Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

 

Pr Lamine SAGNA est dorénavant à l'Université americaine de YOLA au Nigéria

"Il voulait tellement servir son pays le Sénégal, il a tellement fait pour son pays, il a créé, initié, organisé et animé des conférences dans son propres pays mais ce pays n'a jamais voulu reconnaître ce brillant intellectuel doublé d'un patriotisme sans commune mesure. J'ai sollicité des amis professeurs dans nos universités UCAD et Ziguinchor mais en vain. Je n'ai jamais compris pourquoi quand nos compatriotes talentueux avec des compétences reconnues à l'internationnale sont aux portes de nos universités. Il est temps que nos compatriotes méritants soient reconnus et intégré dans le système éducatif de haut niveau.
Le niveau se monnaie , le talent se paie. Voilà que le Nigéria le copte, il est reconnu, il s'y plaît et je suis convaincu que ce polymathe, sociologue, philosophe, géopoliticien, ethnopsychiatrie, finances, musique, etc apportera des lumières aux esprits ouverts pour conquérir le monde tout en développent le pays et le continent. Je souhaite à lamine cet ami que j'ai appris à connaître grâce à mon jeune frère Papiss Diedhiou-France (qui me dit il y a 8 ans grand Pape je reçois chez moi un cerveau il faut que tu viennes le connaître, effectivement on s'est tout de suite entendu et apprécié ) beaucoup de chance. Lamine bouge beaucoup le voici au Nigéria et il est en train d'organiser à paris avec ses amis le 9 eme anniversaire de C H KANE de l'Aventure Ambiguë)". p b CISSOKO


AUN me fait sentir comme je suis à Princeton

Le professeur Mahamadou Lamine Sagna, l'un des plus récents professeurs de l'école et des sciences, a fait part de ses impressions sur l'AUN en tant qu'environnement amical et comme une institution de grands chercheurs dotés d'installations d'enseignement et d'apprentissage de qualité.
«Les gens [à AUN] sont très, très gentils», a déclaré le sociologue, originaire du Sénégal.


Le professeur Sagna, qui a enseigné pendant environ neuf ans à Ivy-League Princeton avant de rejoindre AUN, a déclaré: AUN se sent comme Princeton et est une entité appropriée pour la recherche et l'enseignement.
«Il n'ya aucune raison pour laquelle AUN ne devrait pas être une université de premier ordre, étant donné la qualité des installations et des chercheurs disponibles.
«Je découvre que nous avons de bons universitaires comme Paddy lui-même (une référence au Dr Patrick Fay, ancien ambassadeur irlandais au Nigéria et doyen par intérim de SAS).


L'ancien de l'Université de Caen a exprimé son plaisir de rejoindre la famille AUN et de rentrer chez lui pour contribuer à l'Afrique. Il a également partagé certaines de ses expériences de son interaction initiale avec les étudiants.


«Les étudiants d'AUN sont très enthousiastes. Je suis très fier de revenir ici car, pendant huit ans, j'ai essayé de revenir en Afrique.
«J'ai participé à un grand projet pour l'AUST (Université africaine des sciences et de la technologie) où je présidais le Comité des sciences sociales. En 2005, nous avons essayé de revenir faire quelque chose sur notre continent parce que je n'ai jamais travaillé pour l'Afrique. »L'homme a passé 35 ans à l'extérieur, entre la France et les États-Unis.


Le professeur Sagna, qui enseigne la politique internationale et comparée chez AUN, a applaudi la philosophie de développement d'AUN. Il a ajouté qu'il était principalement influencé par les pratiques communautaires, où des solutions aux problèmes sociétaux sont trouvées dans cette société.
Notant la valeur dysfonctionnelle de l'adoption en gros de modèles étrangers, le professeur Sagna a déclaré: «L'un des plus gros problèmes pour la finance en Afrique est que nous prenons un modèle d'un pays occidental et l'appliquons ici au Nigeria.


Il a également déclaré que l'un de ses domaines d'intervention serait d'avoir un meilleur citoyen en s'identifiant d'abord comme Nigérian avant son origine ethnique ou religieuse.


"Je pense que je vais avoir beaucoup de succès quand je verrai mes étudiants penser que je suis le premier Nigérian avant Igbo, Yoruba, ou peu importe."


Le professeur associé Mahamadou Lamine Sagna est titulaire d'un doctorat en sociologie, un MBA et une maîtrise en administration des affaires et psychiatrie ethnique de France. Il a écrit des livres et des articles, y compris une publication de Huffington Post, African Pension Funds: le chaînon manquant du développement en Afrique?
Il est le fondateur et directeur général de Re-Source / Sununet, une organisation de la diaspora sénégalaise. Avant de rejoindre AUN, il était chercheur au Laboratoire de changement social et politique de Paris VII - Diderot en France.
Rapporté par Togor Passa
*amerirican University of Nigeria
*Laboratoire du Changement Social et Politique/ http://lcsp.univ-paris-diderot.fr/Lamine-Sagna-Mahamadou

Lire ceci
Mahamadou Lamine Sagna : « Le problème, ce n'est pas de rentrer dans l'Histoire, mais d'en sortir »
Par Sabine Cessou

Mahamadou Lamine Sagna - DR


Mahamadou Lamine Sagna, sociologue sénégalais, s'intéresse au symbolisme des échanges et de la monnaie.


Après des études de commerce, d'ethnopsychiatrie et une thèse de sociologie en 1997 à l'université de Caen sur le rapport des pauvres à l'argent et à La Poste en France, il a enseigné à Nanterre, puis à l'université du Maryland aux Etats-Unis (2000-2002), avant de rejoindre la prestigieuse université de Princeton (2002-2011).
Il y a donné des cours sur « la monnaie et la religion », mais aussi, avec un astrophysicien nigérian, sur la « science et les technologies appliquées au développement » dans les départements d'études africaines et d'études africaines-américaines.


Voilà quinze ans qu'il travaille sur l'Afrique et la globalisation, l'exclusion, ainsi que le rapport entre « monnaie, religion et immigration dans le cas des Sénégalais de New York ».


Il navigue depuis 2011 entre New York, Paris, la Normandie et Dakar, où il organise tous les deux ans des conférences dénommées Homecoming, dans le cadre de l'association qu'il a fondée et qu'il préside, Rencontre des Sénégalais pour une organisation utile des ressources de la communauté expatriée (Re-Source/Sununet).
L'objectif : contribuer de manière concrète au développement du Sénégal, avec le soutien de la diaspora. Ce qui ne l'empêche pas de porter un regard critique sur ses deux ports d'attache, le Sénégal et la France.
Rue89 : Pourquoi avez-vous quitté la France pour les Etats-Unis ?
Mahamadou Lamine Sagna : Par hasard. J'avais un mentor, le sociologue américain Richard Brown, qui m'a invité à donner des cours à l'université du Maryland. Ensuite, la sociologue américaine la plus connue sur les questions de monnaie, Viviana Zelizer, m'a invité à Princeton, où le professeur Cornel West m'a incité à rester.


Que ressentez-vous chaque fois que vous faites un voyage New York-Paris ?


