International

France: l’interdiction des emplois familiaux pour les parlementaires votée

Les députés ont voté ce jeudi l'interdiction des emplois familiaux pour les parlementaires et les élus locaux. Cette mesure phare du projet de loi pour la confiance dans la vie publique débattue depuis le début de la semaine dans l'hémicycle est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. La nuit dernière les députés avaient déjà voté l'interdiction des emplois familiaux pour les ministres. Des débats qui ne se sont pas faits sans désaccord.

Un vote à main levée et les députés actent cette mesure emblématique, promesse de campagne du candidat Macron, qui a pour but d'éviter les emplois fictifs. En effet, l'ombre de l'affaire Fillon plane encore dans l'hémicycle.

Cette proposition ne fait néanmoins pas l'unanimité. « On a un cochon qui est malade, donc on abat tout le troupeau. Le vrai sujet ce sont les emplois fictifs, mais on comprend bien que demain, avec l’application de cette loi, je pourrai continuer à ne pas faire travailler quelqu’un qui n’est pas de ma famille de manière fictive. Par contre, je ne pourrai pas employer quelqu’un qui travaille et qui serait de ma famille », regrette le député Les Républicains Julien Aubert.

Une peine encourue de trois ans de prison et 45 000 euros d'amende

Mettre fin aux emplois familiaux est pourtant le prix à payer pour retrouver la confiance des Français selon la majorité. « Il s’agit de mettre un terme à des pratiques qui ne sont plus tolérées ni acceptées par nos concitoyens. Il ne s’agit pas de remettre en cause celles et ceux qui ont réellement travaillé auprès de leur conjoint », assure Alice Thourot, députée La République en Marche de la Drôme.

Les parlementaires n'auront plus le droit d'embaucher un membre de la famille proche : conjoint, concubin, parents et enfants. Mais ça ne va pas assez loin pour certains députés comme Philippe Vigier, élu UDI de l'Eure-et-Loir : « La femme du député X ne pourra pas travailler avec lui, mais travaillera dans le groupe parlementaire auquel adhère son mari ou le contraire, mais de qui se moque-t-on ? Les Français nous regardent ».

Sans surprise cette disposition a été votée à une large majorité. Les ministres, députés ou élus locaux qui ne respecteront pas la règle encourront une peine de trois ans de prison et 45 000 euros d'amende.

RFI

Lu 49 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Hommage au père Hamel : musulmans et catholiques réunis. Victime du terrorisme.


Les hommages au père Hamel se poursuivent toute la journée de ce mercredi 26 juillet à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). France 3 s'est rendue sur place.

France 3France Télévisions


Le père Jacques Hamel a été assassiné il y a un an, le 26 juillet 2016, par deux terroristes. Un hommage lui est rendu ce mercredi 26 juillet, à Saint-Étienne-du-Rouvray. Une cérémonie émouvante, puisque musulmans et catholiques se sont retrouvés ensemble. "Nous avons pu assister à des échanges entre des catholiques et des musulmans. Les premiers se disant soulagés de leur présence, soulagés de savoir qu'ils partagent leur douleur. Et les seconds les invitant à boire le thé à la mosquée", témoigne la journaliste Charlotte Gillard. Des mots et des gestes symboliques qui ont participé à rendre cet hommage au père Jacques Hamel, très émouvant.
Une messe prévue à 18h


Les cérémonies se poursuivent tout au long de la journée, puisqu'une messe est prévue à 18h en la basilique Notre-Dame-de-Bonsecours, dans une commune voisine de Saint-Étienne-du-Rouvray. "Tous ceux qui le souhaitent pourront ensuite se rendre sur la tombe du père Jacques Hamel pour un dernier hommage en présence du culte musulman et du culte catholique", précise la journaliste.

Bayeux. L'artiste musulman offre un tableau en hommage au père Hamel, victime du terrorisme


Reçu à l'évêché de Bayeux, Abdelkhader Djabali, artiste musulman non pratiquant, originaire d'Arganchy, a offert un tableau au diocèse de Rouen, jeudi 22 juin 2017.
Abdelkhader Djabali, artiste d'Arganchy, a remis à Mgr Dominique Lebrun une œuvre pour le diocèse de Rouen. Sa mosaïque rend hommage au père Hamel et dénonce le terrorisme. (©Arthur Pereira/La Renaissance le Bessin)


Espoir, paix et solidarité. C'est le message relayé à travers le tableau d'Abdelkhader Djabali, artiste musulman non pratiquant, originaire d'Arganchy, qui a offert cette œuvre en hommage au prêtre assassiné en 2016.


