International

Publié dans International

Premières divisions au sein de La République en marche

Nov 17, 2017 Poster par 
Premières divisions au sein de La République en marche

A la veille de son premier Congrès, La République en marche (LREM) connaît quelques difficultés en interne. Alors que Christophe Castaner prendra officiellement les rênes du mouvement et que les membres du bureau exécutif seront élus samedi 18 novembre, des voix s'élèvent pour critiquer le manque de démocratie au sein du parti.

« Le triomphe du marketing sur la démocratie », « l'opacité du fonctionnement » ou bien encore « le mépris pour le peuple ». La liste des griefs de la centaine de marcheurs qui devrait claquer la porte du parti aujourd'hui est longue. Mais au sein du mouvement, on minimise cette colère. « Ça reste une poignée de marcheurs », assure la députée de Paris, Laetitia Avia.

Quelques personnes qui feraient mieux de venir discuter avec les autres, selon Sacha Houlié, vice-président de l'Assemblée nationale : « Ceux qui s’en vont, c’est peut-être qu’ils ont envie d’exister au moment du congrès. C’est dommage. Moi je leur conseille d’exister, mais de façon constructive. Moi je leur conseille surtout de s’investir. Il y a quand même une grande liberté de ton et de parole dans le parti politique qui est le notre. »

Reste que face aux critiques, il a fallu lâcher du lest. Un débat a finalement été organisé jeudi soir entre les 4 listes candidates pour le bureau exécutif et samedi, le vote pourrait avoir lieu à bulletin secret, et non pas à main levée.

« On est au début de ce mouvement En marche qui a été quand même un grand choc, un renouvellement. Il faut poser les bonnes bases dès le départ. Donc s’il doit y avoir du débat en interne pour que ça aille mieux, que ce soit encore mieux, c’est déjà pas si mal, vous voyez. Moi ça m’intéresse d’aller vers plus de démocratie interne, plus de participation, plus de transparence », souligne Joachim Son-Forget, à l'origine de la liste numéro 3.

Du côté de l'opposition, on se réjouit de ces premières divisions dans le mouvement d'Emmanuel Macron. Son nouveau monde n'est pas si nouveau que cela, persiflent certains.

logotwitterFacebook