Un sentiment d'altérité qui me fait réfléchir sur la relativité et l'universel. Je suis toujours heureux de retrouver des rapports interraciaux très naturels en France, sur le plan individuel.
Aux Etats-Unis, c'est plus facile de trouver un logement et un travail quand on est noir, et sur le plan professionnel, on peut vous faire confiance d'une manière extraordinaire... Mais les relations entre personnes sont faibles, il y a peu de liens d'amitiés. Je connais des Américains blancs qui n'ont pas d'amis.
En France, c'est le contraire : c'est plus difficile de trouver un travail et la plupart des gens brillants n'ont pas d'opportunités. Mais se faire des amis français, c'est naturel.


Pourquoi n'êtes-vous pas resté enseigner en France ?


Je faisais récemment la réflexion à un universitaire français dans une conférence à Paris : pourquoi si peu de départements d'études africaines dans les universités françaises ? Il m'a répondu qu'il y en avait un à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) !
Aux Etats-Unis, la plupart des enfants de familles aisées prennent des cours en option dans les départements d'études africaines, parce qu'ils savent que l'Afrique, c'est l'avenir. La France est censée faire mieux, mais elle ne fait rien.
Autre chose : dans les départements d'études africaines, aux Etats-Unis, entre 15% et 20% des professeurs sont africains. En France, on compte très peu de spécialistes qui viennent du continent.


Faut-il y voir du racisme ?


Je préfère parler, comme Cornel West, d'un nihilisme sentimental ou paternaliste de la France, qui fait que ce pays ne voit pas le potentiel des Africains.
Il y a un refus de reconnaître des réalités sociales, par exemple le fait que des Africains puissent avoir autant de compétences que les autres et avoir eux-mêmes dépassé les questions raciales.
Tout se passe comme si les Africains étaient sympas, mais incapables de faire des analyses. Je ne suis pas sûr que ce soit du racisme. Le problème, c'est plutôt qu'on n'a pas quitté le colonialisme.
Il reste des « habitus » comme dirait Pierre Bourdieu, qui jouent de manière inconsciente. Même quand on est face à des gens bien disposés, même quand on a des relations personnelles poussées, il existe en France une forme de violence symbolique qui agit sur la structure mentale.
Il s'agit de croyances collectives qui permettent de maintenir des hiérarchies, de véhiculer des mécanismes de domination, et qui aboutissent à des pensées du type : les femmes ne sont capables que de faire que telle ou telle tâche, les Africains peuvent nous aider à faire de l'anthropologie, mais pas de la science ou de la technologie.
Pourtant, le système de paiement par téléphone mobile (M-Pesa au Kenya) a été imaginé et créé par un jeune Sénégalais qui vit aux Etats-Unis. Il est allé voir les autorités du Sénégal, qui ne l'ont pas écouté, et il a commencé en Ouganda et au Kenya.


Pourquoi n'a-t-il pas été pris au sérieux au Sénégal ?


A cause de cet effet miroir entre la France et les pays francophones, qui fait que le paternalisme français est intériorisé par les Africains eux-mêmes.
Du coup, tous les Africains francophones qui sont passés par les Etats-Unis et ont fait une rupture avec ces modes de pensée se sentent mieux considérés en Afrique anglophone. Beaucoup d'entre eux travaillent au Kenya, en Ouganda, au Rwanda.
En tant qu'expert sénégalais, on peut faire une proposition au Sénégal, mais on sera toujours moins écouté que le confrère français. C'est le complexe du colonisé.
Quand je vais à Dakar, je parle dans la presse de Sénégalais qui vivent au Sénégal et qui mènent des travaux très intéressants, mais ne sont pas reconnus...
Par exemple, l'architecte Cheikh Mbacké Niang est étudié pour ses réalisations à l'université de Princeton, mais il est inconnu chez lui au Sénégal.
De même, une ferme « intelligente » a été lancée à Gorom, près de Rufisque, par un professeur de physique à l'université de Dakar, Aboubaker Beye, qui produit sa propre énergie et fabrique de l'huile essentielle de baobab, sans aucune subvention et très peu d'intérêt local.
Les idées africaines doivent être recyclées par l'Occident en général et la France en particulier pour être reconnues par les Africains !


Qu'est-ce qui fait la différence entre l'Afrique francophone et anglophone ?


La colonisation britannique n'a pas été assimilationniste. Le terreau pour l'autonomie y est plus favorable. Le problème pour l'Afrique francophone n'est pas d'entrer dans l'Histoire, comme l'a dit Sarkozy dans son discours de Dakar, mais plutôt d'en sortir !
Les Africains francophones sont toujours dans la dynamique post-coloniale, alors qu'on n'est plus dans la même temporalité avec la globalisation.


Que pensez-vous des lamentations qu'on entend toujours en Afrique francophone contre l'ancienne puissance coloniale ?


C'est stérile et j'y vois de la malhonnêteté intellectuelle. Un nombre important d'intellectuels africains qu'on peut à mon avis qualifier de glandeurs perpétuent la « Françafrique » sans le savoir.


On peut critiquer la France, la Françafrique, les privatisations, la façon dont les télécoms au Sénégal ont été vendus à Orange avec la complicité de la Banque mondiale, alors qu'ils n'avaient pas besoin d'être privatisés...
On peut condamner la France sur bien des points mais c'est malhonnête de le faire sur son intervention au Mali. En 24 heures, les islamistes pouvaient prendre Bamako. Ils ont cassé les monuments de Tombouctou. Comment critiquer ceux qui viennent sauver ce qu'on revendique ? Dans la politique africaine de François Hollande, je ne vois pas quel est l'acte condamnable pour l'instant.


Quid de l'intervention française en Côte d'Ivoire ?


C'est plus compliqué : le Conseil constitutionnel a validé les élections, sans le faire sous la contrainte ou la violence. Dès lors, je ne vois pas pourquoi les Nations unies peuvent intervenir, au-delà de cette instance suprême.
Sur le fond, je pense que l'histoire donne raison à Léopold Sédar Senghor plutôt qu'à Félix Houphouët-Boigny. Il fallait plus insister sur la culture que l'économie après l'indépendance. Si on pense construire le citoyen à partir de l'économie, on prend le risque de la violence, puisque l'économie porte de la violence en elle-même, dans la mesure où elle repose sur l'accumulation, qui engendre des inégalités et des frustrations.
La primauté de l'économie a failli l'emporter au Sénégal avec Abdoulaye Wade, mais heureusement, Senghor a posé les bases : ce qui est important, c'est le vivre ensemble, l'homme, la culture.
Si le Sénégal avait été centré sur les questions économiques, personne ne se serait soulevé en 2011 pour défendre la Constitution.


Où va le Sénégal ?


La ruse de Leuk-le-Lièvre a été érigée en vertu... C'est l'un des fondements de l'existence au Sénégal. Etre sérieux à Dakar relève presque de la maladie !


