce ne sont plus les familles très pauvres qui sont touchées, la rougeole fait des ravages dans les beaux quartiers de Californie, dans les foyers qui ont décidé de ne plus faire vacciner les enfants. Une tendance à la mode depuis qu’une étude, démentie ensuite par toutes les autorités scientifiques, avait cru déceler un lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme. Le lien n’existe pas, mais les parents ont le droit de faire ce choix.

Les autorités sanitaires ont lancé une alerte, et demandent aux parents de reconsidérer cette position, qui met la vie de leur enfant, et celle des autres en danger. Quelle est la limite entre liberté personnelle et santé publique, c’est la question posée à présent par certains médecins pour qui la vaccination contre la rougeole devrait être obligatoire.

Guerre d'Ukraine: le point sur une violence en pleine propagation

De nombreux civils supplémentaires ont été tués au cours des dernières heures dans l'est de l’Ukraine. L'armée a déploré aussi des morts. Au lendemain de l’échec des négociations de Minsk, au Bélarus, de violents combats se sont poursuivis dimanche et la situation demeurait confuse ce lundi matin.

Avec nos envoyés spéciaux à Donetsk,  Anastasia Becchio et Boris Vichith

François Hollande, Angela Merkel et le président ukrainien Petro Porochenko ont appelé à « un cessez-le-feu immédiat ». Mais le dirigeant de la république séparatiste autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, a déclaré lundi matin qu'il espérait mobiliser dans les jours qui viennent quelque 10 000 conscrits supplémentaires pour combattre les forces loyalistes ukrainiennes.

« La mobilisation générale aura lieu dans la République populaire de Donetsk dans dix jours, il est prévu de mobiliser jusqu'à 100 000 hommes (au total, NDLR) », a déclaré Alexandre Zakhartchenko, cité par l'agence officielle séparatiste DAN. Une annonce qui ne présage aucun apaisement sur le terrain, d'autant que l'Alliance atlantique (Otan) s'interroge de son côté sur l'opportunité de livrer des armes aux forces ukrainiennes, une perspective à laquelle les Etats-Unis seraient de moins en moins réticents. La question se pose : où va l'Ukraine ?

• Debaltsevo, le point le plus chaud

Dans la confusion régnante, une chose est sûre : les combats sont très violents autour de Debaltsevo (lire notre reportage). La localité, stratégique, est située entre les villes de Donetsk et Lougansk, les deux capitales séparatistes. Les tirs y sont incessants, les obus de mortier provoquent d’importantes destructions. Ceux qui le peuvent encore tentent de fuir. Des volontaires organisent des évacuations par autocars, mais la seule route qui mène à Debaltsevo est constamment visée par des tirs d'artillerie.

Les rebelles affirment par ailleurs tenir treize localités dans le giron, dont celle de Nikichino, au sud-ouest de Debaltsevo. La chaîne de télévision russe LifeNews, proche des séparatistes, montrait ce lundi matin des images de ce village ; de maisons et de matériels militaires détruits. Un responsable militaire séparatiste, Edouard Bassourine, affirme que les rebelles ont stoppé la progression de deux colonnes militaires ukrainiennes chargées de munitions, de carburants et de provisions pour les soldats assiégés à Debaltsevo..

Des habitants de Debaltsevo réfugiés dans un abri anti-missile, le 30 janvier 2015.REUTERS/Maksim Levin

Pour survivre, les gens se terrent dans des caves

Les combattants séparatistes poursuivent leur offensive et tentent de gagner du terrain, village par village, pour encercler les quelque 6 000 à 8 000 soldats qui se trouveraient dans cette ville. Mais du côté de Kiev, on réfute tout encerclement. Un conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur affirme que l'armée loyaliste a détruit une colonne séparatiste, des tanks et des armements lourds dimanche. L'attaque aurait fait des dizaines de morts.

