International

Le monde occidental aurait-il perdu son humanisme et sa joie de vivre ? François MAUGIS-l'ile de Réunion

Le plan des terroristes était bien plus sanguinaire. Alors que la ville de Barcelone pleure encore les treize morts et la centaine de blessés de l'attaque à la fourgonnette sur les Ramblas et qu'une autre personne a été tuée sur le même mode opératoire dans la station balnéaire de Cambrils, les médias espagnols révèlent que les terroristes prévoyaient de faire beaucoup plus de victimes. »

« Le Marocain de 18 ans accusé d'avoir tué deux personnes et blessé huit autres en Finlande vendredi est un demandeur d'asile qui voulait s'en prendre à des femmes lors de cette attaque que les autorités qualifient de "terroriste".
La police avait rapidement arrêté vendredi le suspect armé d'un couteau, le blessant par balle à la jambe sur une place du centre-ville de Turku, ville portuaire dans le sud-ouest de la Finlande.
"Nous pensons que l'assaillant ciblait en particulier les femmes, mais des hommes ont été blessés après avoir tenté de défendre ces femmes", a déclaré la commissaire Christa Granroth, du Bureau national des enquêtes, lors d'une conférence de presse.
L'homme arrivé en Finlande en 2016, dont l'identité n'a pas été révélée, avait poignardé à mort deux personnes et blessé huit autres, toutes âgées entre 15 à 67 «

Pour le terrorisme comme pour beaucoup de choses, il est facile d'en parler, il est beaucoup plus difficile de comprendre. On nous donne de nombreuses explications (croissance des inégalités et de la pauvreté, injustice, etc. qui donnerait naissance au radicalisme plus ou moins religieux). Ne serait-ce pas plutôt le revers de la médaille d'une mondialisation froide et destructrice ? Ce mélange des genres et des populations a des avantages et des inconvénients. Les avantages, il suffit de se promener quelques jours dans Paris pour les constater. Les commerces à taille humaine tenus par certains immigrés sont dix fois plus conviviaux et humains que les grandes surfaces ou autres commerces tenus par des nationaux froids et désabusés. Avec la montée des prix de l'immobilier, le centre de Paris qui n'est accessible qu'aux très riches, serait un véritable désert s'il n'y avait pas un peu de vie entretenue par la présence des immigrés. Cela n'a l'air de rien, mais c'est tout un art de vivre, toute une convivialité et un humanisme qui a quitté depuis longtemps le monde occidental.
Pour les inconvénients, c'est une autre affaire. Un journaliste vient enfin de soulever le voile et mettre le doigt (en partie) sur les causes profondes du terrorisme. Je cite :« L'État islamique est devenu un phénomène planétaire, alors qu'il n'était qu'un groupuscule il y a une dizaine d'années. Pour beaucoup de jeunes, c'est devenu aujourd'hui, la seule offre sur le marché. Il séduit en Asie du Sud-Est ou dans certains pays arabes et enrôle maintenant des étudiants brillants ». Et il conclut en disant : « Daesh est dans une logique d'expansion ».
Cela a de quoi nous inquiéter. Et je crains fort que si, d'une manière ou d'une autre, l'Occident ne tente pas de résoudre le problème à la source, tout cela se terminera bien mal. Oh, il ne s'agit pas d'aller débusquer les meneurs à coup de canon comme on l'a fait jusqu'à présent, mais tout simplement, de s'intéresser au sort des populations du monde les plus démunies et de partager un peu plus équitablement les richesses de notre planète et le travail nécessaire pour les exploiter de manière durable.

François MAUGIS
http://assee.free.fr

PS : Pour en savoir plus, voir l'ouvrage du journaliste Wassim NASR « État islamique, le fait accompli » (Plon).

Migrants: l'Espagne, nouvelle porte d'entrée de l'Europe?

Confirmation que l’Espagne est de plus en plus la route préférée par les migrants pour débarquer en Europe : depuis mercredi 16 août, selon les autorités espagnoles, 339 personnes sont arrivées sur les côtes de Cadix. Au total, ce sont 11 000 personnes, des Africains pour la plupart, qui ont débarqué en 2016. Soit 75% d’augmentation par rapport à 2016.

Douaniers et forces de sécurité sont en alerte le long du littoral d’Andalousie. Tout particulièrement dans la région de Cadix.

Car plus de 300 personnes arrivées dans la même journée, c’est considérable lorsqu’on sait que, ces dernières années, c’est principalement par l’Italie ou la Grèce que les migrants sont passés. La tendance est vraisemblablement en train de s’inverser.

Intensification des arrivées

L’Acnur, l'agence de l’ONU pour les réfugiés, a averti fin juillet que ces arrivées massives vont s’intensifier vers l’Espagne et cela se confirme. Et ce, même si la frontière est ici équipée d’un matériel électronique ultra moderne afin de détecter en amont les embarcations de fortune qui s’approchent des côtes.