Sabine Cessou Journaliste


https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-rues-dafriques/20140419.RUE9974/mahamadou-lamine-sagna-le-probleme-ce-n-est-pas-de-rentrer-dans-l-histoire-mais-d-en-sortir.html

Appel à contribution-Sununet / Re-Source -90eme anniversaire du grand écrivain sénégalais Cheikh Hamidou Kane Les 26 et 0ctobre 2018 Cité Internationale /Paris

Les 26 et 0ctobre 2018, notre organisation Sununet / Re-Source (Rencontre des Sénégalais pour une Organisation Utile des Ressources de la Communauté des Expatriés) va célébrer le 90eme anniversaire du grand écrivain sénégalais Cheikh Hamidou Kane. Nous serions très heureux que vous acceptiez d'intervenir dans cette grande rencontre.


Cet évènement qui aura lieu à la Cité Universitaire de Paris, Fondation Lucien Paye (Maison de l'Afrique) à Paris, est une occasion pour rendre un hommage appuyé et mérité à l'illustre écrivain sénégalais, c'est également, un moment pour discuter et examiner avec lui de la pertinence de son travail aujourd'hui.


Nous proposons les grandes lignes provisoires du programme (voir plus de détail dans le fichier attaché) : projection de film (l'aventure ambiguë), témoignages, lecture de texte par des comédiens, danse, conférences, voire ateliers.


Cher(e)s ami(e)s, si vous êtes intéressés d'intervenir dans cette rencontre, nous souhaiterons recevoir vos propositions dans un premier temps,, au plus tard le 29 Septembre 2018 afin que nous fassions le programme définitif qui sera délivré au Média et diffusé à partir du 5 Octobre.
Nous souhaitons vivement que votre choix puisse être croisé ou étendu aux problématiques et aux questions posées par Kane dans les Gardiens du Temple et/ou dans l'Aventure Ambigüe.


En effet, face aux remontées en puissance des particularismes, des revendications identitaires et des conflits nationalistes voire tribaux, il est clair que les thèmes abordés par Cheikh Hamidou Kane peuvent être actualisés ou repensés de plusieurs manières, et à plusieurs niveaux. Dans tous les cas, nous voulons profiter de cette célébration pour réfléchir ensemble sur les questions de tensions, d'éthique, de confiance que la modernité conquérante continue à poser.
Nous sommes persuadés que votre contribution sera utile dans le dialogue transdisciplinaire entre chercheurs, activistes et artistes d'horizons intellectuels et géographiques divers.


En vous remerciant pour la confiance que vous portez à cette rencontre et en espérant vivement pouvoir vous compter parmi nos intervenants, nous vous prions de croire, Monsieur, Madame, à l'assurance de notre très haute considération.

Prière de distribuer et de recommender des intervenants. Par exemple Lamine, Malick et Gael, je sais que vous n'allez peut etre pas pouvoir mais please envoyez le mail a un slammeur, ecrivain ou rappeur


Priere de copier egalement Madame Bintou Dramé dans vos reponses


NB – Pour ceux que je n'ai pas pu informer je vis maintenant au Nigéria où j'enseigne à l'American University à Yola

Contacts :
Lamine Sagna- lsagna <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. >
bintou Dramé <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. >

--
Pr Lamine Sagna -American University à Yola-Nigéria

Rappel

Statuts de l'association Re-Source/Sununet

ARTICLE 1 – TITRE

Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi ayant pour titre : Rencontre des Sénégalais pour une Organisation Utile des Ressources de la Communauté des Expatriés – Re-Source/Sununet Global. Sununet est également le nom porté par notre association. Les noms Re-Source et Sununet sont des appellations de notre organisation et constituent des labels. La durée de vie de notre association Re-Source/Sununet est illimitée.

ARTICLE 2 – BUTS

L'association a pour objet de :
◦Accompagner, contrôler la réalisation des projets validés par Re-source / Sununet Global
◦Mettre en relief les atouts et les réalisations de la diaspora sénégalaise.
◦Contribuer à l'amélioration des institutions de notre pays, le Sénégal.
◦Contribuer efficacement au rapprochement de la diaspora sénégalaise avec le Sénégal
◦Participer de façon méthodique au développement économique de notre pays
◦Définir, de concert avec les professionnels et les intellectuels résidents les besoins et actions nécessaires pour le développement économique et le renforcement de la démocratie.

 

"Ce titre peut choquer mais en réalité l'auteur nous incite à nous prendre en main et à bousculer les choses. Rester assis et attendre que tout vienne du ciel est un leuurre. Merci au Pr Siatpha Diédhiou de m'avoir soufflé cet article qui fera du bruit. A vos commentaires.P B Cissoko

La chance n'existe pas. Les talents, les pouvoirs, les possessions matérielles, intellectuelles et spirituelles sont le fruit de l'effort par Jean-Philippe Omotunde

La chance n'existe pas. Les talents, les pouvoirs, les possessions matérielles, intellectuelles et spirituelles sont le fruit de l'effort.

Eh oui ceci est une réalité, la chance n'existe vraiment pas, seules les opportunités se présentent à nous tous les jours.

Il y a ceux qui vont la laisser s'échapper sans réagir. Il y en a ceux qui vont mal réagir.

Et d'autres plus futés qui vont tout faire pour en profiter à la première occasion.

En Chine il est enseigné à partir du cours primaire jusqu'à l'Université que le hasard, la chance, et la divine providence n'existent pas.Le gouvernement a vite compris qu'il faut inculquer une certaine moralité aux jeunes, leaders de demain à s'auto suffire eux mêmes et non à compter sur l'aide d'un Allah ,Bouddha, Yahvé, bref d'un Dieu qui deciderait de leur réussite ou non.

Il faut impérativement réussir sa vie et non subordonner ses exploits et succès à une divinité quelconque.

Voilà ce genre d'enseignements que le gouvernement martèle dans l'oreille d'un petit chinois dès l'âge de 5 ans et véhicule ce message dans toute la Chine pour rassurer leur progéniture, relève de demain à défier n'importe quelle race au monde et à perpétuer leur hégémonie dans le monde du business

Au même moment le gamin africain du même âge est traîné dans une église où le pasteur formatera toute sa matière grise et va lui le expliquer que quoiqu'il fasse si Dieu même ne tranche pas en faveur de sa vie il ne réussira jamais.
La société dans laquelle il grandira lui martelera tout au long de sa vie << qu'on échappe jamais à son destin et ce que Dieu t'a réservé c'est ce que tu auras quoique tu fasses>>
Le pasteur à l'église lui dira que seul Dieu décide du succès et de l'échec sur ses créatures puisqu'un Dieu est au commande.

Conséquences 30 ans après:

Le petit chinois bien moulé dans la pratique et dans une formation de pointe débarquera en Afrique et prendra en otage tous les chantiers.

Il est plus facile qu'un chinois recrute un africain pour réaliser ses propres rêves en Afrique plutôt qu'un africain de trouver sa propre voie en Afrique même.
Le premier créé des opportunités et l'autre [ l'Africain] attend son jour de chance et l'aide de Dieu ou même que s'accomplisse les bénédictions et les prophéties dans sa vie

Chez moi au Benin quand tu demandes à un jeune si tout vas bien? << il te dira par la grâce de Dieu>> ou chez mes amis mahométans << ichallah >>

La plupart des jeunes de mon âge ont tous confié leur cerveau à un Dieu, ou à Jésus, ou Allah.


<< No Jesus no success >>scandent tous.

Pourtant Dieu ou un vodou n'a jamais fait un western union ou un transfert flooz à quelqu'un.