« Faire face à la barbarie »


Jeudi 22 juin, en début d'après-midi, Mgr Boulanger a accueilli Abdelkhader Djabali, artiste musulman non pratiquant originaire d'Arganchy. Ce dernier a offert à Mgr Dominique Lebrun, archevêque du diocèse de Rouen, un tableau en hommage au père Hamel, victime d'un acte terroriste. « J'ai pris mes armes pour faire face à la barbarie », souligne l'artiste peintre, sculpteur et mosaïste. Cette œuvre apparaît comme une de réponse à la barbarie qui a frappé le père Hamel le 26 juillet 2016, dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime. « Le père Hamel était un homme de paix. On ne touche pas à quelque chose de sacré », affirme Abdelkhader Djabali. « Je suis très touché par ce tableau, un geste original qui me fait extrêmement plaisir », confiait Mgr Lebrun. Un sentiment partagé par Mgr Boulanger :
Ce tableau témoigne des liens qui nous unissent dans la foi


Un message de paix, d'espoir et de solidarité


La mosaïque rend hommage à la fois au père Hamel, assassiné il y a un an par deux jeunes islamistes radicaux dans son église, mais aussi à toutes les victimes des attentats. L'artiste oppose ainsi le noir représentant la barbarie et la période sombre que traverse le monde, au bleu symbolisant l'espoir et la paix possible. « Cette mosaïque est une manière de faire face à ces gens qui nous prennent en otage », explique l'artiste d'Arganchy.


La liberté, une valeur essentielle


Le terrorisme menace toute forme de liberté et cherche à diviser les peuples. Abdelkhader Djabali l'a bien compris et sa démarche se veut solidaire. « Ces gens veulent dresser deux religions l'une contre l'autre. La liberté est une valeur essentielle. Le peuple de confession musulmane condamne le terrorisme ». Pour l'archevêque de Rouen : « La bonne manière de relever ce défi, c'est ensemble ».


Arthur Pereira


https://actu.fr/normandie/bayeux-lartiste-musulman-offre-tableau-hommage-pere-hamel-

Lu 88 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Réfugiés : Europol s'inquiète de la disparition d'enfants  Telerama.fr Alors que l'agence policière redoute le déploiement d'une infrastructure criminelle paneuropéenne qui cible les enfants migrants, l'artiste chinois Ai Weiwei a posé pour une photo

 

Réfugiés : Europol s'inquiète de la disparition d'enfants-Certains restaurants chinois serviraient de la viande humaine

Telerama.fr

Il nous faut être très prudent mais le monde devient fou. Les enfants, les femmes sont les victimes en général. En, Italie, en lybie, en Irack, etc , les plus malheureux sont les victimes.

Esclaves en Lybie ou ailleurs par le fait des passeurs, vente de viande humaine pour faire plus de profit, violence gratuite filmée, et le monde se tait. Pourquoi autant dde dérive. Restez ches vous ou soyez prudent, signalez tout dysfonctionnement qui peut porter atteinte aux humains,  aux anuimaux etc. Les réfugiés sont des proies faciles. P B C

 


Alors que l'agence policière redoute le déploiement d'une infrastructure criminelle paneuropéenne qui cible les enfants migrants, l'artiste chinois Ai Weiwei a posé pour une photo-choc rappelant celle du petit Aylan.


Le chiffre fait froid dans le dos. Selon l'agence policière Europol, qui s'appuie sur des informations fournies par les pays européens ou accessibles publiquement, près de 10 000 enfants migrants non accompagnés ont disparu en Europe entre les 18 et 24 derniers mois. Il s'agit plus exactement d'enfants dont « toute trace a été perdue après leur enregistrement auprès des autorités européennes », a précisé un responsable de l'agence. Sur ces 10 000 enfants, la moitié aurait disparu en Italie, quelque 1 000 autres en Suède. D'autres encore (mais le nombre reste incalculable) ont probablement retrouvé des membres de leur famille. Sur plus d'un million de migrants arrivés en Europe en 2015, environ 27 % d'entre eux sont des enfant, estime Europol.
L'agence redoute surtout que ces « enfants manquants» soient exploités à des fins sordides. En effet, elle souligne qu'une « infrastructure criminelle » paneuropéenne sophistiquée pourrait s'être développée dans le but d'exploiter les migrants illégaux, par l'esclavage ou des activités liées au commerce du sexe. En Allemagne et en Hongrie, notamment, un grand nombre de criminels ont été interpellés alors qu'ils exploitaient des migrants.
Au même moment, l'artiste Ai Weiwei, ultra-présent et hyperactif aux côtés des réfugiés qui arrivent chaque jour sur l'île grecque de Lesbos, refait parler de lui. Pour le compte d'un journal indien, India Today, un photographe a pris une photo de lui une photo de lui, allongé face contre terre sur une plage de galets de l'île, dans une posture qui rappelle celle d'Aylan Kurdi, l'enfant syrien de trois ans retrouvé sans vie le 2 septembre 2015 sur une plage de Bodrum (Turquie).
Paris : des migrants retrouvés congelés dans un restaurant chinois
JeanDavid Dreyfus