Le porte-parole de l'armée souligne pour sa part que Debaltsevo est toujours sous contrôle ukrainien, tout comme la cinquantaine de kilomètres de routes entre Debaltsevo et Artémivsk, cette ville située plus à l'ouest dont l'hôpital est aujourd'hui débordé par l'afflux de blessés. Sous les bombes, les gens fuient la région à bord de véhicules avec des linges blancs accrochés aux rétroviseurs. La situation est de plus en plus critique : plus d'eau, plus d'électricité, plus de chauffage depuis plusieurs jours. Les gens restés dans la ville se terrent dans des caves.

• À Donetsk, la situation demeure tendue

Un peu plus au sud, à Donetsk où se trouvent nos envoyés spéciaux désormais, la situation demeure tendue. Plusieurs obus sont tombés sur des immeubles situés près du centre-ville. Selon les autorités séparatistes, six civils ont été tués tout récemment à Donetsk et dans ses environs. Dimanche, peu de gens se sont aventurés sous la pluie dans les rues du fief séparatiste, alors que les bombardements se sont fait entendre tout au long de la journée. Quotidiennement, des missiles s'abattent sur les habitations.

Des civils sont tués, d'autres sont grièvement blessés. À l'hôpital de Donetsk, Nella tient à montrer des photos sur son téléphone portable. « Vous voyez, j'étais comme ça avant », raconte la jeune femme au visage défiguré, alors que dehors les bombardements se font entendre. Nella était une jolie brune qui travaillait comme secrétaire dans une usine, jusqu'à ce qu'un missile explose à quelques mètres d'elle. « Pourquoi on nous prive du droit de vivre normalement ?, s'insurge-t-elle. Ça n'est pas ma guerre. Ça n'est pas la guerre de mon enfant. »

 
Une femme erre dans ce qu'il reste de sa maison, le 30 janvier 2015 à Donetsk.REUTERS/Alexander Ermochenko

« Toute ma vie, j'ai été une vraie Ukrainienne »

Il y a du désespoir chez cette mère d'une fille de 14 ans et d'un petit garçon de 4 ans. « Pourquoi doivent-ils vivre sans moi ? Pourquoi suis-je défigurée ? J'ai 30 ans et je suis handicapée maintenant », se lamente-t-elle alors que sur le lit d'à côté, repose une femme aux yeux fermés par des compresses. Il y a deux jours, la maison de cette dame à Gorlivka a été bombardée par l'armée ukrainienne, assure-t-elle.

Aujourd'hui, elle n'a plus qu'un objectif : aller retrouver au plus vite ses deux enfants qui ne sont pas sortis de leur cave depuis dix jours. Au sujet de l'armée et de l'Ukraine, elle lâche : « Je ne leur pardonnerai jamais. Je ne leur pardonnerai jamais pour ma maison détruite. Je ne leur fais plus confiance. Pourtant, toute ma vie, j'ai été une vraie Ukrainienne et je voulais que la région reste ukrainienne. Mais maintenant, c'est terminé, je ne veux plus d'eux. Je veux que ça soit un autre pays. Je ne veux plus d'eux. »

Joëlle URSULL n’est pas contente et voici sa LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE TOUS LES FRANÇAIS : shoah, esclavage ;  non à la hiérarchisation des horreurs de l’humanité

 