Dites a vos enfants qu'il n'existe aucun décideur pour l'humanité que lui même. Personne ne changera sa vie à part lui même

Qu'il n y a que des opportunités et non la chance, il n'y a aucun hasard nulle part. Et par conséquent qu'il vaut mieux compter sur les opportunités que sur la chance puisque c'est nous même qui allons nous les inventer les contrôler et les accompagner pour tirer le plus grand profit.
Ceux qui comptent sur la chance et sur l'intervention dune divine providence sont de gros paresseux.

AFRICAIN ALLUME TON CERVEAU.
Originaire de la Guadeloupe et diplômé de l'Ecole de Publicité de Paris, Jean-Philippe Omotunde a été formé à l'analyse historiographique par l'école Diopienne à Paris. Co-fondateur du site Africamaat.com, il enseigne à l'Institut Africamaat à Paris.
Depuis mai 2010, en collaboration avec l'association Menaibuc Caraïbes, il enseigne les Humanités Classiques Africaines Caraïbes à l'Institut Per Ankh.
Il est l'auteur de quatre ouvrages aux éditions Menaibuc, l'origine negro-africaine du savoir grec, les racines africaines de la civilisation européenne, la traite négrière : vérité et mensonges et les Humanités Classiques Africaines pour les enfants.
Il anime aussi la revue de vulgarisation scientifique " Afrik@raibes Mag ".

Nous poursuivons et terminons aujourd’hui l’entretien exclusif qu’a bien voulu accorder à Ichrono son excellence M. Bassirou SENE.

Q – Lors de la mise en place des parrainages pour l’élection présidentielle en février prochain l’opposition a parlé de tripatouillage constitutionnel, ce qui va un peu à l’encontre de la sérénité du président Macky Sall que vous évoquiez à l’instant.

B.S – C’est tout simplement la vitalité de la démocratie sénégalaise, on a cinquante quotidiens, presque une dizaine de télévisions …

Q - … dont on dit que la plupart sont aux ordres du pouvoir …

B.S – Oui, je sais et c’est de bonne guerre, chacun dit ce qu’il veut, mais en réalité la démocratie sénégalaise est reconnue à travers le monde car c’est une démocratie ouverte, respectueuse des droits des uns et des autres.

Q – Du fait de l’empêchement à se présenter aux présidentielles de deux des leaders de l’opposition que sont Karim Wade et Khalifa Sall ce dernier ayant été démis de maire de Dakar par un décret présidentiel, ne redoutez-vous pas des manifestations populaires dans les mois qui viennent ? N’y a-t-il pas là un risque d’agitation dans la rue ?

B.S – Les sénégalais sont très attachés à leurs institutions, et quand celles-ci se prononcent on les respecte. En 2012 un candidat a été reconnu par le conseil constitutionnel malgré l’opposition d’une partie de la population. Les sénégalais en bons démocrates sont respectueux de l’Etat de droit et je suis convaincu que cela prévaudra et que la raison l’emportera.

Q – Il n’empêche qu’à propos de ces deux hommes politiques certains évoquent une manipulation, une instrumentalisation de la justice et y ont vu là une façon par le pouvoir de se débarrasser de deux opposants notoires au président …

B.S – Vous n’avez pas manqué de suivre le processus judiciaire jusqu’à son terme, depuis deux ans. La justice s’est prononcée, je suis un républicain et je fais confiance à la justice du Sénégal. Nos magistrats sont bien formés et collaborent a des institutions internationales telles que la CPI ou encore au tribunal du droit de la mer où des juges sénégalais siègent en toute impartialité, avec compétence.

Q – Pour conclure, quels rapports entretenez-vous, ici à Paris, avec les partis d’opposition représentés en France ?

B.S – J’ai reçu leurs dirigeants à deux ou trois reprises. Chaque fois que des élections sont organisées ou encore récemment la révision des listes électorales l’opposition est réunie dans une sorte de plate-forme et est accueillie à l’ambassade. Ensemble nous avons examiné la situation et réglé les difficultés qui pouvaient exister comme leur présence dans les bureaux de vote, la question du transport des personnes. 

Disant cela l’ambassadeur pensait ainsi à la commémoration qui s’est tenue à l’ambassade le 2 mai dernier à l’occasion du 58èmeanniversaire de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale, manifestation pour laquelle les sénégalais vivant en France s’étaient déplacés en nombre.

Interview réalisée par Jean-Yves Duval, directeur d’Ichrono  

L’ambassadeur du Sénégal répond en exclusivité aux questions d’Ichrono

Pour une bonne préparation et un déroulement normal de l’année scolaire et universitaire 2018/2019, le Chef de l’Etat, Macky Sall, a invité, avant-hier, mercredi, en Conseil des ministres, le gouvernement à «prendre toutes les dispositions administratives, techniques, budgétaires et financières requises, en vue d’assurer une bonne année scolaire et universitaire, sur toute l’étendue du territoire national.» Aussi a-t-il insisté sur «l’impératif de veiller au respect des différents accords conclus avec les organisations syndicales d’enseignants ainsi qu’à l’orientation adéquate des nouveaux bacheliers dans nos établissements universitaires en fonction des critères académiques définis.» Non sans exhorter le Premier ministre «à suivre l’application effective des mesures volontaristes qu’il a prises en faveur des enseignants et des étudiants, afin d’améliorer significativement les conditions sociales et d’études dans la sphère universitaire.» Interpelés, le syndicaliste Saourou Sène, Secrétaire général du Saems et Cheikh Mbow, Coordinateur de la Cosydep, apprécient et livrent leurs secrets pour année scolaire et universitaire apaisée. 

SAOUROU SENE, SECRETAIRE GENERAL DU SAEMS : «L’appel du Chef de l’Etat s’adresse fondamentalement au gouvernement»

«C’est une invite qui s’adresse fondamentalement au gouvernement du Sénégal qui est appelé et qui est habilité à concrétiser les accords que nous avons signés depuis le 30 avril 2018. Dans le processus, il y a quand même quelques manquements. En ce qui concerne les passerelles professionnelles, la montagne a accouché d’une souris parce que pour le nombre d’enseignants qui se sont inscrits, on nous a indiqué, du point de vue du quota, qu’il n’y avait que soixante-sept (67) agents à passer. L’autre point, c’est que le corps des administrateurs scolaires peine à être matérialisé parce qu’ils n’ont pas encore tenu l’atelier. Nous avons effectivement tenu l’atelier qui portait sur la rémunération des agents de l’Etat. Encore que durant cet atelier, il a été noté des manquements liés au fait que nous n’avons pas reçu l’intégralité du rapport qui a été produit par le cabinet MGP Afrique. Sur les lenteurs administratives, il y a encore des efforts à faire. Je crois que c’est un appel qui vient à son heure et le gouvernement sénégalais doit tout faire pour que nous puissions aller vers la concrétisation des accords que nous avons signés pour un système éducatif stable»

CHEIKH MBOW, COORDINATEUR DE LA COSYDEP : «Nous espérons que le Pm a été «instruit» sur les réunions pour le respect des engagements»

