International

Publié dans International

Expulsions à Notre-Dame-des-Landes: manifestations de soutien aux zadistes

Avr 10, 2018
Expulsions à Notre-Dame-des-Landes: manifestations de soutien aux zadistes

L’opération des forces de l'ordre à Notre-Dame-des-Landes (ouest de la France) se poursuit ce mardi 10 avril. La mission des 2 500 gendarmes mobilisés est d’expulser les occupants illégaux de la Zad (Zone à défendre). Sept personnes ont été interpellées lundi, et près de dix lieux évacués. Les zadistes pourraient compter sur de nouveaux renforts sur place. Dans l'Ouest, mais aussi à Paris, Lyon et Marseille, des rassemblements de soutien ont eu lieu dans la soirée. A Nantes, la manifestation a rassemblé près de 1 200 personnes, selon la police.

« Inexpulzad » ou encore « La terre à ceux qui en prennent soin », proclament des pancartes brandies par des manifestants très remontés dans les rues de Nantes. Pas de heurts avec les CRS, mais sur les visages, beaucoup de tristesse après les premières expulsions de zadistes, rapporte notre envoyé spécial sur place, Alexis Bédu. L'évacuation de la Ferme des « 100 noms », lieu de vie emblématique de la Zad, a particulièrement choqué ce jeune manifestant.

« L’expulsion de la ferme des "100 noms" est symptomatique du fait qu’on ne peut absolument pas faire confiance à l’Etat et en particulier à l’Etat macroniste puisque derrière la communication millimétrée et les grands sourires, la parole de la préfète c’était qu’évidemment les projets agricoles ne seraient pas attaqués et ils les ont attaqués avec une force totalement délirante. C’est un gouvernement qui passe son temps à parler de dialogue et à planter le couteau dans le dos des gens. Donc il faut évidemment ne plus écouter ce qui dit ce gouvernement », dit-il.

Henri, lui, estime que malgré l'abandon de l'aéroport, rien n'est encore décidé pour ce territoire. Il est prêt à aller sur place pour le défendre : « Il y a eu tellement de malversations et de mensonges dans cette histoire. Est qu’on devrait croire les gens parce qu’ils se sont engagés à ne pas le faire cet aéroport. Rien n’a encore été fait sur ce territoire, donc il est encore bon à être protégé et surtout par les gens qui ont mené cette lutte et qui sont en fait les héros de l’histoire. »

La pluie et quelques jets de gaz lacrymogènes des CRS ont mis fin à ce rassemblement. Il y en aura d'autres si les expulsions se poursuivent.

Opération massive d’expulsions et heurts

Les forces de l'ordre ont déclenché lundi à l'aube dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes une opération massive d'expulsions d'occupants illégaux, qui a donné lieu à des affrontements, près de trois mois après l'abandon d'un projet d'aéroport.

L'opération de grande ampleur entamée vise à expulser toute personne n'ayant pas régularisé sa situation en déclarant de nouveaux projets agricoles individuels. La quasi-totalité des quelque 250 zadistes ne l'ont pas fait, préférant une gestion collective du territoire et la possibilité de réaliser des projets non agricoles.

Des affrontements ont éclaté une demi-heure après le début de l'opération entre zadistes et gendarmes. Une dizaine de tracteurs barraient la route, ainsi que des meules de foin et des poteaux électriques. En milieu de matinée, des engins de chantier sont arrivés. Un mirador et un chapiteau ont été détruits par deux pelleteuses.

Un peu plus tard, c'est le squat des « 100 noms » dont les habitants ont été expulsés. Un lieu de vie qui « portait un vrai projet agricole, un projet solide et pérenne », déplore L'Acipa, la principale association d'opposants à l'ex-projet d'aéroport, parlant de « ligne rouge franchie ».

Les gendarmes ont dû déloger plusieurs dizaines de personnes présentes pour s'opposer pacifiquement à la destruction du lieu. « Les " 100 noms " n'ont pas déposé de projet agricole », a déclaré la préfète, assurant aussi que seules les installations précaires seraient détruites et « rien qui soit en dur ».

« Au moins neuf lieux de vie collectifs ont péri, avec leurs divers habitats particuliers brisés, leurs ateliers en miettes, leurs jardins piétinés », a indiqué le mouvement d’occupation.

Selon un bilan du ministère français de l'Intérieur, 13 squats ont été démantelés et dix personnes expulsées. Sept personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Un gendarme a été légèrement blessé.

La journée s’est terminée par des tirs de grenades de gaz lacrymogène de la police après de longues heures de résistance des zadistes. Des opposants qui entendent « empêcher » les forces de l'ordre de poursuivre leur intervention et de « s'enraciner » sur les lieux. Ils appellent « tous ceux qui le peuvent à se rendre sur place dès l'aube » mardi « pour leur faire obstacle ».

Rfi

logotwitterFacebook