International

Publié dans International

Iran, climat: devant l'ONU, Macron prend ses distances avec Trump

Sep 20, 2017 Poster par 
Iran, climat: devant l'ONU, Macron prend ses distances avec Trump

Rohingyas, Syrie, climat et Iran : pour son premier discours devant l'Assemblée générale de l'ONU, Emmanuel Macron a marqué le coup en prenant clairement ses distances avec le président Trump, notamment sur l'accord nucléaire iranien et la question du changement climatique.

Emmanuel Macron a voulu prononcer un discours très engagé pour porter la voix des oubliés qu'il a voulu incarner en répétant : « J'ai entendu la voix d'Ousmane, de Kouamé, de Jules » qui représentent pour lui les crises que traversent selon lui le monde : terrorisme, migrations et catastrophe climatique.

Tout l'argumentaire d'Emmanuel Macron a consisté à démontrer que le sort des oubliés et des privilégiés était irrémédiablement lié. A la tribune de l'ONU, Emmanuel Macron a également affirmé que l'organisation était toujours une enceinte pertinente pour résoudre les problèmes du monde. Il a d'ailleurs invité les dirigeants internationaux à se souvenir des valeurs fondatrices de l'ONU et à les porter à nouveau face à des défis mondiaux.

Emmanuel Macron a réalisé un véritable plaidoyer pour l'action collective et prévenu : « Sinon, c'est la loi du plus fort qui l'emporte ». Avec ce discours, le président français a essayé de prendre le leadership des pays qui veulent défendre le bien commun ensemble.

Son discours a duré une demi-heure, le double du temps imparti. Le président français a aussi profité de son premier discours devant l'Assemblée générale de l'ONU pour déclarer qu'il souhaitait lancer un groupe de contact sur la Syrie 

« L'accord sur le climat sera mis en oeuvre »

Dans une conférence de presse après son discours, le président français a cependant estimé que Bachar el-Assad, le président syrien, était un « criminel » qui devra être « jugé ». 

Emmanuel Macron, qui s'est déclaré en faveur de l'ouverture des voies légales pour les réfugiés, a martelé que « l'accord sur le climat ne sera pas renégocié, il sera mis en oeuvre », tout en respectant la décision de Donald Trump. Le président américain a en effet annoncé il y a quelques mois vouloir quitter l'accord de Paris sur le climat de novembre 2015.

« Les plus fragiles sont les premières victimes, mais nous sommes tous frappés par l'emballement du climat, a poursuivi Emmanuel Macron, critiquant implicitement, mais sans le citer, le président Donald Trump. Détricoter l'accord serait détruire un pacte entre les Etats et les générations ».

Après son discours devant l’AG de l’ONU, Emmanuel Macron a participé à une conférence de presse dans laquelle il a précisé sa position par rapport à celle de Donald Trump qui a parlé de la « destruction » de la Corée du Nord. Favorable aux sanctions, le président français s'est redit en revanche « opposé à toute intervention militaire qui conduirait à des dommages et des pertes de vies humaines ».

Ce groupe de contact voulu par la France intégrerait les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et les parties prenantes au conflit. « La solution doit être politique, pas militaire », a déclaré le chef d'Etat qui a également vanté le multilatéralisme, « l'émulsion collective ».

« L'accord sur le climat sera mis en oeuvre »

Dans une conférence de presse après son discours, le président français a cependant estimé que Bachar el-Assad, le président syrien, était un « criminel » qui devra être « jugé ». 

Emmanuel Macron, qui s'est déclaré en faveur de l'ouverture des voies légales pour les réfugiés, a martelé que « l'accord sur le climat ne sera pas renégocié, il sera mis en oeuvre », tout en respectant la décision de Donald Trump. Le président américain a en effet annoncé il y a quelques mois vouloir quitter l'accord de Paris sur le climat de novembre 2015.

« Les plus fragiles sont les premières victimes, mais nous sommes tous frappés par l'emballement du climat, a poursuivi Emmanuel Macron, critiquant implicitement,mais sans le citer, le président Donald Trump. Détricoter l'accord serait détruire un pacte entre les Etats et les générations ».

Après son discours devant l’AG de l’ONU, Emmanuel Macron a participé à une conférence de presse dans laquelle il a précisé sa position par rapport à celle de Donald Trump qui a parlé de la « destruction » de la Corée du Nord. Favorable aux sanctions, le président français s'est redit en revanche « opposé à toute intervention militaire qui conduirait à des dommages et des pertes de vies humaines ».

Des sanctions efficaces contre la Corée du Nord supposent une politique pro-active de la Russie et de la Chine.

Emmanuel Macron répond à Donald Trump sur la Corée du Nord

RFI

logotwitterFacebook