International

Législative du Doubs: le PS rompt la spirale de l’échec électoral

Le socialiste Frédéric Barbier a remporté d'une courte tête le duel qui l'opposait, dimanche 8 février, à la candidate du FN, Sophie Montel. Il s’impose donc lors de ce second tour de la législative partielle du Doubs, avec 51,43% des suffrages contre 48,57%. Ce scrutin pouvait être perçu comme ayant une valeur de test national.

Avec notre envoyée spéciale à Montbéliard, Véronique Rigolet

C’est une victoire sur le fil pour Frédéric Barbier, à un petit millier de voix devant la candidate frontiste. La victoire est courte mais belle pour la gauche qui a su se mobiliser dans le Doubs pour faire barrage au Front national. Une victoire possible grâce à l’aide également d’une partie des électeurs UMP. Frédéric Barbier les remercie d’ailleurs en citant Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet.

Mais à peine élu, le député socialiste s’inquiète de la progression du FN et il n’hésite pas à interpeller le gouvernement : « Chers amis, il ne faut pas se voiler la face. Il est grand temps avant qu’il ne soit trop tard de promouvoir, d’accélérer les réformes audacieuses et que le personnel politique accepte de se remettre en cause. »

Côté Front national, la courte défaite est également vécue comme une victoire face au système raille Sophie Montel. Pour elle, c’est une leçon faite à l’ensemble de la classe politique, du PS à l’UMP, en passant par les Verts et les centristes. Elle se félicite de la voie royale qui estime-t-elle s’ouvre désormais pour le FN : « Par rapport aux élections législatives de 2012 au deuxième tour, nous avons gagné 25 points alors que le Parti socialiste ne progresse que d’un point environ. Pour moi, cela nous ouvre un boulevard pour 2017, c’est la voie royale. » A six semaines des élections départementales, le PS vient en tout cas de rompre avec la spirale de l’échec aux scrutins électoraux. Une dynamique nouvelle malgré la montée du FN.

Mariage homo: les Slovaques peu nombreux pour dire «non»

Les Slovaques votaient ce samedi 7 février 2015, dans le cadre d'un référendum contre le mariage homosexuel et pour la « protection de la famille traditionnelle ». Dans leur très grande majorité, les électeurs se sont prononcés contre le mariage entre personnes de même sexe. Cette consultation restera sans effet, le taux de participation ayant été bien inférieur 50%. Mais la campagne virulente, et parfois homophobe, qui a précédé le vote va laisser des traces.

Avec notre correspondant en Europe centrale,  Alexis Rosenzweig

Quelque 400 000 personnes avaient signé la pétition pour organiser cette consultation, initiée par des groupes chrétiens proches d’un clergé catholique très influent en Slovaquie. Spots vidéo polémiques, accusations d’ « immoralité » et de « perversion » : la campagne de ces dernières semaines a été rude pour la communauté gay. Pourtant, la Constitution du pays mentionne déjà depuis l’année dernière que le mariage est réservé à deux personnes de sexe différent. L’adoption d’enfants par des couples homosexuels n’est pas autorisée non plus.

Le pape François a loué les efforts de l’Eglise slovaque « dans la protection de la famille en tant que cellule vitale de la société ». Amnesty International et d’autres ONG avaient quant à elles dénoncé une dérive homophobe et discriminatoire. Euthanasie, avortement, droit des minorités sexuelles : les débats sont quoi qu'il en soit fréquents et souvent âpres en Slovaquie. Ce vote va de toute évidence marquer un nouvel épisode. « Je suis attristé et désabusé par ce que ce référendum a apporté à notre pays », a déclaré le président slovaque Andrej Kiska, juste après avoir voté samedi soir.

Rfi

Riyad accusé d'avoir financé al-Qaïda: la déclassification demandée

Après les déclarations de Zacarias Moussaoui, qui accuse l'Arabie saoudite d'avoir financé al-Qaïda, des parlementaires américains demandent la déclassification de cette partie de l'enquête, menée après le 11-Septembre.

Ces élus estiment que le moment est venu de savoir si les allégations du Français sont fondées ou non. Zacarias Moussaoui a été condamné à la prison à vie aux Etats-Unis pour son rôle dans la préparation des attentats de 2001.