«Nous savons que nous aurons sûrement une année scolaire menacée, menacée parce qu’on fait face à une année électorale. On devait pouvoir anticiper sur les problèmes. Une année aussi avec une menace liée aux respects des engagements. Nous espérons que le Chef de l’Etat a «instruit» son Premier ministre sur les réunions pour le respect des engagements. Les réunions devraient être trimestrielles, mais, jusque-là, elles ne sont pas encore tenues. Les menaces liées à la pression des étudiants concernant l’orientation des nouveaux bacheliers: on a vu ce qui s’est passé avec le privé. Des menaces qui sont liées aux syndicats des inspecteurs de l’éducation. Et nous savons qu’avec le déficit d’enseignants qu’il y a, nous devons compter sur le dispositif initial de formation pour permettre de combler en partie ce déficit des enseignants. Donc, tout ceci montre que ces vingt (20) jours de vacances qui restent devraient être mis à profit pour faire avancer le dossier. C’est ce qui pourrait nous assurer d’avoir une année scolaire correcte et aussi d’avoir un déroulement normal de l’année. Autrement, avec ces élections en vue, nous risquons d’avoir une année perturbée. Par ailleurs, nous invitons les différents acteurs à faire preuve d’évaluation. Il est important aujourd’hui qu’on ait cette culture de l’évaluation pour pouvoir nous permettre de discuter sur tout ce qui s’est passé l’année dernière».

Nous poursuivons aujourd’hui l’entretien que nous a accordé la semaine dernière à l’ambassade du Sénégal à Paris, avenue Robert Schuman, son excellence M. Bassirou SENE.

Q - M. l’ambassadeur, sur l’important dossier de l’immigration, quelles solutions entrevoyez-vous lorsqu’on sait que 340 millions d’africains vivent avec moins d’un dollar par jour, que l’espérance de vie est de seulement cinquante-quatre ans et que le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans est de 140/1000 ? Comment stopper, freiner la tentation à l’exode dans de telles conditions ?

B.S – La migration est dans l’ADN de l’homme depuis notre création. Il y a même eu par le passé des flux migratoires beaucoup plus importants que ce que nous connaissons actuellement. Aujourd’hui on pointe du doigt les migrants africains mais il y a quelques années c’était en sens inverse. Dans beaucoup de régions du monde si les migrants regagnaient aujourd’hui leur pays d’origine l’économie locale s’effondrerait du fait que beaucoup de professions, de métiers sont exercés par eux. Par ailleurs en raison de la pyramide des âges, près de 60% de la population de nombreux pays occidentaux a une moyenne d’âge supérieure à cinquante ans grâce à l’espérance de vie qui est plus grande en raison des découvertes scientifiques, des progrès médicaux et d’une meilleure alimentation et hygiène de vie. Par suite de leur vieillissement ces peuples ne peuvent plus être des opérateurs économiques. Ils ont donc besoin des migrants pour faire un travail, qu’au demeurant leurs nationaux n’acceptent pas le plus souvent. Il ne faut pas se voiler la face, or c’est cette situation bien réelle, concrète que l’on veut occulter. La migration est utile dans les deux sens, d’un côté pour l’Europe qui n’a plus les capacités humaines suffisantes pour faire face à son développement et de l’autre pour l’Afrique car l’apport en argent des migrants en direction de leurs pays d’origine représente une manne financière supérieure à l’aide publique au développement en Afrique. Pour le cas spécifique du Sénégal nous faisons en sorte de pouvoir retenir nos compatriotes qui veulent rester et vivre décemment au pays. Mais vous n’empêcherez jamais de partir des individus qui veulent explorer d’autres horizons, en dehors de tout besoin économique et social, d’aller à la rencontre d’autres milieux, d’autres communautés. Grâce à Dieu le Sénégal est un pays stable, où nous avons une nation sénégalaise, où il n’y a pas de tensions religieuses entre musulmans et chrétiens et où la démocratie fonctionne. Nous ne connaissons pas les problèmes politiques, religieux, sociaux, environnementaux qu’on voit ailleurs chez certains de nos voisins qui expliquent que les populations quittent ces pays. Nous sommes pour notre part épargnés par ce fléau.

Q - Dans ces conditions, comment interprétez-vous les signaux qui sont envoyés par certains pays européens qui entendent fermer leurs frontières aux nouveaux migrants ? 

B.S - Cela s’explique par la montée des populismes qui sont en mal de programme et qui jouent sur la corde sensible, sur la peur des populations à qui on présente les migrants comme des gens dangereux, qui apportent des maladies et nuisent à leur bien-être. Ce sont là des programmes de parti, mais pas un programme politique.

Q. - Redoutez-vous qu’un jour en France un mouvement de ce type puisse exister ?

B.S – Mais cela existe déjà ! Il y a ici des partis politiques qui professent le mépris de l’autre. Cette réaction est essentiellement le fait de pays développés qui possèdent 80 % des ressources alors qu’ils représentent à peine plus de 5% de la population. Dès lors ils ont une réaction de repli sur soi, de méfiance,voire d’hostilité pour l’autre, qu’on soupçonne de vouloir prendre ce que vous possédez. Or ces autres cherchent seulement à obtenir leur dû et il ne faut pas oublier que ces « autres » en question, qu’on chasse aujourd’hui, étaient hier colonisés, esclavagisés et privés de toutes leurs ressources, leurs biens, leurs enfants. Penser que la richesse d’aujourd’hui a été travaillée par ceux qui en bénéficient est une erreur.

Q – La Chine est de plus en plus présente économiquement sur le continent africain, le président Macky Sall a accueilli il y a peu le président chinois, cela signifie-t-il que le Sénégal entend faire de l’Empire du milieu un partenaire privilégié ?

B.S – Mon pays est ouvert à tous les partenaires potentiels, nous avons d’excellentes relations avec la Chine en effet, mais aussi avec l’Inde, le Brésil, l’Arabie Saoudite ou encore le Maroc, mais je le répète la France est notre premier partenaire en ce qui concerne notre développement et elle assure les subventions les plus importantes pour le Sénégal.

Q – J’en reviens à la Chine, pardonnez-moi, on l’accuse souvent de piller les ressources du continent africain, comme hier, vous le rappeliez à l’instant, les colonisateurs européens ont pu le faire.  C’est vrai pour les forêts, le bois, des terres mais aussi le sable dont ils ont besoin pour alimenter les cimenteries et faire face à leurs besoins énormes en matière de construction, etc.

B.S – A la différence du passé, aujourd’hui nous signons des marchés, des accords avec la Chine alors que du temps de la colonisation il n’y avait rien de cela. C’est la différence entre piller et commercialiser. En 2018 les dirigeants qui s’engagent dans ces partenariats économiques ont été démocratiquement élus par leur peuple et sont légitimes pour contracter ces marchés, dans l’intérêt de chacune des parties. 

Q – Vous ne redoutez donc pas de voir demain les chinois comme de nouveaux colonisateurs ?

B.S – L’Afrique à trop souffert de ce genre de situation dans l’histoire pour l’accepter aujourd’hui. La Chine met actuellement soixante milliards à la disposition de l’Afrique sur trois ans, vingt milliards par an, qui va refuser cela ? Nous avons des déficits d’infrastructures, il y a des pays où entre la capitale et les autres villes il n’y a pas de connexion, pas de ponts, il n’y a pas de ports, pas d’eau, pas d’électricité, comment voulez-vous que nous refusions cette main tendue.

