Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

International

Publié dans International

100 personnalités lancent un appel contre le "séparatisme islamiste-Europe1

Mar 20, 2018
100 personnalités lancent un appel contre le "séparatisme islamiste-Europe1

 

 Islam de France : le Parti de Gauche s'oppose aux pistes envisagées par Macron

"L'Etat ne peut s'immiscer dans sa composition, dans la formation de ses ministres du culte et encore moins dans l'organisation du financement", a estimé dans un communiqué Benoît Schenckenburger, secrétaire national du PG.


Le Parti de gauche (PG) a réprouvé lundi les intentions d'Emmanuel Macron vis-à-vis de l'islam de France, dénonçant une "remise en cause de certaines dispositions" de la "loi de séparation des Églises et de l'Etat". "L'Etat ne peut s'immiscer dans sa composition, dans la formation de ses ministres du culte et encore moins dans l'organisation du financement", a estimé dans un communiqué Benoît Schenckenburger, secrétaire national du PG en charge de la laïcité, en référence au souhait du président de "poser les jalons de toutes l'organisation de l'islam de France" au premier semestre 2018, exprimé dans le JDD.


"Ces dispositions feraient sortir l'Etat de sa neutralité". Selon Benoît Schenckenburger, trois pistes de réflexions sont envisagées par Emmanuel Macron : la possibilité de financement de l'Islam, la formation des imams et de nouvelles modalités de compositions du Conseil français du culte musulman (CFCM).


"Toutes ces dispositions feraient sortir l'État de sa neutralité et obligeraient à prendre parti sur des dispositions cultuelles ou rituelles. Imagine-t-on que l'État s'occupe de la formation des prêtres catholiques ou qu'il gère le denier du culte catholique par une taxe sur les hosties, comme on voudrait une taxe sur les produits halal ?", s'est enquis Benoît Schenckenburger. "S'engager sur la voie d'un financement de l'Islam susciterait de nouvelles vocations et demandes de la part d'autres cultes, quand l'impôt ne doit avoir qu'une destination universelle", conclu le responsable du parti de Jean-Luc Mélenchon.


Par Rédaction Europe1.fr avec AFP

logotwitterFacebook