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE TOUS LES FRANCAIS

Par Joëlle URSULL

Vous avez osé, Mr Hollande, en 2015 au vu et au su de tous, insulter par omission des peuples, oui des peuples entiers. Lors de la commémoration du 70ème anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz, vous avez affirmé que : « LA SHOAH EST LE PLUS GRAND CRIME, LE PLUS GRAND GENOCIDE, JAMAIS COMMIS ».
Alors Mr le président je suis furieuse d'une telle déclaration. Car ou vous êtes inculte ou vous faites semblant de l'être........
C'est ce genre d'hiérarchisation des horreurs de l'humanité, qui engendrent d'autres discriminations, toutes aussi pernicieuses. Voilà pourquoi de nos jours en France, si vous marchez sur le pied d'un juif, c'est une agression antisémite. Mais le tort fait aux autres (Noirs, Maghrébins etc.) c'est juste du racisme ordinaire. C'est à s'y perdre Mr le président. Alors comment expliquer le fait lorsque vos compatriotes noirs, arabes ou asiatiques sont agressés par des activistes d'extrême droite, il ne se trouve aucun homme politique pour le dénoncer autant que s'il s'agissait d'un acte antisémite ? Et dans le dernier malheur ayant touché notre pays et fait 17 victimes, dont 4 juifs, l'attention du grand public n'est presqu'attirée, que sur ces 4 victimes. Rendre hommage à la mémoire de ces victimes et compatir à la douleur de leurs familles est un devoir noble qui nous incombe tous. Mais n'est ce pas excessif et discriminatoire, de vouloir inscrire l'histoire de la shoah à l'école, en oubliant les autres histoires comme celle de vos compatriotes descendants de millions de déportés africains ? Mon but ici n'étant pas de chercher à communautariser ni l'Histoire ni les Mémoires, ce qui serait la porte ouverte à une hiérarchisation victimaire. Car il n'y a pas de degrés dans l'horreur, ni de monopole de la souffrance. Aussi, comme l'histoire nous l'enseigne la Shoah et ses 6 millions d'innocents immolés, est une de ces taches indélébiles et inoubliables dans l'histoire de l'humanité. Mais force est de reconnaître aussi, que la dimension prise par la traite et l'esclavage dont ont été victimes les peuples noirs, dépasse en nombre de morts, en traitement des victimes déportées, en durée et en horreurs, tout ce qui l'avait précédée ou suivie. La traite négrière, invention du monde arabo-musulman aura concerné près de 17 millions d'individus. Quant au commerce triangulaire – dont la France a une très grande responsabilité -, les historiens admettent qu'environ 11 millions d'Africains furent déportés dans le Nouveau Monde. Soit pour l'ensemble de ces déportations, 28 millions de malheureux ont été arrachés à leurs terres, pour subir les traitements les plus inhumains. Et que pour un captif, 3 à 4 autres furent décimés, du fait des guerres, des incendies de villages, de greniers et des épidémies résultant de ces horreurs. Les statistiques sur le nombre des morts (environ 80 millions), donnent le vertige. Cette entreprise gigantesque, qui aurait pu conduire à la disparition totale des peuples noirs sur le continent africain, ne saurait être comparée à aucune autre dans l'histoire. Et aujourd'hui vos compatriotes descendants de ces horreurs, ont appris à panser leurs blessures dignement et en silence. Ils avancent sans courber le dos, la tête haute malgré tout ! Votre phrase est donc une offense pour tous ces peuples, une offense pour tous ces Noirs français et qui ont voté pour vous, moi la première (et je m'en mords les doigts).... Quant à Mme Christiane TAUBIRA, à quoi sert votre loi sur la traite négrière ? Votre silence me glace le sang ! Votre collègue ministre de l'Outre- mer G. Pau-Langevin est aussi muette que vous, encore plus muets, le sont nos présidents de régions et nos députés ultra-marins, c'est triste........ Mr le président François HOLLANDE nous exigeons des excuses. Veuillez prendre connaissance du manifeste du « Collectif des Nègres Insoumis », pour vous rappeler certaines réalités de l'Histoire et rendez-vous aux prochaines élections !!!
.

JOELLE URSULL
Artiste guadeloupéenne et..... Française (uniquement sur papier sans doute) descendante d'esclaves africains et fière de l'être.