Q – S’agissant des Etats-Unis, dont l’actuel président a eu des mots très durs, presque injurieux à l’égard des africains, quelle est votre position ?

B.S – Le président du Sénégal à réagi en son temps à cette attitude de D. Trump. Le plus important est qu’au-delà de tels propos le Sénégal entretient d’excellentes relations avec l’Amérique, d’Etat à Etat. Nous avons en commun plusieurs programmes, économiques mais aussi sur la santé, en particulier pour lutter contre le sida et ceux-ci fonctionnent bien.

Q – Dans sept mois, monsieur l’ambassadeur, des élections présidentielles vont avoir lieu au Sénégal. Aujourd’hui on est à plus de quatre-vingt candidats à la candidature (qui devront satisfaire au paiement d’une caution et à la réunion de milliers de parrainages avant d’être officiellement déclarés), face à un chiffre aussi pléthorique faut-il voir là un signe de vitalité ou plutôt caricatural de la démocratie ?

B.S – Nous pensons que c’est plutôt le signe de la pertinence, de la sagesse de notre président qui a fait du Sénégal un pays stable, où il fait bon vivre, où il y a des opportunités. D’ici 2021 nous serons peut-être le cinquième producteur de pétrole et de gaz, alors inévitablement cela nourrit quelques appétits. Quant au prochain président c’est Dieu qui en décidera, car le pouvoir sur les hommes est un prolongement du pouvoir divin. Peut-être aussi qu’en France aux prochaines élections il y aura une avalanche de candidats inconnus. Le système de parrainage que nous avons mis en place permettra cependant de filtrer les candidatures pour ne retenir que les plus représentatives.

Demain, suite et fin de notre interview de l’ambassadeur du Sénégal en France, Monsieur Bassirou SENE. 

Voici quelques jours son excellence Bassirou Sene, ambassadeur du Sénégal en France nous recevait dans ses bureaux de l’avenue Robert Schuman à Paris et nous accordait une interview exclusive. Cet homme, affable, avec qui notre directeur d’ Ichrono a pour point commun d’avoir été auditeur à l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), n’a refusé aucune de nos questions, acceptant même de répondre à certaines malgré leur caractère légèrement provocateur. Ce dont la rédaction d’ Ichrono le remercie.

C’est le résultat de cet entretien, qui couvre aussi bien l’état des relations diplomatiques entre le Sénégal et la France, l’immigration, les accords économiques entre le Sénégal et la Chine que les prochaines élections présidentielles de février 2019, que nous publions à partir d’aujourd’hui.

Q. – Quel est, monsieur l’ambassadeur, l’état actuel des relations diplomatiques entre le Sénégal et la France ?

B.S – Comme vous le savez nos deux pays entretiennent des relations particulières compte-tenu de l’histoire qui lie le Sénégal et la France mais aussi du dynamisme des deux chefs d’Etat qui gouvernent actuellement. Il y a une communauté de vues et une orientation partagée pour le développement, les questions de paix et de démocratie, celles relatives à la façon d’endiguer les problèmes du terrorisme. Sur tous ces aspects nos chefs d’Etat sont sur la même longueur d’ondes. Comme vous le savez en 2016 et en 2018 il y a eu deux visites de chefs d’Etat, le président Macky Sall est venu ici en décembre 2016 et en février 2018 le président Macron s’est rendu au Sénégal. C’est dire l’importance de nos rapports sans parler des séminaires inter-gouvernementaux qui existent entre nos deux gouvernements et qui sont présidés de part et d’autre par les Premiers ministres. Nous en avons déjà tenu deux, un à Paris et un à Dakar avec Manuel Valls et chaque séminaire à son propre thème, son ordre du jour. Généralement il s’agit de questions d’actualité où l’enseignement est en pôle position, les questions d’éducation, de formation, de paix et de sécurité.

Q. – On se souvient par le passé des rapports, parfois agréables, parfois tumultueux, sur le mode « je t’aime moi non plus, » entre Chirac - Abdou Diouf, Sarkozy - Wade, quelle est aujourd’hui la nature des relations entre les présidents Macky Sall et Emmanuel Macron ?

B.S – Ce sont des relations solides, très suivies, amicales et fraternelles. Je les ai vus ensemble, je les ai entendus discuter de questions importantes, mais je les ai vus aussi en privé et à chaque fois c’était dans un climat fraternel et amical. 

Q. – En dépit de ce climat chaleureux entre les deux chefs d’Etat existe-t-il néanmoins des dossiers épineux, des sources de conflits entre les deux pays ?

B.S – Si je peux me permettre un trait d’humour je dirai qu’entre le Sénégal et la France la difficulté c’est qu’il n’y a pas de difficultés. Je pense en particulier à l’éducation où nous avons une vision commune par rapport à la nécessité d’apporter un maximum de savoir et de capacité professionnelle à nos populations. Cela passe par des outils nécessaires pour faire face au défi du développement du monde. En ce sens l’Agence française de développement joue un rôle essentiel dans le cadre du programme d’appui au développement de la diaspora. Et ce programme aujourd’hui joue un rôle important dans la construction de collèges à travers le Sénégal, afin de remédier à ce que nous appelons des « abris provisoires », autrement dit des classes dans une situation précaire. Nos enseignants viennent aussi en France pour renforcer leur formation, des bourses sont également accordés à nos étudiants pour augmenter leur capacité, au niveau du doctorat par exemple, avant de retourner au pays. Cette collaboration, très suivie, permet au système universitaire sénégalais d’être le plus performant possible en s’appuyant sur l’expertise française qui est avérée.

Q. – Malgré cela, 24% des diplômés sénégalais de l’enseignement supérieur quittent le Sénégal pour l’étranger. Comment pensez-vous enrayer cet exode des élites intellectuelles ?

B.S – La liberté de mouvement est un élément du développement. Je ne suis pas de ceux qui pensent qu’il faudrait le restreindre, les déplacements des uns et des autres sont un facteur d’enrichissement, de consolidation des acquits en bénéficiant de l’apport des autres. A propos des diplômés auxquels vous faites allusion je ne suis pas certain que ce soit une mauvaise chose pour le Sénégal. Par ailleurs le Président prend toutes les dispositions pour permettre aux étudiants diplômés sénégalais de pouvoir s’épanouir au pays grâces à des mécanismes qui sont mis en place. Si vous n’êtes pas salarié, vous pouvez créer votre propre entreprise avec un soutien de l’Etat avec différents d’aide. Nous avons des secteurs porteurs, l’agriculture, trois mille heures de soleil pour l’énergie, nous avons besoin de quinze mille logements par an et nous avons donc besoin d’expertise dans ces différents domaines.

Q. - Aujourd’hui la France est-elle pour le Sénégal le partenaire européen privilégié au sein de l’Union européenne, ou un partenaire comme les autres ? 

B.S – La France est notre premier partenaire, notre premier bailleur financier, sa place est indiscutable, du fait de l’histoire mais aussi de la réalité économique de nos pays.