Un restaurant chinois a été fermé et ses salariés arrêtés par la police très tôt ce matin, selon les informations rapportées par une source locale. Le gérant serait toujours en fuite.
La police nationale enquêtait depuis un certain moment suite à des disparitions de migrants dans le XIIème arrondissement.

Les pistes conduisaient à ce restaurant chinois, qui malgré un taux de clients extrêmement bas depuis 2006, continuait d'ouvrir ses portes.
Très mal noté sur tripadvisor, on retrouve aujourd'hui des commentaires qui font froid dans le dos, indiquant par exemple que la viande de porc était trop grasse, ou que le nem au poulet a un goût de renfermé...


La police ayant donc suivi ses pistes, une perquisition sur ordre sur tribunal de grande instance vers 6h00, amena ceux-ci à faire une découverte sordide: des hommes adultes entreposés dans le sous-sol frigorifié du restaurant.
Les circonstances de la mort de ces migrants n'a pas été déterminé. Il semblerait s'agir, en tout état de cause, de personnes d'origine soudanaise, érythréenne et afghane.
"Pour des raisons financières, certains sont prêt à tout", nous a confié une association locale d'aide aux migrants. "Apparemment, leur viande servait à constituer les nems au poulet, le porc au caramel, le sauté de porc et la brochette de boulette de boeuf au fromage. C'est très écoeurant [...] mais cela doit nous rappeler que nous avons à faire à des personnes vulnérables".


Des sources proches du dossier nous ont confirmé en fin de matinée que le gérant serait à l'heure actuelle en Chine. L'enquête se poursuit.
Jean-David Dreyfus, pour Nordpresse.

 

Lu 149 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

France: Macron, la fin de l'état de grâce

Juil 21, 2017
Hit: 53
Écrit par
France: Macron, la fin de l'état de grâce

Emmanuel Macron s'est rendu jeudi 20 juillet sur la base aérienne d'Istres dans le sud de la France. Il s'est engagé à ce que le budget de l'armée augmente l'an prochain alors que 850 millions d'euros d'économies sont demandés à la Défense. Le président était en opération séduction auprès des militaires après les tensions qui ont éclaté avec la démission du général de Villiers de son poste de chef d'état-major. C’est la première crise politique depuis le début de son quinquennat deux mois à peine après son entrée à l'Elysée.

Depuis son arrivée au pouvoir, les opposants à Emmanuel Macron avaient beaucoup de mal à trouver le bon angle d'attaque. Ni le départ de 4 ministres le premier mois ni les ennuis judiciaires de la ministre du Travail Muriel Pénicaud n'ont mis le président en difficulté.

Mais l'état de grâce s'est aujourd'hui évaporé. Jusque-là dispersée, l'opposition est aujourd'hui soudée pour accuser le président « d'autoritarisme » après la démission du chef d'état-major des armées.

L'unité se fissure même en interne. A l'Assemblée nationale, certains élus de la majorité En Marche refusent de voir disparaître la réserve parlementaire quand d'autres critiquent le statut promis à Brigitte Macron.

En début de semaine, la grogne a gagné les élus locaux, vent debout contre les 13 milliards d'euros d'économies réclamées par le gouvernement.

Dans les enquêtes d'opinion enfin, la « magie » Macron s'estompe. La cote de popularité du chef de l'Etat a reculé de 3 points au mois de juillet.

Le chef de l'Etat a vite réagi. Mardi, il a promis aux élus de la majorité qu'ils ne seraient pas soumis au « caporalisme ». Jeudi, il cajolait les militaires. Cette semaine, Emmanuel Macron a touché les premières limites de sa méthode jupitérienne.

Lu 53 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)