LE COLLECTIF " NEGRES INSOUMIS "

LETTRE OUVERTE AU GOUVERNEMENT ET MEDIAS FRANCAIS

Nous, Nègres qui avons contribué à la richesse de la France gratuitement, esclavage oblige.....
Nous, Négres qui avons allaité et éduqué les enfants des maîtres pendant l'esclavage(les femmes blanches avaient autre chose à faire)......
Nous, Nègres qui avons été trahi avec "leur BUMIDOM, sans dédommagement aucun ......
Nous, Nègres, Indiens de le Réunion qui avons été adopté illégalement, avec la complicité de l'état........
Nous Nègres qui avons nettoyé vos rues, quand aucun blanc ne le voulait....
NOUS Nègres empoisonnés par la chlordécone avec la complicité de l'état...
Nous Nègres Guyanais laissés pour compte et surveillés par les renseignements généraux et légionnaires, sans compter les retombées inexistantes de Kourou pour la Guyane (Ariane etc.)
Nous Iliens du pacifique qui avons été empoisonnés par les essais nucléaires Français
Nous Nègres qu'un ex président français inculte a effacé des livres d'histoire !!!!
Nous Négres, qu'un pape a traité de sans âme (pour pouvoir continuer la traite des nègres sans remords)
Nous Nègres qui avons été dissidents ,qui avons combattu au nom de la patrie FRANCE
Nous, Nègres spoliés de nos terres de notre histoire, de nos plantes, de notre culture,
Nous Nègres avilis ,tués, emprisonnés à cause de notre peau
Nous Nègres gendarmes,policiers,avocats,enseignants,infirmiers,docteurs,écrivains,chercheurs,aide soignants, artistes,
Nous Nègres acteurs ,sportifs ,inventeurs ,éducateurs etc. etc. tous ceux qui contribuent à faire fonctionner la FRANCE
Nous Nègres salis par des Zemmour, des animateurs ,des journalistes, des humoristes et autres ......donc par les médias......
Nous Nègres qui avons supporté humiliations, pardonné, essayé le vivre ensemble
Nous, Nègres, Métis, Basanés, tous ceux qui ne sont pas vraiment blancs pour la France
Nous Nègres, fatigués de ces clichés avilissants et répétitifs......
Aujourd'hui nous voulons le respect ...un respect que nous ne quémandons pas mais que nous exigeons ....
Trop c'est trop
Quand nous, nous parlons d'agressions racistes, certains nous traitent de paranoïaques.....
Mais quand ce sont des agressions contre des personnes de confession juive, là ce n'est pas pareil, c'est flagrant....
Tous les jours des inconnus (noirs, métis maghrébins, indiens) subissent des agressions racistes
Et vous osez vous offusquer du racisme à l'envers de certains, comme vous aimez l'appelez ...
Encore heureux qu'il y ait des lois pour empêcher de tirer à vue sur toutes personnes basanées .....
Nous avons été des MARTIN LUTHER KING, des GHANDI ............
MAIS NOS ENFANTS SONT des LUMUMBA , des SANKARA ,des MALCOM X , des SHAKA ZULU ,des ALIKER ,
des CESAIRE, des ROSA PARK, des BERTHELOT, des MONA, des VELO ,des Guy KONKET ,des Tien jah FAKOLY, des Tidiane N'DIAYE, des Maryse CONDE ....et j'en passe ........

AU NOM DE LA PAIX ET DES 3 MOTS QUE VOUS CONNAISSEZ BIEN

LIBERTE EGALITE FRATERNITE

NOUS N'ACCEPTERONS PLUS CES DISCRIMINATIONS

NOUS ALLIERONS TOUTES NOS FORCES, NOUS ECRIRONS, NOUS MANIFESTERONS

NOUS FERONS TOUT CE QUI PEUT ÊTRE FAIT ENSEMBLE....

UN TEMPS, CERTAINS ONT DIVISE POUR POUVOIR MIEUX REGNER

IL EST TEMPS DE CHANGER TOUT CELA

LE COLLECTIF " NEGRES INSOUMIS "

Merci à T NDIAYE, Merci à Joelle et je comprends sa colère. Il ne faut pas surcharger les souffrances et hiérarchiser les horreurs de l'humanité pour plaire à une communauté. Pape CISSOKO Ichrono

logotwitterFacebook