Q. - Quelle idée vous faites-vous du rôle d’ambassadeur aujourd’hui, à un moment ou les bureaux économiques, commerciaux jouent un rôle de plus en plus important dans les relations internationales. Est-ce que cela ne bouleverse pas un peu le rôle traditionnel du diplomate que vous êtes ?

B.S – La diplomatie du développement n’est pas nouvelle. Elle a été professée du temps de Boutros Boutros Ghali *. Nous pensons que la vocation des diplomates n’est pas d’être en nœud papillon pour fréquenter les salons. Nous sommes des acteurs du développement et devons apporter notre contribution pour un maximum d’investissements dans notre pays, le rendre le plus intéressant pour les industriels et attractif pour les touristes. C’est la vocation première d’une mission diplomatique. Le Quai d’Orsay lui-même s’occupe désormais du commerce et du tourisme. Ici, à l’ambassade j’ai un bureau économique avec un staff important qui a vocation à négocier et à assumer cette dimension et quant il le faut je suis là pour porter la parole, ouvrir le débat, et montrer fortement notre présence dans les grandes manifestations, les salons, etc.

Q. - Ce n’est donc pas une mutation de la fonction d’ambassadeur à laquelle nous assisterions aujourd’hui ?

B.S – En tant que diplomate de carrière je ne le pense pas. Je vous rappelle qu’au cours de la formation à l’ENA nous avons des cours d’économie politique, de stratégie, de négociation, etc. ce qui fait de nous des fonctionnaires pluridisciplinaires, si j’ose dire multi sectoriels. Nous sommes formés au droit, à la politique et à l’économie.

Entretien réalisé par Jean-Yves Duval, directeur de publication

(A suivre demainla suite de l’interview avec l’ambassadeur Bassirou Sene)

*   Universitaire, juriste, politologue, né en Egypte, il fut diplomate, le sixième secrétaire général de l’ONU et le premier secrétaire général de la Francophonie. Il est décédé le 16 février 2016 à l’âge de 93 ans.

 

 

 

Au Burkina Faso, Biobag fabrique artisanalement des sacs en papier. © Photo bio bag, tous droits réservés


Lancée en 2015, la start-up burkinabè spécialisée dans la confection artisanale d'emballages en papier affirme avoir permis de remplacer au moins 150 000 sachets plastiques. L'entreprise compte désormais franchir un nouveau palier : étendre son rayon de distribution au Mali et au Niger.
Pour lutter contre la prolifération des sachets plastiques jugés polluants pour l'environnement, Aissa Traoré, 34 ans, a fondé Biobag Burkina Faso, une entreprise dédiée à la fabrication artisanale d'emballages en papier au Burkina.

Installée dans un modeste local au quartier Cissin, situé au sud de Ouagadougou, la start-up se targue d'avoir permis en deux ans d'activité de remplacer plus de 150 000 sachets plastiques alors que la loi interdisant l'usage de ces derniers peine à entrer en vigueur. « Nous fabriquons des emballages écologiques et esthétiques pour lutter contre les sachets plastiques qui causent des inondations et mettent entre 100 à 400 ans pour se dégrader dans la nature », explique la fondatrice de la jeune pousse qui indique avoir écoulé plus de 50 000 emballages en 2017, principalement auprès des boulangeries, des alimentations et des boutiques de prêt à porter.
Prolifération des sacs plastiques en Afrique de l'Ouest : faut-il les interdire ?


Si le projet de Biobag suscite un certain enthousiasme, l'entreprise doit faire face au frein de taille que constitue le prix de ses produits : alors que les sachets plastiques se monnayent de 10 à 50 francs CFA (1,5 à 7,8 centimes d'euros), les prix des sachets que la start-up propose aux grossistes vont de 12,5 à 300 francs CFA, en fonction du format et du grammage du papier. Les sachets de luxe, conçus en numérique à base de papier cartonné, peuvent même atteindre 2 000 à 2 500 F CFA.
Un chiffre d'affaires qui pourrait doubler en 2018


Mais Aissa Traoré, qui a commencé modestement son affaire – elle a investi 50 000 francs CFA pour fabriquer ses premiers sachets depuis son salon – n'en poursuit pas moins son aventure. « L'idée de créer Biobag m'est venue après un voyage en Europe de mon époux qui en a ramené des échantillons d'emballages en papier. Étant à l'époque employée alors dans une imprimerie, j'ai décidé de me former pour reproduire ces modèles », détaille la jeune femme, diplômée d'un brevet d'études professionnel en secrétariat.


« Je crée et conçois le design en fonction des besoins exprimés par le client. Chaque modèle unique est validé par lui avant que nous lançons sa production à grande échelle », assure Aissa Traoré. Avec une capacité de production mensuelle de 150 000 sacs, son entreprise emploie une dizaine d'agents formés aux techniques de pliage et de tissage. Le chiffre d'affaire, de 5 millions de F CFA en 2017, devrait doubler en 2018. Et sa fondatrice vise désormais l'ensemble de la région, avec une première étape au Mali et au Niger en 2019. « Nous sommes en négociations avec des distributeurs dans ces pays », précise-t-elle.


Montée en gamme et baisse de prix


L'entreprise s'est développée jusqu'ici sur fonds propres, mais vient de rejoindre la Fabrique, l'incubateur burkinabè des entrepreneurs sociaux, qui devrait l'aider à passer à la vitesse supérieure, avec notamment un projet de recyclage du papier. « L'expérience de Biobag est intéressante, car sa fondatrice sait ce qu'elle veut et où elle veut aller, mais sait aussi se nourrir de conseils pour tester de nouvelles idées », souligne Julie Van der Smissen, chargée d'accompagnement à La Fabrique.
Aissa Traoré a également candidaté à l'appel à projets financé par l'Institut de recherches pour le développement (IRD) visant à connecter des scientifiques et des entrepreneurs pour apporter des solutions techniques à des problématiques entrepreneuriales. Avec son partenaire la Fabrique, elle entend mobiliser des ressources pour l'acquisition d'équipements de production automatisés pour d'une part accélérer la cadence et d'autre part hisser les standards de qualité des produits.


« C'est un gros projet qui nécessite à la fois de l'expertise technique et un financement important », explique Mme Van der Smissen. Ce chantier une fois mis en branle va permettre à Biobag de s'émanciper des craintes de ruptures de stock auprès des fournisseurs comme ImpriColor ou Chez Toni et d'offrir des emballages meilleur marché.

 

Fonds pour l'éducation Digitale en Afrique-Cécile THIAKANE et Moussa SARR Impliqués

C'est avec une grande fierté et une profonde humilité que nous annonçons le lancement de notre Fonds pour l'éducation digitale en Afrique !

Le numérique, particulièrement un accès à internet, à un coût abordable, une priorité des ODD adoptés en 2015 par l'ONU pour éradiquer la pauvreté et lutter contre les inégalités dans le monde.


L'éducation au numérique est indéniablement un levier de croissance et d'inclusion.