Pour l’heure, à Cadix, le personnel de la Croix-Rouge s’inquiète du nombre de mineurs. Dans une des embarcations, on comptait 27 jeunes adolescents et un bébé de 14 mois.

RFI

Immobilier : le parcours du combattant des députés pour décrocher des locaux

Flambée des prix de l'immobilier, défiance des assureurs… "Le Parisien" retrace la galère des néo-élus pour dénicher leur permanence en circonscription.

Chaque année au mois d'août, les agents immobiliers salivent à l'idée de voir débarquer des étudiants prêts à tout pour décrocher une studette. Quelle n'a pas dû être leur surprise en voyant surgir à côté de cette cohorte de jeunes ambitieux une nouvelle clientèle un peu particulière. En plein cœur de l'été, les députés fraîchement élus sont en effet légion à se mettre en quête d'un bureau dans leur circonscription, rapportent nos confrères du Parisien. Et l'exercice semble loin d'être aisé.

Comme tout a chacun, les élus se heurtent dans un premier temps aux dures lois du marché de l'immobilier. « Les loyers que l'on me propose sont autour de 3 000 euros. Ce n'est pas possible pour un député », s'étrangle Gabriel Attal, député La République en marche (LREM) de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine, qui n'a toujours pas trouvé sa perle rare alors que les travaux en commission reprendront dès le 12 septembre.

L'ancien socialiste n'est pas le seul à se morfondre face aux prix rédhibitoires des logements. Loin de là. Certains n'hésitent pas à user d'un stratagème bien connu des étudiants : la colocation. Pacôme Rupin et Laetitia Avia, deux élus parisiens de la majorité présidentielle, ont franchi le pas pour s'installer dans des bureaux de 90 mètres carrés dans le 12e arrondissement de la capitale. Il leur en coûtera 3 000 euros, charges comprises. « On veut œuvrer pour une meilleure utilisation de l'argent public et on a vocation à travailler ensemble », se réjouit d'avance la jeune avocate.

Bêtes noires des assureurs

Tout à leur joie d'avoir enfin paraphé un bail, ces néo-députés déchantent pourtant bien vite. En effet, ils se découvrent un ennemi de taille : les assureurs. Considérés comme des « personnalités à risques », bon nombre de parlementaires peinent à tranquilliser les assurances qui imaginent déjà des vitrines brisées et des permanences saccagées par des opposants politiques.

Sarah El Haïry, députée MoDem de Loire-Atlantique, se souvient avec amertume des échanges kafkaïens qu'elle a eus avec ses assureurs. « La première question qu'ils vous posent, c'est : Est-ce que vous avez une vitrine ? » confie dans les colonnes du quotidien celle qui a finalement opté pour une permanence au premier étage d'un bâtiment…

Valérie Petit a trouvé la parade. Plutôt que de parcourir avec frénésie les annonces immobilières, la députée LREM du Nord a préféré faire le tour des concessionnaires. L'enseignante-chercheuse a décidé d'opter pour un minibus qui lui permettra de sillonner la 9e circonscription du Nord. Un mélange de proximité et de tranquillité.

Liberté religieuse: Washington pointe le «génocide» commis par l'EI

Le département d'État américain a présenté le 15 août 2017 son état des lieux annuel de la liberté religieuse dans le monde. Noyé dans la polémique sur les groupes extrémistes de droite et leur rapport ambigu avec Donald Trump, il reste cependant important. Le panorama, qui porter sur 200 pays, est sombre. Le document estime que le « génocide » commis par l'organisation Etat islamique est la principale préoccupation du gouvernement américain.

L'entrave à la liberté religieuse existe réellement partout dans le monde. Selon le département d'État américain, près de 80 % de la population mondiale est confrontée à « des restrictions ou des actes hostiles qui limitent leur liberté religieuse ».

Son rapport de 2017 recense les discriminations contre les musulmans et l'antisémitisme en Europe, et pointe les traditionnels ennemis historiques des Américains, Iran ou Chine, mais aussi des alliés actuels comme l'Arabie Saoudite ou le Pakistan.

Comme l'an passé, le document met en avant les atrocités commises par les « terroristes » de l'organisation Etat islamique (EIqui « continuent de cibler de nombreux groupes religieux et ethniques par le viol, les enlèvements, l'esclavage et même la mort ».

« Muslim Ban »

Et d'affirmer que la priorité de l'administration américaine actuelle en matière de droits de l'homme est la protection de ces victimes d'un « génocide ».

Le rapport ne comporte pas de grandes surprises, mais il était attendu étant donné les positions controversées de Donald Trump, qui a souvent stigmatisé les musulmans.

Candidat, il avait par exemple appelé à surveiller les mosquées américaines. Président, il a tenu sa promesse de promulguer un décret pour empêcher l'entrée aux Etats-Unis aux ressortissants de plusieurs pays musulmans, ainsi qu'aux réfugiés du monde entier.

logotwitterFacebook