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

C'est un document de 28 pages qui n'a pas été déclassifié après l'enquête et après la commission parlementaire qui a travaillé sur les attentats du 11-Septembre. Un dossier consacré au financement d'al-Qaïda par le gouvernement saoudien.

Des familles de victimes des attentats, des sénateurs, des représentants œuvrent pourtant dans ce sens depuis plus de dix ans. Une requête renouvelée jeudi après les accusations de Zacarias Moussaoui proférées du fond de sa prison et rendues publiques en début de semaine.

Parmi ceux qui connaissent le contenu des documents top secret, les avis sont divergents. Pour certains, le lien n'est pas prouvé entre le gouvernement saoudien et les attentats. Pour d'autres, au contraire, le financement par des officiels saoudiens est établi dans ce dossier. D'après les journalistes du New York Times, même l'ambassade d'Arabie saoudite est favorable à la déclassification des documents pour mettre un terme aux spéculations.

La décision appartient au président des Etats-Unis et ni George Bush, ni Barack Obama n'ont franchi ce pas. George Bush avait expliqué que la divulgation du dossier serait une menace pour la sécurité nationale. Barack Obama ne s'est pas exprimé.

Rfi

Crash meurtrier d'un avion de ligne à Taïwan Par RFI

Impressionnante catastrophe à Taïwan. Un avion s’est écrasé dans une rivière à Taipei, la capitale, peu après son décollage avec 53 passagers et cinq membres d'équipage à bord. L’appareil a d’abord slalomé entre les buildings avant de heurter une voie aérienne de l’autoroute et de s’abîmer dans l’eau. Bilan provisoire : 16 survivants, 31 morts et 12 disparus.

Il est 10h55 du matin (heure locale) ce mercredi quand la tour de contrôle de l'aéroport Songshan perd le contact avec l’ATR 72-600, qui vient de décoller pour assurer la liaison entre Taipei et la petite île de Kinmen, au large de la Chine continentale. A son bord, 53 passagers et 5 membres d’équipage. « SOS, SOS, extinction moteur » sera le dernier message des pilotes.

De fait, sur une très impressionnante vidéo amateur (à visionner à la fin de cet article), on voit l’avion, qui a déjà slalomé entre les buildings pour éviter de les toucher, basculer à 90 degrés, les ailes à la verticale. De la gauche il heurte alors la voie aérienne d’une autoroute, touchant un taxi, et s’abîme dans la rivière en contrebas, pour des raisons encore inconnues.

L'opération de sauvetage est en cours. Seize passagers ont été secourus et hospitalisés, 31 sont morts et 12 sont toujours pris au piège de l'appareil. Le froid et l'eau ont ralenti les opérations de secours, ont indiqué des responsables, reconnaissant n'être « pas optimistes » quant à la possibilité de retrouver des rescapés. D'après des médias chinois, 31 passagers étaient originaires de Chine continentale, le reste des personnes à bord étaient taïwanaises..

Les secours taïwanais tentent d'extirper les rescapés de la carcasse de l'avion de TransAsia qui s'est abîmé dans une rivière de Taipei le 4 février 2015 avec 58 personnes à bord.REUTERS/Pichi Chuang

Quatre cents soldats, huit canots de sauvetage et 15 ambulances sont mobilisés. Les secours comptent lever la partie avant de l’appareil avec des grues – c’est là que la plupart des passagers seraient pris au piège. Sur les images des télévisions locales, on peut voir des secouristes debout sur ce qu'il reste de l'appareil dans la rivière, tentant de sortir des passagers avec des cordes avant que la carcasse ne sombre entièrement. On y voit aussi les rescapés, dont deux enfants, emmenés jusqu'au rivage à bord de canots de sauvetage.

L’avion avait été livré à TransAsia il y a moins d’un an. Les dernières opérations d'entretien le concernant datent du 26 janvier selon la compagnie, qui a annoncé que les deux boîtes noires avaient été retrouvées. C’est la seconde catastrophe aérienne que vit Transasia en quelques mois. En juillet dernier, un autre de ses ATR s’était écrasé sur une île de l'archipel de Penghu, à l'ouest de Taïwan, alors que le Typhon Matmo frappait la région. Sur ses 58 occupants, 48 avaient été tués.

Rfi

logotwitterFacebook