Cependant, selon une étude des Nations Unies, le fossé numérique reste important entre le monde développé et celui en développement, avec 3,9 milliards d'habitants sans accès à internet. Cette fracture numérique touche particulièrement l'Afrique avec un taux de 18% en 2017, contre 84% pour l'Europe par exemple.
Il est urgent de réduire cette fracture numérique et d'aller au-delà des infrastructures via la promotion des infostructures et de la littératie numérique. En intégrant ces nouvelles valeurs dans les classes, les lieux d'apprentissage ainsi que dans les programmes d'étude, elles peuvent faire émerger une « citoyenneté numérique » opératoire et indispensable à l'émergence de l'Afrique.

C'est pour toutes ces raisons que nous avons lancé ce fonds, qui est une initiative de la Fondation KBF Canada, Lachine Lab – l'Auberge Numérique, PME – Montréal, un certain nombre de membres de la diaspora notamment Cécile Thiakane (Paris) et Dr. Moussa Sarr (Montréal) et des partenaires locaux (Maurice Diouf, Djibril Diop, Issa Tine).
Le Fonds fait appel à la philanthropie et à la solidarité de l'ensemble des membres de la diaspora africaine et des amis de l'Afrique.

Le Fonds aura comme porte-parole (pour le volet diaspora) Karl Miville De Chêne de Contact Monde (CCM) qui développe actuellement le SITIC Afrique Canada 2018 (Forum sur le potentiel numérique africain au Canada).

La mission principale du fonds consiste à contribuer à la création de ressources qui appuient les projets d'éducation des populations africaines à l'acquisition des outils de participation au développement de l'économie numérique en premier lieu au Sénégal et avec un accent spécifique mis sur les femmes.

Soutenez notre fonds !


Faites un don !


Merci de votre solidarité !


Rôle-clé de la diaspora
Quelques personnes de la diaspora sénégalaise sont très étroitement associées au projet.
Cécile Thiakane et Moussa Sarr notamment, apportent à la fois leur expertise technique et leurs connaissance culturelles, facteurs clés de réussite du projet.
Objectifs
• Transférer le concept de Living Lab, centre d'éducation au digital, au Sénégal à Diamniadio, à proximité de Dakar en créant le Diamniadio Lab ;
• Organiser des sessions de formation au digital pour des formateurs locaux en contact avec les citoyens ;
• Encadrer et coacher les formations qui se développent sur place;
• Mettre un accent spécifique sur les femmes.
La diaspora africaine est impliquée de près dans le transfert de connaissances et le coaching des projets sur place. Arche Innovation accompagnera également le projet; Arche innovation accompagne les processus d'optimisation des stratégies d'innovation ouverte et de transfert de connaissances aussi bien à l'interne qu'à l'externe.
Indicateurs de succès
• Nombre de séances de formations organisées
• Nombre de personnes touchées
• Structure locale mise en place de façon durable et prête à continuer le projet de façon autonome


Comment soutenir ce projet ?


Par carte de crédit : En haut à droite de cette page, indiquez le montant que vous souhaitez donner, et effectuez le don en ligne par carte de crédit. Simple et rapide !
Pour les dons par chèques : Adressez le chèque à la Fondation KBF CANADA, mentionnez 'Projet C304 : Fonds Education digitale au Sénégal' dans la section 'Pour' et envoyez-le à : Fondation KBF CANADA, 1 Place Ville Marie, Suite 1670, MONTREAL, QC, H3B 2B6 – CANADA.
Pour les dépôts directs : Envoyez un courriel à la Fondation KBF CANADA Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou téléphonez au +1 514.481.2000.

Tous les dons donnent droit à un reçu aux fins d'impôts au Canada.

Les projets sont gérés avec le plus grand soin et professionnalisme.

http://www.kbfcanada.ca/fr/projets/fonds-pour-leducation-digitale-au-senegal/

Mini bio Cécile Thiakane


Panafricaniste, activiste du développement social, passionnée de nouvelles technologies, de Green Tech, du digital, est une fervente militante de l'afro-responsabilité. Titulaire d'un Msc Marcom, elle est une spécialiste de l'analyse des comportements des consommateurs, décrypteuse des faits sociaux et experte en déploiement de big data. Elle a occupé plusieur postes de Directrice commerciale et marketing à Paris dans des agences conseils en communication et de société spécialisées business Intelligence et en Intelligence artificielle. Elle publie beaucoup d'articles sur le développement social et l'inclusion. Leader d'opinion, elle est aussi très présente sur les réseaux sociaux et médias traditionnels et est membre de plusieurs Think Tank, ONG et associations œuvrant dans le co-développement.
Détails du contact : Cécile Thiakane : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Un Enseignant c'est une Tête ( la formation) mais aussi un Cœur sinon il échoue dans sa transmission....et les enfants aussi

Astou DIONGUE Professeure des écoles à MBOUR au Sénégal me confie ce texte riche d'enseignements à méditer, ce texte peut être transposé partout dans diverses situations

Un professeur, un instituteur, un passeur, un médiateur, tous ceux qui transmettent doivent être capable d'observer, d'écouter pour mieux répondre aux angoisses et préoccupations sourdes des bénéficiaires.


Si on n'écoute pas si on ne pense qu'à son programme ( important) on peut passer à côté de quelque chose.
Une classe est un ensemble de diverses personnes ( j'ai connu des classes avec 22 nationalités –classes de primo arrivants –interculturelle) et le professeur , seul doit gérer cette diversité, ce qui n'est pas facile mais un challenge qu'on peut réussir si on sait sentir ou ressentir.


A l'occasion d'une exposition à Besançon sur les objets ramenés par les anciens coopérants, j'ai reçu une classe de 22 nationalités et l'enseignante vient me voir pour me prévenir qu'il y a un jeune des pays de l'Est qui est réfractaire à tout.. Je reçois toute la classe et je leur explique pourquoi cette exposition. Puis je dis à la classe que nous sommes certes différents mais il y a plus de ressemblances entre nous que de différences et il suffit de vouloir retrouver chez l'autre cette similitude. Puis je demande aux élèves de visiter l'exposition et de revenir vers moi s'ils le veulent pour échanger.

Le jeune qui était réfractaire avait déjà changé de posture en m'entendant. Avec sa professeure expérimentée et très attentive nous nous faisons signe : ça bouge. Le garçon est resté longtemps devant un objet , et c'est l'occasion pour moi d'aller vers lui pour lui demander s'il y a dans l'exposition quelque chose qui lui rappelle son pays , il pointe du doigt et me dit ça il y en a chez nous mais on le fabrique autrement. La professeure s'approche de nous et entre dans l'échange, les copains qui ne voyaient jamais le garçon parler nous rejoignent et le garçon s'exprime, explique et tout le monde l'écouter. C'était le beau moment que le professeur a saisi pour continuer le travail avec ce jeune homme perdu qui avait subi des traumatisme et la violence de l'exil. Avec attention et tact on peut sauver un élève et le sortir de sa situation difficile qui est le reflet d'une expérience de vie mal vécue non assimilée. Un coup de pouce, une écoute, une attention, un regard, un toucher, peuvent faire beaucoup pour changer une personne.


P B CISSOKO

À lire et à méditer !!!

Page 1 sur 244

logotwitterFacebook

Copyright © 2018 ICHRONO. All Rights Reserved. Directeur de la publication: Jean-Yves Duval.
Email : contact@ichrono.info - Tel : +33625650505